Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politique de la ville et autorité d'intervention

 | 
Abdelhafid Hammouche

Préface

Philippe Fritsch

Texte intégral

  • 1 Diderot D., 1753, article « Composition », Encyclopédie, t. III, Œuvres complètes, Société encyclo (...)

1« Un tableau bien composé est un tout renfermé sous un seul point de vue […]1. » Ce jugement de Diderot vaut pour l’ouvrage qu’Abdelhafid Hammouche propose à notre lecture. En effet, les parties qui composent ce livre « concourent à un même but », celui d’étudier les « dispositifs d’action publique » qui caractérisent la « politique de la ville », telle qu’elle s’est développée en France depuis quelques décennies. C’est sous cet angle que le travail de recherche a été mené et que les données d’enquêtes, tant documentaires que de terrain, ont été l’objet d’analyses fines et théoriquement bien ancrées. C’est aussi de cette visée que résulte l’agencement de chapitres dont la « correspondance mutuelle » – la formule est encore de Diderot – a pour effet de constituer un ensemble cohérent et convaincant.

2Bien sûr, d’autres points de vue auraient pu être pris et, pour autant, d’autres recherches auraient pu être engagées. Par exemple, les archives institutionnelles et médiatiques auraient pu être interrogées pour ce qu’elles disent des motifs et des objectifs de la politique de la ville ou surtout de ses avatars au gré des luttes qui marquent, structurent et ébranlent le champ politique. Mais tout autre est le point de vue choisi par le chercheur. Il a porté le regard sur les pratiques des « agents ordinaires » de cette action publique, pour en explorer les formes typiques et en découvrir tant les principes que les particularités. Chemin faisant, il en est venu à énoncer les données du problème spécifique que pose ce mode d’action, celui de « l’autorité d’intervention », de ce qui la fonde et la légitime mais aussi de ce qu’elle implique.

  • 2 Villeneuve-Bargemont A., 1841, Le Livre des affligés, t. 2, p. 2 sq.

3Dès la première page de l’introduction, l’auteur reprend la définition qu’en 2002 la Cour des comptes donnait de la politique de la ville et il observe que la délimitation des espaces urbains ainsi visés a varié dans le temps. Cependant, grosso modo, il s’agit des banlieues ou, plus précisément, des territoires que la langue politiquement correcte désigne sous l’euphémisme de « zones urbaines sensibles ». C’est donc moins « la ville » elle-même qui fait l’objet d’une politique de l’État que certains de ses quartiers qualifiés de « sensibles ». Il ne s’agit plus du faubourg d’autrefois, ni de la « ville souterraine que peuple la misère souffrante, honteuse et dégradée » – dans Le Livre des affligés (1841) Villeneuve-Bargemont décrivait ainsi les caves des villes industrielles, en l’occurrence celle de Lille, qu’il comparait à ces « splendides mausolées » sous lesquels gisent « des cadavres »2. Mais ce sont encore des lieux et des milieux qui font problème tant pour ceux qui y vivent que pour ceux qui, à distance ou au quotidien, ont la charge de les gérer.

  • 3 À cet égard, la chronologie de l’action publique qui figure en annexe constitue un précieux instru (...)

4L’attention aux successives « problématisations » conduit l’auteur à individualiser « la politique de la ville » comme un objet de discours et de pratiques, distinct des politiques du logement ou de l’habitat qui l’ont précédée et relevant, dans sa formulation comme dans ses implications, d’une problématique spécifique qui pose les questions autrement et leur donne d’autres réponses. Un premier chapitre, bien documenté démographiquement et économiquement, montre l’émergence de la politique de la ville dans ce qui, faute de mieux, pourrait s’appeler le « champ urbain ». Sous cette expression est à entendre non un espace mais un ensemble disparate de préoccupations, d’énonciations (officielles ou non), voire d’institutions, de pratiques diverses, les unes d’enquête ou de recherche, les autres de bricolage au jour le jour ou d’expérimentation, certaines d’incitation, d’autres de contrôle ou de normalisation, qui ont pris pour cible des catégories de population urbaine ou des territoires urbains3.

5Mais, plutôt que d’inventorier les éléments de cet ensemble à géométrie variable, le chercheur s’est attaché à en distinguer les caractéristiques essentielles ou, pour mieux dire, à en concevoir « l’idéaltype ». Si, d’une manière générale, l’action publique est affaire de dispositions (lois et décrets d’application) et de dispositifs conçus pour obtenir les résultats attendus des décisions prises, la politique de la ville se différencie par la volonté affichée de « co-production », entre partenaires, de dispositifs tendant à ce que chacun puisse participer à l’action engagée. C’est en tout cas l’hypothèse avancée et ce qui apparaît au terme des analyses menées dans trois secteurs d’activité : celui de « l’économie sociale et solidaire », celui de « l’action culturelle » et celui de « l’action sociale ». Au fil des chapitres qu’Abdelhafid Hammouche consacre à chacun de ces domaines et aux formes d’action qui s’y développent, les problèmes que pose cette « nouvelle donne » s’énoncent dans leur spécificité et dans ce qu’ils ont de commun.

  • 4 Pollak M., 1986, « La gestion de l’indicible », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62- (...)

6Cependant, au lieu de s’efforcer à « dire d’avance » (praefari) ce que le livre dira lui-même au lecteur, il est sans doute préférable de s’arrêter brièvement sur l’enchaînement des questions qui ont orienté les recherches et structuré l’ouvrage. Une des premières porte sur les causes de la « déstabilisation » des agents, professionnels ou non, qui interviennent au titre de la politique de la ville auprès des populations des « quartiers sensibles ». Qu’il soient travailleurs sociaux, bénévoles d’association ou a fortiori régisseurs, gardiens d’immeuble et autres professionnels de la gestion quotidienne d’espaces ou d’équipements collectifs, leur intervention ne peut plus être ce qu’elle était : la conjoncture est autre certes, et cela est particulièrement perceptible dans la sphère économique, mais ce sont avant tout des situations différentes qui appellent des réactions autres et des modes d’intervention nouveaux. Plus généralement, la conception d’une politique qui mise sur la concertation et la proximité ne peut que déstabiliser les agents ordinaires de l’action publique. « Livrés à eux-mêmes », ils sont au contact direct d’habitants qui ont de bonnes raisons de manifester leur hostilité, par exemple à l’égard de leur office de logement social, ou encore qui ont quelques motifs sérieux de développer des « stratégies d’évitement » par rapport aux jeunes squattant les caves ou privatisant les cages d’escalier, les bas d’immeubles et d’autres espaces collectifs. En un sens, certaines situations auxquelles sont confrontés ces agents des « avant postes » rappellent par leurs effets déstabilisateurs – même assortie d’un précautionneux mutatis mutandis, la comparaison paraîtra sans doute excessive, sinon déplacée – les témoignages de déportées recueillis et commentés par Michaël Pollak4.

  • 5 Pollak M., 1993, Une identité blessée, Paris, Métaillé, p. 152.

7Comment s’en sortir, comment tenir au moins jusqu’au lendemain, comment survivre symboliquement en tant qu’agent d’une politique (policy) ? C’est là une deuxième série de questions. Le plus souvent, c’est à chacun de se débrouiller et de faire front au cours de confrontations délicates. Dans les meilleurs des cas, l’organisation qui emploie ces agents de proximité met en place des dispositifs d’appui ayant pour objectif de développer les capacités d’observation et de réflexivité. En général, il s’agit de sessions de formation où les agents concernés, par exemple les gardiens d’immeuble, se retrouvent entre eux et, avec l’aide d’un animateur, reviennent sur les situations vécues et les analysent – « toute expérience extrême est révélatrice des constituants de l’expérience “normale” »5 – afin de percevoir les attitudes des uns et des autres, juger de leurs effets, etc. Ce type de dispositif, souvent complété par un « suivi » sur le terrain, peut aussi donner lieu à des rencontres avec d’autres intervenants de terrain, travailleurs sociaux, enseignants, policiers et autres professionnels.

8En quelque sorte, les analyses présentées dans ce livre remplissent une fonction analogue : les lire c’est, pour ainsi dire, pénétrer au cœur de ce qui fait problème pour les agents de la politique de la ville. La description de situations concrètes de face à face tendu permet d’appréhender les difficultés de ces agents dont il est dit qu’ils sont « en première ligne », personnellement exposés et démunis du secours que l’anonymat d’une relation de service réserve d’ordinaire aux agents administratifs ; elle donne aussi un aperçu des ressources personnelles mobilisées. L’on en vient ainsi à comprendre comment se combinent bricolages empiriques sur le terrain et problématiques partiellement inspirées des sciences sociales. En plus d’un endroit, Abdelhafid Hammouche évoque le rapport entre certains acteurs de terrain formés aux sciences sociales et les modèles d’analyse ou d’action engagés. L’orientation ou « l’école » à laquelle ils se réfèrent n’a rien d’insignifiant – par exemple, « l’École de Chicago » ou la sociologie pragmatique plutôt que d’autres références théoriques et méthodologiques.

9Dans le prolongement de cette piste de recherche, l’étude de la circulation internationale des idées et des pratiques ne manquerait pas d’intérêt. Que l’on songe par exemple au rôle joué en France par ce que les Canadiens appelaient « les petites initiatives locales ». Pourraient également être prises en compte les expériences militantes qui ont marqué certains bénévoles ou professionnels (tentatives d’autogestion ou de démocratie directe, par exemple) et qui leur ont proposé des modes d’action autres que les fonctionnements établis ou routiniers. L’auteur a d’ailleurs esquissé ce type d’enquête. Les trajectoires sociales des agents de la politique de la ville – des conseillers ministériels aux gardiens d’immeubles, en passant par les diverses catégories de travailleurs sociaux, de bénévoles et de nouveaux professionnels – sont effectivement à étudier au moins pour ce qu’elles révèlent des affinités entre les systèmes de dispositions constitués tout au long des parcours des uns et des autres et les référentiels cognitifs qu’ils utilisent de manière différentielle.

10Les principes d’action qui caractérisent essentiellement la politique de la ville – importance accordée au partenariat et au « relationnel », à la médiation, donc à la dissipation des malentendus et à la pacification des relations, mais aussi à la concertation et à la participation du public, etc. – se déclinent différemment selon le statut, plus ou moins assuré, des agents ; selon leurs habitudes professionnelles et le positionnement de leurs institutions de référence, enfin selon la période considérée. À cet égard, Abdelhafid Hammouche ne manque pas de prendre en compte la dimension chronologique de son objet. Tantôt il s’agit du temps de l’immigration, donc, par exemple, de la distance plus ou moins grande avec le passé et un mode de fonctionnement, tant de l’autorité que des relations conjugales et parentales, qui n’a plus cours dans le présent des nouvelles générations. Tantôt ce sont les successives phases du travail social (de l’idéal d’émancipation des populations à celui du vivre ensemble malgré tout) et les différentes vagues de travailleurs sociaux. Mais surtout, ce qui importe c’est le décalage entre la conception de zones urbaines, construites dans une perspective de croissance industrielle, et la fuite de cet horizon, donc la fin des possibilités apparemment offertes, qui en font aujourd’hui les constituants d’une « ville insensée ». Si la question de l’autorité est au point focal de cet ouvrage, c’est essentiellement qu’elle se pose en raison même de la discordance entre les concentrations de populations, pensées et réalisées en fonction d’une conjoncture à présent dépassée, donc entre des horizons d’attentes qui ne peuvent que s’éloigner, et des conditions actuelles d’existence qui leur font un présent difficile à vivre et un avenir peu « radieux ».

11Tout en développant les analyses qui décrivent, au plus près et de l’intérieur, les caractéristiques essentielles de la politique de la ville, dans ses objectifs et ses réalisations, l’auteur ne s’en laisse pas conter. L’évaluation de la politique de la ville n’est certes pas son propos. Il ne fait pourtant pas l’impasse sur les angles morts d’une vision qui met en valeur les convergences et qui tend à ignorer ce qu’elle laisse hors champ. Ce sont notamment les repositionnements souvent difficiles qu’imposent les nouveaux cadres d’action, les concurrences entre nouvelles catégories d’intervenants et agents déjà en place, mais c’est surtout la persistance, sinon l’accentuation, des difficultés économiques et sociales des populations ciblées. Sans méconnaître l’écart entre les objectifs affichés de la politique de la ville et ses résultats, le chercheur s’est avant tout attaché à mettre en lumière comment elle fonctionne ou, pour le dire autrement, ce qui la constitue et ce qui en résulte pour ses agents ordinaires.

12Sur cette base, l’étude prend de l’ampleur théorique : l’auteur s’interroge sur la valeur paradigmatique de cette politique publique et la portée heuristique de ses analyses pour comprendre plus généralement l’action publique telle qu’elle se déploie actuellement dans les diverses sphères d’activité. Cet ouvrage, comme ceux qu’Abdelhafid Hammouche a précédemment livrés au public, témoigne de la qualité des recherches qui le fondent – c’est le cas en particulier de l’attention du chercheur à la diversité des situations et à la fluidité des processus en cours. Mais surtout il invite à poursuivre la réflexion sur l’action publique, à partir des données qu’il analyse, en s’engageant sur les pistes qu’il trace.

Notes

1 Diderot D., 1753, article « Composition », Encyclopédie, t. III, Œuvres complètes, Société encyclopédique française et le Club français du livre, 1970, t. III, p. 545.

2 Villeneuve-Bargemont A., 1841, Le Livre des affligés, t. 2, p. 2 sq.

3 À cet égard, la chronologie de l’action publique qui figure en annexe constitue un précieux instrument de repérage.

4 Pollak M., 1986, « La gestion de l’indicible », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, p. 30-53.

5 Pollak M., 1993, Une identité blessée, Paris, Métaillé, p. 152.

Auteur

Professeur des universités

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540