Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?

 | 
Florence Jany-Catrice

Chapitre 1. La performance et ses étymologies

Texte intégral

« Il faut construire la performance de manière que l’on puisse la mesurer, l’auditer et la communiquer à des organes externes de manière légitime, rationnelle et, disons-le, concrète. »
(Power, 2005, p. 214)

1. Performance

1Dans Les stratégies absurdes (2009), Maya Bacache-Beauvallet illustre dans toute son épaisseur et toute son ambiguïté ce que révèle l’ère de la performance. On la cite ici longuement dans son illustration qui se passe de commentaires.

2« La scène se passe en France sur un campus universitaire. Tout ce que la recherche scientifique comporte comme mandarins et directeurs est là (…). La réunion a été longue et tout le monde commence à s’endormir ou fait semblant d’écouter, comme d’habitude. Soudain, alors qu’on en voit enfin le bout, l’un de ceux qui ont en charge le management de la recherche et de l’enseignement demande : “Au fait, quelle est l’université la plus innovante ?” Tout le monde sourit et botte en touche. La personne insiste. “Non, mais c’est important de savoir quelle est la meilleure, pour nos entreprises, pour qu’on s’en inspire, pour qu’on l’encourage, pour rappeler à l’ordre celles qui ne suivent pas ce modèle.” Oui, oui on sait. Les sourires se crispent. Les plus courageux interviennent : “Ça veut dire quoi, d’abord innovante ?” “Ça dépend des secteurs, des étudiants, des enseignants. Ce n’est pas parce qu’on dépose un brevet qu’on est innovant.” Un autre manager de la recherche clôt le débat qui commençait à s’envenimer. “J’ai la solution. Nous n’avons qu’à construire des indicateurs.” “Des indicateurs de quoi ?” “Des indicateurs du degré d’innovation dont les étudiants sont capables dans les différentes universités, et alors on saura.” Tout le monde est soulagé. Oui c’est la solution construisons des indicateurs ! (…). Tout le monde a désormais l’impression d’être très professionnel. Après tout, c’est comme ça que les entreprises managent leurs salariés ? Par des indicateurs de performance, non ? » (p. 7-8)

3Mesurer la performance, c’est évidemment d’abord évaluer le travail. Mais pas de n’importe quelle manière, pas à travers tous les prismes, ni tout azimut. C’est prendre le parti de mesurer, donc quantitativement, le travail à l’aune de son efficacité et par rapport à des objectifs fixés. Selon Benoît Heilbrunn (2004), la performance relève d’une idéologie prométhéenne par laquelle l’homme, individualisé, se croit capable de modifier, quasiment seul, le cours des choses. L’homme devient un véritable élément d’un dispositif de domination où le projet se limite à passer sous la toise d’objectifs qui lui sont fixés. Mais d’où vient cette idée de performance et de sa quête quasi obsessionnelle ? Quelle posture critique adopter face à l’élégante doxa mainstream des « dispositifs d’incitation » ? Comment construire aussi un discours institutionnaliste tenable sur cette question ?

2. Un double ancrage étymologique

4Est-ce utile de revenir à l’étymologie d’un mot lorsqu’on vise à en sonder les enjeux contemporains ? Il nous semble qu’ici cette remise en ordre est intéressante car elle permet au moins d’insister sur deux aspects : l’étymologie du mot « performance » est plurielle et ce faisant, elle permet d’évoquer la richesse de sa sémantique. Mais, et c’est le second aspect, elle produit simultanément, par sa polysémie, des formes d’ambiguïté dont les incertitudes seront levées dans la période contemporaine par le recours au chiffre. Celui-ci contourne un certain nombre de difficultés, et prend surtout l’illusoire et commode atour du réalisme, gagé d’un retour à la certitude.

  • 1 Édouard Bonnaffé, Dictionnaire étymologique et historique des anglicismes, Librairie Delagrave, 19 (...)

5Le double ancrage étymologique du mot « performance » est donc source de richesse d’interprétation mais aussi d’ambiguïtés. D’un côté, le verbe anglo-saxon « to perform » désigne l’expression d’un exploit, ou d’un rendement1. Bien qu’il ait originairement été circonscrit à la performance des animaux et des machines, son extension est aujourd’hui illimitée à tout être et toute situation… « to perform » (accomplir) implique un effet dynamique ; c’est une forme verbale active qui renvoie à l’action et au résultat. La représentation que l’on s’en fait est souvent adossée à l’accomplissement d’une pièce de théâtre (la jouer), d’une œuvre musicale (l’interpréter).

6L’étymologie latine, quant à elle, renvoie davantage à l’idée, toujours positive, de perfection. Cette représentation idéalisée s’applique plutôt à une qualité de l’être, qu’à ce qu’il fait. Par le terme « performance » est évoquée l’interprétation exigeant des qualités exceptionnelles, la manifestation publique de capacités, etc. Dans cette acception, la performance ne vise pas tant l’action que le résultat, ce que suggère aussi la forme grammaticale passive « être performant ». D’un côté donc l’expression d’une action et, de l’autre, les résultats d’un exploit. Dans les deux cas, l’étymologie renvoie au caractère exceptionnel des actes, et en filigrane, à la notion d’excellence et à celle de vainqueur.

  • 2 Des auteurs comme Alain Desrosières, et d’autres avant lui, s’interrogent sur la performativité de (...)

7On retrouve fréquemment cette double étymologie non seulement dans le langage courant mais aussi dans celui des sciences sociales. Ainsi, en cherchant à dénombrer les articles qui portaient sur la question des performances (se substituant progressivement, dans les sciences sociales, à celle de productivité, on y reviendra), nous avons constaté que les premiers articles disponibles aujourd’hui dans les bases de données scientifiques relevaient d’usages juridiques. Dans un article paru en 1864, de la Harvard Law Review, intitulé « Successive promises of the same performance » (1864, p. 27-38) le juriste Samuel Williston fait un usage fréquent du terme en le couplant, presque naturellement, à une dimension contractuelle. Lorsqu’on réalise un contrat (to perform a contract, dans cet article), on évoque en anglais l’idée de performance, avec ce que cette expression « to perform a contract » contient à la fois de représentation d’un engagement dans le contrat mais aussi de réalisation de ce qui est écrit au contrat : « His duty is to perform the contract, and his co-contractor is entitled to the performance » (Williston, 1864, p. 30). On retrouve aussi dans cette énonciation du verbe, le contenu contemporain qui est donné à la performation, voire à la performativité. Dans ce dernier cas, l’idée générale est que « l’énoncé » en soi produit quelque chose, que ce soit dans les conséquences ou les effets. Le fait même d’énoncer une réalité produit la réalité énoncée2.

8Au total, l’ambiguïté du sens provient de ce que la performance désigne tour à tour, et de manière de plus en plus imbriquée, non seulement les résultats, mais aussi les processus d’optimisation dans l’accession à ces résultats. Paradoxalement cette variété de sens se double d’une restriction qui lui est de plus en plus imposée. Elle tient au fait que, dans les représentations, la performance relève nécessairement du registre chiffré et calculatoire.

  • 3 Voir aussi mon apport au Dictionnaire du Travail et de l’Emploi, dont certains des développements (...)

9Dans le champ du travail et de l’emploi3, « la performance au travail », bien qu’aujourd’hui généralisée, entretient, dans l’usage récent du terme, ces deux sens de la performance. La performance au travail est considérée assez communément comme un élément constitutif d’une nouvelle manière de s’engager dans l’activité salariée. Les outils de la gestion des ressources humaines spécifiques, tels que les dispositifs incitatifs de rémunération (l’incentive pay), apparaissent comme des vecteurs modernes de l’engagement de soi accompagnant, le cas échéant, des formes d’ambivalence salariales comme la servitude volontaire ou la coopération forcée.

10Dans les formes de performance les plus contemporaines, des objectifs quantifiés sont assignés aux acteurs. Ces objectifs mettent la performance en perspective comparative : soit par comparaison diachronique, permettant d’inviter à une progression (donc illimitée) de la performance dans le temps ; soit par comparaison statique, produisant des formes de jugement dans la comparaison à autrui. Le jugement produit par le comparatif va parfois jusqu’à fixer des objectifs non normatifs, mais puisés dans la réalité du plus performant. L’objectif fixé sera la meilleure situation observée (couramment appelé « best practice » ou « benchmark »). Cette performance place directement les protagonistes dans une posture d’émulation qui, dans la réalité du marché du travail, prend plutôt les atours de la compétition.

3. Enjeux de la quantification

  • 4 Cité par Marcella Gajardo (1993, p. 4).

11« “Les hommes qui s’en remettent à une unité de mesure définie par d’autres pour juger de leur développement personnel, écrit Illich, ne savent bientôt plus que passer sous la toise. Il n’est plus nécessaire de les mettre à leur place assignée, il s’y glissent d’eux-mêmes, ils se font tout petits dans la niche où leur dressage les a conduits” et, relevant du même processus, ils mettent aussi leurs semblables à la place qui leur revient, “toute chose et tout être” devant “s’assembler sans heurts” »4. C’est ainsi qu’Ivan Illich énonce les conséquences de l’expansion de la quantification : les indicateurs de performance constituent une marque de subordination aux objectifs quantifiés. Ces enjeux sont omniprésents dans les réflexions contemporaines autour de la performance. Ils traverseront de ce fait une bonne partie de cet ouvrage.

12Pourquoi ? Parce que l’observation des mises en œuvre pratiques de dispositifs de performance laisse à penser que la performance d’un individu, d’un système, d’un territoire, d’un pays, ne peut être envisagée autrement que par une transformation en données chiffrées. Ce constat a plusieurs origines, comme nous le verrons au chapitre 5, mais l’une des hypothèses tient au fait que le concept de « performance » est pluriel et conventionnel, tant dans les contenus qu’il est censé véhiculer, que dans les usages qu’on lui confère. Or, on note depuis une ou deux décennies au moins, une propension élevée à ce que les indicateurs incarnent les concepts et leur fixent le caractère opérationnel qui leur fait parfois défaut. Qu’on songe aux indicateurs de développement durable, incarnés par un portefeuille d’indicateurs, ou à ceux de la qualité de vie. Cela est sans aucun doute lié à une certaine paresse collective et à l’illusion de l’efficacité des modes de gouvernement par pilotage automatique (et ses cohortes de référentiels exclusivement quantifiés). Cela peut tenir aussi à l’effritement généralisé de la confiance comme mode de coordination dans nos sociétés post-démocratiques.

13Mais ces données chiffrées fonctionnent alors la plupart du temps comme autant de boîtes noires dont les sorties sont faiblement interrogées, comme si le chiffre suffisait à instituer à lui seul la vérité. Contrairement aux données statistiques publiques, dont les sorties étaient garanties par les institutions qui les avaient produites (Desrosières, 1993) et qui en étaient les garants de l’intégrité, rarement les conditions sociopolitiques de l’élaboration des indicateurs de performance ne sont rendues visibles, rarement elles sont interrogées, rarement elles sont débattues. Au lieu d’opérer comme des points de repère parmi d’autres, importants et utiles à des formes de connaissance, les indicateurs de performances apparaissent rapidement comme une convention validée, comme si, dès lors qu’on énonce un chiffre pour quantifier une réalité sociale, celle-ci renvoyait spontanément à un savoir accepté et explicitement exprimé. Autrement dit l’espace de controverse qui pourrait animer l’annonce de données chiffrées n’apparaît pas ou plus comme une évidence.

14Or cette visibilisation est un des moments de la mobilisation possibles, comme le suggère Cyril Lemieux (2007) pour qui, c’est par des opérations de visibilisation que l’on peut opérer une véritable sociologie de la mobilisation. Dans le cas qui nous intéresse, la mobilisation peut viser à contester le contenu des indicateurs, à en interroger la consistance, ou encore à déconstruire son illusoire neutralité axiologique. En sciences sociales, la visibilisation des conditions sociopolitiques par lesquelles les réalités sociales sont transformées en données chiffrées ne vise pas à invalider tout travail quantifié, mais vise plutôt à orienter la réflexion vers un examen de présupposés implicites à l’origine la grande variété de choix opérés. Il devrait en être de même pour les indicateurs de performance.

15Illustrons notre propos avec le taux de chômage. Cet indicateur apparaît, avec la croissance économique, comme l’un des signes extérieurs de performance les plus consensuels, comme l’un des marqueurs centraux des jugements collectifs du progrès et l’un des inputs majeurs dans la production de jugements. Or, la définition conventionnelle du chômage du Bureau international du travail repose sur les trois critères : « être sans emploi », « faire des démarches pour trouver un emploi », « être immédiatement disponible ». Elle s’est progressivement imposée comme une réalité tenue pour acquise et, comme le disent Bruno Latour et Steve Woolgar à propos des énoncés scientifiques de type 5, il s’agit d’un « savoir commun qui est enfoui à une telle profondeur qu’il faut une bonne dose d’inconscience pour envisager de les remettre en question » (1988, voir encadré 1).

Encadré 1. Les énoncés scientifiques selon Bruno Latour
Les énoncés de type 1 renvoient à de simples conjectures ou à des spéculations, que l’on repère généralement en fin d’article ou au cours des conversations ; les énoncés de type 2 contiennent des « modalités », c’est-à-dire des prises de position de l’énonciateur par rapport à l’énoncé, comme « il semble que... ». Ces modalités prennent souvent la forme d’hypothèses qu’il faudra tester ultérieurement ; les énoncés de type 3 abordent les relations hypothétiques entre deux énoncés, imbriqués dans d’autres modalités. Les énoncés de type 4 renvoient à un savoir accepté explicitement exprimé. Quant aux énoncés de type 5, ils « correspondent à un fait pris pour acquis », généralement peu présents dans les conversations car ils font partie d’une connaissance tacite.
Les types 1 à 5 forment un déplacement graduel de l’artefact vers le fait, et l’activité du laboratoire serait de transformer des énoncés de type 1 en un autre, avec le but de produire autant d’énoncés de type 4 que pos sible.
Source : Bruno Latour, 1998.

  • 5 Au-delà des données administratives mensuelles fournies par la Dares, et dont le collectif éclaire (...)
  • 6 Y sont rassemblés des membres de Agir ensemble contre le chômage (AC !), du Mouvement national des (...)
  • 7 Parmi lesquels on trouve les chômeurs des DOM (220 000 en sept. 2006), les demandeurs d’emploi tem (...)

16Dans le cas des énoncés économiques et sociaux, le phénomène est plus encore accentué du fait qu’il ne s’agit pas simplement d’un énoncé qui circulerait exclusivement entre scientifiques. Il se diffuse dans des réseaux bien plus larges, au premier rang desquels les politiques et les médias occupent une place de choix. Les indicateurs du chômage deviennent les marqueurs du jugement structurel collectif mais aussi conjoncturel, les variations mensuelles des enregistrements administratifs des demandeurs d’emploi en fin de mois faisant, sur les consciences, l’effet des annonces météo. Or, si l’on ne peut contester l’importance de la question sociale et économique du chômage, il est intéressant de se donner les moyens d’ouvrir la boîte noire de sa construction, comme l’a remarquablement fait, dès la fin 2006, le collectif « Les autres chiffres du chômage » (ACDC), et comme l’a poursuivi le collectif Lorraine Data (Data, 2009)5. Créé par le collectif citoyen « réseau d’alerte sur les inégalités »6, ACDC porte un regard critique sur les mesures et ses usages. Dans ses travaux sur le chômage, il souligne par exemple l’écart important entre le nombre d’individus inscrits à l’ANPE (4,45 millions en septembre 2006) et le nombre de ceux qui sont considérés comme chômeurs au sens conventionnel du terme (seulement 2,172 millions), mettant ainsi en exergue une catégorie, en forte croissance, de « chômeurs invisibles »7.

  • 8 « (…) La dette brute correspond au résultat de l’addition de l’ensemble des « passifs » de l’État, (...)
  • 9 Forum pour d’autres indicateurs de richesse. Voir http://www.fair.org.

17Le collectif Lorraine Data poursuit en l’élargissant, ce travail de déconstruction des conventions statistiques, et s’attaque surtout à l’activité de « bricolage statistique » auquel se livrent de plus en plus les gouvernements. Cette activité consiste, selon Lorraine Data, à « ne mettre en exergue que les statistiques qui servent les objectifs [des gouvernants], à se livrer à de multiples détournements de sens des données chiffrées (…), ou à faire pression sur les administrations pour qu’elles produisent des chiffres conformes aux objectifs qu’ils ont eux-mêmes fixés » (Data, p. 7). Leur démonstration très efficace s’appuie non seulement sur l’observation du traitement des chiffres du chômage, mais aussi sur ceux du pouvoir d’achat, de la pauvreté, de l’éducation, de l’immigration et de la délinquance. À cette liste de grands problèmes sociaux contemporains, on pourrait aujourd’hui ajouter les chiffres de la dette, comme le suggère un article passionnant de Benjamin Lemoine (2011) à propos de la discussion de la construction de l’indicateur de la « dette » au ministère des Finances et dans le débat public français8. Mais aussi ceux de la richesse comme nous invite à le faire Dominique Méda, puis le réseau Fair9, depuis la fin des années 1990 (Méda, 1999) ? En bref, aucun grand problème économique ou social n’échappe à une mise en chiffres dans le capitalisme contemporain. L’absence d’un tel questionnement soulève la question du couplage entre statistique et démocratie.

4. De l’évaluation à la mesure : changement de régime

  • 10 On peut aussi interroger la force que véhicule ce type de mesure, et qui n’est pas indépendant de (...)

18Épistémologiquement, « mesurer » tend à signifier que quelque chose de tangible existe, sous une forme mesurable ex ante. On pourrait ainsi admettre que le pont « Gustave Flaubert », sixième pont de Rouen, a une hauteur de pont-levant de 86 m. Cet énoncé s’appuiera sur une unité de compte sur laquelle les controverses sont suffisamment faibles pour ne pas être ébruitées10. Mais lorsqu’elle est mobilisée dans les processus d’évaluation, par exemple dans l’évaluation des politiques publiques, la mobilisation du terme de « mesure » perd sa neutralité. Elle évacue, ou minimise, la multitude de conventions qui ont précédé sa mise en chiffres.

  • 11 Cécile Brousse (2002) montre que des situations variées de logement très précaires ne sont pas pri (...)

19Comme le rappelle sans relâche depuis 1993 Alain Desrosières, quantifier suppose que soit élaborée et débattue, en tout cas explicitée, une série de conventions d’équivalence préalables qui impliquent des comparaisons, des négociations, des compromis, des traductions, des inscriptions, des codages, puis, et seulement puis, la mesure. C’est le cas du chômage (qui nécessite que soit posée la question : qui est considéré comme en recherche d’emploi ?), comme du pouvoir d’achat (qui pose, a minima, la question du périmètre d’un panier de biens et services de consommation moyen), de la dette (faut-il outiller l’action publique d’un indicateur de dette brute ou de dette nette ?), du travailleur pauvre, voire, comme l’a exploré Cécile Brousse, la réalité et la mesure du « sans domicile fixe »11. Or, construire ces conventions d’équivalence comprend nécessairement un acte relevant du registre politique et un acte relevant du registre technique. Ce constat prend tout son sens sur l’enjeu des performances. La performance n’est pas, ou plus précisément, n’est plus l’art de l’évaluation de l’estimation des écarts entre les résultats et les objectifs comme on a coutume de l’énoncer, mais elle est devenue l’art de la mesure des écarts entre des résultats chiffrés et des objectifs chiffrés : on est entrés, ce faisant, dans l’ère de la quantification totale.

5. Une question de valeurs

  • 12 citant More et al., 1996, More T. A., J. R. Averill, T.H. Stevens, 1996, « Values and economics in (...)

20La performance ne peut-elle pas être considérée comme la version moderne de la valeur attribuée à l’individu ? Julien Milanesi (2010) souligne que la notion de valeur est difficile à manier dans une perspective pluridisciplinaire car, depuis la fin du XIXe siècle, « chaque discipline interprète la valeur à l’intérieur de sa propre structure métathéorique, accentuant les différences de sens » (Milanesi, 2010, § 1812). Deux sens que l’on retrouve depuis le XIe siècle, ont été, d’après lui, progressivement dichotomisés. Un sens proche de la morale d’abord. Avoir de la valeur signifierait alors « qu’une personne est estimée pour son mérite, ses qualités » : « valeur » désigne ce que le jugement personnel estime de vrai, de beau, de bien et désigne également le jugement lui-même, conduisant à des échelles de valeurs, ou un système de valeurs (Milanesi, 2010, § 18).

21Un second sens a été conquis par l’économie et en constitue l’un des piliers ; il s’agit de la valeur utilité des néoclassiques, valeur substance au sens souligné par André Orléan dans L’Empire de la valeur (2011). En acquérant une valeur, précise André Orléan, les marchandises « accèdent à une forme d’objectivité particulière », l’objectivité de la valeur. Cette objectivité transite en particulier par la voie de la valeur utilité. Il y a en filigrane l’idée d’une substance « ou une qualité que les biens marchands posséderaient en propre » (Orléan, 2011, p. 22), qui constitue selon l’auteur une hypothèse substantielle, et qui, surtout, tend à naturaliser les rapports économiques, permettant « de maintenir les croyances collectives hors du champ de l’économie » (Orléan, 2011, p. 239). C’est sur cette naturalisation des rapports économiques que toute l’économie contemporaine a forgé son autonomie à l’égard des autres sciences sociales. En rompant avec cette naturalisation de la valeur, André Orléan non seulement rompt avec la théorie mainstream, mais surtout réhabilite l’économie dans les sciences sociales, insistant sur le rapport social sous-jacent à la construction de la valeur, y compris dans le champ de l’échange marchand. Nous nous inscrivons très naturellement dans cette rupture.

6. Croissance et productivité : des concepts en crise

22La performance a-t-elle accompagné la naissance de l’économie politique ? Obnubilés par la question de la fertilité des terres, les physiocrates ont élaboré une première mesure de ce qu’ils appelaient « productivité ». Celle-ci était alors entendue comme « une faculté de produire ». Le terme contemporain de productivité a été mobilisé par Fourastié en 1945, comme synonyme de « rendement du travail humain » qu’il définit comme « le volume des produits obtenus, dans l’unité de temps et par tête d’ouvrier, dans une branche donnée de l’économie nationale » (Harouel, 2005, p. 81). Il est un dispositif commode pour expliquer la croissance spectaculaire des volumes de production durant les Trente Glorieuses, ce qui se révèle en partie exact.

23La littérature offre, de ce point de vue, un paradoxe. D’un côté, on note une convergence dans l’idée que le capitalisme contemporain n’a plus grand-chose à voir avec le fordisme de la période des Trente Glorieuses, en ce qu’il était doté de modalités de régulation rigoureuses : compromis social combinant l’engagement des salariés dans le travail selon des rythmes tayloriens collectivement acceptés, et la promesse d’une progression du pouvoir d’achat et de dispositifs de protection sociale collective. D’un autre côté, les arrangements institutionnels et les concepts sur lesquels s’appuyait ce compromis fordiste sont largement en crise eux aussi (Gadrey, 1998), et cette crise s’accentue.

24Précisons ces aspects. Pour l’école de la Régulation, un régime de croissance est un régime d’accumulation qui se caractérise par des régularités sur longue période, à l’échelle d’une économie. De manière générale, il analyse et exprime la manière d’obtenir une amélioration de la productivité horaire du travail (sous l’angle d’une modification des conditions sociotechniques de production) et étudie les usages collectifs que permettent ces progrès. Il s’intéresse donc aussi au changement des conditions d’existence de la population.

25L’école de la Régulation a donc mis au cœur de son cadre interprétatif le concept de productivité dont les gains associés à une compromission dans les règles de sa répartition pouvaient assurer un progrès pour tous. Le cœur de l’argumentation était lié à une croyance dans l’expansion continue – illimitée – des quantités de biens et services produits. Cette expansion illimitée devait être rendue possible par une progression indéfinie de l’efficience du travail dans sa capacité à produire ces volumes en expansion. Les gains de productivité étaient fondés sur une substitution du capital technique au travail, sur l’automatisation des tâches accomplies par les salariés, dans l’obtention plus économe des mêmes quantités.

26Admettre que les concepts de croissance et de productivité, historiquement datés, puissent entrer en crise en tant que conventions scientifique, technique, statistique, politique, de mesure des progrès de la richesse et de l’efficience du travail, est donc laborieux, y compris pour l’économie institutionnaliste. Il revient à Jean Gadrey d’avoir l’un des premiers en France souligné cette tension au cœur même de l’économie institutionnaliste, qu’elle relève de l’économie des conventions ou, sans doute plus encore, de l’École de la régulation. Bien ajustés au régime fordiste et à des économies industrialistes – marquées par un salariat principalement masculin, les concepts et dispositifs de coordination que sont la productivité et la croissance sont au mieux inopérants, sinon contreproductifs, pour relever un certain nombre des défis contemporains posés le capitalisme. D’une part le défi des sociétés de service. Toutes les économies occidentales sont aujourd’hui massivement tertiarisées, c’est-à-dire qu’il s’agit moins de produire des volumes de biens matériels, à partir de systèmes mécanisés, que de soigner, d’accompagner, d’éduquer, d’informer, ce qui exige souvent un engagement total de soi. Or, le concept de croissance a été élaboré et pensé autour d’un projet d’expansion des volumes de production : peut-on penser les « volumes » de santé, d’éducation, d’accompagnement de manière similaire à l’expansion des volumes industriels ? D’autre part, les défis sociaux et écologiques interrogent sérieusement la fixation de la croissance comme finalité des modèles économiques, comme approximation du bien-être, et donc comme clef de voute de la vie collective. Les indicateurs qui dominent les représentations de la richesse et du progrès sont incapables de rendre visibles les grands enjeux contemporains et les risques auxquels nos sociétés sont désormais très directement confrontées. La quête en soi, pour elle-même, d’une expansion du volume du Pib (c’est-à-dire la « croissance ») ne permet ni de résoudre les grandes questions sociales, ni les grandes questions écologiques.

  • 13 Cette commission a été mise en place par le Président Sarkozy en 2008. Elle avait pour objectif de (...)

27Ces limites dans les usages du Pib et de la croissance comme approximation de la richesse et du progrès, voire du bien-être sont aujourd’hui connues (Méda, 1999 ; Viveret, 2003 ; Gadrey, Jany-Catrice, 2005) et ont gagné en audience par l’entremise de la caution scientifique fournie par ces critiques, par la commission Stiglitz, Sen, Fitoussi en 200913. Est rappelé le fait que l’indicateur du Pib comptabilise de manière positive tout type d’activité, quelles qu’en soient la finalité et les externalités ; qu’il est indifférent à la répartition des fruits de l’expansion ; qu’il délimite, de manière contestable, les activités qui seront considérées comme légitimes pour participer à la production ; qu’en tant qu’indicateur de flux, il est indifférent à l’état des patrimoines environnemental, social et humain, qu’il échoit aux communautés humaines de préserver. On le voit ici : la croissance en tant que concept clé des économistes est en crise. Il en va de même pour les modèles productivistes de croissance.

7. De la productivité à la performance

28Le glissement progressif d’analyses portant sur la productivité à celles, plus larges, portant sur les performances a différentes origines. On vient d’en mentionner plusieurs : le caractère inapproprié du concept même de productivité pour rendre compte de l’efficacité de la production de services ; la nécessité d’élargir la performance à des contraintes dont les sociétés prennent de plus en plus conscience, en particulier la contrainte écologique.

29Le glissement d’études et d’analyses de la productivité vers des analyses relevant de la performance sont tangibles, ainsi qu’on l’a comptabilisé dans les titres d’articles de revues de la base EconLit depuis plusieurs décennies (voir graphiques 1 et 2). Mise en place par l’American Economic Association, EconLit constitue l’une des bases les plus exhaustives d’articles de revues, de livres, de revues d’ouvrages, de documents de travail, et de thèses en économie.

30Dans le graphique de gauche, on a dénombré le nombre d’occurrences comparées dans les titres des références bibliographiques enregistrées dans cette base EconLit. Dans ce dénombrement apparaît que, jusqu’au milieu des années 1960, les références portant sur les concepts de « performance » ou de « productivité » étaient quasiment absentes.

Graphique 1 et 2. Evolution du nombre d’occurrences comparées des termes « performance » et « productivité » dans la base EconLit

Graphique 1 et 2. Evolution du nombre d’occurrences comparées des termes « performance » et « productivité » dans la base EconLit

Source : base EconLit. Comptage du nombre de références réalisé en avril 2011, à partir des entrées [performance] et [productivity ou productivité].

31Pendant 20 années, le nombre d’études qui leur sont consacrées ont augmenté à un rythme comparable. À partir de la fin des années 1980 cependant, le nombre d’occurrences portant sur les « performances » a continué d’enregistrer une croissance forte (+6,1 % de croissance des occurrences par an), tandis que l’engouement autour de la « productivité » a connu un certain ralentissement (+3,8 % par an).

  • 14 ont un taux annuel moyen de +9,4 % entre 1968 et 1989, et +3,5 % depuis le début des années 1990, (...)

32Pour atténuer l’effet d’expansion de la production de références bibliographiques globale depuis le début du XXe siècle (5,9 % de croissance moyenne du nombre de références enregistrées dans la base EconLit par an14), le graphique de droite rend compte du ratio des occurrences rapporté au nombre total de publications relevées par EconLit. Ce second graphique suggère l’hypothèse d’une substituabilité partielle entre « productivité » et « performance », puisque, à un tassement relatif d’analyses portant sur la productivité, on oppose une réelle envolée de publications portant sur les « performances ». Autrement dit, de la productivité à la performance, il n’y a qu’un pas parfois vite franchi.

Conclusion

33La productivité apparaît donc comme un concept de « niveau 5 » (au sens de Bruno Latour) et à propos duquel les enjeux démocratiques sont immenses. Son expansion, historiquement datée, est largement liée à l’expansion productive du capitalisme. C’est ensuite le capitalisme financier qui a accompagné la mue du concept de productivité vers celui de performance. Il a été en cela largement aidé par la tertiarisation des économies, dont la dynamique est faiblement compatible avec le compromis fordiste qui reposait sur la répartition des gains de productivité, « volumiques » et « industriels », deux qualificatifs peu conciliables avec l’avènement des économies de services. On revient, dans le chapitre suivant, sur cette mutation tertiaire et sur ses conséquences.

Notes

1 Édouard Bonnaffé, Dictionnaire étymologique et historique des anglicismes, Librairie Delagrave, 1920, p. 105.

2 Des auteurs comme Alain Desrosières, et d’autres avant lui, s’interrogent sur la performativité des indicateurs, dans la mesure où les mesures sont aussi des énoncés, sans doute dotés de propriétés propres au chiffre. Cette performation possible des statistiques sur les réalités incite A. Desrosières à s’interroger : « Une mesure des affaires humaines peut-elle être complètement indépendante de ses usages ? ». Cela l’amène d’ailleurs à constater que « l’ethos de neutralité métrologique du statisticien est mal à l’aise avec cette question » (2010, p. 9).

3 Voir aussi mon apport au Dictionnaire du Travail et de l’Emploi, dont certains des développements de ce chapitre sont issus (Jany-Catrice, 2012).

4 Cité par Marcella Gajardo (1993, p. 4).

5 Au-delà des données administratives mensuelles fournies par la Dares, et dont le collectif éclaire précisément les raisons de leur manque de justesse, ACDC estime à 5,2 millions le volume du besoin d’emplois non satisfaits au dernier trimestre 2010. Cette catégorie regroupe dans ce « halo du chômage », les chômeurs au sens du BIT, le sous-emploi, et les personnes découragées dans la recherche d’un emploi. On n’en comptait que 4,4 millions, trois ans plus tôt.

6 Y sont rassemblés des membres de Agir ensemble contre le chômage (AC !), du Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP), du Réseau Stop Précarité, de la CGT-Insee, du Syndicat national unifié de Pôle Emploi (SNU- Pôle Emploi) et de SUD-Pôle Emploi. Ce même réseau est à l’initiative du baromètre des inégalités et de la pauvreté (Bip40) élaboré pour la première fois en 2002. Voir le site www.bip40.org.

7 Parmi lesquels on trouve les chômeurs des DOM (220 000 en sept. 2006), les demandeurs d’emploi temporaire ou à temps partiel (871 000), les dispensés de recherche d’emploi (412 000), les chômeurs en activité réduite (452 000), les demandeurs d’emploi non immédiatement disponibles (321 000).

8 « (…) La dette brute correspond au résultat de l’addition de l’ensemble des « passifs » de l’État, c’est-à-dire de ses engagements financiers (des dettes contractées) ; somme de laquelle on ne soustrait aucun « actif », de quelque nature qu’il soit : patrimonial (…) ou financier (…). Les différentes formes de « dette nette » qui potentiellement peuvent exister et se stabiliser sont donc le résultat d’un retranchement d’actifs. (…) Selon l’état de la discussion (plus ou moins publique) et des rapports de forces (entre administration et politique notamment) la dette peut être “nette” de quelque chose : toute l’ambiguïté et l’enjeu de ces controverses consistant à fixer l’étendue de ce “quelque chose” » (Lemoine, 2011, p. 2).

9 Forum pour d’autres indicateurs de richesse. Voir http://www.fair.org.

10 On peut aussi interroger la force que véhicule ce type de mesure, et qui n’est pas indépendant de la domination de la science sur les repères communs. On pourrait par exemple adopter un métrage en pouces, voire explorer la question de la mise à distance du corps et de l’expérience vécue…

11 Cécile Brousse (2002) montre que des situations variées de logement très précaires ne sont pas pris en compte dans la définition retenue par l’enquête « Sans Abri 2001 ». Cette enquête considère qu’une personne est dite sans-domicile un jour donné « si la nuit précédente elle a été dans l’une ou l’autre des deux situations suivantes : soit elle a eu recours à un service d’hébergement, soit elle a dormi dans un lieu non prévu pour l’habitation (rue, abri de fortune) » (Brousse et al. 2002, p. 2). L’auteur estime que près de 300 000 personnes en France échappent ainsi à la mesure, dont environ 130 000 logeant dans une habitation mobile ; 50 000 dans une chambre d’hôtel en payant, 40 000 dans une construction provisoire ou une habitation de fortune ; 80 000 en hébergement contraint chez des membres de la famille ou des amis. Voir aussi (Brousse 2005).

12 citant More et al., 1996, More T. A., J. R. Averill, T.H. Stevens, 1996, « Values and economics in environmental management. A perspective and critics », Journal of Environmental Management, 48, 4, p. 397-409.

13 Cette commission a été mise en place par le Président Sarkozy en 2008. Elle avait pour objectif de fournir à la France, voire à l’Europe, de « nouveaux indicateurs de performance économique et de progrès social ». Pour une analyse critique des travaux de cette commission voir le site de Fair : http://www.idies.org/index.php?category/FAIR, notamment l’article de Jean Gadrey et Dominique Méda « Commission Stiglitz : un diagnostic juste, des propositions (encore) timides ». Voir aussi Jany-Catrice, Méda (2011).

14 ont un taux annuel moyen de +9,4 % entre 1968 et 1989, et +3,5 % depuis le début des années 1990, d’après la base.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 et 2. Evolution du nombre d’occurrences comparées des termes « performance » et « productivité » dans la base EconLit
Légende Source : base EconLit. Comptage du nombre de références réalisé en avril 2011, à partir des entrées [performance] et [productivity ou productivité].
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable