Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique de la ville et autorité d'intervention

 | 
Abdelhafid Hammouche

Conclusion : une autorité d’intervention pour une action publique singularisée

Texte intégral

  • 1 Certains travailleurs sociaux parlent par exemple d’usure.

1Comment, au terme de cette analyse, caractériser la politique de la ville et l’action publique qui lui est attachée ? Au fil des chapitres, on a analysé un ensemble d’expérimentations, d’ajustements des pratiques et de tentatives pour saisir les difficultés indexées aux banlieues et y répondre autrement. Cette construction cognitive et concrète se forme par des agencements et des compromis valorisés comme réponses de proximité et le plus souvent présentés comme sources d’épuisement des intervenants1. Il faut faire preuve de sens tactique (le gardien) à moins de revendiquer une position subversive (Pulsart). Les perspectives se réduisent souvent à l’amélioration ponctuelle de la situation, l’accès à l’emploi ou la modification sensible des conditions sociales étant considérés comme des objectifs lointains voire quasi-inaccessibles. Si formellement le principe d’impliquer les publics et les partenaires n’est guère contesté, sa mise en œuvre reste bien inégale faute sans doute des moyens et des formations que cela nécessite. À défaut, les recompositions des pratiques révèlent le sens d’improvisation et d’adaptation de certains acteurs et disent aussi les limites des orientations de la politique de la ville. Sans même préjuger de leur pertinence, la mise en œuvre de ces orientations à l’échelle de tous les intervenants concernés par les banlieues impliquerait des changements d’envergure, tant dans les organisations que dans les formations, qui ne se vérifient guère. Il apparaît surtout que la mise en œuvre de la politique de la ville repose largement sur des intervenants dont les seules compétences formellement requises pour les postes qu’ils occupent ne suffisent pas. Certes, cette politique publique est institutionnellement définie puis collectivement portée puisqu’elle s’inscrit dans des organisations comme les organismes HLM ou les administrations. Mais, dans les faits, l’action tend à advenir bien plus par l’implication personnelle. Ainsi, les processus de légitimation tendent à impliquer surtout les individus et à reposer sur une plus forte prise en considération de la relation au public notamment : importance donnée à la relation par les élus ou les professionnels dans leurs discours qui va de pair avec une faible appropriation collective des nouvelles méthodes. Ce poids accordé à la parole des habitants contribue à la centration sur la personne et modifie la structuration de l’autorité d’intervention. Avec une telle perspective, le cadre rationnel-légal et les procédures inhérentes aux administrations ou plus largement aux organisations limitent moins la personnalisation des rapports. Tous ceux qui agissent sont dès lors mis en question selon leur implication dans l’action sur les quartiers. Comment font face les intervenants dans une telle situation et quelles ressources mobilisent-ils ? Tous les intervenants ne sont pas à la même enseigne : il y a ceux qui animent les dispositifs et sont plus à l’aise dans la gestion de ces outils et il y a aussi des élus ou des bénévoles qui se les approprient plus difficilement. Tous doivent apprendre à agir avec des montages qui nécessitent du temps et de l’énergie. Il faut aussi savoir faire valoir les atouts locaux et repérer les nouveaux besoins, notamment dans le domaine des services à la personne. Car tous les acteurs aussi bien institutionnels que bénévoles ou professionnels cherchent à favoriser l’insertion devenue un point cardinal de la légitimation. Cet apprentissage constitue un des facteurs de l’autorité d’intervention qui se fonde différemment selon les registres d’action. Si le registre culturel semble moins impératif que celui de l’économie, il n’en est pas moins considéré par les acteurs comme déterminant. Les actions culturelles sont présentées comme une nécessité pour combattre la dévalorisation symbolique qui frapperait les populations. Le sentiment de participer à une subversion ou à une valorisation des « défavorisés » pèse sans doute encore plus pour conforter l’assise de l’intervenant lorsque, par ce processus, se profilent des retombées d’insertion ou d’emploi. Mais quel que soit le domaine, l’engagement personnel et l’autorité singulière sont requis dans ces interventions, et sans doute encore plus lorsqu’elles concernent la culture, la famille, l’habitat, et les sociabilités. L’expérimentation dans le contexte d’un renversement de tendance, alors même qu’elle est valorisée, se construit logiquement avec une plus grande part d’incertitude et relève d’une légitimité suspendue. Le risque d’exposition de soi est accru pour des actions dont la nature et les retombées ne sont pas, par définition, assurées. À cette conséquence de l’expérimentation se combine la déstabilisation des statuts qui résulte de l’attention accordée à la relation. En effet, la considération du statut de l’agent (à ses propres yeux comme à ceux du public) ne suffit plus à le protéger dès lors que l’intersubjectivité devient la règle et remet en question la dissymétrie au fondement des rapports d’autorité. L’autorité rationnelle-légale institutionnellement instaurée et légitimée, reconnue et respectée en tant que telle, laisse place à une autorité négociée, sinon partagée (recherche du consentement), restant rationnelle-légale dans sa définition mais reposant bien plus sur les ressources propres et, en ce sens, devenant plutôt d’ordre charismatique tout en impliquant une routinisation du charisme. L’intervenant bénéficie moins de l’assurance propre à l’attachement institutionnel qui a accompagné l’État industriel et il est possible que cette moindre adhésion résulte du discrédit des institutions. Pour autant, ce n’est pas une réduction au seul facteur psychologique dès lors que la singularité est quasiment inhérente aux dispositifs. Ces derniers engendrent un travail relationnel qui suppose une part d’auto-légitimation et, au moins en partie, une validation par les autres participants (ou coproducteurs). Quoi qu’il en soit, une plus grande singularisation dans l’engagement des acteurs se dessine parallèlement à une nouvelle configuration de l’action publique, caractérisée par une redéfinition du local, une diversification des interventions et des participants.

Le singulier au fondement de l’action publique ?

  • 2 Ehrenberg A., 1995, L’individu incertain, Paris, Calmann-Lévy, p. 23.

2La singularisation de l’action publique résulte de l’importance prise par les propriétés intrinsèques à la personne de l’intervenant. Logiquement, cette singularisation rejaillit dans les processus de légitimation, mais aussi d’intervention. Faut-il en conclure que l’action standardisée est devenue impossible ? Certes non, il faut rappeler ce qui est dit en introduction : les dispositifs à certains égards restent en marge de l’action publique. Or, ceux qu’on a étudiés ici présentent une caractéristique qui tend à se diffuser : l’attention accordée au public. C’est une orientation sans doute en partie formelle mais, malgré cette limite, ces dispositifs sont des préfigurations. Ils offrent au moins la possibilité de renouveler le questionnement sur la manière d’agir au titre d’une politique publique, notamment pour questionner l’assurance de ceux qui mettent en œuvre l’action publique. Cette assurance semble inhérente à toute intervention publique et suppose, de la part de ceux qui l’accomplissent, une conviction du bien-fondé de l’action encore mieux arrimée. À l’ordinaire, cette assurance – « tranquille » – participe d’une légitimation pas toujours explicite comme si l’action allait simplement de soi. Ce n’est plus tout à fait le cas dans les situations étudiées. L’engagement demandé à l’intervenant est plus impliquant. Il se doit d’être plus volontaire et d’assumer plus de risques de tension. Il doit (s’)affirmer, chercher à imposer son point de vue ou défendre sa position professionnelle face aux locataires, aux associations ou aux jeunes. En tout cas, les attitudes de réserve (ou de neutralité) sont plus difficiles à tenir. L’autorité d’intervention dans un tel contexte ne se définit pas par la recherche d’une obéissance que l’intervenant chercherait à obtenir. Ce qui est parfois le cas lorsqu’il s’agit d’activités éducatives ou nécessitant que l’intervenant en appelle au respect des règles. Mais plus largement, c’est son autolégitimation (ce qui l’autorise à faire ce qu’il fait) qui est éprouvée. En ce sens, il semble éclairant de parler d’autorité d’intervention pour mieux caractériser cette singularisation de l’action publique et pour questionner les processus par lesquels les acteurs se constituent les ressources qui leur sont nécessaires. Il ne s’agit pas pour autant de penser les individus isolés. Au contraire, cette autorité d’intervention ne peut s’entendre que dans une conjoncture et une organisation, mais elle se combine avec une implication personnelle plus ou moins forte selon les activités. Pour mieux la définir, on pourrait la décomposer en deux volets : une part instituée, découlant de l’organisation et une part inspirée, relative aux ressources propres à l’individu. Aucune de ces deux dimensions (l’institution et la personnalité pour schématiser) ne saurait exister sans l’autre. Elles se combinent différemment selon la conjoncture sociale dans laquelle s’inscrit l’intervention. Évidemment, il n’y a pas de relation mécanique à l’institution (au sens de l’organisation) ou au statut : par exemple, la manière de s’approprier celui-ci ou la capacité à obtenir des informations contribue à définir une position et résulte aussi d’une attitude personnelle. Ce n’est pas cet aspect stratégique et la capacité de se situer dans une organisation, comme on pourrait le faire dans la perspective de Michel Crozier, qui sont ici en question. Il s’agit, par cette distinction entre part instituée et part inspirée, de tenter de comprendre comment se socialise une assurance (ou une légitimation). Dans cette construction idéal-typique, on écarte ce qui relève de l’appropriation nécessairement singulière dans la part instituée (qui ne saurait en fait exister sans elle). À l’inverse, la part inspirée se voit définie par une accentuation de ce qui est propre à la personne, pour mieux éclairer un processus de singularisation d’une autorité conçue au départ pour atténuer la singularité, notamment par la procédure dans le système bureaucratique. La moindre prégnance de l’institué ne vaut pas effacement et la considération de l’inspiré ne l’écarte pas. De fait, la prise en compte de la dimension psychologique dans différents registres de la vie sociale (dans l’enseignement comme dans le logement social avec la proximité entre autres exemples), se traduit par une diversification et donc par un double registre de légitimation. L’inspiration, jusque-là réservée aux artistes en tant que personnes socialement définies par la singularité, est requise pour un plus grand nombre, en tout cas pour ceux qui ont à agir par et sur la relation. Elle se définit comme un ressort propre à la personne et se nourrit de sa subjectivité. Aujourd’hui, l’expression de cette inspiration est socialement permise, voire requise, dans une société largement structurée par les processus d’individualisation. L’inspiration cependant n’est pas nécessairement bonne ; elle peut être inappropriée comme lorsqu’on dit d’une personne qu’elle est mal inspirée. Elle ne garantit ni la justesse du positionnement, ni la compréhension de la situation. Elle se manifeste par la manière de savoir se positionner et improviser dans l’interaction mais ne se réduit pas à un instantané. Elle résulte d’un apprentissage socialement situé. Cette singularisation, qui caractérise l’autorité d’intervention, ne signifie pas le passage d’une autorité rationnelle légale à une autorité charismatique. Dans la société contemporaine, l’autorité d’intervention rationnelle légale ne peut plus se fonder sur l’effacement de la singularité mais au contraire repose en partie sur sa convocation. Cette singularité, dans son expression située, gagnerait donc à être analysée par sa construction sociale dans le prolongement de l’approche de Weber, mais en aménageant sa typologie. Dans cette perspective, il n’est pas question de penser une inspiration se créant ex nihilo mais se construisant dans le temps. Le social n’est pas évacué par cette singularisation qui participe des processus d’individuation tels que les analyse Alain Ehrenberg. Pour cet auteur, le rapport au travail tend à se privatiser : « Cette augmentation de la responsabilité nous rend, dans son mouvement même, plus vulnérables, car elle suppose d’accroître la capacité de chacun à agir à partir de son autorité privée et de son jugement personnel sans lesquels on bascule dans l’impuissance et la souffrance psychique2 ».

  • 3 Crozier M., Le phénomène bureaucratique, op. cit. ; Crozier M., Friedberg E., 1977, L’acteur et le (...)
  • 4 Muller P., Les politiques publiques, op. cit.

3Mais, répétons-le, il serait peu pertinent de se focaliser sur la seule personne de l’intervenant. Car si cette singularisation se fonde sur les processus d’individuation (pour les publics comme pour les intervenants), elle est aussi engendrée et soutenue par le dispositif. On peut, en effet, faire l’hypothèse que ces dispositifs reposent sur une logique de rationalisation de l’action telle qu’elle s’entend dans l’approche de Max Weber. Faisant suite à une première phase de bureaucratisation à partir de laquelle s’instituent les logiques sectorielles et l’instauration des règles bureaucratiques de l’administration de gestion, les dispositifs participent d’une deuxième phase où, au contraire, la singularisation est de mise. Dans cette perspective, cette rationalisation est une extension de la rationalité instrumentale et elle s’opère par le dispositif pour inclure le relationnel dans l’action publique qui, alors, n’est plus l’apanage du seul travail social ou celui de l’engagement associatif. En ce sens, le dispositif devient un autre rouage bureaucratique engendré par les administrations et devant permettre de résoudre autrement les blocages évoqués par Michel Crozier3 (et non plus par une surenchère des procédures) ou permettant de surmonter les tensions liées au dépassement partiel des logiques sectorielles au sens de Pierre Muller4. Le dispositif est conçu comme un espace de médiation supposé autoriser un assouplissement des rapports entre participants et éliminer la structuration rationnelle de l’action par une créativité bureaucratique. C’est un mode opératoire devant favoriser les adaptations, les expérimentations et les contractualisations relatives aux actions promues au titre de l’action publique dans les domaines étudiés ici et nécessitant la recherche de nouveaux appuis.

4Dans les dispositifs analysés, l’autorité se fonde sur l’alliance affichée avec les publics et sur la capacité à nouer des liens avec eux, éventuellement par l’intermédiaire de travailleurs sociaux. Les alliances passent parfois par la famille, entre parents et intervenants, pour que les uns et les autres tentent de se réassurer et sinon pour mieux se situer face aux enfants, du moins pour légitimer des redéfinitions de la position des adultes. Ce supplément d’appui est d’autant plus nécessaire que chacun tend à valoriser l’intersubjectivité, sans pouvoir toujours l’assumer lui-même face aux enfants. On constate que les affects, les familiarités et plus largement la subjectivité requise se voient parfois institutionnalisés comme dans le cas des gardiens d’immeuble. Les connaissances pratiques personnelles, les familiarités avec le site ou les populations deviennent des données d’importance et bien souvent une nécessité. Le sens tactique et les visées stratégiques qui y sont attachés sont même, dans une certaine mesure, déterminants. Mais, à elles seules, la connaissance plus ou moins familière et la sympathie avec les usagers ne peuvent suffire. Il faut savoir traduire ces atouts par une gestion de sa présence et des relations. Pour les professionnels, les tensions qu’ils connaissent sont plus ou moins fortes selon leur capacité à trouver la bonne distance avec leur employeur ou les locataires auprès de qui ils doivent faire preuve d’empathie. Eux aussi font appel à des connaissances pratiques relatives à la vie de quartier. Mais pour la plupart, ces connaissances vont de pair avec un travail sur soi ou une redéfinition des rapports au public. Enfin, s’il n’est plus guère possible d’ignorer les dispositifs, les rapports que les intervenants établissent avec ces assemblages ne sont pas sans visée ni sans retenue.

5De la considération de la relation parfois éprouvante avec les publics ou avec les partenaires résulte une position paradoxale : l’intervenant n’est jamais isolé (il est avec le public ou des partenaires), mais il est seul à bien des égards dans l’épreuve que constitue l’intersubjectivation des rapports. Il est seul dans le sens où il doit puiser dans ses ressources propres, dans ce qui est au fondement de sa singularité alors que le contexte d’intervention se redéfinit.

Une nouvelle configuration de l’action publique

6Les dispositifs participent d’une dynamique d’élargissement et de diversification des registres d’intervention et contribuent à une nouvelle configuration de l’action publique. Cette diversification s’instaure tout au long de la période qui nous a intéressés autant par le cadre législatif (avec des lois sur le logement, sur la ville…) que par la création de nouvelles instances (le CNV, la DIV…). Ces orientations produisent plus ou moins d’effets sur le registre des organisations et des pratiques mais elles ne sauraient être ignorées en tant que facteurs de légitimation. Les changements que cela induit et les dispositifs qui en résultent s’offrent aux uns et aux autres comme des opportunités ou s’imposent comme cadre d’action où se jouent des repositionnements : ceux des élus, des bénévoles en tant que membres d’association ou en tant qu’habitants – mères, pères ou jeunes –, ceux des professionnels. Pour les premiers, l’opportunité est de peser ou de s’engager dans le débat public et, pour certains, de transformer l’activité militante en compétence professionnelle (par exemple les femmes-relais). Cependant, dans les situations analysées précédemment, ces repositionnements diffèrent selon les domaines d’action. Il y a d’abord l’ESS qui implique élus, travailleurs sociaux, services publics, associations, entreprises. Tous ne rencontrent pas les mêmes difficultés pour agir dans ces nouveaux cadres. Il n’est guère question de hiérarchie des pouvoirs (entre le pouvoir politique, le pouvoir administratif, celui des entreprises). Chacun attend d’être conforté par les autres qu’il ne se prive pas de critiquer le cas échéant. Les élus ne sont pas toujours préparés à agir avec ces dispositifs qui, au départ, leur semblent engendrer une dépense d’énergie sans fin. Il leur faut le temps de l’appropriation alors que les chargés de mission animant le contrat de ville se disent à l’aise avec de tels fonctionnements. Dans la culture ensuite, on retrouve les mêmes types d’intervenants mais la relation au public acquiert une plus grande visibilité avec une visée de coproduction. Elle est présentée comme un enjeu déterminant pour favoriser une créativité orientée vers l’expression de publics ciblés. Concernant l’action auprès des familles, l’alliance est encore plus nettement recherchée. La relation est sans doute plus ambiguë avec des populations simultanément considérées comme bénéficiaires de l’action en tant que personnes soutenues dans un processus d’affirmation (ou d’autonomisation) et comme alliées dans la réalisation de l’action (notamment lorsqu’elle s’adresse aux jeunes). L’attente à l’égard des mères, des pères et des jeunes diffère selon les perspectives d’action des intervenants et les visées des publics. Dans le domaine du logement, ceux qui ont en charge la mise en œuvre effective de la proximité apparaissent les plus exposés et, à bien des égards, sont ceux qui doivent le plus compter sur eux-mêmes. Certains aménagements, comme le dispositif de soutien des gardiens d’immeubles, atténuent cependant cette exposition. Pour la médiation, ce sont les talents et les compétences relationnelles qui se trouvent encore plus valorisés pour dépasser des conflits ou des incompréhensions interculturelles. La connaissance pratique des quartiers est un atout précieux comme on le voit avec les femmes-relais. Quant aux travailleurs sociaux, ils illustrent, sans doute le mieux, le renversement qui s’est opéré depuis les années 1970 : ils ne sont plus les seuls à vouloir travailler la relation et doivent adapter leurs activités. Comme pour les autres professionnels, l’appropriation des nouvelles méthodes ne va pas sans dévaluation des procédés antérieurs, ni rejet de certains aspects des nouveaux dispositifs (comme la concertation lorsqu’elle implique de parler des usagers, ce que refusent les travailleurs sociaux au titre du respect de l’anonymat). Plusieurs facteurs se combinent. Il y a d’une part, une relative banalisation du relationnel allant de pair avec la valorisation d’une autre forme de réflexivité (les études, les diagnostics…) et d’autres cadres de pensée que ceux de la psychologie et, d’autre part, une hiérarchisation découlant de la multiplication des « petits » métiers (les médiateurs par exemple) et des nouveaux cadres de l’action sociale (comme les chefs de projet). Les évolutions d’organisations s’inscrivent dans une industrialisation de l’intervention sociale qui se traduit par des procédures encadrant la relation aux usagers depuis l’accueil jusqu’au suivi et l’évaluation.

7Dans cette configuration, les nouvelles méthodes d’intervention s’imposent inégalement et on peut parler d’un processus de recomposition, dès lors que les conceptions de l’action publique, en voie d’être déconsidérées, ne sont pas encore totalement écartées. Selon les secteurs, on observe des résistances qui se combinent avec des innovations – par exemple les travailleurs sociaux s’emparant des thèmes comme la mémoire, les rapports de générations, ou les logeurs celui de la proximité. Ces recompositions relatives aux pratiques illustrent le rapport au temps : celui qu’il faut pour la socialisation de nouveaux principes d’intervention, dans le domaine du logement et de l’espace mais encore plus dans le domaine de l’action sociale et culturelle. Elles résultent d’une combinaison entre références sectorielles toujours prégnantes, appropriation des nouvelles méthodes d’intervention et visées affichées dans les dispositifs. Ainsi la plupart des approches adoptées par les intervenants restent centrées sur l’individu malgré la référence au territoire et à la tentative de prendre en compte les dynamiques sociales pour favoriser une coproduction. Cependant, la recherche de l’implication des populations visées par l’action contribue à redéfinir l’action publique. Celle-ci apparaît bien incertaine, notamment avec la mise en valeur des principes de pilotage et de contractualisation. Mais quels qu’en soient la lenteur ou les balbutiements, cette action publique prend sens plus clairement lorsqu’elle est mise en perspective. Car si on tient compte des changements urbains qu’engendrent les ZUP et des transformations des dynamiques sociales, on ne peut que constater de sensibles redéfinitions du rapport à l’habitat et, plus loin, à la cité. À cet égard, l’action publique, par ces tâtonnements et ces expérimentations, participe d’une transition. Celle-ci se manifeste dans l’espace physique des quartiers et dans la qualité de l’action publique. Il est vrai qu’au fil des ans les données changent. La vacance des logements fluctue parfois de manière paradoxale (une grande vacance suivie de démolitions puis d’une tension sur le marché par exemple) et l’environnement se modifie largement (ce que provoquent aussi les démolitions, sans parler des premières grandes modifications comme la construction de périphériques). Mais le changement n’est pas qu’urbanistique. Il concerne aussi l’expression publique des habitants et la singularisation de l’action. Il est pour le moins difficile d’évaluer les tentatives de promouvoir du développement social ou culturel. Les intervenants, les associations, les acteurs dans leur ensemble agissent pour améliorer le service et rendre possible une reconsidération des situations et des personnes. On observe maintes initiatives pour aider à l’accès aux débats sinon à l’espace public, mais les conditions sociales ne s’en trouvent pas transfigurées et les problèmes économiques trouvent peu de réponses satisfaisantes aux yeux des publics.

8Cette nouvelle configuration prend corps dans un contexte de désindustrialisation avec des effets sur le registre de l’emploi, des ressources et des classifications ou des rôles (de genre et de génération). Il est sans doute utile de rappeler ce contexte dit de crise que l’on a défini par un renversement de tendances, non pour ignorer les effets sociaux notamment avec le chômage, mais pour souligner le changement de perspective et la déstabilisation des pratiques que connaissent ceux qui agissent. La situation de l’habitat des années 1970 n’est pas identique à celle de l’après Seconde Guerre mondiale et les ZUP ne sont pas les lieux d’harmonie sociale que vantaient leurs promoteurs. Mais ils ne sont pas non plus des espaces identiques aux bidonvilles et aux cités de transit. Ils résolvent au départ et en partie les problèmes de logement avant de devenir des lieux de passage. La mobilité d’une partie de ceux qui y habitent apparaît rapidement comme un paramètre de différenciation et contribue à transformer ces lieux en espaces de transition. Transition qui se joue différemment selon l’accès à ce type d’habitat, les perspectives que se donnent les locataires et les ressources économiques, sociologiques et symboliques qu’ils peuvent mobiliser. Or, une large partie de la politique de la ville se conçoit sur la base d’une implication des habitants, sur celle de l’activation ou de l’instauration des proximités relationnelles fondées sur l’idée d’une stabilité résidentielle. Mais cette transition ne concerne pas que les populations. Ceux dont l’action pèse en matière de politique urbaine se ressentent également des changements de contexte. Plus largement, la manière de définir les problèmes sociaux change, notamment avec la référence au territoire. S’agit-il simplement d’une spatialisation des problèmes et les ZUP sont-elles plus visibles que les bidonvilles qu’elles remplacent en partie à partir de la fin des années 1950 ? Non, car si la mise en visibilité est accompagnée d’une forte tendance à localiser en laissant penser que seuls ces lieux sont porteurs des difficultés, le processus pour élargir et faire entendre que le problème se pose au niveau de l’ensemble de la société n’est pas à négliger non plus. Il en est de même pour les processus d’ethnicisation et de psychologisation. Pour le premier processus, certes, les problèmes débattus dans l’espace public sont mal formulés. Mais le modèle d’intégration à la française, dont les principes et encore plus les modalités de mise en œuvre restent bien souvent flous, se trouve de fait mis en question. Dans ce modèle, schématiquement, la personne autonomisée est mise en valeur : c’est l’individu qui est la référence et il se doit, en quelque sorte, d’être affranchi de son groupe ou de ses appartenances pour être pensé intégré. Or, maintes actions soutenues par les pouvoirs publics se fondent et prennent appui sur des groupes et des appartenances primaires (les associations, les médiatrices interculturelles). À bien des égards, c’est une remise en question des principes qui guident l’action publique, quoique celle-ci reste seulement indexée à la dimension culturelle et aux seules populations migrantes ou leurs enfants. Mais, même maladroitement exprimée, la remise en cause du processus d’effacement des origines au principe du lien politique prend place dans le débat public. L’action dans le domaine culturel, avec une apparente volonté d’épouser largement ce qui se manifeste depuis les quartiers, laisse deviner les difficultés symboliques qu’il s’agit de résoudre et qui ne sont pas toujours clairement énoncées sauf en termes de racisme et de discrimination. Bon nombre d’actions se forgent pour conquérir ou revendiquer la reconsidération recherchée pour les individus, pour les groupes auxquels ils sont rattachés ou supposés l’être et pour les cultures dites d’origine quel qu’en soit le lien effectif et affectif. Cette reconsidération, à l’œuvre ou amorcée en partie par l’action des associations et des services publics, constitue un défi d’envergure. Car il s’agit, par les acteurs eux-mêmes si l’on suit les principes qui guident la politique de la ville et par les dispositifs liés à cette politique publique, rien de moins que d’écarter les classements symboliques au principe de l’interculturalité et de l’État-Nation. En effet, la perspective inhérente à cette reconsidération revient à combattre et à écarter les jeux de rapports de force au fondement de l’histoire telle qu’elle a été valorisée pour glorifier l’État-Nation et la ou les cultures qui lui sont rattachées. C’est un État modeste, pour reprendre la formule de Michel Crozier, qui tente, avec l’aide de ladite société civile, d’impulser une action localisée pour résoudre des problèmes résultant d’une conjoncture économique et d’un héritage symbolique de la période coloniale.

Le local comme ouverture au monde ?

9À certains égards, la référence constante au local participe également de cette remise en cause. Les traductions de cette référence sont multiples et des acteurs la revendiquent sans se limiter à l’espace de résidence (pour l’ESS par exemple). Elle ne signifie donc pas à tout coup une réduction à l’espace habité des bénéficiaires de l’action. Certes elle est voulue et soutenue par l’État et les collectivités territoriales mais elle peut s’interpréter comme une forme d’action illustrant le dépassement d’un tel cadre. Plus exactement, c’est la relation État-nation-culture qui se trouve ébranlée. Il y a peut-être là un paradoxe qui veut que la valorisation du local voulu par le national aille avec un relatif effacement de celui-ci pour permettre de s’ouvrir plus largement. Il n’est pas pour autant question d’international mais d’une rupture de l’équation : un territoire égal une culture. Même si cette référence est une source de légitimité aux yeux de la plupart des acteurs, la relation au local est définie, par certains d’entre eux, comme une ouverture au monde pour aider des individus à acquérir des ressources et pour se dégager de leur situation. Le rapport à l’ailleurs – les musiques du monde, les cultures dites d’origine entre autres exemples – illustre en partie ce processus et montre une volonté de transformer l’espace local en un lieu recevant le « monde », notamment en accueillant des expressions supposées représenter la culture d’une partie de ceux qui habitent là.

10Faut-il imaginer que cette dimension culturelle n’apparaît que parce que l’État social serait en quelque sorte en retrait ? Rien n’est moins sûr. Car, s’il est vrai que les difficultés sociales non résolues se multiplient pour une partie des populations – le chômage et la protection défaillante ou ladite dégradation et la ville segmentée –, il est tout aussi vrai qu’il n’est plus question d’un État-nation tout puissant. L’intégration culturelle qui est attendue en devient sans doute plus difficile. En tout cas, l’action sur le quotidien – celui de la proximité – est bien plus valorisée loin de l’emphase des grands discours politiques. Cette valorisation de ce qui était il n’y a pas si longtemps insignifiant (comme les ascenseurs, les entrées d’immeubles qui ont suscité maints débats) se traduit au moins partiellement par une mise en visibilité des différences qui, jusqu’à il y a peu, étaient renvoyées en coulisse. Ce n’est plus le silence, le rejet ou l’ignorance de ces modes et de ces lieux de vie comme c’était le cas dans les années 1960. La formulation des questions posées relativement à ces lieux reste, à bien des égards, balbutiante, orientée en tout cas par les schémas de pensée où la différence est sinon hiérarchisée du moins évaluée par rapport à des écarts supposés (ce que contient la notion d’intégration). Que les jeux politiques conditionnent la réception de ces questions est tout aussi évident. Il n’empêche : ces questions sont débattues. Le risque que cela contribue à fixer la dimension culturelle aux seuls migrants, qu’évoquent ceux qui craignent à juste raison une ethnicisation, existe. Mais, on peut également penser qu’il s’agit d’une ethnologisation de la société française dans son ensemble et que les tentatives de cantonner à une seule partie de la population ne réussissent que partiellement à occulter. Certes, cette ethnologisation reste biaisée et tend à se focaliser sur ceux qui sont supposés être encore étrangers mais constitue aussi un processus par lequel apparaissent les fondements culturels des institutions. Ce type de débat qui revient à penser la culture française comme une parmi d’autres et en constante évolution contient-il le risque d’une communautarisation ? On ne peut raisonnablement exclure une telle possibilité mais on peut tout aussi raisonnablement penser que c’est là un dévoilement qui devrait servir à la lutte contre le racisme. Sans doute la question sociale est-elle peut-être brouillée mais elle ne s’entend plus seulement en termes de position sociale liée à l’emploi et aux ressources économiques. Va-t-elle se diluer dès lors que s’ajoutent dans le débat public la dimension culturelle et la dimension singulière – deux facteurs opposés d’une certaine manière ? C’est possible comme il est possible qu’une égale attention à ces trois dimensions (sociale, culturelle, psychologique) redouble d’efficacité parce qu’on n’ignorerait pas ou moins l’implicite culturel et les classements qu’il recèle. Car tous les citoyens ne sont pas égaux relativement au legs symbolique dont ils sont porteurs et qu’ils revendiquent plus ou moins. Outre cette dimension commune, avec la culture en partage et en construction, la plus grande part prise par la singularité est un deuxième facteur caractéristique de cette action publique.

  • 5 La subjectivation est inhérente à toute relation. Elle consiste à livrer publiquement une perceptio (...)
  • 6 Durkheim E., 1993, Éducation et sociologie, Paris, PUF, p. 67-68.

11Manifestement, la part inspirée est fortement requise dans la plupart des actions de la politique de la ville. Ces métiers du contact montrent la construction d’une reconnaissance (légitimité) processuelle et jamais totalement acquise ni véritablement stabilisée. Peut-être faut-il voir là des effets de l’expérimentation. Car, même si l’action se répète en partie ou se pérennise partiellement, il n’est guère question de fixation procédurale. Mais il reste à éclairer plus finement qu’on ne l’a fait au fil de ces chapitres comment se construit cette part inspirée. Il est un thème qui se prête particulièrement bien à cette réflexion : celui des jeunes. Il est présent de maintes manières dans tous les domaines approchés ici. Cette permanence indique un ensemble de difficultés sociales, économiques et psychologiques qui en disent long sur les rapports intergénérationnels. Ces rapports amplifient en quelque sorte les tensions qui se vérifient sur tous les registres de l’action. Il y a un décalage, à certains égards logique dans une société historique, entre les uns et les autres. Les premiers socialisés dans un contexte de croissance, les autres dans une période dite de crise. Mais surtout la considération sociale de l’intersubjectivité n’est pas la même5. Bien sûr, il convient de nuancer le propos en tenant compte des âges et des milieux sociaux. Malgré ces deux dimensions, la différence des effets d’individuation se manifeste encore plus dans ces rapports. Les questionner, en particulier pour ceux qui participent à l’éducation – enseignants et travailleurs sociaux notamment – permettrait d’approcher la « foi intérieure » qu’évoque Durkheim6. Il ne s’agit pas de penser celle-ci en tant que propriété psychologique mais comme le fruit d’une dynamique, c’est-à-dire en questionnant l’apprentissage et les recyclages, au fil du temps, des manières de vivre les rapports d’autorité s’imposant à soi, avant de découler de soi pour comprendre comment se forgent les convictions et les valeurs qui conditionnent la définition de l’autorité. Ce serait une autre manière d’approcher le rapport ambivalent aux jeunes ou même aux habitants pour essayer d’éclairer ce qui s’apparente à un malaise ou au moins à une difficulté d’imaginer une relation fondée sur la confrontation, lorsque celle-ci est jugée nécessaire par les acteurs. Ce serait analyser à nouveaux frais les relations de dissymétrie, notamment dans les rapports éducatifs intergénérationnels, et sur la place que la confrontation critique tient dans un contexte où ces rapports d’opposition deviennent à certains égards difficilement concevables et peu légitimes. Car, le plus souvent, le conflit d’intérêt ou les oppositions sont supposés ne relever que de malentendus. Il est également possible que l’exercice relationnel se ressente de la tendance générale, parallèle aux processus d’individuation de ces dernières décennies, à reconsidérer l’autre (l’enfant, l’élève, le locataire) comme un interlocuteur démocratique. Sans nier l’inégalité ou la différence de statut, l’imposition d’une décision qui concerne l’autre est moins légitime et l’adulte ou l’intervenant cherche à convaincre et à obtenir l’adhésion de ceux pour qui et avec qui il travaille. Selon sa socialisation et son parcours, il est plus ou moins démuni pour s’affirmer par une telle posture. Cette difficulté à penser et à réaliser une conflictualité n’est pas sans poser question sur la socialisation politique – dans les rapports intergénérationnels comme entre pairs. Les craintes relatives à d’éventuelles confrontations avec les tensions que cela suppose se nourrissent de l’idée que chacun se fait des perspectives possibles dans une conjoncture socioéconomique donnée. Mais elles ressortent également d’une plus grande subjectivation des rapports dans l’espace social et aussi probablement d’une autre considération de l’interculturalité. L’intervenant doit s’engager avec des publics parfois plus agressifs dans un contexte de misère et avec une relative méconnaissance des processus que vivent les familles : autant de facteurs jouent dans la construction d’une autolégitimation ne pouvant se suffire mais devenue indispensable pour de telles interventions. Car la relation au public et l’intersubjectivation des rapports qui en procède résultent des processus d’individuation que connaît la société française et contribuent à la remise en cause des réponses standards. Mais se contenter de repérer les ressources que les un(e)s et les autres mobilisent pour s’adapter, c’est prendre le risque d’occulter la fragilité qui accompagne cette singularisation de l’action publique. Le souligner ne revient pas à réhabiliter une administration de gestion qui n’est plus guère concevable pour ce genre d’intervention dans les conditions actuelles. C’est inviter à s’interroger sur les moyens et les méthodes pour renforcer celles et ceux qui tentent de réaliser la régulation et l’action sociale au fondement de l’espace commun. Les retombées de cette singularisation ne se limitent pas aux organisations et la reconsidération du fait individuel, celui de la singularité, rejaillit sur la conception de l’espace public et du débat politique d’aujourd’hui. Pour le dire schématiquement, on peut penser que la déconnexion invoquée par Hannah Arendt entre sphère privée (familiale) et sphère publique ne se vérifie plus, ou se vérifie moins, dans la relation à l’espace politique. La considération de l’intérêt général et sa définition se ressentent des multiples tentatives de rapprochement du terrain. Cette tendance traduit une dynamique de privatisation de l’espace public ; phénomène qui ne peut que déstabiliser l’exercice classique de la politique. La proximité avec le citoyen devient un argument qui révèle la tentative de se tenir au plus près des propos entendus dans les contacts directs. La privatisation interdit quasiment la généralisation et la distanciation que suppose l’exercice politique. Pour autant, l’intérêt à la vie sociale et celui du consensus comme horizon sont deux postulats constants de l’action publique. L’indifférence, notamment à l’espace local et malgré les réticences observées chez ceux qui y résident, et la perpétuation de conflits ou d’opposition ne sont pas envisagées.

Notes

1 Certains travailleurs sociaux parlent par exemple d’usure.

2 Ehrenberg A., 1995, L’individu incertain, Paris, Calmann-Lévy, p. 23.

3 Crozier M., Le phénomène bureaucratique, op. cit. ; Crozier M., Friedberg E., 1977, L’acteur et le système : les contraintes de l’action collective, Paris, Seuil.

4 Muller P., Les politiques publiques, op. cit.

5 La subjectivation est inhérente à toute relation. Elle consiste à livrer publiquement une perception à soi. On ne peut concevoir une non-subjectivité car même si toute perception est nécessairement marquée d’une empreinte sociale, elle est également singulière et irréductible à toute autre. C’est l’acceptation de son expression dans l’espace social qui varie selon les contextes sociaux et culturels.

6 Durkheim E., 1993, Éducation et sociologie, Paris, PUF, p. 67-68.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable