Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?

 | 
Florence Jany-Catrice

Chapitre 6. Une pluralité de régimes de performance

Texte intégral

Introduction

1Les acteurs ont besoin, pour se coordonner, de repères qui fournissent des prises pour la coordination des actes et pour les orienter vers de la production sociale commune (Boltanski, 2010, p. 101). Ces repères, dit Luc Boltanski peuvent être extérieurs (des dispositifs, des objets matériels ou symboliques) ou intérieurs (des habitudes ou des dispositions). Parmi ces repères, l’indicateur chiffré est de plus en plus hégémonique.

2C’est ce que nous avons montré dans les chapitres précédents à partir de l’étymologie de la performance (chapitre 1) et de son histoire (chapitre 2). Nous en avons montré l’actualité capitaliste sous le prisme de la refonte du rapport salarial (chapitre 3) ; nous en avons fait la critique du point de vue de l’État (chapitre 4), et plus généralement du point de vue de la société (chapitre 5). Bien que ces tendances soient relativement structurelles, cela ne signifie pas qu’elles déterminent un régime unique de performance. On explore dans ce dernier chapitre des voies pour sortir de cette dynamique, plus dialectique qu’il n’y parait.

1. Une cartographie des quatre régimes de performance

3En présentant une analyse synchronique des évolutions du modèle dominant de la performance, on a pu laisser entendre qu’il fondait une forme de modèle universaliste et univoque. Dans les faits, des régimes de performances pluriels soit cohabitent soit sont imbriqués en dispositifs hybrides. Cette posture s’apparente aux tensions suggérées par Bénédicte Zimmermann lorsqu’elle souligne la double exigence d’universalité et de pluralité au fondement des bases intellectuelles d’une restructuration des sciences sociales (Zimmerman, 2004, p. 6). Cette pluralité des régimes de performance est issue, de notre point de vue, de ce qu’au-delà des systèmes d’idées qui structurent le concept de performance subsistent des manières variables et diverses de la mettre en œuvre in situ. Car même si une lame de fond structurelle tend à produire des formes de convergence, les acteurs et les institutions qui sont amenés à les mettre en œuvre et à leur donner un caractère opérationnel sont des acteurs et institutions encastrés. Seule cette variation ambiguë, autour d’un trend tendanciel dominant, qui met en évidence des formes d’évaluation pluraliste – ce qui signifie aussi potentiellement rivale ou conflictuelle – permet de rendre compte à la fois des controverses sur ce qui fait efficience (Eymard-Duvernay, 1999, p. 61) mais aussi « des accords et des disputes, de l’acquiescement et de la critique, et des basculements entre l’une ou l’autre de ces alternatives » (Boltanski, 2010, p. 91).

4Parmi les questions que nous avons explorées, deux controverses majeures nous semblent structurer les régimes de performance et les indicateurs qui les accompagnent. Ils en justifient le développement. Ils renvoient dans un cas au processus de production du dispositif de performance : les modalités de cette évaluation rendent compte à la fois de la coordination (imposée ou négociée) et de son marquage institutionnel : la mise en place des dispositifs de performance est-elle planifiée ou négociée ? Ils renvoient, dans l’autre, au caractère uni ou multidimensionnel des critères de mesure et d’évaluation mobilisés. On les étudie tour à tour.

1.1. Processus de production des dispositifs de performance

5Si la mesure quantifiée semble aujourd’hui « faire autorité » (Thévenot, 2010) ou avoir gagné dans les processus de légitimation, ce n’est pas pour autant que les relations se soient implicitement horizontalisées, comme on l’a suggéré dans les chapitres précédents. On observe un déplacement de l’enjeu de la hiérarchie et du pouvoir sur ce qui produit le chiffre, tout comme sur ceux qui le produisent. Dans l’absolu, le processus de production d’un dispositif de performance, c’est-à-dire une forme concrète des institutions de valorisation, peut être « négocié » ou « planifié » (Eymard-Duvernay, 2005, p. 1). Entre ces deux modalités extrêmes de coordination et de pouvoir, on peut, dans les pratiques concrètes, observer une multitude de comportements et de stratégies interactives.

1.2. Un dispositif de performance planifié

  • 1 Le rapport de la commission Stiglitz (2009) remis en septembre 2009 au Président de la République (...)

6Planifié, le processus d’élaboration d’un dispositif de performance relève, dans le cas d’un salarié, du cadre d’un contrat complet. Aujourd’hui, cette contractualisation est le fait de l’entreprise libérale au sens de François Eymard-Duvernay, c’est-à-dire une entreprise dans laquelle les individus autonomes et égaux se lient entre eux par contractualisation. Cette contractualisation est plus généralement le fait de l’État néolibéral, au sens de Pierre Dardot et Christian Laval, c’est-à-dire un État qui, intentionnellement, démantèle l’État social, et qui institue, pour lui-même, des dispositifs de gouvernementalité fondés sur la concurrence. Dans le cadre de cette représentation, les individus sont considérés comme des égaux. Aucune forme d’inégalité structurelle n’est considérée comme pertinente. Les règles salariales sont organisées de telle sorte que le contrat d’effort soit respecté. Dans le capitalisme contemporain, ce contrat d’effort prend la forme d’une planification d’un dispositif de performance. Construit de manière unilatérale, le dispositif est caractérisé par une mise en chiffres qui lui confère une forme aboutie, et qui rend plus malaisées et les controverses et les résistances. Le manque de démocratie dans le processus de construction du dispositif de performance est généralement compensé par une légitimité acquise dans d’autres sphères. De ce point de vue, les réseaux d’experts (cabinets de conseils par exemple) apparaissent comme des points d’appui importants des régimes de performance planifiés : ils incarnent, en quelque sorte, la légitimité scientifique et savante nécessaire à la production du chiffre scientifique et indiscutable1.

7Au niveau des organisations du travail, le processus planifié de l’élaboration des dispositifs de performance fait fi de l’espace important qui existe entre le travail prescrit et le travail réel. Cet espace discrétionnaire est au cœur des processus d’ajustement et d’adaptation, nécessaires à chaque fois que la production met en scène des individus. Lorsque cet espace est restreint, le salarié est étouffé. Lorsque cet espace est ignoré, l’action devient inefficace : les grèves du zèle ont été, depuis longtemps, identifiées comme un symptôme de l’inefficacité de l’ignorance de cet espace discrétionnaire.

1.3. Un dispositif de performance négocié

  • 2 Voir par exemple Frédéric Livian et Christophe Baret, 2002.

8Un dispositif de performance négocié s’opérera, au contraire, à partir d’un processus de construction collective2. La notion de « collectif » revêt cependant des formats très divers, tant dans les intentions que dans les résultats.

9La notion de « collectif » est parfois envisagée comme la réunion juxtaposée de points de vue individuels. C’est une idée réductionniste de la signification des interactions dans les activités humaines, car elle envisage l’interaction à partir d’individus autonomes, dotés ex ante de points de vue individuels que ceux-ci viennent exprimer ou révéler à l’occasion d’événements les invitant à le faire (sondages d’opinions, expression des intérêts individuels, etc.). Dans le cas des indicateurs de performance, nous avons montré que cette épistémologie était adossée à une conception faisant une place généreuse aux préférences individuelles. Dans ces conceptions, la notion de « biens communs » dont les communautés devraient prendre soin après les avoir (idéalement) identifiés par le biais d’une dynamique participative et délibérative, est évacuée au profit d’intérêts individuels, dont les agents sont censés poursuivre la maximisation. Il y a des risques non négligeables que l’usage exclusif de ce type d’exploration subjectiviste puisse faire l’impasse des libertés individuelles et des responsabilités sociales, pourtant constitutives d’un bien-être collectif.

10Mais le caractère collectif du processus d’élaboration des indicateurs de performance peut prendre le parti de s’appuyer sur des collectifs faisant une large place aux citoyens. Dans ce cas, il est attendu d’eux qu’ils spécifient les biens communs, qu’ils les qualifient et qu’ils s’engagent pour leur préservation. Cette posture n’est pas récente. Dans le cas du mouvement des indicateurs de richesse, elle est portée plus particulièrement par des auteurs tels que Méda, (1999), Viveret, (2003), Gadrey (2003) et Gadrey et Jany-Catrice (2006). Le dénominateur commun de ces auteurs est de développer un concept d’un bien-être collectif, non réductible à une somme de bien-être individuels, et sur la reconnaissance qu’il existe un patrimoine commun (patrimoine naturel et patrimoine social) « qui échoit à chaque génération, dont il s’agit de faire un inventaire et dont il faudrait suivre les évolutions » (Méda, 2008 ; Jany-Catrice, Méda, 2010). Comment prendre en considération les évolutions d’agrégats renvoyant à la question des biens communs, de l’intérêt général, des évolutions de patrimoines collectifs ?

11L’intérêt de ces travaux est de ne pas découpler les questions d’ordre internaliste et conceptuelles de questions d’ordre plus externaliste. Le registre internaliste fait porter la réflexion sur la configuration technique des mesures, sur le choix des composants, sur le périmètre retenu pour la mesure, sur la source des données, ou encore sur la transparence des calculs. Le registre externaliste, quant à lui, met en avant le contexte historique de la conception et de l’appropriation de l’outil, les processus et les éléments de sa légitimation et de validation sociale des dispositifs, les réseaux d’alliance et les coalitions, les controverses et les oppositions.

12Dans le régime négocié, la prise de décisions collectives passe par des forums hybrides, tels que conceptualisés par Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe (2001). Ce sont des espaces ouverts de débats et de discussions, où la parole des experts côtoie celle des citoyens, et où les processus délibératifs sont soignés. Les acteurs prennent, ensemble, des décisions raisonnées au terme de discussions sur ce que sont, par exemple, les « richesses du territoire » et le « bien-être pour tous ».

13Lorsque cette modalité est négociée, elle vise à l’être sur une base concertée, fruit de compromis, et non contraignante, le cas échéant. Les modalités concrètes de cette négociation peuvent évidemment varier selon les secteurs, l’échelle d’élaboration, etc. Dans certains cas, elles peuvent s’apparenter à un dialogue social classique et formel auquel recourent les entreprises. Dans d’autres, des innovations sont imaginées pour faire valoir ces formes de démocratie délibérative, dont les contours procéduraux tâtonnent, à partir d’expériences multiples qui s’engagent sur cette voie, et qui revêtent parfois les atours de la « démocratie délibérative », c’est-à-dire d’une démocratie qui « par les vertus du dialogue échapperait au double avatar d’une démocratie délégative, confisquant la parole citoyenne, et d’une science confinée dans un monde de spécialistes » (Zimmermann, 2004, p. 15).

14L’appropriation des indicateurs de performance, par le débat favorisé entre les parties prenantes, n’est pas une posture normative mais renvoie plutôt à la légitimité de la construction des outils relatifs au sens des politiques publiques. Il part du constat, déjà largement effectué par les sociologues de la quantification (Chiapello, Desrosières, 2006) mais aussi les politistes (Lascoumes, Le Galès, 2004), et rappelé tout au long de cet ouvrage, que les indicateurs ne sont jamais neutres car ils sont le résultat de choix, de tâtonnements, de controverses qui ont précédé et accompagné leur mise à l’épreuve. Les indicateurs incarnent toujours des visions du monde, des choix de société.

15C’est ainsi que le Pib a accompagné un mouvement de reconstruction industrielle sur une base marchande, qui était une priorité politique et économique d’ordre keynésienne des années de l’après seconde guerre mondiale (Fourquet, 1980 ; Gadrey, Jany-Catrice, 2006 ; Desrosières, 2000). C’est ainsi que les indicateurs de la Lolf ont accompagné et continuent d’accompagner la consécration d’un État néo-libéral.

  • 3 Cette question institutionnaliste, centrale, a été omise dans de récents travaux, ceux en particul (...)

16Faut-il pour autant s’en remettre à la subjectivité des individus et de leurs préférences individuelles ? À la cohérence supposée de modèles théoriques ? Ou à l’éthique du débat autour de la définition des biens communs ? Ces questions ne sont pas seulement d’ordre procédural. Elles ont des conséquences immédiates sur l’action publique et sur la recherche. Pour ce faire, il faut accepter de redessiner les institutions qui permettraient le mieux d’accueillir ces démarches participatives3.

1.4. Critères de performance uni ou multidimensionnels

17Le deuxième élément structurant concerne le caractère univoque ou multicritères de l’objet soumis à l’évaluation. Dans cette représentation idéal-typique, la mesure opère comme un simplificateur cognitif dans le cas de l’évaluation univoque, ou unidimensionnelle. Elle opère plutôt comme un révélateur dans le cas de l’évaluation multidimentionnelle. Cette multidimentionnalité renvoie aux formes de la justification dans l’intentionnalité des actes. Les principaux critères traditionnellement reconnus relèvent des « cités » (Salais, Storper, 1993), par exemple technique, industrielle, marchande, financière, domestique, civile, voire environnementale.

18C’est certainement dans les activités de services, dont la rationalité procédurale constitue la clef de voûte, que l’on trouve les raisons – et les mises en pratique – de recours à des évaluations complexes, en matière d’efficacité ou de performance. La raison est largement liée aux incertitudes et aux conflits potentiels autour de la représentation du produit.

19Ces analyses contradictoires et le recours objectivé à la pluralité de critères de jugement ont plusieurs origines : elles tiennent, on l’a souligné dans le chapitre 2, au caractère relationnel du service qui exige souvent des ajustements réciproques (usagers/salarié) et singuliers ; elles tiennent à l’idiosyncrasie quasi intrinsèque à cette relation de service ; elles tiennent à la complexité des situations (qu’on a par exemple relevées dans le cas de la santé, ou de l’éducation) ; elles tiennent à la tension entre l’individualisation des relations de travail et le caractère collectif du produit fini ; elles tiennent enfin à l’horizon temporel qui est mobilisé dans le jugement. Cet horizon temporel fournit l’occasion de soumettre au jugement le degré de durabilité et de soutenabilité des actes portés, des produits et des effets qui en résultent.

20Cette caractéristique est centrale en ce qu’elle conduit à une impossible homogénéité ou standardisation des produits et de leur traitement, pourtant au cœur de la mesure. Malgré des tentatives d’homogénéisation de « cas à traiter » (par exemple, les groupes homogènes de malades, les groupes homogènes de soins ou les groupes iso-ressources, etc.), ou parfois une définition des « publics légitimes », cette singularité est peu maîtrisée.

21Les critères ne préexistent pas de manière désordonnée au jugement. Lorsqu’ils sont univoques, les critères de performance sont, dans le capitalisme, largement dominés par l’ordre gestionnaire et financier ainsi que le montre Michael Power dans son ouvrage La société de l’audit. L’obsession du contrôle (2005). Ces critères de performance univoques placent alors l’économique (comme combinaison du marchand et du financier) comme institution dominante. Mais il pourrait en être autrement.

2. Quatre régimes de performance

  • 4 Empruntant en cela la démarche adoptée par Eymard-Duvernay (1997) à propos des « régimes d’action  (...)

22Ces deux lignes de fuite, ou champs de controverse les plus structurants4 permettent de dégager quatre régimes de performance, au double sens où (1) la performance a le statut de dispositif de coordination dans un monde tertiaire, individualisé et quantifié ; et où (2) le régime est structuré par des arrangements conduits par des règles explicites et des normes implicites.

Les régimes de performance

Les régimes de performance

23Au couple processus « planifié/performance unidimensionnelle » on rattache le régime de performance autocratique, qu’illustre de manière paradigmatique le capitalisme financier. La croyance dans une accumulation monétaire illimitée prend ici la forme d’anticipations de taux de profit à 15 % et constitue la nouvelle ligne d’horizon de ce capitalisme. Cet étalon de la performance (financière) unificateur dicte l’efficience du monde financier, comme l’explique Isabelle Pivert : « À partir du milieu des années 1990, la shareholder value va donc servir de principe unificateur, voire « rationalisateur », puisqu’elle s’applique désormais à tous les secteurs ou presque. Une entreprise cotée se doit de servir au mieux ses actionnaires avec des rendements, c’est-à-dire des retours sur investissement, qui peuvent atteindre – et parfois dépasser – les 15 % par an. En l’espace d’une décennie, le concept est devenu opérationnel et même central pour les sociétés inscrites en Bourse. » (Pivert, 2009). Cet indicateur de performance qui agit comme un dispositif normatif de régulation des marchés, contribue à réunir « les individus séparés en leur construisant un horizon commun, le désir de monnaie, et un monde commun, celui des comptes. (…). Plus la marchandisation s’intensifie, plus la monnaie accroît son empire sur le monde social » (Orléan, 2011, p. 227).

  • 5 C’est-à-dire la responsabilité, l’amenant à rendre des comptes.
  • 6 C’est aussi le titre aussi de l’ouvrage d’Alain Desrosières, 2008, tome 2.

24Au couple « planifié/performance multidimensionnelle » peut être associé le new public management, dont la Lolf constitue une illustration au niveau frnaçais. Bien qu’on dote la Lolf d’un caractère démocratique, il nous a semblé plus juste de l’associer à la planification. En effet, le caractère démocratique qu’on affecte à cette loi n’est en rien lié au caractère processuel négocié des indicateurs, mais tient surtout à l’accountability5 du Parlement. C’est d’ailleurs sans doute le régime qui est le plus abouti en matière de désencastrement des indicateurs des conditions sociopolitiques de leur élaboration. Le désencastrement atteint ici la rationalité des actes, en exigeant justement des acteurs, par des institutions qui continuent d’en fixer les principales règles du jeu, qu’ils se conforment à un pilotage automatique dans une neutralité axiologique que semble permettre le « gouvernement par les nombres »6.

25Le régime caractérisé par le couple « processus négocié/critère univoque » relève d’une singularité conventionnelle par laquelle les collectifs négocient un objectif sur lesquels ils centrent leurs énergies. Le compromis fordiste et le régime de productivité qui l’accompagnait caractérisent bien ce régime. On l’a évoqué dans les chapitres précédents.

26Enfin, le cas le plus paradigmatique du couple « évaluation négociée/évaluation multidimensionnelle » que nous avons qualifié de régime délibératif, est le plus avancé dans les démarches associatives ou coopératives, lorsque ces organisations visent, invitées en cela par les pouvoirs publics, à évaluer leurs performances économiques et sociales à l’aune de leur « utilité économique et sociale » ou de leur contribution sociale. Elle est aussi la plus avancée dans les réseaux d’acteurs écologistes qui tentent de faire mieux saisir le contenu des produits et services, dans leurs dimensions de soutenabilité environnementale et de finalité sociale. C’est donc bien du fait de la particularité des services, en particulier des services publics, garants d’un intérêt général, dont la définition est incarnée historiquement et est le fruit d’une complexe et tortueuse construction sociale, que l’évaluation de l’efficacité et des performances se pose de manière complexe et plurielle. Nous revenons plus longuement sur ce régime.

3. Le Régime délibératif

  • 7 Et dont on rappelle qu’Arrow a, dans son théorème d’impossibilité (Arrow, 1951), montré les aporie (...)

27Le régime délibératif repose sur une épistémologie visant non plus à sonder les individus, mais à engager le citoyen conscientisé dans la réflexion collective sur les biens communs qu’il faut identifier, valoriser et préserver. Dans le premier cas, la représentation de la société se limite à une somme d’agents, sans épaisseur, à rationalité instrumentale et maximisant leur intérêt particulier ; dans le second, le citoyen est un acteur situé, membre de la cité, ayant admis le principe de droits et de devoirs, et possédant une vision du bien commun qui, éventuellement, est mouvante, et ne demande qu’à être consolidée. Très loin d’une représentation à partir d’un stock de préférences individuelles dont seraient dotés les agents7, le régime délibératif prend pour apriori que les représentations des citoyens ne sont pas stabilisées, et qu’elles doivent se frotter, entrer en conflit, prendre le temps de la maturation, de la compréhension réciproque, pour construire ce qui sera considéré comme un espace d’intérêt général. C’est cet espace d’intérêt général, qui peut être remis en cause de manière permanente, qui permettra d’énoncer une intentionnalité collective de l’action (de la production par exemple). Cela suppose des règles du jeu pour arriver à un accord partagé sur les objets du désaccord, et pour les dépasser de manière dynamique.

28La vaste et complexe question de l’évaluation de l’utilité économique et sociale des organisations, de leurs performances sociétales, ou de leur contribution au bien-être collectif des territoires peut fournir des clefs, sans doute pas d’une réponse prête à dupliquer, mais au moins d'une manière de poser l’enjeu. Jusque dans les années 1980, la somme des utilités individuelles donnait l’idée qu’elle ferait la somme des utilités collectives ou sociale. Puisque ce n’est pas le cas, il faut déployer une légitimité procédurale qui sollicite les arbitrages, valide le pluralisme des enjeux, reconnaît toutes les parties prenantes dans la constitution du référentiel des objectifs et des valeurs. C’est à cette condition que l’acceptabilité sociale de la décision primera sur son optimalité comme on l’a déjà suggéré. Dans ce cas, qui met en avant des dimensions relevant de la rationalité, de l’« agir communicationnel » et de son éthique (Habermas, 1992), on reconstruit et assume des arènes de débat, des espaces de dispute et de controverses.

  • 8 Terminologie souvent mobilisée dans les politiques de la ville par exemple.

29Le régime délibératif associe les parties prenantes en particulier pour ne pas se tromper d’objet. Il s’appuie sur l’expertise des usagers, parfois requalifié d’usager-citoyen8, et des professionnels. Sans doute y a-t-il des limites à la contribution active des citoyens-usagers à l’évaluation de l’utilité sociale, en faisant passer le sujet/objet à un sujet/acteur (Offredi, Ravoux, 2010). L’idée consiste bien, dans tous les cas de ce régime délibératif, à réévaluer les capacités réflexives des sociétés (voir chapitre 4), c’est-à-dire à amener les sociétés à réagir par rapport aux représentations que l’on donne d’elles, ou de leurs actions (Boltanski, 2010, p. 18).

  • 9 Elles évoquent ainsi le cas d’un jury citoyen sur le changement climatique dans la région Poitou C (...)

30Ce régime délibératif reste en partie à inventer. Les expérimentations dont rendent compte par exemple Claudine Offredi et Françoise Ravoux (2010), rappellent les difficultés pragmatiques pour se rendre disponibles, pour se former, pour se constituer en associations, pour tenir un rôle dans la vie institutionnelle9. Mais cette réflexivité est impérative. Elle l’est parce que « les citoyens exigent de comprendre la raison d’une pratique, d’une décision ou d’un choix. L’explication, la justification, la persuasion sont des exigences essentielles de l’homme démocratique pour lequel l’autorité ne vaut pas par elle-même, mais doit rendre raison de sa pertinence, de son domaine d’expertise et de ses limites » (Zarka, 2009, p. 4). Ainsi considérée, la démocratie ne récuse pas le principe d’autorité mais exige sa justification (p. 4). La consolidation de la réflexivité permet d’envisager que les transformations auxquelles on peut aboutir puissent avoir davantage une visée émancipatrice que conformiste.

31Les démarches d’évaluation de l’utilité sociale, ou de la contribution sociale des associations mettent toutes en avant le pouvoir de régulation interne et externe dévolu aux indicateurs. Interne parce que les démarches d’évaluation peuvent renforcer la capacité d’agir des personnes et consolider l’intelligence collective et la contribution à la qualification des citoyens engagés dans le processus. Externe parce que, soumise à une certaine hybridation des ressources, la justification de l’action met au cœur de la régulation entre l’acteur public et les associations les indicateurs de leur utilité sociale. Ces évaluations peuvent aussi servir de plaidoyer pro domo pour la survie des associations, ou pour leur maintien en activité. Elles peuvent aussi, dans certains cas, être utilisées en vue de contrôles réguliers sur la valeur ajoutée de l’activité associative, vis-à-vis d’autres formes et statuts d’organisation, en particulier là où des effets substitutifs existent avec les entreprises privées lucratives, ou avec les services publics. Cela sous-entend une dimension potentiellement comparative des mesures mobilisées.

32Le processus d’élaboration de l’évaluation de l’utilité sociale d’une organisation peut s’avérer aussi important que les résultats multicritères eux-mêmes, du fait des dynamiques que ces processus peuvent engendrer ; du fait de l’appropriation que celui-ci peut permettre ; et de la légitimité qu’elle permet d’acquérir. Dans ce champ aussi, le risque potentiel de court-circuitage de cette démocratie dialogique par un pôle technocratique qui viserait, en élaborant des critères, à fournir la définition de ce que serait l’« utilité sociale », est réel. Il peut alors apparaître soit désincarné des réalités locales et des enjeux, soit comme un agent double de la légitimité publique.

33Dans tous les cas, l’intelligence collective qui émane de ces processus participatifs finit toujours par convenir de l’importance à réhabiliter le qualitatif. Que ce soit du fait de l’hétérogénéité des activités et des finalités de l’associatif, du fait de l’importance du processus et de sa valorisation en soi par les acteurs, du fait aussi que lorsque sont convoquées des grandeurs civiques, civiles, de justice sociale, de développement humain individuel et collectif, de préservation de la nature, les grandeurs quantitatives (limitées à des « fréquences », « densité », « nombre », etc.) n’épuiseront en aucun cas ces grandeurs identifiées ici. Ces repères macro devraient donc être combinés a minima avec du qualitatif, par le biais d’enquêtes sociologiques de trajectoires, sur les publics, sur les salariés, sur les bénévoles, etc. Tout ce qui n’est pas « mesurable » arithmétiquement, et qui peut légitimement être reconnu comme contribution sociale, comme plus-value pour la société : réhabilitation de la capacité d’agir individuelle et collective ; dignité retrouvée des individus ; gouvernance interne et externe avec les parties prenantes ; qualité des relations interne et externe ; développement de l’esprit critique ; degré d’adéquation aux besoins, etc., tout cela doit pouvoir être révélé et construit par une réhabilitation des enquêtes qualitatives. Comme élément d’un savoir partagé et commun, pour gagner « en justesse et en justice sociale » (Salais, 2010).

Notes

1 Le rapport de la commission Stiglitz (2009) remis en septembre 2009 au Président de la République est intéressant tant du point de vue de son processus d’élaboration, véritable fruit d’un travail en chambre sous la responsabilité de la science économique, que du point de vue de ses résultats, qui ont pu être interprétés comme une succession de propositions émanant d’écoles de pensée différentes : théorie des capabilités, économie du bien-être, théories du bonheur, et dont les principaux protagonistes étaient membres de la Commission Stiglitz : Daniel Kanheman, Amartya Sen, Tony Atkinson, etc. (Méda, Jany-Catrice, 2010).

2 Voir par exemple Frédéric Livian et Christophe Baret, 2002.

3 Cette question institutionnaliste, centrale, a été omise dans de récents travaux, ceux en particulier de la Commission Stiglitz-Sen-Fitoussi (2009), qui auraient dû mettre à leur agenda cette question démocratique centrale, et sans doute urgente (Gadrey, Méda, 2009).

4 Empruntant en cela la démarche adoptée par Eymard-Duvernay (1997) à propos des « régimes d’action » et en la transposant aux régimes de mise en place des dispositifs d’évaluation des performances dans les organisations.

5 C’est-à-dire la responsabilité, l’amenant à rendre des comptes.

6 C’est aussi le titre aussi de l’ouvrage d’Alain Desrosières, 2008, tome 2.

7 Et dont on rappelle qu’Arrow a, dans son théorème d’impossibilité (Arrow, 1951), montré les apories.

8 Terminologie souvent mobilisée dans les politiques de la ville par exemple.

9 Elles évoquent ainsi le cas d’un jury citoyen sur le changement climatique dans la région Poitou Charentes. La conférence citoyenne de la région Nord- Pas-de-Calais sur la question des nouveaux indicateurs de richesse procède de la même intention. Cette conférence était balisée par des rudiments d’un régime délibératif, dont personne ne peut se prétendre le dépositaire éclairé.

Table des illustrations

Titre Les régimes de performance
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9169/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable