Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques

 | 
Sylvie Fol
, 
Yoan Miot
, 
Cécile Vignal

Troisième partie – L’impensé de l’ancrage face à l’injonction à la mobilité résidentielle

L’ancrage local, une ressource pour les classes populaires des territoires désindustrialisés ?

Cécile Vignal

Texte intégral

1Restaurer la mixité sociale, limiter les effets négatifs « de quartier », faciliter l’insertion professionnelle : les politiques publiques tendent à ériger les capacités de déménagements et de déplacements quotidiens en outils de lutte contre les formes d’exclusions sur les marchés du travail et du logement. Pourtant, ces politiques d’incitation à la mobilité semblent limitées en matière de réduction des inégalités socio-spatiales et comportent des risques sociaux pour ceux qui les subissent ou ne peuvent les maîtriser. Face à ce paradoxe, nous proposons de questionner cet impensé de l’action publique urbaine qu’est l’ancrage territorial en montrant en quoi les classes populaires tirent ressources ou protections de l’implantation durable dans un territoire, fût-il désindustrialisé ou ségrégé. Nous en étudierons, depuis la Seconde Guerre Mondiale, les variations et les ambivalences.

2Analyser l’ancrage local des classes populaires revient, au préalable et en contre-point des politiques publiques, à considérer la mobilité résidentielle sous l’angle de son caractère normatif, celui d’une injonction, émanant tant du marché du travail que des politiques publiques urbaines. Mobilité spatiale et travail sont en effet liés. Dès le XIXe siècle, la mobilité géographique s’inscrit dans un processus historique de « mobilisation » (Gaudemard, 1976) et de « mise en mouvement » des travailleurs (Lévy-Vroelant, 2002) engendré par l’industrialisation et l’urbanisation. Ces mouvements ont constitué les quartiers ouvriers des villes industrielles européennes. Ces territoires ont cristallisé, au cours des années 1950, les cultures ouvrières localisées, les échanges d’entraide, la géographie de réseaux de parenté et des sociabilités porteuses d’identification et d’appartenance collective (Hoggart, 1957 ; Young et Willmot, 1957 ; Gans, 1962 ; Coing, 1966 ; Topalov, 1987). Si l’homogénéité ouvrière de ces quartiers s’est ensuite morcelée, si l’appartenance de classe et les affiliations professionnelles ont décliné, nous postulons que les formes d’appartenances localisées des classes populaires, tant dans les espaces ruraux, périurbains qu’urbains, se sont renouvelées avec les transformations du salariat et le déclin de l’emploi ouvrier. A la suite de Nicolas Rénahy (2010), nous faisons l’hypothèse que les ressources sociales de proximité sont une des modalités de résistance à la domination des classes populaires.

3Analyser l’ancrage local des classes populaires nécessite ainsi de se distancier d’une vision individualisante des mobilités et de mettre « l’accent sur la nature collective de la mobilité des individus » (Dietrich, 1988, p. 19). L’attachement au lieu de résidence est sociologiquement différencié selon la position sociale (Ramadier, 2007 ; Fol, 2009). L’ancrage ne peut être considéré comme le simple négatif de la mobilité, comme la seule position de ceux qui sont captifs ou privés de déplacement. D’une part, les classes sociales les plus favorisées et les plus qualifiées ont un fort attachement à leur quartier de résidence dans une logique d’entre soi mais ont aussi des déplacements facilités, des sociabilités et des liens familiaux qui s’affranchissent des distances et des proximités (Pinçon et Pinçon-Charlot, 1989 ; Wagner, 2010). D’autre part, l’ancrage des milieux populaires se révèle autant subi que porteur d’attachement, contraint par des processus de ségrégation que support d’agrégations électives et de solidarités. C’est cette ambivalence intrinsèque que nous interrogerons dans un contexte de crise durable des affiliations professionnelles et de précarisation durable des carrières ouvrières et employées.

  • 1 Cet article s’appuie sur un état des savoirs pluridisciplinaire (en sociologie et géographie social (...)

4Il s’agit donc de replacer la question de l’ancrage et de la mobilité non seulement dans un rapport salarial mais aussi dans un rapport social au lieu de résidence. Les sphères domestiques, familiales et territoriales continuent-elles d’offrir des supports d’appartenance, d’entraide et d’identité des classes populaires ? L’ancrage local engendre-t-il des effets ambivalents sur les trajectoires sociales ? À l’inverse existe-il aujourd’hui des formes renouvelées d’ancrage ou de refus de mobilité, porteuses d’affirmation voire de résistance collective ? À partir d’une synthèse d’enquêtes sociologiques menées depuis les années 19501, nous retracerons en quoi l’ancrage local, historiquement constitué comme une des dimensions du rapport salarial, est aussi un espace de ressources des classes populaires. Si le territoire résidentiel constitue un support ambivalent d’entraide, si les ressources de proximité ont pu connaître un déclin depuis les années 1980, des formes contemporaines interrogent la place du territoire de résidence comme appui de certaines mobilisations collectives des classes populaires.

De l’ouvrier à l’habitant, de l’ancrage dans le quartier au refuge du logement

5La question de l’ancrage local des classes populaires contemporaines doit être replacée dans le processus historique de fixation de la main-d’œuvre ouvrière puis de sa mise en mouvement. Il témoigne du passage de la figure de l’ouvrier à celle de l’habitant, c’est-à-dire du passage d’un rapport collectif au quartier ouvrier jusqu’aux années 1950 à un rapport plus individualisé au logement à partir des années 1970.

  • 2 Il s’agit de résoudre « le plus grave problème auquel ait eu à faire face le capitalisme aux débuts (...)
  • 3 À l’image de la féodalité, où pouvoirs religieux et civils ont longtemps tenté de fixer les individ (...)

6Robert Castel rend compte dans Les Métamorphoses de la question sociale (1995) du processus de fixation des populations dont la mobilité était perçue comme menaçante pour l’ordre social, économique et local. À la fin du XVIIIe siècle, sous l’impulsion de la révolution industrielle et de la construction du marché du travail, la mobilité géographique des travailleurs s’accroît mais se voit taxer de menace pour le capitalisme et l’ordre social2. L’ouvrier « change fréquemment de place, se louant au plus offrant et « chôme » certains jours de la semaine (…) s’il peut survivre sans se plier à la discipline du travail industriel » (Castel, 1995, p. 326). Ainsi, l’assistance territorialisée3 institutionnalise, au cours du XIXe siècle, la fidélisation de la main-d’œuvre d’origine rurale et agricole par le biais des caisses d’épargne, du livret ouvrier, du règlement ou des sociétés de secours. Le modèle du logement ouvrier des entreprises paternalistes, bâti dans le sillage de l’usine, sert à « fixer durablement les ouvriers sur le site de travail et à pallier le nomadisme fréquent qui caractérisait alors leurs pratiques » (Groux, Lévy, 1994, p. 28). De surcroît, le logement permet aux entreprises « de mobiliser la main-d’œuvre, de la contrôler voire de favoriser certains comportements, et enfin d’avoir un monopole de façon à éviter au maximum une concurrence coûteuse avec les autres employeurs » (Ascher, 1994, p. 104). La fixation du travailleur à son poste et la rationalisation du travail apparaissent alors comme une des conditions primordiales à l’émergence du rapport salarial fordiste.

7Ces politiques patronales de fixation de la main-d’œuvre s’accompagnent d’un processus d’urbanisation qui crée les conditions déplorables de vie et de logement des ouvriers du XIXe et début XXe siècle. Ces conditions de logement, identifiées par les pouvoirs publics par le prisme de l’habitat insalubre, résultent d’un marché immobilier libéralisé qui laisse place à la « tyrannie des propriétaires » (Lévy-Vrolant, 2002) et aux loyers élevés au regard des très faibles rémunérations du travail. Cette période historique a généré la densification rapide des quartiers ouvriers centraux. À partir des années 1950, s’engagera ensuite le déplacement vers les périphéries et les premiers grands ensembles d’un habitat moderniste, celui des grands-ensembles (Lévy-Vroelant, 2002).

8Aussi, les quartiers ouvriers de la période de l’entre deux-guerres et des années 1950 et 1960 ont vu se déployer des sociabilités, des formes de solidarités, un rapport au politique spécifiques liées à l’interconnaissance et à un mode de vie quotidienne centré sur des espaces résidentiel et de travail communs. Les municipalités ouvrières ont ainsi participé à cette identité sociale et politique territorialisée (Bacqué, Fol, 1997). Les travaux réalisés en Grande-Bretagne par Michael Young et Peter Willmott (1957) ouvrent cette perspective en décrivant les relations d’entraide et la grande proximité géographique des mères et de leurs filles ouvrières. Dans Rénovation urbaine et changement social (1966), Henri Coing décrit les conséquences des opérations de reconstruction et de rénovation d’un quartier parisien et notamment la mobilisation des ressources relationnelles et familiales des habitants pour limiter les conséquences des déménagements forcés. De ces travaux on retiendra, avec Claire Lévy-Vroelant, combien « l’habitant a déjà percé sous l’ouvrier » au cours des années 1950 et 1960 au sens où « une culture de l’habitat qui intègre étroitement les ressources de proximité » (Lévy-Vroelant, 2002, p. 232) prend progressivement place.

9Mais alors que le développement du capitalisme industriel du XIXe et début du XXe siècle s’est effectué autour d’un « urbanisme de l’immobilité », la ville post-fordiste se décline ensuite en une « machine à mobilité » (Rousseau, 2008, p. 200). À partir des années 1970, la crise économique est aussi une crise des rapports salariaux fordiens accélérée par des mutations technologiques qui n’encouragent plus la fidélisation des salariés à l’entreprise. Se désintéressant de la question du logement des salariés, « le problème des entreprises est plus de garder les mains libres vis-à-vis de leurs salariés que de les rendre captifs » (Ascher, 1994, p. 106). La mobilité est en outre facilitée par la déterrito­rialisation des protections sociales : l’assurance dépersonnalisée, le droit du travail, le salariat ont permis progressivement de « conjuguer mobilité et sécurité (sociale) ». Ces dernières ouvrent « la voie à une rationalisation du marché du travail prenant en compte à la fois les exigences de la flexibilité pour le développement industriel et l’intérêt de l’ouvrier » (Castel, 1995, p. 317).

10À cette transformation du rapport salarial vont s’ajouter des processus de transformations des quartiers et du logement populaires. D’une part, la mobilité résidentielle ouvrière et employée s’accroît. Rappelons que les quartiers ouvriers traditionnels ont toujours été à la fois des espaces d’ancrage et de mobilité dans lesquels la circulation des entrants et des sortants était contingente à l’organisation du travail et aux réseaux de parenté (Lévy-Vroelant, 2002). Mais avec l’émergence des quartiers périphériques des années 1960-1970 puis avec le processus de périurbanisation et d’accès à la propriété ouvrière, les espaces résidentiels populaires vont se diversifier (quartiers anciens ouvriers, grands-ensembles, quartiers périphériques et périurbains populaires, villages ruraux ouvriers) en fonction des mobilités résidentielles et sociales sortantes des ménages les plus insérés et de l’immobilité contrainte des ménages les plus pauvres (familles nombreuses, familles monoparentales, familles d’origine immigrée). Nombre de quartiers anciens ou de quartiers d’habitat social deviennent, par ces mouvements de mobilité résidentielle sélective, des « quartiers de relégation » ou « d’exil » (Dubet, Lapeyronnie, 1992). D’autre part, la déstructuration des collectifs ouvriers et des identités de métier ont conduit à un investissement plus grand du pôle domestique et familial. Le paradoxe soulevé par Florence Weber (1991) est que d’un côté le retrait dans l’espace domestique et la « privatisation » (Schwartz, 1991) sont liées à une amélioration des conditions de vie ouvrière, mais que d’un autre côté elle s’accentue sous une forme négative avec la crise et le chômage des années 1980. Pour nombre de populations précarisées, le lieu de résidence « serait devenu un refuge plus qu’une ressource » (Bacqué, Sintomer, 2002, p. 32).

11Ces processus soulignent ainsi un déplacement du rapport aux ressources du quartier passant d’une logique collective organisée autour de la sphère du travail à une logique centrée sur la sphère domestique, sur le logement comme espace de repli par défaut, face au chômage et à la précarisation, espace de choix contraints mais aussi potentiellement supports de liens, de pratiques d’entraide et d’identité qu’il s’agit à présent de décrire.

Les ressources de l’ancrage résidentiel des classes populaires, des formes contemporaines renouvelées 

  • 4 Aujourd’hui, « ni la notion de quartier populaire, ni le sentiment de relégation ou “d’exclusion” n (...)

12Si les quartiers ouvriers traditionnels des années 1950 ont progressivement disparu4, on retrouve une communauté de condition, un « espace de référence commun » à l’intérieur duquel « les individus ou les familles sont marqués par une histoire sociale produite sur plusieurs générations » (Desrosières, Pialoux, cité par Vanommeslaghe, 2001). Dans ces espaces, les ressources tirées de l’ancrage local reposent, tout d’abord, sur les liens familiaux. L’enquête « Proches et parents » réalisée en 1990 par l’INED révèle que malgré les migrations et grâce au processus de concentration urbaine, une personne sur cinq habite la même commune que sa mère, et plus de une sur deux le même département (Bonvalet et al., 2003). Même dans les espaces urbanisés, on observe des niveaux élevés d’individus vivant dans la même commune que leur mère (57 % dans les villes moyennes et 54 % dans les grandes villes). Les milieux ouvriers et peu diplômés sont parmi les plus proches géographiquement de leur parentèle : lorsque l’on a un père ouvrier, la probabilité d’habiter la même commune que lui est de 25 % contre 18 % s’il a exercé un autre type d’emploi. De même, la probabilité d’habiter la commune de sa mère est de 33 % chez les personnes n’ayant aucun diplôme contre 16 % de ceux qui ont le bac (Bonvalet, Gotman, Grafmeyer, 1999). L’enquête « Kinship and Social Security » confirme, au niveau européen, le poids et le rôle de la parenté dans l’espace urbain, qu’il s’agisse du lien entre soins aux parents et proximité résidentielle, ou de la tendance à resserrer les liens inter­générationnels, en réintroduisant une forme de « familialisation » des soins aux enfants (Amiotte-Suchet, Chevalier, 2012), ou encore de l’intrication entre liens de parenté et liens de voisinage (Ghezzi, 2012 ; Leutloff-Grandits, 2012 ; Manceron, Segalen, 2012).

  • 5 Si la localisation en ZUS « multiplie par 1,5 la probabilité de déclarer vivre dans un quartier par (...)

13On retrouve le rôle de la proximité géographique de la parenté dans les travaux sur les choix résidentiels des périurbains (Sencébé, 2002 ; Ortar, 2009), sur les parcours résidentiels des espaces de peuplement récent comme les villes nouvelles (Imbert, 2005) ou ceux sur les familles recomposées (Bonvalet, Clément 2005). Tous décrivent l’existence de logiques électives, choisies de maintien des proximités et des liens autour du logement. Dans les quartiers d’habitat social, la densité des relations sociales nouées contribue également à créer une familiarité protectrice. Celle-ci est démontrée, depuis le début des années 1990, par les travaux de F. Dubet et D. Lapeyronnie (1992) ou plus récemment par ceux de Michel Kokoreff (2003) qui constate un processus de « suraffiliation territoriale » des ménages précarisés, c’est-à-dire une superposition des relations amicales aux relations de voisinage. Ces éléments se retrouvent dans les enquêtes de F. Bouillon (2008) sur le centre-ville populaire marseillais : elles aussi témoignent d’un attachement à la ville sur le mode de l’interconnaissance et de la familiarité. De même, les recherches de Cyprien Avenel (2004) identifient les groupes pour lesquels le lien social est le plus dépendant du quartier : les individus touchés par le chômage, comme les jeunes, les familles immigrées. Ainsi, les pratiques résidentielles immigrées de double résidence et d’interconnaissance communautaire font du quartier un micro-territoire connecté à des territoires intra ou extra-européens d’origine (de Villanova, 2007). L’exploitation de l’enquête de l’Insee « Histoires de vie » de 2003 montre ainsi de quelle façon « l’ancrage territorial peut être un facteur important de la construction identitaire, en particulier des personnes ayant une trajectoire migratoire complexe » (Guerin-Pace, 2009, p. 146), cet ancrage s’accompagnant « d’un investissement à chacune des étapes comme un ancrage à chaque fois renouvelé » (Guerin-Pace, 2009, p. 160)5.

  • 6 Dans ces quartiers « une sociabilité de proximité spécifique, conflictuelle mais bien réelle s’y dé (...)

14Au-delà des liens familiaux, le type de sociabilité populaire explique l’importance de l’attachement au territoire. Les réseaux des classes populaires sont formés de relations généralement très localisées et fortement connectées entre elles (Bidart, 1997). Cette sociabilité contextualisée, c’est-à-dire étroitement liée au contexte de la rencontre est ainsi associée à des lieux. Enquêtant dans un quartier d’habitat social de Berlin, Cécile Cuny montre que les usages populaires du logement « sont marqués par une forte sociabilité entre voisins appartenant au même groupe familial élargi » (Cuny, 2011). S’interrogeant sur les formes renouvelées de l’ancrage local et identitaire de deux quartiers de l’ancienne banlieue rouge parisienne (le quartier Allende à Saint-Denis et le quartier Cochennec à Aubervilliers), Marie-Hélène Bacqué et Yves Sintomer (2002) révèlent un enracinement constitué par des trajectoires résidentielles dans un territoire restreint et des réseaux familiaux de proximité6.

15Enfin, et malgré les effets de la désin­dustria­lisation et des crises économiques, l’ancrage résidentiel peut être une ressource en vue de l’accès à un emploi. Dans les sociétés contemporaines, la famille élargie joue un rôle de relais social et de médiateur de solidarités, ce que montrent de nombreux travaux depuis ceux d’A. Pitrou (1978). L’aide familiale demeure toutefois inégalitaire : plutôt protectrice dans les milieux populaires (à l’image de l’« aide de subsistance » qu’évoque Pitrou), elle est davantage insérante dans les classes moyennes (« aide de promotion »). Le réseau social est en effet plus fréquemment mobilisé par les salariés ouvriers ou employés dont les marchés du travail sont moins institu­tionnalisés et géographiquement plus resserrés que ceux des autres salariés. Sylvie Fol (2009) décrit ces marchés de l’emploi très locaux que l’on retrouve, tant aux États-Unis qu’en France, dans lesquels la famille joue un rôle important : 21 % des jeunes peu qualifiés obtiennent leur premier emploi grâce à la famille (Degenne, Forsé, 2004). D’après l’enquête « Proches et parents » de l’INED, ce sont les employés (25,7 %) et les ouvriers (23,2 %) qui ont le plus souvent été introduits auprès d’un futur employeur par un membre de la famille, contre 19,3 % des cadres supérieurs (Bonvalet, Gotman, Grafmeyer, 1999). En d’autres termes, les « liens forts » sont particulièrement importants pour ceux qui ont peu de qualification. L’article de Martin Omhovère dans cet ouvrage montre ainsi en détail l’intrication des réseaux d’accès à l’emploi informel et formel, des réseaux d’informations et d’entraide quotidienne des habitants d’origine immigrée du quartier populaire de Gambetta à Montpellier.

L’ancrage local, un support ambivalent de résistance des classes populaires ?

16Les ressources sociales tirées de l’ancrage local perdurent. Elles ne sont toutefois pas sans équivoque. Se dessine une tension entre, d’une part, les effets potentiellement ségrégatifs de l’ancrage résidentiel dans un contexte de désin­dustria­lisation et, d’autre part, l’affirmation collective des classes populaires dont il est parfois le support.

  • 7 « Cet argumentaire fut développé par Jean-Paul de Gaudemar dans sa thèse La Mobilité du capital. Si (...)

17L’ancrage territorial des classes populaires révèle des enjeux collectifs croisant travail, habitat et territoire de résidence. La crise du milieu des années 1970, accompagnée de vagues de fermetures et de délocalisations d’usines, vit se développer des formes de résistances aux mouvements déterri­torialisants du capitalisme sous le slogan « vivre et travailler au pays » (Moulinier-Boutang, 2005)7. Dans l’espace périurbain et rural, se renouvelèrent alors des logiques d’appartenance locale pour des groupes dominés (Bozon, 1984 ; Chamboredon et al. 1985 ; Weber, 1991). Mais le « capital d’autochtononie » des familles ouvrières rurales est aujourd’hui en crise. Il ne permet plus autant que pour les générations précédentes de jouer un rôle d’accès à l’emploi face à la disparition des industries locales (Rénahy, 2005 et 2010). En outre, les ressources de proximité offertes par le réseau social et familial peuvent instituer une relation de dépendance. Par leur vigueur, leur caractère indispensable, les solidarités familiales peuvent être non seulement une aide mais aussi un frein dans l’orientation des trajectoires. Car « le sentiment d’appartenance à un milieu socio-familial », tend à disqualifier des projets, des modes de vie ou des aspirations professionnelles « fondées sur des valeurs différentes du milieu d’origine » (Bertaux-Wiame, 1991, p. 188). Ces opportunités prennent alors la forme d’aventures, de risques au regard des possibilités déjà présentes dans le milieu familial et local. Cyprien Avenel (2006) soutient également la thèse de l’ambivalence des liens familiaux et des sociabilités dans les quartiers sensibles. Dans ces quartiers, les réseaux d’entraide au sein de la parenté jouent un rôle d’amortisseur du chômage. Mais ils engendrent un sentiment de dépendance et d’obligations réciproques et figent une partie des populations des quartiers dits sensibles « dans un véritable processus d’involution sociale entretenue par une série de processus ségrégatifs » (Avenel, 2006, p. 127).

  • 8 « Curieusement, la plupart des études portant sur l’action collective négligent l’ancrage territori (...)
  • 9 En Argentine, le mouvement des « piqueteros » est un cas singulier d’action collective hors du lieu (...)

18Bien qu’intrinsèquement ambivalent, l’ancrage local demeure une forme possible de rempart défensif des groupes sociaux dominés. En cela, il est « directement lié aux enjeux de lutte dans l’espace social » (Ramadier, 2007, p. 132). Le quartier peut constituer une ressource politique pour ses habitants à l’instar de la défense du quartier de l’Alma-Gare à Roubaix à la fin des années 1970 (Miller, 2002), des revendications identitaires dans des territoires ruraux et périurbains (Sencébé, 2004), des dynamiques citoyennes suscitées par les dispositifs de démocratie participative (Neveu, 2004). Le territoire de résidence peut aussi être un support de luttes collectives liées au travail lors de plans de restructuration d’entreprises. La question territoriale lors de mobilisations pour l’emploi, bien que relativement peu étudiée en France, demeure récurrente (Vanommeslaghe, 2001)8. Il ne s’agit pas ici de la portée politique des mouvements des années 1970 revendiquant une immobilité face aux injonctions professionnelles, ni de l’ampleur de mouvements tels que ceux des piqueteros en Argentine au début des années 20009. L’enjeu est aujourd’hui plus souvent d’éviter les coûts d’une mobilité résidentielle ou quotidienne subie, notamment dans un contexte de licenciements collectifs. Dès les années 1950 (Moscovici, 1959), mais surtout depuis les années 1980, les travaux sur les restructurations d’entreprises révèlent le choix des salariés, notamment ouvriers, de ne pas déménager malgré le risque de chômage (Pinçon, 1987 ; Weber, 1989 ; Malsan, 2001 ; Reumaux, 2001, Rénahy, 1999, Linhart et al., 2002 ; Ravelli, 2008). Le cas d’une fermeture d’usine en Picardie et sa délocalisation en Bourgogne en 2000-2001 (Vignal, 2005), met en lumière le dilemme qui conduisit les deux-tiers des ouvriers et techniciens à refuser la mutation proposée et à être licenciés. Les enjeux de l’ancrage territorial et familial donnaient une rationalité à l’option du licenciement : conserver la propriété du logement, la proximité et le soutien du réseau de parenté, le rôle et l’activité des conjointes, continuer à tirer les bénéfices du jardinage, de l’autoproduction, du bricolage, etc. Neuf à dix années plus tard, en 2009-2010, une nouvelle enquête auprès de ces mêmes ex-salariés permit de suivre leurs parcours (Vignal, 2012). Finalement, malgré son ambivalence intrinsèque entre refuge (éviter le déracinement et l’incertitude de la mutation) et piège (le chômage, la précarisation), le licenciement demeure, neuf années plus tard, une option ayant pu ouvrir à la fois des parcours ascendants socialement et des parcours de déclassement et de repli contraint sur la sphère domestique. On constate l’éclatement de l’opposition initiale entre salariés mutés et salariés licenciés ayant refusé la mutation. La mutation a aussi été porteuse de risques sociaux (chômage, perturbation des relations familiales). Corrélativement, le licenciement n’a pas empêché des mobilités sociales ascendantes et la réalisation de projets résidentiels et familiaux. Ainsi, dans un contexte où les délocalisations et les restructurations d’entreprises engagent une majorité « de mobilités descendantes » (Gazier, 2005), le refus d’une mobilité géographique subie peut constituer une forme incertaine mais réelle de protection des liens amicaux, familiaux mais aussi de la trajectoire professionnelle.

Conclusion

19Face aux mouvements de désin­dustria­lisation et de disparition des emplois formels peu qualifiés, et face aux processus de ségrégation socio-résidentielle, l’ancrage local demeure l’expression ambivalente d’une capacité des classes populaires à organiser l’accès au travail, formel et informel, l’accès au logement, à l’aide familiale et amicale nécessaires à la vie quotidienne. Au-delà, il peut, dans le cadre de mobilisations collectives ou de mouvements d’expression identitaire, être le support d’une représentation positive des groupes dominés (Rénahy, 2010).

20Ainsi, en replaçant la question de l’ancrage et de la mobilité dans le rapport au travail des classes populaires, on comprend le sens et les effets que peuvent exercer les politiques urbaines d’incitation à la mobilité sur les trajectoires de ces populations. En ne cherchant qu’à loger sans « préserver (ou même transposer) la ville hospitalière et les quartiers-communautés » (Lévy-Vroelant, 2002, p. 234), en optant pour une politique de démolition des quartiers d’habitat social, en suivant le dogme de la mixité sociale, les politiques urbaines peuvent faire éclater des ressources de proximité essentielles aux groupes dominés et précarisés. Les politiques de mobilité résidentielle contraintes induites par les opérations de rénovation urbaine exposent potentiellement certaines familles « à une plus forte vulnérabilité car ces carcans (des appartenances familiales et locales) constituent des garanties de stabilité et d’intégration sociale » (Sencébé, 2001). L’ancrage local demeure un choix contraint (Bourdin, 1998) mais aussi, de manière récurrente, une modalité de résistance aux formes de domination des classes populaires sous le double registre du « repli et de l’inscription collective » (Merklen, 2002).

Bibliographie

Amiotte-Suchet L., Chevalier S., 2012, « Un ancrage familial et local fort : le cas de Dole », Ethnologie française, n° 1, Vol. 42, p. 55-64.

Authier J-Y, Bacque M-H, Guerin-Pace F, Le Quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, p. 206-216.

Avenel C., 2006, « La famille ambivalente dans la ville inégale. Le statut du lien familial dans les “quartiers sensibles” », Informations sociales, n° 130, p. 120-127.

Bacque M.-H., Fol S., 2007, « L’inégalité face à la mobilité : du constat à l’injonction », Revue Suisse de Sociologie, Vol. 33-1, p. 89-104.

Bacque M.H., Sintomer Yves, 2002, « Peut-on encore parler de quartiers populaires ? », Espaces et Sociétés, n° 108-109, p. 29-47

Bacque M.6H., 2006, « Empowerment et politiques urbaines aux États-Unis », Géographie, économie, société, n° 1 (Vol. 8), p. 107-124.

Bacque M.-H., Fol S., 2007, « L’inégalité face à la mobilité : du constat à l’injonction » Revue suisse de sociologie, 33 (1), p. 89-104

Bidart C., 1997, L’amitié, un lien social, Paris, La Découverte.

Bonvalet C., Gotman A., Grafmeyer Y. (dir), 1999, La Famille et ses proches. L’aména­gement des territoires, Paris, INED – PUF.

Bouillon F., 2008, « De la ségrégation à la familiarité : l’agrégation réhabilitée ? », Colloque Justice et injustices spatiales, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense..

Bourdin A., 1998, « L’ancrage comme choix », in Hirschhorn M., Berthelot J.M., Mobilités et ancrages. Vers un nouveau mode de spatialisation ? Paris, L’Harmattan. Coll. Villes et entreprises, p. 37-56.

Brevet N., 2009, « Mobilités et processus d’ancrage en ville nouvelle : Marne-la-Vallée, un bassin de vie ?. Étude des mobilités résidentielles et des mobilités quotidiennes », L’Information géographique, n° 4 (Volume 73), p. 76-82.

Clement C., Bonvalet C., 2005, « Familles recomposées et ancrage résidentiel », Espaces et sociétés, n° 120-121, p. 79-97.

Coing H., 1966, Rénovation urbaine et changement social, Paris, Les Éditions Ouvrières.

Cuny C., 2011, « Les usages populaires du logement dans un grand ensemble de Berlin-est », Espaces et sociétés, n° 144-145, p. 89-104.

Degenne A., Forse M., 1994, Les Réseaux sociaux. Une analyse structurale en sociologie, Paris, Armand Colin.

Desrosieres A., Pialoux M. 1983,« Rapports au travail et gestion de la main-d’œuvre : problèmes de méthodes », in Critiques de l’économie politique, n° 23-24, p. 69.

Dietrich W., « Émergence du social lors de la mobilité des individus à partir de la relecture d’un texte de Max Weber », Espaces et Sociétés, n° 54/55.

Dubet F., Lapeyronnie D. (1992), Les quartiers d’exil, Paris, Seuil.

Fols., 2009, La mobilité des pauvres, Paris, Belin.

Gans H. J., 1962. The urban villagers. Group and Class in the life of Italian-Americans, New York, The Free Press.

Gaudemard J.-P., 1976, Mobilité du travail et accumulation du capital, Paris, Ed. Maspero.

Gazier B., 2005, « Accompagnement par des politiques actives et passives de l’emploi des restructurations dues à la mondialisation, rapport de cadrage », Colloque France-BIT, L’inter­nationa­lisation de l’emploi : un défi pour une mondialisation plus juste ?, Annecy.

Ghezzi S., 2012, « Parenthood and the Structuring of Time among Urban Households in Northern Italy », Ethnologie française, (Vol. 42), p. 37-44.

Guerin-Pace F., 2007, « Le quartier entre appartenance et attachement : une échelle identitaire ? », in Authier J.Y., Bacque M.H., Guerin-Pace F., (dir.), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, p. 151-162.

Guerin-Pace F., Samuel O., Ville I. (dir), 2009, En quête d’appartenance, Paris, INED, coll. Grandes enquêtes.

Imbert C., 2005, « Ancrage et proximités familiales dans les villes nouvelles franciliennes : une approche comparative », Espaces et sociétés, (no 119, p. 159 à 176.

Kokoreff M., 2003, La force des quartiers, Paris, Payot.

Kokoreff M., 2007, « Pauvres quartiers ! Complexité de l’objet et ambivalence des phénomènes », in Authier J.Y., Bacque M.H., Guerin-Pace F., (dir.), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte p. 242-252.

Lannoy P., Ramadier T. (dir.), 2007, La mobilité généralisée : formes et valeurs de la mobilité quotidienne, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia.

Lelevrier C., 2007, « Mobilités et ancrages des familles en Île-de-France. Les changements de la rénovation urbaine », Informations sociales, 5, n° 141, p. 98 à 109.

Lelevrier C., 2010, « La mixité dans la rénovation urbaine : dispersion ou re-concen­tration ? », Espaces et sociétés, n° 140-141, p. 59-74.

Leutloff-Grandits C. « Kinship, Community and Care : Rural-Urban Contrasts in Croatia », Ethnologie française, n° 1 (Vol. 42), p. 65-78.

Levy-Vroelant C., « Mobilités et espaces de l’habiter des classes populaires urbaines de la fin du XIXe siècle aux années 1950 », Espaces et Sociétés, n° 108-109, 2002,

Levy-Vroelant C., 2002, « Mobilités et espaces de l’habiter des classes populaires ur­baines de la fin du XIXe siècle aux années 1950 », Espaces et sociétés, n° 108, p. 217-237

Linhart D., Rist B., Durand E., 2002, Perte d’emploi, perte de soi, Ramonville-Saint Agne, Erès.

Malsan S., 2001, Les Filles d’Alcatel. Histoire d’une reconversion industrielle, Paris, Octares Éditions.

Manceron V., Segalen M., 2012, « Entre solidarité résidentielle, sentiments et soutiens publics : les relations de parenté dans le Liberté à Nanterre », Ethnologie française, n° 1, (Vol. 42), p. 23-36.

Meklen D., 2009, « Une nouvelle politicité pour les classes populaires en Argentine » in Bouffartigue P., Beroud S. (dir.), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute, pp. 237-251.

Merklen D., 2002, « Le quartier et la barricade : le local comme lieu de repli et base du rapport au politique dans la révolte populaire en Argentine », L’Homme et la société, n° 143-144, p. 143-164.

Merklen Denis, 2009, Quartiers populaires, quartiers politiques, Paris, La dispute.

Miller M. J., 2002, « Le “quartier” comme enjeu social et politique : Alma-Gare dans les années 1970 », Genèses, 2002, no 48, p. 77-99.

Moscovici S., 1959, « La résistance à la mobilité géographique dans les expériences de reconversion », Sociologie du travail, n° 1, p. 24-36.

Moulier-Boutang Y., 2005, « Économie politique des multitudes : mobilité du capital, mouvements sociaux et mouvement du capitalisme », Rue Descartes, n° 49, p. 53-65.

Neveu C., 2004, « Une « petite fabrique de territoire » : quartiers et citoyenneté à Roubaix », Ethnologie française, n° 1, Vol. 34, p. 59-66.

Ortar N., 2005, « Le paradoxe de l’ancrage et de la mobilité en zone rurale et périurbaine », Journée d’étude –  Le logement et l’habitat comme objet de recherche, GIS Socio-économie de l’habitat / CRETEIL, Créteil, Université de Paris XII.

Ortar N., 2007, « Parcours existentiels et résidentiels en périurbain », Urbanisme, n° 356, p. 68-70

Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, 1989. Dans les beaux quartiers, Paris, Presses Universitaires de France.

Pinçon M., 1987, Désarrois ouvriers. Familles de métallurgistes dans les mutations industrielles et sociales, Paris, L’Harmattan.

Pitrou A., 1978, Vivre sans famille ? : les solidarités familiales dans le monde d’aujourd’hui, Privat, Toulouse.

Pujol C., 2010, De l’ancrage mobile à l’inscription circulatoire : regards croisés sur les trajectoires citadines et citoyennes aux marges de Rosario (Argentine) et de Montevideo (Uruguay), Thèse de doctorat, Université Toulouse le Mirail - Toulouse II.

Ramadier, T., 2007, « Mobilité quotidienne et attachement au quartier : une question de position ? », In J-Y. Authier, M-H. Bacque, F. Guerin-Pace (dir.), Le quartier : Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, collection « Recherche », pp. 127-138.

Ravelli Q., 2008, « Cadres, techniciens et ouvriers : mobilités professionnelles et privilège spatial », Espaces et sociétés, n° 135.

Remaux F., 2001, « Mobilités forcées et recomposées. Attigny dans les Ardennes françaises », in Lassave P., Haumont A. (éd.), Mobilités spatiale. Une question de société, Paris, L’Harmattan, p. 47-59.

Remy J., 1999, « Dédoublement des espaces sociaux et problématiques de l’habitat », in Bonnin P., Villanova R. (de) (dir.), D’une Maison l’autre. Parcours et mobilités résidentielles, Créaphis, pp. 315-344. Remy J., 1996, « Mobilités et ancrages : vers une autre définition de la ville », in Hirschhorn M., Berthelot J.M., Mobilités et ancrages. Vers un nouveau mode de spatialisation ? Paris, L’Harmattan.

Renahy N., 1999, Vivre et travailler au pays. Parentèles et renouvellement des groupes ouvriers dans un village industriel bourguignon, sous la dir. de Christian Topalov, Thèse de doctorat de Sociologie, EHESS, Paris, 413 p.

Renahy N., 2005, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte.

Renahy N., 2010, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Regards Sociologiques, n° 40, p. 9-26

Rousseau M., 2008, « La ville comme machine à mobilité. », Métropoles, n° 3, mis en ligne le 12 septembre 2008. URL : http://metropoles.revues.org/2562

Segalen M., 2012, « Être parents, être pères aujourd’hui », Ethnologie française, n° 1, Vol. 42, p. 7-12.

Sencebe Y., 2001, Les Lieux et les temps de l’appartenance : mobilités et territoire, une analyse sociologique du Pays diois, Thèse de doctorat de Sociologie, Université Lumière – Lyon II, 663 p.

Sencebe Y., 2002, Les manifestations contrastées de l’appartenance locale, in J.-P. Sylvestre (dir.), Agriculteurs, ruraux et citadins. Les mutations des campagnes françaises, Dijon, CRDP de Bourgogne, Educagri, p. 293-310.

Sencebe Y., 2004, « Être ici, être d’ici », Ethnologie française, n° 1 (Vol. 34), p. 23-29.

Topalov C., 1987, Le logement en France, histoire d’une marchandise impossible, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques.

Vanommeslaghe L., 2001, « Deux formes nationales d’opposition ouvrière à la délocalisation de Levi’s », Revue française de science politique, 2001, Vol. 51 p. 739-762.

Vignal C., 2012, «  Neuf ans après une délocalisation : Trajectoires professionnelles, ressources résidentielles et familiales », in Caradec V., Ertul S., Melchior J.-P. (dir), Les dynamiques des parcours sociaux. Temps, Territoires, Professions, PUR, Rennes, 2012.

Vignal C., 2005, « Logiques professionnelles et logiques familiales : une articulation contrainte par délocalisation de l’emploi », Sociologie du travail, n° 2, Vol. 47, p. 153-169 .

Villanova de R., 2007, « Quêtes identitaires et réancrage territorial : quelles per­spec­tives ? », L’Homme et la société, n° 165-166, p. 133-139.

Wagner A.-C., 2010, « Le jeu de la mobilité et de l’autochtonie au sein des classes supérieures », n° 40, Regards Sociologiques, Mobilité/autochtonie : sur la dimension spatiale des ressources sociales, p. 89-98

Weber F., 1989, Le travail à côté, étude d’ethnographie ouvrière, Paris, EHESS.

Young M., Willmott P., 1957 (1983), Le village dans la ville, (trad.), Paris, Centre de Création Industriel - George Georges Pompidou

Notes

1 Cet article s’appuie sur un état des savoirs pluridisciplinaire (en sociologie et géographie sociale), que l’on retrouve détaillé à la fois dans le livre de Sylvie Fol intitulé La mobilité des pauvres (2009), que dans divers numéros de revues, notamment : Regards sociologiques, « Mobilité/autochtonie : sur la dimension spatiale des ressources sociales » n° 40, 2010 ; Espaces et sociétés, « Les usages populaires de l’espaces », n°144-145, 2011 ; Espaces et sociétés, « espace, mode d’emploi », n°108, 2002 ; Ethnologie française 2005/4 (Vol. 35), « Fermetures : crises et reprises » ; Ethnologie française 2012/1 (Vol. 42) « Parenté et parentalités », L’Homme et la société 2007/3-4 (n°165-166), « Requêtes identitaires. Ré-ancrage territorial ».

2 Il s’agit de résoudre « le plus grave problème auquel ait eu à faire face le capitalisme aux débuts de l’industrialisation : fixer l’instabilité ouvrière », laquelle « correspond à un nomadisme géographique (les ouvriers vont de mine en mine, de chantier en chantier, quittant leur employeur d’une manière imprévisible, attirés par de plus hauts salaires ou repoussés par les conditions de travail) et à une irrégularité dans la fréquentation des postes de travail (célébration du “saint lundi” et autres coutumes populaires, stigmatisées comme autant de marques d’imprévoyance) » (Castel, 1995, p. 257).

3 À l’image de la féodalité, où pouvoirs religieux et civils ont longtemps tenté de fixer les individus et de les assigner « à un point fixe de l’espace » (Rosental, 1993, p. 71), un patronage puissant organise la territorialisation de l’assistance aux indigents. Les mendiants ne peuvent être secourus qu’à condition d’être natifs de la paroisse, d’y résider, voire d’être inclus par l’enfermement dans ces institutions. En effet, le vagabond est le désaffilié d’une société où le réseau familial et le réseau de voisinage assurent une protection contre les aléas. L’aide patronale va donc viser à instaurer l’ancrage territorial de la main d’œuvre. Les workhouses en Angleterre ou l’Aumônerie générale en France sont fondées sur le principe de « domiciliation de l’assistance » (Castel, 1995).

4 Aujourd’hui, « ni la notion de quartier populaire, ni le sentiment de relégation ou “d’exclusion” n’apparaissent dans les discours des habitants. L’adjectif ouvrier n’est employé qu’occasionnellent pour qualifier la vie au passé » (Bacqué, Sintomer, 2002).

5 Si la localisation en ZUS « multiplie par 1,5 la probabilité de déclarer vivre dans un quartier par rapport aux personnes qui résident ailleurs, mais diminue la probabilité de se déclarer attaché à son quartier » (Guerin-Pace, 2009, p. 159), le quartier est une échelle d’attachement particulièrement investie par les migrants et les propriétaires.

6 Dans ces quartiers « une sociabilité de proximité spécifique, conflictuelle mais bien réelle s’y déploie. L’attachement et l’enracinement d’une part importante des ménages à la cité ou au quartier et plus encore à la ville perdurent. Ils reposent notamment sur une stabilité résidentielle relativement importante. Entre ressource et enfermement, les cités suscitent une identification forte qui, négociée différemment par chaque individu, peut conduire à l’adhésion raisonnée comme au rejet. » (Bacqué, Sintomer, 2002, p. 42).

7 « Cet argumentaire fut développé par Jean-Paul de Gaudemar dans sa thèse La Mobilité du capital. Si l’indifférence du travail abstrait à toute forme de travail concret constitue la source de la valeur, le refus de la force de travail à devenir marchandise et sur travail résidait dans son ancrage dans un territoire, un « pays ». La territorialisation était classée entièrement du côté anticapitaliste tandis que la déterritorialisation basculait entièrement de l’autre côté. » (Moulinier-Boutang, 2005).

8 « Curieusement, la plupart des études portant sur l’action collective négligent l’ancrage territorial des mobilisations. Pourtant, les représentations subjectives des salariées, la constitution même de leur identité collective et, partant, leur potentiel de mobilisation semblent bel et bien avoir été façonnés par les trajectoires sociales spécifiques qu’il leur avait été possible de suivre au sein de leur région, région elle-même profondément marquée par le type d’économie et la nature des rapports sociaux qui s’y déploient depuis des siècles. » (Vanommeslaghe, 2001).

9 En Argentine, le mouvement des « piqueteros » est un cas singulier d’action collective hors du lieu de travail fondé sur l’appartenance au quartier populaire : « il montre les formes de mobilisation de ces travailleurs qui ne peuvent plus assurer leur vie par le travail, mais à qui, de surcroît, le travail n’offre pas de prises pour l’action sociale ou politique» (Merklen, 2009, p. 250). « L’ancrage étant alors entendu comme une forme de militance. Le fort investissement dans le quartier s’inscrit souvent à la suite d’un engagement politique et d’une volonté de s’écarter d’une politique jugée trop partisane » (Pujol, 2010, p. 114). Ces exemples renvoient à la question « du pouvoir des groupes dominés à s’organiser, à s’autodéterminer et à peser sur les décisions qui concernent le groupe, le quartier ou la minorité. » (Bacqué, 2006).

Auteur

Université Lille 1, CLERSE

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable