Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques

 | 
Sylvie Fol
, 
Yoan Miot
, 
Cécile Vignal

Préambule - Les trajectoires résidentielles : un champ de recherche pour saisir le sens des mobilités

Jean-Yves Authier

Texte intégral

1Les mobilités résidentielles des individus et des ménages ont fait l’objet en France, depuis les années 1950, de très nombreux travaux (Bonvalet, Brun, 2002). Pendant longtemps, ces travaux ont privilégié une approche statistique (et transversale) de ces pratiques sociales. À partir bien souvent de l’exploitation des recensements généraux de la population (de l’INSEE), leurs auteurs se sont principalement attachés à mesurer le phénomène, à décrire l’évolution des mobilités résidentielles dans le temps et dans l’espace, et à croiser les comportements de mobilité résidentielle et les caractéristiques du logement (localisation, type d’habitat, statut d’occupation) avec celles des individus et des ménages (âge, profession, niveau de revenu, etc.).

  • 1 En 2002, le taux annuel de mobilité en France était de 7,4 %, dont 5,3 % pour la mobilité de courte (...)

2Ces recherches ont ainsi permis de montrer que la mobilité résidentielle, en France, a d’abord fortement augmenté pendant les années 1950-1960 et jusqu’au début des années 1970, puis connu une baisse dans les années 1970 et 1980, avant d’augmenter à nouveau depuis le début des années 1990 (Baccaïni, 2007)1. Derrière ces tendances générales, ces recherches ont également identifié des comportements très différenciés selon les caractéristiques socio-démographiques des individus et des ménages. Ainsi, la mobilité résidentielle apparaît très forte aux âges jeunes, avec un maximum entre 25 et 29 ans, et chute après 40 ans, toutes distances confondues (Bonvalet, Brun, 2002). Elle s’élève avec le niveau d’études et varie également de façon sensible selon les catégories socio­profes­sionnelles (Dubujet, 1999 ; Courgeau, Pumain, 1993). Plus précisément, les indépendants (exploitants agricoles, artisans ou commerçants) connaissent généralement une mobilité résidentielle relativement faible, en raison de contraintes professionnelles impliquant une relative sédentarité. À l’opposé, les cadres déménagent plus souvent, sur de plus grandes distances et davantage pour des raisons professionnelles. Quant à la mobilité des milieux populaires, elle est souvent moins fréquente et couvre des distances plus courtes, car les coûts du déménagement sont pour ces ménages plus élevés, en raison de leur faible capital économique, mais aussi en raison de l’ancrage souvent très localisé de leurs ressources sociales. Dans un autre registre, ces productions montrent encore que les raisons qui conduisent les individus à déménager diffèrent selon que la mobilité est de courte distance ou de longue distance. Dans le premier cas, la mobilité est souvent liée aux modifications de la structure familiale ; dans le second, elle est plus souvent associée à des changements professionnels (Debrand, Taffin, 2006).

  • 2 Ces données statistiques sur les mobilités ont longtemps orienté, et orientent encore, de nombreuse (...)
  • 3 Cette présentation prend appui principalement sur un travail de synthèse de la littérature (françai (...)

3Au bout du compte, ces travaux privilégiant une approche statistique et transversale des mobilités apportent de nombreux éléments de connaissance sur les mobilités résidentielles – qui ne se réduisent pas, bien sûr, aux résultats cités ci-dessus2. Mais pour comprendre plus finement comment ces mobilités se construisent, évoluent et s’inscrivent spatialement, d’autres recherches se sont centrées sur l’analyse des trajectoires résidentielles des individus et des ménages. C’est à la présentation de ce champ de recherche, qui s’est constitué en France à la fin des années 1980, qu’est consacré cet article3. Après avoir défini ce que désigne la notion de « trajectoire résidentielle » et ce qui caractérise ce champ de recherche, nous présenterons les principaux apports de ces travaux. Dans cette perspective, nous traiterons successivement de l’évolution des trajectoires résidentielles en France depuis les années 1980, des dimensions structurantes des trajectoires résidentielles et enfin, des effets des trajectoires résidentielles sur les dynamiques territoriales.

Étudier les trajectoires pour saisir le sens des mobilités

4Parler de « trajectoire » renvoie d’abord, de façon générale, à l’idée selon laquelle « la position occupée par chaque individu peut se modifier au cours du temps » (Grafmeyer, Authier, 2008, p. 25). « Parler de “trajectoire”, plutôt que de “parcours”, d’“itinéraire” ou de “mobilité”, revient [ensuite] à suggérer qu’une série donnée de positions successives n’est pas le simple fait du hasard, mais s’enchaîne au contraire selon un ordre intelligible. (…) Cela ne signifie pas pour autant qu’une trajectoire résidentielle puisse à tout coup s’interpréter comme l’accomplissement réussi d’un projet initial fermement conduit jusqu’à son terme, ni même comme une suite de décisions librement prises à chaque fois par les agents au seul gré de leur préférence du moment. (…) (En effet,) parler de trajectoires ne préjuge (…) pas du degré de maîtrise que les personnes exercent sur leur propre mobilité. C’est, plus largement, faire l’hypothèse que les mobilités ont néanmoins un sens. Autrement dit, qu’on peut non seulement les décrire, mais en rendre raison, à condition de situer l’explication au carrefour de logiques d’acteurs et de déterminants structurels » (Ibid., p. 64-66).

5Dans cette acception, la notion de trajectoires résidentielles fait donc référence aux positions résidentielles successivement occupées par les individus et à la manière dont s’enchaînent et se redéfinissent au fil des existences ces positions, en fonction des ressources et des contraintes objectives de toute nature qui dessinent le champ des possibles, en fonction des mécanismes sociaux qui façonnent les attentes, les jugements, les attitudes et les habitudes des individus, et en fonction de leurs motivations et de leurs desseins. Ce qui signifie aussi que « les mobilités et immobilités résidentielles ne prennent tout leur sens que par rapport à une trajectoire de vie qui engage de façon plus large les différents domaines d’implication des êtres sociaux » (Ibid., p. 72), et que l’analyse des trajectoires résidentielles doit également prendre en compte les autres « formes de mobilité » (professionnelle, familiale, sociale…) des individus.

6Pris dans ce sens, l’étude des trajectoires résidentielles désigne un champ de recherche qui s’est constitué en France à la fin des années 1980, dans un contexte marqué à la fois, par une certaine ouverture (et diversification) de l’offre de logement (Bonvalet, 2010), par une modification de la commande publique de recherche (Gotman, 1990), invitant à étudier les familles et les ménages comme des acteurs (du logement) plus que comme de simples agents des politiques publiques, et par une plus grande prise en compte dans les sciences sociales des individus et de leur marge d’autonomie dans l’analyse des phénomènes sociaux. Deux publications sont particulièrement emblématiques de la constitution de ce champ de recherche : l’ouvrage Stratégies résidentielles, issu d’un colloque organisé en 1988 et publié deux ans plus tard sous la direction de Catherine Bonvalet et Anne-Marie Fribourg ; et l’ouvrage Le sens des trajectoires. Bilan d’un programme de recherche sur l’habitat, publié en 1992 sous la direction de Catherine Foret et Michel Péraldi.

7Affirmer que ce champ de recherche s’est constitué en France à la fin des années 1980 ne signifie pas toutefois que la question des trajectoires résidentielles n’ait jamais été prise en compte, et étudiée, auparavant. Ainsi, pour ne citer ici que deux références majeures, cette question est très présente d’une part, dans l’article que Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire ont consacré en 1970 aux grands ensembles, érigés dans les années 1960, dans lesquels cohabitaient très difficilement des individus poursuivant des trajectoires résidentielles divergentes (Chamboredon, Lemaire, 1970), et d’autre part, dans l’ouvrage Rénovation urbaine et changement social, publié quatre ans plus tôt, dans lequel Henri Coing analyse les trajectoires résidentielles de citadins confrontés, déjà, à une importante opération de rénovation urbaine (Coing, 1966). Mais c’est bien à partir de la fin des années 1980, pour les raisons précédemment citées, que s’est développé en France tout un ensemble de travaux sur les trajectoires résidentielles.

8Trois grands traits, à la fois problématique et méthodologique, caractérisent ces travaux :

9a) En premier lieu, ces productions privilégient bien souvent une approche longitudinale et biographique des positions, des mobilités ou des choix résidentiels, dans le souci d’inscrire les comportements résidentiels des individus dans l’ensemble de leur trajectoire : résidentielle, professionnelle et familiale.

10b) En second lieu, pour saisir ces comportements, ces travaux s’attachent fréquemment à dépasser l’échelle d’observation « ménage-logement », en remplaçant d’un côté la notion de ménage ou de « groupe domestique » par celles de « famille étendue », de « famille entourage » ou d’« entourage » (Bonvalet, Lelièvre, 1995 ; Lelièvre, Vivier, 2001), pour prendre en compte les relations de parenté et, plus largement, les réseaux sociaux des individus, et en remplaçant d’un autre côté la notion de logement ou de « lieu de résidence » par celles « d’espace résidentiel » ou de « système résidentiel » (Pinson, 1988 ; Dureau, 2002), pour tenir compte de la multi-localisation des ménages.

11c) Enfin, à la différence des enquêtes statistiques classiques de la mobilité, qui sont le plus souvent des enquêtes nationales, décontextualisées, ces recherches accordent, à la suite de travaux d’historiens sur les interactions entre mobilités individuelles et contextes résidentiels (Gribaudi, 1987 ; Burdy, 1989 ; Pinol, 1991), une grande importance aux contextes locaux dans lesquels les trajectoires résidentielles s’inscrivent et se déploient.

12Ces trois partis pris, qui se sont progressivement affirmés dans le temps (on est passé, par exemple, d’abord du ménage à la famille étendue, puis de la famille étendue à l’entourage et aux proches), ne sont pas sans lien avec divers changements sociétaux qui sont survenus, ou qui se sont accentués, au cours des dernières décennies : le recul de l’âge au mariage et de la naissance du premier enfant, l’augmentation des familles recomposées, le développement des situations de double résidence, la mobilité professionnelle accrue, etc. Tous ces changements marquent de plus en plus fortement les trajectoires résidentielles des individus et des ménages.

Les transformations structurelles des trajectoires résidentielles depuis les années 1980

  • 4 Cette évolution n’est pas propre au cas français. À Montréal, par exemple, la part des personnes se (...)

13L’observation des trajectoires résidentielles des individus et des ménages en France, depuis les années 1980, laisse apparaître plusieurs évolutions majeures, étroitement liées. Ainsi, le parcours résidentiel type des Trente Glorieuses, qui allait de pair avec la nucléarisation des ménages et l’urbanisation, et qui conduisait les ménages de la location d’un appartement autonome en centre-ville à l’achat d’une maison individuelle en périphérie ne correspond plus à la majorité des histoires résidentielles (Bonvalet, 1993)4. L’éclatement des formes familiales (avec le développement de l’union libre, l’accroissement des familles recomposées, l’augmentation numérique des ménages « solos », etc.) et la complexification des trajectoires familiales entraînent en effet une individualisation des parcours, des trajectoires non linéaires et de plus en plus diversifiées et des transitions plus floues entre chaque étape du cycle familial.

14C’est ce que montrent très bien les nombreux travaux consacrés à la décohabitation (Bozon, Villeneuve-Gokalp, 1995 ; Clément, 2002 ; Lafferrère, 2005). Contrairement à une idée largement répandue, ces travaux révèlent que l’âge au départ du domicile familial est stable, depuis le début des années 1990. Mais en même temps, l’accès à l’indépendance résidentielle des jeunes est de plus en plus tardive (depuis la génération née en 1958). D’abord parce que « davantage de jeunes partent grâce à l’aide de leurs parents et davantage de départs sont aidés au terme des études que par le passé » (Villeneuve-Gokalp, 2000). Ensuite, parce que résider chez ses parents tout en étant logé une partie du temps ailleurs (chez des amis, chez un partenaire amoureux, chez d’autres membres de la famille…) constitue de plus en plus un mode de transition vers l’indépendance résidentielle. Enfin, parce que de plus en plus de départs s’accompagnent (pour des raisons professionnelles, matérielles, financières ou, parfois, sentimentales) d’un retour au domicile familial, pour une période qui peut être plus ou moins longue. Ainsi, entre le fait d’habiter chez ses parents de manière quasi permanente et de n’être jamais parti et le fait de résider (durablement) dans un logement personnel auto-financé, on voit apparaître de plus en plus de « situations intermédiaires ». De surcroît, ces situations intermédiaires peuvent revêtir des formes et des sens différents. Par exemple, la double résidence, qui correspond au fait d’habiter chez ses parents tout en s’absentant de chez eux plus de la moitié du temps, est plus fréquente pour les hommes que pour les femmes, pour qui « les doubles résidences font davantage figure d’un moyen de revenir que d’un moyen de partir progressivement » (Villeneuve-Gokalp, 2000).

15Cette tendance à la diversification des parcours, et des étapes, se retrouve à d’autres moments du cycle de vie. Par exemple, les désunions (divorce, séparation) prennent également des chemins et des formes résidentiels de plus en plus divers (Martin, 1997 et 1998 ; Clément, Bonvalet, 2005). Si dans un premier temps, les ruptures conjugales sont synonymes de délocalisation d’au moins un des deux ex-conjoints, et le plus souvent des deux, elles s’accompagnent ensuite fréquemment de « recohabitations », qui peuvent revêtir deux formes : la « cohabitation par agrégation », lorsque l’un des conjoints vient vivre chez l’autre ; ou « l’emménagement ensemble », lorsque les deux conjoints prennent ensemble un nouveau logement. Au côté de ces deux configurations dominantes, les « recompositions familiales » post-divorces peuvent encore se traduire résiden­tiellement autrement. En effet, certains nouveaux couples privilégient le « living apart together », avec la garde de deux domiciles séparés, ou bien encore, des formes de « cohabitation à temps partiel ».

16À ce mouvement d’individualisation des parcours et de diversification des trajectoires s’ajoute un mouvement de précarisation des trajectoires résidentielles, dont la forme extrême est la perte du domicile. Malgré l’amélioration générale du niveau de vie et des conditions de logement depuis plus d’un demi-siècle, nombre d’individus connaissent aujourd’hui des trajectoires résidentielles marquées par une certaine précarité. Cette fragilité découle notamment des transformations socio-économiques en cours depuis la fin des Trente Glorieuses, marquées par l’affaiblissement des protections sociales, l’effritement de la société salariale et la « désaffiliation » (Castel, 1995), l’augmentation du chômage et des emplois précaires. À ce processus de précarisation d’une partie du corps social s’ajoutent les effets des transformations du parc résidentiel. Si la disparition du « parc social de fait » depuis l’après-guerre a permis une amélioration des conditions de logement et une « normalisation des statuts d’occupation » (déclin des loyers « loi 1948 », des logés à titre gratuit et des hébergés en hôtels, meublés ou sous-locations), elle s’est traduite aussi par une pression accrue sur le secteur HLM. Ces difficultés d’accès au logement ont donné lieu, à l’inverse des tendances des décennies précédentes, à une multiplication des recours à l’hébergement chez des tiers ou à la location de « meublés » (Arbonville, 2000). La disparition du parc de logements privés abordables s’est aussi, et surtout, accompagnée d’une insti­tution­nalisation croissante de l’hébergement, qui parfois constitue aujourd’hui le seul recours pour certains travailleurs salariés (Lanzaro, 2010). En même temps, les contraintes de l’hébergement institutionnel (Lévy-Vroelant, 2000 ; Gallou, 2005) amènent une partie des ménages ayant des difficultés à se loger à choisir d’occuper illégalement des logements inoccupés (Bouillon, 2009).

Les dimensions structurantes des trajectoires résidentielles

17Comme le laissent apparaître en creux ces évolutions, les dimensions qui struc­turent les trajectoires résidentielles des individus et des ménages sont multiples et fortement imbriquées. Dans cet ensemble figurent, tout à la fois, des dimensions familiales, professionnelles, politiques et contextuelles.

Les dimensions familiales

18Les recherches sur les trajectoires résidentielles soulignent d’abord, de façon très convergente, le rôle central de la famille (entendu au sens large du terme) dans la structuration des trajectoires résidentielles. Son influence se concrétise de diverses manières. Elle se manifeste en premier lieu sous la forme de « flux patrimoniaux » (Bonvalet, Gotman, Grafmeyer (dir.), 1999), qui renvoient aux aides matérielles apportées par la famille aux différents moments du cycle de vie : cohabitation prolongée et hébergement ; garanties financières, allant de la caution ou du dépannage d’un loyer à l’octroi d’un prêt ou d’un don permettant d’étoffer l’apport personnel pour l’accession à la propriété ; transmission d’un logement, par héritage ou donation ; aide pour la recherche d’un logement ou aide pour le restaurer ; etc. Ces aides matérielles varient en fonction des ressources de la famille, et donc selon les milieux sociaux. Ainsi, les ouvriers et employés apportent un soutien financier moins important que les cadres, mais ils fournissent plus souvent une main-d’œuvre pour la construction ou l’aménagement du logement (Maison, 1994). De surcroît, en fonction des configurations familiales, l’aide peut aussi bien aller des ascendants aux descendants qu’en sens inverse comme c’est le cas par exemple chez certaines familles d’origine algérienne où les enfants se mobilisent pour aider leurs parents à accéder à la propriété (Santelli, 1993).

19L’influence de la famille intervient ensuite sous la forme de « flux de socialisation », qui désignent les représentations et dispositions résidentielles transmises dans la famille.

« Dans leurs comportements et leurs itinéraires résidentiels, les familles engagent les représentations sociales et symboliques hiérarchisées qu’elles ont de l’espace résidentiel. Ces représentations sont tout aussi redevables à ce qui circule au sein de la famille élargie comme dispositions résidentielles, transmission de biens, traditions et usage des formes d’habitat qu’à une estimation présente du marché immobilier » (Bertaux-Wiame, 1995, p. 164)

20Ces dispositions résidentielles apparaissent, par exemple, dans la reproduction, d’une génération à l’autre, du statut d’occupation ou du type d’habitat. Autrement dit, il existerait tout aussi bien des « familles de propriétaires » dans lesquelles se transmettraient un certain habitus résidentiel, des dispositions particulières en termes d’épargne et d’investissement (Cuturello, 1993) que des « lignées de locataires » (Grafmeyer, 1993) pour lesquelles la propriété du logement principal n’apparaît pas comme un enjeu. Pour autant, il ne faut pas y voir une lecture déterministe des pratiques du logement impliquant une simple reproduction de la position résidentielle d’une génération à l’autre. La socialisation familiale définit des possibles résidentiels parmi lesquels les individus sont amenés à arbitrer.

21Enfin, la proximité des réseaux familiaux, les sociabilités et solidarités familiales locales, jouent également un rôle important dans les trajectoires résidentielles et notamment dans les choix de localisation du logement. Ce rôle a été parti­culièrement bien mis en évidence, par exemple, dans les travaux portant sur des opérations de relogement liées aux démolitions urbaines (Faure, 2006). Il apparaît également très nettement, autre illustration, dans les choix résidentiels opérés par les individus dans des moments de ruptures professionnelles (Vignal, 2010) ou familiales (Clément, Bonvalet, 2005). Parfois ces réseaux, de sociabilités et de solidarités, ne se limitent pas à la famille. Et d’autres travaux montrent aussi l’importance que peut revêtir les réseaux amicaux, ou les réseaux ethniques, dans les trajectoires résidentielles (Sirna, 2007 ; Garcia, Dansereau, 2010).

Les dimensions professionnelles

22Le travail et les logiques professionnelles constituent un autre ensemble de facteurs intervenant dans la structuration des trajectoires résidentielles. Pour l’illustrer, nous évoquerons ici d’une part, les effets de l’introduction récente dans l’univers professionnel d’une injonction à la mobilité géographique, et d’autre part, le rôle de la distance logement-travail dans la construction des trajectoires résidentielles.

23Depuis quelques décennies, les exigences en terme de mobilité géographique à l’égard des salariés tendent à s’élever. Une nouvelle norme est apparue dans l’univers professionnel, touchant notamment les emplois les plus qualifiés et faisant de la mobilité une condition de la promotion professionnelle. Cette injonction à la mobilité, émanant de la sphère professionnelle, affecte lourdement l’équilibre domestique et la trajectoire résidentielle des ménages. Elle crée un contexte de forte tension entre la carrière professionnelle (exigeant une certaine mobilité géographique) et la vie familiale et conjugale (pour laquelle la stabilité résidentielle est souvent préférée), imposant aux ménages des négociations et des ajustements entre choix résidentiel et carrière professionnelle. Cette nécessité de « faire carrière sous condition de déplacement » (Bertaux-Wiame, 2005) est appropriée de manière différenciée par les ménages, selon leurs ressources et leurs contraintes, et produit des tensions conjugales qui tendent à renforcer les inégalités de genre, à la fois dans l’univers professionnel et dans l’univers domestique (Grafmeyer, 1992 ; Bertaux-Wiame, 2005 ; Vignal, 2010).

24La distance entre logement et travail participe également à la construction des trajectoires résidentielles. Dans la continuité des résultats mentionnés ci-dessus, les recherches produites sur cet objet font apparaître que la tendance à l’éloigne­ment domicile-travail joue plutôt en défaveur des femmes, notamment si elles sont en couple avec des enfants (Baccaïni, 2002). Ces recherches montrent aussi que l’éloignement résidentiel par rapport au lieu de travail peut donner lieu à des arbitrages conjugaux entre plusieurs options. Par exemple, dans le cas de ménages suisses confrontés à une situation d’éloignement résidentiel par rapport au lieu de travail, Vincent Kaufman (2010) montre comment les couples arbitrent entre « la pendularité de longue distance » et « la bi-résidentialité ». Cette situation est essentiellement dictée par des contraintes liées au travail (précarité de l’emploi qui rend le déménagement plus risqué et bi-activité des couples qui retient un des deux conjoints) et est rendue possible par la flexibilité des conditions de travail de ces individus (possibilité de travailler à domicile ou dans les transports publics ou de concentrer ses horaires sur certaines journées). À partir de son enquête, Vincent Kaufman souligne que l’arbitrage entre ces deux options dépend largement du rapport au territoire des individus et de la nature de leurs réseaux sociaux : le choix de la pendularité est le fait de ménages sédentaires disposant d’un ancrage local constitué de « liens forts » ; ceux qui optent pour la bi-résidentialité ont des réseaux sociaux davantage constitués de « liens faibles » et plus dispersés sur le territoire. On retrouve ici le poids des réseaux familiaux et amicaux. Au côté de ces travaux, d’autres auteurs se sont intéressés au contraire à des populations qui privilégient la proximité entre lieu de résidence et lieu de travail (des indépendants, des gentrifieurs), en soulignant les avantages professionnels que pouvait procurer ce tout autre choix résidentiel (Bertaux-Wiame, 1999 ; Collet, 2008).

Les dimensions politiques

25Les évolutions structurelles, nous l’avons vu, ont fortement modifié l’offre de logements abordables : alors que les difficultés d’accès au logement ordinaire se sont accrues, les solutions de logement pour les ménages précaires se concentrent de façon croissante vers l’hébergement en institution et le secteur HLM (cf. supra). Aussi, les trajectoires résidentielles des précaires sont-elles de plus en plus encadrées par l’intervention publique. Pour saisir les effets de cette transformation, outre les travaux sur l’hébergement institutionnel précédemment évoqués, les recherches se sont principalement focalisées sur deux thématiques, qui permettent d’observer et de mettre au jour les composantes politiques des trajectoires résidentielles.

26La première a trait à la question des sans-domicile, qui a fait l’objet de multiples enquêtes quantitatives et ethnographiques dans les années 1990. L’accumulation de ces travaux permet de mieux cerner la population des sans-domicile et ses conditions de vie (Arbonville, 2000). Elle permet également de comprendre les processus conduisant à se trouver sans domicile (Paugam et Clémençon, 2003), les différentes étapes de cette « carrière » et la logique de sédentarisation qui en découle (Damon, 2002) et, enfin, les conditions de sortie de la carrière, qui dépendent autant des ressources individuelles que des effets de la prise en charge institutionnelle (Pichon, 2005).

27La deuxième thématique a trait à la question du relogement de catégories populaires organisée par la puissance publique. Cette thématique a été développée surtout depuis le milieu des années 2000, en lien avec la politique de rénovation urbaine (Faure, 2006 ; Lelévrier, 2008, 2010). Elle a été investie aussi dans le cadre de l’analyse des politiques de résorption de l’habitat insalubre. Dans la filiation du travail de Henri Coing (1966) sur les effets des politiques de normalisation de l’habitat, Pascale Dietrich (2009) a ainsi étudié les conséquences de la prise en charge par la ville de Paris de logements déclarés insalubres, impliquant le relogement de leurs occupants. Son travail montre que les effets du relogement sont ambivalents. Si les relogés s’avèrent plutôt satisfaits de leurs nouvelles conditions de logement, le coût de ce nouvel habitat pèse lourdement sur eux, freinant la réalisation des aspirations nées avec ce nouvel habitat. À ce coût financier s’ajoute un coût psychologique : alors que l’insalubrité pouvait servir auparavant de justification aux problèmes rencontrés, la disparition de ce stigmate ne permet plus d’expliquer le maintien de difficultés familiales, professionnelles ou d’intégration. Le relogement marque alors le point de départ d’une série de désillusions. Plus encore, dans cette étude, l’auteur souligne les effets négatifs d’une politique de relogement favorisant la dispersion des ménages pour promouvoir la mixité sociale. Comme il se concrétise dans la majorité des cas par un départ du quartier initial, le relogement est vécu comme un déracinement et fragilise les ménages relogés. Alors que « l’“entre soi” social ou communautaire constitue (…) une protection particulièrement importante pour les plus vulnérables », cette « rupture avec un territoire protecteur » se traduit par un affaiblissement des relations sociales et des difficultés d’adaptation dans le nouveau quartier (notamment lorsqu’il s’agit d’espaces socialement très valorisés), touchant en particulier les plus précaires des relogés.

  • 5 Voir dans le présent ouvrage l’article d’Emilie Saint-Macary.

28Les conclusions de cette recherche apparaissent très consonantes avec celles énoncées dans la plupart des travaux sur les effets des politiques publiques impli­quant le relogement d’habitants de milieux populaires. Si l’ambition de ces politiques associe l’amélioration de l’habitat à un objectif de mixité sociale nécessitant la dispersion géographique des habitants, ces travaux soulignent en effet, au contraire, l’importance de l’attachement au quartier de ces ménages, qu’ils habitent les logements insalubres des centre-villes ou les grands ensembles des communes périphériques5.

Les dimensions contextuelles

29À ces dimensions familiales, professionnelles et politiques s’ajoutent enfin des dimensions contextuelles. Dans ce registre, trois ordres de déterminants peuvent être distingués.

30Tout d’abord, les trajectoires résidentielles des individus et des ménages sont fortement indexées aux contextes historiques dans lequel elles se déroulent. C’est ce que montrent très bien, pour ne donner ici qu’un exemple, les enquêtes longitudinales portant sur les trajectoires des accédants à la propriété. Ces enquêtes identifient en effet des générations différentes d’accédants (les générations nées avant et après la 1re Guerre Mondiale (Cribier, Duffau, Kych, 1990) ; les générations nées juste avant la 2e Guerre Mondiale et les générations du baby-boom (Bonvalet, 2006), qui ne sont pas devenues propriétaires dans les mêmes conditions socio-économiques et pour lesquelles le rapport à la propriété d’occupation ne revêt pas les mêmes significations.

31Les configurations des trajectoires résidentielles varient ensuite d’un pays à l’autre. Par exemple, les trajectoires résidentielles des baby-boomers français et anglais, nés entre 1945 et 1954, sont loin d’être identiques (Bonvalet, Ogg, 2009). Même si, pour ces deux populations, le parcours logement modal consiste à passer d’une location, dans le parc social ou privé, à la propriété, les ménages anglais accèdent plusieurs fois à la propriété au cours de leur vie, quand l’accès à la propriété constitue plutôt un point d’aboutissement du parcours-logement des baby-boomers français. La « stratégie des petits pas », d’acquisition de logements plus spacieux au fur et à mesure de l’agrandissement de la famille, est en effet facilitée en Angleterre par une fiscalité plus avantageuse qu’en France. En revanche, le choix positif de rester locataire dans le parc social ou privé apparaît typiquement français, et permet parfois de financer une résidence secondaire. Autre illustration, la décohabitation (entendue dans le sens d’une première installation dans un logement indépendant non payé par les parents) est plus tardive en France par rapport à ce que l’on peut observer par exemple au Danemark ou bien encore en Angleterre « où la décohabitation après 18 ans est considérée comme un devoir surtout dans les milieux aisés » (Van de Velde, 2008).

32Enfin, les trajectoires résidentielles s’inscrivent dans des contextes locaux, qui interviennent de plusieurs manières dans la structuration des comportements résidentiels des individus et des ménages. Ainsi, il y a des quartiers qui, en raison de leurs caractéristiques (morphologiques, sociales, symboliques…) « retiennent » et des quartiers qui au contraire « encouragent à partir » (Pinol, 1991). Ces propriétés des lieux ne sont toutefois pas immuables et un même espace résidentiel peut exercer des effets différents – retenir ou encourager à partir – à des dates différentes. C’est ce que donne à voir, par exemple, l’étude de Nicolas Renahy, Cécile Détang-Dessendre et Séverine Gojard (2003), consacrée à deux cohortes d’individus nés à vingt ans d’écart dans un village industriel de l’Est de la France. Dans cette étude, alliant l’exploration ethnographique à la démonstration statistique, les auteurs montrent de quelle nature peuvent être ces « configurations de possibles » qui « canalisent les parcours ». Ils mettent en évidence un « modèle de sédentarisation de la main d’œuvre ouvrière », qui retient localement les individus de la première cohorte, puis sa déstructuration, qui conduit les individus de la deuxième cohorte à migrer.

  • 6 Voir dans le présent ouvrage l’article de Marie-Paule Thomas.

33De surcroît, il y a des contextes (résidentiels) locaux qui correspondent mieux que d’autres aux modes de vie de telle ou telle catégorie de population. C’est ce que montrent très bien, par exemple, les travaux consacrés aux ménages « solos » : si les ménages « solos » sont sur-représentés dans les quartiers centraux, c’est parce qu’ils présentent un « rapport résidentiel » spécifique, marqué par un attachement fort au quartier qui leur offre des services et des lieux de sociabilité publique dont n’ont pas besoin les ménages familiaux (Charbonneau, Germain, Molgat (dir.), 2009). De fait, les trajectoires résidentielles ne sont pas simplement une affaire de logement et de caractéristiques socio­démographiques des ménages. Elles sont aussi une affaire de modes de vie. L’étude récente réalisée par Marie-Paule Thomas et Luca Pattaroni (2012) sur les choix résidentiels des familles de classes moyennes en Suisse le démontre avec force6. Dans cette recherche, les auteurs associent étroitement, à travers la notion de « modes de vie résidentiels », les aspirations résidentielles et les modes de vie des familles qu’ils étudient pour saisir leurs choix résidentiels. Leur analyse conduit à distinguer, au sein de ces familles de classes moyennes, plusieurs sous-populations (« les citadins engagés », « les citadins individualistes », « les paisibles », etc.), qui n’ont pas les mêmes modes de vie résidentiels et qui habitent (de façon privilégiée) dans des « environnements construits » différents.

34Enfin, si les contextes locaux interviennent dans la structuration des trajectoires résidentielles, c’est aussi parce que l’inscription résidentielle, dans tel ou tel type de contexte, peut constituer un élément fort de l’identité et de la trajectoire sociale des individus. La recherche d’un environnement résidentiel peut en effet être l’occasion de formuler des préférences, des valeurs, des goûts et de se distinguer ainsi d’autres ménages proches socialement et économiquement dans une véritable « stratégie de l’identité sociale » (Benoit-Guilbot, 1986). Il peut s’agir par exemple de manifester, par le choix d’espaces marqués socialement et par le fait de s’y fondre, son appartenance ou son désir d’appartenance à un groupe (Pinçon et Pinçon-Charlot, 1989 ; Maurin, 2004). Il peut s’agir aussi de mobiliser l’espace résidentiel pour inventer un « modèle culturel » (Bidou, 1984) en rupture avec le milieu d’origine. Dans d’autres contextes, moins stratégiquement recherchés, l’inscription prolongée dans un espace résidentiel singulier peut également permettre à des catégories d’individus de réaliser des « petits déplacements sociaux », à l’exemple des « petits moyens » qui se sont installés dans les années 1960 dans le quartier des Peupliers à Gonesse et pour lesquels cet espace a constitué tout à la fois, une « scène d’apprentissages sociaux et culturels multiformes », un support d’ascension sociale et le théâtre d’une affirmation statutaire (Cartier, Coutant, Masclet, Siblot, 2008). Ces travaux font ainsi apparaître la trajectoire résidentielle non seulement comme un indice, mais aussi comme un élément à part entière de la trajectoire sociale.

Les effets des trajectoires résidentielles sur les dynamiques territoriales

35Si les trajectoires résidentielles sont pour partie structurées par les contextes locaux, elles ont, réciproquement, des effets sur les espaces résidentiels et les dynamiques territoriales. Ce sont des trajectoires résidentielles répétées ou au contraire en évolution qui font la stabilité ou l’évolution des divisions sociales de l’espace. L’apparente stabilité des quartiers bourgeois repose ainsi sur la répétition de choix résidentiels identiques au sein de la bourgeoisie (Pinçon et Pinçon-Charlot, 1989 ; Grafmeyer, 1991). Inversement la gentrification d’anciens quartiers populaires repose sur l’apparition de choix résidentiels nouveaux dans les classes moyennes et sur la diffusion de ce choix à des strates sociales différentes (Authier, 2003).

36Tous les travaux qui prennent pour objet un espace résidentiel sur la longue durée montrent ce phénomène. Que ce soit dans le cas d’un quartier pavillonnaire de banlieue – le quartier des Peupliers à Gonesse précédemment évoqué, dans le cas d’une « cité » d’habitat social – le quartier du Luth à Gennevilliers (Masclet, 2003), ou dans le cas d’une rue particulière – la rue de la République à Marseille (Fournier, Mazzella (dir.), 2004), l’arrivée de générations successives d’habitants tend à transformer l’espace résidentiel dans lequel les générations précédentes s’étaient installées. La thématique du déclin du quartier est très présente dans les discours sur ces différents espaces, notamment dans la bouche des premières vagues de résidents, et elle tendrait à être confirmée par les données statistiques. C’est particulièrement le cas de la rue de la République à Marseille qui, malgré son bâti bourgeois, se serait continûment déclassée depuis sa construction à la fin du XIXe siècle. Pourtant, l’attention portée aux trajectoires des habitants qui s’y succèdent montre que ce diagnostic est réducteur : cette rue est aussi, tout au long du XXe siècle, un espace de classement. Avec son bâti haussmannien, elle permet à différentes vagues d’immigrés de reprendre à leur compte le projet de « classement social par la résidence » et d’y connaître des « effets d’apprentissage induits […] par le cadre bâti perçu comme prestigieux » et par le côtoiement d’autres populations en ascension sociale. Cette fonction de l’espace résidentiel – comme espace de classement – se construit au fil des générations « qui héritent d’un cadre résidentiel dont le prestige n’est que partiellement inscrit dans les caractéristiques du bâti mais dérive aussi des usages qu’en ont fait les résidents précédents ». On comprend alors que c’est « le classement des uns [qui] fait le déclassement des autres » (Sirna, 2004), comme à la cité du Luth ou dans le quartier des Peupliers et comme dans les grands ensembles étudiés par Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire trente ans plus tôt (Chamboredon, Lemaire, 1970). C’est l’observation méticuleuse des trajectoires des habitants, des logiques de peuplement et des « formes d’investissement dans l’espace de résidence » qui permet d’interpréter correctement les évolutions des territoires dessinées par les recensements, et de leur donner sens.

37D’autres travaux permettent de saisir de façon plus globale comment les trans­formations qui affectent un groupe social ou une classe d’âge et leurs tra­jectoires résidentielles contribuent à remodeler le territoire. Edmond Préteceille (2003) indique comment les transformations de la structure socio­profes­sionnelle en Ile-de-France entre 1990 et 1999 affectent la division sociale de l’espace régional. Martine Berger (1993, 2004), Marco Oberti et Edmond Préteceille (2003, 2004) évaluent les effets des transformations des classes moyennes (croissance numérique, différenciations internes, intensité des mobilités sociales, etc.) sur l’Ile-de-France en général ou sur ses territoires périurbains. Le travail de Mathieu Van Criekingen et alii (2007) sur les espaces de résidence des « jeunes » (18-34 ans) dans les villes belges est exemplaire de cette démarche, en ce qu’il montre comment un phénomène macro-social en particulier – les transformations du passage à l’âge adulte – affecte les dynamiques territoriales. L’entrée dans la vie active plus incertaine, l’entrée dans la vie familiale plus tardive et l’entrée plus difficile dans certains espaces résidentiels appropriés par les générations précédentes (les espaces périurbains notamment) font apparaître de nouvelles trajectoires résidentielles, qui à leur tour affectent les territoires : les jeunes diplômés restent en centre-ville et en location au-delà de la période des études, d’où une certaine gentrification ; les jeunes d’origine bourgeoise ayant grandi en pavillonnaire prolongent leur hébergement chez les parents afin de ne pas subir un déclassement résidentiel, d’où le phénomène des « Tanguy » ; les jeunes familles sont contraintes à une « suburbanisation au rabais », de plus en plus loin des centres-villes ; enfin les moins diplômés, jeunes chômeurs, mères célibataires ou jeunes couples avec enfants issus des quartiers anciens centraux non encore réhabilités restent dans ces quartiers grâce à des solidarités à base locale, avec pour effet un enfermement et une concentration accrue de ces jeunes ménages populaires. On le voit, ces trajectoires résidentielles contraintes qui affectent les espaces des villes belges sont elles-mêmes conditionnées par les caractéristiques des espaces de départ, comme nous l’avons explicité précédemment ; en faisant évoluer la structure de l’espace résidentiel, elles affectent à leur tour les trajectoires résidentielles futures.

38Dans la même perspective, pour citer un dernier exemple de recherche, Jesus Leal montre très bien dans une étude récente comment la structure particulière de la décohabitation en Espagne affecte les contextes urbains (Leal, 2010). À l’origine de plus de la moitié des demandes de logement, la décohabitation des jeunes espagnols est plus tardive que dans d’autres pays européens ; associée à la formation du premier foyer et à l’achat d’un logement plutôt qu’à la location, elle se caractérise par la forte implication de la parenté dans l’accès au logement et par le choix d’un logement près de la famille d’origine. La proximité physique de la famille est particulièrement recherchée par les jeunes ménages issus des classes populaires, où les aides familiales sont surtout des aides en nature. « Une des conséquences de ces stratégies résidentielles est l’apparition, dans les nouvelles zones bâties autour des quartiers périphériques populaires, d’une mosaïque sociale plus complexe, où la proximité de la famille est un élément de choix plus important que le prestige du lieu de résidence » (Leal, 2010).

Conclusion

39En s’attachant à saisir le sens des mobilités résidentielles, les travaux qui se sont développés en France à partir de la fin des années 1980 sur les trajectoires résidentielles ont apporté de nombreux éléments de connaissance sur les choix et les comportements résidentiels des individus tout au long de leur trajectoire de vie. Ces travaux ont notamment permis de mettre au jour de multiples dimensions (familiale, professionnelle, politique, contextuelle) qui structurent ces choix et ces comportements. En même temps, ces travaux soulignent avec force que les trajectoires résidentielles des individus et des ménages sont de plus en plus diverses et, plus encore peut-être aujourd’hui, de plus en plus incertaines (Authier, Bonvalet, Lévy (dir.), 2010). C’est dire que les connaissances produites jusqu’ici doivent encore être enrichies. Cette perspective apparaît d’autant plus importante que les travaux réalisés ont aussi montré que l’étude des trajectoires résidentielles permettait non seulement d’éclairer les mobilités résidentielles des individus et des ménages, mais aussi de faire apparaître des différenciations internes aux groupes sociaux (à l’exemple des classes moyennes), de mieux saisir les trajectoires sociales de certaines catégories d’individus (à l’exemple des « petits moyens »), ou bien encore, et souvent de façon liée, de mieux comprendre les dynamiques des espaces urbains, périurbains et ruraux.

Bibliographie

Arbonville, D., 2000, « Normalisation de l’habitat et accès au logement entre 1984 et 1992. Une étude du “parc social de fait” », in Marpsat Maryse, Firdion Jean-Marie (dir.), La rue et le foyer. Une recherche sur les sans-domicile et les mal-logés dans les années 1990, Paris, Ined-Puf, p. 31-62.

Authier, J-Y. (dir.) et al., 2010, État des lieux sur les trajectoires, GRS/Puca, 85 p.

Authier, J-Y., 1993, La vie des lieux. Un quartier du Vieux-Lyon au fil du temps, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 268 p.

Authier, J-Y., Bonvalet C., Lévy J-P. (dir.), 2010, Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 433 p.

Baccaïni, B., 2002, « Navettes domicile-travail et comportements résidentiels dans l’espace francilien », in Lévy, J-P., Dureau, F., L’accès à la ville. Les mobilités spatiales en question, Paris, L’Harmattan, p. 121-139.

Baccaïni, B., 2007, « Les flux migratoires interrégionaux en France depuis 50 ans », Population, 1, p. 143-160.

Benoit-Guilbot, O., 1986, « Quartiers-dortoirs ou quartiers-villages ? », in COLLECTIF, L’esprit des lieux. Localités et changement social en France, Programme Observation du changement social, Éditions du CNRS, Paris, p. 127-156.

Berger, M., 1993, « L’urbanité des périurbains d’Ile-de-France : de la diversité à la ségrégation », Annales de la Recherche Urbaine, n° 50, p. 56-63.

Berger, M., 2004, Les périurbains de Paris : de la ville dense à la métropole éclatée, Paris, Éditions du CNRS, 317 p.

Bertaux-Wiame, I., 1999, « Profession, résidence et famille : analyse de quelques configurations résidentielles des indépendants », in Bonvalet, C., Gotman, A., GRAFMEYER, Y. (dir.), La famille et ses proches. L’aménagements des territoires, p. 183-204.

Bertaux-Wiame, I., 2005, « Parcours professionnels, mobilité géographique : une analyse des inégalités homme/femme dans le secteur bancaire », in Durand, J-P, Linhart, D. (dir.), Les Ressorts de la mobilisation au travail, Paris, Octarès, p. 25-32.

Bidou, C., 1984, Les Aventuriers du quotidien. Essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, Presses Universitaires de France.

Bonvalet, C., 1993, « Le transmis et l’acquis : localisation, statut d’occupation et type d’habitat », in Bonvalet, C., Gotman, A. (dir.), Le logement, une affaire de famille, Paris, L’Harmattan, p. 23-40

Bonvalet, C., 2006, « Trajectoires résidentielles des Franciliens de 50 à 70 ans » Note rapide Population et modes de vie, n° 376/H, IAURIF, Paris, p. 1-4.

Bonvalet, C., 2010, « Les logiques des choix résidentiels des Franciliens » in Authier, J-Y., Bonvalet, C., Lévy, J-P. (dir.), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 55-76.

Bonvalet, C., Brun, J., 2002, « État des lieux des recherches sur la mobilité résidentielle en France », in Levy, J-P., Dureau, F. (dir.), L’accès à la ville, les mobilités spatiales en question, Paris, L’Harmattan, p. 15-64.

Bonvalet, C., Fribourg, A-M. (dir.), 1990, Stratégies résidentielles. Actes du séminaire organisé par Catherine Bonvalet et Anne-Marie Fribourg (Paris, 1988), Paris, INED, Plan Construction et Architecture, coll. « Congrès et colloques », 459 p.

Bonvalet, C., Gotman, A., Grafmeyer, Y. (dir.), 1999, La famille et ses proches. L’aménagement des territoires, Paris, Presses Universitaires de France – INED, 291 p.

Bonvalet, C., Lelièvre, E., 1995, « Du concept de ménage à celui d’entourage : une redéfinition de l’espace familial », Sociologie et Sociétés, vol. XXVII, n° 2, p. 163-175.

Bonvalet, C., Ogg, J., 2009, Les baby-boomers : une génération mobile, Paris-La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube/INED, 253 p.

Bouillon, F., 2009, Les mondes du squat. Anthropologie d’un habitat précaire, Paris, PUF, 245 p.

Bozon, M., Villeneuve-Gokalp, C., 1995, « L’art et la manière de quitter ses parents », Populations et sociétés, n° 297, p. 1-4.

Burdy, J-P., 1989, Le Soleil noir. Un quartier de Saint-Étienne, 1840-1940, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 270 p.

Cartier, M., Coutant, I., Masclet, O., Siblot, Y., 2008, La France des « petits-moyens. Enquête sur la banlieue pavillonnaire », Paris, La Découverte, 320 p.

Castel, R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Gallimard, 490 p.

Chamboredon, J-P., Lemaire, M., 1970, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, 11 (1), p. 3-33.

Charbonneau, J., Germain, A., Molgat, M. (dir.), 2009, Habiter seul : un nouveau mode de vie ?, Presses de l’Université Laval, Collection Société et Population, INRS, 269 p.

Clement, C., 2002, « Décohabitation », in Segaud, M., Brun, J., Driant, J-C. (dir), Dictionnaire de l’habitat et du logement, Paris, Armand Colin, p. 105-106.

Clément, C., Bonvalet, C., 2005, L’Espace de vie des familles recomposées, Paris, Ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement, Coll. Recherches du PUCA, n° 161, 138 p.

Coing, H., 1966, Rénovation urbaine et changement social. L’îlot n° 4 (Paris 13e), Paris, Les éditions ouvrières, 303 p.

Collet, A., 2008, « Les « gentrifieurs » du Bas-Montreuil. Vie résidentielle et vie professionnelle », Espaces et Sociétés, n° 132, p. 125-141.

Courgeau, D., Pumain, D., 1993, « Mobilité par temps de crise », Population et sociétés, n° 279, p. 1-4.

Cribier, F., Duffau, M-L., Kych, A., 1990, « Stratégie résidentielle et statut d’occupation » in Stratégies résidentielles. Actes du séminaire organisé par Catherine Bonvalet et Anne-Marie Fribourg (Paris, 1988), Paris, INED, Plan Construction et Architecture, coll. « Congrès et colloques », p. 129-137.

Cuturello, P., 1993, « Le poids de l’origine et la force de la parenté : la dualité familiale dans les pratiques résidentielles » in Bonvalet, C., Gotman, A. (dir.), Le logement, une affaire de famille, Paris, L’Harmattan, p. 111-127.

Damon, J., 2002, La question SDF. Critique d’une action publique, Paris, PUF, 277 p.

Debrand, T., Taffin, C., 2006, « Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles », in Données sociales, Paris, INSEE, p. 505-513.

Dietrich, P., 2009, Le logement intolérable. Habitants et pouvoirs publics face à l’insalubrité, Thèse de doctorat de Sociologie sous la direction de Serge Paugam, EHESS, 465 p.

Dubujet, F., 1999, « Les déménagements forment la jeunesse », INSEE Première, n° 647, p. 1-4.

Dureau, F., 2002, « Les systèmes résidentiels : concepts et applications », in Lévy, J-P., Dureau, F. (dir.), L’accès à la ville. Les mobilités spatiales en questions, Paris, L’Harmattan, p. 355-382.

Faure, S., 2006, « De quelques effets sociaux des démolitions d’immeubles. Un grand ensemble HLM à Saint-Étienne », Espaces et Sociétés, n° 124-125, p. 191-206.

Foret, C., Peraldi, M. (dir.), 1992, Le sens des trajectoires. Bilan d’un programme de recherche sur l’habitat, coll. Espaces et Familles, n° 23/24, 151 p.

Fournier, P., Mazzella, S. (dir.), 2004, Marseille entre ville et ports. Les destins sociaux de la rue de la République, Paris, La Découverte, 314 p.

Gallou, R., 2005, « Les immigrés isolés : la spécificité des résidants en foyer », Retraite et société, n° 44, p. 106-147.

Garcia, M., Dansereau, F., 2010, « Les trajectoires résidentielles des immigrants latino-américains à Montréal : une affaire d’identité et de réseaux » in Authier, J-Y., Bonvalet, C., Lévy, J-P. (dir.), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 333-354.

Gotman, A., 1990, « Stratégies résidentielles, stratégies de la recherche », in Bonvalet, C., Fribourg, A-M. (dir.), Stratégies résidentielles, Paris, INED-PUCA, p. 23-34.

Grafmeyer, Y., 1991, Habiter Lyon. Milieux et quartiers du centre ville, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, Éditions du CNRS, 219 p.

Grafmeyer, Y., 1992, Les gens de la banque, Paris, PUF, 283 p.

Grafmeyer, Y., 1993, « Héritage et production du statut résidentiel : éléments pour l’analyse des milieux locaux », in Bonvalet, C., Gotman, A. (dir.), Le logement, une affaire de famille, Paris, L’Harmattan, p. 41-69.

Grafmeyer, Y., Authier, J-Y., 2008, Sociologie urbaine, Paris, Armand Colin, collection « 128 », 128 p.

Gribaudi, M., 1987, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du XXe siècle, Paris, Éd. de l’EHESS, 264 p.

Kaufman, V., 2010, « Pendulaires ou bi-résidentiels en Suisse : un choix de vie ? », in Authier, J-Y., Bonvalet, C., Lévy, J-P. (dir.), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 169-184.

Laferrere, A., 2005, « Quitter le nid : entre forces centripètes et centrifuges », Économie et statistique, n° 381-382, p. 147-175.

Lanzaro, M., 2010, L’hébergement institutionnel au regard d’un public inattendu : les travailleurs, Dossiers d’étude CNAF, n° 124.

Leal, J., 2010, « Stratégie résidentielle des jeunes foyers et formation d’espaces sociaux urbains en Espagne » in Authier, J-Y., Bonvalet, C., Lévy, J-P. (dir.), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 315-331.

Lelévrier, C., 2008, Mobilités et trajectoires résidentielles des ménages relogés lors d’opérations de renouvellement urbain, Paris, PUCA, 92 p.

Lelévrier, C., 2010, « La mixité dans la rénovation urbaine : dispersion ou re-concentration ? », Espaces et sociétés, n° 140-141, p. 59-74.

Lelièvre, E., Vivier, G., 2001, « Évaluation d’une collecte à la croisée du quantitatif et du qualitatif. L’enquête Biographies et entourage », Population, vol. 56, n° 6, p. 1043-1074.

Lévy-Vroelant, C. (dir.), 2000, Logements de passage. Formes, normes, expériences, Paris, L’Harmattan, 297 p.

Maison, D., 1994, « Pionniers de l’accession », Annales de la recherche urbaine, n° 65, p. 47-54.

Martin, C., 1997, L’Après-divorce. Lien familial et vulnérabilité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 331 p.

Martin, C., 1998, « La question de l’espace domestique dans les trajectoires post-divorce », in Grafmeyer, Y., Dansereau, F. (dir.), Trajectoires familiales et espaces de vie en milieu urbain, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 371-394.

Masclet, O., 2003, La gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué, Paris, La Dispute, 317 p.

Maurin, E., 2004, Le ghetto français : enquête sur le séparatisme social, Paris, Éditions du Seuil / La République des Idées, 95 p.

Oberti, M., Préteceille, E., 2003, Les classes moyennes dans la ségrégation sociale. Le cas de la métropole parisienne, Paris, Observatoire Sociologique du Changement, FNSP-CNRS, 56 p.

Oberti, M., Préteceille, E., 2004, « Les classes moyennes et la ségrégation », Éducations et Sociétés, n° 14, p. 135-153.

Paugam, S., Clémencon, M., 2003, « Détresse et rupture sociale. Enquête auprès des populations s’adressant aux service d’accueil, d’aide et d’hébergement », in Piron, O. (dir.), Les SDF. Représentations, trajectoires et politiques publiques, p. 133-162.

Pichon, P., 2005, Les SDF : sortir de la rue. Discontinuités biographiques et travail de la reconversion, PUCA, collection Recherche, n° 156, 84 p.

Pinçon, M., Pinçon-Charlot, M., 1989, Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil, 254 p.

Pinol, J-L., 1991, Les mobilités de la grande ville. Lyon, fin XIXe-début XXe, Paris, Presses de la FNSP, 431 p.

Pinol, J-L., 1991, Les mobilités de la grande ville. Lyon, fin XIXe-début XXe, Paris, Presses de la FNSP, 431 p.

Pinson, D., 1988, Du logement pour tous aux maisons en tous genres, Paris, Ministère de l’équipement et du logement, Plan construction et architecture, 207 p.

Préteceille, E., 2003, La division sociale de l’espace francilien. Typologie socio­profes­sionnelle 1999 et transformations de l’espace résidentiel 1990-99, Paris, Observatoire Sociologique du Changement, FNSP-CNRS, 150 p.

Rénahy, N., Detang-Dessendre, C., Gojard, S., 2003, « Deux âges d’émigration ouvrière. Migration et sédentarité dans un village industriel », Population, vol. 58, n° 6, p. 707-738.

Rose, D., 2010, « Vivre seul et devenir propriétaire au centre de Montréal : au-delà de la trajectoire résidentielle normative ? » in Authier, J-Y., Bonvalet, C., Lévy, J-P. (dir.), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 209-230.

Santelli, E., 1993, « La mobilisation des familles algériennes pour l’accession à la propriété », Annales de la Recherche urbaine, n° 59-60, p. 72-77.

Sirna, F., 2004, « Quand le classement des uns fait le déclassement des autres », in Fournier, P., Mazzella, S. (dir.), Marseille entre ville et ports. Les destins sociaux de la rue de la République, Paris, La Découverte, p. 120-135.

Sirna, F., 2007, « Une migration à “deux vitesses” : ressources, réseaux et mobilité résidentielle de deux migrants italiens à Marseille », Ethnographiques.org, n° 12, p. 1-16.

Thomas, M-P., Pattaroni, L., « Choix résidentiels et différenciation des modes de vie des familles de classes moyennes en Suisse », Espaces et sociétés, n° 148-149, p. 111-127.

VanCriekingen, M., et alii, 2007, « Une géographie de l’entrée dans la vie adulte. Trajectoires résidentielles des jeunes adultes et mutations des territoires dans les villes belges », Texte préparé pour les 3es Rencontres Jeunes et Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée, Marseille, 24-26 octobre 2007.

Van De Velde, C., 2008, Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, 278 p.

Vignal, C., 2010, « Arbitrages résidentiels au sein des couples confrontés à la délo­ca­lisation de leur entreprise » in Authier Jean-Yves, Bonvalet Catherine, Lévy Jean-Pierre (dir.), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 185-205.

Villeneuve-Gokalp, C., 2000, « Les jeunes partent toujours au même âge de chez leurs parents », Économie et Statistique, n° 337-338, p. 61-80.

Notes

1 En 2002, le taux annuel de mobilité en France était de 7,4 %, dont 5,3 % pour la mobilité de courte distance (intra-départementale) et 2,1 % pour la mobilité de longue distance (inter­départementale) (Baccaïni, 2007).

2 Ces données statistiques sur les mobilités ont longtemps orienté, et orientent encore, de nombreuses politiques publiques.

3 Cette présentation prend appui principalement sur un travail de synthèse de la littérature (française et plus marginalement francophone) sur les trajectoires résidentielles que nous avons réalisé en 2010 (en collaboration) pour le Plan Urbanisme Construction et Architecture (Authier (dir.), 2010). Elle mobilise également, plus secondairement, des contributions produites dans le cadre d’un ouvrage collectif, publié également en 2010 et consacré à la construction sociale des choix résidentiels (Authier, Bonvalet, Lévy (dir.), 2010).

4 Cette évolution n’est pas propre au cas français. À Montréal, par exemple, la part des personnes seules augmente dans l’accession à la propriété des « condominiums » (logements en copropriété) situés dans le centre-ville, et la transition du statut de locataire à propriétaire se dissocie parfois aussi de la « trajectoire normée » associée à la constitution de la famille (Rose, 2010).

5 Voir dans le présent ouvrage l’article d’Emilie Saint-Macary.

6 Voir dans le présent ouvrage l’article de Marie-Paule Thomas.

Auteur

Université de Lyon, Centre Max Weber

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable