Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?

 | 
Florence Jany-Catrice

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est le résultat de nombreuses rencontres et réflexions nouées dans des cadres très divers qui ont généreusement nourri mes propos, et souvent servi d’espace d’entraînement à l’une ou l’autre des pistes explorées.

  • 1 Animé par Emmanuel Didier, Isabelle Bruno et Alain Desrosières.
  • 2 http://www.fair.org. Je ne peux les citer tous, sans risquer d’omettre l’un ou l’autre, mais cet o (...)

2Cette diversité d’espaces qui prend parfois des airs d’éclectisme s’est avérée particulièrement féconde. Fécondité d’abord lorsque les lieux investis admettaient que les lignes de clivages disciplinaires s’estompent ou que tout au moins le débat interdisciplinaire était digne d’être encouragé : c’est le cas du séminaire EHESS1 sur le benchmarking d’abord, puis sur les politiques de la statistique. Les intervenants, leurs contributions et les débats parfois animés qu’ils suscitaient, ont largement contribué à l’idée même de l’ouvrage. Fécondité ensuite lorsque les hiérarchies implicites de l’académisme disparaissaient. De ce point de vue, les échanges nourris avec l’ensemble du réseau Fair (Forum pour d’autres indicateurs de richesse2) né en mars 2008 en marge de la mise en place de la commission Stiglitz ont été particulièrement enrichissants. Ils ont permis d’innombrables échanges on ou off sur la question des indicateurs, sur celle de la quantification et de ses limites, et sur les conditions politiques nécessaires à l’élaboration d’indicateurs utiles au débat public et à la démocratie. Fécondité enfin grâce à la promotion de la socio-économie largement favorisée par le Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, et par le fidèle comité de rédaction et de direction de la Revue française de socio-économie. Parmi les acteurs indirects dans l’émergence du projet d’ouvrage, j’ai une pensée pour les étudiants du Master d’économie appliquée, du Master 2 « action publique, institutions, économie sociale et solidaire » (APIESS), et de celui du « développement économique, interface public-privé » (DEIPP). Je souhaite aussi profiter de cet espace pour remercier Sophie Goyat et Dominique Mosbah du Clersé pour leur infinie patience à mon égard, ainsi que Joëlle Cicchini pour sa précieuse relecture des épreuves. Je remercie surtout les coordinateurs de cette collection, Nicolas Postel et Richard Sobel, infatigables promoteurs d’un authentique pluralisme en économie, pour leur exigence intellectuelle.

Notes

1 Animé par Emmanuel Didier, Isabelle Bruno et Alain Desrosières.

2 http://www.fair.org. Je ne peux les citer tous, sans risquer d’omettre l’un ou l’autre, mais cet ouvrage est l’occasion de leur rendre hommage.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable