Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique de la ville et autorité d'intervention

 | 
Abdelhafid Hammouche

V – La proximité et la médiation comme paradigme emblématique de la politique de la ville

Texte intégral

1C’est encore la valorisation de la relation avec le public qui légitime les tentatives de mise en œuvre de ces principes de proximité ou de médiation. Ces deux références s’entendent dans une perspective de la moindre distance et de la volonté d’aplanir les malentendus. Le lien à établir avec les usagers est, en effet, supposé permettre la prise en compte des événements et des difficultés ordinaires constituant leur quotidien. Le contact et le lien en continu pour accompagner les populations et, le cas échéant, pacifier de la sorte les rapports ne se jouent pas de la même manière selon que l’on se réfère à la proximité, comme nous le verrons dans un premier temps dans le cadre des services du logement social, ou à la médiation telle qu’elle est évoquée dans le travail social.

La proximité comme mise à l’épreuve

  • 1 Les analyses de ce chapitre se fondent sur plusieurs études réalisées en région Rhône-Alpes pour le (...)
  • 2 Ensembles, Nouveaux métiers, nouvelles approches, n° 40, juin 1993.
  • 3 Pour les animateurs, cf. ARIESE, L’opération DEFA 300, ses problématiques et ses enjeux, Actes de l (...)

2La proximité est une des injonctions fortes évoquées dans les textes et par les acteurs de la politique de la ville1. Requise là où, encore plus fortement, on recherche des réponses concrètes au plus près du terrain, là où susciter l’implication des habitants est un passage obligé, elle concerne l’organisation des actions et des services au sens large. Elle sert de référence et d’orientation et prend sens en relation avec d’autres principes comme la concertation et plus globalement le développement social et l’appel aux ressources supposées du territoire que cette dernière notion véhicule. Dès les années 1980, dans les quartiers, les intervenants se multiplient dans un nouveau décor : se côtoient ceux qui développent, qui coordonnent, ou qui ont en charge une mission d’insertion, de médiation, de communication, etc. D’une certaine manière, les actions conçues ailleurs ou en vertu d’une autre logique que celle de la proximité sont presque frappées de suspicion. L’ici et maintenant se doublent d’une autre nécessité : celle de la visibilité. Tout concourt à se focaliser sur le milieu et ses ressources internes. En fait, la proximité, au fil de ces trente dernières années, est devenue une condition d’efficacité du travail social et plus globalement de la politique de la ville. Car toutes ces innovations pour travailler autrement ne valent que « dans la proximité physique »2. Cette valorisation de la proximité, traduite en principe d’intervention, engendre des effets dans le secteur du travail social avec l’émergence de professionnels ou « d’acteurs issus des quartiers » ou encore « animateurs issus du milieu », mais aussi des réagencements chez les bailleurs sociaux3.

  • 4 Même si beaucoup d’organismes développent parallèlement des plates-formes téléphoniques qui sont, c (...)
  • 5 Compétition entre tous ceux – agents du DSU, de la gestion adaptée, travailleurs sociaux – qui agis (...)

3C’est, en effet, dans un tel contexte qu’émergent des professionnels qui, d’une manière ou d’une autre, mobilisent précisément certaines ressources implicitement et positivement rapportées à la proximité4. Car l’appel à la proximité n’explique pas à lui seul l’essor qui s’en suit. Les processus de mobilité propres aux enfants de ces quartiers et les recompositions à l’œuvre, aussi bien chez les logeurs que dans le travail social, se combinent également pour offrir des espaces de professionnalisation qui contribuent à définir cette proximité. On peut penser que les effets du rapprochement des services, les dynamiques d’acculturation et de mobilité pour les populations de ces territoires se conjuguent pour multiplier le nombre et les types d’intervenants et susciter une compétition sur le registre relationnel au risque sinon d’une confusion des rôles, du moins d’effets pervers (notamment en contribuant à conforter l’enfermement social et culturel que chacun s’évertue à combattre)5. Cette référence à la proximité contient en creux une valorisation, exprimée plus ou moins délibérément selon les conjonctures, de l’appartenance au milieu entendue au sens de quartier ou de communauté culturelle. Cette appartenance se voit attribuer des vertus ou des effets pervers. Mais si la place prise par la proximité doit beaucoup aux tâtonnements organisationnels pour répondre aux orientations de la politique de la ville et à la volonté affichée de faire de l’habitant un acteur, elle doit également beaucoup à la diffusion d’approches, comme celles qui se trouvent valorisées par la sociologie pragmatique. Après avoir cerné d’un peu plus près la mise en œuvre de la proximité, nous verrons comment les études, les recherches ou différentes formes d’appui (recherche-action, conseil) confortent une telle orientation.

La gestion dite de proximité

  • 6 La Gazette, « Le profil de poste du chef de projet DSU », n° 1153/7, 17 février 1992, p. 38-39.
  • 7 Lepage V., 1993, « L’homme aux mille fonctions », Ensembles, n° 40, juin.
  • 8 La plupart des agences ont un agent de développement social.
  • 9 Ibid.
  • 10 « Le programme pilote de développement social urbain dans le groupe SCIC », Références, janvier 199 (...)

4Dans ces mêmes quartiers, là où parfois les travailleurs sociaux étaient les seuls intervenants, on voit s’implanter une agence ou une antenne des bailleurs sociaux, une Maison du citoyen faisant office d’annexe de la mairie, une permanence DSQ et dans certains quartiers une Maison de justice. Ces évolutions, sur le registre de l’offre relationnelle, se doublent d’une délimitation plus floue entre sphères privée et publique. Le logement, lors des réhabilitations par exemple, favorise ces rapports où se dévoilent l’intimité de l’appartement qui subit maintes interventions et l’exposition en public où chacun, au titre de la concertation dans le cadre des dispositifs de médiation pour entendre les habitants (Maîtrise d’œuvre sociale, régie et journaux de quartier...), expose ses revendications et ses aspirations en avançant ses difficultés et ses conceptions. Ces dispositifs accompagnent, d’une part, la multiplication de données sociodémographiques et d’études pour une saisie analytique, d’autre part, la multiplication de professionnels issus du milieu pour une relation sensible. L’avènement de cette proximité s’accompagne d’une réorganisation qui promeut explicitement ou implicitement des positions de négociation, déjà invoquées dans le travail social, mais aussi des positions et des rôles intermédiaires comme on le voit avec les offices HLM et ce que certains d’entre eux nomment gestion de proximité. Les procédures de la politique de la ville où les chefs de projet agissent en interface, génèrent également ces postures. Ces derniers, tout comme certains chefs d’agence d’office HLM, sont définis comme « manager de projet,... catalyseur d’énergies et... déclencheur du changement » en jouant « un rôle d’intermédiaire »6. Pour les logeurs, l’investissement, décidé sous la pression des événements ou à l’occasion d’opérations DSU, consiste parfois en un redéploiement. Les agences deviennent alors des avant-postes et combinent fonctions traditionnelles de gestion et nouvelles dispositions sociales. Le chef d’agence doit pouvoir articuler cet ensemble et devient « l’homme aux mille fonctions », celui qui « démultiplie sa fonction en de très nombreuses missions7 » et dont « la plus importante », comme le souligne un de ces responsables interrogés, est d’« être un homme de dialogue ». Sa tâche est « d’écouter avant tout », afin de « tisser des liens ». Son rôle « est d’initier des actions pour une plus grande concertation avec les habitants..., mais quand elle fonctionne [les] collaborateurs continuent seuls8 ». Il tient également une fonction de médiateur en cherchant à accorder les intervenants : « Je passe mes journées à mettre les gens sur la même longueur d’ondes : habitants, élus, chefs de projet, entreprises, associations. », dit un de ces agents qui ajoute : « Nous n’avons pas attendu les lois sur la Ville pour discuter ; c’est la vie normale ! » Il insiste sur la relation avec les habitants : « Il existe des liens avec les locataires, mais ils sont encore à dynamiser... Il faudrait que je puisse aller plus loin et rencontrer les différents groupes, les communautés, les réseaux informels, pour porter à l’extérieur le message de l’OPAC. »9 Il s’agit, ici, d’un homme de « l’intérieur » qui a fait ses preuves à différents postes administratifs avec une formation classique (Institut de la construction et de l’habitat). C’est le cas de la plupart de ses collègues qui ont souvent occupé des postes de responsabilité en tant que chef de service ou technicien et qui sont issus de la « première vague » (1989-1990) de la décentralisation au sein de nombreux offices, avec marginalement d’anciens travailleurs sociaux. Ceux-ci deviennent majoritaires dans la « deuxième vague » (1994-1995), alors que « progressivement se précisait la fonction » (même si formellement les fiches de postes indiquaient dès le début les missions et responsabilités de façon assez générale : gestion du patrimoine, encadrement et animation de l’équipe, représentation, maîtrise du budget...). Ceux qui proviennent des métiers du travail social possèdent, pour la plupart, un complément de formation acquis en université et ont pris leur fonction à la suite de la réorganisation de l’OPAC dans le sens d’une décentralisation en 1989-1990. C’est le reflet d’une nouvelle approche, esquissée par plusieurs offices HLM et expérimentée sur des sites dits sensibles dans les années 1980. C’est le cas de la SCIC (Société civile immobilière de la Caisse des dépôts et consignations) qui, dès 1988, définit avec l’appui de la Caisse des dépôts et dans le cadre d’un protocole avec la DIV (Délégation interministérielle à la ville) une gestion adaptée. Pour cette société, la volonté affichée est d’« être plus proche des plus démunis », ce qui nécessite la « mise en place d’une gestion de proximité », avec une organisation placée sous l’autorité d’un « responsable d’unité de gestion » comprenant trois secteurs : le « back office », le « groupe opérationnel », et le « groupe opérationnel de proximité » dont fait partie le régisseur10.

  • 11 C’est le cas du régisseur qu’on vient d’évoquer qui consacre un temps d’échange avec un consultant (...)

5Lors de réhabilitations dans plusieurs villes de la région stéphanoise, dans des quartiers bénéficiant d’une procédure de développement social, on voit le logeur, et secondairement les autres intervenants, remodeler l’organisation des interventions pour traiter au plus près les problèmes du quartier. Se trouve ainsi recruté un régisseur, nouveau professionnel dont la fiche de poste a fait l’objet d’une longue réflexion concertée (dans le cadre du groupe de pilotage composé des « institutionnels » comme le Conseil Général et la CAF ainsi que des professionnels du travail social : animateurs, assistante sociale, etc.). Le candidat recherché doit connaître la pratique technique, indispensable pour assurer la gestion (suivi des loyers, des impayés, petites interventions d’entreprises, etc.), être « d’un bon niveau » (enseignement supérieur) et posséder de bonnes capacités relationnelles pour la communication avec les locataires et les partenaires. Son bureau est situé dans un des quartiers dits difficiles et il tient des permanences dans les autres sites relevant de sa responsabilité. Un des bénéfices attendus de cette gestion dite adaptée ou de proximité est la prise en charge des tensions entre locataires et bailleur par le régisseur devant agir en médiateur. Identifié comme le représentant de son employeur, celui-ci n’en est pas moins supposé être détaché par la position qu’il adopte : grâce à ses permanences ou ses contacts réguliers et informels, il s’immerge dans le quartier. Il tient en quelque sorte une fonction de passage ou, plus exactement, de « liaison et de transformation » et fait appel à plusieurs types de ressources pour assurer et assumer cette position qui, d’une certaine manière, refonde sans véritable rupture l’approche du traitement social. Les instances (groupe de pilotage, Conseil communal pour la prévention de la délinquance...) sont des points d’appui pour arguer d’une nouvelle posture et la pression des collectivités auprès des bailleurs agit dans le même sens ; les dispositifs peuvent également induire des réunions qui favorisent la prise de distance et la réassurance nécessaire. Mais c’est plus une expérience personnelle qui est au cœur d’une démarche de compréhension ; démarche mise au service d’une posture et d’une approche nouvelles qui caractérisent le développement social. Au fond, l’appel aux ressources endogènes se combine avec les ressources psychologiques que chacun possède. Ici c’est la prise en compte de ses propres actes qui est considérée comme analyseur, ce n’est plus le don de soi mais bien plus le passage par soi comme médiation. Il faut analyser son action en prenant en compte sa propre histoire et sa vision pour faciliter la relation et la communication avec les locataires. La position adoptée équivaut à une position-passerelle, c’est-à-dire pas tout à fait à l’intérieur, ni tout à fait à l’extérieur. On accepte de subir un tiraillement découlant d’une position personnelle qui met dans une relation d’extériorité vis-à-vis de son employeur, ce qui n’est pas sans risque pour soi mais laisse entrevoir une stratégie qui déborde le cadre institutionnellement défini. On le voit dans le rapport que ces agents entretiennent avec les consultants, prenant appui sur les analyses de ces derniers pour mieux contrer les pressions de leur hiérarchie11.

  • 12 Lepage V., 1993, « Le social et l’office », Ensembles, n° 40, juin.

6Les régisseurs ne sont pas les seuls concernés : le rôle des personnels de gardiennage se voit également reconsidéré au titre de la proximité, avec parfois une nouvelle fonction de protection des locataires. Le directeur d’une agence évoque ainsi le rôle d’un des gardiens responsable d’immeuble, mettant en relief ses capacités et ses succès sur son secteur. Il le « mettrait volontiers en gardien-commando sur d’autres quartiers difficiles : il les remonterait en six mois, c’est sûr ! ». Le gardien en question, Maghrébin et locataire dans le quartier, a été recruté après une période de chômage, alors qu’il est titulaire d’un CAP de tourneur-fraiseur et ne trouvait pas d’emploi dans la mécanique générale où il a maintes fois postulé. Analysant son intervention, il souligne ses atouts : « J’arrive mieux qu’un Français à régler les problèmes avec les Maghrébins, parce que je parle arabe avec eux, je leur demande des nouvelles de la famille et après, seulement, je présente le dossier et on discute. Avec les Noirs, c’est différent. Quand ils contestent un état des lieux, par exemple, ils vont chercher le plus intelligent et le plus baraqué. Mais s’ils arrivent à quatre, moi, j’appelle trois autres Maghrébins et alors, on peut parler. »12 Il est tout à la fois « chef de quartier », avec des relations qui passent parfois par des négociations de personne à personne, notamment avec les Maghrébins, et travailleur social qui incite les « jeunes à créer une association » et demande à son employeur d’accorder une salle de musculation que gérera cette association. Ces situations, impliquant des agents particulièrement exposés comme les gardiens d’immeuble, où il faut faire face et mobiliser des compétences relationnelles ou une connaissance familière du quartier, tendent d’ailleurs à se multiplier.

Autorité d’intervention et dispositifs d’appui : le cas des gardiens d’immeuble

  • 13 Pour une analyse plus large sur ces métiers, cf. Marchal H., 2006, Le petit monde des gardiens-conc (...)

7Car dans certains quartiers d’habitat social depuis le début des années 1980, les gardiens d’immeubles connaissent des situations d’intervention de plus en plus marquées par la tension, l’agressivité voire même la violence, notamment dans les rapports qu’ils sont amenés à entretenir avec les jeunes13. Les échanges qui se nouent avec ces derniers, au bas des immeubles et en d’autres lieux interstitiels (caves, paliers, appartements squattés…), laissent entendre un jeu plus ou moins subtil de positionnement. Dans les situations les plus tendues, il y a une sorte d’inversion de position : certains jeunes, par la violence ou l’agressivité qu’ils manifestent, déterminent les usages sociaux des espaces du quartier, lorsque les habitants – jeunes et adultes – contribuent d’une certaine manière, et notamment par ce que l’on pourrait appeler des stratégies d’évitement, à leur laisser la place.

8Deux types de situation : l’une en 1995, l’autre en 2001, où l’on voit dans le premier cas un homme définissant une sorte de stratégie pour agir seul, et dans l’autre un dispositif pour appuyer les gardiens, permettent d’approcher les conditions de contact notamment entre les gardiens et les jeunes. Les deux situations mettent en scène des gardiens agissant dans deux villes de l’agglomération lyonnaise, bénéficiant des mêmes procédures de politique de la ville.

Une reprise en main personnelle

9Dans le premier cas, les tensions se focalisent sur une tour d’habitation subissant une rapide dégradation au point que la moitié de l’immeuble se vide de ses locataires. C’est en partie le recrutement d’un nouveau gardien (un surveillant selon l’appellation d’alors) qui va freiner ce processus. Ce gardien est un homme mûr, d’une cinquantaine d’années, d’origine maghrébine, connaissant les jeunes du quartier et bénéficiant auprès d’eux, au titre de son âge, de sa position à l’égard des primo-migrants et en tant qu’« ancien » ayant participé à la guerre d’Algérie, d’un respect qui facilite la « reprise en main » de l’immeuble. Dans une telle conjoncture, le gardien possède un patrimoine symbolique non négligeable qui, pour autant, ne lui suffira pas. Il lui faut le mettre en valeur et donc en faire un usage tactique, ce qui va le mettre – par sa pratique – en position lisière par rapport à son employeur. Dès son entrée en fonction, il ajuste ses temps de passage dans l’immeuble à partir d’un repérage des séquences de présence des jeunes et joue, au fil des jours, du respect qui lui est dû pour leur imposer un retrait des allées dont il a la charge. Il s’oblige ainsi à un service nocturne, à l’insu de son employeur, et nettoie certains paliers entre minuit et deux heures du matin. Sa présence persistante à ces moments de la nuit oblige les jeunes à opérer une redistribution des usages sociaux des paliers aux différents étages et des entrées d’immeuble. Ces lieux tiennent en effet des fonctions différenciées : certains paliers deviennent un salon d’attente dès la tombée de la nuit quand d’autres restent des espaces de passage ou sont réservés à la consommation de bières, de cigarettes, voire à des échanges illicites. Ces différentes phases – repérage, ajustement – sont gérées par le gardien seul, sans réflexion au sein de l’agence à laquelle il appartient au moment de la « reprise en main ». Dès cette « reprise », des locataires évoquent le gardien en parlant de lui comme « ceinture de sécurité » qui les protège des jeunes. Rappelant des incidents survenus à cette époque, comme lors de l’incendie d’une moto dans le hall d’entrée et qu’ils considèrent comme un « affront » fait au gardien, ils soulignent et valorisent sa réaction. Le gardien, pour l’occasion, relativise son rôle de « ceinture » et se pose en protecteur sinon des locataires, du moins de « l’environnement » en sauvant les plantes vertes du hall et en les abritant chez lui. Cette situation reflète les processus de repli des locataires et leur dépendance à l’égard du gardien. Ce dernier fait de la sécurité « son affaire » comme il devait « faire sa police ». Son implication personnelle et sa forte exposition servent autant une opération institutionnelle de recadrage, laissée à la seule charge du gardien, qu’une mise à l’épreuve personnelle couronnée de succès (valorisation de l’action auprès de la famille, de la communauté, des supérieurs hiérarchiques, après une longue période de chômage et à un âge qui ne laissait que peu d’espoir à une reprise d’activité).

10La désorganisation apparente – celle qu’on interprète en liant un ensemble d’événements considérés sous l’angle de la tension – laisse voir le fragile équilibre sur lequel repose une organisation avec son environnement. Cette désorganisation marque le décalage entre la structuration de l’organisme HLM et les locataires généralement, et plus particulièrement les jeunes qui, en raison de leur tranche d’âge, déstabilisent l’organisation par leur volonté sinon d’interagir du moins de ne pas rester cois. L’affirmation de soi des usagers, s’exprimant par la demande ou la réclamation au sens large, a montré l’inadéquation d’une organisation façonnée au titre d’une logique administrative où les raisons technique, financière… étaient toutes puissantes et se suffisaient en quelque sorte. Les jeunes constituent bien alors, face à ces logiques, une source de désordres et une irruption le plus souvent chaotique de l’usager et donc d’une intersubjectivité, insolites dans le cadre de ces logiques administratives où, au fond, le relationnel n’a guère de place sinon formellement.

11Ce n’est pas cette pression incarnée par les jeunes, mais aussi par divers groupes de locataires, qui provoque des évolutions organisationnelles. La politique de la ville, s’imposant de fait aux acteurs du monde HLM, a généré des dispositifs, comme pour les réhabilitations, où se reflètent, à partir d’échanges d’analyses et de toutes sortes de diagnostics, les dysfonctionnements organisationnels, et constituent une déstabilisation et une source de délégitimation. Mais ces tentatives d’aménagement de l’organisation n’atténuent pas pour autant les mises à l’épreuve que sont devenus les face-à-face, pour la plupart des intervenants de terrain.

Un appui sous forme de dispositif

12On peut voir, ces dernières années et sans réduire les processus de réorganisation à une évolution linéaire, des expérimentations plus étoffées et tenant compte justement du relationnel et de l’intersubjectivité. Ainsi, et c’est le deuxième cas, en est-il du Centre de ressources HLM de Vaulx-en-Velin qui voit le jour en 1998, après une formation proposée en début de cette même année à l’ensemble des gardiens de la ville, quel que soit leur employeur. Ces gardiens connaissent des situations semblables à celle qu’on vient d’évoquer mais, différence notable, ces difficultés font l’objet de discussions et d’essais de réponses communes aux organismes possédant un patrimoine dans les quartiers. De multiples essais de coopération sur divers registres, le peuplement ou la sécurité par exemple, avaient déjà vu le jour dans des quartiers d’habitat social, sans que ces essais soient toujours formalisés. Concernant Vaulx-en-Velin, le dispositif semble porté par l’ensemble des organismes HLM en relation avec le Grand projet urbain. La mise en visibilité en tout cas souligne, notamment par le document présentant le Centre de Ressources ou par la lettre d’information éditée par le Centre, l’engagement institutionnel des partenaires. Le titre de la lettre du Centre de ressources (15 numéros entre 1998 et juillet 2004) Contact, indique ce qui constitue le point nodal du Centre. La naissance de celui-ci en octobre 1998 fait suite à une « formation inter-organismes » en direction des gardiens qui a eu lieu au début de la même année. Cette première formation a été reconduite et proposée, dans la même année et dès l’ouverture du Centre, à une deuxième vague de gardiens. La formation en question est présentée comme le véritable déclencheur d’un processus avec la création du Centre mais aussi avec une réassurance des gardiens qui se trouvent, par la structure même du Centre, impliqués et exposés institutionnellement. En effet, ils semblent mis en avant par les promoteurs de l’action, dans sa genèse et aussi dans le fonctionnement du Centre animé par un coordonnateur qui met en pratique les orientations émanant de la « cellule de préparation, programmation et coordination ». Cette cellule prend place dans un dispositif la reliant avec le Grand projet urbain, « l’Association HLM Vaulx-en-Velin » et ceux qui entretiennent une relation plus directe, comme les « personnels de proximité, les partenaires, les Directions des organismes… ». La cellule, dit le document de présentation, « prépare et programme les actions du Centre de ressources ». Elle est le lien entre le Centre de ressources et l’association « HLM Vaulx-en-Velin ». Elle est le lieu « de réflexion et de mise en œuvre des actions à mener, elle en assure le suivi ». Sa composition « 4 gardiens d’immeuble, 2 responsables de secteur, 2 responsables d’agence, 2 directeurs des ressources humaines, 2 agents de développement, 1 coordonnateur » montre formellement la place réservée aux gardiens. Mais ce qui montre le changement tient davantage au contenu de la formation et au dispositif d’appui sur le terrain mis en place à partir du Centre.

13Les gardiens qui participent à la première formation (23 jours au total) travaillent pour la plupart dans les mêmes quartiers et « ne se connaissent pas ». Par la suite, d’autres sessions – moins longues, de 11 à 13 jours – sont proposées à d’autres gardiens. Outre ce temps de formation initiale, il y a des séminaires réguliers ouverts à tous dont la fonction est de permettre « une analyse de la pratique ». Cet intérêt porté à la pratique revient à s’intéresser de près aux situations de tensions, notamment celles où les relations avec les locataires et les jeunes sont marquées d’agressivité. La formation accorde une large place au « travail sur soi » pour aborder, gérer sur le moment, puis dépasser ces épisodes où le gardien est mis à l’épreuve. Bien sûr des connaissances techniques sont apportées – dans le domaine juridique et celui de la gestion entre autres – mais le chapitre qui semble le plus investi reste le relationnel.

14La personnalité de l’animateur de la formation et son parcours, qui l’a amené d’abord à enseigner les arts martiaux, sont mis en avant. « Avec lui, c’est pas de la psy... C’est du pratique », disent certains gardiens pour souligner qu’ils n’ont pas l’impression de propos déconnectés, mais bien d’échanges à partir des situations qu’ils vivent. La méthode adoptée vise à favoriser des échanges libres pour évoquer les moments difficiles et à s’en libérer en exprimant d’abord une représentation (« des images ») puis en prenant progressivement du recul. « Il nous met en situation... il nous fait prendre de la distance avec l’image qui représente le problème », dira l’un des gardiens qui ajoute : « On n’est pas obligé de dire le problème... mais le mettre en image pour dissocier ou associer [des choses]... puis s’en détacher pour réfléchir autrement ».

15L’objectif, semble-t-il, est de favoriser le sens de l’observation, de l’analyse et surtout de la distanciation par des travaux en petits groupes ou même seul. Un gardien prend, pour illustrer les bienfaits de sa formation, un exemple où il est pris à partie par deux locataires l’accusant « d’avoir envoyé un courrier de reproche à un enfant [d’un des deux locataires] de six ans ». Le gardien explique comment il a compris que le père se « confondait avec son fils » et comment il a « calmé le jeu » pour ne pas alimenter « la surenchère du père ».

16Outre ce « travail sur soi », la mise en relation des uns avec les autres et le dispositif d’appui sont considérés comme déterminant par rapport à « l’isolement ». Pour le réduire, l’animateur du Centre, au titre du dispositif d’appui, rend visite régulièrement sur le terrain aux gardiens. Il assure également des permanences lui permettant d’apporter rapidement une aide. L’isolement, que tous évoquent comme difficulté, se ressent peut-être moins depuis que les échanges avec les différents intervenants du quartier – travailleurs sociaux, enseignants, policiers... – effectués là encore lors de la formation, facilitent les relations et contribuent à le réduire.

L’intersubjectivité et l’exposition de soi au fondement de la position d’autorité et au principe de l’action publique

17Les gardiens, comme tous ceux qui sont qualifiés d’agent de proximité, occupent des avant-postes au front ou, pour reprendre le titre de la lettre, au contact. À la différence des années 1980, où déjà le contact était supposé difficile, ils sont considérés aujourd’hui comme étant livrés à eux-mêmes face aux habitants.

18Les difficultés ainsi pointées peuvent être entendues sous l’angle de l’organisation telle qu’elle se structure – les difficultés semblent alors des dysfonctionnements, des anomalies. Mais elles peuvent aussi être interprétées comme un dépassement de l’organisation elle-même. De ce point de vue, le logement social en tant qu’institution apparaît en inadéquation dès lors que la désindustrialisation désarticule les quartiers ZUP dont la fonction était de fixer des salariés. L’organisation, quels qu’en puissent être les aménagements, ne saurait répondre à ce déficit de perspectives, ni à ce qui en découle, une sociabilité de repli, lorsque les quartiers tendent à devenir d’abord des lieux de marginalisation.

19Mais, outre cette dimension macrosociologique, on ne saurait non plus ignorer ce que ces face-à-face montrent de changement anthropologique dans les rapports de génération. Et l’on voit ce qu’il faut de capacités pour motiver une intervention et pour analyser une situation afin d’affirmer une position d’autorité où le statut d’adulte s’obtient non a priori mais à partir d’un engagement circonstancié. Dans les deux cas présentés ici, l’instauration de la relation s’avère un temps stratégique, prépondérant et l’intersubjectivité, un élément premier par opposition à l’époque toute proche où cet aspect, au mieux, se voyait attribuer un statut second. En quelques années, et en se gardant bien de toute généralisation, la considération de cette intersubjectivité est institutionnalisée – c’est-à-dire non plus laissée à la seule initiative personnelle mais intégrée dans un dispositif supposé générer l’appui et l’assurance propres à réduire sinon le malaise du moins l’isolement des gardiens.

  • 14 Ce point est développé plus loin dans le chapitre consacré à l’appropriation des dispositifs par le (...)

20Cet appui ne réduit pas pour autant l’exposition de soi, au contraire. Cette exposition peut s’entendre comme une rupture par rapport à l’impersonnalisation (en guise d’empreinte culturelle) des relations évoquées par Michel Crozier. L’intervenant, loin d’être protégé et rendu anonyme par son administration au sens large, est à découvert et doit se mettre en avant ès qualité. Cette posture n’est plus l’apanage des travailleurs sociaux, comme c’était le cas dans les années 1970, et se trouve relativement banalisée14. L’expression de soi, dans sa fonction, en est transformée : il ne s’agit plus d’un exercice dont on pouvait faire l’économie mais d’un impératif.

Aux avant-gardes : proximité et rapports aux habitants

21Cette évolution peut s’interpréter comme une sorte de désinstitutionnalisation (au sens d’une moindre emprise des institutions, on pourrait encore parler de privatisation, au sens où les agents en font et sont le plus souvent contraints d’en faire leur affaire). L’implication personnelle est plus fortement requise de leur part. La mise en avant de talents relationnels, comme on peut le voir chez les agents de proximité des logeurs sociaux, des travailleurs sociaux, et des îlotiers par exemple, souligne cette personnalisation des rapports. Celle-ci signifie surtout que la distance physique et sociale, entre les acteurs, n’est plus donnée par la distribution des statuts mais se joue dans la rencontre et dans les relations au quotidien. Les rôles, plus que jamais, se conquièrent en faisant ses preuves d’abord, avant que les attributs institutionnels, éventuellement, servent à confirmer le statut. À certains égards, l’enseignant, comme le gardien d’immeuble ou le policier, ne sont reconnus en tant que tels qu’une fois démontrées leurs capacités à encadrer la relation.

22Plus largement, cette exposition découle de la nouvelle conception des interventions elles-mêmes. Ce ne sont pas seulement les postures personnelles qui se trouvent éprouvées mais tout le cadre de l’action et l’assise de l’intervention. Ces évolutions s’accompagnent d’une reconsidération de la relation à l’usager avec notamment la considération de la résidence comme source de légitimité. Ainsi l’incitation à la concertation (en lien avec la « participation »), entre autres exemples, illustre en partie cette transformation de l’action publique. La relation qui est faite avec la démocratie locale en rend d’autant plus malaisée la critique, lorsque la parole des habitants est valorisée et lorsque celle-ci est présentée comme source de légitimation. Cela revient pourtant à ne pas prendre en compte la permanence des rapports de force symbolique qui font que, dans bon nombre de cas, les réunions de concertation (pour discuter des programmes de réhabilitation par exemple) mettent en présence des intermédiaires difficilement représentatifs, dans un cadre où on ne s’affranchit pas facilement des représentations sociales qui conditionnent les rapports. Ces derniers se trouvent sans doute encore plus biaisés, par le fait même qu’est valorisée la fidélité au quartier, alors que bon nombre d’habitants souhaitent le quitter et, qu’au fil des années, on constate que certains quartiers se vident malgré ces incitations.

23Les professionnels de la proximité se retrouvent donc aux avant-gardes, quelque peu livrés à eux-mêmes, rattachés à un organisme sans tout à fait en faire partie, participant de cette exposition de soi évoquée plus haut. Leur position est en lisière avec l’impératif d’impulser de nouvelles actions. Mais c’est surtout une position qui laisse entrevoir une tension structurelle découlant d’une double pression (celle du milieu professionnel ou institutionnel et celle du quartier), laquelle suscite des processus de distanciation. Distanciation déjà imposée dans les pratiques classiques du travail social où la prise en compte de ses projections se trouve explicitée dans bon nombre de formations avec les analyses de la pratique. Dans la même perspective pour les quartiers, la prise de distance avec ses affects ne suffit pas et la professionnalité se conçoit en termes de situations, de dynamiques et de relations sociales, avec des appartenances (que constituent les liens au quotidien mais aussi les aspirations) à (re) négocier. Les attitudes et les rôles sont à restructurer, ce qui suppose que soient définies la conduite à tenir ainsi que la gestion des malentendus, comme lorsque d’anciennes relations escomptent une meilleure compréhension pour leurs problèmes, voire une position de porte-parole par celui dont ils se considèrent proches.

  • 15 Il est difficile de répondre à la question de savoir quelles sont les propriétés sociologiques et l (...)

24Mais la proximité, aux yeux des intervenants, ne se révèle pas toujours adéquate. On a vu, par exemple, des équipes de travailleurs sociaux demander des repositionnements pudiques (un léger déplacement spatial de leurs permanences) avec un argumentaire euphémique pour ne pas dire trop crûment que les pressions au sein du quartier se multipliaient et qu’il devenait de plus en plus difficile de « résister ». C’est un peu plus de distance qui est, alors, souhaité ; ce que des agents d’organismes bailleurs n’osent réclamer alors qu’ils subissent les mêmes tensions. Pour être mise en œuvre, la proximité nécessite une définition de la bonne distance, celle qu’il faut tenir pour éviter les incompréhensions et les rejets, voire les violences. Le rapprochement ne semble pas bénéfique en soi et on peut aussi bien accentuer l’excentrage de certains quartiers et freiner d’autant les processus d’intégration (en écartant les relations obligées avec le « reste » de la ville). Mais c’est aussi la gestion, et l’encadrement de ces redéploiements lorsqu’ils s’avèrent judicieux, qu’il est difficile de conforter. Car, quelles que soient les positions spatiales, ce sont les rapports, notamment avec les populations les plus en difficultés, qui sont à repenser. Fixer une sorte de polarité sur les seuls habitants revient à les introniser faussement comme puissance légitimante, alors que bien souvent ceux qui s’impliquent sont peu nombreux et sont « les mêmes que les uns et les autres rencontrent » (un chef d’agence HLM)15. C’est ainsi que la relation aux habitants, leur présence à des réunions confèrent à ceux qui initient ces échanges un surplus de légitimité. Ce seul fait atteste une sorte d’inversion formelle qui, en principe, devrait profiter aux habitants. La conjugaison de cette polarité et d’une forte présence « d’acteurs issus du quartier » révèle autrement la dérive qui peut se produire dans certains sites. C’est la distance critique qui se trouve mise à mal, encore plus qu’elle ne l’est habituellement. Car ces acteurs portent en eux-mêmes une part de la parole des habitants, et le discours accepté en l’état, tend à neutraliser ce qui risque de le remettre en cause. Cela ne veut pas dire que les analyses élaborées par les professionnels classiques soient indemnes de visées stratégiques, mais la seule proclamation d’une exigence de proximité rend encore plus opaque la situation, alors qu’on invite à une intégration à l’envers, celles des agents extérieurs à la situation.

De l’institution à la situation

25Mais la recherche de proximité dans tous les cas de figure se double d’un intérêt accru pour l’analyse de situations (comme on l’a vu avec la formation des gardiens). Cette attention microsociologique recouvre un déplacement et une sorte de délégation institutionnelle de fait, sur la personne de l’agent de proximité, concomitamment à une analyse qui s’inspire largement de la sociologie pragmatique.

26La délégation revient à dégager l’institution des tensions inhérentes à sa vocation sociale : l’organisme HLM se veut compréhensif et accompagner les habitants pour surmonter autant les difficultés de voisinage que les difficultés socioéconomiques. Dans le discours, les rapports de force ou d’opposition sont évacués même si des avertissements ou, pire, des expulsions rappellent les limites et les termes du contrat qui lie bailleur et locataires. C’est sur le terrain que l’agressivité (comme on l’a noté plus haut) s’exprime et semble surtout relever de la seule compétence du personnel de contact, tenu de calmer les locataires. La politique affichée – apaiser par la moindre distance, par le souci de prendre en compte les supposés besoins des locataires – occulte ou gomme les aspérités sociales, les violences et les conflits prenant parfois une tournure communautaire entretenue par ceux-là mêmes qui sont censés sinon les combattre, du moins de ne pas les favoriser comme on l’entend dans un des exemples donnés plus haut. L’assise se structure par cette nécessité de ne pas trop faire « remonter » les épisodes conflictuels ou, en tout cas, de ne pas trop publiciser les modes de résolution. L’appui institutionnel compte mais il s’apparente à un compromis avec un discours valorisant, ne disant guère les réalités les plus éprouvantes, laissant aux salariés du front le soin de puiser en eux-mêmes les ressources nécessaires pour faire preuve d’autorité.

  • 16 Le ministère de l’Équipement, dans le cadre du Plan construction et habitat de 1973, soutient d’abo (...)
  • 17 Voir le chapitre I, La politique de la ville : une action publique qui se veut coproduite, p. 35.
  • 18 Gilbert F., 1983, « Identité culturelle. Premières questions », p. 16, in Espaces et vie quotidienn (...)
  • 19 Blanc M., Concertation, sociologie urbaine, citoyenneté, op. cit.
  • 20 Voir Anselme M., Peraldi M., 1985, « Le Petit Séminaire à Marseille », Les Annales de la recherche (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Fourest A., 1985, « Quel développement pour quels quartiers ? », Les Annales de la recherche urbain (...)

27Ce rapport aux tâches et aux relations quotidiennes trouve sans doute un début de légitimation dans les travaux portant sur la participation publiés dès 1968 par la Direction de l’aménagement foncier et de l’urbanisme, avant d’être valorisé par la politique de la ville mais il se nourrit aussi d’autres sources de légitimation16. En effet, dès les premières procédures, la mise en œuvre des interventions se fonde sur l’idée de ressources mobilisées localement et parfois confortées au niveau national17. Divers éléments indexés au local et au social se trouvent ainsi autrement considérés par les pouvoirs publics, comme le dit François Gilbert qui signale que « Face à cette situation, on aperçoit que le pouvoir politique et administratif tend à intégrer dans son discours et ses pratiques ces nouvelles données du social. Pour exemple, mentionnons les stratégies actuelles en matière de politique urbaine, basées sur le “tissu social”, le quartier, les initiatives locales, etc. Avec pour effet la valorisation du particulier, du spécifique (qu’il s’agisse d’un trait identitaire ou d’une initiative originale)18. » Mais la valorisation ou la publicisation sélectives des faits ordinaires doivent également beaucoup à la multiplication d’études et d’analyses portant sur les organisations et l’action sociale fournies par des équipes de recherche-action ou de consultants. Il y a les conseils prodigués par les bureaux d’études qui se saisissent des quartiers comme d’une opportunité et d’un marché en croissance dans les années 1980. Il y a des recherches-actions ainsi que des recrutements dans les services des collectivités (villes, départements, régions) et de l’État ou dans des équipes de Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS) qui profitent à des universitaires dont les grilles de lecture valorisent la pratique, le quotidien, la situation. Il ne faut évidemment pas ignorer les influences évoquées dans le premier chapitre concernant la naissance de la politique de la ville et ce qu’elle doit aux analyses de sociologues comme ceux du CADIS (Centre d’analyse et d’intervention sociologiques) notamment, et aux diverses formes de débats organisés par la revue Esprit. Mais il y a surtout une attention qui se manifeste dès les débuts de la sociologie urbaine avec la volonté de favoriser l’expression des plus démunis comme le fait Chombart de Lauwe19. Il s’agissait déjà, pour certains sociologues, d’adopter au service des habitants une quasi-position de tiers qui va s’affirmer plus nettement avec un dispositif comme celui du Petit Séminaire à Marseille dans les années 198020. Les deux sociologues animateurs de ce dernier dispositif, devant favoriser la prise de parole des habitants, disent à leur manière l’intérêt de prendre en compte les interactions : « La force de cette expérience réside dans ce flux, bientôt devenu maelström, de paroles, de contacts, d’échanges, de rencontres, d’interactions quotidiennes qui, des habitants aux institutions en passant par les intervenants sociaux, les visiteurs et ceux qui ont mené cette expérience, a fait de cette cité un lieu où la vie éclatait de toutes parts21. » D’autres expériences ou initiatives, comme celles que rapportent les diverses contributions du numéro des Annales de la recherche urbaine consacré au développement social confortent cette attention. Ainsi du Secrétaire de la Commission nationale pour le développement social des quartiers (CNDSQ) qui s’interroge dans un des articles de ce numéro sur la place des habitants : « Les habitants de ces quartiers ne sont-ils pas les mieux placés pour dire les difficultés de leur vie quotidienne et proposer les solutions les plus adaptées ?22 »

  • 23 Isaac Joseph, un portrait par Yves Grafmeyer, publié dans la rubrique « Actualités » le samedi 28 f (...)
  • 24 Rémy J., Voyé L., 1974, La ville et l’urbanisation, Paris, Duculot, p. 102.
  • 25 Joseph I., 2007, L’athlète moral et l’enquêteur modeste, Paris, Economica, coll. « Études sociologi (...)

28Les uns et les autres ne questionnent pas avec les mêmes outils conceptuels ni avec les mêmes méthodologies la vie sociale des quartiers et les dispositifs d’action publique. Mais on retrouve une manière d’analyser les situations et un mode de réaction qui doivent beaucoup à Erving Goffman. Au fondement de cette dynamique qui transforme le regard et l’attention aux événements jusque-là secondaires, la sociologie pragmatique joue sans doute un rôle de catalyseur et de légitimation. La diffusion de la sociologie pragmatique dans l’espace local et aussi dans l’espace national se vérifie, par exemple, avec Isaac Joseph et sa double implication dans l’agglomération lyonnaise notamment et au Plan urbain. Comme le dit Yves Grafmeyer, « Isaac Joseph se passionnait pour toutes les formes apparemment superficielles et éphémères du social, les liens faibles, les scènes furtives, les marges, les évitements, les échanges réservés, les accords microscopiques, les sociabilités à l’état naissant… Mais il avait la conviction, intellectuelle et militante, que cette attention minutieuse aux civilités ordinaires était aussi porteuse d’enjeux politiques23 ». Cofondateur et un des animateurs de l’Association de recherche et d’intervention ethnologiques et sociologiques (ARIESE) qui a initié dans les années 1980 plusieurs études dans la région lyonnaise et des formations comme celle du DEFA 300 évoquée plus loin dans le chapitre consacré à la médiation, Isaac Joseph s’est impliqué durablement dans les quartiers. Les démarches impulsées de la sorte modifiaient l’approche des quartiers, comme le souligne Daniel Cefaï : « Les membres de l’ARIESE se lançaient dans des enquêtes sans précédent à l’époque sur les “espaces intermédiaires24” entre la rue et le domicile – les lieux de sociabilité que sont le palier, la cour, le hall d’immeuble, la sortie de l’école, mais aussi le logement traversé par les réseaux de parenté ou de voisinage…. Ils ou elles [les membres de l’ARIESE] tentaient enfin de repérer les “rôles intermédiaires”, notamment des “animatrices résidentes”, dans les “cités” de la périphérie lyonnaise, développaient des stages de “redéfinition des catégories du travail social et de l’animation en direction de publics multiethniques” en milieu défavorisé, à Vaulx-en-Velin, Bron, Vénissieux ou Villeurbanne25. »

29Cette recherche de proximité se combine avec une autre référence tout aussi valorisée : la médiation. Avec elle, la distanciation se trouve également en question dans les pratiques d’intervenants s’affichant comme intermédiaires ou se réclamant de cette notion de médiation. Cette dernière n’est pas toujours clairement définie par les acteurs qui souhaitent se l’approprier et ce flou nourrit plus largement les débats sur l’évolution des pratiques. Objet de controverse, mais aussi revendiquée comme paradigme par certains acteurs, ou comme une innovation répondant à des problèmes que ne pourraient pas résoudre les intervenants classiques, elle tend à modifier les positions.

La médiation au principe de la politique de la ville

30Il nous faut d’abord nous pencher sur les définitions et les enjeux de la médiation. On verra ensuite comment se conçoit l’aide à partir d’une telle référence avant d’analyser plus précisément la médiation interculturelle. Celle-ci s’adresse aux populations immigrées et s’appuie sur des intermédiaires provenant souvent des quartiers. L’apparition de ces médiateurs remet en question les pratiques et, dans certains cas, conforte paradoxalement les travailleurs sociaux. L’appartenance au quartier ou la familiarité avec l’immigration ne se traduisent cependant pas toujours par le même type d’acculturation professionnelle comme on le voit dans le secteur du travail social classique. Il en résulte que l’implication dans la relation et la définition de la bonne distance deviennent deux facteurs d’importance dans l’autorité d’intervention. Cet éclairage sur la relation entre médiation et travail social sera d’autant plus utile que le chapitre suivant est consacré plus largement à l’appropriation des dispositifs par les travailleurs sociaux.

La médiation : une esquisse de définition

31La médiation – telle qu’elle a été évoquée ces dernières années – prend place aux côtés d’autres notions génériques comme le développement social, la concertation, la transversalité, la proximité mises en relation avec celles d’insertion, d’intégration. Les relations complexes que les acteurs établissent entre ces notions et ce qui peut apparaître comme le redéploiement de l’action publique laissent entrevoir des processus de définition et de légitimation d’un champ qui se façonne par à-coups depuis la fin des années 1970. Ces relations ne sont pas sans conséquences sur la conception et la conduite des actions ou, plus globalement, sur les professions du travail social.

  • 26 Cf. Bonafé-Schmitt J.-P., 1992, La médiation : une justice douce, Paris, Syros ; Six J.F., 1990, Le (...)
  • 27 Notamment entre ceux qui veulent en faire une profession reconnue et s’opposent sur les exigences à (...)

32En guise de définition, les acteurs qui se référent à la médiation avancent que celle-ci n’est pas un compromis et qu’elle ne se cantonne pas au traitement des conflits. D’autres, au contraire, se définissent par rapport au conflit pour le prévenir ou le dépasser. On peut penser que, dans le premier cas, il s’agit de pratiques ou de champs d’intervention nouveaux comme la médiation pénale, alors que, dans le second, on évoque plutôt les conflits sur divers registres, au niveau international ou sur le plan des relations contractuelles comme pour le travail. En fait, cette notion de médiation fait florès et s’entend dans des registres de plus en plus nombreux. L’école, l’entreprise, la famille, le droit et bien d’autres domaines font l’objet d’actions de médiation26. Plus récemment sont apparues les médiations sociales et les médiations interculturelles. Au-delà des attendus plus ou moins explicites que contient cette notion, notamment en termes de conciliation, d’entremise, d’arbitrage, d’intermédiation, la définition fait elle-même l’objet de tensions et d’oppositions27. Il est question de différends et de parties, mais aussi d’action, d’écoute, de position neutre ou en retrait ; bref on invoque tout un processus et un jeu de configurations qui expriment des réaménagements, voire des dépassements. La médiation se définit, le plus souvent, par ceux qui la pratiquent ou la mettent en valeur, en opposition à la contrainte. La médiation est alors comprise autant comme un processus que comme un cadre où les individus constituent des parties d’un tout problématique. Le tout, c’est la famille, le voisinage… lorsqu’un malaise, au sens large, un désaccord ou un conflit perturbent les relations, les rendent même impossibles parfois et nécessitent une médiation. Opter pour une telle démarche revient donc, pour les parties, à reconnaître un problème commun d’une part et à accepter l’idée d’un cheminement partagé pour le résoudre d’autre part.

33Pour mettre un tant soit peu d’ordre dans ce foisonnement, on peut distinguer :

  • ceux qui sont désignés par le titre de médiateur social, scolaire, interculturel... ; apparus récemment, ils sont souvent recrutés par des villes ou des associations ;

  • des dispositifs conçus comme des espaces de médiation pour permettre à différents acteurs d’échanger leurs analyses afin de concevoir ensemble des actions ;

  • des approches de médiation qui tendent à se développer et caractérisent l’évolution des métiers, notamment des intervenants dans les territoires dits sensibles.

  • 28 Bonafé-Schmitt J.-P., 1996, La médiation : un nouveau mode de régulation sociale ?, Plaidoyer, 2.

34Jean-Pierre Bonafé-Schmitt propose de distinguer les activités des instances de médiation pour mieux caractériser les dernières par la « construction d’une certaine légitimité », alors que les premières participent de l’action de bon nombre de professionnels (avocat, policier, travailleurs sociaux...)28. On peut également opérer une autre distinction pour mettre en relief l’émergence d’une catégorie d’acteurs d’une part, et l’évolution de la conception de l’action publique – autant par des dispositifs que par de nouvelles postures professionnelles – d’autre part.

35Certains professionnels, et parfois des bénévoles, portant le titre de médiateur auquel s’ajoute leur domaine d’action, constituent une première facette, sans former pour autant un ensemble homogène. Ils participent souvent d’une réponse forgée dans l’urgence, lorsque les quartiers sont sous tension par exemple, ou une tentative qui est le fruit d’une réflexion, laquelle se traduit dans les formations que reçoivent ces médiateurs.

36Les dispositifs, comme par exemple les Comités communaux pour la prévention de la délinquance (CCPD) ou la Maîtrise d’œuvre sociale (MOS), attestent d’une autre forme de médiation. Ces dispositifs obligent à la confrontation et au dépassement de l’analyse et de l’action unilatérale. Les CCPD mettent en présence tous les acteurs concernés par la prévention de la délinquance, ce qui devrait générer des échanges de vues à partir desquels s’esquissent des actions qui répondent à ces analyses. Celles-ci relèvent en principe d’une approche systémique si les échanges ont réellement contribué à élargir la connaissance des uns et des autres. Ces échanges constituent également des confrontations, mettant à mal la vision sectorielle et parfois troublant la position des acteurs, qui favorisent plus ou moins bien l’élaboration commune. C’est en cela que le dispositif instaure un espace de médiation où se heurtent les représentations avec quasiment un processus d’acculturation. Autre dispositif pris en exemple, la MOS, qui met en présence d’autres catégories d’acteurs – les logeurs sociaux et les locataires – et illustre le changement opéré lors des réhabilitations. Ces innovations relèvent d’une gestion qui se dit de proximité et dont le titre indique la volonté des bailleurs sociaux de se situer dans les quartiers, au plus près des habitants comme on l’a dit plus haut.

  • 29 Ainsi la cure psychanalytique est une médiation qui vise une nouvelle « économie » interne en passa (...)
  • 30 Cf. Anselme M., 2000, Du bruit à la parole. La scène politique des cités, La Tour d’Aigues, Éd. de (...)

37L’écoute, la concertation et la connaissance des populations, avec toutes sortes de diagnostics, participent de cette relation de proximité et rappelle le principe de démarche thérapeutique29. L’attente de ces qualités d’écoute et d’échanges par lesquelles se forgent des réponses, se retrouve pour partie dans la triangulation promue dans le dispositif de la MOS conçu par le CERFISE (Centre d’études, de recherches et de formation institutionnelle du Sud Est), pour dépasser les tensions entre un organisme bailleur et des locataires30. Ces tensions rendent caduques le cadre qui veut que la relation soit instaurée dans la durée (bail) et dans le déséquilibre entre un ménage et un bailleur. La dégradation du bâti, du climat social etc., provoque des blocages (pour le paiement du loyer, ou des difficultés avec les agents d’entretien, etc.) et impose la recherche d’une autre voie qui va se traduire par la mise en place d’un nouvel espace. La triangulation naît lorsqu’il est fait appel à l’intervention d’un tiers extérieur (lors des premières réhabilitations, avant que les enjeux de tous ordres, notamment de gestion, suscitent au sein de certains offices HLM une internalisation et donc des MOS conçues comme un service interne parmi d’autres). Cette médiation prend corps dans un contexte où les réhabilitations se doublent d’un déploiement, notamment sous forme de dispositifs dont la vocation est d’articuler les moyens pour mieux construire des actions partenariales. C’est aussi dans ce contexte que se développent les Boutiques de droit pour des médiations d’inspiration dite communautaire, alors que la proximité devenue une stratégie pour certaines institutions se traduit par des Maisons de la justice qui valorisent le face-à-face supposé restaurer l’ordre et réparer les dégâts liés aux petits délits.

38L’évolution des métiers est illustrée dans les quartiers dits sensibles par de nouveaux professionnels, de la proximité ou de la médiation, qui se retrouvent aux avant-postes, quelque peu livrés à eux-mêmes face aux habitants, rattachés à un organisme sans tout à fait en faire partie comme on l’a vu. Cette position laisse entrevoir une tension structurelle découlant d’une double pression (des deux milieux : professionnel et/ou institutionnel et du quartier), laquelle nourrit, dans bien des cas, des processus de distanciation.

  • 31 Cf. Donzelot J., 1996, « L’avenir du social », Esprit, mars, p. 58-81, qui, évoquant la Politique d (...)
  • 32 Sibony D., 1991, Entre-deux : l’origine en partage, Paris, Seuil.
  • 33 Au sens de Winnicott D.W., 1975, Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard.
  • 34 Donzelot J., Estébe P., L’État animateur. Essai sur la politique de la ville, op. cit.
  • 35 Ion J., Le travail social à l’épreuve du territoire, op. cit.

39On retrouve ces trois formes de médiation dans de nombreux quartiers bénéficiant des procédures de la politique de la ville, laquelle peut d’ailleurs s’entendre comme une sorte de médiation globale : pour relier territoires et populations, et aussi pour dépasser des difficultés conjoncturelles sur les registres sociaux et culturels31. Dans cette perspective de médiation, le plus souvent, les intervenants disent prendre en compte deux types de processus : les processus d’acculturation, à l’œuvre d’abord pour les populations de migrants mais aussi au sein de populations françaises en relative déconnexion sociale et culturelle ; les processus d’exclusion qui marquent autant des catégories d’individus que des territoires dits enclavés. La politique de la ville pourrait être présentée comme une médiation en ce sens que ceux qui agissent à ce titre disent qu’elle concourt à relier socialement, ce qui amène à questionner en théorie le lien social. Questionnement qui ne se pose plus dans les seuls termes de rapports sociaux marqués par le rapport à l’intérêt au sens de Karl Marx (avec des conflits de classes), mais aussi sous l’angle de la socialisation et de l’acculturation dans le cadre que constituent ces territoires. Ce sont autant les conditions d’inculcation, marquées d’un entre-deux32, que la constitution d’espaces potentiels33 pour autoriser un éventuel « décollage » qui se trouvent interrogées. Mais il serait sans doute plus pertinent de considérer, non pas le cadre que constitue cette politique mais plutôt les actions générées à ce titre comme autant de médiations pour transcender des logiques sectorielles au profit de logiques transversales, provoquant ainsi, selon Jacques Donzelot, une modernisation de l’État animateur34. La transformation visée concerne les pouvoirs publics mais rejaillit auprès des autres opérateurs mis à l’épreuve d’une autre logique, celle du territoire, comme c’est le cas des travailleurs sociaux35. Les limites de cette prise en compte de la proximité dans l’organisation des services avec des résistances pour ne pas trop changer les modes de fonctionnement, expliquent sans doute le succès et l’expansion d’une approche comme celle de la médiation. D’autres acteurs (on songe aux bailleurs sociaux et aux associations) connaissent des processus similaires qui les voient occuper une fonction associée à cette dernière référence tout en étant soumis à des transformations internes d’importance.

40C’est ce que tend à promouvoir l’action publique en concentrant des moyens et en délimitant des situations, des espaces et des populations avec des problèmes définis en termes d’intégration ou d’insertion. On peut penser qu’il s’agit plus d’une médiation qui participe aux tentatives de dépassement, face à des difficultés socioéconomiques, relevant d’une fonction ressource et favorisant une dynamique de développement. Cette expression – développement social – laisse supposer, comme on l’a déjà dit, des ressources inexploitées propres aux milieux concernés et que l’action publique devrait valoriser pour mieux combattre les difficultés spécifiques à ces territoires. Ce postulat de la ressource autorise la centration, du moins dans les discours, sur les habitants. Le rapprochement des services (publics ou autres), les tentatives de définir les actions (exemple des réhabilitations) à partir des attentes de la population découlent de cette centration et indiquent la recherche d’une « accroche » et d’un point d’appui pour des situations qui apparaissent en partie incontrôlables, et peut-être sans perspectives. La médiation consacre une double focalisation – sur les individus, sur le local – et concourt à privilégier la dimension relationnelle. Celle-ci contient en germe une psychologisation et un intérêt pour des approches microsociologiques qui sont autant de préludes possibles à toutes sortes de médiations. D’une certaine manière, ces approches de médiation écartent, au moins ponctuellement, les questions sociales, notamment la dimension macroéconomique, pour considérer les difficultés propres à ces territoires.

41Selon ceux qui la pratiquent, ce sont des processus de distanciation et de décentration qui sont mis en œuvre dans la médiation. Celle-ci consiste à déminer sur le plan discursif et à analyser la structuration des relations. Cela suppose une écoute attentive de l’échange au niveau explicite, et une traduction pour le médiateur qui mette en relation le propos énoncé, l’économie symbolique qui s’y réfère (par exemple l’honneur, la prépondérance des âges ou l’ordre protocolaire) et qui puisse faire écran à l’entente, et l’organisation sociale au vu de laquelle les positions peuvent se comprendre. Cette approche prend appui sur divers supports et s’enrichit d’autant de méthodes : certains dispositifs, qui impulsent un réajustement des actions par exemple, favorisent des processus d’explicitation aussi bien sur des questions telles que l’insécurité ou la réhabilitation. Il s’agit de concevoir un temps, éventuellement un lieu, parfois avec de nouveaux agents pour instaurer ou restaurer des espaces d’échanges et contribuer de la sorte à la résolution de quelque problème ou au dépassement d’une situation bloquée. La médiation, dans tous les cas, suppose une phase d’écoute dont on peut interroger la finalité : est-ce pour comprendre ou obliger les parties à s’entendre (parler), c’est-à-dire déclencher une réflexivité et une distance minimum avec soi ? Mais accepter – car l’acceptation est une condition requise – une médiation c’est déjà imaginer un argumentaire, ne serait-ce que pour justifier sa position (on construit sinon un argumentaire du moins un repérage des points forts de son argumentation). On se prépare en réfléchissant en quelque sorte ; car pour mieux se faire entendre et comprendre, on peut imaginer un effort ou un souci de préadaptation, en structurant un tant soit peu sa démarche en référence au raisonnement supposé du tiers qu’est le médiateur. Dans ce cas, lorsque la médiation s’enclenche, elle tend à se développer comme une logique de déconstruction et de reconstruction qui, rendant explicite une partie de l’implicite, modifie progressivement le rapport à l’explicite et génère secondairement un nouvel implicite, pas toujours ou pas immédiatement clair. Il convient de tenir compte de la dimension psychologique en considérant également les échanges en coulisses, c’est-à-dire hors de la présence de la partie adverse ou entre semblables où ce changement d’implicite n’apparaît pas en tant que tel mais se révèle en partie dans le besoin qui se manifeste de justifier ce qui était silencieux ou allait de soi auparavant. C’est donc un cadre à reconstruire qui donne sens à une nouvelle posture et permet de l’articuler avec d’autres changements, effectifs ou à l’état potentiel.

Les médiations interculturelles

42Pour les médiations dites interculturelles, ce sont les incompréhensions ou les oppositions entre migrants et ceux qu’ils doivent côtoyer (voisinage) ou avec qui ils doivent traiter (administrations, entreprise, école…) mais aussi avec les « leurs » – rarement les premières années d’immigration mais bien plus par la suite avec ceux du pays et parfois même au sein des familles – qui constituent les raisons invoquées pour une médiation. La gestion de ces difficultés diffère selon les périodes, l’histoire des migrants et les phases d’acculturation, et ne requiert pas les mêmes médiations pour les dépasser. À cette diversité de situations s’ajoute celle des profils, des positions et des types d’engagement des médiateurs. Il convient donc de distinguer des périodes dans l’histoire des migrants (entre les années 1960 et l’implantation, pour les immigrés maghrébins par exemple, et les années 1980-1990 et l’ancrage des mêmes familles) et des phases d’acculturation pour questionner les processus et les modalités de médiation. Cette périodisation et la différence de visée des médiations permettent ensuite de discuter de la posture des médiateurs sous l’angle de l’engagement et de la neutralité que bon nombre d’entre eux revendiquent. Car, selon la période et donc la phase d’acculturation, la médiation se limite à des ajustements pratiques ou consacre des redéfinitions culturelles (dans les façons de vivre et de penser, de (se) marier…), valorisant de fait certaines manières d’être. Le médiateur alors, se trouve engagé par son implication dans la mise en œuvre d’une autre conception des relations avec, entre autres redéfinitions, une autre considération de l’autorité. Celle-ci est souvent remise en cause dans les rapports intergénérationnels dans les familles – et pas seulement dans les familles immigrées – comme dans l’espace public. Elle tend à se définir moins par la soumission à des normes et à ceux qui les rappellent que par un exercice d’argumentation et de motivation pour lequel tous les adultes ne sont pas armés. Cette redéfinition de l’autorité se vérifie encore plus dans la médiation. Car il y a de la part du médiateur, non une indifférence aux divers modèles d’autorité, mais un attachement et ce que l’on pourrait appeler un engagement anthropologique pour faire valoir un système d’échanges basé sinon sur une totale équivalence de statut entre jeunes et adultes ou entre conjoints par exemple, mais sur une moindre dissymétrie (l’inégalité de statut est amoindrie ou la domination psychologique est atténuée). Ce rapport à l’autorité prend une certaine acuité lors des crises que connaissent les familles, avec des conflits opposant les conjoints entre eux ou à leurs enfants notamment au moment de l’adolescence. Mais dans les quartiers, les parents ne sont pas les seuls à manquer d’assurance, les autres adultes connaissent également une fragilisation de leur position. C’est particulièrement vrai pour les travailleurs sociaux dont le positionnement est destabilisé par les dispositifs de la politique de la ville et par l’émergence de nouveaux acteurs. Ils n’ont plus guère le monopole de l’intervention sociale (les associations prennent une autre place) et leurs références comme leurs méthodes sont dans bien des cas contestés. Pour eux aussi cette question de l’autorité, non pas en termes de pouvoir mais sous l’angle de l’assurance et de l’assise qui fonde une posture (ce qui les autorise à intervenir), peut se poser notamment lorsqu’ils tentent de transformer leur pratique. La médiation, avec les femmes-relais agissant à leurs côtés, devient un appui pour saisir autrement les situations que connaissent les familles.

Situations migratoires : des phases et des postures

43Les médiations spontanées – celles qui découlent de l’entourage et restent informelles – ou instituées formellement au profit des populations immigrées, revêtent de multiples formes et surtout se greffent ou prennent différemment selon les contextes et les processus d’acculturation. Sous cet angle, la situation migratoire est un processus qu’on peut décomposer en plusieurs phases et où chacune de celles-ci se définit par la relation à la communauté d’origine et au lieu d’accueil. La considération de ces phases permet de souligner le contexte dans lequel émerge et se façonne une médiation. La situation migratoire étant une situation de décalage, les modes de régulations tels que les ont connus les primo-migrants dans leur société d’origine, sont peu ou prou mis à l’épreuve. Mais ce sont ces modes de régulation qui servent de référence dans un premier temps et c’est ainsi que se vérifient les premières années d’immigration des médiations spontanées, telles qu’elles se seraient quasiment exprimées dans la société d’origine. Ainsi, lors des premières années, et tant que se maintient la perspective du retour – et non le mythe, car à parler de la sorte on ignore l’effet structurant d’un horizon d’attente – la médiation équivaut à une remise en ordre au sens de la communauté d’origine. Un conflit de voisinage se résout, par exemple, avec l’aide d’un tiers – un homme plus âgé ou une femme si le différend oppose les épouses. Il en va de même pour les tensions familiales avec l’appel à des parents respectés pour qu’ils aident à trouver un apaisement. Le maintien de cet ordre traditionnel ou son aménagement sont conditionnés par les formes de regroupement de familles dans un même quartier et leurs évolutions, mais aussi par les processus de distanciation au sein de l’espace domestique. En effet, le quartier et les relations entre les familles constituent soit une sorte de prolongement du village d’origine en confortant les postures culturelles des primo-migrants et leur transmission, soit au contraire offre un espace relationnel pour s’en détacher.

44La médiation est d’abord à l’œuvre entre migrants et constitue une aide pour perpétuer une posture, une manière d’être, adéquates avec l’être-ici mais également avec l’espace d’origine tel que le pense le migrant et à plus forte raison lorsqu’ici il est immergé dans un quartier où le nombre de familles venant de sa région conditionne la vie sociale. L’organisation sociale du quartier est donc une donnée d’importance pour contextualiser l’attente d’aide. C’est ainsi que durant cette première phase, la proposition de médiation, pour être recevable, doit provenir de proches. Ces derniers sont totalement intégrés au groupe d’appartenance. Cette médiation est assurée par quelques personnages investis d’une autorité sans pouvoir. Ce sont des personnes âgées, parfois des leaders, hommes et femmes reconnus pour leur sens de l’écoute et de la prise de distance, qui se mettent alors en avant. On le voit dans l’espace public lorsqu’un regroupement indique une tension, certains individus, et pas « n’importe lesquels », dira-t-on, s’avancent et, à mots pesés, avec les gestes adéquats, restaurent la paix publique. Au bas d’un immeuble, un locataire ou un gardien, diront quelques mots d’apaisement avec un ton de respect et de fermeté. On invoque alors la raison, le lien, le passé, pour surmonter la difficulté, la tension, voire le conflit. On se tourne « spontanément » vers tel parent prétendu attentif ou vers tel voisin, considéré comme sage, à moins que ce soit vers l’imam pour le prendre à témoin en espérant trouver dans son attitude et dans ses mots une aide pour dépasser des difficultés au sein du couple parental par exemple. Cette médiation spontanée s’exprime à l’ordinaire pour résoudre des difficultés relatives à la vie sociale et au quotidien en général et confirme ou restaure l’ordre culturel traditionnel. Elle se vérifie lors de la phase d’implantation et d’adaptation lorsque le rapport à la société d’accueil fait l’objet d’un investissement minimum et lorsque l’ancrage symbolique dans la communauté d’origine perdure. Il importe de repérer ces entraides en tant que médiation vis-à-vis de l’environnement pour souligner que les premières ressources pour vivre dans un nouveau contexte proviennent de « l’intérieur » (de semblables de condition). À cette aide interne peut s’ajouter une médiation fonctionnelle, provenant de « l’extérieur » (des travailleurs sociaux, d’agents des administrations…) qui complète en quelque sorte celle de l’intérieur et qui, se limitant aux problèmes pratiques relatifs aux démarches administratives, s’inscrit dans une continuité de la médiation spontanée et ne remet pas en cause l’ancrage symbolique. Cette médiation fonctionnelle atténue parfois les rejets, les tensions voire les mépris et toutes sortes de difficultés sans pour autant les effacer. Car ces difficultés, par exemple dans les relations aux administrations ou aux divers acteurs du logement où elles restent trop souvent marquées d’une distance et d’une déconsidération, malgré les tentatives d’amélioration des services, tendent à perdurer.

45Il en va autrement par la suite, lorsque les processus de communalisation se traduisent pour les primo-migrants par une double déconnexion – relativement à la société d’origine alors que se maintient une distance à l’égard de la société d’accueil – prenant forme dans la vie sociale du quartier et dans une communauté-intermédiaire d’ici. Lorsque dans le même temps le contexte socioéconomique se dégrade et limite considérablement pour les enfants les processus d’intégration, les médiations de proximité, sociales, interculturelles vont se multiplier. Il ne s’agit plus alors de cantonner l’aide et la compréhension des institutions à la seule dimension fonctionnelle mais d’aider, voire d’accompagner des repositionnements. Ce sont les interprétations qui deviennent bien plus l’enjeu de ces médiations que l’on pourrait nommer symboliques.

  • 36 Voir Bastide R., 1968, « Problèmes de l’entrecroisement des civilisations et de leurs œuvres », in (...)

46Cette distinction entre les deux types de médiation permet de tenir compte des processus d’acculturation en établissant un parallèle avec l’approche de Roger Bastide36. À la suite de cet auteur et de ce qu’il dit de l’acculturation matérielle – réduite pour le dire schématiquement à des emprunts matériels –, la médiation fonctionnelle est entendue comme un jeu d’ajustements contenant l’altérité, atténuant la pression culturelle de l’environnement et limitant les effets qu’engendre la situation migratoire. La seconde médiation, symbolique – en référence au même auteur et à l’acculturation formelle impliquant des réinterprétations des institutions – est dans les faits un accompagnement des recompositions culturelles. Dit d’une autre manière, cette dernière médiation ne permet guère une restauration de l’ordre ancien mais traduit une tentative de le dépasser. Dans cette perspective de dépassement, la posture du médiateur n’est pas neutre culturellement. Il favorise par son aide non pas le maintien ou le retour des anciennes manières d’être et de faire mais l’affirmation d’un nouveau mode de relations entre proches, particulièrement lorsqu’il s’agit de la famille. Car lorsque le principe même de verbaliser et d’échanger connaît un début de mise en œuvre – ce qui est au fondement même de la médiation –, les propos des uns et des autres apparaissent non comme des ponctuations normalisatrices mais comme des points de vue et transforment d’emblée les rôles et les statuts. Il faut dès lors expliciter, motiver, mettre en discussion, soumettre à l’appréciation des uns et des autres ce qui fonde une position, une décision ; ce qui est loin de correspondre à l’exercice de l’autorité tel que le conçoivent bon nombre de primo-migrants. Pour ces derniers, un tel exercice pour lequel ils ne sont guère préparés équivaut bien plus à une justification.

L’autorité et l’engagement du médiateur

47Dans ce deuxième type de médiation, on peut dire que pratiquer la médiation aujourd’hui, et quasiment quelle qu’en soit la forme, équivaut à prendre position et à affirmer un engagement. Un tel propos prend le contrepied de principes comme la neutralité et l’empathie présentées le plus souvent comme les fondements mêmes de la médiation.

48En effet, on peut esquisser sommairement une distinction, voire une opposition, entre les pratiques récentes de médiation en entreprise, dans le domaine familial, social, etc., et les modes de régulation que l’on va dire conventionnels. Dans ces différents domaines, la conception de l’autorité, des hiérarchies ou la considération des statuts sont de fait ébranlées voire redéfinies. Dans la plupart des pratiques de médiation, la parole de chacun pèse du même poids, au moins formellement. L’autorité hiérarchique, l’ordre patriarcal, la hiérarchie des âges sont supposés être suspendus le temps de libérer la parole. Donc la médiation est ce processus par lequel on tente de s’affranchir de ces structures et de ces ordres. À défaut d’un rejet exprimé de ces dominations, il y a bien une contribution à une suspension de celles-ci ou à leurs mises à l’écart plus durables. Disons-le autrement : l’effort d’impartialité auquel s’attache le médiateur ne le dédouane pas de sa participation active à la recomposition sociale et culturelle de la société, il contribue à sa manière à légitimer de nouvelles références et à rendre désuètes les anciennes. L’espace de médiation, sous quelque forme que ce soit, en tête-à-tête, en groupe restreint, dans le cadre d’un dispositif, est un espace qui prend sens dans une société et ses dynamiques. Le succès de cette forme de régulation, les conjonctures de son émergence et pour partie de sa consécration, sont autant d’indicateurs et de facteurs de transformation. L’accueil réservé à l’innovation relative qu’est la médiation, et les efforts faits pour l’inscrire en tant que forme de régulation instituée, peuvent se lire comme la reconnaissance de la place que prennent la subjectivité de chaque individu et son expression admise dans la vie sociale. C’est aussi, on l’a dit, une tentative de dépassement des rapports dissymétriques. Ceux-ci sont, pour prendre un exemple, les rapports que l’on observe encore et en partie dans la famille. En son sein, il y a les tenants de l’autorité, les adultes, et ceux qui s’en ressourcent pour les éprouver, les enfants. Ce sont donc les rapports de générations qui, sans être dans une verticalité interdisant l’échange, n’en sont pas pour autant des rapports d’égalité. La dissymétrie s’en trouve atténuée lorsque la parole des adolescents et des enfants n’est pas d’emblée écartée. Dans les rapports entre les conjoints, par contre, la dissymétrie qui prévalait de fait et de jure jusque dans les années 1970 en France est institutionnellement largement remise en cause. Formellement chacun(e) vaut chacun(e) et si dans le quotidien des couples une dissymétrie plus ou moins voulue organise la place des conjoints, l’avènement du conflit ou de la rupture peut susciter le rappel de l’équivalence de statut. Et en ce sens le médiateur devient le support par lequel, et sous certaines conditions, va pouvoir s’exprimer l’état d’âme de chacun. L’équivalence de statut s’énonce et se conjugue avec la subjectivité. Ce qui n’est pas rien. Car ainsi la médiation accompagne la mise en désordre, pour peu que l’on prenne l’ordre antérieur, celui des hiérarchies qu’on a énoncées plus haut, comme référence. Mais il n’y a pas plus désordre que crise si l’on veut bien penser qu’une structuration quelconque des rapports entre les femmes et les hommes, entre les jeunes et les adultes, n’est qu’une structuration parmi d’autres, historiquement et socialement définie. Dans cette perspective-là, les femmes et les hommes sont des sujets sociaux en ce qu’ils s’approprient le passé et le présent d’une société pour la perpétuer, l’aménager ou la redéfinir dans son organisation.

49Ainsi, et de la place qui est la sienne, le médiateur est un de ces acteurs qui contribue sans en avoir toujours une conscience affirmée à ce que la subjectivité et la dissymétrie soient reconsidérées. Il participe à une nouvelle conception de l’ordre, des hiérarchies, plus largement des cadres sociaux, que ce soit dans la famille qu’on a rapidement évoquée ou dans l’entreprise. Ces cadres tendent à se fonder sur la motivation et non sur la seule prescription normative. Car la livraison de ses états intérieurs dits subjectifs rend plus complexe l’appréciation des situations, des tensions, des conflits. Cela rend plus incertains l’échange et la construction d’une solution. Mais on le voit bien, les compromis, les résolutions, fondés sur la seule logique juridique ou économique ne tiennent guère si les parties n’y trouvent pas leur compte. Nous ne sommes plus dans une société où chacun se discipline pour se conformer à une norme pas toujours explicite. Ne pas trouver son compte ne se limite pas à ne pas être satisfait de la transaction telle qu’elle pourrait se définir en termes de volumes, de droits, etc. Ne pas trouver son compte, c’est être principalement en désaccord avec soi-même, avec sa perception intime du revers subi, de sa blessure narcissique. Y trouver son compte, c’est ne plus se limiter paradoxalement à la seule compensation quantitative mais c’est d’abord faire droit à cette économie intime qualitative. Cette recomposition culturelle, entendue comme un processus d’imposition d’une nouvelle conception de l’autorité et d’une autre place de la subjectivité alors que se maintiennent en partie dans les esprits les anciennes références, à l’œuvre dans l’ensemble de la société française, conditionne également les familles immigrées.

50Celles-ci, en effet, n’échappent pas à ce processus. Certaines, à l’instar des familles françaises, connaissent des tensions manifestes, sans doute amplifiées par la différence de socialisation des parents et celles des enfants ; différence qui peut s’accroître avec la succession des enfants et le vieillissement des parents. Au sein de ces familles, l’expression de la difficulté relative à l’autorité traduit un processus de recomposition des rôles et des statuts. Il n’est guère concevable dans la famille traditionnelle (telle qu’elle apparaît les premières années d’immigration) que dès les premières tensions entre un enfant et ses parents ou l’un d’eux seulement, puisse s’énoncer clairement le problème. Il y a généralement d’abord une relative déconsidération de la relation de couple, chacun renvoyant sur l’autre un déficit d’appui et d’aide psychologique face aux enfants. Ces reproches prennent de l’importance, d’autant que les références sont plus ou moins partagées : la mère et le père n’invoquent pas toujours le même modèle d’éducation, et donc d’autorité dans les rapports parents-enfants. C’est cet implicite double modèle qui peut se trouver mis en discussion dans la médiation, mais cela suppose que l’un et l’autre des parents, lorsqu’ils font la démarche ensemble – ce qui reste peu fréquent – acceptent de rendre public le malaise (c’est-à-dire le conflit avec les enfants). Dans ce cas, cette phase traduit un début de détachement pour chacun de son modèle de référence. Mais il est vrai que les deux modèles ne s’équivalent pas symboliquement : celui du père le plus souvent est renvoyé à des temps révolus, celui auquel fait appel la mère emprunte largement à la société contemporaine d’ici.

51C’est souvent après « épuisement » des deux parents que la discussion peut prendre une autre tournure. Le « dépassement » est évoqué par l’un ou l’autre, d’abord dans une dimension tactique, c’est-à-dire que chacun se dit « dépassé » pour cause de non aide de l’autre parent et pour mieux faire ressortir la responsabilité du conjoint. Il est possible d’assister à une surenchère où chacun affirme ne plus pouvoir faire face aux difficultés relationnelles. C’est lorsque les « débordements » apparaissent comme insupportables ou que la situation semble être une impasse qu’une reconsidération peut s’effectuer : les deux parents énoncent avec un peu moins de virulence leurs reproches avant de tenter de s’entendre sur les formes d’appui qu’ils peuvent accorder.

L’évolution du travail social et l’émergence des femmes-relais

  • 37 Expression la plus utilisée en lieu et place d’habitant-relais comme on l’a signalé plus haut.

52Mais ce ne sont pas seulement les parents qui sont déstabilisés dans cette nouvelle conjoncture. Les travailleurs sociaux sont également éprouvés dans leur manière d’agir et la question de l’autorité peut s’entendre également pour eux sous l’angle de l’assise – ce qui engendre de l’assurance et de la légitimité – de leur intervention lorsqu’ils sont en relation avec des familles immigrés et se font aider par des femmes-relais37. Celles-ci illustrent une forme d’appui d’une part, en aidant dans certains cas les travailleurs sociaux auprès de qui elles prennent place pour traduire, d’autre part, auprès des familles avec les permanences qu’elles assurent et où elles reçoivent des mères et parfois des couples parentaux. Toutes sortes de difficultés sont évoquées – logement, emploi… – parmi lesquelles celles qui sont relatives aux relations avec les enfants.

53Cet appui souhaité par les travailleurs sociaux n’est pas sans susciter des questionnements. Ces appuis constituent-ils une dynamique de recomposition des façons de faire ou, au contraire, permettent-ils de perpétuer les postures et les pratiques telles qu’elles se façonnent depuis les années 1960-1970 ? On peut penser que paradoxalement ces pratiques du travail social sont autant déstabilisées par les dispositifs nés des procédures de la politique de la ville que soutenues par les initiatives qui en découlent. En effet, l’importance accordée aux quartiers en tant que tels, aux dynamiques sociales qui les caractérisent ainsi qu’aux rapports interculturels, contrarie ou en tout cas ne conforte pas l’approche psychologisante qui prévaut encore dans le travail social. Les dimensions sociologique et anthropologique se trouvent soulignées alors que les discours accompagnant ces dispositifs mettent en relief la participation, l’implication des habitants, la proximité, etc. Ces appels à mobilisation sont des incitations auxquelles répondent des associations ou des opportunités que saisissent certains habitants. Il y a ainsi une conjoncture favorisant l’expression des médiations et la légitimation de telles postures. Cette conjoncture autorise également l’expression d’une relative incompétence en matière anthropologique des travailleurs sociaux et leur attente d’aide dans cette matière. Pour les femmes-relais participant de cette réponse, il y a non seulement des opportunités à saisir pour s’engager dans l’espace public sans se défaire d’une familiarité (la connaissance du quartier, de sa culture...), ce qui nourrit une relative assurance, mais il y a aussi par la même occasion la possibilité de transformer une pratique informelle en action visible.

54Cette position des femmes-relais résulte pour la plupart d’une succession, parfois d’une alternance, de phases où elles se tiennent en réserve dans l’enceinte familiale et d’autres où elles s’impliquent plus activement dans la vie du quartier. Certaines participent fortement aux réseaux de voisinage et tiennent déjà une fonction de médiation avant que s’offre cette opportunité d’être femme-relais. La reconnaissance de fait de leur intermédiation revient à conforter et à poursuivre autant ces processus que la position d’expertise que revendiquent les travailleurs sociaux. Il y a ainsi une sorte de légitimation réciproque provoquant parfois des remises en cause à la marge. Les femmes-relais comme les travailleurs sociaux gardent leur optique et il n’est pas toujours sûr que la distanciation des migrantes soit questionnée de manière critique. Sous cet angle, il est probable que des données anthropologiques soient traduites ou explicitées par elles avec une part plus ou moins importante de justification par rapport à la culture française. Certaines médiations d’ailleurs se transforment en accompagnement engagé du côté de l’individu occupant la position apparemment dominée et participent de la sorte à une euphémisation ou une valorisation de la culture dite d’origine.

55Mais il est sans doute éclairant de mettre en perspective cette émergence des femmes en tant qu’intermédiaires entre le « dedans » et le « dehors » avec l’histoire récente de l’immigration et plus précisément celle des quartiers pour poser la question de la considération de l’altérité : la banalisation de cette médiation dite interculturelle et sa reconnaissance relative doivent-elles s’entendre comme une atténuation des différences lorsque par ailleurs certains traits se trouvent pointés de manière exacerbée dans le débat public et lorsque se perpétue l’usage discriminant du terme issu pour distinguer ceux dont l’origine semble pénalisante ? Ces interventions basées sur une démarche volontaire permettent-elles de rendre autrement visibles les différences ? Il est vrai que cela participe déjà d’une autre forme de présence et d’une autre régulation, en un mot d’une autre considération de la place des individus en tant que sujet et d’une autre modalité de la construction de l’espace commun. Les cultures prennent une autre place, se définissent autrement et nécessairement en recomposition.

56Cette présence des femmes-relais gagne sans doute à être éclairée par l’analyse d’une autre émergence : celle des travailleurs sociaux eux-mêmes enfants d’immigrés. On verra de la sorte comment se forge une professionnalité dans le secteur qui sert de référence peu ou prou à leurs employeurs – le travail social – lorsque la dimension culturelle prend de l’importance.

Le travail social entre don de soi et appartenance territoriale : de l’internat au quartier

  • 38 Battegay A., 1987, « Dilemmes de parcours dans l’accès aux métiers du travail social pour des jeune (...)
  • 39 Saunier P., 1993, Un établissement pour soi, Mémoire pour le Diplôme des hautes études en pratiques (...)
  • 40 Glasman D., Ion J., 1993, « Les ‘nouveaux métiers’ des quartiers populaires. Entre l’immersion loca (...)

57Dans le secteur de l’enfance inadaptée, le recrutement des foyers accueillant en internat des adolescents témoigne, dès les années 1970, d’une double évolution : le poids relatif des enfants d’immigrés ne cesse d’augmenter, les premiers éducateurs issus de l’immigration font leur apparition. Le premier point atteste des difficultés croissantes au sein des familles immigrées et la gestion de ces crises par le retrait de certains enfants. C’est, d’une certaine manière, le reflet d’une phase d’acculturation car, au point de départ, le regroupement-quartier dans les années 1960, notamment avec des sous-communautés qui constituent des annexes de la communauté d’origine, contiennent les premiers effets. Le retrait des enfants de leur famille, décidé par les autorités administratives ou judiciaires, ponctue la déstructuration et, paradoxalement, la consécration de la famille nucléaire. La dimension culturelle en tant que telle, notamment sous l’angle des processus d’acculturation, est peu évoquée dans les établissements ; en tout cas, elle ne remet pas en cause l’approche psychologique qui structure la plupart des démarches pédagogiques. L’individu dans ses caractéristiques affectives constitue l’entrée à toute explication et la relation qui s’instaure entre éducateurs et enfants de même origine est évoquée de manière plus ou moins explicite. Si l’appartenance culturelle est prise en considération par les premiers, notamment comme l’attestent les mémoires qu’ils rédigent pour obtenir leur diplôme, c’est bien souvent sous l’angle psychologique et avec une affirmation, autant identitaire que professionnelle, qui met en relief le parcours personnel, mais n’interroge pas ses répercussions sur la conception du travail relationnel38. Cependant, à la fin des années 1970, quelques établissements vont jusqu’à structurer les équipes pédagogiques en imposant la présence d’un Maghrébin, comme d’autres imposent la présence d’éducatrices, sans que soient clairement affichées les raisons d’un tel choix. Maintes raisons contribuent à favoriser la multiplication de travailleurs sociaux issus de l’immigration : certes la croissance d’un public enfants d’immigrés est prise en compte, mais la défection de professionnels expérimentés investissant peu l’internat et aspirant plutôt à des exercices plus en vue et plus valorisants comme l’AEMO (Action éducative en milieu ouvert) ou la prévention spécialisée pèse aussi39. Si l’AEMO, comme certains métiers historiques le plus souvent tenus par des femmes (assistante sociale, conseillère en économie sociale et familiale) restent relativement soumis aux anciennes régulations, la prévention comme le secteur de l’animation connaissent d’autres mécanismes. L’ethnicité devient alors un facteur, pas toujours énoncé en tant que tel, qui influe sur les recrutements, notamment lorsque les collectivités développent leurs activités et lorsque se multiplient les nouveaux métiers40. C’est un élargissement du marché pour les jeunes issus des quartiers ou de l’immigration, fortement investi étant donné la crise de l’emploi et le caractère valorisant des fonctions, qui se double pour eux d’une transformation de la gestion de l’appartenance culturelle.

  • 41 Ion J., Le travail social à l’épreuve du territoire, op. cit.
  • 42 L’opération visait une formation adressée spécifiquement à des candidats de milieux « défavorisés » (...)
  • 43 ARIESE, Intermédiaires culturels et développement social. L’opération DEFA 300 ses problématiques e (...)

58On peut schématiquement distinguer les années 1960 et 1970, où l’on voit des trajectoires de mobilité, reflet d’une relative déconnexion communautaire, des années 1980, où se multiplient les acteurs issus des quartiers dont la stratégie, délibérée ou non, valorise l’appartenance communautaire. Les premiers se déterminent par un ancrage culturel, les seconds par une assise territoriale. Pour les uns comme pour les autres, la gestion de cette part personnelle se différencie. Les premiers jouent, négocient ou composent à partir de leur propre rapport aux deux cultures. Par exemple, la présence d’un éducateur maghrébin dans un établissement de la région lyonnaise suscite de nouveaux rapports à l’alimentation et en sa présence certains pensionnaires ne mangent plus de porc. Dans certains quartiers, des mères confient leurs filles à une éducatrice maghrébine en rappelant les traditions (notamment pour les rapports hommes/femmes et implicitement l’obligation de préserver la virginité pour le mariage). Certains, plus ou moins délibérément, se réfèrent au respect dû à leur âge, à leur position, à leur connaissance de la culture d’origine, mais aussi de leur relation avec la culture française. Le respect peut être moindre et laisser place à une connivence, où la connaissance supposée de la culture d’origine et les positionnements de respect et de soumission se combinent à une attitude compréhensive, reflet d’une trajectoire de l’éducateur elle-même marquée de transgressions. Ceux qui sont indemnes de toute expérience d’immigration et qui viennent directement du pays ne réussissent que très rarement à utiliser ce qui peut pourtant s’avérer être un potentiel. Les premiers contiennent en réserve leur patrimoine, en l’utilisant accessoirement, et enracinent la pratique par une intégration professionnelle qui valorise ce qui est à acquérir techniquement en référence à des capacités d’analyse et à des valeurs de l’éducation populaire. Ceux-là, à l’instar de leurs collègues, se trouveront mis à l’épreuve du territoire41. Pour les uns, l’internat en tant que tel constitue un cadre fermé qui les oblige à une acculturation orientée : c’est un lieu clos avec ses règles, mais c’est aussi un parcours professionnel qui s’esquisse avec ses étapes explicites (stage, formation) et implicites (les références autant aux lieux qu’aux populations les plus valorisantes avec une sorte de hiérarchisation qui va du plus enfermé et du plus psychologique au plus ouvert et au plus social). Pour les autres, le cadre se définit plus difficilement : il se confond avec un territoire et, pour certains, constitue une suite, sans véritable rupture ni démarche formalisée, des processus d’acculturation vécus personnellement, au sein de la famille ou de ce qui fait fonction de communauté d’appartenance. Dans certains cas, la perspective se limite au territoire en question et n’offre guère de dépassement. Entre l’internat et la multiplication des acteurs de quartier, plusieurs incitations à une professionnalisation qui tiennent compte des difficultés des candidats potentiels eurent lieu : ainsi du DEFA 30042 pour les animateurs dans les années 1980, ou des filières de formation en cours d’emploi chez les moniteurs-éducateurs et les formules qui facilitent l’accès par le biais de contrats de qualification43.

  • 44 Chabre G., Luquet G., Lecouturier F., 1994, Acteurs de quartier. Des activités à dimension sociale, (...)

59Les seconds s’appuient sur ce qui fut une communauté de destinées beaucoup plus que sur une référence à l’origine ou à des traits culturels du pays qu’ils maîtrisent peu. Ces acteurs issus des quartiers apparaissent dans un temps second, c’est-à-dire après que le traitement par un circuit secondaire se soit traduit par un échec. D’une certaine manière, publics et professionnels se déplacent et, après la mise à l’écart de l’internat, reviennent sur le devant de la scène, même si ce ne sont pas les mêmes personnes. Du côté des opérateurs, ce sont des jeunes qui s’impliquent dans la vie sociale et bien souvent visent une professionnalisation44. Globalement, les territoires dits sensibles n’accueillent pas les seules familles immigrées, comme d’ailleurs les internats évoqués plus haut. Mais là aussi, il se produit une inversion : la population minoritaire en poids relatif focalise l’attention et devient dans certains cas, prépondérante culturellement. Dans certains établissements, l’usage d’expressions arabes devient un passage obligé. Effet passager ou imposition culturelle plus durable, toujours est-il que cela se vérifie aussi auprès des couples français les plus jeunes dans certains quartiers d’habitat social.

  • 45 Conjugaison de processus et également de deux « illégitimités » au sens de Sayad A., 1979, « Les en (...)
  • 46 Hammouche A., 1988, « Grigny : une pratique de prévention », Bulletin, n° 14, juin, p. 63-65.

60La référence à la connaissance du milieu, seconde pour les premiers qui aspiraient à des valeurs universelles avec l’épanouissement de la personne (à son économie psychique, etc.), devient première pour ceux qui suivent. Le parcours qui organise l’accession au métier, puis la gestion de la proximité pour les derniers jeunes issus du milieu, construisent une autre professionnalité. C’est une phase de transition, caractérisée par un semi-bénévolat, qui spécifie cette professionnalité. Ce semi-bénévolat recouvre un temps, une posture et s’entend comme un préalable, en quelque sorte, et un préambule qui peut se prolonger. L’engagement dans la vie de quartier au titre d’une pratique bénévole au sein d’une association ou auprès de professionnels sur le terrain, est un premier temps et une première forme de démarcation et d’implication. C’est une reconnaissance réciproque qui se joue entre un candidat à une action qui le distingue et le valorise et une structure qui accroît sa pénétration du milieu. Double ancrage qui, selon le statut, la personnalité du bénévole, le type de structure d’accueil et la configuration partenariale, constitue une plus ou moins bonne percée. L’acculturation, que suscite cette rencontre et son prolongement, est fonction, certes, des modes de confrontation (poids idéologique, influence des professionnels, rayonnement historique et culturel des structures d’accueil et richesses des trajectoires individuelles des bénévoles), mais aussi des dynamiques sociales des quartiers, des analyses qui en sont faites et des décisions politiques qui s’en suivent. Les quartiers marqués par l’urgence d’intervention, où quelques faits spectaculaires rappellent médiatiquement ce que tout le monde perçoit de manière diffuse, constituent des lieux qui se prêtent à la multiplication d’appels aux forces de l’intérieur. Cet appel, alors que les actions de tous ordres sont perçues comme insuffisantes, voire inadéquates, affaiblit un tant soit peu les positions des acteurs institutionnels, lesquels tendent à moins affirmer leurs exigences. Dans ce cas, se conjuguent deux types de processus d’acculturation : ceux du milieu familial (contact entre diverses positions culturelles) et ceux du milieu professionnel45. Les premiers subliment, pour reprendre l’expression des psychologues, c’est-à-dire transforment la double injonction, au sens de Bateson, en atouts professionnels et, après avoir pris quelque distance avec l’appartenance à un milieu social déterminé, prennent appui sur un milieu professionnel qui se donne comme vertu de ne pas être défini socialement et dont ils deviennent les vecteurs, résolvant ainsi leurs éventuels tiraillements. Les seconds peuvent tout aussi bien connaître ces étapes qui les éloignent de leur sanctuaire, mais le contexte des années 1980 se prête mieux à une sorte de stagnation46. Celle-ci est due à la proximité de terrain : les candidats à la professionnalisation font leurs premiers pas dans leurs quartiers ou parfois dans des sites similaires et souvent trouvent là un premier emploi. Il y a risque de confusion pour les processus d’acculturation (culturelle et professionnelle) avec un même territoire et une moindre prégnance professionnelle. Cette stagnation prolonge un temps intermédiaire, atténue les contraintes (lorsque la professionnalisation se réalise pour l’essentiel dans le quartier) et constitue un deuxième trait du semi-bénévolat. La référence des premiers professionnels à des modèles pédagogiques permet de construire une démarche avec la notion floue de projet qui promeut l’autonomie des individus et des groupes. Ils s’adossent à un arrière-plan culturel et une perspective. Les seconds ont pour ambition le traitement de problèmes concrets et convoquent les discours généraux sans appuis solides ni véritables perspectives. On ne peut que s’interroger, dans ce cadre, sur les effets de toutes ces médiations pour des agents pris eux-mêmes dans des processus qu’ils sont censés analyser pour mieux aider les habitants.

  • 47 Gaulejac V. (de), Bonetti M., Fraisse J., L’ingénierie sociale, op. cit.

61Mais malgré cette connaissance familière ou des compétences reconnues sur le registre relationnel, les travailleurs sociaux connaissent de fait une concurrence découlant en partie de cette recherche de proximité. Sur le registre de la relation avec les populations en difficulté, ils ne sont plus en position de quasi-monopole de la gestion de la souffrance qui prévalait dans les années 1970. La relation avec les jeunes, par exemple, met en tension les animateurs, les éducateurs, le régisseur lorsqu’il y en a un, le gardien, l’îlotier, etc., la mission locale, l’équipe de développement social, la régie de quartier éventuellement. L’ensemble du secteur ne subit pas pour autant les mêmes remises en cause et les différentes catégories de professionnels réagissent différemment. Un des atouts, parmi d’autres, dans la conduite stratégique est la connaissance de ces territoires : connaissance qui se décline sur plusieurs registres et doit se conjuguer avec une forte implication personnelle des professionnels. Car cette connaissance du milieu et l’implication sont considérées comme la base indispensable de toute action encore plus dans la perspective du développement social47. On comprend que dans cette logique nombre d’habitants, jeunes et moins jeunes, se proposent à des fonctions d’intermédiaires et, investissant cet espace, se démarquent des autres habitants en faisant de la situation un socle sur lequel ils bâtissent sinon un projet, du moins des espoirs. Position miroir qui n’est pas sans effets identitaires, pour les intermédiaires comme pour les habitants, ce face-à-face conditionne la qualité de l’intervention et parallèlement la relation au milieu avec un positionnement singulier lorsqu’il s’agit d’acteurs issus du quartier. Dans ce cas, leur position est en lisière et le terme « issu » dévoile une relation en recomposition où s’articulent privé et public. Ces agents, dont la familiarité (patrimoine privé) avec le territoire et ses populations constituent potentiellement un atout et un obstacle (à une relation détachée affectivement) pour des actions organisées (exercice public), font rarement l’objet d’un questionnement explicite sur ce qu’ils produisent à partir de leur spécificité. Des interrogations pudiquement formulées, parfois quelques remarques sur les avantages ou les risques, montrent néanmoins que ces agents et ceux qui interviennent avec eux ne sont pas insensibles à ce facteur. Les différences de statut, les contextes d’émergence, la personnalité des agents invitent à la prudence et à la nuance dans l’analyse. Mais la difficulté de traiter publiquement la question ou de l’aborder sans de fortes tensions, dans plusieurs sites où elle se pose, est en soi un indicateur des résistances face à un sujet qui oblige à repenser les clivages intervenants/bénéficiaires, bénévoles/professionnels, sans oublier que ces questions sont encombrées de la dimension culturelle. La relation qui s’instaure entre habitants et divers intermédiaires ou médiateurs, notamment lorsqu’ils partagent en partie un statut précisément marqué par l’appartenance culturelle, combine plusieurs types d’acculturation. Certains processus sont relatifs à la situation migratoire, et d’autres aux parcours du militantisme ou de la professionnalisation. Le détour par diverses grilles de lecture ou l’éloignement réfléchi des lieux familiers constitue sans doute une contrainte mais également une ressource pour fonder une proximité professionnelle structurante de l’autorité d’intervention.

62Outre la connaissance des situations sur lesquelles doivent agir les intervenants, les rapports qu’établissent les travailleurs sociaux aux dispositifs sont également des enjeux. Comprendre leur fonctionnement et éventuellement se les approprier ou au contraire pouvoir les ignorer constituent autant d’éléments susceptibles d’amplifier ou de limiter les changements de pratiques plus ou moins attendus. De la mise en œuvre des nouvelles orientations résulte une déstabilisation plus ou moins grande. L’autorité d’intervention s’en ressent et l’assise des professionnels tend à se redéfinir par la capacité à savoir établir des liens et à faire valoir sa pratique autant auprès des employeurs que des autres intervenants ou des publics.

Notes

1 Les analyses de ce chapitre se fondent sur plusieurs études réalisées en région Rhône-Alpes pour le compte de collectivités territoriales et de bailleurs sociaux depuis le début des années 1990 sur les opérations de réhabilitation, sur les organisations des organismes HLM et sur les pratiques des travailleurs sociaux.

2 Ensembles, Nouveaux métiers, nouvelles approches, n° 40, juin 1993.

3 Pour les animateurs, cf. ARIESE, L’opération DEFA 300, ses problématiques et ses enjeux, Actes de la table ronde, ARIESE, 1986.

4 Même si beaucoup d’organismes développent parallèlement des plates-formes téléphoniques qui sont, comme le fait remarquer Jean-Claude Barthez, « l’antithèse de la proximité, avec une voix… jamais la même ».

5 Compétition entre tous ceux – agents du DSU, de la gestion adaptée, travailleurs sociaux – qui agissent en intermédiaires pour établir et entretenir des relations, plus moins régulières, plus ou moins affichées, avec les habitants, avec les jeunes et les associations. Relation qui participe, peu ou prou, formellement ou implicitement à la légitimation de ces acteurs.

6 La Gazette, « Le profil de poste du chef de projet DSU », n° 1153/7, 17 février 1992, p. 38-39.

7 Lepage V., 1993, « L’homme aux mille fonctions », Ensembles, n° 40, juin.

8 La plupart des agences ont un agent de développement social.

9 Ibid.

10 « Le programme pilote de développement social urbain dans le groupe SCIC », Références, janvier 1990.

11 C’est le cas du régisseur qu’on vient d’évoquer qui consacre un temps d’échange avec un consultant pour parler des rapports plus ou moins difficiles avec les locataires. Il s’interroge de la sorte sur la relation et aussi sur sa position de représentant du logeur pour essayer d’améliorer les rapports qu’il entretient avec les habitants du quartier. Plus largement, la « pression » se vérifie dans les administrations comme dans les organismes HLM, notamment lorsqu’une action basée sur le local remet en question une organisation et un système de décisions fondés sur une autre logique (celle des découpages sectorielles ou celle du national).

12 Lepage V., 1993, « Le social et l’office », Ensembles, n° 40, juin.

13 Pour une analyse plus large sur ces métiers, cf. Marchal H., 2006, Le petit monde des gardiens-concierges. Un métier au cœur de la vie HLM, Paris, L’Harmattan.

14 Ce point est développé plus loin dans le chapitre consacré à l’appropriation des dispositifs par les travailleurs sociaux.

15 Il est difficile de répondre à la question de savoir quelles sont les propriétés sociologiques et le nombre de ceux qui s’impliquent dans les dispositifs. Par exemple, parmi ceux qu’on a rencontrés lors des différentes recherches évoquées dans cet ouvrage, on trouve aussi bien des chômeurs que des employés, des ouvriers ou des cadres. Mais il n’est guère possible d’apprécier leur nombre pour vérifier s’il s’agit d’une minorité active ou d’une fraction plus représentative. Ce sont surtout les histoires de militantisme ou d’engagement dans la famille ou dans le voisinage (comme pour les ADLM) et les visées pratiques (pour acquérir des compétences relationnelles, pour participer à des activités, pour connaître autrement le quartier…) qui conditionnent ces engagements.

16 Le ministère de l’Équipement, dans le cadre du Plan construction et habitat de 1973, soutient d’abord des initiatives pour impliquer les habitants avant de codifier la concertation en mars 1977 dans les deux circulaires ministérielles mettant en place la procédure Habitat et vie sociale (HVS). La loi sur « la définition et mise en œuvre des principes d’aménagement » du 18 juillet 1985 rend la concertation obligatoire. Cf. Blanc M., 1988, « Concertation, sociologie urbaine, citoyenneté », Les Annales de la recherche urbaine, n° 38, juin-juillet, p. 104-112, et en annexe l’action publique dans les quartiers depuis les années 1970, p. 283.

17 Voir le chapitre I, La politique de la ville : une action publique qui se veut coproduite, p. 35.

18 Gilbert F., 1983, « Identité culturelle. Premières questions », p. 16, in Espaces et vie quotidienne, ARIESE, CERAS, CRESAL, Fritsch P. (responsable scientifique) pour le ministère de l’Urbanisme et du Logement, juin, p. 9-20.

19 Blanc M., Concertation, sociologie urbaine, citoyenneté, op. cit.

20 Voir Anselme M., Peraldi M., 1985, « Le Petit Séminaire à Marseille », Les Annales de la recherche urbaine, n° 26, avril, p. 49-64.

21 Ibid.

22 Fourest A., 1985, « Quel développement pour quels quartiers ? », Les Annales de la recherche urbaine, n° 26, avril, p. 5-9.

23 Isaac Joseph, un portrait par Yves Grafmeyer, publié dans la rubrique « Actualités » le samedi 28 février 2004 ; http://www.liens-socio.org/article.php3?id_article=1

24 Rémy J., Voyé L., 1974, La ville et l’urbanisation, Paris, Duculot, p. 102.

25 Joseph I., 2007, L’athlète moral et l’enquêteur modeste, Paris, Economica, coll. « Études sociologiques », préface Cefaï D., p. 20-21.

26 Cf. Bonafé-Schmitt J.-P., 1992, La médiation : une justice douce, Paris, Syros ; Six J.F., 1990, Le temps des médiateurs, Paris, Seuil, et 1995, Dynamique de la médiation, 1995, Paris, Desclée de Brouwer.

27 Notamment entre ceux qui veulent en faire une profession reconnue et s’opposent sur les exigences à faire valoir, d’une part sur le registre des pratiques et des connaissances formelles et, d’autre part, sur le mode d’institutionnalisation des formations (dans les universités ou dans les écoles de travail social pour le dire sommairement).

28 Bonafé-Schmitt J.-P., 1996, La médiation : un nouveau mode de régulation sociale ?, Plaidoyer, 2.

29 Ainsi la cure psychanalytique est une médiation qui vise une nouvelle « économie » interne en passant par une écoute et un tiers. L’objectif est bien de s’entendre pourrait-on dire, après un détour par du discours en déconstruction-reconstruction pour caler un autre rapport avec son histoire, notamment avec ses phases fondatrices.

30 Cf. Anselme M., 2000, Du bruit à la parole. La scène politique des cités, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, et en particulier, « Situation d’expertise et intervention sociologique », p. 99-110.

31 Cf. Donzelot J., 1996, « L’avenir du social », Esprit, mars, p. 58-81, qui, évoquant la Politique de la ville, parle de médiation en établissant une relation avec ce qu’il nomme le « néo-communautaire » (« ... tandis que le néo-communautaire renvoie à l’idée de médiation. Tous les métiers dits de la ville mettent en œuvre une pratique visant à relier,... »).

32 Sibony D., 1991, Entre-deux : l’origine en partage, Paris, Seuil.

33 Au sens de Winnicott D.W., 1975, Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard.

34 Donzelot J., Estébe P., L’État animateur. Essai sur la politique de la ville, op. cit.

35 Ion J., Le travail social à l’épreuve du territoire, op. cit.

36 Voir Bastide R., 1968, « Problèmes de l’entrecroisement des civilisations et de leurs œuvres », in Gurvitch G. (ed.), Traité de sociologie, t. II, Paris, PUF, p. 315-330, et du même auteur, « Acculturation », 1990, Encyclopaedia Universalis, t. 1, p. 114-119, ainsi que Le prochain et le lointain, 2000, Paris, L’Harmattan.

37 Expression la plus utilisée en lieu et place d’habitant-relais comme on l’a signalé plus haut.

38 Battegay A., 1987, « Dilemmes de parcours dans l’accès aux métiers du travail social pour des jeunes Maghrébins », in Battegay A., Boubeker A., Foret C., Joseph I., Minorités et mobilités en milieu urbain, Lyon, ARIESE, juin, p. 79-98.

39 Saunier P., 1993, Un établissement pour soi, Mémoire pour le Diplôme des hautes études en pratiques sociales (DHEPS), Université Lumière Lyon 2 – Collège coopératif Rhône-Alpes.

40 Glasman D., Ion J., 1993, « Les ‘nouveaux métiers’ des quartiers populaires. Entre l’immersion locale et l’inscription institutionnelle », Migrants-Formation, n° 93, juin.

41 Ion J., Le travail social à l’épreuve du territoire, op. cit.

42 L’opération visait une formation adressée spécifiquement à des candidats de milieux « défavorisés » et qui n’auraient pas pu suivre le cursus classique pour l’obtention du Diplôme d’état à la fonction d’animateur (DEFA).

43 ARIESE, Intermédiaires culturels et développement social. L’opération DEFA 300 ses problématiques et ses enjeux, op. cit.

44 Chabre G., Luquet G., Lecouturier F., 1994, Acteurs de quartier. Des activités à dimension sociale, conduites par des habitants des quartiers de la région Rhône-Alpes en 1994, Collège coopératif Rhône-Alpes.

45 Conjugaison de processus et également de deux « illégitimités » au sens de Sayad A., 1979, « Les enfants illégitimes », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 25, janvier, p. 61-82, et n° 26-27, mars-avril 1979, p. 117-132, et au sens de Joseph I., « Nous avons dit intermédiaires », in ARIESE, Intermédiaires culturels et développement social. L’opération DEFA 300 ses problématiques et ses enjeux, op. cit.

46 Hammouche A., 1988, « Grigny : une pratique de prévention », Bulletin, n° 14, juin, p. 63-65.

47 Gaulejac V. (de), Bonetti M., Fraisse J., L’ingénierie sociale, op. cit.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540