Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique de la ville et autorité d'intervention

 | 
Abdelhafid Hammouche

IV – La mobilisation des mères et des pères : facteur de sécurité ou processus d’affranchissement ?

Texte intégral

  • 1 On s’appuie dans ce chapitre sur deux recherches : la première, réalisée entre 1996 à 2000, sur l’ (...)
  • 2 Circulaire DIF/DAS/DIV/DPM N° 99/153.

1Depuis quelques années, les actions en direction des familles se multiplient dans les dits quartiers sensibles et se donnent pour objectif, pour la plupart, de conforter les rôles parentaux1. Ces actions ont d’abord visé les femmes, généralement sans préciser que c’est leur rôle maternel qui était en question. Plus récemment, ces actions se sont adressées aux pères et, cette fois, en prenant pour cible leur rôle paternel. L’émergence de telles interventions, même si elles se manifestent plus visiblement dans les banlieues, porte sur la parentalité et s’inscrit dans des dispositifs qui ne se limitent pas aux quartiers en question. Il n’est qu’à se référer à la circulaire du 9 mars 19992 relative aux réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents. Par rapport à la mise en œuvre des dispositifs de la politique de la ville, ces actions sur les familles peuvent être situées dans une histoire des ciblages. Le premier public ciblé, c’est-à-dire défini et désigné pour bénéficier de mesures spécifiques, a été celui des jeunes, ensuite les femmes comme on va le voir. Pour apprécier cette chronologie, il semble éclairant de distinguer deux phases qui se succèdent. Dans la première, on assiste à une mise en accusation des agents publics (au sens large : HLM, police, Éducation nationale…), alors que la famille et tout ce qui renvoie à ladite société civile (associations notamment) étaient considérés à la fois comme victimes de la situation et en même temps agents de développement. Dans la deuxième, au contraire, et alors que les critiques vis-à-vis des institutions diminuent d’intensité (au moins relativement), la famille change de statut dans les discours pour être désignée de plus en plus fréquemment comme étant la source des désordres.

2Durant la première phase, la famille était définie comme instance devant bénéficier de toutes sortes d’aide et d’accompagnement alors que les actions en direction des jeunes et des femmes se multipliaient. Durant la seconde période, les actions en direction des jeunes et des femmes se poursuivent tandis qu’apparaissent de nouvelles tentatives d’action en direction des pères. Cette modification dans le ciblage des populations gagne à être mise en rapport avec le changement d’attitude vis-à-vis des différentes institutions publiques. Car c’est au moment où celles-ci se voient plus ou moins dédouanées des conséquences néfastes de leurs stratégies respectives, de peuplement, d’îlotage, de zones prioritaires... (en soulignant la complexité des situations auxquelles elles ont affaire et les efforts qu’elles ont déjà accomplis pour essayer d’y porter remède), que se déploie un nouveau discours sur la défaillance des familles et, plus particulièrement sur la « faillite » des pères dans leur rôle éducatif auprès des enfants.

  • 3 Témoignage d’un travailleur social.

3La famille a donc été épargnée de la vindicte des intervenants, du moins publiquement, pendant la première phase, soit les années 1970-1980. Elle était alors l’instance qui devait bénéficier des aides de toutes sortes et, si nécessaire, d’un accompagnement social comme plus généralement était valorisé l’habitant de ces quartiers dont l’implication dans les opérations dites de développement social était considérée comme une exigence méthodologique. Certes, des « familles déviantes » étaient bien parfois désignées comme telles. On peut même noter que, si les familles immigrées, notamment maghrébines, dont les enfants étaient délinquants apparaissaient alors caractérisées par « la violence entre leurs membres », les familles françaises « en difficultés sociales identiques » étaient dites victimes « d’une déstructuration psychologique plus forte »3.

  • 4 Témoignage d’un logeur social.

4Après avoir été surtout centrés sur des problèmes d’habitat et sur la recherche de logement adapté, les discours sur les quartiers les plus stigmatisés deviennent plus nettement alarmistes en matière familiale. Diverses inquiétudes s’expriment, comme celle qui concerne les enfants « de moins de dix ans... laissés au bas des immeubles jusqu’à point d’heure »4. Il est vrai que bon nombre d’intervenants, de plus en plus manifestement, laissent entendre leur crainte en la matière. Les questionnements et les analyses de la situation portent plus souvent sur l’espace privé, remplaçant en partie les propos relatifs à la situation économique et sociale. Dès la fin des années 1980, des parents sont montrés du doigt et mis en accusation. Ils sont considérés comme des mauvais relais, n’assumant pas leur fonction de garant du cadre familial et d’éducateurs. Avant les parents, d’autres catégories avaient été sujettes de questionnement et d’intervention : les jeunes et les femmes, mais en tant que catégories d’âge et de sexe, bien plus qu’en tant qu’acteurs familiaux.

Le temps des jeunes et des femmes : le loisir comme support, l’émancipation comme objectif

  • 5 Des initiatives qui ne sont pas toujours conçues au titre de la politique de la ville et relevant (...)

5Les jeunes ont structurellement focalisé l’attention dans ces quartiers en occupant le plus souvent le devant de la scène, dans l’espace comme dans les médias. Pour eux, ce sont tour à tour les aspects socioéconomiques, psychologiques, sociologiques qui ont été mis en avant (difficultés d’insertion, problèmes de qualification et de formation, processus de dégradation de la vie sociale et délinquance...). Dès les années 1970, pour s’en tenir à la période qui nous intéresse et où sont mises en œuvre les premières procédures de la politique de la ville, les initiatives concernant la recherche d’un local ou plus largement les activités pour occuper les jeunes se multiplient5. Les actions prennent une autre tournure durant les années 1980 avec un grand nombre de créations d’associations pour les jeunes, dont la plupart ne connaissent qu’une existence éphémère.

  • 6 « Stratégies de femmes pour l’intégration », Assises Rhône-Alpes 27 et 28 janvier 1995, Préparatio (...)
  • 7 Barou J., 1994, « Les femmes au sein de l’immigration étrangère en France », Écarts d’identité, n° (...)
  • 8 Zerhaoui A., 1977, L’immigration algérienne en France, quelques aspects de la vie familiale, Paris (...)
  • 9 Hammouche A., 1991, « L’évolution du statut des femmes maghrébines », Hommes & Migrations, n° 1142 (...)
  • 10 Sayad A., 1991, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck Wesmael, p. 215.

6Les femmes, quant à elles, notamment lorsqu’il s’agit d’immigrées, ont suscité un autre type de discours, plus axé sur leur émancipation. Le titre d’un colloque organisé début 1995 à Lyon – « Stratégies de femmes pour l’intégration6 » – indique l’orientation donnée aux actions dont elles bénéficient et qui se sont traduites depuis les années 1980 par la création de groupes de toutes sortes dans les quartiers destinés à favoriser les rencontres, les formations, les sorties (à Paris, notamment pour visiter l’Institut du Monde Arabe, la Mosquée..., comme on le voit à Grigny dans le Rhône en 1987, pour un groupe de femmes de différents âges, pour la plupart immigrées, encadré par des travailleuses sociales). Durant cette période, les femmes constituent ainsi un point d’appui pour des actions socioéducatives, et les travailleurs sociaux les considèrent comme des alliées potentielles. Dans les années 1980, on parlait des « éléments structurants du milieu », et les femmes, mères de famille, figuraient parmi ces éléments. La dimension immigration de peuplement (au sens d’une sédentarisation acceptée) est d’abord soulignée avec elles, quand, dans le même temps, les hommes, qui incarnent l’immigration économique posée implicitement comme temporaire, ne sont jamais évoqués. Leur rôle dans la scolarité de leurs enfants a été ensuite évoqué et, par ce souci de l’avenir, elles ont souvent été présentées comme agents de changement7. Ce qui n’empêche pas que, par ailleurs, elles puissent être désignées comme « gardiennes de la tradition8 », à cause notamment de leur rôle subtil dans les processus d’acculturation concernant les primo-migrantes et les filles d’immigrés9. Mais si dans les années 1980, il est question du rôle de la mère, celui de l’épouse est très rarement évoqué. L’homme, en tant qu’époux, est perçu comme garant de la tradition et demeure implicitement celui dont il faut se libérer ou, ce qui revient au même, celui qu’il convient de neutraliser. Les enfants dans la sphère domestique n’ont pas, quant à eux, ces prudences de langage à l’égard du père ; ils le désignent franchement comme point de résistance. Le propos peut être violent ou, plus souvent, de commisération en impliquant parfois le couple parental : « ce sont de vrais enfants », dit une jeune fille parlant de ses parents pour qualifier leur attitude lorsque, selon elle, ils doivent faire face à « des choses qui les dépassent... alors là ils savent plus où donner de la tête ; ils ont peur de tout... »10. Mais la tension avec le père est la plus forte, parce qu’il est celui qu’il faut « contourner », parce que « il ne comprend pas... comme tous les anciens il est soudé » (« soudé du cerveau » aux yeux de certains jeunes, car hermétique à leur logique, tout comme il peut être un « soudé du portefeuille », parce qu’il refuse la plupart des dépenses liées aux loisirs). Même affaibli, ce qui n’est pas toujours le cas, il reste celui qui incarne l’ordre ancien ; cet ordre qui cantonnait épouses et enfants, sinon dans le silence du moins en position réservée.

  • 11 Hammouche A., Mariages et immigration, op. cit., p. 158-160.
  • 12 Témoignage d’un travailleur social.
  • 13 Cité par Lepage V., 1996, « Familles en difficultés cherchent pères », Villes et Quartiers Rhône-A (...)
  • 14 Cité par Debarbieux E., 1996, « Violence et ethnicisation dans l’école française », Hommes & Migra (...)
  • 15 Ibid.

7La situation migratoire produit des processus d’acculturation qui se traduisent par des réaménagements de rôles : les formes d’adolescence évoluent et les alliances, plus ou moins conjoncturelles, entre mère et enfants imposent une révolution domestique11. Le père, dans certaines situations, se retrouve démuni de réels pouvoirs sans que pour autant la mère assure la maîtrise de la maisonnée. Les travailleurs sociaux, tout à leurs actions visant l’émancipation des femmes et leur implication éducative, ignorent la plupart du temps ces processus complexes, et, constatent une « absence du père », plus fréquente, selon eux, « dans les familles immigrées que dans les familles françaises »12. Lorsque les difficultés s’amplifient, apparaît alors en creux, dans leur discours, l’insuffisance des actions en direction des mères : « elles aussi baissent souvent les bras... car elles sont débordées et, parfois, sont elles-mêmes déracinées13 ». Le propos devient parfois nostalgique, qui revient à reconstruire comme une quasi-aura du père : « Dans les familles maghrébines ou turques, c’était quand même une exception que le père soit largué par les gosses, ils avaient quand même la mainmise sur les enfants... maintenant c’est le gosse qui commande tout, et qui fait ce qu’il veut »14. Certains en concluent à l’impossible autorité sur les enfants de migrants, car : « Avant, les mômes craignaient encore leurs parents, maintenant même des pères maghrébins n’ont plus aucune loi sur leurs enfants. Comment voulez-vous que nous, Français ou femme, on ait un impact sur des mômes pour qui le père n’a aucune importance »15.

Le temps des pères : la mémoire comme ressource, la sécurité comme enjeu

  • 16 Le « sentiment d’insécurité » est déjà évoqué dans le rapport Peyrefitte en 1977 pour devenir un d (...)

8Lorsque la sécurité devient un enjeu déterminant dans un contexte marqué par la montée d’une idéologie sécuritaire, pour les intervenants de ces quartiers, la prévention de la délinquance passe par une nécessaire action en direction des familles16. La famille, en effet, est présentée alors comme l’instance où se fomentent les déviances des enfants et leur irrespect des adultes. L’éducation donnée et l’absence d’autorité ou, au contraire, l’autoritarisme, et plus globalement la mauvaise qualité des relations parents-enfants, sont invoqués comme autant de facteurs qui conditionnent négativement la vie sociale du quartier. Dans les cas extrêmes, il est fait référence aux familles « lourdes » et aux relations de complicité qui se tissent autour de divers délits.

  • 17 Lepage V., « Familles en difficultés cherchent pères », op. cit.

9C’est dans ce contexte que l’appel aux pères prend sens, par l’intermédiaire d’actions comme les groupes de paroles : « l’enjeu actuel est que les pères retrouvent leur place », dit ainsi un responsable associatif. Divers groupes sont nés dans le même esprit : par exemple, à Bourgoin-Jallieu, à l’initiative de la Mutualité de l’Isère et du service d’hygiène et de santé de la ville dans le but de prévenir la toxicomanie, ou bien à Nantes où le groupe s’est constitué en association culturelle avec l’aide d’éducateurs de rue qui escomptent des retombées de leurs relations avec les pères, sur celles qu’ils pourront avoir avec les adolescents. Ils estiment en effet que les relations souvent agressives entre jeunes et adultes, la crise de l’emploi et une vie sociale dégradée, constituent un cadre qui perturbe considérablement l’exercice social de la paternité, déjà mis à mal par l’émigration. Un des pères interrogés donne ainsi la raison d’être de ces groupes : « Quand nous étions petits, nous n’avions pas la parole. Ici, on a donné la parole à nos enfants et nous, nous ne l’avons plus. »17

  • 18 Ce quartier de Montreynaud, situé au Nord-Est de la ville, à six kilomètres du centre-ville, a le (...)

10Aujourd’hui, les problèmes d’autorité dans les familles et leurs conséquences dans l’espace social sont plus explicitement évoqués que par le passé par les différents intervenants sociaux. Plus fréquemment la présentation des difficultés relatives à la sécurité souligne le lien entre l’autorité parentale et les multiples tensions sociales. La problématisation et la publicisation de la place des pères feraient suite, d’une certaine manière, aux problématisations concernant les femmes et les enfants. On peut également penser que cette focalisation sur le père parachève paradoxalement un processus de recomposition des rôles et tend à consacrer une banalisation du rôle paternel. Il n’est plus celui qui, seul, agit en interface entre la sphère privée et la sphère publique, il est celui qui, comme tous les autres membres de la famille, a besoin d’appuis. Que le père devienne défaillant et la question de sa place devient publique après qu’elle ait été longtemps gérée de façon implicite. C’est cette publicisation qui autorise, voire qui engendre, les formes actuelles d’élargissement de l’action publique dans le domaine de la famille, comme on le voit dans un quartier stéphanois18.

« Mémoire des pères, identité des jeunes » : les origines d’une initiative

  • 19 Voyage à Paris en 1997 ; Festival de Gannot (Vichy) avec un autocar (50 personnes) en juillet 2000 (...)

11C’est ainsi qu’est désigné un ensemble d’actions réalisées par diverses structures sociales présentes sur le quartier de Montreynaud à St-Étienne. Au départ, début 1998, il s’agissait d’une initiative spécifique qui, impulsée par la Maison de quartier et portée par un de ses animateurs en relation avec le chef de projet Contrat-ville, visait explicitement ce que son titre indique : constituer un groupe de paroles avec les hommes (une quinzaine, dont certains ont participé à la phase d’élaboration) autour du thème de la mémoire. Le groupe, d’abord ouvert aux pères, devait inclure par la suite des jeunes avec comme objectif final d’organiser une exposition qui, à la fois valorise les cultures dites d’origine, concernant les migrants, et le passé industriel du quartier – en tant que mémoire collective, « pour tous ». En 1998, il n’y a pas de lieu spécifique pour réunir ce groupe d’hommes et l’animatrice va à la rencontre des pères là où ils se tiennent habituellement. Ce type de contact n’est pas sans rappeler les pratiques des éducateurs de prévention où la relation est dite volontaire et se construit dans le temps en se modifiant selon la conjoncture que connaissent les usagers. C’est l’instauration d’une relation en continu et de manière informelle avec les pères qui semble donc être le principal objectif de ce travail. Cette relation prend sens avec la perspective de l’ouverture d’un nouvel équipement portant le nom Ensemble Forum au sein duquel est prévue une salle réservée aux pères. Cette salle, initialement nommée PARI pour Point accueil et rencontres intergénérationnelles avant de devenir PAIR pour Point d’accueil intergénérationnel et de réunions, fait bien partie de l’Ensemble Forum inauguré en janvier 2002. Depuis le printemps 2002 d’ailleurs, les pères se sont vu attribuer un local où ils se réunissent régulièrement et de manière informelle. La salle leur est ouverte en fin d’après-midi et en début de soirée pour discuter ou jouer aux cartes. Le cœur du projet tient aussi à l’avènement et à la valorisation d’un tourisme culturel et familial que l’association gérant Ensemble Forum essaie de promouvoir depuis 1997 avec divers voyages (Bruxelles, Andalousie…)19. La pérennisation du dispositif a été décidée à la suite d’une co-évaluation avec le FASILD (Fonds d’aide et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations). Pour sa poursuite, le profil de l’animateur – au début « plus universitaire » – devait être plus proche de celui des travailleurs sociaux classiques. Pour l’heure, le responsable de Ensemble Forum estime que la présence des pères est repérable et contribue à sécuriser le lieu par rapport aux jeunes. Pour lui, ces derniers se trouvent touchés de la sorte. Le projet s’est développé en plusieurs étapes : après une exposition remarquée « Mémoire de quartier », qui s’est déroulée en juin 1999 – par laquelle les écoles ont pu jouer le rôle de relais entre ce passé ainsi exposé et les enfants invités à aller en prendre connaissance – il y eut dans les jardins ouvriers d’Ascométal (repreneur de Creusot-Loire) au pied de Montreynaud, à l’occasion des Journées du patrimoine de septembre 1999, une exposition de photos organisée dans le cadre d’une opération consacrée aux différents jardins de la ville.

  • 20 À une époque où toutes sortes de valorisation du patrimoine se multiplient.

12L’émergence de cette action est sans doute à mettre en relation avec les difficultés rencontrées dans le quartier par les travailleurs sociaux, notamment la fermeture en 1996 d’un centre social et la volonté de la ville de relancer des activités. Les formes de cette relance et des activités à venir n’étaient pas précisées à ce moment, même si s’affirmait déjà une volonté de valorisation de la mémoire20 du quartier (englobant le Marais, quartier précédant spatialement mais aussi historiquement celui de Montreynaud où se déroule l’action) avec des manifestations initiées dès les années 1980 par l’Association du Marais à Montreynaud étroitement liée à une autre association Vitrine du quartier. C’est d’ailleurs probablement l’action de cette dernière qui a suscité un tel intérêt pour le thème de la mémoire. Cette association locale très active rassemble, en effet, des passionnés d’histoire locale soucieux de ne pas laisser tomber dans l’oubli cet ancien quartier. Dans des locaux de la Vitrine du quartier, ces bénévoles – anciens ouvriers, commerçants à la retraite ou chômeurs – ont déjà réalisé plusieurs documents consacrés au passé minier, aux différentes formes d’habitat comme les Castors ou aux vagues successives d’immigration.... Cette action « Mémoire des pères, identité des jeunes » constitue d’une certaine manière le cœur d’un dispositif impliquant dans la réflexion l’ensemble des travailleurs sociaux, l’équipe MOUS et les associations. Car même si les jeunes ne se sont guère manifestés par leur présence – et que seule la première partie du programme annoncé a connu un début de réalisation – cette action « mémoire des pères, identité des jeunes » jouit d’une certaine considération. Elle sert même de grille de lecture et les objectifs qui lui sont rattachés servent pour interpréter d’autres d’initiatives antérieures. Celles-ci sont relues postérieurement à leur conception, comme autant de formes préfiguratrices : par exemple celles mises en place par l’Association familiale laïque en direction des familles, celles, bien sûr de la Vitrine du Quartier qui se consacre à l’histoire de Montreynaud, celles des groupes de parole de femmes initiés par la Caisse d’allocations familiales..., voire la refonte de l’association Ensemble Forum (du nom de la place qui domine le quartier).

13Par cette action, il s’agissait de reconfigurer l’offre d’animation à Montreynaud, comme cela avait été tenté dans d’autres quartiers de St-Étienne. Car l’offre au départ concernait les enfants et les adolescents alors que restait en suspens la question des jeunes adultes, « les 18-25 ans ». L’idée de s’intéresser aux pères et à la mémoire est à relier à des lectures relatives à des actions réalisées dans différentes villes en France, notamment pour la « prise en compte des adultes pères ». Il y avait déjà des actions menées par des participants de ce dispositif dans le quartier même, comme celles de « la ZEP [Zone d’éducation prioritaire] faisant venir dans les classes des retraités de la sidérurgie » ou « les ateliers 3e âge », ou dans la région sur la mémoire des mineurs. Les pères alors perçus en tant que parents ne bénéficiaient pas d’offre d’activité, par référence et opposition aux mères, et il n’est pas aisé de préciser si les pères étaient visés en tant que tels ou comme moyen pour toucher les 18-25 ans. Car dans ce contexte, la relation avec les jeunes est le plus souvent considérée comme difficile. Elle l’est d’autant plus qu’à leurs yeux, la fonction des intervenants n’apparaît pas toujours clairement et leurs rapports avec eux, à Montreynaud comme dans bon nombre de quartiers, sont marqués de scepticisme, voire de rejet et de violence. L’instauration de relations moins tendues semble donc être un des objectifs de ce projet, au-delà de ceux qui sont affichés ; avec les pères comme alliés, dans l’espoir sans doute d’atténuer par leur biais les tensions, avec aussi un mode de relation laissant une grande place à l’informel et évitant, dès lors que la rencontre est moins encadrée, les conflits qui naissent dans les équipements.

  • 21 Filiation sociale pour lier, d’une manière ou d’une autre, au territoire et aux populations qui l’ (...)

14Que dire de plus de cette opération ? On n’aura pas manqué, bien sûr, de remarquer la dissymétrie de son intitulé : ce ne sont pas des fils qui font face à des pères, ni non plus des adultes qui sont posés en face de jeunes. Une catégorie en terme de filiation s’y télescope avec une autre en terme d’âge. On peut interpréter dans ce sens – celui de la recherche d’un apaisement – le glissement sémantique entre le mot de fils (qu’on aurait pu attendre dans le titre du projet après la référence au père) et celui de jeune qu’on trouve effectivement. Ce glissement laisse penser qu’il s’agit bien plus d’établir une filiation sociale en quelque sorte avec l’aide de ces pères mobilisés en qualité d’intermédiaires, dont certains sont inactifs (retraités ou chômeurs), et dont l’implication dans la vie du quartier devrait contribuer à réactiver les jeunes21. De même, ce n’est pas l’oubli qui est opposé à la mémoire, mais l’identité. La dissymétrie est sans doute voulue avec une instrumentalisation concertée à partir de l’idée que la mémoire est constitutive de l’identité (comme on parlait dans les années 1970 de racines). Ce glissement signale malgré tout une sorte de flottement chez les opérateurs sociaux quant aux manières légitimes de désigner les identités des êtres sociaux auxquels ils ont affaire. Comme le montre, par ailleurs, l’évolution générale des politiques publiques dans ce type de quartier qui considère de plus en plus que les problèmes d’ordre public trouvent leur racine dans l’éducation familiale, le glissement sémantique évoqué pourrait être interprété comme le signe d’une tentative d’alliance entre deux catégories d’adultes, d’un côté les mères, puis les pères, et de l’autre, les intervenants sociaux, toutes deux également confrontées aux problèmes posés par les jeunes. Tentative d’alliance entre adultes pour que les travailleurs sociaux, qui en ont pris l’initiative, se trouvent par là même quelque peu réassurés. Face à des jeunes avec qui les relations sont de plus en plus difficiles – dans la mesure où nombre d’entre eux ne comprennent plus la fonction d’intervenants sociaux dans l’impossibilité de leur trouver du travail – l’instauration de ce type de relations, médiées et informelles, semble bien être un des objectifs par-delà ceux qui sont affichés. En considérant les jeunes autrement que seulement attachés aux équipements qui leur sont destinés (et où les conflits internes sont légion), pour les indexer, même si c’est indirectement, à une lignée collective, celle des pères, on escompte sans doute pouvoir bénéficier, comme par procuration, du respect qu’une telle désignation suppose. Or, où trouver des éléments à même de susciter ce respect, si ce n’est le travail qui, dans le passé, conférait à ces hommes un statut social ? De celui-ci, aujourd’hui, ne reste plus que la mémoire.

15La tentative de mobilisation d’acteurs ordinaires supposés être dans un rapport de proximité avec ce public problématique que constituent les jeunes n’est pas originale. Il suffit de se souvenir de l’appel aux grands frères puis aux animateurs « issus du milieu ». Sa nouveauté tient bien plus dans la tentative d’instaurer un lien par-delà le temps. Les pères et les jeunes sont des contemporains qui ne vivent pas dans le même monde ; leur éventuelle proximité spatiale recouvre une distance temporelle supposée être dommageable pour l’identité des générations nouvelles. D’où cette importance donnée au quartier du Marais qui, on l’a dit, précède spatialement et historiquement le quartier de Montreynaud. Ce dernier prolonge physiquement le quartier du Marais – dont il ne reste plus rien aujourd’hui et dont la population se retrouve à Montreynaud – que les jeunes traversent tous les jours pour rejoindre leurs lycées professionnels situés de l’autre côté de la ville. C’est en effet en tant que mémoires de travailleurs que celles des pères sont sollicitées ; mémoires de travailleurs dont l’évocation est supposée pouvoir remédier aux défaillances d’identité de jeunes qui, pour la plupart, se vivent comme exclus du marché du travail.

16Il y a cependant une autre hypothèse, non explicitée dans le titre de l’opération mais bien présente puisque ces pères comme ces jeunes, pour beaucoup, ont en commun une origine étrangère. La mémoire qui n’a pas été transmise n’est pas seulement celle qui est liée au travail, elle est aussi celle d’une culture spécifique. Faut-il voir là comme une sorte d’exception aux politiques sociales ordinaires qui, si elles ont visé jusqu’à présent à restaurer les liens sociaux entre des individus indifférenciés – pour en faire des citoyens ou des frères –, introduisent dès lors un autre ordre en principe aboli, celui de la filiation et de la transmission ? À moins que, selon l’expression de Fethi Benslama, il ne s’agisse de la prise en compte du fait que, désormais, les origines doivent être en partage ?

17Cette dernière interprétation recoupe alors celle que l’on peut faire à propos du dernier élément à prendre en compte pour l’analyse de cette situation : le quartier de Montreynaud s’est vu accorder le statut de zone franche. On peut bien sûr analyser cette circonscription simplement comme une discrimination positive à base d’exception fiscale. Mais on peut aussi l’interpréter comme une seconde mise au ban de ce qui est déjà une banlieue. Quel est alors le statut de cet espace public particulier pour lequel la puissance publique accorde des faveurs financières aux opérateurs économiques privés, qui voudront bien aller là-bas, faire avec ceux que la ville industrielle a rejetés à ses marges, en compensation des difficultés présumées auxquelles ils auraient à faire face ? Et en quoi surtout un travail, sur la transmission des identités, qui se ferait dans cette enclave ne risque-t-il pas de renforcer la division qu’il dit vouloir combattre ? Cette initiative de prise en compte des générations peut se lire comme une tentative pour faire accepter une pluralité de traditions culturelles et révèle des attentes relatives à des repositionnements des pères afin que ces derniers viennent à la rescousse des travailleurs sociaux. L’attente se manifeste également en direction des mères, comme on le voit dans l’activité associative présentée ci-dessous et à partir de laquelle se donne à voir une évolution de statut, impliquant un autre rapport intergénérationnel et un autre rapport à l’espace public.

La maternité comme légitimité à l’engagement public

  • 22 D’autres formes associatives pourraient être évoquées : par exemple, celles qui mettent en présenc (...)

18En effet, on peut prendre l’exemple de l’association Les Amis de la maternité (ADLM), constituée dans les années 1990 à Vaulxen-Velin, animée par des femmes de différents quartiers qui proposent des activités de détente aux patientes de la maternité de cette ville22. Sa création laisse penser que cette association s’inscrit – même dans le contexte particulier de la fermeture de la maternité, avec au départ l’objectif d’obtenir une réouverture – en référence à l’appel à mobilisation inhérente à l’approche développée par les dispositifs de la politique de la ville. La présence de nombreuses autres associations sur la ville conforte cette hypothèse – de créations simplement conjoncturelles – et invite à s’interroger sur les processus d’implantation des associations sur les quartiers. Les ADLM ne s’inscrivent pas dans une affiliation aux dispositifs, ne se cantonnent pas aux seuls quartiers ciblés, ni aux axes d’action retenus dans le cadre des procédures. L’association néanmoins sert en ce qu’elle encadre des activités et qu’elle joue ainsi un rôle d’auxiliaire de l’action publique, mais elle sert également en ce qu’elle constitue surtout un support à des évolutions de rôles. Elle illustre une forme de dynamique associative, faite d’appropriations et de recyclages des principes ou des dispositifs mis en avant au titre de l’action publique ; mais une dynamique qui ne se réduit pas à ces injonctions, ni ne les ignore totalement. Les activités de l’association ne se limitent pas aux objectifs explicitement énoncés et les processus complexes qui se jouent au travers de la vie associative impliquent autant la vie publique que privée des militants. C’est surtout cette imbrication qui retient l’attention et sera analysée après avoir cerné plus précisément l’histoire de l’association.

De la création au changement d’objet : la relation comme activité

19L’association Les Amis de la maternité fait suite à la fermeture de la maternité dans cette ville et date formellement du mois d’avril 1992. Dès les débuts de l’association, il y a une confusion entre l’objectif affiché – la mobilisation pour la réouverture pour laquelle elle a été créée – et les activités socioculturelles apparemment secondes mises en place par ses adhérentes. En juin 1990, plusieurs femmes s’investissent dans l’élaboration du projet de la Mutualité du Rhône et pour les adhérentes de l’Association, c’est cette date qui en constitue le point de démarrage. Mais cette participation, pour quelques-unes, prend une autre tournure début 1992 avec la mise en place d’un premier groupe de parole intitulé « être Parent ». Ce premier groupe sera suivi d’un deuxième sur le même thème à partir de juin 1992. L’approche de l’inauguration, et donc de la réouverture de la maternité en 1994, a été la période où l’objectif affiché est apparu comme un tremplin, alors que la fonction de l’association comme support d’activités se manifestait plus clairement. Une crise, opposant la fondatrice aux militantes actives, a marqué ce passage. Car, celle qui a impulsé et a animé l’Association depuis 1990 jusqu’à l’inauguration et devenait dès 1992 la vice-présidente, mais qui en fait détenait l’autorité au sein du groupe, voulait mettre fin à l’association. La perpétuation de l’Association pour elle n’avait guère de sens dès lors que l’objectif de réouverture était atteint et elle refusait de voir se pérenniser les activités (« elle ne voulait pas d’une association qui fait le Centre social », dit une de ses opposantes), alors que d’autres femmes souhaitaient poursuivre l’Association en affirmant plus nettement son rôle d’animation. La crise, fin 1994, est le moment où l’activité périphérique devient principale. Les groupes de paroles se poursuivent et d’autres activités vont se mettre en place. La calligraphie, prévue initialement pour le seul jour de l’inauguration, devient une activité régulière (tous les lundis soir). Une permanence est organisée, et tous les mercredis, une des membres de l’Association se tient, dans la salle d’attente, à la disposition de femmes voulant discuter. Le même jour, les femmes d’un quartier de la ville viennent tisser avec l’aide d’une animatrice – tisserande, dont les vacations sont payées grâce à une subvention du FAS (Fond d’action sociale qui devient ensuite FASILD).

20Les femmes de l’Association interviennent, à la demande des médecins, auprès des malades en guise d’aide psychologique ou – concernant les femmes étrangères – pour des problèmes de compréhension et d’interprétariat. L’Association entretient des relations avec divers travailleurs sociaux, hors de la maternité, et organise ponctuellement des goûters avec les enfants des quartiers. Le groupe de parole évoqué plus haut est assisté d’une psychologue (qui intervient régulièrement tous les quinze jours) et réunit les membres actifs de l’association ; il s’ouvre ponctuellement à d’autres femmes des quartiers. Les sujets traités sont relatifs à l’exercice de la parenté, et plus précisément à la relation avec les enfants. La psychologue fait partie de l’École des Parents et ses vacations sont payées par l’Association.

Un processus d’affranchissement graduel

21L’histoire courte des Amis de la maternité montre un passage de générations, accompagné d’un processus de prise d’assurance et de pouvoir. Pour le dire schématiquement, il y avait au départ de l’association plusieurs clivages : entre élue et habitantes, entre françaises et immigrées, entre femmes de deux générations. La montée en puissance de l’association profite de l’appui de la municipalité, ce qui n’a pas manqué de conforter la mainmise de l’élue qui avait fortement appuyé la création de l’association. Cette élue ayant elle-même vécue au Maghreb, il s’est instauré une relation de « protection » qui a apparemment pesé sur celles qui devaient en bénéficier. Les tensions au sein de l’association se sont exprimées publiquement après l’inauguration de la maternité (qui signait la victoire de l’association). L’équipe dirigeante du départ, surtout la fondatrice et la présidente, s’est trouvée évincée, et les femmes – françaises et immigrées mais plus jeunes – ont pris le pouvoir en imposant des activités que refusait l’ancienne équipe et qui auraient dû être limitées au seul jour de l’inauguration (comme la calligraphie). C’est la rupture d’un rapport d’appropriation par la fondatrice qui est donné à voir (« c’était son bébé, elle a du mal à couper le cordon... », dit l’une des dirigeantes actuelles) alors qu’elle se maintenait en retrait, sans doute dans un souci tactique et une volonté de légitimation par des habitantes, et qu’elle avait néanmoins imposé, comme première présidente de l’Association, une de ses voisines (toutes deux habitant au centre de la ville).

22Cette tension laisse voir deux usages escomptés : le premier en termes de mobilisation collective ; le second en termes de médiation. Le premier renvoie à l’objet formel de l’association, le second à une redéfinition des finalités de l’engagement associatif autant dans l’espace public que dans l’espace domestique. En effet, l’histoire des Amis de la maternité illustre un processus graduel d’engagement public, avec une dimension spécifique concernant les rapports sociaux de sexe, et on peut penser que certaines femmes utilisent le système associatif comme un tremplin pour renégocier leurs positions. En ce sens, l’engagement équivaudrait à un processus d’affranchissement graduel de l’espace privé avec une étape dans l’espace associatif plus ou moins longue (une étape qui peut aussi rester sans effet et se clore sur elle-même), pour s’assurer en affirmant son appartenance à un groupe – s’y ancrer mais en construisant en même temps que les conditions d’une adhésion à cette entité celles d’un détachement – et pour au moins négocier une nouvelle position.

23Dans ce processus, les adhérentes connaissent un temps de regroupement avec d’abord une forte position de la fondatrice. C’est un temps de fusion où l’adhésion tient à de multiples facteurs : la position institutionnelle de la fondatrice (en tant qu’élue municipale), son âge (près de la retraite), ce qui est considéré par certaines femmes, notamment les Maghrébines et les Africaines, comme un facteur sinon d’autorité au moins de respect, son histoire, car elle a vécu de nombreuses années au Maghreb en tant que coopérante.

24Ce premier temps est structuré par la nécessité d’affirmer fortement la position de l’Association et de combattre pour la réouverture de la maternité. Cette perspective a contenu, en quelque sorte, les relations qui se révèlent dans une dimension plus conflictuelle dès lors que l’objectif est atteint. Ce premier temps est donc celui d’une tension dans l’affirmation d’une identité collective. L’expression des malentendus, peu de temps après, laisse penser que cette identité indexée à une action collective ne se traduit pas, loin s’en faut, par une fusion ; c’est bien plus un temps de gestation d’une altérité interne, c’est-à-dire un temps d’association qui favorise le regroupement et la mise en relief d’une communauté, sinon de position, du moins de point de vue, mais qui s’accompagne d’un processus d’individualisation par la différenciation entre semblables. La mise en valeur des ressemblances entre femmes facilite le recrutement et l’implication dans l’espace associatif, lequel se forge dans une tension entre similarité et dissemblance (par rapport à la position que chacune occupe au sein de sa famille par exemple) devenant ainsi un espace de singularisation par l’engagement. Mais on peut également mettre en relief un parallèle entre cet engagement collectif et l’évolution au sein des familles qu’évoquent plusieurs de ces femmes. On entrevoit alors une relation entre l’engagement public et une sorte de renforcement de la position occupée dans l’enceinte domestique. Pour le dire rapidement, les bénévoles se confortent autant par rapport à l’élue que par rapport à leur famille, et en particulier les époux.

L’espace public reconsidéré : préalable domestique et dépassement de l’inscription territoriale

25Du point de vue de la présence dans l’espace du quartier, les premiers temps de l’engagement sont marqués par la prudence dont font preuve ces femmes tant à l’égard du voisinage que de l’époux. On le voit à la manière dont sont gérées les réunions de l’Association – pas trop nombreuses et jamais le soir au début – et qui traduisent une présence réservée dans le quartier de résidence. En effet, la maternité est située dans le village, le centre historique, à distance des quartiers : se rendre aux réunions de l’Association obligeait donc à s’en éloigner. Il est vrai que cela évitait aussi de trop s’exposer dans une action publique auprès du voisinage et ménageait ainsi la position des époux. C’est bien plus tard que des activités de sorties, notamment au profit des enfants, ont été organisées dans les quartiers d’origine, mais à partir d’une nouvelle position des femmes. Les femmes de l’association ont même alors mobilisé d’autres habitantes dans les quartiers, tout en s’occupant de trouver les aides nécessaires à l’organisation des sorties (transport, éventuellement aide financière) en s’appuyant sur les équipements de proximité et/ou sur les autres intervenants sociaux.

26Les activités ont lieu de jour, ce qui se conçoit d’autant qu’elles impliquent souvent les enfants, comme lorsqu’il s’agit d’organiser des sorties, par exemple au parc de Miribel à peu de distance de la ville. Cependant, même les activités ne concernant que les seules femmes sont prévues dans ces plages horaires. Certes, la charge de mère explique pour partie ce fonctionnement, mais entre également en jeu la position d’épouse. Les activités en soirées ou les réunions restent exceptionnelles sauf lorsqu’elles permettent d’associer les époux (fêtes dans le quartier avec repas par exemple). Des sorties ont remis en cause ces règles comme, par exemple, un séjour à Paris pour visiter la ville ou la participation à un colloque à Strasbourg sur le thème de la toxicomanie. Dans les deux cas, certaines femmes ont dû « préparer le terrain » auprès de leur époux, et mettent ainsi l’accent sur la prudence dont elles ont fait preuve. D’abord, ce n’est « qu’après un certain temps dans l’association... et un certain temps d’habitudes » que ce genre de projet devenait concevable. La manière de présenter ces « exceptions » semble délicate. Ainsi, l’une d’entre elles souligne « je lui [le mari] demande... je lui impose pas... c’est important qu’il dise [son accord] ». L’argumentation semble rodée : « c’est pour les enfants, et pour faire quelque chose ». Ce rapport aux enfants laisse entendre un engagement « noble » et « utile » dans un domaine qui reste référé à une compétence de mère, par opposition, implicitement, à des « futilités » ou à des activités moins clairement repérables.

27Les époux sont présentés comme des personnages un peu en retrait de la vie sociale qu’il faut rassurer par rapport à l’engagement des épouses (« il faut y aller doucement… », dit une des femmes ; « moi, j’explique… c’est long, mais il le faut… », dit une autre). On l’a dit, les femmes évitent, surtout les premiers temps, les réunions le soir, mais lorsque, par la suite, les époux se trouvent impliqués dans la vie associative, avec la participation de certains d’entre eux au CA, les réunions – pour cause d’Assemblée générale ou autres motifs – éventuellement en soirée, se voient plus facilement justifiées. Ainsi, trois époux – sollicités par leur épouse – sont présents institutionnellement et occupent formellement des postes d’administrateurs, ce qui les placent en position haute, alors que leur implication est dite « au service de l’association ».

La distanciation comme ressource

28L’engagement peut être considéré ici comme une succession de démarcations qui révèlent un processus de distanciation et d’affranchissement. Ces démarcations, prudentes et progressives, accompagnent et alimentent ce processus de distanciation qui, en partie, est encadré et orienté – ou au moins conditionné d’une certaine manière avec les groupes de paroles et plus largement par les dispositifs du contrat de ville – et se jouent sur plusieurs registres : dans l’espace domestique, par rapport au voisinage, au sein de l’association vis-à-vis de la fondatrice et de l’objet initial. Ces femmes tentent de s’affirmer en se distinguant mais également en se proposant de parler bien plus largement que de leurs affaires de famille, si l’on peut dire. Elles prétendent accéder à la cité en jouant prudemment de leur singularisation : elles se détachent un tant soit peu, sans afficher trop brutalement leur différence ; la familiarité d’avec le milieu, tout autant que la non-confusion avec lui leur sont nécessaires.

29La dynamique associative se fonde par rapport à la construction d’un nous et l’affirmation d’un je dans une situation de recyclage, où l’instauration et la publicisation de l’engagement va de pair avec un processus de dégagement-engagement graduel et de redéfinition des appartenances primaires. Ce processus révèle un jeu avec le statut de mère dans une conjoncture de recomposition de l’espace public pour se libérer partiellement de certaines appartenances primaires et construire un mode d’engagement caractérisé par un souci de réserve. Il y a en quelque sorte deux phases – celle du dégagement et celle de l’engagement – qui se confondent plus ou moins selon les périodes et qui s’accompagnent d’un processus de distanciation plus ou moins affirmé selon les phases.

30Le dégagement concerne les rapports à l’environnement. L’espace de résidence et les relations de voisinage sont ici considérés comme des opportunités mais aussi, et surtout dans cette phase, comme des obstacles à s’engager. Les femmes disent devoir en tenir compte pour ne pas se voir attribuer une mauvaise réputation. Il est bien difficile de cerner plus précisément le voisinage et les échanges dans l’espace de résidence. Il est possible que ce voisinage soit très limité, mais ici c’est l’idée que se font les bénévoles qui importe pour comprendre leur stratégie ; et on peut interpréter cette prudence comme une forme de gestion d’un capital symbolique qui, s’il venait à être dévalué, manquerait pour affirmer une stratégie de dégagement. Cette prudence affichée indique autant une appartenance à cet espace qu’une volonté de ne pas s’y confondre. Adopter certaines modalités d’action – avec les activités pour les enfants par exemple ou participer à une visite de la Mosquée de Paris – équivaut aussi à donner des signes à cet environnement. Se dégager nécessite une prise d’assurance et des points d’appui que fournissent en partie les groupes de paroles, les équipements et les dispositifs. Elles reprennent en partie les discours des intervenants pour se détacher des rôles et des places telles qu’elles tendent encore à se définir dans les quartiers pour construire ou, le plus souvent, confirmer publiquement une nouvelle forme de leur présence et de leur action. Les argumentations entendues dans les différents lieux, mais surtout dans les groupes de paroles, leur servent à étayer leur position aussi bien à l’égard de l’époux que des enfants et contribuent à leur fournir des éléments pour forger une position publique. Elles prennent ainsi, et avec les échanges portant sur des questions relatives à l’éducation qui participent à la valorisation de ces thèmes et à leur légitimation en tant que questions publiques, un tant soit peu d’assurance. Cette prise d’assurance, combinée à la neutralisation de l’environnement et à la pédagogie matrimoniale en direction du mari, concourt au dégagement. Mais ces facteurs ne suffisent pas à définir l’engagement tel qu’il se donne à voir.

31S’engager suppose la constitution d’un domaine et la reconnaissance de compétences. C’est la parentalité qui est ici le domaine et les militantes se posent comme des mères-animatrices ou des mères sociales. La relation à l’environnement – quartiers et intervenants – les situe en interface, du moins tendent-elles à valoriser une telle position et les compétences de distanciation que cela suppose. Elles ne créent pas à proprement parler un domaine, elles s’inscrivent dans une fonction d’intermédiaire – là encore, sans reprendre totalement ni sans ignorer les injonctions plus ou moins explicites des acteurs publics à tenir de telles places. Elles s’approprient, au moins partiellement, les problématisations évoquées plus haut et à partir desquelles peuvent s’entendre des incitations « pour se prendre en charge » et/ou pour s’occuper de certains publics (les jeunes, les femmes...) en considérant la proximité comme une compétence. Elles élargissent le domaine de l’animation, d’abord entendu en direction puis avec les jeunes – ce qui se traduit par une multiplication d’associations et de petits métiers où l’appartenance au territoire devient un gage de performance –, aux femmes considérées à leur tour actrice et objet d’intervention d’animation à vertu hédoniste et surtout pédagogique.

32On voit donc que les militantes apprennent leur sortie et leur engagement dans l’espace public, avant de se défaire de l’élue et du premier objectif, de redéfinir leurs rapports au sein des familles et des quartiers ; mais ce n’est pas qu’un apprentissage de l’engagement car il s’agit, de fait, de constituer un espace à mi-distance du privé et du public : on pourrait parler d’un espace quasi-privé qui autorise une inscription dans un espace quasi-public.

Transition et sociabilité secondaire

  • 23 Terme qui invite à penser sous l’angle des processus, et qui souligne le passage entre des états s (...)
  • 24 Avant que, plus récemment, les hommes, à leur tour, deviennent également un des termes de la probl (...)

33Les relations qui se nouent dans ce qu’on pourrait appeler, faute de mieux, un espace de transition23 impliquent des populations – qu’il conviendrait de distinguer plus finement peut-être à partir de leur visibilité dans l’espace physique du quartier et de l’attitude adoptée à l’égard du champ que constituent les intervenants, les dispositifs et les habitants – et génèrent ce qu’on appellera une sociabilité secondaire. Cette sociabilité secondaire, caractéristique de cet espace de transition (engageant différemment les femmes et les jeunes, tour à tour objet d’intervention et supposés acteurs de développement social24), l’est doublement. D’une part, elle se façonne par rapport à un déficit de ce qui reste le principe de sociabilité de référence – le travail salarié et les rapports sociaux de genre qu’il a conditionnés jusqu’à récemment ; d’autre part, elle concerne et se limite à un groupe qui réunit, pour le dire sommairement, les opérateurs et les habitants qu’on peut supposer relativement plus ou moins déconnectés des populations du quartier. Cette sociabilité n’est sans doute pas investie de la même manière selon le sexe, le groupe culturel, la position sociale... Mais c’est un espace de sociabilité qui contient, en tant qu’espace de transition, des évolutions de positionnement autant dans le rapport à l’activité sociale que dans les rapports sociaux de sexe ; évolutions qui se façonnent et se consacrent d’abord en relation plus ou moins affirmée avec les dispositifs et au sein des associations, puis à leurs confins, avec des individus se cantonnant à ces territoires ou les débordant.

34C’est dans ce cadre – celui d’un espace de crise entendu sous l’angle d’une transition et d’une sociabilité secondaire – qu’il semble devoir resituer et interroger ce qui caractérise l’engagement et plus précisément pour savoir si l’engagement des femmes gagne à être questionné dans son éventuelle spécificité. L’approche ici développée revient déjà à spécifier par le contexte, lorsqu’on tend à ne pas ignorer les dispositifs, mais sans reprendre les délimitations que ces derniers véhiculent, et en les considérant comme des opportunités d’engagement, un marché où l’on peut puiser des ressources de distanciation et de réinterprétations, et non sous l’angle de l’action générée.

  • 25 Bourdieu P., 1998, La domination masculine, Paris, Seuil, p. 104.

35On pourrait avancer l’idée que la valorisation (relative) de l’espace domestique, ces dernières décennies, s’est accompagnée d’une relation de mesure dans l’engagement (cf. l’engagement post-it au sens de Jacques Ion) militant. C’est à l’aune de ce couplage entre engagement domestique et engagement public, reconsidéré dans les sociétés contemporaines, notamment depuis les années 1990, qu’on pourrait penser qu’il s’agit, sinon d’une féminisation du moins d’une démasculinisation, si l’on peut parler de la sorte pour signifier autant une prégnance et une perpétuation relative des schèmes commandant la domination masculine qu’une dynamique de déstructuration, et donc de remise en cause, de ce qui fonde cette domination. Pierre Bourdieu souligne dans La domination masculine que « étant exclues de l’univers des choses sérieuses, des affaires publiques, et tout spécialement économiques, les femmes sont restées longtemps cantonnées dans l’univers domestique et dans les activités associées à la reproduction biologique et sociale de la lignée ; activités (maternelles notamment) qui, même si elles sont apparemment reconnues et parfois rituellement célébrées, ne le sont que pour autant qu’elles restent subordonnées aux activités de production, seules à recevoir une véritable sanction économique et sociale, et ordonnées par rapport aux intérêts matériels et symboliques de la lignée, c’est-à-dire des hommes25 ». C’est justement ce fondement patriarcal qui tend à être ébranlé lorsque les mères s’engagent en s’exposant publiquement, notamment pour faire face aux fils et plus largement pour reprendre la question du devenir des enfants. On voit ici une tentative, non d’affirmation par un objet reconnu de premier rang, mais de reconsidération et de l’objet – la maternité – pour le rendre éligible dans l’espace public, et de celles qui le portent dans cet espace public. Elles sont au départ cantonnées dans des seconds rôles (en réserve), laissant le devant de la scène – en partie – aux officiels (médecins, élus...) qui leur servent à bien des égards de caution de légitimité et qui, en fait, ne font guère écran. Ce ne sont pas seulement les objets (les diverses activités, même si elles réfèrent à la maternité, aux enfants etc.) ni même les modalités de l’engagement associatif avec la présence de proches, de la famille (époux) qui illustrent ce déplacement mais tout le rapport politique qui tend à se redéfinir. Pour le dire schématiquement, il n’est plus question d’un système où la transmission sociale et culturelle va de pair avec une division des tâches qui contient la femme dans l’espace domestique (et dans un rôle de réserve au sens d’une ressource secondairement mobilisable comme on le voit par exemple dans Les raisins de la colère de John Steinbeck). Mais il s’agit d’un processus d’instauration d’une prise en charge de l’espace social où la femme joue un rôle pivot en quasi-continu, non plus en posture discrète mais en posture affranchie. Ici l’inscription sociale n’est plus subordonnée à la seule position dans la sphère économique et l’activité maternelle s’affirme comme un des principes fondateurs de l’engagement public.

Conjoncture et engagement

36Les processus de repositionnement individuel et la restructuration anthropologique de l’espace public que cela tend à accompagner peuvent être analysés de maintes manières : d’une part, sur le registre public, à partir des trajectoires avec une sorte d’instauration, par étapes plutôt que par à-coups, d’une place aux femmes en même temps que les positions de mère et d’épouse se redéfinissent ; d’autre part, à partir d’une reconsidération des rapports sociaux de genre et des rapports intergénérationnels tels qu’ils semblent être problématisés – au moins par les discours accompagnant les procédures et dans une conjoncture particulière où l’incitation à l’engagement est quasi constante. Dans le contexte de la politique de la ville, ce sont moins ces appels à mobilisation que la forme d’engagement des jeunes, puis des femmes qui modifient la définition de l’engagement public de ces catégories et ainsi celle de l’espace public. La modification tient en partie à la centration sur les jeunes (devenus, au détriment des adultes, des références structurantes pour les rapports sociaux de générations), aux processus de différenciation entre jeunes défavorisés et jeunes « leaders positifs » et à la gradation d’une exposition mesurée pour les femmes. Ces dernières s’avancent prudemment et s’assurent par l’acquisition de nouvelles compétences relationnelles et par une pression pédagogique en direction de l’époux – afin de lui faire accepter ce nouveau rôle féminin, de l’aider à concevoir et assumer un repositionnement, c’est-à-dire à accepter une position relativement en retrait. En ce sens, et pour les femmes peut-être plus que pour les jeunes, on pourrait parler de privatisation de l’espace public. Car à l’inverse des aménagements domestiques de ces dernières décennies pour favoriser l’engagement féminin, les tentatives d’aménagement aujourd’hui de l’engagement public permettent de préserver l’espace privé.

37Plus largement, c’est bien toute la sociabilité qui est éprouvée. En cela, il serait pertinent de parler de restructuration anthropologique, pour souligner d’une part, les redéfinitions de rôles, et, d’autre part, les décalages de rôles ne pouvant s’entendre qu’en référence à l’ordre social généré par l’organisation industrielle (et à la structuration des relations aux espaces, entre les individus et les groupes), comme si on mesurait à l’aune des quartiers-usines (ceux qui se sont développés dans un passé encore récent autour des entreprises, là où les classifications et les hiérarchies ne se limitaient pas à l’enceinte de l’entreprise sans se superposer totalement dans son environnement), les écarts de sociabilité et plus globalement les proximités ou les distances, les connivences ou les oppositions, d’ordre social ou culturel. C’est peut-être pour ces raisons qu’on s’attarde fréquemment sur les questions relatives aux réajustements de statut des personnes. Par exemple, les relations d’autorité, ou les rapports hommes-femmes, sont considérés en perpétuelle négociation. Car, en particulier pour les rapports hommes/femmes et malgré l’évocation des statuts des femmes et de l’action sociale qui prétend concourir à leur évolution, il y a une sorte de persistance à maintenir l’homme comme référence sociale. Cette quasi-perpétuation complique évidemment le jeu de redéfinitions. Sans doute peut-on voir dans ces territoires fortement marqués par l’histoire industrielle une continuité – qui s’origine dans la socialisation de ceux qui y habitent et/ou qui y interviennent – dans la fonction attribuée à l’homme, supposé tenir une position d’interface entre le « dehors » et le « dedans » par son activité professionnelle et donnant de cette manière sens à la présence de la famille dans le quartier. Dans un contexte dit de crise, l’homme, subissant le chômage ou d’autres difficultés, peut sembler toujours tenir cette position pivot par le déficit qu’il incarne. C’est sous cet angle qu’on peut penser que les ADLM, par leur objet même et par leur inscription dans l’espace public, tendent à imposer un autre système de références.

38Mais cette inflation de thèmes liés aux dispositifs constitue également une offre de sens pour ceux qui, à des titres divers, sont présents dans ces territoires et réceptifs – quand d’autres, il est vrai, restent hermétiques à ce genre de propos. Elle constitue encore un marché qui se réajuste et qui se structure avec des jeux d’appropriation, plus ou moins intéressés et, parfois, avec des usages tactiques. Les différents agents – bénévoles, professionnels – composent des interprétations en puisant et en bricolant ces interprétations qui sont autant d’opportunités mais aussi d’éventuelles ressources de distanciation par la tension que cela suscite par rapport aux positions occupées.

L’accès à l’espace public comme processus

39Cette perspective met en relief l’intérêt d’un questionnement sur ce que l’on pourrait nommer les préambules de l’engagement dans l’espace public. Dans l’exemple des ADLM, la vie associative est saisie comme espace de recomposition des rôles à partir d’un jeu relationnel que génère le fait associatif – au sein de l’association, à ses confins avec les acteurs intéressés à la vie associative – et constituant, dans une conjoncture marquée par les difficultés d’ordre socioéconomique, une sociabilité secondaire. La prise en compte des objectifs assignés à l’association n’est considérée que comme support à l’affranchissement d’une condition et au dépassement d’une inscription territoriale. D’une certaine manière, l’objectif affiché au départ est une cause qui non seulement fait l’objet d’une redéfinition au fil du temps, mais se révèle surtout une opportunité pour prendre de l’assurance, acquérir des compétences sociales, et se construire de la sorte une place en tant qu’individu si peu que ce soit détaché des appartenances primaires. Cela se vérifie avec le débordement du cadre initialement défini pour instaurer une vie associative toute consacrée à l’expression, celle des femmes de la maternité avec diverses activités certes, mais surtout celle des adhérentes les plus actives qui se dotent de groupes de paroles. La pérennité de l’association, au-delà de l’ouverture d’une nouvelle maternité – qui était l’objectif au départ –, est devenue un enjeu ne se limitant pas à la seule redéfinition de l’orientation de l’association. Bien mieux, la dimension institutionnelle – fortement investie, avec les assemblées générales et les conseils d’administration – révèle une évolution sensible de l’engagement public. On voit en effet, après les tensions et les conflits liés à la redéfinition, les époux devenir membres du CA, alors que les femmes, depuis le début de l’association pour certaines d’entre elles, s’affichent prudemment afin de ménager la position de leur époux, évoquant une sorte de pédagogie qu’elles mettent en œuvre pour accompagner et faciliter leur repositionnement. De la sorte, l’engagement public, loin de se déconnecter de l’espace domestique, se construit pour le préserver, contribuant à une privatisation de l’espace public devenu ainsi accessible – non pas d’emblée comme le laisse croire le principe républicain – mais selon un processus d’individuation. L’individu advient en se forgeant un espace de confrontation avec des semblables et des proches dans un cadre et au travers d’une sociabilité secondaire, pour mieux se détacher de ses appartenances primaires et s’affirmer singulièrement.

40Dans ce processus, les relations de parenté, au sens propre comme au sens figuré, se restructurent. Les proches s’avèrent des personnes ressources ou, au contraire, des pôles de tension. C’est tout le jeu des statuts – celui des femmes, celui des hommes, celui des jeunes – qui se trouve ébranlé. Il apparaît bien que la fonction d’interface que tenait l’homme-époux-père dans le quartier industriel ne peut plus être assumée par lui. De fait, il ne détient plus le monopole de l’accès à l’espace social du quartier, même dans les cas où il reste celui qui travaille. Inversement, la femme, y compris lorsqu’elle travaille, ne s’autorise pas toujours une présence visible dans le quartier. Au centre de ce réajustement les jeunes occupent le devant de la scène autant spatialement que sur le registre des problématiques – et deviennent, en tant qu’objet d’investissement relationnel, un des supports de restructuration de l’accès à l’espace public, tant pour ce qui concerne les modalités pratiques qui contribuent à le privatiser, que par l’acquisition de compétences en vue de promouvoir des argumentaires et une culture du raisonnement critique (et donc avec une autre considération de l’altérité et de l’espace public entendu comme espace de positionnements différenciés).

L’action sociale en guise de politique d’intégration

41On voit, dans ce qui précède, des bricolages qu’on peut saisir comme des indicateurs de recomposition culturelle d’une part, et de recomposition de l’action publique d’autre part. Les recompositions culturelles touchent les rôles et les statuts, ceux des femmes et ceux des hommes, ceux des jeunes et ceux des adultes. Ces redéfinitions se jouent en partie dans l’espace public – l’espace physique des quartiers (le « dehors ») mais aussi dans et en relation avec l’espace domestique (le « dedans »). L’espace public s’entend selon deux acceptions : la première, celle qu’on vient d’utiliser, avec un lieu spatial où les uns et les autres se rencontrent et se croisent effectivement ; la seconde renvoie à un espace de débat, quasiment au sens de l’agora mais sans se réduire aux présents, où se produisent toutes sortes d’échanges afin de peser sur les orientations de la cité (et « faire » de la politique). Dans mon propos, et concernant les quartiers, les deux se confondent, pour souligner que l’occupation ou l’appropriation de l’espace physique conditionne largement l’accès à l’espace de débats, comme s’entremêlent le privé et le public. Le privé est invoqué pour indiquer ce qui relève d’un accès sélectif par opposition au public ouvert à tous. Mais c’est aussi une façon de reléguer, par le privé, à l’arrière-plan ce à quoi on n’accorde pas droit de cité (comme certaines différences). En ce sens, les rapports de générations tels qu’on les a traités ici et plus largement les recompositions sont des processus à la charnière du privé et du public. Ces processus indiquent en quelque sorte que la définition antérieure, qui renvoyait les affaires de famille au « dedans », ne vaut plus guère. Et mieux encore, lorsqu’on pense l’action publique sous l’angle de la transition, on peut seulement pointer que les pratiques des intervenants comme celles des habitants sont prises dans une sorte de tension (un effort), là aussi en charnière, pour résoudre le tiraillement entre modèles et références (dans la manière d’être : par exemple, pour ce qui est des rapports d’autorité, d’être femme… ou bien d’agir en tant que travailleur social, enseignant, gardien d’immeuble…) mis en avant par les politiques publiques et les références intériorisées il y a bien longtemps et parfois loin d’ici.

  • 26 Cf. Hammouche A., Micoud A., 2000, « Les êtres selon l’industrie et les êtres selon la génération  (...)
  • 27 Cette histoire, en s’en tenant au dernier demi-siècle, est faite de périodes où les migrants sont (...)

42Ces bricolages apparaissent dans certaines actions, comme celle où la mémoire des pères est pensée comme un support susceptible d’aider à la construction d’une perspective pour les jeunes26. Ces actions illustrent des tentatives de trouver des approches nouvelles, face à des publics définis par la difficulté relationnelle et posant aux adultes des problèmes d’autorité. Ces tentatives peuvent se lire comme un processus de réalliance entre adultes – les intervenants (travailleurs sociaux, bénévoles…) et les parents – face aux jeunes visés par cette opération de mobilisation d’un passé et d’une mémoire pour entrevoir un avenir. Ce couplage entre intervenants et adultes, dont il est question de valoriser la mémoire, fait rupture avec les discours sur l’autonomie préconisée dans les années 1970, lorsque les villes se développaient rapidement. C’est donc en partie une redéfinition de la posture de l’intervenant. On peut, en effet, supposer que celui-ci ne conçoit plus sa pratique seulement sous l’angle de l’affranchissement (par rapport à la famille, au quartier) et de l’opposition ou de l’ignorance d’un adulte représentant les appartenances primaires (les parents en particulier). Cette redéfinition revient de fait à remettre également en question le modèle d’intégration à la « française » dont les principes et encore plus les modalités de mise en œuvre restent bien souvent flous. Dans ce modèle, schématiquement, la personne autonomisée est mise en valeur : c’est l’individu, dans cette conception, qui est la référence et il se doit, en quelque sorte, d’être affranchi de son groupe et/ou de ses appartenances, pour être pensé intégré. Or, là justement, les actions que l’on a évoquées montrent que les processus d’intégration se fondent et prennent appui sur ces groupes et ces appartenances primaires. Ici, et par des actions qui ne sont aucunement représentatives mais caractéristiques des tentatives telles qu’on peut les voir dans les quartiers, on observe des ajustements pragmatiques grâce auxquels les uns et les autres agissent, afin que se forge concrètement (et pas seulement par principe) un accès à la citoyenneté et à l’espace public (entendu au sens d’un espace de débats) pour participer réellement à la vie de la cité. Mais il conviendrait de ne pas limiter l’analyse de ces processus aux effets tels qu’ils apparaissent publiquement. Car ces actions impliquant les migrants hommes, en tant que pères, celles concernant les femmes, en tant que mères, les uns et les autres dans leurs rapports avec les jeunes, gagnent à être situées dans le contexte social et aussi en tenant compte de l’histoire migratoire, pour mieux référer ces changements de pratiques et de représentations à la situation de contact entre individus dont les références culturelles sont différentes27. C’est sous cet angle que l’association de femmes illustre bien les processus par lesquels ces dernières viennent à modifier leur position. Cette prise en compte de la situation migratoire éclaire autrement l’autre action étudiée, celle sur la mémoire. On voit ainsi que rendre publique cette question de la mémoire, puis à sa suite celle de la paternité mais aussi celle de la maternité, revient à définir autrement le rapport aux origines et à l’immigration. L’origine des migrants n’est donc plus en réserve dans l’espace local comme dans l’espace national où ce genre d’action est valorisé. Mais ce ne sont pas là que des questions d’identité ; car traiter de la sorte de la paternité revient à organiser autrement le clivage espace public/espace privé et donc toute la fondation du politique. Ce sont là aussi des alliances, au sein même de la famille et entre parents et intervenants qui contribuent à réassurer les uns et les autres, sinon pour mieux se situer face aux enfants, du moins pour légitimer des redéfinitions de la position des adultes. Celle-ci est nécessaire d’autant plus que chacun tend à valoriser l’intersubjectivité sans pouvoir toujours l’assumer face aux enfants.

43Si ces divers engagements – ceux des élus, des militants d’associations, des professionnels dans le domaine économique, ceux des institutions mais aussi du public dans la sphère culturelle, ceux enfin des pères et des mères – sont d’ordre politique ou social, il en est d’autres qui sont plutôt en lien avec des relations professionnelles et interpersonnelles : ce qui sera traité dans les chapitres suivants consacrés aux pratiques et à l’appropriation des principes et des dispositifs de la politique de la ville par ceux qui agissent au titre de la proximité dans le logement social, celui de la médiation ou dans le secteur du travail social.

Notes

1 On s’appuie dans ce chapitre sur deux recherches : la première, réalisée entre 1996 à 2000, sur l’engagement dans les associations ; la seconde, déjà évoquée plus haut, sur les nouveaux cadres de l’action sociale de 1999 à 2002. Chaque fois, il y eut un repérage des intervenants et des dispositifs, une analyse documentaire et des entretiens exploratoires avant la constitution d’un échantillon comprenant pour la première les six dirigeantes de l’association retenue et d’autres bénévoles (une dizaine) moins impliqués dans le fonctionnement. Pour la seconde, les responsables ou animateurs de services (9) ainsi qu’une quinzaine d’intervenants ont été rencontrés.

2 Circulaire DIF/DAS/DIV/DPM N° 99/153.

3 Témoignage d’un travailleur social.

4 Témoignage d’un logeur social.

5 Des initiatives qui ne sont pas toujours conçues au titre de la politique de la ville et relevant d’autres politiques, notamment de formation et d’animation socioculturelle.

6 « Stratégies de femmes pour l’intégration », Assises Rhône-Alpes 27 et 28 janvier 1995, Préparation pour la 4e Conférence mondiale des femmes, Pékin, septembre.

7 Barou J., 1994, « Les femmes au sein de l’immigration étrangère en France », Écarts d’identité, n° 68, mars, p. 2-4.

8 Zerhaoui A., 1977, L’immigration algérienne en France, quelques aspects de la vie familiale, Paris, Maspéro.

9 Hammouche A., 1991, « L’évolution du statut des femmes maghrébines », Hommes & Migrations, n° 1142-1143, avril-mai, p. 89-92 ; 1995, « Filles et stratégies matrimoniales en situation migratoire », Regards sociologiques, 9/10, p. 91-100.

10 Sayad A., 1991, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck Wesmael, p. 215.

11 Hammouche A., Mariages et immigration, op. cit., p. 158-160.

12 Témoignage d’un travailleur social.

13 Cité par Lepage V., 1996, « Familles en difficultés cherchent pères », Villes et Quartiers Rhône-Alpes, 12, février, p. 6-8.

14 Cité par Debarbieux E., 1996, « Violence et ethnicisation dans l’école française », Hommes & Migrations, n° 1201, septembre, p. 12-17.

15 Ibid.

16 Le « sentiment d’insécurité » est déjà évoqué dans le rapport Peyrefitte en 1977 pour devenir un des thèmes centraux des débats politiques dans les années suivantes. Cf. Bonelli L., 2008, La France a peur. Une histoire sociale de la peur, Paris, La Découverte.

17 Lepage V., « Familles en difficultés cherchent pères », op. cit.

18 Ce quartier de Montreynaud, situé au Nord-Est de la ville, à six kilomètres du centre-ville, a le statut de « zone franche » (ZFU), est inscrit en Contrat de ville et, à ce titre, bénéficie d’une équipe de Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS). Il fait partie des quatre quartiers du Grand projet de ville (GPV) de St-Étienne. Cette ville a connu une décroissance démographique entre 1990 et 1999, qui a eu pour conséquence une vacance du parc immobilier, notamment le parc locatif social dans les quartiers souffrant d’une mauvaise image. Le quartier, depuis janvier 1999, se compose de 700 logements en copropriété, 700 maisons individuelles et 2 390 logements HLM gérés par 7 bailleurs sociaux. Ce parc social représente plus de 15 % de l’ensemble des logements locatifs sociaux de la ville. Depuis 1994, 25 millions de francs de travaux d’aménagements urbains ont été réalisés et 1 300 logements ont été réhabilités. Malgré ces investissements, la vacance de logements s’est développée et touchait en 2001 plus de 600 logements, représentant environ 25 % du parc locatif du quartier. La demande externe pour les logements de ce secteur reste en effet très faible, et fait plutôt l’objet de demandes de décohabitation de personnes résidant déjà dans le quartier. De 2001 à 2004 ont été démolis plus de 300 logements situés dans des immeubles en forme de barres et de tours. Cf. ACT Consultants, 2005, Financements européens et politique de la ville. Le quartier qui comptait quelques 13 000 habitants en 1990 et un peu moins de 10 000 en 1999, date de la fin des années 1960 et du début des années 1970. Il s’agit d’un quartier d’habitat social qui fait « suite », si l’on peut dire, à un quartier plus ancien, le Marais, dont l’histoire était étroitement liée à celle de Creusot-Loire, entreprise sidérurgique. Le quartier de Montreynaud connaît, comme bon nombre de quartier d’habitat social, un taux de chômage élevé (22 % par rapport aux 14 % sur l’ensemble de la ville) et une forte présence de jeunes. Les moins de 25 ans représentent près de la moitié des habitants du quartier (entre 41 % et 53 % selon les différents secteurs). 2 299 familles perçoivent les allocations familiales (40 000 sur l’ensemble de la ville) et 418 personnes bénéficient du RMI (4 412 pour tout St-Étienne). D’après le dernier recensement, Montreynaud aurait perdu 3 200 habitants par rapport à 1989 (sur les 2 390 logements sociaux que compte le site, 692 sont vacants). Outre de multiples équipements, diverses associations agissent sur le registre sportif, culturel, l’aide scolaire… et/ou, soutiennent des initiatives des habitants. Plusieurs actions en direction des parents ont été mises en place, notamment au travers du soutien scolaire, par les équipements. Cf. Hammouche A. et Micoud A., 2002, « Les êtres selon l’industrie et selon la génération : les nouveaux cadres de l’action sociale dans une zone franche à St-Étienne », Préfecture de la Loire et Ville de St-Étienne, CRESAL, novembre.

19 Voyage à Paris en 1997 ; Festival de Gannot (Vichy) avec un autocar (50 personnes) en juillet 2000 ; La Fête de l’huile à Nyons.

20 À une époque où toutes sortes de valorisation du patrimoine se multiplient.

21 Filiation sociale pour lier, d’une manière ou d’une autre, au territoire et aux populations qui l’habitent au-delà du seul cercle des proches par la parenté.

22 D’autres formes associatives pourraient être évoquées : par exemple, celles qui mettent en présence diverses catégories de migrantes et de Françaises ; on songe à ces associations de migrantes turques et maghrébines impliquées dans des cycles de formation pour occuper des postes de médiatrices et/ou de femmes-relais. On pourrait également invoquer des associations réunissant des femmes enseignantes, animatrices, etc., et dont la vocation est politique et/ou culturelle. Enfin, une mise en perspective des conditions d’émergence de ces associations où les migrants, hommes et femmes, sont nombreux (voire les seuls membres) permet de distinguer, par rapport à l’histoire migratoire, plusieurs phases. Une première phase, dans les années 1960-1970, voit les hommes (le temps des pères et du lien organique avec le pays d’origine) prédominer sur la scène associative ; une seconde phase, à partir des années 1980, voit ces pères contestés par des associations animées par des enfants de migrants et dont l’objectif est de participer à la vie publique française et non pas de se tenir en retrait (le temps des fils) mais aussi par des associations également créées par des enfants d’immigrés avec un objectif d’intervention sociale dans les quartiers (le temps des frères). C’est lors de cette deuxième phase que commence l’émergence des associations de femmes. Pour les développements concernant cette typologie, cf. Hammouche A., 2001, « Des amicales d’hier aux associations de quartier d’aujourd’hui. Un essai de typologie », Hommes & Migrations, n° 1229, janvier-février, p. 41-53. Cf. également, Hammouche A., 2001, « Engagement au féminin : la maternité sur la place », in Ion J. (dir.), L’engagement au pluriel, PUSE, p. 115-133.

23 Terme qui invite à penser sous l’angle des processus, et qui souligne le passage entre des états sociaux, d’autant plus difficilement définissables, sinon au risque de fixer des temps – celui de l’ordre industriel notamment – qui sont, comme tout temps en perpétuel mouvement. Le terme a, malgré ces limites, le mérite de pointer la difficulté de définir un horizon d’attente mais sans se focaliser sur la seule déliaison induite par les concepts d’exclusion ou de désaffiliation. La transition tend à se définir avec des agents actifs.

24 Avant que, plus récemment, les hommes, à leur tour, deviennent également un des termes de la problématique des quartiers.

25 Bourdieu P., 1998, La domination masculine, Paris, Seuil, p. 104.

26 Cf. Hammouche A., Micoud A., 2000, « Les êtres selon l’industrie et les êtres selon la génération : les nouveaux cadres de l’action sociale dans une zone franche à St-Étienne », in Micoud A., Peroni M. (coord.), Ce qui nous relie, Éd. de l’Aube, p. 129-144.

27 Cette histoire, en s’en tenant au dernier demi-siècle, est faite de périodes où les migrants sont peu visibles et d’épisodes où ils sont, au contraire, sous les feux de l’actualité. Mais les processus et les changements culturels (les femmes qui sortent alors que les hommes s’exposent ces dernières années, contrairement aux années 1960-1970) sont bien plus intéressants à éclairer, notamment sous l’angle de l’acculturation. Par ce concept, et à la suite des travaux de Roger Bastide, on peut distinguer l’acculturation matérielle (les changements concernent la dimension matérielle, on « emprunte » un nouvel outil par exemple aux « autres » sans changer la conception du travail) de l’acculturation formelle où ce sont les représentations, et plus seulement le matériel, qui se modifient (le mariage n’est plus perçu de la même manière, par exemple, et le migrant se détache de la perception des siens pour s’imprégner de la vision du mariage romantique). On peut parler également, (pour dire ces mêmes processus) de compositions et de recompositions culturelles – matérielles et formelles – ce qui aurait le mérite de souligner la dynamique de créativité toujours à l’œuvre dans un espace culturel alors que le terme d’acculturation suscite souvent auprès du public une incompréhension. Il est entendu dans ce cas comme un effacement ou un manque de culture.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable