Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À droite de la droite

 | 
Philippe Vervaecke

Partie I. Les cultures politiques des droites radicales en contexte : éléments de comparaison transmanche

La droite radicale vue par ses opposants : l’antifascisme en Grande-Bretagne et en France

Jeremy Tranmer
Traduction de Olivier Esteves

Texte intégral

  • 1 Dans les pages qui suivent, l’expression « antifascisme » fait référence à l’opposition active et o (...)
  • 2 Voir, par exemple, Nigel Copsey, Anti-Fascism in Britain, Basingstoke, Palgrave, 2000; Dave Renton,(...)
  • 3 Le British National Party (B.N.P) est actuellement le parti d’extrême droite le plus influent en Gr (...)

1Que ce soit en France ou en Grande-Bretagne, l’antifascisme1 a été somme toute peu étudié, contrairement d’ailleurs au volume de publications sur l’extrême droite. En France, très peu d’analyses ont été faites. Quant à la Grande-Bretagne, il a fallu attendre ces dernières années et les essais de Nigel Copsey ou Dave Renton pour que ce champ soit enfin exploré2. On peut être surpris de cette quasi-absence d’analyses touchant à un phénomène qui, par ailleurs, n’a pas manqué de susciter une vaste mobilisation dans les deux pays. De prime abord, il peut sembler incongru d’étudier et de comparer l’antifascisme français et son homologue britannique : en effet, l’extrême droite outre-Manche n’a jamais été très puissante et ses succès électoraux sont très peu nombreux. On pourrait donc en conclure que l’antifascisme y constitue un phénomène marginal, contrastant avec une France où l’extrême droite représente quant à elle, depuis les années 1980, un acteur de premier plan dans le paysage politique national3. Il est clair que la Grande-Bretagne n’a jamais vu de manifestations telles que celles organisées en France entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2002, qui culminèrent avec le rassemblement du 1er mai, lorsque plus d’un million de personnes défilèrent à travers le pays. Néanmoins, manifestations et concerts de protestation contre le National Front à la fin des années 1970 et contre le B.N.P au début des années 1990 ont à plusieurs reprises attiré des dizaines de milliers de personnes. De plus, l’antifascisme français et britannique représente des phénomènes assez largement comparables dans la mesure où ils ont pour vocation principale de marginaliser politiquement l’extrême droite.

  • 4 Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples.
  • 5 Ligue Contre le Racisme et l’Antisémitisme.
  • 6 Certains militants se concentrent également sur la collecte et la diffusion d’informations : c’est (...)
  • 7 Par souci de cohérence et de concision, ce chapitre n’évoquera pas les activités et le discours de (...)

2L’antifascisme est loin de constituer un tout homogène. Certaines associations qui militent en son sein sont modérées. Elles mènent compagne contre le racisme en général et font de la mise en place de recours légaux contre la discrimination une véritable priorité : on pense ici à S.O.S Racisme, au M.R.A.P4 et à la L.I.C.R.A5 en France ainsi qu’à l’Anti-Racist Alliance (Alliance Anti-Raciste) en Grande-Bretagne, par exemple. Certaines sont plus militantes et promeuvent la confrontation physique avec les membres des partis ou groupes d’extrême droite : en France, on pense au S.C.A.L.P (Section Carrément Anti-Le Pen) ou au réseau No Pasaran, dont les équivalents britanniques gravitent autour d’Anti-Fascist Action (Action Antifasciste). Mentionnons également ces mouvances « intermédiaires » incarnées par des organisations telles que Ras L’Front (R.L.F) ou la Ligue Anti-Nazie (Anti-Nazi League), toutes deux ayant joué un rôle moteur dans l’antifascisme français et britannique ces dernières années6. L’antifascisme subit des changements à travers le temps, notamment à cause des recompositions et des modifications de stratégie au sein même de l’extrême droite. Ce chapitre analyse la Ligue Anti-Nazie dans la Grande-Bretagne des années 1970 et Ras L’Front dans les années 1990 et au début des années 2000. Nous tenterons d’établir et d’expliquer quelles sont les similarités et les différences entre ces mouvements, s’agissant notamment de leur vision de l’extrême droite et des méthodes à utiliser afin de la combattre7. L’extrême droite française et britannique constituent des phénomènes marqués par une véritable hétérogénéité, mais Ras L’Front a surtout concentré ses efforts sur le Front National et, de son côté, la Ligue Anti-Nazie s’est surtout consacrée à combattre le National Front.

L’opposition à l’extrême droite

  • 8 Son discours sur les « rivières de sang » provoqua un véritable tollé lorsqu’il fut prononcé à Birm (...)

3La Ligue Anti-Nazie fut fondée en 1977, à un moment où le National Front, créé dix années auparavant, commençait à rallier un certain nombre de membres des classes ouvrières. Le conservateur Enoch Powell faisait figure de héraut de l’opposition populaire à l’immigration et captait très souvent l’attention médiatique, au détriment d’un National Front relégué à la marge du paysage politique britannique8. Néanmoins, la décision prise par le gouvernement conservateur d’Edward Heath d’accepter que des Asiatiques ougandais s’installent en Grande-Bretagne changea la donne en profondeur : ainsi, lors d’une élection partielle à West Bromwich en 1973, le parti termina troisième en obtenant 16 % des voix. Le nombre de ses membres atteignit 17 000, ce qui lui permit de présenter plus de cinquante candidats aux élections législatives de février 1974. Si ces derniers remportèrent en moyenne 3,3 % des suffrages dans les circonscriptions où ils s’étaient présentés, il n’en reste pas moins que les émissions télévisées montrant les résultats électoraux permirent au parti de se faire connaître de l’opinion publique dans son ensemble. Deux années plus tard, le National Front parvint à exploiter la décision prise par le gouvernement travailliste d’accueillir des Asiatiques du Malawi en Grande-Bretagne, se présentant pour l’occasion comme le seul parti à même de défendre les traditions d’une nation blanche. Lors d’élections locales à Leicester, ses candidats s’arrogèrent 18 % des voix, tandis qu’en 1977 les candidats du National Front londonien remportèrent en moyenne 5 % du suffrage, avec quelques pics à 15 %. Dans le même temps, le nombre d’agressions à caractère raciste augmenta de façon très sensible à travers le pays.

 

  • 9 En avril 1978, 80 000 personnes environ participèrent à un carnaval à Victoria Park (Londres), orga (...)
  • 10 Il s’agissait de la première personne morte pendant une manifestation politique en Grande-Bretagne (...)
  • 11 Pour une description détaillée des événements, incluant des témoignages de personnes présentes, voi (...)

4C’est dans ce contexte que se réunirent différents opposants au National Front afin de mettre en place l’A.N.L. Il ne s’agissait pas là de la première illustration d’hostilité à l’égard de l’extrême droite : l’A.N.L avait profité de l’énergie insufflée par Rock Against Racism et de diverses manifestations contre le National Front. Rock Against Racism fut formé en 1976, à la suite non seulement de commentaires assez ambigus formulés par David Bowie à propos du fascisme, mais aussi du soutien à Enoch Powell exprimé par le guitariste Eric Clapton, à l’occasion d’un concert. Dans les années qui suivirent, Rock Against Racism organisa toute une série concerts à l’échelon local et national, impliquant principalement des groupes de musique punk et reggae, dont le but était de faire connaître la musique noire à un jeune public blanc, et de sensibiliser ces derniers à l’anti-racisme et à la lutte contre le National Front9. Il apparaît, donc, que les anti-fascistes n’avaient pas attendu la mise en place de l’A.N.L pour s’en prendre au National Front. En 1974, certains d’entre eux avaient d’ailleurs tenté de faire capoter une manifestation du parti raciste devant se tenir à Red Lion Square (Londres), ce qui avait provoqué des échauffourées avec les forces de l’ordre. Un militant, Kevin Gately, périt suite aux heurts10. En avril 1977, des anti-fascistes s’en prirent également à une manifestation du National Front à Wood Green (Londres), et 80 militants furent arrêtés. Plus importants furent les événements de Lewisham au mois d’août de la même année : 6 000 antifascistes attaquèrent une manifestation du National Front, ce qui causa des violences assez graves. On compta alors des centaines d’arrestations, et une cinquantaine de blessés parmi les policiers11.

5Bien que la presse en général condamnât les actions menées par les antifascistes, ces derniers voyaient là une victoire car la police avait été contrainte d’annuler la marche du National Front, compte tenu de l’ampleur et de la violence de la contremanifestation. Dans le but de défendre et de promouvoir la cause de l’antifascisme, il fut assez vite décidé de créer une structure nationale. L’A.N.L reçut le soutien de plusieurs députés travaillistes (incluant Ernie Roberts et Neil Kinnock), de leaders syndicaux (Peter Hain et Arthur Scargill), d’acteurs (Myriam Carlin) et de personnalités issues du sport, à l’image de Brian Clough. C’est ainsi que les militants de l’A.N.L firent connaître leur signe distinctif à travers le pays, sous la forme de badges ou posters en forme de sucette jaune. Quant aux rixes opposant antifascistes, militants d’extrême droite et forces de police, elles devinrent rien moins que récurrentes : en avril 1979, l’antifasciste Blair Peach fut tué par la police lors d’une violente manifestation à Southall (Londres). Plus de 10 000 personnes se rendirent à ses obsèques. L’A.N.L cessa ses activités en 1981, mais se reforma en 1992, à mesure que le British National Party recrutait des adhérents. En 2004, A.N.L fusionna avec d’autres structures pour fonder le mouvement Unite Against Fascism (Unité contre le fascisme).

6Ras L’Front vit le jour en 1990-1991, dans le but de protester contre le parti d’extrême droite principal en France, le Front National. Même si ce dernier avait été fondé dans les années 1970, ce n’est que dans les années 1980 que son influence politique s’accrut. Ainsi, en 1982, son candidat aux municipales de Dreux, Jean-Marie Stirbois, remporta 12 % des voix. Deux années plus tard, le parti obtint 10 % des suffrages à l’occasion des élections européennes. Aux législatives de 1986, plus de 2,5 millions de personnes votèrent pour lui, tandis que plus de 4 millions de personnes soutinrent Le Pen au premier tour des présidentielles de 1988, tant et si bien qu’au début des années 1990, le F. N faisait partie intégrante du paysage politique français, comme l’attestent d’ailleurs ses 12 % aux législatives de 1993.

  • 12 Jean-Christophe Brochier, Hervé Delouche, Les Nouveaux sans-culottes, enquête sur l’extrême gauche, (...)
  • 13 La manifestation la plus importante de SOS-Racisme était le concert organisé chaque année à Paris. (...)
  • 14 Voir Brochier et Delouche, op. cit., p. 111.

7R.L.F doit son existence à « l’appel des 250 » organisé par l’écrivain Gilles Perrault et signé par des intellectuels (Pierre Bourdieu, Pierre Vidal-Naquet), des acteurs (Vincent Lindon, Annie Duperey), des musiciens (Alain Bashung et les groupes Indochine ou Mano Negra), ainsi que de grandes figures de la résistance (Charles Tillon, Raymond et Lucie Aubrac). Les auteurs et signataires de ce texte souhaitaient « la mobilisation de ceux et de celles qui, par-delà différences et clivages, sont résolus à stopper le F. N à tout prix, par tous les moyens, à tous les niveaux, et de manière permanente. La bataille doit être livrée devant les tribunaux, dans les médias et dans la rue »12. La création de R.L.F illustre, entre autres, une certaine désaffection vis-à-vis d’un SOS-Racisme jugé trop modéré, et qui avait dominé l’opposition au F. N dans les années 198013. Progressivement, R.L.F mit en place tout un réseau de groupes locaux actifs et publia un journal mensuel (Ras L’Front). Il organisa des manifestations de protestation contre les réunions publiques du F. N, ainsi que des meetings et un festival annuel du livre antifasciste. Son action la plus spectaculaire fut sans conteste lorsque des militants déroulèrent un énorme drapeau marqué du slogan « non au fascisme, non au racisme » depuis le toit de l’Opéra de Paris, tandis que Jean-Marie Le Pen délivrait son traditionnel discours du 1er mai à ses militants. À son apogée, R.L.F comptait 170 groupes locaux14. Celui-ci existe encore mais est beaucoup moins actif que par le passé, compte tenu du déclin du Front National.

8Il existe un certain nombre de similitudes entre l’A.N.L britannique et R.L.F en France. L’existence même des deux organisations repose sur l’expression d’une opposition à l’extrême droite et sur la nécessité de limiter son influence. Toutes les deux ont mené des campagnes monothématiques pointant le danger représenté par l’extrême droite, arguant que sa montée n’est pas inexorable et qu’elle peut même être endiguée, pour peu qu’on comprenne que l’hostilité passive n’est pas suffisante pour mener ce combat à bien. Toutefois, tous deux ne se sont pas contentés de s’opposer au racisme mais ont également milité contre le sexisme, l’homophobie et le discours antisyndical, par exemple. Tous deux ont incarné des acteurs du combat politique et idéologique, publiant et distribuant tracts et journaux, organisant des meetings publics et des manifestations à l’échelon tant local que national. Dans le but de mobiliser l’opinion publique, tous deux ont également veillé à montrer que le National Front et le Front National n’étaient pas des partis comme les autres, mais qu’ils étaient liés de manière organique aux partis et aux régimes d’extrême droite des années 30 et 40. Ainsi les antifascistes espéraient donc discréditer l’extrême droite aux yeux de la masse des électeurs et limiter son influence, en insistant sur cette continuité historique entre passé et présent. Ce lien avec le passé était symbolisé, pour le R.L.F par l’utilisation d’un triangle rouge, pour l’A.N.L par ce symbole de la flèche également utilisé par les anti-fascistes allemands des années 30.

  • 15 Brochier et Delouche, op. cit., p. 111.
  • 16 Selon Trotsky, le Front Uni devait impliquer des membres de partis révolutionnaires travaillant de (...)

9Les membres des deux organisations étaient en outre peu différents. Les militants qui fondèrent et dirigèrent ces structures étaient en majorité issus de la gauche radicale, en particulier des partis trotskystes. Ainsi les membres du Socialist Workers Party (Parti Ouvrier Socialiste, S.W.P) dominaient l’A.N.L au niveau local et national. Paul Holborrow comptait parmi ses fondateurs principaux, et il était en même temps le leader du S.W.P dans l’East End de Londres. Quant à Gerry Fitzpatrick, premier secrétaire national de l’A.N.L, il avait été le leader du S.W.P dans le centre de Londres. Le schéma d’ensemble est identique en France, où la Ligue Communiste Révolutionnaire était très largement représentée dans la direction nationale ainsi que dans les groupes locaux du R.L.F15. Des figures nationales telles que Rémi Barroux ou Anne Tristan en étaient membres. Par conséquent, A.N.L et R.L.F mettaient en pratique la stratégie de « Front Unique » inspirée de Trotsky, suggérant qu’en fin de compte, seuls des changements sociaux radicaux pouvaient mener à une marginalisation complète et pérenne des idées de l’extrême droite16. Néanmoins, les deux organisations veillèrent à ne pas se limiter à la gauche révolutionnaire et réussirent dans une certaine mesure à obtenir le soutien de sections plus modérées sur l’échiquier politique.

  • 17 Le S.W.P continue d’utiliser le terme « nazi » en référence à l’extrême droite. Voir, par exemple, (...)

10Malgré cela, il est clair qu’A.N.L et R.L.F étaient loin d’être identiques. Dans ses revues et brochures, l’A.N.L recourait systématiquement au vocable de « nazi » pour qualifier le National Front et arguait que l’idéologie de ses adversaires se fondait et était identique à celle du parti nazi allemand et du régime hitlérien. Le choix du nom de l’organisation est lui-même très significatif et donne le ton du discours général tenu à la fin de la décennie 70 (ou au début des années 90), lorsqu’abondaient des slogans tels que « Le National Front est un Front Nazi » ou encore « Sus aux Nazis » (Smash the Nazis). Si le terme « Nazi » avait certes été utilisé auparavant, notamment peu après 1945, pour qualifier l’extrême droite ou plus généralement en tant qu’insulte, il n’en demeure pas moins que la fondation de l’A.N.L marqua une rupture avec le passé s’agissant du type de vocabulaire utilisé17. L’A.N.L veillait également à montrer ce qui selon elle constituait la vraie nature de son ennemi politique, en publiant par exemple des photos du leader du National Front John Tyndall vêtu d’un uniforme nazi.

  • 18 Il a finalement été acquitté.
  • 19 Ras l’Front, La résistible ascension du F. Haine. Petit manuel à l’usage de ceux qui résistent au f (...)

11Voilà qui contraste avec Ras l’Front, dont l’approche est dans l’ensemble plus prudente. Certes, on lit dans l’Appel des 250, que le leader du Front National est « en filiation directe avec l’idéologie nazie, [...] un fasciste et un raciste », et que le parti lui-même est « fascisant et raciste ». De plus, depuis le début des années 90, les membres du R.L.F et les sympathisants du mouvement chantent, dans leurs manifestations, des slogans tels que « F comme fasciste et N comme Nazi, à bas, à bas le Front National ». En outre, Paul-Elie Lévy, le leader du R.L.F de Nancy (lequel est connu sous le nom de C.A.F.A.R, Collectif Anti-Raciste et Anti-Fasciste), a été poursuivi en justice pour diffamation car il avait accusé M. Le Pen d’être « le fils spirituel d’Hitler » dans un discours public18. Quant au mot « résistance », qui fait clairement référence à la Seconde Guerre Mondiale, il a parfois été utilisé dans les brochures du R.L.F, notamment dans le constat que « aujourd’hui, malheureusement, la résistance contre le fascisme et le racisme s’impose à nouveau »19.

  • 20 Ras l’Front, Petit Manuel de Combat contre le Front National, Paris, Flammarion, 2004, p. 22-25.

12Il convient pourtant de faire un distinguo entre la propagande de R.L.F et ses analyses de fond, qui sont plus sérieuses. S’il arrive que, dans la propagande, les références au nazisme et à la deuxième guerre mondiale soient présentes, leur récurrence est bien moindre que dans la production de publications diverses par l’A.N.L britannique. Les véritables analyses de la situation politique française par R.L.F voient dans le F.N. un parti fasciste ou néo-fasciste20.

  • 21 Pour un récit des activités de l’équipe A.N.L de Manchester, voir Dave Hann and Steve Tilzey, No Re (...)
  • 22 Le S.W.P continue d’avoir recours à une rhétorique identique, notamment dans ses attaques à l’encon (...)
  • 23 L’A.N.L a dissous ses « squads » à la fin des années 1970, ce qui occasionna une scission en son se (...)

13Le recours réel ou potentiel à la violence constitue une autre différence cruciale. L’A.N.L britannique était prête à utiliser la force physique dans le but d’empêcher l’extrême droite de jouir d’une tribune publique. En d’autres termes, l’A.N.L a eu recours, ou a essayé d’avoir recours, à la violence afin d’éviter que des membres du National Front ne s’expriment en public, ou n’organisent des manifestations publiques. Rappelons par exemple que l’événement qui devait conduire à la création de l’A.N.L, la manifestation de Lewisham en 1977, vit des antifascistes tenter d’interrompre, par la violence, une marche du National Front. Il était également fréquent que des membres de l’A.N.L organisent de grandes manifestations en face de bâtiments abritant des meetings du National Front. Bien que les manifestants se soient avérés incapables d’empêcher la tenue d’un meeting compte tenu de la présence de la police, bien des militants de l’A.N.L espéraient que leur présence en nombre intimiderait les personnes éventuellement tentées de se rendre à ces réunions publiques. À la fin des années 70, dans des villes britanniques de taille plus ou moins grande, l’A.N.L créa de petites « équipes » (squads) composées de militants dont la détermination n’avait d’égale que la robustesse physique : celles-ci interrompaient les meetings publics ou la vente de journaux d’extrême droite sur les lieux publics, quand elles ne s’en prenaient pas physiquement aux individus eux-mêmes21. L’A.N.L avait également constamment recours à une rhétorique incendiaire, encourageant par exemple ses membres et sympathisants à « détruire le National Front nazi »22. Il est donc clair que ses activités induisaient la possibilité d’un recours à la violence, que celle-ci soit préméditée ou spontanée. Même si son approche de la violence fait débat et bien que, selon les périodes, l’A.N.L ait parfois opté pour des tactiques alternatives, il est clair que son histoire est avant tout marquée par la volonté très forte d’empêcher, si besoin physiquement, l’extrême droite d’apparaître en public23.

14Quant à R.L.F, il organise des contre-manifestations lorsque le F. N tient des meetings publics, fidèle à une tactique dite de « harcèlement démocratique », mais n’essaye pas d’empêcher leur tenue, pas plus qu’il ne préconise la confrontation physique avec les militants d’extrême droite. En mars 1997 par exemple, une manifestation nationale fut organisée à Strasbourg en signe de protestation contre la tenue d’un Congrès du Front National dans la ville. Mais les militants antiracistes avaient défilé dans le centre de la ville, loin du Congrès du F.N., afin notamment d’éviter les échauffourées éventuelles avec les sympathisants d’extrême droite. Par conséquent, les rassemblements du R.L.F se basent davantage sur une présence symbolique d’antifascistes. La violence verbale est bien moins fréquente dans la propagande du R.L.F que dans celle de l’A.N.L.

  • 24 Nigel Copsey, op. cit., p. 209.
  • 25 Voir, par exemple, l’article de Neil Davidson sur l’essai de Dave Renton traitant de l’A.N.L, publi (...)
  • 26 Le rôle de l’A.N.L dans le déclin du National Front a suscité un débat assez vif parmi les historie (...)

15Cette dernière était parfaitement consciente des différences d’approche s’agissant du recours au terme de « Nazisme » et à la violence. Ainsi, en 1992, quelques-uns de ses membres présents à une manifestation parisienne distribuèrent des brochures encourageant leurs homologues français à adopter leur tactique24. Des membres du S.W. P et de l’A.N.L ont également fréquemment critiqué, de façon explicite ou implicite, les antifascistes français dont l’échec selon eux est imputable à leur refus de suivre la stratégie de l’A.N.L, considérée comme la seule viable dans le combat contre l’extrême droite2526. Par conséquent, même s’il apparaît clairement que l’antifascisme repose sur des constats largement comparables, il varie de façon très sensible selon les contextes nationaux.

Spécificités nationales

  • 27 Ainsi, en février 1995, un membre du Front National a tiré sur Ibrahim Ali à Marseille, qui succomb (...)
  • 28 Pendant les années 80 et 90, des antifascistes radicaux de Toulouse et Marseille posèrent des bombe (...)

16Les différences entre antifascisme français et britannique ne sont pas inévitables, pas plus qu’elles ne sont dues au hasard. Les leaders de l’extrême droite dans chaque pays ont tenu des propos assez positifs sur le régime nazi ou ont délibérément minimisé les crimes commis par lui. M. Le Pen a également remis en cause l’existence même des camps de concentration allemands et a prétendu que le nombre de juifs tués pendant la seconde guerre mondiale avait été exagéré. Il a en outre participé à la diffusion de disques contenant des chants de nazis allemands. Des membres de partis d’extrême droite ou des sympathisants ont été prêts à utiliser la violence à l’encontre de leurs adversaires politiques, ou de minorités ethniques, représentées dans leurs associations diverses27. Parallèlement, il se trouvait en Grande-Bretagne des militants antifascistes opposés à la violence physique, tandis qu’une minorité de leurs homologues français en faisaient la promotion28. Pourtant, les antifascistes analysaient et représentaient l’extrême droite de façon différente et développaient des stratégies et des pratiques politiques distinctes. En réalité, les spécificités de l’A.N.L et du R.L.F s’expliquaient par la relation qu’entretiennent la Grande-Bretagne et la France avec l’histoire de la seconde guerre mondiale, par les différences entre l’extrême droite dans chaque pays, et par les différences de contexte social et politique propre à chaque État.

  • 29 Entretien avec Christian Poirson, 19.02. 2009. M. Poirson est un membre important du C.A.F.A.R et c (...)

17Le R.L.F choisit délibérément d’analyser la montée du Front National en insistant sur sa dimension fasciste, pour faire comprendre son enracinement dans l’histoire française, son lien avec l’antisémitisme et l’extrême droite des années 1930, et avec le colonialisme français en Algérie29. R.L.F pensait que placer la focale sur le nazisme eût minimisé la dimension spécifiquement française du Front National et empêché les Français de reconnaître certains aspects de leur passé national. En revanche, lier le National Front à l’Allemagne nazie était une façon pour l’A.N.L d’insister sur son caractère étranger et sur son absence de lien organique avec la société britannique. Ceci est rendu possible par le fait qu’en règle générale, les Britanniques entretiennent une relation avec la seconde guerre mondiale qui est bien moins ambiguë que les Français. Ainsi, dans les années 1970, la guerre était vue outre-Manche comme un des épisodes les plus glorieux de l’histoire nationale, invoquant différents symboles d’unité nationale face à l’adversité et aux victoires militaires des ennemis. En France en revanche, la période était considérée dans les années 90 comme l’un des épisodes les plus sombres de l’histoire nationale : les récits gaulliens ou inspirés par les communistes étaient de plus en plus contredits par des souvenirs de défaite militaire, d’occupation et de collaboration.

  • 30 Alwyn W. Turner, Crisis? What crisis? Britain in the seventies, Londres, Aurum Press, 2009, p. 152- (...)
  • 31 Andy Beckett, When the Lights Went Out. Britain in the Seventies, Londres, Faber and Faber, 2009, p (...)

18De plus, les souvenirs de guerre étaient encore extrêmement présents dans la culture britannique, et on les liait assez fréquemment à un sentiment anti-allemand. Comme l’a remarqué Alwyn W. Turner, « Une majorité de la population avait encore des souvenirs personnels de la seconde guerre mondiale, et l’ombre du conflit hantait encore les esprits pendant une grande partie des années 70 »30. Ce dernier mentionne, pour les années 70, les nombreuses émissions télévisées (telles que Dads Army ou encore Are you being served ?) ou films produits qui avaient trait à la guerre, soit que leur action se situe pendant la guerre ou qu’ils y fassent directement référence. Les liens entre décennie 70 et période de guerre se voyaient renforcés par des comparaisons fréquentes entre Grande-Bretagne et République de Weimar31. Le pays était en effet aux prises à de graves problèmes économiques, notamment un chômage de masse, une inflation galopante, et un mécontentement social qui étaient sans précédent, générant une impression de catastrophe imminente. Il se trouvait des éditorialistes ou figures politiques des deux partis principaux pour avancer que la situation du pays ne pouvait qu’être comparée à celle de l’Allemagne des années 30, sous-entendant ainsi que le pays était sur le point de plonger dans une crise majeure. L’obsession largement partagée de la guerre s’accompagnait d’une hostilité grandissante à l’égard de l’Allemagne. John Ramsden, auteur d’un essai sur les Allemands, note que le sentiment germanophobe avait certes décliné dans les années 50 et 60, avant de préciser que

  • 32 John Ramsden, Don’t Mention The War. The British and the Germans since 1890, Londres, Abacus, 2007, (...)

À partir des années 1970, on assista au processus inverse : même si les relations diplomatiques anglo-allemandes étaient aussi bonnes que celles entretenues avec d’autres alliés, dans d’autres domaines c’était au contraire le ressentiment croissant qui dominait. Cette impression était illustrée par les émissions télévisées, les romans, la presse populaire, les gags dans des comédies, les chants des supporters de football et bien d’autres aspects de la culture populaire. Il devint non seulement acceptable mais presque obligatoire de faire référence à la seconde guerre mondiale, lorsque « nous » « les » avons battus, lorsque « nous » avions le droit avec nous, tandis que « eux » ont vendu leur âme au diable, dans un pacte faustien avec Hitler32.

  • 33 Paul Gilroy, “There ain’t no black in the Union Jack”: The Cultural Politics of Race and Nation, Lo (...)
  • 34 Op. cit., p. 126-127.

19Il ajoute qu’une rhétorique délibérément martiale était de plus en plus en vogue, à partir des années 70, notamment pour faire référence aux joutes footballistiques opposant les équipes nationales des deux pays. À cela s’ajoute la fréquence parfois quotidienne des documentaires télévisés sur la deuxième guerre mondiale. Certes, la germanophobie affleure parfois aussi en France : pensons par exemple aux réactions faisant suite à la défaite française contre les Allemands à l’occasion de la coupe du monde 1982 en Espagne, ou à la polémique générée par la décision prise par François Mitterrand d’inviter des soldats allemands lors du défilé des Champs-Élysées le 14 juillet 1994. Pourtant, les références à la seconde guerre mondiale sont beaucoup moins fréquentes qu’outre-Manche. C’est pourquoi il n’est pas surprenant que de tels liens entre la culture populaire britannique et la mémoire nationale aient conduit à ce que le combat contre l’extrême droite s’exprime avant tout en termes d’antinazisme. Nous ne disons pas ici, comme l’a fait Paul Gilroy, que l’A.N.L puisa délibérément dans le patriotisme britannique dans le but de susciter une unité nationale contre le National Front33, pas plus que nous ne souscrivons au point de vue de Dave Renton, pour qui l’A.N.L se gardait bien de tenir un discours de type nationaliste34. En réalité, les membres de l’A.N.L n’étaient que le produit de la société britannique de l’époque, et en cela ils partageaient des traits principaux de la culture nationale, dont ils faisaient un usage plus ou moins conscient dans leur pratique politique.

  • 35 Il s’agit d’une réunion annuelle des membres et sympathisants du parti.
  • 36 Daniel Bensaïd, Une lente impatience, Paris, Stock, 2004, p. 167-172 ; Alain Krivine, Ça te passera (...)
  • 37 Le parti veilla à se construire une base dans le monde ouvrier et commença à participer aux électio (...)

20S’agissant du recours ou non à la violence, R.L.F pensait que, compte tenu de l’enracinement du Front National dans la société française, seul le combat idéologique et politique était à même de mettre à mal le parti de M. Le Pen. La violence était vue comme contre-productive si la faute en incombait aux antifascistes, ce qui bien sûr ne ferait rien pour affaiblir le Front National. Par conséquent, il n’y a jamais eu de tentative réelle visant à empêcher que se tienne le rassemblement du 1er mai ou bien la fête Bleu, Blanc, Rouge35. Les antifascistes français plus âgés étaient également parfaitement conscients que la Ligue Communiste, qui deviendrait plus tard la Ligue Communiste Révolutionnaire (L.C.R), avait été interdite suite à une attaque violente d’une réunion organisée par Ordre Nouveau en 1973 ; quelques figures principales du parti, notamment Alain Krivine, avaient été arrêtées et emprisonnées36. Dans les années qui suivirent, l’organisation du parti opta pour un changement de stratégie et refusa d’avoir recours à la violence quelle que soit le type d’activité politique envisagé37. L’évolution historique de la L.C.R est telle qu’il n’est pas surprenant que le parti n’ait pas encouragé les membres de R.L.F dans la voie de la protestation violente contre le Front National. D’autres partis politiques, à l’image du P. C, comptaient des membres actifs de R.L.F mais eux aussi étaient hostiles au recours à la violence. Par conséquent, même lorsque des meurtres racistes ont été commis par des membres du F. N au cours des années 90, le R.L.F ne changea jamais de cap.

  • 38 Voir Becket, op. cit., p. 447-8; Turner, op. cit., p. 220. Entre 1976 et 1981, 31 meurtres à caract (...)

21Pour l’A.N.L par contre, l’extrême droite était un élément allogène à la société britannique. En tant que force relativement négligeable, qui jouissait d’un soutien électoral limité, celle-ci pouvait être marginalisée si tant est qu’on sache l’empêcher, si besoin par la force, d’acquérir une visibilité publique. Les rixes violentes qui émaillèrent la manifestation de Lewisham par exemple ont certes été dénoncées par les médias, dont beaucoup critiquèrent les antifascistes et leur tactique. Pourtant, beaucoup de membres futurs de l’A.N.L croyaient qu’ils avaient remporté là une victoire contre le National Front. La violence trouvait également une légitimation dans le lien établi avec le nazisme. En effet, si le danger existait d’une authentique menace nazie en Grande-Bretagne, alors n’importe quel moyen était bon pourvu qu’on évite que l’histoire ne se répète. Il ne faut pas oublier non plus que le National Front (comme le B.N.P à partir des années 90) insistait sur l’importance d’une présence physique dans les rues des grandes villes britanniques, notamment lorsqu’étaient organisées des distributions de journaux ou de tracts, par exemple – et l’on peut y voir un geste de provocation – dans des quartiers très multiethniques38. Quant au Front National français, il tentait surtout de gagner en respectabilité, n’attachait guère d’importance à des activités publiques pouvant susciter une opposition bruyante, et veillait en priorité à développer son influence électorale par d’autres biais. De plus, au moment même de la formation de R.L.F, le Front National jouissait déjà du soutien d’une partie substantielle de l’électorat hexagonal. C’est ce qui explique que les antifascistes français étaient confrontés à une situation très compliquée où, contrairement à leurs homologues britanniques, leurs adversaires politiques se caractérisaient par une stratégie à la fois plus sophistiquée et beaucoup plus payante que celle d’un National Front britannique marginal. Ce n’est que vers les années 2000 que l’A.N.L se trouva confrontée à une situation d’un type comparable, lorsque le B.N.P adopta une stratégie moins axée sur la confrontation directe, et davantage centrée sur les élections locales et nationales.

  • 39 On assista dans les années 70 à un accroissement sensible du nombre de personnes syndiquées, de 11 (...)

22Les tactiques et stratégies des antifascistes doivent également être replacées dans leur contexte social et politique respectif. Ainsi, bien des antifascistes britanniques étaient impliqués dans d’autres campagnes et d’autres types d’activités. Par exemple, beaucoup étaient des syndicalistes actifs participant aux combats majeurs des années 197039 : on en trouvait qui étaient impliqués dans des actions de « mass picketing », lorsque des grévistes se rassemblent en grand nombre à l’entrée d’une usine afin d’empêcher les collègues d’aller travailler, par la persuasion ou par la force, le but étant d’exercer une pression maximale sur la direction d’une entreprise. Il s’agissait là d’une tactique assez courante à l’époque, et qui avait été initiée par des mineurs dans les années 1960. Les deux illustrations les plus célèbres de ce type de mobilisation eurent lieu en 1972 et en 1976-1977. Dans le premier cas, on assista à Birmingham à un conflit minier dans une usine de transformation de coke (Saltley Gate) : 10 000 mineurs environ, aidés de syndicalistes et de militants divers forcèrent par leur seul nombre et leur détermination à la fermeture de l’usine. Quatre années plus tard, les salariés d’un vaste laboratoire photo de Grunwick (nord de Londres), aidés de sympathisants, optèrent pour une tactique similaire afin d’obtenir la reconnaissance de leur syndicat par la direction de l’entreprise. Compte tenu du profil politique et social des membres de l’A.N.L, il n’est guère surprenant que de telles approches aient été adoptées par ses membres.

  • 40 Les hooligans de Leeds United furent parmi les premiers à envahir un terrain lors d’un match import (...)
  • 41 Sur les activités anti-fascistes de certains supporters de Manchester United, voir Dave Hann and St (...)

23On utilisa l’action de masse, ou on brandit la simple menace d’une action de masse, à d’autres occasions. En 1972, cinq délégués syndicaux furent arrêtés pour leur rôle dans l’organisation de piquets de grève déclarés illégaux dans un dock londonien. Ces personnes furent emprisonnées à Pentonville. On organisa une marche jusqu’à la prison, puis une manifestation en face de celle-ci, qui débouchèrent sur la libération des cinq personnes. En 1969, des militants anti-apartheid interrompirent une tournée de l’équipe de rugby sud-africaine, provoquant plusieurs envahissements de terrain. La simple menace d’une action du même type conduisit les organisateurs de cette tournée à l’annuler l’année suivante. La campagne « Stop All Racist Tours » interrompit plusieurs rencontres de rugby lors d’une même tournée en 1979. L’une des figures principales du mouvement n’était autre que Peter Hain, lequel figurait également parmi les membres fondateurs de l’A.N.L. Les années 1970 coïncidèrent par ailleurs avec le développement du hooliganisme. Des clubs tels que Leeds United, Manchester United ou Chelsea F.C. comptaient parmi leurs supporters une minorité substantielle de hooligans40. Quelques-uns étaient prêts à interrompre des matches et à aller se battre avec les supporters de l’autre équipe, dans l’enceinte d’un stade mais également au dehors. Même si l’extrême droite était assez présente parmi les supporters de football, il est à noter que des antifascistes se livraient également à des actes de hooliganisme et n’hésitaient pas à utiliser leur expérience à l’occasion de confrontations physiques avec des militants du National Front41. N’oublions pas non plus que le S.W.P, dont le rôle était moteur au sein de l’A.N.L, était lui-même acquis à la cause du socialisme révolutionnaire. Le parti croyait que des changements sociaux radicaux ne seraient obtenus que grâce à une révolution, laquelle ne pouvait être que violente car les classes dirigeantes feraient tout leur possible pour réprimer ce soulèvement des masses. Le S.W.P croyait donc que la violence politique était nécessaire et justifiée dans certaines circonstances. Au final, les stratégies antifascistes britanniques étaient directement et indirectement influencées par toute une série de facteurs sociaux et politiques propres au pays.

  • 42 Ce qui fit le succès du mouvement ne fut pas sa radicalité, mais bien la taille des cortèges et la (...)

24Le contexte de la France des années 90 était quant à lui sensiblement différent. Certes les violences urbaines existaient, notamment dans les banlieues de Paris, Lyon, Toulouse ou dans les périphéries de villes plus petites, mais ceux qui brûlaient des voitures ou bien se battaient avec la police était des bandes de jeunes non politisés pour la plupart, et qui ne jouaient aucun rôle dans la sphère politique locale. Le succès des grèves et des manifestations de novembre et décembre 1995 contre la réforme des retraites impulsée par le gouvernement Juppé suivit un schéma assez traditionnel qui n’eut guère d’influence directe sur l’antifascisme français42. À de multiples égards, R.L.F ressemblait aux divers mouvements sociaux qui virent le jour au milieu des années 90, on pense ici au Droit Au Logement (D.A.L), ou encore à Agir contre le Chômage (A.C). Ces organisations étaient prêtes à mener des actions de masse au fort pouvoir symbolique, telles que l’occupation de bâtiments non habités ou d’agences pour l’emploi, mais elles rechignaient à avoir recours à la violence. La stratégie dominante au sein de l’antifascisme français doit donc être comprise en gardant à l’esprit non seulement les caractéristiques politiques de ses membres mais aussi le contexte socio-politique dans lequel ce mouvement a évolué.

25En conclusion, il convient de rappeler à quel point l’antifascisme est avant tout un mouvement de réaction : par conséquent, sa nature même dépend en partie de la nature de ses adversaires politiques. Jusqu’à une période somme toute récente, le National Front et le B.N.P sont demeurés fidèles à une stratégie axée sur une présence forte dans la rue et les lieux publics. Ce faisant, ces partis constituaient une cible privilégiée pour les antifascistes, qui ont toujours été capables de mobiliser des militants en nombre important. Dès que l’extrême droite abandonne ce type de tactique, comme cela fut le cas en France au début des années 80, les antifascistes se trouvent confrontés à un défi nouveau et complexe. Pourtant, ce serait une erreur de croire que l’antifascisme évolue dans une relation complètement binaire avec son rival politique national ; en effet, il subit l’influence directe et indirecte de l’histoire et de la culture des pays concernés. C’est pourquoi, dans le cas britannique, l’obsession nationale de la seconde guerre mondiale dans les années 70 a compliqué la tâche d’un National Front incapable de se présenter comme un mouvement strictement britannique, et non affilié à des partis ou régimes étrangers et d’extrême droite dans les années 30. L’histoire française étant, comme on l’a vu, très différente, les antifascistes hexagonaux n’ont pas pu, ou n’ont pas voulu, adopter une tactique du même type. On notera au final que les spécificités nationales décrites dans ce chapitre ont joué un rôle beaucoup plus important que l’idéologie internationaliste partagée par les leaders des mouvements étudiés ici, et par les militants de base de l’A.N.L et de R.L.F.

Bibliographie

ANON, Franc-tireur, Un combat anti-fasciste à Marseille, Paris, Éditions Reflexe, 2000.

ANON, SCALP 1984-1992, Comme un indien métropolitain, Paris, Éditions No Pasaran, 2005.

BECKETT, Andy, When the Lights Went Out. Britain in the Seventies, Londres, Faber and Faber, 2009.

BIHR, Alain, Pour en finir avec le Front National, Paris, Syros, 1993.

BRAGG, Billy, The Progressive Patriot. A Search for Belonging, London: Bantam Press, 2006.

COPSEY, Nigel, Anti-fascism in Britain, Basingstoke: Palgrave, 2000.

DRAY, Julien, SOS génération, Paris : Ramsay, 1987.

FRITH, Simon and STREET, John, “Rock Against Racism and Red Wedge: from Music to politics, from Politics to Music” in Garofolo, Rebee. Rockin’the Boat. Mass music and mass movements, Cambridge, MA, South End Press, 1992.

GILROY, Paul, “There ain’t no black in the Union Jack”: the cultural politics of race and nation, Londres, Routledge, 1987.

HANN, Dave and TILZEY, Steve, No Retreat. The Secret War Between Britain’s Anti-Fascists and the Far Right, Lytham, Milo Books, 2003.

HUDDLE, Roger and BILLINGHAM, Lee, “Anti-fascism: That Was Then, This Is Now”, Socialist Review, June 2004,
http://www.socialistreview.org.uk/article.php?articlenumber=8931 (31.07.2009)

McILROY, John, Trade Unions in Britain Today, Manchester, Manchester University Press, 1990.

MITCHELL, Terry, “Beating the fascists – Celtic style”, Tiocfaidh Ar La. For Celtic and Ireland, 40,
http://www.geocities.com/irishafa/Football/celtic_afa.html (31.07.2009)

MONZAT, René, “Ras l’Front, douze années de militantisme atypique”, http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=OUTE&ID_NUMPUBLIE=OUTE_003&ID_ARTICLE=OUTE_003_0073 (31.07.2009)

RAS L’FRONT, La résistible ascension du F. Haine. Petit manuel à l’usage de ceux qui résistent au fascisme ordinaire, Paris, Éditions Syllepse, 1995. – Petit manuel de combat contre le Front National, Paris, Flammarion, 2004.

RAMSDEN, John, Don’t Mention The War. The British and the Germans since 1890, (2006), Londres, Abacus, 2007.

RATIER, Emmanuel, Ras l’Front. Anatomie d’un mouvement anti-fasciste. La nébuleuse trotskyste, Paris, Facta, 1998.

RENTON, Dave, When we touched the sky. The Anti-Nazi League 1977-1981, Londres, Pluto Press, 2006.

SABIN, Roger, “Rethinking Punk and Racism”, in Roger Sabin (ed), Punk rock: so what? The cultural legacy of punk, Londres, Routledge, 1999

SOMMIER, Isabelle, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998.

THURLOW, Richard, Fascism in Britain: From Oswald Mosley’s Blackshirts to the National Front, Londres, IB Tauris, 1998.

TRANMER, Jeremy, “The Other as a Homegrown Foreigner: British Antifascists and the Extreme Right”, in Michel Nauman (ed), L’Autre, Tours, Université François Rabelais, 2008, 361-370.

TROTSKY, Leon, Fascism. What it is and how to fight it, New York, Pathfinder Press, 1996.

TURNER, Alwyn W. Crisis? What crisis? Britain in the seventies, (2008), Londres, Aurum Press, 2009.

Notes

1 Dans les pages qui suivent, l’expression « antifascisme » fait référence à l’opposition active et organisée aux groupes et partis d’extrême droite.

2 Voir, par exemple, Nigel Copsey, Anti-Fascism in Britain, Basingstoke, Palgrave, 2000; Dave Renton, When We Touched the Sky. The Anti-Nazi League 1977-1981, Londres, Pluto Press, 2006.

3 Le British National Party (B.N.P) est actuellement le parti d’extrême droite le plus influent en Grande-Bretagne ; il dispose de deux députés européens et d’environ 55 élus locaux. Le Front National avait réussi à élire 35 députés à l’Assemblée Nationale en 1986 et Jean-Marie Le Pen est parvenu à se hisser au deuxième tour des élections présidentielles en 2002, obtenant 16,86 % au premier tour.

4 Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples.

5 Ligue Contre le Racisme et l’Antisémitisme.

6 Certains militants se concentrent également sur la collecte et la diffusion d’informations : c’est le cas du magazine britannique Searchlight et de la publication française REFLEXes (Réseau d’étude, de formation et de liaison contre l’extrême droite).

7 Par souci de cohérence et de concision, ce chapitre n’évoquera pas les activités et le discours de l’A.N.L après sa résurgence dans les années 1990, mais peu d’aspects changèrent alors par rapport aux années 1970.

8 Son discours sur les « rivières de sang » provoqua un véritable tollé lorsqu’il fut prononcé à Birmingham en 1968. Powell fut exclu du parti conservateur mais la presse conservatrice et une partie de l’opinion ne manquèrent pas de le soutenir. Un groupe de dockers londonien entama une grève pour l’assurer de son soutien, et protester contre son éviction politique. Bien qu’isolé, Powell incarnait le racisme populiste dans les années 1970. Même si sa présence régulière dans les médias accéléra la marginalisation du National Front, il alimenta une atmosphère d’hostilité à l’immigration dont le parti sut profiter pleinement quelques années plus tard.

9 En avril 1978, 80 000 personnes environ participèrent à un carnaval à Victoria Park (Londres), organisé par l’A.N.L et Rock Against Racism. En septembre de la même année, 100 000 personnes participèrent à un autre carnaval national organisé lui à Brixton (Londres). En 2002, des sympathisants de l’A.N.L ont créé « Love Music, Hate Racism », dans le but de renouer avec le succès passé de Rock Against Racism. Voir Voir http://www.lovemusichateracism.com/ (site accédé le 31.07.2009). Pour une comparaison du mouvement dans chaque époque, voir l’article de Roher Huddle, Lee Billingham, « Anti-Fascism : that was then, this is now » (The Socialist Review, juin 2004).

10 Il s’agissait de la première personne morte pendant une manifestation politique en Grande-Bretagne depuis 1945.

11 Pour une description détaillée des événements, incluant des témoignages de personnes présentes, voir Renton, op. cit., p. 57-68.

12 Jean-Christophe Brochier, Hervé Delouche, Les Nouveaux sans-culottes, enquête sur l’extrême gauche, Paris, Grasset, 2000, p. 175.

13 La manifestation la plus importante de SOS-Racisme était le concert organisé chaque année à Paris. On notera au passage que l’idée fut empruntée aux concerts Rock Against Racism en Grande-Bretagne. Ainsi, selon Julien Dray, un des fondateurs de SOS-Racisme : « L’idée de la fête [le premier grand concert organisé à la fête de la concorde en 1985] va mûrir dans nos esprits. Nous nous souvenions d’un grand concert contre le racisme organisé en Angleterre, en 1979 [sic.]. Un concert qui avait rassemblé des milliers et des milliers de jeunes. Nous trouvions cela fabuleux. La musique, la musique rock essentiellement est un moyen de communication, de reconnaissance pour les jeunes. C’est un symbole : mélange des cultures, mélanges des publics. [...] Grâce au concert, on éviterait le discours « gnangnan » sur le racisme. On n’aurait pas droit au catéchisme habituel. Je voulais à tout prix éviter de tomber dans les anciennes ornières », cité dans Julien Dray, SOS génération, Paris, Ramsay, 1987, p. 208-209. Toutefois, au cours de la décennie suivante, beaucoup de militants tenaient un discours critique vis-à-vis du caractère apolitique des concerts annuels, en même temps qu’ils se défiaient des liens forts entre SOS-Racisme et le Parti Socialiste. Gilles Perrault parle des concerts comme de « grandes messes musicales » (Le Monde, 08.05.1985). Voir également son chapitre « Pour un antifascisme militant ! », dans Ras l’Front, La résistible ascension du F. Haine. Petit manuel à l’usage de ceux qui résistent au fascisme ordinaire, Paris, Éditions Syllepse, 1995, p. 176. Alors que l’A.N.L britannique fut créée en partie grâce au succès des concerts des années 70, la fondation de R.L.F doit beaucoup à la prise de conscience de l’échec de ces mêmes concerts organisés en France.

14 Voir Brochier et Delouche, op. cit., p. 111.

15 Brochier et Delouche, op. cit., p. 111.

16 Selon Trotsky, le Front Uni devait impliquer des membres de partis révolutionnaires travaillant de concert avec des non-révolutionnaires, dans le but de satisfaire des revendications de court terme. Voir Léon Trotsky, Fascism, What It Is and How To Fight it, New York, Pathfinder Press, 1996.

17 Le S.W.P continue d’utiliser le terme « nazi » en référence à l’extrême droite. Voir, par exemple, l’article de Martin Smith, “Black and white unite and fight – Stop the nazi B.N.P”, Socialist Worker, 30. 05. 2009,
Voir http://www.socialistworker.co.uk/art.php?id=17982

18 Il a finalement été acquitté.

19 Ras l’Front, La résistible ascension du F. Haine. Petit manuel à l’usage de ceux qui résistent au fascisme ordinaire (Paris : Éditions Syllepse, 1995) 226.

20 Ras l’Front, Petit Manuel de Combat contre le Front National, Paris, Flammarion, 2004, p. 22-25.

21 Pour un récit des activités de l’équipe A.N.L de Manchester, voir Dave Hann and Steve Tilzey, No Retreat. The Secret War Between Britain’s Anti-Fascists and the Far Right, Lytham, Milo Books, 2003.

22 Le S.W.P continue d’avoir recours à une rhétorique identique, notamment dans ses attaques à l’encontre du B.N.P. Voir Weyman Bennett, “United we will smash the Nazi BNP”, Socialist Worker, 21. 06. 2008,
http://www.socialistworker.co.uk/art.php?id=15230
Le groupe Unite Against Fascism, inspiré par le S.W.P utilise également le terme « nazi » pour faire référence au B.N.P.

23 L’A.N.L a dissous ses « squads » à la fin des années 1970, ce qui occasionna une scission en son sein, mais aussi au sein du S.W.P. Ceci a conduit à la création de Red Action (Action rouge) en 1981 et d’Anti-Fascist Action en 1985. Cette dernière n’existe plus mais des militants continuent à défendre l’idée d’une confrontation physique violente, à l’instar du réseau national Antifa et d’organisations locales telles que le 635 Group dans le Yorkshire. Voir http://www.antifa.org.uk/foundstat.htm (31.07.2009)
http://www.indymedia.org.uk/en/regions/leedsbradford/2005/02/305006.htm l (31.07.2009)

24 Nigel Copsey, op. cit., p. 209.

25 Voir, par exemple, l’article de Neil Davidson sur l’essai de Dave Renton traitant de l’A.N.L, publié dans la revue théorique du S.W.P : « Carnival, march, riot », International Socialism, October 2006, Voir http://www.isj.org.uk/index.php4?id=261&issue=112. On peut également dire, néanmoins, que les activités du R.L.F contribuèrent à la scission qui s’opéra au sein du Front National en décembre 1998. C’est en effet lors d’une manifestation joyeuse du R.L.F à Mantes-la-Jolie, pendant les législatives de 1997, que le leader du Front National, excédé, s’en prit physiquement à la candidate du Parti Socialiste. Suite au procès qui eut lieu par la suite, M. Le Pen fut déclaré inéligible pour les élections européennes de 1999, ce qui créa des tensions dans la direction du parti et causa une scission débouchant sur la création d’un nouveau parti par Bruno Mégret.

26 Le rôle de l’A.N.L dans le déclin du National Front a suscité un débat assez vif parmi les historiens. Richard Thurlow, par exemple, avance que ce rôle a été assez marginal et que ce déclin est surtout explicable par le virage à droite opéré sous la houlette de Margaret Thatcher. Thurlow fait référence aux commentaires de Thatcher, qui partageait la peur des Britanniques d’être « noyés » (swamped) par un flot d’immigrés dont la culture est radicalement différente de celle des blancs. Dave Renton, lui-même membre de l’A.N.L, pense au contraire que celle-ci a permis d’ériger une sorte de mur de séparation entre les militants radicaux d’extrême droite et la masse des électeurs indécis. On peut faire une interprétation plus nuancée : certes l’A.N.L a largement contribué à placer le National Front sur la défensive politiquement, et il a discrédité ce parti aux yeux de certains électeurs relativement modérés, lesquels se sont tournés vers des partis plus établis, notamment vers une Margaret Thatcher qui disait partager leurs inquiétudes. En même temps, les différentes activités de l’A.N.L. ont eu pour effet de démoraliser les militants du National Front, affaiblissant le parti en tant qu’organisation militante et leur empêchant d’obtenir une tribune publique. Voir Richard Thurlow, Fascism in Britain: From Oswald Mosley’s Blackshirts to the National Front, Londres, IB Tauris, 1998, p. 255-257; Dave Renton, op. cit., p. 175-180. Pour une illustration de la posture défensive adoptée par le National Front à l’occasion des élections législatives de 1979, voir les extraits d’une brochure rédigée par son président, publiés dans Roger Sabin, “Rethinking Punk and Racism”, in Roger Sabin (ed), Punk rock : so what ? The cultural legacy of punk, Londres, Routledge, 1999, p. 204.

27 Ainsi, en février 1995, un membre du Front National a tiré sur Ibrahim Ali à Marseille, qui succomba. Trois mois plus tard, un groupe de skinheads qui s’était déplacé à Paris dans un car affrété par le F.N. tua Brahim Bouarram à l’issue de la manifestation annuelle du parti se tenant le 1er mai.

28 Pendant les années 80 et 90, des antifascistes radicaux de Toulouse et Marseille posèrent des bombes dans des locaux réservés par le Front National pour y tenir des meetings, ainsi que dans le bâtiment servant de quartier général au parti. Voir Anon, SCALP 1984-1992. Comme un indien métropolitain, Paris, Éditions No Pasaran, 2005, p. 23-28 ; Anon. Franc-tireur. Un combat anti-fasciste à Marseille, Paris, Éditions Réflexe, 2000.

29 Entretien avec Christian Poirson, 19.02. 2009. M. Poirson est un membre important du C.A.F.A.R et comptait parmi les leaders du mouvement Ras L’Front dans les années 90.

30 Alwyn W. Turner, Crisis? What crisis? Britain in the seventies, Londres, Aurum Press, 2009, p. 152-155.

31 Andy Beckett, When the Lights Went Out. Britain in the Seventies, Londres, Faber and Faber, 2009, p. 3, p. 448; Turner, op. cit., p. 23.

32 John Ramsden, Don’t Mention The War. The British and the Germans since 1890, Londres, Abacus, 2007, p. 357.

33 Paul Gilroy, “There ain’t no black in the Union Jack”: The Cultural Politics of Race and Nation, Londres, Routledge, 1987, p. 131-134.

34 Op. cit., p. 126-127.

35 Il s’agit d’une réunion annuelle des membres et sympathisants du parti.

36 Daniel Bensaïd, Une lente impatience, Paris, Stock, 2004, p. 167-172 ; Alain Krivine, Ça te passera avec l’âge, Paris, Flammarion, 2006, p. 140-146.

37 Le parti veilla à se construire une base dans le monde ouvrier et commença à participer aux élections de façon plus systématique. Voir Isabelle Sommier, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998, p. 213.

38 Voir Becket, op. cit., p. 447-8; Turner, op. cit., p. 220. Entre 1976 et 1981, 31 meurtres à caractère raciste furent commis en Grande-Bretagne, la plupart dans l’East End de Londres et les Midlands, là où le National Front était le mieux implanté.

39 On assista dans les années 70 à un accroissement sensible du nombre de personnes syndiquées, de 11 millions en 1970 à plus de 13 millions en 1979. Voir John McIlroy, Trade Unions in Britain Today, Manchester, Manchester University Press, 1990, p. 22. Compte tenu du rôle et de la présence de membres et sympathisants du S.W.P au sein de l’A.N.L, on peut penser que bien des personnes affiliées à cette dernière étaient par la même occasion affiliées à un syndicat.

40 Les hooligans de Leeds United furent parmi les premiers à envahir un terrain lors d’un match important, en 1971. Ceux-ci firent également parler d’eux lorsqu’ils jetèrent des sièges sur la pelouse du Parc des Princes lors de la finale d’une coupe européenne en 1975. Quant aux hooligans de Chelsea F.C. et Manchester United, ils doivent leur mauvaise réputation à différents actes violents et de destruction perpétrés dans le courant de la décennie.

41 Sur les activités anti-fascistes de certains supporters de Manchester United, voir Dave Hann and Steve Tilzey, No Retreat. The Secret War Between Britain’s Anti-Fascists and the Far Right, Lytham, Milo Books, 2003. Sans oublier que, compte tenu de ses liens avec le républicanisme irlandais, le Celtic F.C. (Glasgow) a une tradition d’anti-fascisme assez forte. Les anti-fascistes du club publient un fanzine depuis 1991 : Tiocfaidh Ar La. For Celtic and Ireland. L’article de Terry Mitchell, « Beating the fascists – Celtic style » (n° 40), présente leurs activités vers le milieu des années 90. Voir
http://www.geocities.com/irishafa/Football/celtic_afa.html

42 Ce qui fit le succès du mouvement ne fut pas sa radicalité, mais bien la taille des cortèges et la nature très variée des types de grèves mis en place.

Auteur

Olivier Esteves (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540