Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?

 | 
Florence Jany-Catrice

Introduction générale

Texte intégral

Ce que performance veut dire

1La « performance » ayant investi toutes les facettes des activités économiques et sociales, elle apparaît comme un mot-valise commode puisqu’elle permet d’y loger une pluralité de réalités. Elle est aussi source d’ambiguïtés et de contraintes.

2La définition la plus largement admise, mais aussi contestable (voir chapitre I) trouve sa source dans les approches managériales. Elle renvoie à l’idée d’une comparaison quantifiée d’un résultat à un objectif simple et ciblé, dans un contexte d’accountability. Ce terme anglo-saxon d’accountability englobe à la fois l’idée d’audit et de contrôle. Il véhicule également la norme et l’exigence de « rendre compte » et « rendre des comptes ».

3Cette définition de l’audit managérial est sous-tendue par une épistémologie réaliste, c’est-à-dire, comme le dit Alain Desrosières (2008), une épistémologie qui prend pour hypothèse que la réalité et la vérité préexisteraient à la mesure et seraient simplement dévoilées par elle. C’est une posture très courante qui traverse les faits et problématiques. Elle est d’autant plus fréquente qu’une partie de ceux qui conscientisent l’idée que les faits sont construits, finissent par s’accommoder eux aussi de ces cadres réalistes, pour leur propre efficacité de pensée ou de pratique. Cette posture s’oppose à celle que j’adopterai dans cet ouvrage, à savoir le constructivisme des dispositifs et des mesures. J’argumenterai qu’il ne peut y avoir de discussion approfondie sur la performance sans dévoilement des choix, en particulier les « montages cognitifs » divers (Desrosières, 2008) qui en ont précédé l’émergence. L’analyse des performances doit s’accompagner d’une explicitation claire des conditions socio-politiques de leur émergence, de leur élaboration, et de leurs usages.

Les objectifs de l’ouvrage

4Notre ouvrage n’est bien entendu pas le premier à s’attaquer au thème de la performance. Alan Ehrenberg par exemple a publié en 1991 un essai dans lequel il explore l’idée que le culte individuel et collectif autour de la performance serait le résultat d’une succession de transformations. Parmi celles-ci, il identifie la transformation du modèle d’action -de plus en plus orientée sur celui de l’entreprenariat ; la transformation de la réalisation personnelle, caractérisée par une foi infinie dans la valeur de la consommation ; et la transformation de la valeur de l’excellence sociale qui prend son inspiration prioritairement chez les sportifs. Ces mutations sont organisées de telle sorte qu’elles exhortent chacun d’entre les individus à la performance pour exister. « La performance combine un modèle d’action (entreprendre) et de justice (le sport) avec un style d’existence (l’émancipation) d’un individu apparemment anticipé des interdits et qui l’empêcheraient de choisir sa vie » (Ehrenberg, 2004, p. 7). Si ces mutations d’individualisation dans la construction du système de performance totale sont nécessaires, elles sont insuffisantes pour ériger la performance totale en norme collective.

5Notre ouvrage explore, lui aussi, la genèse des performances. Ce faisant, il prend un double parti. Celui, d’abord, d’identifier certaines des mutations socio-économiques qui éclairent les raisons de la montée en puissance de la « performance » entendue tout à la fois comme une modalité de coordination des actions, un dispositif cognitif de repère collectif ou de valorisation, un outil de contrôle mais aussi une idéologie, voire une croyance. Celui, ensuite, d’offrir une vision synthétique de travaux qui ont été largement portés par d’autres, tant les mutations à l’œuvre ont déjà été, pour certaines, largement sillonnées. Mais c’est bien de leur conjonction, pensons-nous, que l’on peut percevoir l’avènement de la performance totale.

  • 1 On emprunte cela à Isabelle Backouche et Michel Naepels qui, dans un article intitulé « Faire la p (...)

6Nous défendrons ainsi la thèse qu’il existe une tendance structurelle à ce que les organismes, les États comme les individus, se conforment à la performance totale définie comme régime, qui, tout en visant à une évaluation du produit et ses finalités, finit par dicter, en les y soumettant, les actes des individus, et leurs finalités. La performance totale est ainsi ce dispositif qui coordonne les agents à partir de l’exhibition d’une grandeur particulière, celle énoncée par le chiffre. Celui-ci est à la fois parfaitement décontextualisé et totalement institué par une matérialité qui s’avère durable (du fait des propriétés particulières du chiffre1 ), et auquel chacun est sommé de se conformer. Cette norme chiffrée ainsi créée sert alors de lien quasi organique et symbolique entre les individus.

Nouvel esprit du capitalisme ?

7Le régime de performance totale que nous décrirons n’est pas né au hasard du temps. Il accompagne le capitalisme contemporain. Or, ce capitalisme financiarisé est insaisissable. Le qualifier de post-fordiste est devenu mission impossible tant le rythme des mutations économiques et sociales et des crises qui les accompagnent s’est accéléré. Dans ce désordre structurel, ce capitalisme met la performance totale au cœur du rapport salarial. La performance totale s’inscrit alors dans un « nouvel esprit » (Boltanski et Chiapello, 1999) qui brise les cadres collectifs et prétend objectiver les « qualités propres » des individus. En fondant sa légitimité sur le caractère prétendument axiologiquement neutre des indicateurs, ce nouvel esprit prend des airs d’inéluctabilité, et favorise le consentement collectif.

8Des espaces de résistance s’organisent, empruntant des chemins divers. L’un d’entre eux souligne la domination contenue dans l’idée même de performance totale, et exige une vraie consultation des individus et des citoyens dans le processus de construction des indicateurs. L’autre revendique de sortir de la quantification, considérant que celle-ci n’est pas seulement un acteur réducteur, mais un acte performateur et souvent destructeur.

Le plan de l’ouvrage

9Nous défendons l’idée que la quête de performance, en tant que dispositif mis en scène depuis moins de deux décennies, n’a rien d’une évidence à laquelle les individus, les organisations, les territoires, les nations devraient inévitablement se plier. Après avoir rappelé la multiplicité des fondements sémantiques de la « performance », (chapitre 1), cet ouvrage montre que la quête contemporaine de performances trouve ses prémisses dans le compromis fordiste, à la faveur duquel les parties prenantes ont négocié des accords pour partager ce qu’elles avaient identifié comme étant les gisements de productivité, autour d’un produit dont les contours, assez incertains, étaient eux aussi négociés.

10Le glissement progressif vers une économie de services (chapitre 2) a rendu de plus en plus contingente cette négociation d’un « produit », lui-même de plus en plus incertain : l’usage relativement mécanique de la « productivité industrielle » comme modalité de coordination, d’incitation et de reconnaissance est alors devenu de plus en plus délicat, lorsqu’il s’est agi de l’appliquer à des activités de services. Et plus encore lorsque ces activités de services renvoient à des actes de soin, des actes d’accompagnement, des actes de traitement et de transfert d’information, ou encore des actes d’accumulation et de communication des connaissances. La méconnaissance des spécificités « servicielles », c’est-à-dire relatives à la relation de service, l’indifférence à leur égard, mais aussi la difficulté réelle face à leur quantification, ont conduit au développement de comportements contorsionnistes par lesquels les opérateurs des mesures (au premier rang desquels les comptables nationaux, les statisticiens et leurs usagers) ont cherché à faire passer des « volumes » d’activités de services au travers des grilles industrialistes.

11Le deuxième processus ayant contribué à consolider l’ère de la performance totale est celui de l’individualisation des rapports de travail et des systèmes de reconnaissance (chapitre 3). Cette individualisation est apparue légitime durant les années 1990 (Boltanski, Chiapello, 1999), et partant, a consolidé en retour les dispositifs de performance totale et la croyance collective qui les accompagne. Sans en être un élément central, elle en a favorisé la diffusion.

  • 2 Voir aussi les travaux séminaux du sociologue américain Pitirim Sorokin, qui semble avoir la pater (...)
  • 3 Au premier rang desquels les économistes et des gestionnaires.

12Cette mutation structurelle du système productif, de la consommation et des relations sociales n’épuise cependant pas, et de loin, l’ensemble des facteurs concourant à l’avènement de la performance totale. Cette mutation se combine à la dynamique de “réforme” de l’État, et, comme le suggère Vincent de Gaulejac, à celle de la « quantophrénie »2, cʹest-à-dire cette frénésie autour du chiffre et de la quantification, « véritable pathologie de la mesure » (De Gaulejac, 2005 ; 2011, p. 188). Derrière la tendance à la « modernisation » de l’État (chapitre 4), on constate des imbrications de plus en plus intimes, et pourtant improbables, entre plusieurs attitudes. Celles qui misent sur les bienfaits de l’évaluation des politiques publiques, lui attribuant les vertus de la raison procédurale ; celles au contraire qui s’appuient sur un usage massif de la performance et de ses indicateurs en guise de légitimation en amont ou en aval des choix de l’action publique. Cette ambivalence n’est pas sans poser un certain nombre de difficultés. Cette imbrication de l’évaluation des politiques publiques et de la mesure de la performance est source de confusion entre les postures constructivistes et les postures réalistes. Elle contribue à entretenir l’idée du caractère apolitique des postures évaluatives, et entretient une confusion entre des enjeux d’ordre individuel et collectif. Le capitalisme et les principaux opérateurs de sa cohérence3 font circuler les concepts entre niveaux individuels et niveau social, suggérant par exemple que l’accumulation de performances individuelles produira la performance sociale et collective, omettant ce faisant une réflexion relative à l’identification et la préservation des biens communs.

13Le chapitre 5 prolonge cette dynamique et explore l’impact de l’expansion de la quantification qui accompagne « l’ère du chiffre » (Beaud, Prévost, 2000) dans ce basculement paradigmatique de l’ère de l’évaluation à celle de la mesure. Cette ère est caractérisée par une véritable communion autour de l’expansion de la mise en chiffres de toutes les problématiques de la vie humaine : travail, activité, vie intime, individuelle, sociale.

14Les dispositifs de performance totale apparaissent peut-être comme la manifestation la plus aboutie de ces quatre mutations concomitantes, et se substituent progressivement aux dispositifs complexes, ad hoc et pluralistes, de l’évaluation du travail (Dejours, 2003), et des politiques publiques (Monnier, 2002).

15Cette dynamique vers ce que nous avons nommé la performance totale est cependant compatible avec la coexistence de plusieurs régimes de performance. C’est en tout cas ce que nous défendrons dans le chapitre 6. Cette coexistence peut être liée à une certaine résilience de formes passées (régime fordiste) ou à des résistances vis-à-vis de cette transformation du monde. Les acteurs qui s’inscrivent dans ces dynamiques de résistance et qui admettent, transitoirement au moins, que soient identifiées – et parfois promues- des formes d’efficacité ou de performance, le font sous une double condition : (i) que la performance soit d’emblée considérée non comme univoque mais plurielle (pluralité de sens de la performance, pluralité des objectifs, acceptation de projets contradictoires, vision politique) ; (ii) que la légitimité de ces performances ainsi identifiées repose sur les processus déployés : inclusives et délibératives. La notion de régime de performance prend alors tout son sens : il est le fruit d’une construction sociale, adossée à des conventions sur les objets, sur la mesure, et à des accords sur la façon de mesurer ou d’évaluer.

Notes

1 On emprunte cela à Isabelle Backouche et Michel Naepels qui, dans un article intitulé « Faire la preuve » (2009) montrent que « les formes du savoir écrit, et notamment le cadastre ou la généalogie, procédant par matérialisation durable et décontextualisée de données, constituent en eux-mêmes des procédures d’établissement de la preuve qui s’opposent à des formes d’établissement d’une légitimité par la notoriété, les relations d’interconnaissance ou la production d’un consensus local » (p. 3).

2 Voir aussi les travaux séminaux du sociologue américain Pitirim Sorokin, qui semble avoir la paternité de ce concept.

3 Au premier rang desquels les économistes et des gestionnaires.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable