Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?

 | 
Florence Jany-Catrice

Chapitre 4. Les performances de l’État « modernisé »

Texte intégral

  • 1 Cette posture d’ordre métrologique est revendiquée par l’Institut de la performance publique, entr (...)

« La productivité n’est pas une qualité pouvant faire l’objet d’un jugement de valeur, mais une fraction arithmétique : le rapport entre une quantité de production et la quantité de travail nécessaire à cette production. C’est une composante nécessaire de la performance publique. » Site de l’Institut de la performance publique1.

Introduction

1Dans les couches profondes de la société, une tumeur maligne s’est instillée, celle de la performance totale. L’État n’apparaît plus comme un garant contre ce type de tumeur. Voire. Il en favorise aujourd’hui l’expansion.

  • 2 Définie comme la science des « mesurages et ses applications », voir JCGM, 2008, « Vocabulaire int (...)

2Dans ce cadre, l’évaluation des politiques publiques s’aménage de plus en plus en une succession de dispositifs qui visent, dans les pratiques, à mesurer les performances des services publics. Ce glissement réduit la portée des évaluations, en les insérant dans des dispositifs réalistes. Ces dispositifs sont caractérisés par le développement de la métrologie2 qui transforme la manière par laquelle la réalité de l’efficacité est mise à jour. Dans cette dynamique, la prééminence de la « performance » est le symptôme d’une double dissolution : dissolution d’abord de l’évaluation des politiques dans la mesure des performances des services publics ; dissolution ensuite de la performance collective et, avec elle, du progrès social dans la somme des performances individuelles.

1. « Évaluation » des politiques publiques ou « mesure » des performances des services publics ?

3Les liens entre l’évaluation des politiques publiques et la mesure des performances sont ambigus, mais, bien qu’inscrits dans des histoires différentes, les espaces occupés par l’une et l’autre sont de moins en moins étanches. Au-delà de ce qu’il « dit » de la manière de considérer l’État, en tant que simple prestataire de service, et plus en tant que garant de l’intérêt général, ce glissement de l’évaluation des politiques publiques vers la quête de performances des services, est important du point de vue du rapport à la quantification. Dans un cas, l’évaluation des politiques publiques prend la forme d’une construction sociale délibérée, et s’appuie, lorsque c’est nécessaire, sur quelques données dont l’objectivation sera le fruit de l’ensemble des parties prenantes. Dans l’autre cas, la mesure de la performance des services est inscrite dans une posture réaliste qui prend pour acquis que ce qui est mesuré existe bien comme réalité non contestable.

1.1. Une étanchéité affaiblie

  • 3 « La praticabilité de l’évaluation constructiviste est faible et l’influence qu’elle exerce dans l (...)

4Patrick Viveret et Bernard Perret (1989) rappelaient que lorsqu’on se met en position d’« évaluer », un jugement sur la valeur des actions est émis, et une valeur, bonne ou mauvaise, est alors assignée à l’événement sous les feux de l’estimation. Pour Patrick Viveret, ce jugement est émis dans le but d’instaurer une tension entre logique démocratique et logique d’efficacité décisionnelle : logique démocratique, dans le sens où la valeur attribuée sera collectivement délibérée et partagée ; logique d’efficacité décisionnelle, dans le sens où la délibération doit être productrice d’effets. L’ordre de préférences qui émergera s’adosse à une posture de type plutôt constructiviste qui « consiste à ne pas perdre de vue que le résultat de l’opération de mesure dépend fortement de cette procédure elle-même » (Desrosières, 1993). Or, depuis de nombreuses années, la plupart des méthodes évaluatives ont glissé vers des espaces métrologiques (Vlassopoulou, 2005)3 et s’inscrivent, de manière décomplexée, dans un réalisme illusoire de la mesure.

5Il y a deux raisons à ce glissement. D’abord, si l’on associe aussi aisément « performance » et « mesure », c’est que les dispositifs de performance visent, dans l’esprit, à alléger la charge de calcul des agents dans un système capitaliste marqué par de fortes incertitudes. Dans ce monde incertain, ces dispositifs constituent « des simplificateurs cognitifs qui focalisent l’attente sur certaines tâches, routinisent des normes pratiques de comportement » (Eymard-Duvernay, 1999, p. 60). Dans le projet de modernisation de l’État, les systèmes d’information sur lesquels la performance fonde sa légitimité, visent à contrôler et évaluer le travail des services et administrations de l’État. Dans ce projet, la performance apparaît ainsi non seulement comme l’expression d’une apologie de la « raison instrumentale » (Heilbrunn, 2004, p. 10) mais aussi comme celle de la « raison statistique » (Desrosières, 2008), voire de la raison métrique.

6La seconde raison tient au fait que ce déplacement de l’espace évaluatif vers l’espace métrologique fait reposer la légitimité sur l’expertise calculatoire. Celle-ci supplante en quelque sorte l’autorité professionnelle (Desrosières, 2010), dont l’émergence était plurielle, contradictoire et négociable.

1.1.1. La quête de performance de l’État

7La quête de performance de l’État néo-libéral requiert donc l’adoption d’une posture réaliste. Ce faisant, elle ne laisse pas indemne l’État lui-même. Celui-ci se transforme de plus en plus en une entité prestataire de services. En endossant une posture profondément réaliste, l’État néo-libéral s’adosse à des outils de pilotage automatique considérant que ces « instruments de gouvernement » (Lascoumes, Le Galès, 2004) sont efficaces pour l’action publique. Mais c’est alors la nature de l’État qui se transforme. Il revient à Alain Desrosières d’avoir montré combien les formes des statistiques et leurs usages sont intimement liés aux formes d’État. Il en dénombre quatre qui se succèdent historiquement. Ainsi, à l’« État ingénieur » animé par la promotion de la production et des hommes, pouvait-on associer des statistiques visant au dénombrement de la population (démographie), aux productions privilégiant les quantités physiques, et aux tableaux d’échanges interindustriels du type des tableaux de Leontieff (Desrosières, 2000). À l’« État libéral » qui s’intéresse au XVIIIe siècle au marché et aux prix, A. Desrosières associe des statistiques qui soulignent « la transparence des marchés » (parts de marché, positions dominantes). La période de l’État libéral est aussi une période favorable aux prémices d’une mise en comparaison statistique internationale, pour estimer les « comptes de la Puissance » (Fourquet, 1980) comparés. Puis, à l’« État keynésien » qui fonde son action publique sur la demande globale et ses composantes, A. Desrosières associe des statistiques de comptabilité nationale, mais aussi des analyses de conjonctures à partir des premiers signes de crise internationale. Ces statistiques macroéconomiques de comptabilité nationale se transforment progressivement en partie à l’instigation des invitations récurrentes de mise en comparabilité internationale, qui devient assez systématique à partir des années 1980 (Vanoli, 2002). À l’« État néo-libéral » enfin, A. Desrosières associe une multitude de formes statistiques marquées de trois caractéristiques centrales les rendant malléables et propres à un usage ad hoc. D’abord, comme ces statistiques relèvent d’un État incitateur, non seulement incitateur pour ses « agents publics », mais aussi incitateur pour ses usagers, les nouvelles formes statistiques élaborées fournissent justement l’État en données sur la performance des agents. Le dispositif majeur adopté par la « modernisation » de l’État en France prend appui sur la Loi organique relative aux lois de finances (Lolf) du 1er août 2001 et sur la révision générale des politiques publiques (RGPP) du 10 juillet 2007. Toutes deux agissent comme des dispositifs de transformation de la nature de l’État. Bezès (2009) montre ainsi que le dispositif de la Lolf tel qu’il a été dessiné constitue une véritable rupture paradigmatique dans le corps de l’administration publique. La réorganisation institutionnelle incitée par la loi organique conduit à une imbrication étroite entre d’un côté, la performance de l’administration en tant que producteur, prestataire de services, et, de l’autre, l’évaluation des politiques publiques : « Le budget d’un ministère est désormais présenté comme un ensemble de programmes correspondant peu ou prou à des politiques publiques. » (Bezès, 2009 ; p. 448) Auxdits programmes sont fixés des objectifs, puis ceux-ci sont déclinés en objectifs opérationnels chiffrés et ciblés pour les services qui ont la charge de mettre en œuvre ces politiques. Ces statistiques sont également le symptôme de l’extension du champ de la mesure, à la fois du fait de la démultiplication du champ d’intervention de cet État néo-libéral et de l’extension des possibles de la quantification (statistiques environnementales, statistiques sociales élargies, statistiques de santé, statistiques de sécurité personnelle, etc.). Dans chacun des cas, dit Alain Desrosières, « sont élaborées et négociées simultanément des modalités de jugement et de mise en forme statistique de ces problèmes, des répartitions des responsabilités entre les divers acteurs, des façons d’évaluer a posteriori les actions publiques » (Desrosières, 2000, p. 10).

8Les mutations les plus récentes sont cohérentes avec la thèse selon laquelle l’État néo-libéral prend davantage les atours d’un État prestataire de services, qui s’appuie sur des indicateurs de performance de sa production. Il s’éloigne ce faisant de l’État social (Castel, 1995), garant de droits fondamentaux et de libertés, de la cohésion sociale, de l’égalité d’accès des citoyens et de traitement égalitaire des citoyens.

1.1.2. Basculement d’un État social vers un État prestataire de service

9Alors qu’il est une modalité fréquente du monde des services publics anglo-saxons, le glissement d’un modèle d’État social, garant des solidarités et des droits fondamentaux, à celui d’État prestataire de services est récent en France (Trosa, 2010). Dans le monde anglo-saxon en effet, l’exigence d’apporter la preuve de l’efficacité de l’action publique est liée à une moindre légitimité a priori de celle-ci et, somme toute, à une moindre confiance dans la capacité de l’État à garantir l’intérêt général. L’État prestataire de services est surtout marqué par un fonctionnalisme utilitariste de l’action qui « emprunte ses instruments à celle en usage dans les entreprises privées » (Dreyfus, 2010). Cette manière d’envisager l’État prestataire est largement inspiré du Financial Management Initiative, un système de management ayant pour but que « les managers à tous les niveaux aient une vision claire des objectifs à atteindre ». « Ils évaluent et si possible ils mesurent les résultats et les performances au regard de ces objectifs et ils ont une responsabilité définie pour faire le meilleur usage de leurs ressources, incluant l’examen critique des résultats en termes de coût/avantage. » (Dreyfus, 2010, p. 859)

10L’ambition de l’action publique se réduit alors à une succession d’indicateurs de performance individuelle : l’évaluation de l’Éducation nationale est pour l’essentiel contenue dans celle des enseignants et des élèves. L’évaluation de la santé se limite à une série d’indicateurs qui tend à évacuer le caractère pluriel des performances du champ (Pierru, 2007 ; Batifoulier et al., 2008). L’efficacité de l’enseignement supérieur et de la recherche n’est plus jugée qu’à l’aune de l’accroissement du rang bibliométrique de chaque enseignant. Ces approches « fonctionnalistes » du professionnalisme (Maroy, 2005) s’appuient sur une vision individuée et instrumentale de l’organisation et de l’administration. Elles réfutent l’idée que les organisations puissent être des espaces politiques faisant cohabiter une pluralité de registres d’action et d’évaluation différents. En bref, ce projet inscrit l’État néo-libéral dans un corpus idéologique qui fait fi de plusieurs décennies d’analyses économiques conventionnalistes.

  • 4 Lorsqu’elles interrogent dans quelle mesure « la nature est soluble dans l’utilité », les controve (...)

11Cette manière d’envisager l’État-prestataire enfin est très anthropocentrée : elle limite la mesure des impacts sociétaux des actions à celles qui rendent service à l’homme4.

12Envisager la mesure des performances sur ce registre métrologique n’est pas uniquement à visée réductionniste. Cela transforme les formes même de la prescription politique, et de la vie en société. En ignorant les formes pluralistes de l’évaluation des politiques publiques, disparaissent des registres de l’efficacité les dimensions civiques ou civiles d’accès aux services pour tous, de bien-être par le travail, de maintien des droits du public, comme des composants de la performance, faisant alors valoir l’intérêt général. Un État prestataire de services n’en est plus le garant. Il agit selon une modalité qui se caractérise par (i) une injonction permanente à l’incitation au travail et à l’accroissement de son intensité ; (ii) une représentation « économiciste et non citoyenne » de l’individu (cʹest-à-dire renvoyant à un individu méthodologique, sans épaisseur et à rationalité instrumentale, maximisant son intérêt particulier, tandis que le citoyen est membre de la cité, voire de l’humanité dans ses dimensions écologique et anthropologique ; il est doté de droits et de devoirs, et a une vision – mouvante – du bien commun) : (iii) une injonction à l’évaluation des performances de ces homo oeconomicus ; et (iv) la fin de la reconnaissance et de la garantie des valeurs républicaines à l’instar de celle de l’égalité et de la citoyenneté.

13Comment a-t-on pu en arriver là ?

2. Légitimation de la quête de performance par les besoins d’évaluation des politiques publiques

2.1. Les étapes de l’histoire de l’évaluation des politiques publiques

  • 5 Contrairement à une métaphore de la sédimentation, qui laisserait penser que l’histoire de l’évalu (...)

14Jusqu’à la mise en place de la Lolf, fondée dans le texte sur l’idée d’une gestion plus démocratique et plus performante, le monopole de l’analyse politique et de l’expertise était concédé à l’État central. La Cour des comptes et le conseil d’État étaient les garants de la véracité des évaluations et d’une forme d’efficacité institutionnelle. Les recherches en sciences politiques ont cependant montré que la tendance à la généralisation de l’évaluation des politiques publiques est en fait composée de plusieurs « vagues », laissant entendre la possibilité de sacs et ressacs5. Modalité d’exercice relativement peu répandue en France jusqu’aux années 1990, elle s’est largement étendue depuis.

2.1.1. La RCB ou « rationalisation des choix budgétaires » 1970- 1984

  • 6 Seuls les Pays-Bas sont considérés à cette époque – dans les pays occidentaux – comme suivant une (...)

15L’idée prévaut au début des années 1970 de développer la planification budgétaire en mettant en œuvre des dispositifs d’évaluation ex ante, et en structurant le budget de l’État sur la base d’une prévision de ses impacts. La rationalisation des choix budgétaires est un dispositif majeur de la régulation planificatrice assez spécifique à la France, en tout cas au sein des grands pays occidentaux6. Elle s’appuie alors sur le Commissariat général au plan créé par Jean Monnet, qui élabore des prévisions macroéconomiques, en particulier en matière d’investissements publics. Les plans s’appuient sur des systèmes d’information que fournit à titre principal la comptabilité nationale. L’échec partiel de la RCB est souvent attribué au fait que, alors que les crises du capitalisme se renforcent, créant des formes d’instabilité permanente, des analyses plus conjoncturelles sont exigées, dès la fin des années 1970, faisant entrer en conflit les temporalités d’analyse et d’action. L’émergence de la « conjoncture » dans l’analyse et dans l’action publique n’a évidemment pas surgi exclusivement à cette période. Nées aux États-Unis dès le début du XXe siècle, les méthodes d’analyse de la conjoncture ont rapidement connu un succès important. Les travaux de Wesley Mitchell sur le Business cycle en 1913 se centrent précisément sur l’observation systématique des cycles par le biais de diverses données quantifiées collectées. Sur la base d’une batterie d’indicateurs « représentatifs du mouvement des affaires, l’idée est de dresser des diagnostics et de faire des prévisions “intelligentes et rationnelles” » (Deblock, 2000, p. 360).

  • 7 Christian Deblock cite les hommes d’affaires Babson et Brookmire.

Encadré 4. Des cycles de court terme aux baromètres
Christian Deblock fait état de deux tendances intéressantes de ce point de vue : la plupart des travaux sur les cycles (en particulier ceux de Juglar, ou encore ceux de Beveridge) s’inspiraient tout à la fois de la médecine et de la météorologie (Deblock, 2000, p. 363). C’est à ce moment que se développent deux types de mise en forme des informations qui serviront la prévision : les baromètres (« un indice général ») ou une batterie d’indicateurs (« combinaison de plusieurs indices ») dont Christian Deblock dit qu’ils seront d’ailleurs longtemps en concurrence (2000, p. 361). L’auteur montre également que cette production de baromètre a d’abord été élaborée par des hommes d’affaires dès avant la Première Guerre mondiale, « certaines grandes entreprises américaines et surtout quelques maisons d’affaires privées7 avaient immédiatement vu tout l’intérêt que pouvaient tirer les investisseurs et les entreprises d’une utilisation intelligente des graphiques, ceux-ci ayant l’avantage considérable sur les tableaux et les données brutes de donner une vision immédiate, sinon saisissante des faits et de la réalité » (Deblock, 2000, p. 67).

  • 8 Elle a en tout cas largement participé au mouvement général de transformation de l’économie en une (...)

16Cette prédominance du conjoncturel sur la planification, qu’illustre le développement des évaluations de type « dynamique de court terme » est l’un des traits majeurs du basculement de la RCB vers d’autres formes évaluatives8.

2.1.2. Une deuxième vague d’évaluation marquée par le rocardisme

  • 9 Les rapports ne relèvent pas de la même épistémologie cependant. Le rapport Deleau et al. (1986) e (...)
  • 10 Il a la possibilité de recourir à la Cour des comptes pour évaluer des politiques publiques spécif (...)
  • 11 Assemblée nationale n° 1009, rapport sur le projet de loi de modernisation des institutions de la (...)

17Dans un contexte marqué par l’affaiblissement du Commissariat général du plan et par le déclin de la planification, une deuxième vague de dispositifs d’évaluation de type ex post fait son apparition. Ceux-ci s’inscrivent dans une volonté de « renouveau du service public » portée par le social-démocrate Michel Rocard, et qu’a incarné le rapport de Patrick Viveret (1989)9. Ce « renouveau » exprime une synthèse des volontés de rénovation des relations de travail, d’amélioration du rapport à l’usager et du développement de la « responsabilité » des fonctionnaires. De nouvelles missions d’évaluation et de contrôle sont attribuées au Parlement qui, dans les textes en tout cas, prend le pas sur la domination des technocrates et experts10. Mais plusieurs objectifs très différents sont en fait visés par les réformes : il s’agit de dépasser le constat d’une carence dans l’éclairage des décisions de l’Assemblée nationale, de contrôler la dépense publique, de mieux légitimer les décisions sur une base plus démocratique. Le problème majeur est qu’en prévoyant que le Parlement évalue les politiques publiques, « avec une économie de mots, [le constituant] fonde le droit pour le Parlement de suivre l’application des lois, d’en évaluer les résultats, d’en apprécier les conséquences11 ». Cette deuxième vague d’évaluation des politiques publiques jette largement les bases du new public management.

2.2. L’application des « 3E » du management à l’évaluation des performances des services publics

2.2.1. Le management public

18L’évaluation des politiques publiques a été progressivement dessinée et conduite par des systèmes managériaux dont l’inspiration directe émane des pratiques et cultures du management privé à but lucratif. Cela constitue la caractéristique de la troisième vague française dans l’évaluation des politiques publiques. Celle-ci a d’abord pris la forme d’une succession d’audits, et s’est traduite, dans les réformes, par un rapprochement des comptes du secteur public avec le modèle de la comptabilité privée. L’arrivée du management et des méthodes des entreprises privées dans le management public est présentée, dans les travaux de Michael Porter (2005), par l’introduction des « 3E ». Cette dénomination énigmatique nomme le triptyque « economy, efficiency, effectiveness », appliqué communément aux activités de service, et dont les États se sont emparés au nom de la qualité ou de l’efficacité, de l’équité ou de l’efficience, et dans tous les cas, au nom de « l’obligation de résultats » (Normand, 2006). Symptomatique de l’imbrication entre les problématiques analytiques des activités de services, et celle de l’évaluation des politiques publiques, l’analyse de ces 3E est riche d’enseignements.

  • 12 Ces exemples rapidement énoncés montrent qu’on ne peut faire l’économie d’une négociation autour d (...)
  • 13 Ainsi en est-il du nombre d’heures de cours dispensés par un établissement scolaire : input ou rés (...)
  • 14 On peut aussi rapporter les outcomes aux coûts, ce qui est l’expression, dans l’esprit des auditeu (...)
  • 15 Ainsi, on s’intéresse, dans la police, à l’évolution du taux de criminalité ; et dans l’immigratio (...)

19On a montré dans les chapitres précédents que les activités de services étaient caractérisées par une incertitude autour du « produit ». Cette incertitude est levée par les promoteurs des 3E en recourant à une distinction entre ce que l’on appelle les outputs (ou produit immédiat) et les outcomes (ou produit médiat). Le déterminant le plus important entre ces deux manières de concevoir le « produit » est le rapport au temps. Les premiers, les outputs, constituent le produit direct de l’activité de service (par exemple le nombre de malades traités ; les contrôles d’alcoolémie au volant ; la toilette auprès d’une personne âgée). Les seconds, les outcomes, constituent le produit indirect, ou médiat, estimant le résultat de l’activité dans le long terme sur les usagers voire sur le public (l’espérance de vie, éventuellement en bonne santé ; le bien-être des personnes âgées ; le maintien de la biodiversité, etc.)12. À partir de ces deux grandes catégories outputs et outcomes, des ratios sont construits. Ils expriment peu ou prou un ratio de productivité : ils portent au numérateur un « produit » et au numérateur une quantité d’effort pour réaliser ce produit. On obtient alors une combinaison de trois ratios. L’economy, ou encore la rentabilité économique, de type financier, qui rapporte l’output immédiat aux coûts correspondants. L’efficiency, ou encore l’efficience ou productivité industrielle, qui rapporte l’output, les résultats directs de la production, aux inputs, avec le risque d’une confusion entre le résultat direct et les inputs13 (c’est-à-dire les facteurs qui entrent dans le processus de production, tels que le travail). Enfin l’effectiveness (efficacité) qui rapporte les outcomes aux inputs. Cette notion d’efficacité14 est davantage développée pour des activités dans lesquelles (i) on peine à identifier ce qui relève de l’effet lié à l’action directe du salarié, où il faut tenir compte d’effets plus indirects en partie liés à des événements exogènes, et dans lesquelles (ii) l’horizon temporel de l’évaluation de l’efficacité de l’action est long (Gadrey, 1996). Dans certains cas, cette notion d’efficacité à long terme perd son dénominateur et n’est plus rapportée aux moyens mis en œuvre pour y accéder. Elle devient un outil à la fois incitatif et évaluatif, visant à fixer des objectifs chiffrés. Certaines pratiques liées à la Lolf sont exemplaires de cette logique, on y reviendra15. Ces objectifs peuvent être individuels ou collectifs, informels ou contractuels. Dans la plupart des cas, cette quête de la performance a jeté les bases progressives d’une extension du calcul économique dans des domaines jusque-là épargnés, en particulier dans l’éducation (Normand, 2006) ou dans la santé (Pierru, 2007).

20Cette vision multiple du régime de performance issu de la tradition de l’audit englobe bien d’autres aspects que le simple glissement, ou élargissement, de la productivité à la performance. Dans tous les cas, la rentabilité (economy), l’efficience, ou l’efficacité peuvent être distinguées de manière contradictoire. Ces trois dimensions renvoient à des registres différents de ce que peut constituer la « performance » des actions individuelles et collectives (financières, productivité en volume, efficacité de long terme). Une fois découplées, ces dimensions peuvent aussi être une indication des espaces de controverses qu’elles suscitent : dans un établissement de santé ou un établissement scolaire comme dans celui d’un service policier, plus d’efficience peut conduire à moins d’efficacité, de même que la rentabilité immédiate peut être peu compatible avec cette même efficacité. Philippe Batifoulier en fournit de nombreux exemples dans ses travaux de recherche sur la santé. Il montre en particulier que la quête de performance de type industrialiste incite à la suppression des temps gratuits pourtant sources de lien social avec le patient. Dans une organisation qui vise l’accroissement du volume immédiat, ces temps gratuits ne sont plus pris en compte dans le projet du travail du soignant. « Ce conflit sur la conception de la qualité du travail n’est pas seulement vécu comme un déni de reconnaissance (Chanial, 2010), mais aussi une injonction à mal faire son métier. La promotion d’une culture de résultat (…) est vécue comme des attaques à ce qui fait la singularité et la fierté des soignants quand ils sont dépositaires des valeurs de solidarité et garants de l’équité dans l’accès aux soins. » (Batifoulier, 2012).

21Ces modèles des 3E peuvent apparaître séduisants, et relativement opératoires, lorsqu’on utilise des cas paradigmatiques qui fonctionnent plutôt bien, et qui sont circonscrits à des actions limitées. Bernard Perret propose ainsi le cas du « gendarme et de l’alcool au volant » dans lequel les moyens et ressources seront exprimés en termes d’effectifs de gendarmerie ou d’heures de travail disponible ; les outputs relèveront du nombre de contrôles d’alcoolémie, ou encore du nombre de contrôles positifs, ou du nombre de sanctions. Prenant en considération l’horizon temporel plus long, les outcomes tiendront compte des effets dissuasifs, voire de la diminution de l’alcool au volant, ou de la réduction du nombre de morts sur la route.

22Dans d’autres situations, plus complexes, les arbitrages sont plus complexes. D’abord parce que la frontière entre l’input et l’output est mince. Mais aussi parce que la négociation autour des outcomes ou des résultats est non seulement multidimensionnelle mais aussi fonction de l’horizon temporel du jugement, et dépendante des registres controversables de l’action. Lorsqu’on tente ainsi d’appliquer la grille des 3E au cas du maintien à domicile des personnes âgées dépendantes, les deux dimensions temps/multidimentionnalité surgissent immédiatement et rendent l’applicabilité de cette grille aléatoire. Les outputs sont parfois limités aux inputs et comptabilisent le nombre d’heures d’intervention aux domiciles des personnes âgées ; ils peuvent inclure un nombre d’actes de soins et d’aide réalisés ; l’outcome et les impacts tiendront compte de l’accès de tous à ces services, du bon soin au bon moment en fonction d’une demande raisonnée. À un horizon temporel plus long, pourraient être mobilisés des critères relevant du maintien possible d’une espérance de vie en bonne santé dans des conditions de dignité humaine.

23Ce système des 3E fait aussi l’impasse, en outre, des dimensions clés des régimes de justification et de délibération de l’action publique, en particulier la pertinence entre les objectifs, les finalités et les besoins ainsi que la cohérence entre les moyens, les dispositifs et les objectifs (Perret, 2008). Par-dessus tout, cette dissolution de l’évaluation des politiques publiques dans la performance des services publiques fait fi des problématiques relevant de la légitimation des processus et de la soutenabilité écologique, humaine et sociale des modalités organisationnelles ainsi produites.

2.2.2. Obligation de moyens ou de résultats ?

24L’instauration d’audits publics constitue une véritable pression à la banalisation du contrôle de l’action publique. Il s’est accompagné d’une systématisation dans la définition d’objectifs et d’indicateurs dits de « résultats », rompant avec l’obligation de moyens qui guidait l’action publique jusque-là. Cette rupture dans la manière d’envisager l’action publique et donc de l’évaluer a fait naître des préoccupations d’un nouveau genre, en particulier en imbriquant étroitement les questions relatives à la maîtrise des coûts et à la performance des services publics.

  • 16 Sous réserve que le périmètre public ainsi réduit ne soit pas transféré à une activité marchande.

25La première question se traduit par une détermination politique à la réduction des dépenses publiques, et s’est cristallisée dans la révision générale des politiques publiques (RGPP), succession de réformes visant officiellement à « l’effort de rétablissement des finances publiques ». Lancée officiellement par le Premier ministre le 20 juin 2007, la RGPP vise explicitement à la « maîtrise », voire la réduction, des dépenses publiques. Il y a une certaine ironie de l’histoire à vouloir ainsi limiter les dépenses publiques, en particulier en limitant la hausse de la masse salariale du secteur public. Depuis 1976 en effet, les conventions des comptes nationaux valorisent la production des services rendus par les administrations publiques par ce qu’elles coûtent. La mise en œuvre d’une RGPP dont l’objectif est de réduire les dépenses publiques conduit à une diminution du produit en valeur (toutes choses égales par ailleurs16), celui-là même que l’on cherche pourtant à maximiser au niveau national.

26La seconde question qui a pris le nom, à partir de 2007, d’« audits de modernisation » désigne la performance des services publics et prend la forme concrète d’élaboration, de mesure et de suivi de « portefeuilles d’indicateurs » de performance en fonction des objectifs inscrits dans des politiques de contractualisation. Le programme d’audits de modernisation a cumulé entre 2005 et 2009 plus de 167 audits, couvrant un périmètre de près de 150 milliards d’euros de dépenses (Baslé, 2009, p. 6).

2.3. Le « new public management » comme marqueur de la « modernité »

27Vague ultime d’évaluation des politiques publiques qui prolonge l’inspiration managériale, le nouveau management public ou New public management (NPM) parachève le transfert, vers le secteur public, des normes et outils de gestion issus du secteur privé lucratif, et peut donc être entendu comme un dispositif de contrôle total guidé par l’idéologie managériale (Autès 2002 ; Chauvière 2007).

28Il repose sur trois étapes, mises en exergue par Bezès (2009) : (i) la mise en place d’un modèle de contrôle par la production et le traitement d’informations matérialisées dans des instruments de gestion qualitatifs et quantitatifs (objectifs/indicateurs/cibles) ; (ii) l’exigence de mesure des résultats de l’action publique par le biais des 3 E, dorénavant sous l’appellation, par les réformateurs, de « logique de performance » ; et (iii) la délégation des choix budgétaires et renforcement supposé de l’autonomie pour les gestionnaires et les chefs de programmes, par le biais d’enveloppes budgétaires globales.

29Le New public management répond ainsi une demande politique de mise en concurrence des modes de gouvernement (Didier, 2009, p. 309), et constitue une véritable doctrine mettant l’accent sur la valeur de l’efficacité au détriment d’autres biens communs comme l’égalité, ou la préservation des droits fondamentaux.

  • 17 Pierre Strobel parle ainsi dès 1993, de « modernisation par l’usager ».

30Mais en promouvant des régulations sociales technocratiques incarnées et légitimées par les chiffres, ce nouveau management public opère un brouillage idéologique alors qu’il n’est pas exempt de valeurs qu’il contribue à promouvoir. Au premier rang de celles-ci, la souveraineté de l’usager occupe une place centrale. Cette centralité de l’usager, qui n’est rien d’autre qu’une homologie de la souveraineté du consommateur de l’espace marchand lucratif, apparaît comme l’une des clefs de voûte de la « modernisation » de l’État17. Dans les services publics, cette souveraineté prend des formes concrètes qui ont des incidences sur plusieurs dimensions de l’organisation sociale, comme le souligne Jean-Marc Weller. Elle influe sur l’organisation du travail, en encourageant la polyvalence du travail, le raccourcissement des lignes hiérarchiques et l’introduction de nouvelles technologies de communication. Elle modifie également l’engagement du salarié dans la relation de service, en insistant sur la formation à l’accueil, l’exigence d’empathie, d’écoute, de patience. Enfin, elle transforme les dispositifs d’évaluation de ces organisations et de cet engagement des salariés au travail, en mettant en place des enquêtes de satisfaction administrées auprès des usagers, des chartes d’engagement sur la qualité, etc. Ces transformations reconfigurent ainsi le travail des agents en visant à rapprocher fonctionnaires et usagers (Weller, 1998 ; 1999). En mettant l’usager au cœur du système managérial, celui-ci n’en est pas seulement « une figure obligée de la modernisation. Il constitue une des épreuves majeures par lesquelles l’action publique est qualifiée et évaluée » (Weller, 1998, p. 6).

  • 18 Ainsi, la relation entre bénéficiaires de minimas sociaux et travailleurs sociaux prend les atours (...)

31La souveraineté de l’usager individualisé s’accompagne de l’obligation de résultat pour les professionnels. Cette logique de l’évaluation des résultats, voire, aux résultats, accentue l’attention portée sur les interventions des professionnels, et sur la prestation du service qu’ils rendent (Autès, 2002). Les conditions sont encore une fois réunies pour la transformation de l’État social en un État prestataire, au service des usagers18.

3. Le benchmarking comme dispositif de performance totale

  • 19 L’entreprise Xerox est souvent avancée comme ayant été la figure de proue du management par le ben (...)

32Le benchmarking est un dispositif qui vise à chiffrer les écarts de performance, et à inciter les « suiveurs » à se comporter comme le plus performant d’entre eux (Bruno, 2008). Cette méthode de construction de jugement fait progressivement son entrée dans ce qu’il convient d’appeler maintenant la mesure de la performance des États. Inspiré de dispositifs de management de la grande entreprise dans les années 195019, le benchmarking public a d’abord été porté par les organisations internationales dont l’une des missions premières était de produire de la comparabilité entre nations. On a ainsi vu proliférer la production de bons modèles dont il fallait s’inspirer : le modèle américain dans les années 1980-1990 ; le modèle danois ou scandinave, dans les années 1990-2000, le modèle allemand ensuite...

  • 20 Le cabinet Ernst & Young a ainsi développé un « cycle de benchmarking » ; Michael Power insiste po (...)

33Se sont aussi développées, tout azimut, des comparaisons de type fonctionnaliste, produisant des rapprochements décontextualisés, sur la base d’arguments statistiques dont l’harmonisation des processus ou de résultats devait légitimer l’usage. L’OCDE a joué, et joue de ce point de vue, un rôle important non seulement dans la « managérialisation des bureaucraties publiques » (Berrebi Hoffmann, Grémion, 2009, p. 40), mais aussi dans la diffusion de ces dispositifs de benchmarking (OCDE, 1994 ; 1997). L’organisation internationale met notamment en place dès la fin des années 1980 un comité de public management qui jouera un véritable rôle de caisse de résonance internationale sur cette question. À l’instar de l’OCDE, ces organisations fonctionnent comme des opérateurs de cohérence et de diffusion des pratiques et des idées dominantes, considérées comme « bonnes » voire comme les meilleures. Par leurs pratiques, ces organisations internationales assistées des grandes firmes internationales de conseil20, en ont largement diffusé les pratiques.

34Ce dispositif bien particulier qu’est le benchmarking met en équivalence des performances des pays entre eux et des institutions entre elles à partir de quelques indicateurs triés sur le volet. Les dispositifs d’étalonnage concurrentiel promus invitent à se comparer à autrui, et, si cet autrui est performant, à l’imiter. Cette méthode est devenue le bras armé du gouvernement par les nombres. Robert Salais montre bien par exemple que la Méthode ouverte de coordination (MOC), développée par l’Union européenne dans le cadre de sa stratégie européenne pour l’emploi, a consisté à orienter les politiques sociales des pays de l’Union européenne en les incitant à améliorer leur rang dans les palmarès fondés sur des indicateurs chiffrés. Isabelle Bruno montre de même que l’Union européenne pousse cette logique encore plus loin, en recommandant ce benchmarking aux États membres « pour réformer leur système national d’innovation ». Elle souligne qu’en France les Agences nationales de la recherche et d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, créées en 2006, « ont adopté les procédés du benchmarking en pratiquant le pilotage par projet et l’évaluation sur indicateurs de performance des activités scientifiques et éducative ». Le dispositif du benchmarking vise à chiffrer des écarts de performance et se construit autour d’une cible à atteindre, cet étalonnage étant caractérisé par une grande variabilité. Ce benchmark est un véritable dispositif cognitif permettant d’installer des pratiques concurrentielles, là où elles étaient absentes. Isabelle Bruno souligne d’ailleurs combien ce dispositif exerce un double pouvoir de domination et de normalisation, en particulier du fait de la légitimité croissante du chiffre dans ces dispositifs (Bruno, 2008). Ils se substituent à une multitude de formes de coordination qui préexistaient jusque-là et qui n’avaient pas démérité, au premier rang desquelles la confiance.

Encadré 5. Un glissement sémantique symptomatique : du taux de publiants au taux de produisants. Le cas de la recherche académique
Les comités de visite de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, qui évaluent la « performance » des laboratoires et de leurs chercheurs, ont des procédures à respecter, qui sont élaborées par chaque discipline. En économie, ces comités comptabilisent un « taux de publiants », récemment rebaptisé « taux de produisants » pour estimer la production d’un laboratoire. Le glissement sémantique n’est pas plus neutre ici qu’ailleurs. Est considéré comme « produisant » un enseignant-chercheur qui publie deux publications au moins tous les 4 ans dans les revues classées en différentes catégories hiérarchisées (A* pour les revues dites d’« excellence », A, B ou C). Cette quantité passe à 4 tous les 4 ans pour un chercheur CNRS (c’est-à-dire pour un individu qui consacre son temps de travail à la recherche). La production d’un chercheur et d’un enseignant-chercheur est ainsi restreinte à la seule quantité d’articles publiés dans des revues classées. Si cette manière de « compter » la production semble commode et relativement objectivée, elle est contestable dans ses critères (quelles sont les revues considérées comme « excellentes » ?) ; elle conduit à des stratégies d’adaptation et à une normalisation des activités de recherche ; elle appauvrit la richesse de la diversité du métier de chercheur, sa véritable « contribution scientifique » (Walery, 2011), et sa contribution au débat public. Celle-ci ne peut être évaluée que par une exploration approfondie des contenus des recherches, y compris lorsqu’elles empruntent des chemins de traverse, lorsqu’elles sont anticonformistes, et lorsqu’elles prennent le risque du temps long de la recherche tâtonnante et exploratoire. À l’occasion du prix Nobel qu’il a reçu en 2007, Albert Fert déclarait au monde « Mais on ne peut pas imposer une finalité stricte à la recherche. Son parcours n’est jamais linéaire. Il faut laisser la recherche fondamentale se dérouler, les chercheurs suivre leurs idées, en zigzaguant, pour déboucher sur des découvertes et ensuite des applications. Je n’ai pas démarré mes travaux en me disant que j’allais augmenter la capacité de stockage des disques durs. Le paysage final n’est jamais visible du point de départ. » (Le Monde, 24 octobre 2007)

  • 21 Or, « la fascination du secteur public et maintenant politique pour les méthodes du privé [n’] a [ (...)

35D’autres canaux ont consolidé la propagation des pratiques du benchmarking, en particulier en le mobilisant comme concept indigène par les acteurs eux-mêmes. L’Agence régionale de santé, par exemple, créée par la loi de finances du 31 décembre dans le plan hôpital de 2007, se substitue progressivement aux organisations de type ministériel, en particulier en recrutant du personnel sur des contrats de travail plus précaires et en se voyant fixer des objectifs chiffrés d’activités et de performance. L’objectif de l’ARS est de procéder à des audits des services et affiche ses pratiques de benchmarking, en considérant qu’il s’agit non pas simplement du suivi d’indicateurs de mise en comparaison, mais d’un véritable processus managérial, imposé par l’organisme, visant à identifier des « bonnes pratiques » et à les faire essaimer (Belorgey, 2010). Orchestrée à partir d’une double justification, la Lolf apparaît également comme un dispositif structurant de ce benchmarking. Dans les faits, la première des légitimations de la Lolf a été celle de la managérialisation de la société, c’est-à-dire ce processus de légitimation qui consiste à penser que tout ce qui est issu du monde économique lucratif (individualisme, coordination par la concurrence, quête d’intérêt particulier, praxéologie de l’utilitarisme, etc.) est presque ontologiquement un dispositif efficace21. Dans ce cadre, on pilote un pays comme on piloterait une PME…

36On peut sans doute discuter des effets politiques de ces dispositifs techniques comme le fait Fabrice Bardet (2009) à propos des politiques des palmarès urbains. L’auteur considère que, forme ultime du benchmarking, les palmarès sont le fruit d’une politique scientifique délibérée, mais dont les effets et usages sont plus diffus. Pour lui par exemple, ce n’est pas tant le palmarès en tant que dispositif cognitif qui conduit à la mise en compétition des villes par le degré d’attractivité comparé que les indicateurs aideraient à dévoiler, pas plus que les palmarès des hôpitaux ne produisent une mise en compétition des établissements les uns par rapport aux autres de manière spontanée. Ils auraient plutôt pour usage premier de valider et de légitimer les actions publiques qui sont menées. Ils apparaîtraient plutôt comme des dispositifs d’aval qui produisent des effets d’aubaine. On peut sans doute être d’accord avec cette analyse, mais les travaux sur le caractère performatif du benchmarking sont pourtant assez convaincants. Dépourvus de prix du marché, les indicateurs de performance individuelle et collective des organisations publiques jouent le rôle de régulateur de mise en concurrence. Ils deviennent alors la pièce maîtresse d’un dispositif de mise en concurrence d’entités qui vivaient dans une certaine harmonie, alors qu’ils fondaient leur coordination sur d’autres moteurs que ceux de la compétition.

4. Les experts : opérateurs de normalisation et de quantification

37La force du benchmarking comme dispositif central du new public management provient de ce qu’il repose sur un malentendu entretenu. Pour être à la fois un dispositif efficace et légitime, la performance devrait idéalement être négociée dans des dispositifs institutionnels qui auraient pour objectif d’en fournir une légitimité procédurale. Cette dernière viendrait du fait que ces dispositifs institutionnels permettraient l’organisation des interactions entre les parties prenantes, assurant que le dispositif de performance en place soit le fruit d’une reconnaissance collectivement validé, ou une évidence collectivement partagée.

  • 22 Pour Gori et Del Volgo, les « experts [seraient même] les scribes de nos nouvelles servitudes » (G (...)

38Dans les faits, les opérateurs de normalisation et de quantification ne reposent pas sur une démocratie renouvelée, mais sur l’expertise et les scientifiques. Le nouveau management public est justement accompagné d’experts qui jouent un rôle qui va bien au-delà d’un simple « traducteur ou de « passeur » (Berrebi-Hoffmann, Grémion, 2009). Ils interviennent comme de véritable opérateurs de normalisation, voire comme une autorité de régulation quasi « indépendante » (Thévenot, 2010, p. 13)22.

  • 23 Jean-Hervé Lorenzi, tout à la fois professeur d’économie, et siégeant dans de nombreux conseils d’ (...)
  • 24 Citons à titre illustratif le propos d’Isabelle Barbéris qui introduit, en 2009, un dossier spécia (...)
  • 25 Qu’on songe aux agences de notation et au rôle symbolique qui leur est dévolu.

39Un double mouvement de neutralisation axiologique s’opère et se renforce, évacuant le jugement de l’acte de l’expertise (Trépos, 1996). On assiste d’abord à une systématisation de l’expertise comme recours à un savoir légitime à la fois dans l’État moderne, mais aussi dans toutes les formes légitimantes de production de savoirs qualifiés23. Les agences, les communautés savantes comme les cabinets d’experts, interviennent comme des autorités indépendantes et échappent au regard du politique et surtout à sa critique (Thévenot, 2010). Comme dans tout travail d’expert, les processus de l’élaboration de leurs travaux demeurent relativement opaques24. Les différentes controverses, les désaccords internes, les disputes théoriques, les ruptures épistémologiques sont rarement explicites. Cette confiscation par l’expertise des enjeux qui se situent en amont de l’évaluation et en amont de la mesure permet de mettre en avant un savoir objectivé, validé et prêt à l’usage. Ces comportements qui constituent une marque de fabrique de l’expertise interne consolident le mythe de la neutralité de l’expertise (Bardet, Jany-Catrice, 2010) et tendent à en naturaliser les verdicts (Pinto, 2008). Au-delà, les experts deviennent des agences de la performation du management, de la science économique et de la métrologie (Muniesa, Callon, 2009, p. 296 sqq.)25.

40La systématisation des données chiffrées accentue ensuite cette naturalisation du verdict. Le chiffre joue un rôle social spécifique, envisagé comme forme de savoir supérieur, la production de chiffres constituant également le cœur de l’acte expert (Trépos, 1996), comme on le verra dans le chapitre suivant. Il survalorise le commensurable et le calculable (Heibrunn, 2004, p. 10).

Conclusion

41La quête de performance est devenue un outil ordinaire de gouvernement mais elle s’avère bien plus qu’un simple dispositif et outil de gestion. Elle est non seulement le symptôme de la mise en concurrence de tout contre tout, et de tous contre tous ; mais elle en est aussi son expression. La quête de performance, véritable régime, s’est transformée en une finalité et en « une idéologie » (Barbéris, 2009) que répandent leurs principaux opérateurs, au premier rang desquels les agents de l’expertise, appuyés par les acteurs de la légitimation des pratiques que sont certains politiques et les médias.

42Mais si l’avènement de la mesure des performances de l’État et la réduction de l’État social à un État prestataire de services est une pierre majeure de l’édifice de la performance totale, un dernier composant intervient dans le système. Il prend la forme de la quantification. C’est bien en effet la diffusion de la mesure des performances de l’action publique, en particulier dans sa forme la plus contemporaine de benchmarking, qui multiplie les invitations à la quantification des objectifs, comme à celle des moyens.

43Cette quantification conduit à inventer et négocier des indicateurs, ce qui « n’est pas seulement une question technique mais engage la philosophie de ces dispositifs politiques. Les procédures de débat à leur propos restent à inventer » (Desrosières, 2008, p. 64).

44On revient, dans le chapitre suivant, sur cette dynamique de la quantification, et sur la question démocratique qui lui est sous-jacente.

Notes

1 Cette posture d’ordre métrologique est revendiquée par l’Institut de la performance publique, entreprise privée de formation à l’évaluation des politiques publiques… (Site consulté le 29 décembre 2011).

2 Définie comme la science des « mesurages et ses applications », voir JCGM, 2008, « Vocabulaire international de métrologie – Concepts fondamentaux et généraux et termes associés ».
http://www.bipm.org/utils/common/documents/jcgm/JCGM_200_2008.pdf.

3 « La praticabilité de l’évaluation constructiviste est faible et l’influence qu’elle exerce dans le monde de l’évaluation l’est aussi ».

4 Lorsqu’elles interrogent dans quelle mesure « la nature est soluble dans l’utilité », les controverses autour de l’évaluation de l’impact des services rendus par la biodiversité ont une véritable vertu heuristique de ce point de vue (Milanesi, 2010).

5 Contrairement à une métaphore de la sédimentation, qui laisserait penser que l’histoire de l’évaluation des politiques publiques serait une succession cumulative de pratiques. Voir Bernard Perret, 2008.

6 Seuls les Pays-Bas sont considérés à cette époque – dans les pays occidentaux – comme suivant une politique planificatrice. Les autres rejetaient cette idée, « contraire à celle de marché et contaminée par les expériences des pays totalitaires » (Desrosières, 2000, p. 9).

7 Christian Deblock cite les hommes d’affaires Babson et Brookmire.

8 Elle a en tout cas largement participé au mouvement général de transformation de l’économie en une science positive » (Deblock, 2000, p. 402).

9 Les rapports ne relèvent pas de la même épistémologie cependant. Le rapport Deleau et al. (1986) est plus réaliste dans sa posture. Dans ce rapport, « évaluer une politique publique c’est reconnaître et mesurer ses effets propres, dans une démarche d’identification (du système à évaluer), de mesure (privilégiant les indicateurs quantitatifs), de confrontation (avec d’autres états que l’état observé) et d’explication (causale) ».

10 Il a la possibilité de recourir à la Cour des comptes pour évaluer des politiques publiques spécifiques.

11 Assemblée nationale n° 1009, rapport sur le projet de loi de modernisation des institutions de la 5e république, 2 juillet 2008, cité par Maurice Baslé (2009).

12 Ces exemples rapidement énoncés montrent qu’on ne peut faire l’économie d’une négociation autour de ce que sont ces outputs ou ces outcomes.

13 Ainsi en est-il du nombre d’heures de cours dispensés par un établissement scolaire : input ou résultat direct ?

14 On peut aussi rapporter les outcomes aux coûts, ce qui est l’expression, dans l’esprit des auditeurs, d’une forme de « rendement » de long terme.

15 Ainsi, on s’intéresse, dans la police, à l’évolution du taux de criminalité ; et dans l’immigration au nombre d’éloignements effectivement mis en œuvre.

16 Sous réserve que le périmètre public ainsi réduit ne soit pas transféré à une activité marchande.

17 Pierre Strobel parle ainsi dès 1993, de « modernisation par l’usager ».

18 Ainsi, la relation entre bénéficiaires de minimas sociaux et travailleurs sociaux prend les atours d’une prestation de services dans laquelle « la gestion automatisée mesure la qualité de service selon les standards industriels et l’obligation de moyens s’est muée en obligation de résultats » (Weller, 2010, p. 12).

19 L’entreprise Xerox est souvent avancée comme ayant été la figure de proue du management par le benchmarking.

20 Le cabinet Ernst & Young a ainsi développé un « cycle de benchmarking » ; Michael Power insiste pour sa part sur le rôle joué par McKinsey dans l’introduction des méthodes de mesure des performances dans les organisations publiques (Power, 2005, p. 127) ; voir aussi Bezès (2009).

21 Or, « la fascination du secteur public et maintenant politique pour les méthodes du privé [n’] a [-t-il pas] quelque chose de malsain ? » (Pezet, Sponem, 2008).

22 Pour Gori et Del Volgo, les « experts [seraient même] les scribes de nos nouvelles servitudes » (Gori, 2009, p. 76 ; Gori, Del Volgo, 2009).

23 Jean-Hervé Lorenzi, tout à la fois professeur d’économie, et siégeant dans de nombreux conseils d’administration d’entreprises privées, s’exprime ainsi à propos de la révision générale des politiques publiques : « Elle a été menée avec beaucoup de rigueur et en associant, sous contrat, des sociétés de conseil extérieures. Ces interventions extérieures ont permis de mettre en œuvre des résultats coût-efficacité très utiles. » Voir le site d’Acteurs publics : http://www.acteurspublics.com/rgpp-30-personnalites.

24 Citons à titre illustratif le propos d’Isabelle Barbéris qui introduit, en 2009, un dossier spécial consacré à l’idéologie de l’évaluation. Cherchant à comprendre la logique sous-jacente à la liste des revues scientifiques du domaine des sciences humaines et sociales, elle constate : « On voudrait pourtant que des esprits triés sur le volet et qui ont eu à travailler sur cette mission d’utilité publique nous expliquent de quelle manière ils n’ont pas cédé aux sirènes de l’utilitarisme. Mais voilà, où que l’on se tourne, toute forme de discours intelligible reste étouffée dans les replis de circulaires et de rapports impersonnels, fruits de collaborations, de missions, d’expertises, de navettes, de techniques comparatistes, de grilles en nombre infini. » (Barbéris, 2009, p. 10)

25 Qu’on songe aux agences de notation et au rôle symbolique qui leur est dévolu.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable