Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?

 | 
Florence Jany-Catrice

Conclusion générale

Texte intégral

1L’injonction à la performance se traduit, dans le capitalisme contemporain, par une invitation à l’autonomie et à la responsabilisation accrue des individus, compatible avec le nouvel esprit du capitalisme (Boltanski, Chiapello, 1999). En la qualifiant de « totale » dans cet ouvrage, nous soulignons, à la suite de Danilo Martuccelli, que ce n’est plus vraiment une idéologie qui domine, mais une dispersion des codes, un assujettissement à « une responsabilisation contrainte » (Martuccelli, 2004). En s’incarnant dans des données chiffrées que produisent diverses catégories d’experts, les indicateurs de performance sont subtilement dotés d’une neutralité axiologique bien commode pour assujettir, sans donner l’air de contraindre. La quête d’intégration de rationalité calculatoire à toutes les strates institutionnelles, qu’elles soient issues des mesures, des dispositifs symboliques, ou encore des dispositifs d’ajustement, participe de ce projet de performance totale.

2Pour autant, l’analyse de dispositifs concrets de performance et leurs mutations nous ont donné l’occasion d’examiner les modalités de coordination de l’action ; d’identifier ce qui crée la légitimité dans ces modalités, ou ce qui fait autorité (Thévenot, 2010). Cette analyse concrète nous a permis d’explorer plusieurs régimes de performance qui coexistent, traversés par deux lignes de clivage structurantes. D’un côté le caractère univoque ou multidimensionnel des actes du travail soumis au jugement de la performance ; de l’autre, les conditions sociopolitiques qui font émerger les normes et indications chiffrées.

3C’est sur ce second point que nous souhaitons conclure cet ouvrage.

4D’abord en soulignant que le dévoilement des structures d’aliénation que constitue la performance chiffrée est en soi un enjeu démocratique majeur. Sous le dogme de la performance totale, l’ensemble des vrais débats démocratiques et éthiques (quel monde voulons-nous ?) sont esquivés. Sous le dogme de la performance totale, l’idéologie individuelle, utilitariste et marchande tend à dicter les choix et s’invite dans tous les interstices de la société.

  • 1 Le mouvement autour de l’« audit citoyen » sur la dette, appelé de leurs vœux par un collectif d’é (...)

5Ensuite en rappelant qu’une manière transitoire d’envisager autrement les finalités de nos sociétés se traduit par des formes multiples de résistance : résistance aux démesures de la quantification (Viveret, 2003) ; résistance à la « disqualification » (Ogien, 2010) de ce qui n’est pas sous la coupe de la mesure ; ou encore résistance à la neutralité apparente des chiffres1.

6Puis, en soulignant que l’analyse des conditions d’émergence de normes et indices chiffrés renvoie plus généralement à la question du degré d’ouverture démocratique dans l’élaboration de ce qui fera autorité sur ce qui est bien, de ce qui est bon, voire de ce qui est beau. Redéfinir les richesses (Méda, 1999 ; 2008) ou les biens communs des organisations, des territoires, voire des nations ne peut être que le fruit de conventions partagées, ce qui nécessite d’analyser, plus que ce que nous avons fait ici, les modalités d’une participation des acteurs et des forces sociales à cette construction (Gadrey, 2005). En bref, d’explorer la démocratie des choix collectifs. Qu’elles prennent la forme d’une quête de nouveaux indicateurs de richesse, de mesure du bien-être, ou du développement soutenable, de nombreuses expériences, tâtonnantes, sont en cours sur les territoires. En Bretagne, dans les Pays de la Loire, dans le Gard ou le Nord-Pas-de-Calais, ces expérimentations2 invitent à rompre avec le déterminisme des indicateurs, et à renouveler la réflexion démocratique à partir de la question de l’identification et de la préservation des droits fondamentaux, des biens communs, de l’intérêt général, mais aussi des indicateurs qui peu ou prou les incarneront. Elles transforment ainsi, à leur manière, la perception de ce qu’« être performant » veut dire, et fournissent une légitimité démocratique à sa pluralité.

7Cette dynamique est nécessaire mais sans doute non suffisante pour fournir les conditions sociales d’une transformation radicale de nos sociétés, rendue nécessaire par les impératifs écologiques, sociaux et humains auxquelles elles devraient faire face. Si, un temps, on peut imaginer des formes de mobilisation de la mesure comme outil démocratique de la contestation, il faudra sans doute simultanément apprendre à sortir de ce langage, pour rompre avec la fuite en avant à laquelle il invite, et pour renouer avec des pratiques sociales davantage porteuses de sens.

Notes

1 Le mouvement autour de l’« audit citoyen » sur la dette, appelé de leurs vœux par un collectif d’économistes et de syndicalistes, participe largement de cette dynamique de résistance à la performativité insidieuse de l’économie, et de son bras armé, l’indicateur chiffré.

2 Voir le réseau Fair (Forum pour d’autres indicateurs de richesse) http://www.fair.org.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable