Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique de la ville et autorité d'intervention

 | 
Abdelhafid Hammouche

II – L’économie sociale et solidaire (ESS) : une alternative ou un palliatif ?

Texte intégral

  • 1 « L’économie sociale et solidaire désigne un ensemble d’initiatives économiques à finalité sociale (...)

1À bien des égards la ville de St-Étienne, ville-centre et chef-lieu du département de la Loire, et celle de Firminy illustrent le renversement de tendance et la crise que connaît la société industrielle depuis les années 1970. En effet, la dynamique de développement avec un essor considérable consécutif à l’industrialisation du pays, depuis les débuts de la Révolution industrielle et jusqu’après la Seconde Guerre mondiale, s’achève avant cette période. Dès les années 1970-1980, le changement est pour le moins sensible avec la crise de la sidérurgie et de la mine. On peut même parler d’une rupture brutale. La région cesse de se développer comme elle l’avait fait depuis des décennies et elle subit un déclin tant économique que démographique. C’est en ce sens qu’on peut parler de renversement de logique. De rayonnante au titre de l’essor économique, la région devient rapidement sinistrée. La situation que connaît la ville de Firminy, en tant que site de reconversion industrielle, est particulièrement éclairante de ce renversement. Les tentatives pour répondre aux problèmes socioéconomiques n’en prennent que plus d’intérêt. C’est dans cette perspective de reconversion qu’il faut situer les apports et les limites de l’économie sociale et solidaire (ESS) qui devient ainsi un analyseur1. Car, dans un tel contexte, l’ESS est appréciée en tant qu’alternative à l’économie conventionnelle mais surtout en tant qu’approche possible pour contribuer aux efforts de dépassement de la crise économique et du temps industriel qui la précédait. La prise en compte de ce renversement permet de mettre en relief les décalages de toutes sortes qui accompagnent les perceptions de l’ESS. Il s’agit ainsi de comprendre la place qu’elle prend et comment elle est considérée face à l’ampleur de la crise : entre un temps en voie de dépassement où la création d’emplois et de ressources était massive et provenait de décisions lointaines au sens géographique mais aussi sociologique et un temps contemporain où la création d’emploi et de ressources, parfois d’un autre type, est mesurée et relève d’un autre rapport au local.

  • 2 Cf. pour des processus de ce type analysés dans le contexte de Montceau-les-Mines, Lucas P., 1981, (...)
  • 3 Pour situer l’ESS dans la ville de Firminy, l’enquête menée durant l’année 2005 a permis de rencont (...)

2Ce n’est pas, évidemment, sur le seul registre de l’emploi que se joue ce dépassement du temps industriel. Le rapport à l’habitat et à l’espace s’en ressent2. La relation à l’entreprise « du coin » ou à peu de distance dans la vallée de l’Ondaine où fonctionnaient les mines, n’est plus cette référence commune avec les voisins qui, par ce rapport partagé, devenaient des proches. Cette relation au travail, par l’entreprise ou la mine, n’est donc plus le socle à partir duquel se fonde la sociabilité. L’effondrement de cette référence, lorsque les mines ferment et que la sidérurgie connaît de fortes chutes d’emploi, crée bien plus qu’un déficit économique. Les quartiers d’habitat social, dont bon nombre émergent précisément dans les années 1960-1970 dans la forme que l’on connaît avec les ZUP comme celle de Firminy-Vert, se structurent alors par ce déficit. Ce décalage se perçoit encore plus amplement pour les populations immigrées. Non pas que les autres populations échappent à la déstabilisation des références, mais simplement parce que les immigrés d’aujourd’hui deviennent encore plus visibles dans une telle période de crise. Car au vu des cycles de migrations qui jalonnent l’industrialisation, les migrants antérieurs prenaient place au fil des ans et des générations par le travail. Ils devenaient de plus en plus « proches » par la référence partagée au travail, donc à l’entreprise, au territoire dans lequel celle-ci s’implantait et aux populations qui lui étaient attachées. Sommairement, d’une génération de primo-migrants aux enfants puis aux petits enfants, la banalisation de la présence se faisait concomitamment par la référence de plus en plus partagée au métier, à la considération du travail, aux compétences qu’il impliquait et aux temporalités qui leur étaient devenues communes (les trois huit). Ainsi le petit-fils devenait aux yeux de tous, d’abord chaudronnier, alors que son grand-père primo-migrant était principalement perçu en tant que Sicilien par exemple. Ce dernier avait dû se dégager, même partiellement, d’une perception du temps agricole (en termes de saison), pour en adopter une autre, découlant de l’organisation industrielle (les trois huit). Le petit-fils, par contre, ne connaissait que la logique de l’entreprise et s’attachait aux compagnons de travail sans se détacher de son grand-père. Il apparaît bien ainsi que le lien avec les autres se fabrique dans la durée et par la médiation que constitue l’entreprise. Celle-ci impose des contraintes à tous ceux qui lui sont liés mais elle génère aussi de la ressource économique et surtout sociale (des règles de vie commune). Ce processus de fondation des liens est au principe de l’urbanité des villes industrielles comme Firminy qui doit sa raison d’être au travail minier et industriel. Ce sont les fondements de ce processus qui sont rompus dès les années 1970, provoquant une déstabilisation d’envergure. Cette déstabilisation rejaillit sur tous les registres de la vie économique et sociale et conditionne donc la place prise par l’ESS. Car, avec l’émergence de celle-ci, ce n’est pas seulement le pourvoi d’un emploi qui se joue. Le dépassement du temps industriel se traduit, comme on va le voir avec les chiffres de l’INSEE, par un déclin démographique. Mais c’est aussi une autre considération de l’emploi salarié qui se façonne avec maintes difficultés : celles qui concernent l’accès à l’emploi mais aussi le statut plus ou moins précaire. Les transformations ne se limitent pas à ces deux dimensions (le rapport offre/demande et le contrat juridique). Le travail féminin et les services se développent comme les chiffres recueillis lors de l’enquête menée au titre de cette recherche l’indiquent3.

Le territoire en tant que notion de référence

  • 4 Fritsch P., 1983, « L’esprit de territoire », in Espaces de vie quotidienne, III, rapport au minist (...)
  • 5 Castel R., Les Métamorphoses de la question sociale, Une chronique du salariat, op. cit.

3L’enquête a porté sur le territoire de Firminy. Cette référence au territoire, dans les propos des acteurs, occupe une position centrale dans les raisonnements et nécessite une clarification. On le sait, la notion et la référence sont équivoques4. Apparemment le territoire est convoqué en tant que notion pour cerner une réalité économique par une délimitation où prévaut le local. Mais le découpage spatial que cela recouvre est d’autant plus malaisé à définir précisément que par ce terme de territoire se trouvent comprises différentes réalités. Relativement à notre questionnement sur l’ESS, il est utile de situer spatialement la ville entre deux pôles : celui de la ville-centre, St-Étienne, et celui de l’arrière-pays que constitue la Haute-Loire, fournisseur de main-d’œuvre en son temps. Cette manière de situer revient à souligner les processus migratoires par lesquels toute la vallée de l’Ondaine (depuis St-Étienne jusqu’à Firminy) et plus largement toute la région, ont été profondément marquées. Ainsi esquissé, le territoire de Firminy, compris entre une zone encore assez fortement caractérisée par l’agriculture (la Haute-Loire) et une autre ayant accueilli les industries rayonnantes des XIXe et XXe siècles (St-Étienne), est celui d’une mobilité engendrée par l’essor du travail salarié5. La mobilité dont il est question n’est pas seulement celle des personnes et la constante transformation de l’espace urbain depuis la révolution industrielle l’atteste. La ville, en effet, a été un lieu de changement des modes de production et de transformation des sociabilités. L’urbanité s’est d’abord définie par le croisement de ceux qui venaient y chercher de la ressource. La ville fut, à ce titre, celle de l’accueil et du passage avant d’être celle de la fixation par le travail salarié. D’ailleurs les ZUP, dès les années 1960, devaient tenir, on l’a dit, cette fonction de fixation d’une population ouvrière dont l’économie avait besoin. Or cette fixation s’est révélée assez rapidement comme une impasse pour les plus démunis. Car, par un paradoxe aux retombées désastreuses, la fixation au territoire se réalise avec les ZUP pour satisfaire aux besoins de l’économie locale lorsque parallèlement l’industrie et la mine déclinent. La vie sociale et économique d’une ville comme Firminy, à l’instar de ce qui se passe dans ce qu’on appelle les banlieues, en est altérée. La fixation devient plus ou moins rapidement une assignation sans perspective d’emploi, doublée d’un processus de stigmatisation. Pour une partie de la population, la relation à ce territoire qu’est la ZUP peut devenir « captive » et nécessite de s’en dégager pour tenter de s’insérer. Ce dégagement ne s’opère pas de la même manière selon les capacités (parcours, formations, expériences) que chacun peut ou non mobiliser. Mais en tout cas pour les générations actuelles, Firminy ne représente plus la ville où sera toujours trouvé un emploi. Le territoire peut donc apparaître comme le lieu d’une impasse sociale.

4On peut définir le territoire comme un espace socialisé que les politiques publiques contribuent à affirmer dans un processus de diversification des espaces locaux, notamment par la décentralisation et la distribution des compétences entre collectivités. Cette notion de territoire est utilisée par ceux qui agissent au titre d’une activité économique – et le bassin de référence devient la région stéphanoise – ou de l’action publique avec les quartiers de la politique de la ville par exemple. Pour l’activité économique, l’espace est restreint aux trois villes de la vallée de l’Ondaine (La Ricamarie, Le Chambon-Feugerolles, Firminy) prolongeant la ville de St-Étienne en direction de la Haute-Loire. Ce ne sont pas les seuls réseaux de mise en relation pour réaliser une activité ou pour penser l’emploi (les bassins d’emploi) ou agir sur l’habitat, qui se trouvent mobilisés avec le territoire. On le voit mieux avec l’action publique lorsque celle-ci est pensée puis mise en œuvre précisément en termes de territoire. Les découpages prennent une autre actualité et deviennent parfois des enjeux. Car si sur le registre des sociabilités, les liens s’affranchissent de ces limites, il en va autrement de la définition des périmètres des interventions. Être sélectionné ou non pour bénéficier d’une procédure ou au contraire pour ne pas être « stigmatisé » en tant que territoire dégradé est lourd de conséquences économiques et symboliques.

5On ne reviendra pas ici sur ce que ce renouveau du terme doit à la décentralisation. On se contentera de rappeler que les politiques publiques, dont les visées concernent plus ou moins l’activité économique ou ce qui est nommé de façon bien imprécise la vie sociale, s’y réfèrent. Si le périmètre et la population ne sont pas toujours les mêmes, l’action soutenue par ces politiques publiques, et notamment la politique de la ville, se définit par un ciblage à la fois de l’espace spatial et des populations. En tout cas, le local et la connaissance des populations aidées ou bénéficiaires de nouvelles activités acquièrent, dans de telles politiques publiques, un autre statut et connaissent un regain d’intérêt en devenant des préalables à l’action. Ce processus de découpage produit nécessairement des effets et l’inscription de l’ESS dans la ville de Firminy n’échappe pas à cette conception de l’action. Les associations qui déploient leur activité prennent place à côté ou avec des dispositifs liés à ces politiques publiques, parfois grâce à l’aide que ceux-ci procurent. Les appuis apportés aux acteurs de l’ESS le sont parfois à ce titre et la légitimité d’une action peut en résulter.

6À ces quelques remarques sur le territoire, on peut ajouter la multiplication de références plus ou moins liées à cette valorisation du local comme le développement social par exemple ou la proximité que l’on mettra en question plus loin. L’ESS d’ailleurs s’entend pour partie dans ces termes de proximité. Elle n’a pas le monopole de ce terme qui s’est diffusé autant pour convoquer une amélioration de service (la gestion de proximité) que pour définir une qualité de vie. Pour ceux qui tiennent de tels propos, cette proximité équivaut à une moindre distance spatiale mais aussi à une forme de sociabilité. On peut penser que se trouve là une référence (ou une valeur selon le langage adopté) mobilisée pour légitimer l’ESS. Le lointain, par opposition au proche, se définit par une distance qui se joue sur les registres économiques (avec une production de masse) et sociologiques (avec une conception uniformisante du consommateur). On ne saurait ignorer enfin qu’avec cette pluralité de définitions, le territoire devient un objet suscitant une reconsidération et d’autres regards. Sans se limiter à être des effets de la crise et sans y échapper totalement, ces renouvellements constituent des indices pour comprendre comment se fondent des tentatives pour répondre à la crise économique en valorisant la ville. On le voit, par exemple, avec l’effort pour accroître l’attractivité du lieu sur le registre économique, en mettant en relief le patrimoine comme la cité de Le Corbusier à Firminy. Celle-ci, en effet, a été retenue par la mission de valorisation du patrimoine industriel et scientifique mise en place par le CIADT (Comité interministériel de l’aménagement et du développement du territoire) du 15 décembre 1997. Ce dernier type d’action avec un soutien national rappelle que la centration sur le local n’exclut nullement les attentes ou les décisions relevant du national. C’est une autre articulation entre les échelles local-régional-national-international qui tend à s’imposer. Le premier niveau est considéré depuis la fin des années 1970 souvent en tant que lieu de l’action et du pilotage de celle-ci même lorsqu’elle est conçue au niveau national avec une forte implication des collectivités, comme on le voit avec les dispositifs liés à l’ESS.

7Le territoire retenu dans l’enquête est entendu dans une dimension institutionnelle avec le découpage qu’impose la référence à la commune. Mais cette première délimitation pour déterminer l’aire d’enquête a été affinée, d’une part, par la considération du bassin d’emploi et, d’autre part, par la prise en compte d’une autre échelle : celle de la sociabilité que représente le quartier. La seconde délimitation se traduit par la mise en relation de la dynamique que connaît Firminy avec celle de la Vallée de l’Ondaine et surtout de la ville centre qui est St-Étienne. Elle se traduit également par l’intérêt porté à l’action des équipements de proximité et des associations dans les quartiers. Dans ce qui suit, la ville est donc saisie en référence à la dégradation économique de la région stéphanoise et aussi par l’action qui se déploie dans les quartiers. La notion de territoire n’est pas pour autant épuisée lorsqu’on évoque ces deux échelles – celle du bassin d’emploi et celle de l’habitat. Elle est convoquée, comme on vient de le rappeler, pour caractériser en partie l’action publique et l’ESS. Elle est nécessairement ambiguë. Faut-il l’entendre au sens d’une « discrimination positive » ? Comme une entrée permettant de penser un développement local autrement ancré dans la réalité locale ?

8Autant de questions qui peuvent se prolonger dans l’analyse du contexte sociodémographique et économique de ce site en reconversion.

Le contexte socioéconomique

9Le bassin stéphanois a lourdement subi la crise de l’emploi consécutive à la restructuration de la sidérurgie et à la disparition des mines. La ville centre détient le record de la dévitalisation démographique en France (chute de 50 000 habitants ces vingt dernières années). À l’ouest de la ville, la Vallée de l’Ondaine (avec ses trois villes La Ricamarie, Le Chambon Feugerolles, Firminy) est particulièrement touchée par cette pauvreté économique et culturelle. La Vallée de l’Ondaine se caractérise par :

  • le plus bas niveau de scolarisation de l’agglomération ;

  • le plus bas niveau d’imposition des ménages ;

  • le plus fort taux de vote d’extrême droite ;

  • la fermeture d’agences locales d’assurance (MMA) ;

  • la chute des valeurs immobilières (phénomène commun à l’ensemble de l’agglomération classée 20e de France par la taille et 100e par les prix immobiliers).

10L’ensemble du département de la Loire subit une diminution et un vieillissement de sa population, tendance qui se retrouve de manière accentuée sur le canton de Firminy. Ainsi, pendant que l’effectif total diminue de 9 %, celui des moins de 20 ans chute de 17,5 %, sa part relative passant de 26 % à 23,5 %. Dans le même temps, le nombre des plus de 60 ans augmente de 5 %, jusqu’à représenter 26 % de la population totale en 2001.

  • 6 Source INSEE.

11Située à proximité de St-Étienne, « en bout » de département, adossé au Massif central et sans débouché naturel sur la plaine urbanisée, la ville de Firminy a connu ces dernières décennies des évolutions sociales et économiques d’envergure. Comptant près de 27 000 habitants en 1962, la ville n’a cessé de décroître passant d’une population de près de 25 000 habitants en 1990 à 19 283 habitants en 19996. Ce déclin démographique s’accompagne d’un vieillissement avec une proportion des « 75 ans et plus » plus forte que dans le reste du département (10,7 % à Firminy contre 8,6 % dans la Loire). Les « moins de 20 ans » sont 22,3 % (contre 24,3 % pour le département).

12Concernant l’immigration, la ville ne comptait que peu d’étrangers au début du XXe siècle. Leur nombre augmente après 1918, avec notamment une assez forte présence de Chinois. Mais c’est surtout après 1921 que la présence des immigrés s’accroît avec un point culminant cette année-là avant de fluctuer au rythme des crises et des phases industrielles. Il y a eu ainsi une forte immigration italienne, puis polonaise, espagnole, marocaine, portugaise et enfin algérienne. Ce sont moins les primo-migrants que leurs enfants qui subissent aujourd’hui le changement de conjoncture. Sommairement, on peut caractériser deux populations particulièrement sensibles à ce changement : celle qui possède des compétences devenues inutiles (avec les métiers antérieurement valorisés, chaudronnier, fraiseur… sans parler de la mine) et celle qui est disqualifiée de fait par les discriminations relatives à l’origine (avec les jeunes issus de l’immigration).

13Quant à la situation économique, le tableau ci-dessous illustre les processus évoqués plus haut et montre le déclin démographique et surtout la chute de l’emploi industriel.

1990

2005

Population communale

25 000

19 000

1980

2005

Emplois dans la sidérurgie

12 000

2 000

14Depuis cette période d’effondrement, la tendance générale ces dernières années est positive, à la fois pour ce qui concerne le nombre d’établissements (hausse de 792 à 915 unités, correspondant à un taux de croissance de 15,5 %) et pour l’emploi total, qui augmente de 16 %. Le poids du secteur tertiaire dans l’économie locale s’accroît sensiblement, passant de 52,8 % en 1995 à 58,1 % en 2001. Parallèlement, se développent des activités à plus forte valeur ajoutée, telles que les industries chimiques et plastiques (ouverture de deux établissements créant 163 emplois) et dans une moindre mesure la fabrication de produits électroniques (12 emplois) et minéraux (un établissement et 7 emplois nouveaux). Le secteur de la construction, bien implanté dans le canton, connaît dans la période récente une croissance de 30 % de ses effectifs. Les services de conseil et d’assistance aux entreprises se développent, avec notamment l’ouverture de 11 établissements de services opérationnels, représentant 15 % de l’emploi total de la zone (734 postes). Enfin, le commerce de détail est en croissance, avec 150 emplois supplémentaires (22 % de taux de croissance). En 2001, il est devenu le premier pourvoyeur d’emplois, devant les industries lourdes.

15En 1995, les industries lourdes, mécaniques et métallurgiques, emploient près du quart des actifs du secteur. La période récente est marquée par une réduction de leur effectif (100 personnes), visible essentiellement au travers de la fermeture du seul établissement d’industrie automobile qui employait 67 personnes, ainsi que des deux établissements de construction ferroviaire.

16Le déclin démographique de la zone produit des effets de baisse des services aux particuliers et de perte de 59 emplois, soit 37 % de leur effectif. La baisse se vérifie également dans l’immobilier et la restauration avec une réduction du personnel d’environ 25 % pour chacun de ces deux secteurs.

La situation sociale

  • 7 Ce qui n’est pas sans rappeler les mouvements migratoires impliquant d’abord des ruraux puis des mi (...)

17La longue histoire industrielle et minière, marquée par les migrations depuis la Haute-Loire voisine ou venues du pourtour méditerranéen, explique en partie le peuplement et l’enracinement de la population dans ce territoire. L’histoire locale garde aussi l’empreinte des mouvements anarchosyndicalistes. Firminy, comme d’autres villes de la région, est longtemps restée un fief communiste avec ses populations ouvrières dont bon nombre d’immigrés, d’abord européens puis plus récemment maghrébins7. La reconversion industrielle et minière a engendré un important chômage, notamment d’ouvriers peu qualifiés, une érosion démographique et un vieillissement de la population comme on l’a dit plus haut. La fermeture du dernier puits du Sud Loire a eu lieu en 1985 alors que la chute des effectifs de population et d’emplois devenait une constante. Ces bouleversements ont provoqué une restructuration sociale et urbaine qui se ressent particulièrement dans les quartiers d’habitat social.

18Le plus repérable et sans doute le plus symbolique se situe dans la ZUP de Firminy-Vert. Lors de son émergence, celle-ci incarnait la ville moderne avec ses logements confortables. Les premières années, la bonne qualité du plan d’urbanisme inspiré de la Charte d’Athènes de Le Corbusier et le bon fonctionnement des circulations organisées autour d’une seule voie de desserte (occupation du sol donnant la priorité aux espaces verts (80 %), sur le bâti (20 %), ont été soulignés par tous. Aujourd’hui, Firminy Vert est en ZUS (Zone urbaine sensible). Il a bénéficié de réhabilitations et c’est le plus important des quartiers d’habitat social avec 2 000 logements HLM (datant des années 1955-1960).

19Le quartier du Mas (ou Layat) est également en ZUS. Là aussi bon nombre d’acteurs rappellent que la satisfaction des habitants réceptionnant des logements neufs de bonne qualité était grande dans les premières années du quartier. La situation s’est dégradée avec un sentiment d’abandon de la population résultant, semble-t-il, de la conjonction de plusieurs facteurs :

  • une localisation excentrée ;

  • une mixité d’activités (PME) et d’habitat social collectif et privé individuel ;

  • des nuisances liées à une voie d’accès très empruntée et à la proximité d’une décharge ;

  • un manque d’équipements publics ;

  • une population vieillissante.

20La situation géographique accentue peut-être le sentiment de marginalisation qui se nourrit des facteurs qu’on vient de citer. La question du sentiment d’appartenance des habitants au quartier et de la reconnaissance de celui-ci dans la ville se pose de manière récurrente. Les premières actions ont été engagées en 1999 (travaux de démolition d’un foyer Sonacotra et d’une tour).

  • 8 Pour des développements concernant ces processus de rapprochement (de « fraternisation » pour repre (...)

21Le quartier de Tardive, défavorisé aux yeux des acteurs locaux, n’a pas été retenu en ZUS malgré la demande de la municipalité. Il a connu récemment un renouveau sur le registre du peuplement avec l’arrivée depuis les années 1990 de migrants turcs. Les données et analyses relatives à cette dernière vague d’immigration manquent. Cette population est parfois présentée comme une « communauté fermée, difficile à appréhender ». Il conviendrait de contextualiser plus précisément leur arrivée à Firminy et les rapports qu’ils entretiennent avec leur région d’origine. Il est fort probable que les primo-migrants connaissent un processus similaire à celui qu’ont vécu, avant eux, les migrants européens puis maghrébins. Les uns comme les autres ont d’abord entretenu des liens structurants à distance (avec un ancrage symbolique « là-bas » et un investissement fonctionnel minimal « ici ») avant de se détacher relativement de leur région d’origine par l’installation dans la durée à Firminy. Cette installation, rendant plus lointaine l’appartenance à la région d’origine (d’émigration), se combine au fil des ans avec les processus de rapprochement par le partage des références découlant de l’appartenance à la même entreprise comme on l’a évoqué plus haut8.

22Reste enfin le quartier du Soleil Levant, moins évoqué par les acteurs locaux, qui se caractérise par un habitat collectif mixant locatif social et copropriétés.

Le milieu associatif et les équipements de proximité

23Comme dans la plupart des villes, les associations sont en nombre et présentes dans divers domaines (sport, culture, solidarité…). Les plus nombreuses sont les associations sportives (six gymnases sur la commune). Il y a également des associations caritatives réunies dans un « Collectif alimentaire », touchant un public apparemment de plus en plus large et varié (personnes isolées, jeunes en décohabitation, femmes victimes de violence). Certaines associations s’adressent par leurs actions à des publics spécifiques. C’est le cas de l’association « Solidarité Femmes » avec l’ouverture d’une permanence hebdomadaire et la mise en place d’un hébergement d’urgence (appartement T4 pour des séjours de 3 semaines maximum), géré par l’association CAL PACT (Centre d’amélioration du logement pour la protection, l’amélioration, la conservation et la transformation de l’habitat). Sur le registre de l’habitat, deux associations sont présentes : Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) et la Confédération nationale du logement (CNL). Cette vie associative dynamique prend place avec ou aux côtés des équipements de proximité. On compte quatre centres sociaux dont deux sont sous gestion municipale (Firminy Vert et Layat, tous deux classés ZUS) et deux sous gestion associative (Tardive et Soleil Levant).

24Plus largement, et concernant l’action publique, la ville de Firminy bénéficie de l’action d’une mission locale et des dispositifs liés au Contrat de ville. Relativement à la commune, la politique de solidarité de la ville se définit notamment par la priorité donnée à la redynamisation du centre-ville avec la réhabilitation du bâti ancien, l’objectif d’une mixité sociale et culturelle, ainsi qu’un rééquilibrage de la pyramide des âges. Actuellement, on note sur ce secteur de fortes demandes de la population vieillissante pour du logement locatif en centre-ville, motivées par des facilités d’accès aux commerces et services de proximité. Ce secteur semble souffrir d’un manque de foncier disponible sur le territoire communal pour répondre aux demandes d’habitat individuel en lotissement pour l’installation de jeunes couples.

L’ESS à Firminy

25Nous allons nous pencher d’abord sur l’évolution du secteur de l’ESS avant d’esquisser une typologie sommaire afin d’en approcher les différentes formes. Nous poursuivrons par une réflexion sur la reconversion et la recomposition.

Évolution du secteur de l’économie sociale et solidaire9

  • 9 N.B. : source limitée aux Déclarations annuelles des données sociales (DADS) de l’INSEE excluant le (...)

26Que ce soit en nombre d’établissements, d’emploi total sur l’année ou d’effectif salarié, on note une certaine vitalité de l’ESS par rapport à l’ensemble des secteurs d’activité du canton. Entre 1995 et 2000, elle augmente de 31 % pour chacun de ces indicateurs, alors qu’au niveau général, le nombre d’établissements connaît une croissance de 15,5 %, celui de l’emploi total de 9,8 % et celui de l’effectif salarié de 17,8 %. Cette différence s’accentue encore concernant les salaires bruts, qui s’accroissent de 60 % pour l’ESS contre seulement 27,5 % pour l’ensemble.

27Cette croissance globale ne permet pas à l’ESS de prendre une place déterminante dans l’ensemble de l’économie locale. Sa part relative dans le nombre d’établissements passe de 8,7 à 10 % ; dans l’emploi total de 9,6 à 11,5 % ; dans l’effectif salarié de 7,2 à 8 % ; dans les salaires bruts de 6 à 7,5 %. Elle masque une importante disparité de situations. En nombre d’établissements, les associations représentent plus de 80 % des structures du secteur de l’ESS. Elles connaissent une hausse de 30 % alors que les coopératives triplent leur effectif (de 4 à 11) et que le nombre des mutuelles diminue (de 8 à 6). La fermeture de deux établissements mutualistes explique la diminution du poids relatif de ce secteur dans l’ESS. En valeur absolue, leur effectif et les salaires continuent néanmoins de croître, ce qui laisse penser qu’il s’agit des effets de restructuration des mutuelles bien plus que de leur déclin.

28Concernant la taille des entreprises, la totalité des établissements de l’ESS compte moins de 50 salariés. Près des deux tiers des associations emploient moins de 5 personnes. Les évolutions de l’effectif salarié, de l’emploi total sur l’année et des salaires se font au profit du secteur coopératif, dont les taux de croissance de ces différents agrégats dépassent 100 % alors que les associations connaissent une relative perte de vitesse. En 2000, les coopératives représentent 20 % des effectifs de l’ESS et 25 % des salaires. Concernant le type d’activités développées par l’ESS, on remarque essentiellement le doublement du nombre des coopératives de crédit et des associations de sport, culture et loisirs. En termes d’emplois, le domaine de l’éducation connaît un développement sensible, sa part relative dans le secteur associatif passant de 10,5 à 29,4 %. Les services aux personnes et aux entreprises subissent au contraire une baisse, leur part relative passant de 49,3 à 28,8 %. À nombre inchangé d’établissements, ces services réduisent de plus de moitié leur effectif salarié.

29Le domaine sanitaire et social connaît le même rythme de croissance que celui du secteur associatif. Avec la création de 4 établissements et de 66 emplois, il stabilise sa part relative dans l’ensemble autour de 27 %. Les activités d’accueil, d’hébergement et de restauration restent les plus minoritaires tant en terme d’établissements, d’emplois que de salaires (ces derniers accusant une chute de 60 % sur la période). Le poids des salaires des secteurs éducatif, sanitaire et social croît et représente 72,1 % de l’ensemble en 2000 contre 51,6 % en 1995.

30Entre 1995 et 2000, l’emploi occasionnel augmente beaucoup plus vite que l’emploi non occasionnel. Tous secteurs confondus, les taux de croissance respectifs sont de 32,4 % et 4,4 %. Cette tendance s’affirme encore plus nettement dans l’ESS, dont les taux de croissance de l’emploi occasionnel et non occasionnel s’élèvent à 64,4 % et 13,4 %. En 2000, la part de l’ESS dans l’emploi total est de 11,5 % contre 21,5 % dans l’emploi occasionnel. Le secteur associatif représente à lui seul plus de 95 % des emplois occasionnels de l’ESS. En valeur absolue, le recrutement dans les coopératives créées durant cette période privilégie, quant à lui, l’emploi non occasionnel (augmentation de 67 à 151) par rapport à l’emploi occasionnel (augmentation de 3 à 24). Dans l’emploi non occasionnel, la part du temps partiel dans l’ESS passe de 32,8 à 36,3 %. L’ESS représente 15 % du total des emplois à temps partiel de la zone. Les associations réunissent 90 % des emplois à temps partiel de l’ESS.

31L’emploi féminin dans l’ensemble des secteurs est stable autour de 42 %. L’ESS est caractérisée par un taux supérieur à cette moyenne (de 61,8 % en 1995 à 63,4 % en 2000), marquant une féminisation de son salariat, à nuancer selon les secteurs. Si les femmes restent minoritaires dans les coopératives (de 31,3 % en 1995 à 36,4 % en 2000), elles sont fortement présentes dans le secteur associatif (de 66,5 % en 1995 à 70,9 % en 2000). En croisant les données par sexe et condition d’emploi, il apparaît que la tendance générale à la diminution du temps de travail des femmes (de 31 à 35 % des salariées à temps partiel entre 1995 et 2000) se confirme et s’accentue dans les secteurs de l’ESS (taux de 43 et 45 %). La principale spécificité de l’ESS tient à la réduction du taux de salariés masculins à temps complet (de 68 à 60 %), plus importante que dans l’ensemble des secteurs (de 83 à 79 %). On assiste à un certain vieillissement du salariat de l’ESS, les moins de 30 ans ne représentant plus que 32 % des employés en 2000, contre 38,2 % en 1995. Cette évolution est particulièrement visible dans les mutuelles (chute de 24,5 à 15,6 %) et chez les hommes travaillant en milieu associatif (chute de 44,7 à 28,3 %). Le développement des coopératives semble avoir profité en priorité aux jeunes femmes puisque leur part dans l’emploi de ce secteur passe de 38,1 à 54,5 %.

Plusieurs formes d’ESS

  • 10 Richez-Battesti N., Petrella F., 2009, « Diversité des formes de gouvernance territoriale des polit (...)
  • 11 Enjolras B., 2001, L’économie solidaire face au marché, Paris, L’Harmattan.

32L’appartenance au champ de l’ESS n’est pas revendiquée par les acteurs, elle est rarement reconnue, et jamais mise en avant comme élément fédérateur. Compte tenu des informations recueillies, il n’est guère possible de positionner précisément ces acteurs par rapport à la gouvernance comme le font Francesca Petrella et Nadine Richez-Battesti10. Il n’est pas aisé non plus d’approcher leurs pratiques sous l’angle de leurs effets sur la relation entre État et société comme le fait Bernard Enjolras11. On peut néanmoins esquisser, à partir de ce qui ressort des neuf structures de l’ESS étudiées dans le cadre de l’enquête, une typologie sommaire afin de les situer dans le contexte avec quatre types d’ESS selon les critères suivants :

  • ancienneté, motivations à l’origine de la création ;

  • perception du territoire et échelle d’intervention ;

  • champ d’intervention et type de public touché ;

  • mode d’intervention (individuel ou collectif) ;

  • position dans le partenariat (prestation, activités propres, moteur de développement local) déterminant leurs capacités d’innovation et adaptation aux évolutions du territoire ;

  • position dans le processus de développement du territoire (travail amont de socialisation des publics en difficulté, création d’emplois, de services aux personnes, d’activités).

1 – Des structures associatives très institutionnalisées (Association service social familial migrant SSFAM, Association départementale aide familiale à domicile ADAFAD, Agir face à l’isolement, la maladie, la vieillesse AIMV)

33Ce premier type regroupe des associations de services à la personne en délégation de services publics financées par les pouvoirs publics (État, collectivités locales et en particulier le Conseil général de la Loire). Celles-ci se caractérisent par :

  • une création après-guerre, antérieure à la crise économique ;

  • une organisation des activités calquée sur la sectorisation géographique des pouvoirs publics ;

  • une ouverture géographique (forte implantation dans le bassin stéphanois, rayonnement départemental par la présence d’antennes dans le Gier, le Roannais et l’Ondaine à partir de sièges situés à St-Étienne) ;

  • un sentiment d’appartenance à l’unité géographique du bassin stéphanois ;

  • un cadre d’intervention formel avec des méthodes et des moyens jugés peu souples ;

  • des interventions ciblées sur des publics spécifiques (migrants, femmes, familles en difficulté, personnes âgées, jeunes) ;

  • un accompagnement individuel ou familial avec peu de possibilité de passer à un niveau collectif ;

  • un apport au développement économique par des formations et des qualifications, d’emplois locaux pérennes hors du champ de l’insertion (métiers peu qualifiés essentiellement féminins de type assistantes de vie, Technicienne de l’intervention sociale et familiale TISF).

2 – Des acteurs fortement soutenus par les pouvoirs publics (la Société coopérative d’intérêt collectif SCIC Ondaine, en lien étroit avec le Syndicat intercommunal de la vallée de l’Ondaine SIVO, et l’épicerie sociale et solidaire de Layat, en lien avec la politique de solidarité de la municipalité)

34Ce deuxième type – avec deux actions qui diffèrent sur plusieurs points mais sont révélatrices de la dynamique locale – se caractérise par :

  • une création très récente reflétant des volontés politiques de développement local avec parfois une dimension intercommunale ;

  • un positionnement en direction d’un même public bénéficiaire (en difficulté socioéconomique), sur des champs d’intervention complémentaires ;

  • des formes d’ESS en cours de structuration, ayant besoin de temps pour acquérir une marge de manœuvre et des capacités propres d’action et d’innovation ;

  • l’étiquette ESS mise en avant pour mobiliser des financements extra-locaux (Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire CRESS, Union Européenne UE) comme c’est le cas pour l’épicerie ;

  • des partenariats – associatifs pour l’épicerie (Groupement des épiceries solidaires de Rhône-Alpes GESRA, Association de développement de l’emploi agricole et rural ADEAR) et coopératifs pour la SCIC (réseau national des Coopératives d’activités et d’emploi CAE) – comme facteurs encourageants pour la construction de leur identité ESS.

3 – Un troisième type, avec des acteurs privés comme les Entreprises de travail temporaire d’insertion ETTI Relais Ondaine, se définit par :

  • une action découlant d’une initiative privée prise en réponse aux besoins de création d’emplois ;

  • une bonne connaissance du contexte local avec une implantation à l’échelle intercommunale (15 ans d’existence) ;

  • des formations collectives et des remises à l’emploi au niveau individuel ;

  • une culture d’indépendance financière ;

  • une logique économique de concurrence et de qualité du service rendu ;

  • un positionnement fragilisé par le contexte de crise économique.

4 – Des acteurs mettant en avant la proximité et le local comme références (Le Collectif chômeurs et le Centre social de Sous-Paulat)

35Ce quatrième type se caractérise par :

  • une création dans les années 1980 avec une constance des objectifs et des principes (stabilité, maturité) malgré une histoire militante ponctuée de crises ;

  • un ancrage à l’échelle du quartier (intervention à petite échelle assurant une bonne reconnaissance par les institutions locales et une intégration aux circuits socioéconomiques locaux) ;

  • la défense de « valeurs » (attachement au collectif comme entrée dans des parcours individuels de réinsertion sociale, selon une démarche volontaire sans prescription des services sociaux) ;

  • l’inscription dans une dynamique de développement local (appui aux initiatives locales, volonté de coordination des acteurs) ;

  • un faible effectif salarié et une forte implication bénévole ;

  • le développement d’activités propres et de prestations pour le compte des institutions (diversité des missions assurant leur autonomie).

36À partir de ces éléments pour distinguer les différents acteurs, on peut établir une relation entre le niveau territorial d’intervention des organisations et leur positionnement dans le champ de l’ESS. À ce titre, le Collectif chômeurs et le Centre social représentent les formes les plus abouties d’ESS, si on retient comme critère les rapports au territoire et à la population locale. Ceux qui animent ces deux entités disent en effet se définir par un lien étroit au territoire du quartier, par l’histoire et la proximité avec les habitants. La reconnaissance acquise leur permet, apparemment, une ouverture à des partenariats locaux diversifiés et la participation volontaire aux dynamiques de développement local. Inversement, l’implication institutionnelle forte des collectivités locales dans les entreprises plus récentes d’ESS (SCIC et épicerie) marque une volonté de leur faire jouer un rôle moteur dans la politique de développement du territoire, avant même qu’elles se structurent dans le champ de l’ESS.

37Cette volonté politique d’intervenir rappelle la dimension contextuelle. En 2002 il y eut la signature d’une convention territoriale avec la Délégation interministérielle à l’innovation, à l’expérimentation sociale et à l’économie sociale (DIES) et la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (CRESS) pour favoriser le développement de l’ESS sur le territoire. Ici sans doute plus qu’ailleurs, la déstabilisation avec la logique antérieure (industrielle) qu’on a évoquée plus haut est perceptible. Cette différence d’échelle – entre le temps industriel, la crise récente, et le nombre des emplois perdus, lorsque ceux-ci ne se créent plus à distance et par centaines, voire par milliers – reste le plus souvent implicite. Mais les acteurs, notamment les élus, pensent autrement le développement local : il devient un impératif qui prend tout son relief dans pareille conjoncture où les emplois se mesurent dorénavant à l’unité et nécessitent, selon eux, une débauche d’énergie qu’ils ne rechignent nullement à donner. L’attente manifestée à l’égard de la recherche sur ce thème par de nombreux acteurs peut d’ailleurs s’interpréter comme un intérêt porté à l’analyse de processus de création et de consolidation pour l’améliorer.

38Dans ce paysage et cette diversité d’acteurs, le projet de l’épicerie sociale et solidaire illustre cette volonté politique. Il est porté par la municipalité depuis 2001. Voici les étapes marquantes de ce projet :

  • en 2001 : l’engagement de réinvestir le quartier Layat est formulé lors de la campagne électorale. Selon les élus, les habitants expriment un « besoin prioritaire en commerce de proximité » ;

  • en 2002 : des études de marché sont réalisées et concluent à un effectif de population trop faible pour envisager la rentabilité commerciale d’une supérette type Casino. La municipalité se réoriente alors sur le concept d’épicerie sociale et solidaire suite à l’information communiquée par une élue verte sur l’opportunité des Conventions territoriales lancées par la DIES (« dossier monté dans l’urgence, en huit jours »). Le projet portait initialement sur l’ouverture de l’épicerie et d’une crèche socio-hospitalière, cette dernière ne s’étant pas réalisée car le « partenaire hôpital n’était pas prêt » ;

  • en 2002-2004 : la gestation de l’association porteuse « Le P’tit pont de Layat » dure deux ans. Les partenaires institutionnels sont initiateurs de l’action. Ils ne siègent pas au conseil d’administration (CA) mais au Comité de pilotage. Les membres du CA doivent aujourd’hui se « réapproprier » le projet.

39On peut s’interroger sur l’articulation de cette politique de la commune, illustrée par cette épicerie, et la dynamique de développement local impulsée par différents dispositifs comme le SIVO. Celui-ci est présenté comme un moteur, en termes de mise en réseau des acteurs et de mutualisation des moyens existants limités, pour une cohérence d’ensemble du développement socioéconomique. Il a, en effet, impulsé la création du PLIE – Plan local pour l’insertion et l’emploi – comme « outil de développement local au service d’une meilleure dynamique de l’insertion et de l’emploi dans l’Ondaine » (coordination des acteurs de l’insertion sans juxtaposition d’une nouvelle structure). Il a soutenu le lancement d’actions communes PLIE/ESS mais sans reconnaissance particulière des spécificités de l’ESS, de son positionnement particulier dans l’insertion (ni de la part de la ville qui l’amalgame aux travailleurs sociaux ni des acteurs de l’ESS eux-mêmes.) Il a participé à la mise en place de la SCIC, au même titre que le PLIE comme dispositif de sa politique d’insertion par l’économique, ainsi qu’à l’établissement de la maison de l’Ondaine (future maison de l’emploi), misant sur l’idée que la proximité géographique entre professionnels du champ de l’insertion économique et institutions débouche sur un rapprochement opérationnel.

40On l’a vu, dans ce contexte difficile, l’ESS prend une place mesurée avec (et parfois aux côtés) des associations, notamment celles qui sont très présentes dans la vie sociale sur le registre des solidarités ou en matière de sports et de loisirs. Elle se situe aussi avec les dispositifs de développement local et de la création d’activités et d’emplois souvent mobilisés en relation avec les secteurs de l’action sociale. Dans ce dernier secteur, les interventions identifiées sont essentiellement coordonnées, voire impulsées par les institutions locales et confiées à des services sociaux spécialisés, sous statut associatif. Comment alors penser la reconversion et la recomposition du territoire avec cette diversité et cette complexité ?

Reconversion et recomposition du territoire

La reconversion

41Le plus souvent la reconversion est évoquée comme un moyen pour faire face à la crise. En la concevant et l’opérant, il s’agit de réaliser un changement « adapté à une situation nouvelle. » Mais les restructurations que connaissent les entreprises, (ou plus largement la sphère de l’économie) et les repositionnements que les individus tentent d’opérer ou qu’ils subissent se font selon des rythmes différents. Aborder de la sorte la reconversion revient à définir deux registres dynamiques avec des effets de décalage (entre les évolutions économiques et celles des individus). On l’a dit, la région de Firminy a subi de lourdes transformations qui laissent pour partie les populations démunies. Dans un tel paysage l’ESS prend-elle une fonction de régulation ? De réparation ? Ou incarne-t-elle une alternative à une économie industrielle ?

42Au niveau local et au vu des chiffres ci-dessus évoqués, la réponse ne peut qu’être mesurée et nuancée. Le processus de restructuration des acteurs économiques et celui d’acquisition des compétences ne correspondent pas nécessairement. Les repositionnements pour prendre une autre place localement, par exemple pour développer des activités d’aide à la personne ou pour concevoir d’autres perspectives de parcours professionnels – moins assurés et peut-être avec plus de variation d’emploi – supposent du temps. Depuis les années 1970, la crise est déjà longue dans ses effets mais les réponses apportées par les dispositifs de l’action publique ou les apports de l’ESS sont trop récentes pour permettre des enseignements définitifs. L’ampleur du décalage entre les emplois perdus et ceux qui ont été plus récemment créés, notamment dans le secteur de l’ESS, invite à écarter l’idée d’une alternative. Il est vrai que, dans les années 1980-1990, les entreprises d’insertion et autres structures de l’économie sociale ont revendiqué un rôle de transition, à la fois pour les personnes sorties du circuit ordinaire des entreprises industrielles ou artisanales ou pour ceux qui n’y sont encore jamais entrés. Encore faut-il dans ce cas que le circuit ordinaire persiste et que les entreprises dites d’ESS ou ayant vocation à le préserver se transforment effectivement en entreprises économiques. C’est en ce sens que l’ESS fait figure d’alternative aux yeux de ses promoteurs. Certes, elle prend une place qu’il est éclairant de questionner mais elle ne remplace pas les anciennes industries fournisseuses d’emploi, elle n’écarte pas non plus – et sur ce point il convient de prendre en compte les âges (les générations) et donc les socialisations – les représentations qui leur étaient associées (avec l’emploi fixe et local notamment). Il faut donc relativiser l’apport modeste de l’ESS mais sans pour autant minimiser les évolutions qualitatives qu’elle accompagne et qu’en partie elle produit.

  • 12 Sans vouloir rappeler l’histoire de l’ESS, on peut signaler que la notion n’est pas nouvelle et qu’ (...)

43L’aide à la personne, par le service rendu à la famille dans des situations de difficultés passagères ou plus structurelles, ou aux personnes âgées, en fournit une illustration. La relation avec la personne ou le maintien de celle-ci dans son environnement s’offre comme un pôle de développement d’activité. Certes il faut situer la création et le développement de ce pôle dans une histoire qui connaît quelques accélérations après la seconde guerre12. Mais depuis la période de crise des années 1970, les références au « relationnel » (par la considération de la personne en tant que telle mais aussi de « l’intergénérationnel », de « l’interculturel », des relations de voisinage, de la proximité…) se multiplient. Par l’ESS (et plus largement par les dispositifs des politiques publiques), ce relationnel tend à devenir de plus en plus un secteur d’emploi. Cette tendance ne se traduit pas par des créations massives, loin donc de la logique industrielle, et n’échappe pas toujours à la dévalorisation. Celle-ci d’ailleurs peut s’interpréter comme une empreinte laissée par le temps industriel où dominaient les métiers en « dur » liés à la production. La raison industrielle et la logique instrumentale qui lui est inhérente laissaient peu de place à ce relationnel réduit le plus souvent à l’assistance. Il faudrait, pour être plus rigoureux et mieux situer ce rapport entre logique industrielle et considération de la personne, rappeler les analyses de Michel Foucault pour ce qui concerne la discipline qui contraint les corps mais permet aussi l’avènement du sujet par la subjectivation des rapports. Car la manufacture (l’usine mais aussi la mine), avec sa structuration en atelier, traduit une certaine conception des rapports de pouvoir. L’espace est celui de la surveillance (le panoptique) et celui du corps contraint par l’organisation. Mais c’est aussi par celle-ci que s’affirme l’individu dans sa singularité, dans ses rapports avec le collectif et, plus largement, avec l’environnement et la parenté, ce qui n’est pas sans rappeler les processus évoqués plus haut, concernant le temps industriel. On le sait, ce processus de reconsidération de la personne se traduit parallèlement à l’industrialisation, dans toute la vie sociale et dans l’action publique, notamment par des changements de paradigmes de l’action sociale (ce que les expressions assistance sociale puis travail social et enfin intervention sociale résument en partie). En tout cas, ici, il prend place dans ce processus de reconversion et de dépassement du temps industriel. Mais ce n’est pas seulement la nouvelle considération des difficultés inhérentes à la vie familiale ou au vieillissement qui se révèle dans l’ESS. La place prise par l’emploi féminin atteste de ce difficile dépassement d’un temps où l’emploi masculin était pensé comme le seul permanent (alors que le travail féminin quelle que soit sa durée réelle était perçu comme ponctuel ou limité dans le temps).

44La reconversion revient donc à tenter de dépasser la crise, lorsque le cadre, qui était opérant jusque-là, vient à manquer et laisse les individus démunis. Elle concerne les entreprises et sur un autre registre les individus, dans un processus de repositionnement. Celui-ci peut se penser également en termes de recomposition.

La recomposition des territoires en reconversion

  • 13 Hammouche A., Les recompositions culturelles. Sociologie des dynamiques sociales en situation migra (...)
  • 14 Cf. sur ce point et plus largement sur la discussion relative à cette approche théorique : Muller P (...)

45Le mérite de ce deuxième terme est peut-être de mettre encore plus en relief un processus de composition et donc d’ajustement. Le terme de composition, comme tout autre terme, prend des sens quelque peu différents selon le contexte : la composition d’un plat, celle d’un Conseil d’administration… On l’entend ici en tant que processus dans le sens de composer avec, autrement dit négocier, faire avec. Ce n’est pas verser dans un quelconque libéralisme que de souligner cette dimension : il ne s’agit pas de penser un cadre économique où les individus seraient tenus de s’adapter continûment. Dire composition pour caractériser un espace social revient à considérer l’ensemble que cela constitue comme une dynamique culturelle (une manière de vivre sans distinguer l’économique et le social). La composition est inhérente à toute communauté humaine et l’affirmer de la sorte permet de dénaturaliser les cultures. Celles-ci ne sont pas figées et se transforment par cette constante composition. La recomposition s’opère dans une conjoncture où les changements s’accélèrent et obligent, comme on l’a dit, à des transformations d’envergure. Les représentations et les modes de penser n’échappent pas à cette dynamique. Les cadres cognitifs s’en ressentent et il est éclairant d’aborder ce processus de recomposition sous cet angle13. On peut, dans cette perspective et à la suite de Pierre Muller qui étudie l’action à partir des représentations des acteurs, analyser la réception de l’ESS sur la ville de Firminy14. Car le parcours des divers agents, les horizons qu’ils s’autorisent dépendent également de leurs cadres cognitifs. Qu’est-ce qui fait autorité à leurs yeux en quelque sorte ? On peut penser que la plupart des acteurs ne peuvent ni complètement effacer les anciennes références – celles de l’industrie évoquées plus haut – ni ignorer les nouvelles. Les injonctions accompagnant les politiques publiques ou la considération de l’ESS connaissent le même sort. Elles ne peuvent ni être complètement reprises ni complètement écartées. Raisonner de la sorte ne revient pas à souligner une impasse mais à questionner autrement l’appropriation de l’ESS et de tout ce qui s’apparente aux yeux des acteurs à une alternative. Certaines réactions qu’on entend chez des élus ou dans des associations de l’ESS, lorsque sont évoquées les lourdeurs de création d’activités par exemple, peuvent être rapportées à cette recomposition et aux tensions qu’elle engendre. Il ne s’agit pas de pointer des résistances ou des rejets idéologiques mais plus simplement une manière de penser l’action dans le temps, celui des générations et celui des socialisations de ceux qui ont connu le temps industriel de près ou de loin et sont amenés aujourd’hui à vivre un autre temps.

  • 15 Une épicerie du même type est en cours de mise en place dans la ville voisine du Chambon-Feugerolle (...)

46Prendre en compte les manières de penser et les décalages que génère la crise sur ce registre permet d’interroger les perceptions et les analyses mobilisées pour agir. Pour s’en tenir à deux exemples, on peut ainsi questionner autrement le soutien apporté à la création d’une épicerie solidaire malgré le changement de municipalité ou la dynamique provoquée et soutenue par le SIVO15. Il ne s’agit nullement d’opposer ces actions qui, toutes, reflètent une conjoncture socioéconomique difficile et ses retombées démographiques. On saisit simplement deux processus qui peuvent servir d’analyseurs pour mieux questionner le déploiement et l’appropriation de l’ESS.

  • 16 Perdue par le PCF au profit d’une coalition « divers droite ».

47Avec ces deux actions, ce n’est pas seulement une diversité qui tend à s’élargir pour inclure tous les secteurs et la plupart des acteurs liés à l’action sociale. C’est, d’une part, une centration différenciée sur les publics bénéficiaires : les familles en difficultés et les demandeurs d’emploi. Mais c’est aussi un indice de la diffusion du mode opératoire qu’est le dispositif auprès des élus pour l’épicerie et des professionnels du SIVO. Car l’organisation en dispositif ne se limite pas au seul développement social et l’ESS n’y échappe pas. L’appropriation de ce mode opératoire devient même, à certains égards, stratégique pour accroître l’activité au sens large. Savoir travailler en dispositif équivaut à connaître et établir un lien avec au moins une partie de ceux qui agissent et éventuellement partager des analyses avec eux et même peser sur ces dernières. C’est aussi participer au contexte local dans le cadre général de l’action publique (c’est vrai également pour des partenariats de type privé). L’évocation des difficultés relatives à la naissance du projet de l’épicerie peut se lire sous cet angle d’abord comme une difficulté à intégrer cette part de négociation propre au dispositif (ou au partenariat), puis comme une relative banalisation de ce mode opératoire. Le changement de municipalité16, sans rejet du projet ni de la méthode par la nouvelle équipe, équivaut à une reconnaissance de la part du personnel politique de ce type de démarche où l’expérimentation le dispute aux ajustements de montage. La dépense « d’énergie » au titre du partenariat, comme le dit une élue, apparaît excessive car on peut penser que la référence implicite reste l’emploi industriel. Sans doute verra-t-on dans le changement de municipalité qu’il y eut en 2002, une explication à la lenteur de la mise en œuvre de certains projets et à l’appropriation par les élus des procédures pour soutenir des projets d’ESS. Mais malgré ces épisodes politiques, bon nombre d’élus impliqués considéraient la mise en œuvre d’un tel projet comme un processus sans fin, avec une gestion complexe de la relation partenariale et des divers enjeux institutionnels. Pour ces acteurs, il fallut du temps pour se familiariser et s’approprier ce type de démarche.

48On peut également interpréter ces difficultés relatives au processus de recomposition en mettant en relief la dimension générationnelle. Certes, ceux qui ont été socialisés dans un contexte industriel sont sans doute plus imprégnés de l’idée de la création massive d’emplois. Mais on constate que bon nombre d’entre eux se sont familiarisés avec les dispositifs et procédures liés à la politique de la ville et plus largement au développement social et à l’insertion. La recomposition ne se limite pas en fait à la connaissance de telles modalités d’action. C’est le rôle même de chaque intervenant et inévitablement son statut qui sont remis en cause. Les élus, comme d’autres acteurs du monde associatif, sont amenés à concevoir autrement leur implication. Ils tendent à devenir ou sont invités à adopter une posture d’agent de développement local avec ce que cela suppose de connaissances pratiques, administratives, juridiques pour entreprendre des démarches relativement innovantes et incertaines. Pour ce type d’acteur, la recomposition, telle qu’on vient de l’approcher, se définit par :

  • les difficultés relatives à l’appropriation des procédures ;

  • une considération renouvelée du bénévolat ;

  • la perception en termes de complexité du partenariat ;

  • la construction sinon d’une culture commune d’ESS du moins d’une vision commune quant aux objectifs assignés aux actions dans ce domaine.

49Ce sont autant d’obstacles structurant cette recomposition avec le passage d’une conception de l’emploi relevant de décisions lointaines ou centrales à une conception où l’expérimentation, le pilotage et donc les tâtonnements propres aux montages partenariaux semblent déterminants. Le processus d’élaboration et plus largement de montage apparaît alors bien aléatoire, d’autant plus que le poids des bénévoles paraît important (ce qui accentue l’aspect aléatoire dès lors que les bénévoles sont perçus comme des individus pouvant revenir sur leur engagement).

50Du côté du SIVO, les difficultés inhérentes à cette recomposition sont moins perceptibles. D’une part, la SCIC apparaît aux yeux des acteurs comme un outil adapté, compte tenu de la décentralisation et des difficultés rencontrées par les départements. Pour eux, elle s’offre comme outil complémentaire et permet d’impliquer les collectivités territoriales. À Firminy, elle est portée par le syndicat mixte (avec toutes les communes de la vallée) dans le cadre du contrat de pays et a permis une extension à l’échelle du département avec une antenne à Roanne. Par le cadre juridique qui est le sien, la SCIC facilite apparemment le travail avec les chambres consulaires et le dépassement relatif des représentations limitatives de l’Économie sociale et solidaire. D’autre part, concernant le rapport aux dispositifs, on note une sorte de fluidité pour la méthode partenariale. L’intérêt pour le « relationnel » est soutenu principalement par des professionnels impliqués dans des actions de la politique de la ville. Pour eux, l’instrumentalisation du dispositif, afin que les échanges se traduisent dans des orientations et des appuis réciproques ou une mutualisation, ne pose guère problème. Pour eux encore, cette amélioration n’efface pas un certain nombre de questionnements, notamment sur la définition du local lorsque l’action porte sur plusieurs sites (comme dans l’exemple de la SCIC avec l’antenne). La prise en compte de cette dimension cognitive ne se limite pas aux acteurs institutionnels et professionnels. Dans cette perspective, l’analyse de la situation permet de situer ce que l’on a nommé un décalage relatif entre l’ampleur de la crise et les réponses mesurées. Les atouts et les limites du territoire, tel qu’il est défini par les acteurs se référant au périmètre de leur action, se révèlent autrement dans un tel renversement de conjoncture. La perception des compétences et des handicaps, ceux des individus ou des entreprises comme ceux du territoire, ne relève pas de la seule lecture des données objectives.

  • 17 Flahault E., Noguès H., Schieb-Bienfait N., 2011, Vers une économie sociale et solidaire, Rennes, P (...)
  • 18 Une des autres villes retenues pour la recherche.
  • 19 Les deux maires ne sont pas de la même génération et n’ont pas les mêmes expériences politiques et (...)

51Les acteurs évoquent d’ailleurs à leur manière la difficulté de se dégager des classifications et des appréciations industrielles pour situer autrement (et pas réactivement) les activités de l’ESS et notamment les actions de proximité ou d’aide à la création d’entreprise comme on le voit à Firminy. Ce sont de fait les formes de l'entrepreneuriat, l'emploi et des rapports salariaux au sein de cette économie comme son ancrage territorial qui se trouvent éprouvés17. La demande de reconnaissance, que certains d’entre eux ont formulée au cours de cette enquête, peut se lire sous cet angle : conforter les références, les valeurs et les visées d’activités qui semblent précaires et peu considérées. Le contexte local pèse évidemment dans cette (dé) valorisation de l’ESS : la vallée de l’Ondaine se caractérise (mais moins que Grenoble18 par exemple) par une histoire militante alternative. Firminy a certes bénéficié d’innovations impulsées depuis le mandat de M. Claudius-Petit, maire de Firminy de 1953 à 1971 (qui fut ministre de la reconstruction et de l’urbanisme), avec notamment la création de Firminy-Vert puis de la Maison de la culture par Le Corbusier. Mais ces actions d’envergure sont restées dans la lignée d’un développement urbain structuré par le rapport aux grandes entreprises du XIXe siècle. L’action de M. Dubedout, maire de Grenoble de 1965 à 1983, à l’inverse, peut être pensée, notamment pour les déploiements d’équipements de proximité dans les quartiers et les soutiens apportés à la vie associative, comme préfiguratrice d’une économie de service et d’une autre sociabilité19.

52Cette recomposition ne s’effectue donc pas sans heurts et on peut penser à une sorte de transition entre l’ère industrielle et celle des services, qui se reflète dans les chiffres mais se vérifie aussi par l’évolution des esprits dans l’appréciation de l’ESS, même si celle-ci continue à faire l’objet d’une considération ambivalente.

Quelle place prend l’ESS dans une telle conjoncture ?

53Face à ces contraintes fortes liées au déclin démographique et à la restructuration de son économie que connaît le territoire de Firminy, quels enseignements peut-on tirer ? Ils sont de trois ordres : le premier concerne le contexte dans lequel s’inscrit l’ESS, le deuxième a trait au poids de l’action publique, le troisième est relatif aux perspectives qu’on peut dégager.

54L’enclavement géographique et culturel de la vallée de l’Ondaine, les difficultés à restructurer un système productif laminé par le déclin des industries traditionnelles expliquent en partie un contexte local lourdement marqué par le chômage de masse et le vieillissement.

55La présence de différentes formes de coopération et de solidarité est ancienne dans la région, tant dans le monde associatif que syndical. On songe, à titre d’exemple, aux multiples entraides dans le domaine du logement (les Castors) ou dans celui des jardins ouvriers. Mais ces formes se sont affirmées en contrepoids ou aux côtés des grandes entreprises. Ce sont des expressions du monde ouvrier avec les mouvements d’éducation populaire, les associations et les structures liées au catholicisme social. L’emploi massif, les classifications et les organisations venues d’ailleurs constituaient, avec les ateliers et les mines, un arrière-plan, un socle, à partir duquel naissaient ces régulations et ces espaces de médiation. La vie sociale, les parcours et les horizons en étaient conditionnés. C’est dans ce cadre que s’exprimaient les attentes et se forgeaient les réponses. Mieux que la référence au plein-emploi, toute la période d’industrialisation se définit par une recherche constante de main-d’œuvre et donc par des flux migratoires. Cet essor considérable a été parallèle à l’instauration d’un État providence et de la naturalisation du travail salarié. Il est sans doute toujours utile de rappeler, à l’instar de l’analyse de Robert Castel, que ce travail salarié n’a pas toujours existé et que, somme toute, il n’est pas si ancien historiquement. Il n’empêche que, pour les générations actuelles, la désindustrialisation et la fin des mines ont constitué un effondrement du cadre de vie. Le statut de l’économie conventionnelle comme celui de l’ESS s’en trouvent évidemment reconsidérés.

56Le contexte de ce bassin d’emploi, en effet, conditionne largement la réception et la mise en œuvre des actions de l’ESS. Il n’y a pas de commune mesure entre la logique industrielle et minière avec le processus de création d’emploi et de ressources qui lui est inhérente, et la logique d’émergence des activités dans le secondaire ou le tertiaire avec l’ESS. L’énergie requise et le déploiement des moyens pour concevoir celles-ci et les soutenir apparaissent disproportionnées par rapport à la conjoncture précédente, où l’emploi était décidé ailleurs (le siège des grandes entreprises de la sidérurgie et les houillères) et massivement. Le local est considéré autrement, lorsque c’est dans ce cadre qu’il faut trouver et déployer les ressources. À Firminy, l’ESS ne trouve pas de renouveau en termes d’initiatives populaires ni de groupe social susceptible de prendre le relais d’une classe ouvrière précarisée et hétérogène, ne portant plus d’actions communes et autonomes. Les acteurs économiques et institutionnels locaux s’entendent sur l’impératif de mobiliser au mieux les faibles ressources disponibles pour redynamiser le territoire avant tout en terme d’emplois et d’activités. Les préoccupations communes concernent les difficultés de recrutement liées aux questions de transmission des métiers et de renouvellement des compétences. Elles visent la mise en adéquation entre l’offre de formation et les besoins des entreprises, au risque de donner la priorité à l’emploi même précaire par rapport à la qualification. Les associations (sports-loisirs, caritatif) sont présentes et agissantes sans que leurs actions locales et sectorielles évoluent toujours en lien avec le territoire et les acteurs publics.

57Face à la déconstruction des jeux d’alliance, ayant historiquement structuré la place de l’ESS dans son contexte économique, social et institutionnel, l’enjeu semble aujourd’hui d’identifier et de promouvoir de nouvelles formes d’interaction entre champs d’intervention, entre organisations de l’ESS et entre acteurs du territoire autour d’intérêts partagés et mobilisateurs.

58Pour tenter d’opérer une relance économique, l’action publique se veut forte, pragmatique et se décline à plusieurs niveaux. Ainsi le Conseil général finance le secteur fortement institutionnalisé de l’action sociale spécialisée. Ce dernier domaine est très présent à Firminy, visible et professionnalisé (ADAFAD pour l’aide à domicile des familles, ASSFAM pour l’accueil des migrants par exemple). Au niveau communal, le récent projet d’épicerie sociale et solidaire témoigne d’une volonté d’intervenir de manière transversale, en matière de commerce de proximité dans un quartier d’habitat social, de commerce équitable et d’appui aux producteurs locaux. Plus largement, l’action publique, qui était sectorielle, se développe progressivement dans une logique territoriale, impulsée notamment au niveau intercommunal, où elle se veut coordonnée et structurante en matière d’insertion professionnelle et de création d’activité. À ce titre, le SIVO se positionne comme acteur de développement local, au moyen de deux outils principaux, le PLIE et la SCIC Cap Ondaine dont il se trouve partie prenante. L’ESS n’y apparaît qu’en filigrane, par les partenariats associatifs pilotés par le PLIE ou la forme coopérative choisie pour appuyer la création d’activités. Sans appui de la sphère publique, l’ESS suit les tendances de l’économie locale relatives au déclin des services aux particuliers et à la précarisation du travail (occasionnels et partiels, contrats d’insertion). On peut penser que, pour constituer un élément de l’attractivité du territoire, l’ESS doit trouver sa place au sein d’un ensemble orchestré par les pouvoirs publics. Sans que cela lui soit clairement reconnu, ce secteur participe à la mise en place de conditions favorables à l’implantation de ménages et de nouvelles activités. Sur le registre de l’emploi, il se trouve en moyenne plus dynamique que le reste de l’économie locale (augmentation de 31 % de l’emploi total pour atteindre 11,5 % de l’ensemble de l’économie locale en 2001). Les chiffres des dernières années montrent qu’une dynamique est à l’œuvre dans les secteurs de la construction, du commerce et du conseil aux entreprises. Dans ce contexte, il serait intéressant d’étudier les potentialités offertes par l’économie sociale et solidaire en tant que créatrice de nouveaux emplois basés sur le partage du temps de travail et de nouvelles activités éducatives, culturelles et sociales déterminantes pour l’attractivité du territoire. L’attention pourrait également se porter sur les effets (d’entraînement, de segmentation, de complémentarité ou de concurrence…) induits par la proximité de St-Étienne (analyse du développement simultané des coopératives de crédit sur les deux zones par exemple). À Firminy, au contraire, faute de ressources et de débouchés, l’entrepreneuriat social et économique peine à se mettre en place de façon autonome, ce qui explique qu’il fasse l’objet d’un effort particulier de structuration de la part des pouvoirs publics.

59Au vu des éléments recueillis, plusieurs questions relatives à la fonction de l’ESS ou à sa dynamique peuvent être reprises :

  • L’ESS apparaît comme un analyseur et tient un rôle de diagnostic et d’expression des demandes sociales qui aboutit à une implication accrue des organisations socioculturelles dans le champ de l’éducation et de l’insertion professionnelle (problématiques transversales d’interculturalité, éducation, intégration, alphabétisation, accès aux droits…). Elle fait office d’amortisseur, en accompagnement des familles et des individus, pour atténuer les effets négatifs des restructurations économiques. Les associations d’éducation populaire héritées du militantisme ouvrier sont devenues prestataires de services dans des dispositifs publics. Après avoir bénéficié d’un tissu associatif traditionnel dense dans leur phase d’émergence, les équipements sociaux remplissent aujourd’hui une fonction d’encadrement et de soutien de ces mêmes associations dans une position d’intermédiaire entre habitants et municipalité. En matière économique, face à la perte d’hégémonie de la grande entreprise, les acteurs de l’ESS semblent vouloir réagir collectivement en cherchant à encourager la diversification du tissu productif, tant en appuyant les initiatives individuelles (SCIC, CEA) qu’en renforçant les PME/PMI existantes (groupements, développement des services aux entreprises).

  • La territorialisation de l’action gagne à être interrogée par la recomposition déjà évoquée et, qui d’une certaine manière, se définit largement par un autre rapport aux dispositifs. Pour le dire schématiquement, il apparaît que les acteurs se sont approprié les outils opérationnels que représentent les dispositifs. Le « relationnel », pour inclure dans ce terme ce qui a trait aux rapports entre individus, représentant des institutions ou des associations, s’entend comme une donnée nécessaire même si l’investissement en temps que cela suppose reste pensé comme démesuré. Mais, le rapport au territoire et précisément au local prend également une autre signification, lorsqu’il s’agit de penser l’essor de l’existant par l’implantation d’antennes. Il y a une définition de fait du local qui n’interdit nullement un développement délocalisé. L’essor de la SCIC en est une illustration avec l’implantation à Roanne, dans le nord du même département de la Loire, d’une de ses antennes. Il ne s’agit pas, aux yeux des acteurs, d’ignorer ce qui spécifie les dynamiques locales mais de s’en inspirer, à partir de l’expérience de Firminy, pour reprendre et affiner la structuration d’une telle démarche, en considérant ce qui est propre à Roanne. Est-ce à dire que, se distinguant dans ses fondements au départ, ce genre d’initiative d’ESS rejoint la même logique de développement que les entreprises de l’économie conventionnelle ? Rien n’est moins sûr, même s’il faut tout de même signaler le problème que pose la pérennisation et la consolidation de telles activités qui peuvent passer par ce genre de développement. Il convient également de ne pas trop se focaliser sur la seule SCIC en tant qu’innovation relative et surtout sur la logique entrepreneuriale qu’elle incarne.

  • Concernant la dynamique de l’ESS et en se référant aux propos le plus souvent tenus par les acteurs locaux, deux actions prennent une dimension emblématique et incarnent les deux logiques soutenues sur Firminy : celle de l’aide à la consommation (avec l’épicerie), celle de l’aide entrepreneuriale (avec la SCIC). Car si cette dernière logique reflète la dynamisation de l’ESS sur Firminy, elle ne saurait occulter une deuxième logique qu’incarne l’appui fourni par la ville à l’épicerie sociale. Ainsi, on pourrait mettre en relief, d’une part une logique d’aide à la consommation (à la demande), et d’autre part, une logique d’appui à la création d’entreprises. La première implique plus nettement les élus, les services de la ville et les associations et ressort de ce qu’il est convenu de nommer la société civile. L’autre logique révèle le croisement entre ce qui ressort de l’ESS et ce qui est engendré par les dispositifs de l’action publique. L’impulsion et l’animation, toutes deux nécessaires dans les deux logiques, ne reposent pas sur les mêmes fondements. Avec les uns (les dispositifs), la professionnalisation nourrit la rationalisation instrumentale de l’action (au sens de Weber) qui semble plus maîtrisée. Avec les autres, les relations partenariales restent une manière d’agir difficilement appropriée, ce qui rejaillit sur la démarche dans sa totalité.

  • Pour ce qui est des réseaux, l’enquête à Firminy révèle une forte connaissance et reconnaissance affichées entre acteurs, soucieux, disent-ils, de concentrer leurs énergies sur la revitalisation de l’entité géographique et historique que constitue la vallée de l’Ondaine. Les dynamiques actuelles montrent la recherche de nouvelles réponses basées sur le partenariat bien que les articulations concrètes entre SCIC, épicerie et PLIE restent à trouver. La dimension collective de l’ESS, si elle ne disparaît pas, subit dans les deux cas de profondes mutations, davantage portée par des logiques professionnelles et institutionnelles que par la mobilisation de groupes sociaux militants. Néanmoins, les organisations de l’ESS se positionnent difficilement comme acteurs à part entière des dynamiques territoriales. Clarifier l’apport des organisations de l’ESS au territoire permettrait de s’interroger sur leurs rôles, dans l’appropriation et la répartition des ressources disponibles, ou encore sur leurs capacités à produire des effets d’entraînement positifs sur leur environnement (sur les organisations elles-mêmes, sur les publics ou sur le territoire pris dans sa globalité). De nombreux indices montrent des volontés de lutte contre l’émiettement des initiatives, la segmentation du marché du travail, la précarisation des conditions de vie et d’emploi, l’enfermement géographique et social des populations pour une plus forte mutualisation, des efforts de sortie de la proximité et du court terme, de professionnalisation des organisations et de pérennisation des emplois créés.

60Malgré ce dynamisme relatif, l’action publique relève d’une dynamique continue de tâtonnements, de tentatives nouvelles et d’appuis aux actions existantes sur le registre de l’ESS, quelle que soit l’orientation politique depuis vingt ans (Parti communiste puis coalition avec différents partis de droite et quelques « transfuges » de gauche). Le paysage actuel offre une palette diversifiée d’intervenants, depuis les associations et les équipements de proximité jusqu’aux dispositifs de l’action publique, et notamment ceux de la politique de la ville dans le cadre intercommunal qui est celui de la vallée de l’Ondaine. Émiettement, fragmentation et efforts de recherche de cohésion et de consolidation sont autant de termes qui balisent un processus d’affirmation de l’ESS, dans une fonction d’accompagnement de la recomposition des territoires et des pratiques. Le dépassement de la phase industrielle impose de concevoir des modes d’actions, des formes d’économie alternatives. Ce dépassement se fait selon les ressources sociales locales et les révèle. Ainsi, les structures syndicales et associatives servent de points d’appui. Mais la question de l’échelle de référence, lorsqu’on parle de l’ESS, demeure néanmoins : est-elle un accompagnement, une sorte de transition pour dépasser le temps industriel et la massification de l’emploi ? ou une alternative appelée à se développer amplement et durablement ? La mise en valeur de la proximité, de la qualité de vie ou de la solidarité recherchées par le biais de ce type d’économie se vérifie encore dans le propos des acteurs. Mais en même temps, la recherche d’une reconnaissance institutionnelle plus affirmée laisse penser que la consolidation n’ira pas sans la reprise de méthodes reconnues dans l’économie conventionnelle. Même si tout le monde n’est pas à la même enseigne, entre ceux qui animent les dispositifs et sont à plus à l’aise dans la gestion de ces outils, et les élus qui se les approprient plus difficilement, savoir agir avec des montages nécessitant du temps et de l’énergie devient, pour tous ces acteurs, un des paramètres de l’autorité d’intervention. Il faut aussi savoir faire valoir les atouts locaux et repérer les nouveaux besoins, notamment dans le domaine des services à la personne. La vision économique, plus précisément celle du développeur local, s’impose à tous. La légitimité politique suppose un engagement pour l’emploi et pour la redéfinition du rôle économique dévolu à l’espace local.

61À l’instar de l’ESS, l’action dans le domaine culturel connaît, elle aussi, des processus de redéfinition des pratiques. Le champ culturel s’est en effet élargi, depuis la naissance de la politique de la ville, avec les cultures urbaines, les arts de la rue, ou les musiques actuelles. Plus ou moins explicitement, les pratiques artistiques ainsi qualifiées sont rattachées dans les discours aux banlieues et dédiées à une fonction de cohésion sociale. Ces actions naissent et se structurent dans la perspective de faciliter la participation des populations à la vie sociale. Il est question d’intégration, parfois de cultures d’origine, pour valoriser apparemment ces dernières et transformer le regard porté sur les banlieues et ceux qui les habitent. Ces actions ne sont pas sans remettre en question les pratiques et les frontières, comme celles qui distinguent l’action sociale et l’action culturelle, et sans doute encore plus avec des tentatives de coproductions impliquant intervenants et publics, avec une visée d’intégration plus ou moins revendiquée, compte tenu de la place prise par l’interculturalité et la référence aux populations immigrées.

62Ce n’est évidemment pas sans conséquence sur l’autorité d’intervention. Car si le registre culturel semble moins impératif que celui de l’économie, il n’en est pas moins considéré par les acteurs comme une nécessité déterminante pour combattre la dévalorisation symbolique qui frapperait les populations.

Notes

1 « L’économie sociale et solidaire désigne un ensemble d’initiatives économiques à finalité sociale qui participent à la construction d’une nouvelle façon de vivre et de penser l’économie à travers des dizaines de milliers de projets dans les pays du Nord comme du Sud. Elle place la personne humaine au centre du développement économique et social. La solidarité en économie repose sur un projet tout à la fois économique, politique et social, qui entraîne une nouvelle manière de faire de la politique et d’établir les relations humaines sur la base du consensus et de l’agir citoyen », selon la définition donnée par la 2e Rencontre internationale sur la globalisation de la solidarité (organisée à Québec en octobre 2001) cité dans Solidaires du monde ; voir http://blognotes.solidairesdumonde.org/archive/2009/04/21/definition-de-leconomie-sociale-et-solidaire.html, consulté le 26 février 2011.

2 Cf. pour des processus de ce type analysés dans le contexte de Montceau-les-Mines, Lucas P., 1981, La religion de la vie quotidienne, Paris, PUF.

3 Pour situer l’ESS dans la ville de Firminy, l’enquête menée durant l’année 2005 a permis de rencontrer la plupart des acteurs institutionnels, professionnels et associatifs agissant sur la ville. Lors de cette enquête, il y eut d’abord un repérage des acteurs puis une analyse documentaire à partir des éléments recueillis auprès de ces derniers et des administrations. Les animateurs ou les responsables de la plupart des structures de l’ESS furent ensuite rencontrés, parfois à plusieurs reprises, pour des entretiens. Ceux-ci ont porté sur l’organisation et l’histoire de la structure, sur les activités (système de production, relations avec l’environnement et au-delà), le positionnement par rapport à l’ESS (les apports mutuels, les principes communs, les spécificités), les avancées et les difficultés au niveau des activités (partenariat, commandes) et par rapport au territoire. Les entretiens et les données furent analysés, nécessitant parfois des compléments recueillis par téléphone. Ce qui est restitué ici résulte donc d’entretiens semi-directifs et de documents divers présentant l’activité des structures de la ville. Cette enquête sur les zones de reconversion industrielle avec l’exemple de Firminy s’inscrit dans un cadre plus large avec un ensemble de recherches portant sur « l’économie sociale et solidaire dans la recomposition des territoires urbains » (réalisée en collaboration avec l’IEP de Grenoble dans le cadre du Programme de recherche interuniversitaire et régional en économie sociale et solidaire pour le compte de la Préfecture de Région Rhône-Alpes, et restituée en janvier 2006). Le séminaire a été animé par Danièle Demoustier ; l’enquête a été réalisée avec l’aide d’Aurélia Haller.

4 Fritsch P., 1983, « L’esprit de territoire », in Espaces de vie quotidienne, III, rapport au ministère de l’Urbanisme et du Logement, p. 39-123 ; Ion J., Le travail social à l’épreuve du territoire, op. cit. ; Marié M., 1982, Un territoire sans nom. Pour une approche des sociétés locales, Paris, Librairie des Méridiens ; Thauriale T., « Travail social et territoire », op. cit.

5 Castel R., Les Métamorphoses de la question sociale, Une chronique du salariat, op. cit.

6 Source INSEE.

7 Ce qui n’est pas sans rappeler les mouvements migratoires impliquant d’abord des ruraux puis des migrants venus de pays étrangers dans différentes régions françaises comme la région minière du Nord-Pas-de-Calais qui a accueilli des Polonais, des Italiens puis des Maghrébins. Cf. Aries P., 1971, Histoire des populations françaises, Paris, Seuil.

8 Pour des développements concernant ces processus de rapprochement (de « fraternisation » pour reprendre le concept de Max Weber ou de « communalisation », autre concept du même auteur pour dire une dynamique de liaison par le sentiment d’appartenance à un ensemble), cf. Hammouche A., 1994, Mariages et immigration - La famille algérienne en France, Lyon, PUL.

9 N.B. : source limitée aux Déclarations annuelles des données sociales (DADS) de l’INSEE excluant les données du répertoire Sirene.

10 Richez-Battesti N., Petrella F., 2009, « Diversité des formes de gouvernance territoriale des politiques sociales et place des organisations d’économie sociale et solidaire : regards croisés sur les services de ‘ care’en Europe », Revue Pôle Sud, p. 25-40, n° 31/2.

11 Enjolras B., 2001, L’économie solidaire face au marché, Paris, L’Harmattan.

12 Sans vouloir rappeler l’histoire de l’ESS, on peut signaler que la notion n’est pas nouvelle et qu’elle se retrouve préfigurée dans divers discours et initiatives pour traiter les difficultés sociales et économiques par exemple par le catholicisme social. Cf. Fritsch P., 1977, « De la famille cible à l’objet-famille », Disciplines à domicile, Recherches, n° 28, novembre, p. 209-311, et particulièrement une entreprise de régénération, p. 247-269.

13 Hammouche A., Les recompositions culturelles. Sociologie des dynamiques sociales en situation migratoire, op. cit.

14 Cf. sur ce point et plus largement sur la discussion relative à cette approche théorique : Muller P., 2005, « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique. Structures, acteurs et cadres cognitifs », Revue française de science politique, vol. 55, n° 1, février, p. 155-187. On utilise plus loin cette approche pour questionner les évolutions du travail social.

15 Une épicerie du même type est en cours de mise en place dans la ville voisine du Chambon-Feugerolles.

16 Perdue par le PCF au profit d’une coalition « divers droite ».

17 Flahault E., Noguès H., Schieb-Bienfait N., 2011, Vers une économie sociale et solidaire, Rennes, PUR.

18 Une des autres villes retenues pour la recherche.

19 Les deux maires ne sont pas de la même génération et n’ont pas les mêmes expériences politiques et historiques. Le maire de Firminy fut un résistant connu et a participé fortement à la scène nationale dans les années 1950-1970 ; celui de Grenoble s’est fait connaître bien plus par son implication locale avant de devenir président d’une commission nationale importante dans l’histoire de l’insertion et de la politique de la ville.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable