Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé, bien public mondial ou bien marchand ?

 | 
Bruno Boidin

Partie 3 – Qu’attendre des approches coopératives ?

Introduction

Texte intégral

1Les rapports de force entre les acteurs de la santé et du développement ont conduit nombre d’industries pharmaceutiques à adopter des logiques souvent qualifiées de « coopératives » par les acteurs impliqués. Ces « nouvelles » logiques apparaissent dans un contexte particulier où les brevets ne sont plus présentés comme le seul levier de la recherche pharmaceutique. Plusieurs tendances s’étaient en effet dégagées avant que l’ouverture à la coopération ne devienne un modèle stratégique porteur. La première tendance avait consisté à maintenir le modèle de l’entreprise clôturée, protégée par les brevets et cherchant à élargir son champ d’exclusivité. Cette tendance a été largement combattue à la fois par les sociétés civiles défendant les droits des patients et les pays pauvres et par certains chercheurs, mais elle n’a pas totalement disparu, comme en atteste la parcellisation des savoirs résultant de la course aux brevets sur des fragments de connaissances. La deuxième approche, encore largement privilégiée depuis la fin des années 1990, consiste à ne pas remettre en cause fondamentalement les deux socles de l’économie du médicament, à savoir la concurrence et les brevets, tout en adoptant des dispositifs supposés inciter les firmes pharmaceutiques à lancer des programmes de recherche pour les maladies négligées. Mais dans la mesure où cette approche se heurte à l’insolvabilité structurelle de la demande concernée (celle des pays pauvres) et à la guerre économique que se livrent les firmes pharmaceutiques (du Nord et du Sud), l’on peut rester sceptique quant aux chances de ce modèle de débloquer l’accès des pays pauvres aux médicaments. Enfin une troisième tendance, de plus en plus mobilisée, est celle des partenariats multi-acteurs, reposant sur l’idée que les coopérations entre acteurs marchands et non marchands seraient possibles et souhaitables (cf. supra chapitre 3 section 3). C’est cette troisième tendance qui est questionnée dans le chapitre 5, à partir de l’expérience originale de l’antipaludéen ASAQ. Cette expérience, malgré ses résultats, nous conduit cependant à relativiser les potentialités offertes par les partenariats multi-acteurs dans un univers de prise en compte limitée des déficiences institutionnelles locales et de faible intégration des effets à long terme. En conséquence le chapitre 6 propose un cadre d’analyse renouvelé de la coopération pour la santé, fondé sur une économie politique internationale de la santé. Cette dernière vise à dénaturaliser les acteurs en présence pour prendre en compte les inégalités et les conditions sociopolitiques de soutenabilité.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540