Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?

 | 
Florence Jany-Catrice

Chapitre 5. Performance et quantification

Texte intégral

« La métamorphose des activités singulières en une quantité mesurable engendre une quantophrénie aiguë, une véritable pathologie de la mesure » (De Gaulejac, 2011, p. 188).

Introduction. La quantification envahit le monde

  • 1 On trouve aussi cette idée que les institutions rassurent et produisent du confort, dans la sociét (...)

1Le constat de la progression du « chiffrage » comme codification particulière n’est pas nouveau. Ce qui est en cause ici, c’est la force et le pouvoir quasi magique qu’entretient le chiffre dans la rhétorique et le maintien d’une illusoire neutralité axiologique. Cette manière particulière de construire la réalité par le chiffre, souvent mise en œuvre par des institutions qui pensent ainsi réduire l’incertitude, et fournir les conditions d’un certain confort1, finit par étouffer les controverses.

2Parmi les dispositifs de codification et de standardisation, celui qui consiste à passer par le « chiffre » (indicateurs, systèmes internationaux de classification, etc.) semble d’une nature spécifique (Ogien, 2008). Cela tient à la force prétendue des chiffres, qui tendent à prendre le dessus sur la capacité des individus à argumenter et à produire des preuves, notamment de leur bonne foi dans le travail. Ces dispositifs apparaissent comme de véritables investissements de forme, au sens où Laurent Thévenot (1986) les a définis, c’est-à-dire ces outils qui prennent le format de normes, standards, règlements, conventions, et qui établissent une relation entre la production, les machines et les salariés au travail (Thévenot, 1986, p. 21).

3La multiplication des « indicateurs de performance » issus des usages du management prend appui sur ces investissements de formes et en renforce la légitimité. En matière de performance, cet outillage consiste à des mises en équivalence. Les formes unifiées de calcul et leurs résultats (par exemple, la bibliométrie comme modalité d’évaluation des performances des chercheurs) s’étendent par la suite à toute une sphère professionnelle, voire au-delà par mimétisme ou par homologie. Lorsque le chiffre n’est pas – ou n’est plus – envisagé comme un espace négociable de controverse, il affaiblit les capacités de confrontation des points de vue qui permettaient d’envisager, parfois dans le conflit collectif, les raisons de l’engagement de soi au travail, et les manières de bien s’y engager.

Encadré 6. Rapport 2000 de l’OMS sur la performance des systèmes de santé dans 591 États-membres.
« Le système de santé français est arrivé au premier rang en termes de performance globale (qui englobe l’état de santé et de réactivité, l’équité et la contribution financière). Le niveau d’état de santé est mesuré par l’espérance de vie corrigée des incapacités dans chaque pays. Pour identifier les bonnes et les mauvaises performances, l’OMS a procédé en deux étapes. En premier lieu, des résultats globaux ont été présentés. Ils déterminent la situation de chaque pays par rapport à cinq critères : le niveau et la distribution de l’état de santé, le niveau et la distribution de la réactivité, et la contribution financière équitable. En second lieu, des mesures de performance des systèmes ont été calculées, en estimant la contribution propre du système de santé à ces résultats. Dans le rapport, le terme « performance » est utilisé comme synonyme d’efficience (…). Le classement des pays, accompagné des indices de performance, a beaucoup attiré l’attention des médias et a suscité de vives discussions scientifiques autour de l’évaluation de la performance. La procédure de l’OMS a été critiquée selon différents points de vue, y compris philosophique. Au-delà, c’est surtout la qualité des données et des indices utilisés pour mesurer les différents résultats, ainsi que la construction du modèle et la méthodologie générale employée qui ont été mises en question. Devant la multitude de critiques, provenant tant des États membres que de la communauté scientifique, l’OMS a abandonné cet exercice de classement (…) ».
Source : Or, Com-Ruelle, 2008.

4Ces indicateurs de performance nourrissent la cité marchande en produisant des signaux de remplacement, ou complémentaires, partout où le prix devient une source de confusion ou lorsqu’il n’existe pas. Ils sont tout à la fois des signaux, mais aussi des dispositifs accompagnant les incitations au changement. Dans ce qui suit, on présentera successivement le glissement des performances à ce que nous nommerons la « ratiocratie » ; puis énoncerons les propriétés singulières du chiffre, ce qui ne présage pas des conditions sociales de son usage et de son efficacité ; nous montrerons ensuite que, dans les sociétés guettées par la tyrannie du chiffre (De Gaulejac, 2011), les indicateurs incarnent les concepts et s’y substituent. Nous reviendrons enfin sur les espaces possibles de démocratie dans cette nouvelle ère du capitalisme.

1. Des performances à la ratiocratie

5La progression de la conception et de l’usage des outils de quantification s’incarne dans des mesures de la performance individuelle, la construction de batteries d’indicateurs et l’établissement de contrats d’objectifs chiffrés.

6Quantifier, on le rappelle, passe par une étape consistant à porter un jugement, pour in fine « mettre de la valeur sur » (Desrosières, 2008). L’évaluation des performances dans les activités caractérisées par le flou de leur définition est alors le résultat de cette difficile réconciliation. Lorsqu’elle est le fruit d’un travail raisonné, et adossée à l’étude du réel, l’évaluation des performances peut être validée, en ce sens qu’une appropriation par les acteurs peut être envisagée. Mais en tant qu’activité mécanique et aveugle, conduisant à des dérives que je nommerai « ratiocratiques », elle ne peut qu’engendrer de la résistance. Ces dérives sont, au domaine de la performance, ce que Vincent de Gaulejac nomme des comportements quantophréniques, c’est-à-dire mus par la frénésie de la quantification. La floraison du format « indicateurs » dans la formation des jugements collectifs a accompagné les sociétés qui ont progressivement abandonné leur légitimité aux savoirs scientifiques, à l’expertise et la technocratie. Fruit d’experts gestionnaires, économistes ou statisticiens, le chiffre se libère progressivement des hypothèses et des hésitations dont il a été l’objet pendant son élaboration. Il devient performatif : des politiques du chômage se transforment en politique des chiffres du chômage (Data, 2009). L’expérience du « nouveau management de la sécurité » (Mucchielli, 2008) établi par le ministère de l’Intérieur entre 2002 et 2007 procède de cette même performativité. Le système d’information, renseigné par les agents de la sécurité eux-mêmes, visait à fixer, en amont de l’activité, des objectifs nationaux « indiquant non seulement une tendance mais désormais aussi un résultat déjà chiffré ». Cette stratégie conduit dans les pratiques à « des arrangements divers avec la réalité » et surtout à perdre de vue la finalité de l’action publique, à savoir « la réduction des risques pour les citoyens » (Mucchielli, 2008).

  • 2 La T2A est un système de financement des établissements publics de santé directement inspirés de l (...)
  • 3 Voir Le Monde du 18 février 2012, « De l’art d’inciter à la citation ».
  • 4 Voir sur ce point le travail de Bernard Gomel et Dominique Méda (2011) à propos de la mise en œuvr (...)

7La performativité du chiffre prend également la forme de stratégies de ré-endogénéisation. On constate qu’en cherchant à influer sur les chiffres de performance, des organisations intègrent en amont la contrainte des objectifs qu’elles se fixent : des usagers sont finement sélectionnés, tant pour réduire l’incertitude que pour accroître une performance immédiate. C’est le cas de la politique des Lycées lorsqu’ils trient leurs élèves à l’entrée pour accroître leur indicateur principal de performance (taux de réussite au baccalauréat). C’est le cas lorsque des institutions de santé découragent l’admission de patients considérés comme peu rentables au regard des normes fixées par la tarification à l’activité à l’hôpital (T2A)2. C’est le cas des revues scientifiques également lorsqu’elles exigent des auteurs qu’ils ajoutent à leur article des références d’autocitation de la revue, avant d’être eux-mêmes publiés. Cette exigence permet mécaniquement d’augmenter l’indicateur de classement de ladite revue (ce qu’on appelle le facteur d’impact), considéré comme l’indicateur de performance des revues académiques3. Plus généralement, les organisations du travail finissent par ne plus être ordonnées qu’autour de la statistique, dans le privé comme dans le public. Cet ordonnancement s’accompagne paradoxalement d’une bureaucratisation massive de l’activité, d’une multiplication de procédures. Comme dans la société de l’audit (Porter, 2005), la mesure des performances exige du reporting, et l’idéal de transparence conduit inexorablement à une (re) mise en marche de formes de bureaucratisation4 : multiplication de diagnostics, de procédures administratives, de contrôles, de « sur-inspections » (Power, 2005, p. 225). Power évoque l’idée d’un État réglementaire dans lequel l’audit joue un rôle clef pour définir l’identité des gouvernements (Power, 2005, p. 271). Dans le même temps, ce sont des systèmes d’information de plus en plus virtuels et déconnectés des épreuves du travail. « On n’étudie plus le réel. On prétend pouvoir le mesurer quantitativement et objectivement grâce à la divine et scientifique évaluation individualisée des performances. Or c’est impossible. Il n’y a pas de proportionnalité entre le travail et le résultat du travail » (Dejours, 2003, p. 30).

8Ce n’est donc sans doute pas en soi que le chiffre pose problème. Comme le rappelle Emmanuel Didier (2009, p. 307), les « statistiques ont historiquement constitué l’un des moyens privilégiés de produire des informations pour toutes les démocraties ». La tension intense provient de la manière par laquelle ces données sont ensuite utilisées : dans un État néolibéral, le chiffre est une représentation de la vision dominante, qui a rendu en quelque sorte les opportunités d’évaluations multi-prismes moins visibles, voire les a évacuées. Loin d’objectiver les résultats, il apparaît plutôt comme un outil d’incitation et d’intensification du travail, un outil de justification des progressions professionnelles, et un outil de contrôle du travail autonome, dans le privé comme dans le public.

2. Les propriétés sociales du chiffre

9Ce qui est à l’œuvre, au fond, c’est un fétichisme du chiffre. Bien que « les chiffres n’[aient] pas le monopole du fait » comme l’a bien souligné Charles Hadji (2008) (à propos de la proposition de notation des ministres vis-à-vis du résultat de leur action), on identifie une force spécifique liée au conditions sociales de leur mobilisation dans les sociétés contemporaines.

10Les propriétés sociales du chiffre sont multiples. Leur première force est qu’elles confèrent une illusoire neutralité axiologique, et un caractère, tout autant illusoire, de validation sociale, personne n’interrogeant (plus) la manière dont les chiffres sont fabriqués. Ce faisant, et c’est leur seconde force, elles fournissent les conditions d’une dépersonnalisation des rapports sociaux. Anne Salmon montre par exemple, dans les centres d’appels téléphoniques, que la mise en place d’objectifs chiffrés modifie en profondeur la signification éthique du rapport au client. Elle souligne que lorsque la reconnaissance de l’effort individuel ou collectif fourni s’incarne dans une donnée chiffrée, celle-ci crée un écran et normalise le cadre des rapports sociaux : « La perte de la substance au travail est étroitement liée à la rationalisation de la relation qui économise du temps de l’échange humain pour ne laisser subsister que la satisfaction du résultat comptable. » (Salmon, 2009, p. 50) Mais les propriétés sociales du chiffre ont aussi à voir avec la dynamique d’accélération des sociétés, l’accélération technique, du rythme de vie et de la vitesse des transformations sociales et culturelles qu’Hartmut Rosa décrit minutieusement dans son ouvrage (2010). Le chiffre convient bien à ces accélérations en prétendant résoudre l’une des ambivalences de nos sociétés : celle du rapport au temps.

2.1. Immédiateté-vitesse-simplicité

11Outre son illusoire scientificité, le chiffre semble avoir des propriétés séduisantes de l’immédiateté, de la vitesse et de la simplicité. Dans Le travail sans qualité, Richard Sennett (2004) a ainsi montré, à l’aune de son analyse des conséquences de la flexibilité dans le capitalisme contemporain, que les sociétés étaient de plus en plus caractérisées par l’immédiateté et l’instantanéité. Cette accélération est antinomique avec la quête de durabilité, et l’(illusoire) instantanéité du chiffre contribue, à sa manière, à valoriser les phénomènes conjoncturels de très court terme (les variations des indices boursiers par exemple). Cependant, cette propension à l’immédiateté a changé de contenu. Autrefois réservée à des domaines bien circonscrits où l’irréversible était en jeu à l’instar de l’urgence médicale ou de l’urgence juridique, l’urgence est devenue le mode de fonctionnement usuel des organisations ainsi que le montre Aubert (2004, p. 82 sqq.) et intervient dans l’« hyperfonctionnement de soi », dans les flux tendus des organisations.

  • 5 Qui, depuis 2008, contient dans son périmètre d’action (décret du 6 avril) des organismes tels que (...)

12Dans la mesure des performances, les dynamiques de l’accélération se situent à plusieurs niveaux. D’abord, comme le montre Hartmut Rosa, c’est la croissance économique qui a été l’un des fondements majeurs de cette accélération (2010, p. 201). Ensuite, l’accélération est l’un des dispositifs majeurs de l’action publique contemporaine, dans une forme de mimésis vis-à-vis de la productivité industrialiste. Elle s’appuie sur l’illusion que l’activisme fonde l’efficacité. Comme le fait très justement remarquer Maurice Baslé, président d’honneur de la Société française d’évaluation, « des évaluations commandos ont été rapidement menées au niveau du secrétariat d’État à l’évaluation des politiques publiques ». Il étaye son propos en décrivant comment le secrétariat d’État à la prospective et à l’évaluation5 par exemple mène des études en trois mois, accélérant ses travaux en s’appuyant massivement sur des données chiffrées.

  • 6 C’est-à-dire la traque systématique des temps dont on aura considéré, dans les comptes, leur inuti (...)

13Enfin au niveau des organisations, l’accélération se traduit par une intensification exacerbée du travail et par la chasse aux prétendus « temps morts »6.

2.2. La visibilisation ou la transformation de la réalité ?

14La production d’un nombre ne se contente pas de refléter la réalité sociale, elle l’institue en lui conférant une réalité dont le contenu devient peu discutable. Pourtant, les actes fondateurs de la production de données chiffrées se situent surtout au moment de l’établissement des conventions d’équivalence permettant d’établir le comptage. Il a par exemple bien fallu, pour établir un recensement exhaustif de la population par exemple, s’accorder sur le fait que chaque individu valait « un »… La convention d’équivalence la plus légitime aujourd’hui, et pourtant hautement discutable, est celle qui vise à attribuer une valeur monétaire aux richesses, puisque l’évaluation et l’audit ont aujourd’hui atteint la question environnementale. Elle tire sa légitimité des acteurs qui en assurent la validité sociale, c’est-à-dire, pour l’essentiel, les économistes (voir infra).

15Les chiffres semblent toujours endosser une partie de réductionnisme dans leur manière de visibiliser des réalités sur lesquelles ils centrent la mesure. Le « chômage » ne se limite pas aux personnes demandeuses d’emploi ; les « surendettés » ne se limitent pas aux ménages déposant un dossier à la Banque de France ; la richesse ne se limite pas au « PIB », etc. Ce réductionnisme est ainsi lié i) aux conventions de définition des concepts ; ii) aux processus de collecte des données ; iii) et, plus généralement, aux conventions d’équivalence pour établir la norme chiffrée de la réalité. Les métadonnées, qui assuraient en partie cette transparence dans ces mises en équivalence, échappent le plus souvent au format de l’indicateur, décontextualisé, et diffusé seul. Un exemple frappant concerne le classement de Shanghai (voir Encadré 7).

Encadré 7. Les apories du classement de Shanghai
« Le classement de Shanghai semble offrir une réponse universelle à une question mal définie et qui n’a été posée par personne. Il ne dit pas à qui il s’adresse ni à quoi il peut servir. Dès lors, il suscite une aura mystérieuse qui n’est méritée en aucune façon. En dehors de la difficulté que nous venons de mentionner, ce classement souffre en plus de trois problèmes majeurs. Tout d’abord, les entités évaluées ne sont pas définies de manière précise. Dans beaucoup de pays européens, l’organisation de l’enseignement supérieur est tributaire d’une longue histoire et l’organisation qui en résulte est complexe : on y trouve des universités mais aussi des grandes écoles et des organismes de recherche. Dans un tel contexte, ce qui doit compter comme une “université” ne s’impose pas de manière évidente et demande une connaissance fine du paysage institutionnel : le Collège de France, institution prestigieuse mais qui ne délivre aucun diplôme et n’a aucun étudiant, figurait dans les classements de Shanghai de 2003 à 2005. De plus, nos institutions d’enseignement supérieur ont subi de nombreuses modifications au cours de leur histoire. (…) Les recherches menées au sein de ces organismes [Inserm, CN] ne contribuent pas à améliorer la position de nos universités dans le classement de Shanghai. Doit-on en conclure qu’il faut supprimer ces organismes et affecter leurs ressources et leur personnel aux universités ? En fusionnant les 13 universités parisiennes et en leur affectant le personnel et des crédits des laboratoires de recherche franciliens dépendant du CNRS ou de l’Inserm, on aboutirait à une institution qui serait en tête dans le classement de Shanghai… sans pour autant avoir augmenté le potentiel scientifique de notre pays et en ayant créé une organisation gigantesque dont la gouvernance serait clairement très problématique. Mentionnons ensuite que les critères utilisés par le classement de Shanghai sont tous d’apparence “objective”. Il suffit, nous dit-on, de compter les prix Nobel, les médailles Fields, les chercheurs les plus cités ou les articles référencés dans les bases de données. Mais le diable se cache dans les détails. Comment pondérer le prix Nobel de chimie de Marie Curie datant de 1903 par rapport au prix Nobel de physique d’Albert Fert reçu en 2007 ? Que faire des prix Nobel attribués à des personnes travaillant dans des institutions n’existant plus, par exemple suite aux partitions intervenues après 1968 ? Est-il normal que l’appartenance d’Albert Fert à une unité mixte de recherche diminue de moitié la valeur de son prix Nobel pour son université (Le Monde, 27 août 2007) ? Est-il normal qu’un article publié dans la prestigieuse revue Nature ait plus d’impact dans le classement s’il est signé de douze auteurs plutôt que de deux seulement ? Est-il normal de tenir pour acquis que la science se divise “naturellement” en 21 catégories (dont 6 sont liées à la médecine et à la biologie) qui serviront à déterminer les chercheurs les plus cités ? Est-il normal de penser qu’un article d’économie doit avoir un poids deux fois plus grand qu’un article de chimie ? Derrière l’apparente objectivité se cachent un grand nombre d’options toutes plus ou moins contestables ou arbitraires. »
Source : Le Monde, 16 novembre 2009, « classement de Shanghai, étude mal menée, calcul mal fait », Jean-Charles Billaut, Denis Bouyssou, Philippe Vincke.

16Cependant, les données chiffrées produisent aussi des effets : ils constituent un élément supplémentaire pour donner à voir une réalité, permettant de mettre en œuvre un nouveau type d’action. En ce sens, ils sont performatifs : non seulement ils formatent une vision du monde, mais ils tendent à transformer la réalité, du fait des effets rétroactifs que les chiffres exercent sur la manière d’exhiber la réalité.

3. Les données chiffrées incarnent les concepts

17Dans les sociétés guettées par la quantophrénie, les données chiffrées finissent par incarner les concepts. Que ce soit en matière de production, de développement soutenable, de qualité de vie, de bien-être, les concepts semblent de moins en moins subir de valorisation dans le cadre de méta-récits. Ils s’accommodent au contraire de plus en plus de listings d’indicateurs qui viennent s’y substituer et en quelque sorte en incarner le contenu : on ne définit plus le développement durable, on liste une dizaine d’indicateurs qui en précisent les dimensions et le contenu, à l’instar du projet européen de développement durable. Bien entendu, la performance n’échappe pas à ce processus de quantophrénie, voire, elle s’en accommode bien, car cela lui permet de rendre le processus d’évaluation « productif » lui aussi. C’est alors dans le format pris par les indicateurs que se glissent les choix et représentations principaux de ce qui est ainsi exhibé.

18La monétarisation de dimensions diverses peut s’apparenter à l’un de ces formats. Loin d’être neutre, la légitimité sur laquelle la monétarisation s’appuie, celle de la science économique et de l’élaboration des prix, est contestable. La construction d’indicateurs à partir de données explorant la subjectivité des individus apparaît aussi comme une modalité alternative, parfois envisagée comme prometteuse. C’est ce qu’on analyse dans la suite.

3.1. Les indicateurs monétarisés

  • 7 Si les dénominateurs des ratios de performance prennent peu ou prou toujours en repère l’unité de (...)

19Les indicateurs quantifiés de la performance prennent plusieurs formes7. Ils s’incarnent dans des représentations diverses de ce qui est produit, et dans diverses modalités de l’efficacité de cette production. Bien qu’elle ne soit pas la seule modalité d’évaluation (qu’on songe, au niveau macroéconomique, aux indicateurs de développement humain du Programme des Nations unies pour le développement ou, au niveau microéconomique, aux indicateurs de la Lolf), l’évaluation monétaire occupe une place privilégiée dans les indicateurs chiffrés de la performance, en particulier environnementale.

20Bien que les débats ne soient pas neufs, la controverse autour de l’évaluation monétaire des services rendus par la nature en renouvelle les enjeux.

21La monétarisation est souvent mise en avant pour deux raisons : d’abord pour sa portée pédagogique vertueuse permettant de fixer la question de ce que vaut la nature, tout à la fois dans sa valeur intrinsèque, y compris dans ses dimensions de non-usage, et dans les services qu’elle rend. Lorsqu’ils s’adonnent à ces estimations monétarisées, pour des biens sans prix, des marchandises fictives (au sens de Karl Polanyi), ou encore des services non marchands et non monétaires, les économistes mettent également en avant l’idée selon laquelle, sans prix, les biens de la nature seraient condamnés à disparaître car personne n’y prêterait attention (voir Encadré 8).

Encadré 8. Le vertige des chiffres affectés à la biodiversité
« La valeur des services annuels rendus à l’humanité par les écosystèmes est estimée entre 17 000 et 58 000 milliards d’euros (estimation du PNUE).
Le coût de l’inaction est évalué aujourd’hui à 1 % du PIB mondial chaque année, et pourrait représenter jusqu’à 7 % en 2050, soit environ 14 000 milliards d’euros (Sukhdev, 2009). »
Source : site WWF.

22Ainsi, dans leur rapport, Chevassus-au-Louis et al. (2009) précisent qu’ils ont réalisé un centrage sur l’évaluation microéconomique ex ante, c’est-à-dire qu’ils ont privilégié la recherche d’un prix des services rendus par la biodiversité pour le calcul socioéconomique. « En effet, si d’autres éléments (valeur du temps, du bruit, de la pollution, etc.) sont d’ores et déjà pris en compte dans l’analyse coût/avantages des choix publics, les effets sur la biodiversité demeurent aujourd’hui de facto considérés comme nuls. » (p. 11)

23Mais la monétarisation de la nature, et des services qu’elle rend, conduit à recourir à des équivalents monétaires pour des « choses » qui sont hors du champ monétaire. Cela demande l’adoption de méthodes discutables et dont les usages sont prévisibles : donner un prix aux services rendus par la nature, c’est mettre en forme symbolique ces services comme biens marchands. Les marges d’incertitude, en tout cas, sont grandes et concernent aussi les systèmes de valeur, sur lesquels repose en partie la définition des équivalents retenue. Une valeur monétaire est attribuée aux conséquences de l’activité économique humaine à partir d’une série de traitements différents.

24Parmi les méthodes de monétarisation retenues, une partie repose sur des prix élaborés à partir des coûts de réparation (estimés) induits. D’autres méthodes fondent cette monétarisation sur la base des coûts de prévention, ou sur celle des coûts de la mise en œuvre de solutions visant à éviter ces nuisances anthropiques. D’autres types de calcul, telles que la valeur tutélaire, sont parfois mobilisés. Ils reposent sur une rupture épistémologique assez forte dans ces tentatives de monétarisation puisque la valeur tutélaire réinjecte ostensiblement du politique dans la formation du prix. Utilisée pour les émissions de gaz à effet de serre ou la valeur carbone, la valeur tutélaire est un prix fixé politiquement. Par exemple, en 2001, un groupe de travail du Commissariat général du Plan en charge de préciser les valeurs environnementales à intégrer dans les évaluations socio-économiques des infrastructures de transport, avait proposé de retenir une valeur tutélaire de la tonne carbone à 100 euros. Cette valeur ne résultait ni d’une enquête, ni de l’estimation scientifique de coûts. Elle avait été retenue après un long processus de discussion et de débat autour de nombreux aspects : coût de réduction des émissions de gaz à effet de serre, politiques mises en œuvre, mise en place de nouveaux instruments, diversité des valeurs produites par différentes études menées en amont par des experts. Cette valeur tutélaire de référence était le fruit d’un compromis transitoire qui essayait d’intégrer un ensemble d’arguments et de propositions défendues par des acteurs aux intérêts contradictoires. Contrairement aux méthodes citées supra, l’intérêt de ce processus de monétarisation par l’usage d’une valeur tutélaire repose sur la pluralité des légitimités dans lesquelles il va puiser, et qui admet l’attribution d’un prix politique. Il incarne ainsi la porosité qui existe entre le politique et le scientifique, dont les représentations dichotomiques sont souvent illusoires. Ce processus de monétarisation particulier souffre néanmoins d’un inconvénient majeur, celui de considérer implicitement que le prix attribué à la nature est le seul étalon de valeur possible, et qu’il peut alors devenir « l’expression socialement légitimée d’une valeur abstraite », alors même que c’est dans la « situation marchande ordinaire » que cette définition est universellement admise (Orléan, 2007, p. 6). Elle prend aussi des airs de phase inassumée (ou inachevée ?) d’une reprise en main par l’État de la valorisation de la question environnementale.

  • 8 J. Milanesi précise bien qu’un principe lexicographique est un principe par lequel un bien est pré (...)

25Mais la méthode autour de laquelle l’engouement est le plus net repose sur des évaluations contingentes. Elle est privilégiée par les travaux visant à une évaluation monétarisée des services rendus par la biodiversité. Elle s’appuie ici encore sur un processus de collecte de valeurs que les individus accorderaient à l’existence d’un bien. En général la question posée dans le domaine de l’environnement est de l’ordre suivant : « Combien seriez-vous prêt à payer pour que la qualité de l’air s’améliore, ou bien, pour que telle espèce soit protégée ? » On trouve aussi, de plus en plus dans le domaine social, des questions du type : « Combien seriez-vous prêt à payer pour une diminution des nuisances sonores causées par les avions dans votre ville ? », voire du type « combien demanderiez-vous [en valeur monétaire] pour accepter une augmentation de la criminalité ? » (Essec, 2011)… Ce type de méthode repose sur une vision utilitariste, où les individus, amoraux, admettent implicitement l’hypothèse de substituabilité entre les différents biens. Cette hypothèse de substituabilité est inévitable dès lors qu’un prix est attribué à un bien. Il exclut de ce fait les hiérarchies dans les choix qui caractérisent les comportements éthiques et dans les préférences lexicographiques8.

26Julien Milanesi attribue de manière fort convaincante la paternité de la méthode d’analyse contingente à Bentham, qui considérait qu’une société juste était une société heureuse, mais qui cherchait à attribuer une quantité de monnaie en guise d’approximation de l’« utilomètre des peines et des plaisirs » (Milanesi, 2010). Exit de ce système philosophique et donc de la métrique retenue par la méthode d’évaluation contingente, la morale religieuse, les droits fondamentaux, les normes sociales, etc. Le consentement ou la propension à payer (pour, ici, éviter la dégradation d’un bien-être collectif) sur lequel repose la méthode de l’évaluation contingente est un des éléments de la théorie utilitariste : la valeur d’usage d’un bien devient la somme des consentements à payer de l’ensemble des répondants. Lorsque le bien est indivisible, la valeur d’usage devient le prix maximum que les répondants sont prêts à payer pour ce bien. En refusant de répondre à ces méthodes contingentes, les individus sondés font implicitement état du fait que l’étalonnage monétaire ne se limite pas à un exercice neutre, et que l’usage forcé de la monnaie n’est, dans ce cas, nullement une expression validant socialement la valeur attribuable aux biens naturels.

3.2. Performativité des indicateurs monétaires

  • 9 Un bien ou service qui, bien que n’étant pas « produit pour être vendu » se voit attribué un prix (...)

27Tout comme André Orléan montre dans ses travaux que la monnaie est désirée pour elle-même (2011), la donnée monétaire, dit astucieusement Julien Milanesi finit, elle aussi, par être désirée en tant que telle, car elle pourra utilement nourrir les politiques fondées sur les analyses coûts-bénéfices. La multiplication des indicateurs monétarisés est alors l’expression de l’extension de la fiction autorégulatrice du marché qui étend la notion de « marchandise fictive »9 (Postel, Sobel, 2011). C’est l’aboutissement de la Grande Transformation (Polanyi, [1944], 1983).

28Ce faisant, les processus de valorisation monétaires apparaissent comme une des prémices de l’identification de gisements d’activités et de la marchandisation. Certes, le lien n’est pas immédiat. On peut déceler dans les travaux de Stern, ou de Chevassus-au-Louis, une authentique intentionnalité de marquer les esprits et les consciences à l’égard des grands enjeux écologiques, sans intention de marchandisation. Mais que le marquage soit considéré comme plus efficace dans les représentations collectives lorsqu’il s’incarne dans la monnaie, voilà qui est symptomatique de la domination des valeurs économiques sur tout autre système de valorisation, alors même que, dans un certain nombre de cas, des individus sondés y résistent.

3.3. Quantifier le subjectif

29Les indicateurs subjectifs ont, eux aussi, envahi les espaces de production de jugements collectifs. Ceux qui les promeuvent appuient leur légitimation sur de nombreux atouts qu’ils mettent en avant. D’abord, ils lui attribuent une capacité d’objectivation des dimensions relevant inévitablement de dimensions subjectives. Cette modalité de quantification permet par exemple de dépasser le constat de la multidimensionnalité des concepts dont il est rendu compte (y compris sur les missions des services publics, leur efficacité, par exemple), et de dépasser le caractère d’auberge espagnole dans laquelle chacun puiserait au gré de ses désirs et de ses propres représentations. Ensuite, ces indicateurs soutiennent une économie collective des choix individuels. Ainsi, l’efficacité du système évalué sera estimée à l’aune de la satisfaction ou du bien-être des bénéficiaires de l’activité (usagers, clients, etc.). Enfin, cette manière de fournir une mesure du degré de subjectivité collective repose sur un processus de révélation qui n’est pas chronophage, se limitant au temps d’administration du questionnaire et de collecte des données. En cela, il offre un avantage comparatif à un processus de synthèse et d’articulation des intérêts collectifs, et la recherche de la décision démocratique, qui, eux, sont et restent des processus extrêmement longs (Rosa, 2010, p. 310).

  • 10 Les approches alternatives de la « richesse » ou du bien-être ne sont pas épargnées par la progres (...)
  • 11 En particulier par Condorcet et Arrow. Condorcet produit dès la fin du XVIIIe siècle une démonstra (...)

30Mobilisés dans les enquêtes de valeur (value survey) (Lebaron, 2011), les indicateurs subjectifs sont considérés comme plus pratiques que des démarches qui visent à élaborer une objectivation collective de valeurs partagées. Ils offrent d’ailleurs un intérêt : celui de reposer sur une participation des individus dont l’avis est recueilli. La légitimation de l’indicateur est ainsi toute trouvée : elle est fondée et sur la démocratie de la récolte de la parole individuelle, sur la synthétisation, par l’individu lui-même, de l’ensemble des registres et dimensions de ses représentations, et, ne l’oublions pas, sur la méthode d’enquête quantitative. C’est l’échantillon représentatif statistiquement qui fonde en quelque sorte sa légitimité scientifique. On dispose ainsi d’un ensemble constitué des perceptions individuelles des intérêts particuliers10. En promouvant ces postures, il est cependant rarement rappelé que leur fondement est utilitariste, qu’il repose sur l’individualisme des « agents », et que l’agrégation des intérêts individuels en une commune mesure, outre qu’elle est le fondement de l’individualisme méthodologique, a depuis longtemps été interrogée11.

31Ils participent néanmoins d’une idéologie de la souveraineté du consommateur ou de l’usager, et d’une vision de l’individu doté d’un stock initial – ex ante – de préférences individuelles qu’il s’agit simplement de révéler. Cette représentation de l’intérêt collectif est construite à partir d’une démarche où chacun est invité à se positionner sur une échelle « j’aime/je n’aime pas », « je suis satisfait/je ne suis pas satisfait », « je me sens bien/je ne me sens pas bien », la totalité étant consolidée par la somme des parties. Cet outil qui accompagne généreusement le glissement de l’État social à l’État néo-libéral devenu prestataire de services est aussi l’occasion de fournir une représentation personnalisée des enjeux de société.

4. État, statistique et démocratie

32Les formes de la quantification sont donc nombreuses et la quantophrénie, dans ses usages sociaux (management, action publique, démocratie), ne peut être comprise sans l’envisager dans son rapport aux institutions, et dans les formes d’État qui l’ont progressivement profilée. Nous avons déjà parcouru cette question dans le chapitre précédent, en particulier en identifiant les liens entre les formes de l’État et les pratiques évaluatives qu’il entretient grâce aux travaux d’Alain Desrosières (2008). De même, Robert Salais a démontré, dans le cas des politiques de l’emploi, que l’amélioration des scores, auxquels pouvaient conduire des excès de politiques axées sur le chiffre, provoquait une quête de performance sociale qui peut s’opposer à la justice sociale (Salais, 2010). Or, les indicateurs ne simplifient pas seulement la réalité. Ils incarnent toujours des visions politiques, et constituent ensuite des repères collectifs puissants. En ce sens, ils contribuent à former la vision du monde des citoyens, vision qui finit par transformer leurs actes, pour les conformer aux objectifs poursuivis. Il y a donc une responsabilité collective à modeler, par le chiffre, cette représentation de la réalité, et, dans ce qui nous intéresse ici, cette représentation des performances.

33L’observation d’une quantification croissante, comme argument supérieur dans les discours, accompagne aussi une société qui a perdu une grande partie de ses capacités à dialoguer, à convenir collectivement du sens, et qui cherche, dans une quête frénétique de chiffres, la confiance qu’elle n’arrive pas à rétablir, ou sur laquelle elle refuse de fonder la coopération. Cette confiance est évidemment une question centrale dans l’élaboration des indicateurs lorsque ceux-ci nourrissent des systèmes incitatifs.

  • 12 Voir par exemple l’article de François Héran dans le journal le Monde (Héran, 2007).

34La question qui unit la statistique et la démocratie contient celle de la performance et la dépasse. Elle la dépasse d’abord. En témoignent de multiples exemples qui ne relèvent pas à proprement parler de la performance, mais qui interrogent le lien entre la statistique et la démocratie. Ce fut par exemple le cas en 2007 lors de la mise en place d’enquêtes ethniques. Les questions soulevées par ce débat central12 renvoyaient à une double capacité de la statistique : une capacité d’émancipation par le savoir, mais aussi une capacité d’instrumentation et de manipulation. Elle la contient ensuite, tant les formes de domination qui s’exercent aujourd’hui par la performance totale endossent les habits d’une discrète et illusoire scientificité, audessus de tout soupçon. La question est bien là : comment faire de ces productions statistiques des dispositifs autonomes, source d’émancipation pour les individus, composant de leur lutte, et non des formes hétéronomes contraignantes, à l’instar du régime de performance totale ? Cela nécessite de penser conjointement les conditions sociopolitiques dans lesquelles les conventions de comptage sont réalisées, les pratiques sociales par lesquelles les indicateurs sont sélectionnés, et les usages sociopolitiques qui en sont faits. Cela vaut pour les statistiques ethniques comme pour les indicateurs de performance. Penser les conditions sociopolitiques de construction des indicateurs invite à observer ces indicateurs sous l’angle de leur légitimation et donc sous l’angle de la démocratie.

Conclusion

35Ce n’est pas le chiffre en soi qui est problématique, ni la mesure. La quantification est aussi ancienne que l’affirmation des formes étatiques. Le pouvoir dessine une ou des mesures à sa mesure, de même qu’il frappe la monnaie à son effigie (Kula, 1984 ; Bardet, Jany-Catrice, 2010). Pourtant les travaux qui se penchent sur ces questions de manière contemporaine mettent en avant soit l’idée que la quantification serait ontologiquement un piège (Bruno, 2010), ou de manière plus nuancée, qu’il y aurait un excès dans ses usages (Salais, 2010).

36Derrière les atours d’équipement scientifique et cohérent, le chiffre tend à brouiller le sens de l’activité et des missions, des interventions, et crée des « ambiguïtés cognitives » (Salais, 2011). Cet équipement scientifique est symptomatique d’une incapacité à réhabiliter du débat, voire contribue à occulter le débat autour des finalités de l’activité économique, des interventions privées ou publiques. Cela conduit à laisser aux agents, livrés à eux-mêmes, le soin de régler dans leurs relations interindividuelles toutes les tensions, qu’elles soient « propres à l’exercice administratif » (Weller, 1998) ou pas. Dans de nombreuses activités de services d’interface, occupés par les femmes, il revient souvent aux salariés en bout de chaîne de prendre en charge les tensions qui pèsent sur eux lorsqu’ils cherchent à concilier des inconciliables, ce que résume l’opposition entre la logique industrialiste et la relation singulière de service de proximité (Jany-Catrice, 2010).

37On a aussi insisté, en filigrane de tout ceci, sur la responsabilité de l’expertise économique dans ces mutations et dans l’avènement de la performance totale. En mettant en avant un individualisme, une rationalité instrumentale, et une quête de bien-être individuel, l’économie mainstream et les opérateurs de sa diffusion, parmi lesquels les processus de légitimation scientifique, contribuent aux tensions qui s’accroissent entre l’activité et la perte du sens.

38Est-ce à dire que l’inéluctabilité du système guette ? Nous proposons de montrer dans ce qui suit que les conditions sociales de la performance totale, telle que nous l’avons décrite dans les chapitres précédents, ne sont pas une fatalité. Des voies pour sortir des impasses auxquelles elle conduit sont envisageables et envisagées, pour peu que l’on repense la question démocratique.

Notes

1 On trouve aussi cette idée que les institutions rassurent et produisent du confort, dans la société de l’audit de Michael Porter (2005).

2 La T2A est un système de financement des établissements publics de santé directement inspirés de l’organisation industrielle et marchande. Le paiement de l’établissement est directement associé à l’activité réalisée. Elle nécessite la définition de « groupes homogènes de malades », identifiés selon la complexité des cas, et la fixation de prix.

3 Voir Le Monde du 18 février 2012, « De l’art d’inciter à la citation ».

4 Voir sur ce point le travail de Bernard Gomel et Dominique Méda (2011) à propos de la mise en œuvre du RSA en France. Plus généralement, il suffit de se promener dans les couloirs de l’ANR, ou d’observer le rôle des agences (Aeres, ARS, ANSP pour ne citer que celles que nous croisons dans nos propres recherches) pour saisir l’inflation de la coordination par la bureaucratie qu’engendrent les formes contemporaines d’évaluation, de contrôle et de mesure des performances.

5 Qui, depuis 2008, contient dans son périmètre d’action (décret du 6 avril) des organismes tels que le conseil d’analyse stratégique (CAS), le conseil d’analyse économique (CAE), le conseil d’orientation des retraites (COR), ou encore le conseil d’orientation pour l’emploi (COE).

6 C’est-à-dire la traque systématique des temps dont on aura considéré, dans les comptes, leur inutilité.

7 Si les dénominateurs des ratios de performance prennent peu ou prou toujours en repère l’unité de temps (équipée des caractéristiques de neutralité, de linéarité et de polarisation (Rosa, 2010)), et ce, sans grande contestation, l’objectif fixé, ou ce qui est produit, et qui apparaît au numérateur des ratios performance, est, quant à lui, plus discuté.

8 J. Milanesi précise bien qu’un principe lexicographique est un principe par lequel un bien est préféré à tout autre comme dans le cadre d’engagements moraux des individus. Ex : la survie d’une espèce est préférée à toute combinaison d’autres biens.

9 Un bien ou service qui, bien que n’étant pas « produit pour être vendu » se voit attribué un prix et une évaluation marchande.

10 Les approches alternatives de la « richesse » ou du bien-être ne sont pas épargnées par la progression de ce type d’enquêtes subjectivistes. Dans ce cas, les approches fondent leurs mesures sur la base d’enquêtes allant de simples questions relatives au niveau de « bonheur », à l’élaboration d’indices de satisfaction de vie, dont on mettra les évolutions en lien avec celles d’autres variables, de manière à révéler ou pas des corrélations (Kahneman, Krueger, 2006).

11 En particulier par Condorcet et Arrow. Condorcet produit dès la fin du XVIIIe siècle une démonstration mathématique d’un risque de décisions majoritaires irrationnelles et incohérentes. En 1972, Kenneth Arrow généralise le paradoxe de Condorcet en énonçant un théorème d’impossibilité. Il montre les limites des procédures de vote, en soulignant les difficultés de construction d’une fonction de préférence collective. Il suggère qu’il existe un risque de légitimer le recours à une fonction de préférence étatique surplombante. C’est l’État alors qui dit l’intérêt général et qui choisit les biens communs : c’est la fonction de préférence des gouvernants. Ce qui pose la question de la capacité de l’État à ajuster les biens collectifs aux besoins collectifs.

12 Voir par exemple l’article de François Héran dans le journal le Monde (Héran, 2007).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable