Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé, bien public mondial ou bien marchand ?

 | 
Bruno Boidin

Partie 1 – La santé comme bien public mondial, une notion toujours ambiguë

Introduction

Texte intégral

1La notion de BPM, appliquée à la santé où à d’autres domaines (air, eau, forêts, etc.), recèle une ambiguïté terminologique fondamentale en ce qu’elle recouvre trois motivations différentes de l’action collective (chapitre 1). Ces trois motivations ont toutes trait à l’idée que la santé, en tant que bien produit, fournit des effets finaux bénéfiques à l’humanité. La première motivation est l’éthique des droits humains, dans la tradition humaniste dont la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme constitue un exemple emblématique. La deuxième est la recherche du bien commun (ou des biens communs) ; elle est plus large que la première tout en la recouvrant, dans la mesure où les biens communs ne relèvent pas uniquement du « destin de l’espèce humaine » mais également de l’environnement (Ostrom, 1990). La troisième est la motivation économique des biens publics issus de la théorie économique standard (Samuelson, 1954). S’il existe une grande proximité entre les deux premières approches, la troisième s’en distingue en considérant les biens publics moins comme des objectifs en soi que comme des biens spécifiques à des fins de performance économique.

2L’ambiguïté prescriptive (chapitre 2) est le corollaire de l’ambiguïté terminologique et se manifeste à travers deux mouvements de fond. D’une part, elle repose sur la domination d’une rhétorique institutionnelle sur les normes qui permettraient d’atteindre les objectifs de santé. Cette rhétorique est largement fondée sur le cadre standardisé de la « bonne gouvernance » qui domine le champ de la coopération internationale malgré les vives critiques dont il fait l’objet. D’autre part, l’ambiguïté prescriptive se traduit par la coexistence de trois modèles de mise en oeuvre de la santé comme BPM. Ces trois modèles cohabitent tout en relevant de registres analytiques et de programmes d’action foncièrement différents, rendant alors particulièrement confus l’agenda de la santé comme BPM.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable