Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les migrants face aux langues des pays d'accueil

 | 
Hervé Adami
, 
Véronique Leclercq

L'intégration linguistique en Europe : analyse critique1

Piet Van Avermaet

Texte intégral

  • 1 Merci à C Extramiana pour la traduction de cet article.

1Claire Extramiana (dans cet ouvrage) nous livre un panorama des politiques d’intégration linguistique récentes en Europe à partir d’une comparaison et d’une analyse fine des résultats des enquêtes réalisées pour la Division des politiques linguistiques du Conseil de l’Europe en 2007 et 2009 par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) et le Centre pour la diversité et les apprentissages de l’Université de Gand/Belgique (www.coe.int/lang/fr). Notre article propose une réflexion critique à partir des tendances relevées et resitue ces politiques dans le contexte et les discours actuels. Il s’intéresse également aux questions de déontologie, de validité et de qualité des tests de langue. Bien que la mise en place de mesures d’intégration linguistique des migrants soit déjà ancienne, leurs effets n’ont pas été étudiés ; c’est pourquoi nous présenterons les résultats d’une étude qui permet de conclure à l’impact limité de ces mesures. Enfin, nous réfléchirons aux effets contraires que des mesures de nature conditionnelle sont susceptibles de produire et plaiderons en faveur de mesures plus incitatives reposant sur le principe de réciprocité.

Nouveau climat

Nouveau climat et nouveau discours

  • 2 Grimmeau (1993) distingue pour la Belgique quatre grandes vagues migratoires économiques au XXe siè (...)

2On assiste depuis 1991 au renouvellement des migrations sur le continent européen. Les trois vagues d’immigration2 que l’on situe, en Europe de l’Ouest, de la fin de la Seconde Guerre mondiale au début des années quatre-vingt-dix, se caractérisaient par une certaine homogénéité en termes de provenance géographique, de caractéristiques socioculturelles et de permanence – de temporaire cette immigration était rapidement devenue permanente. À partir de 1991, l’immigration se diversifie et se « fluidifie ». L’immigration vers les pays d’Europe de l’Ouest s’intensifie en raison d’évolutions socio-économiques et politiques, telles que la chute du Rideau de fer, l’élargissement de l’Union européenne, le processus de globalisation et la pauvreté persistante dans de nombreux pays d’Afrique. Dans le même temps, l’Europe connaît un processus d’unification économique et politique, tandis que la mobilité étudiante, les mouvements de réfugiés et de main-d’œuvre peu qualifiée se multiplient. À cela s’ajoutent le regroupement familial de migrants résidant depuis un certain temps et le mariage de migrants de la seconde génération avec des personnes du pays d’origine. Les flux migratoires postérieurs à 1991 ne se sont pas seulement diversifiés – Vertovec (2006) a introduit le terme de « super diversité » –, ils sont aussi devenus transitoires. Ainsi, la mobilité étudiante a un caractère temporaire, de nombreux migrants sont en transit et les réfugiés ou demandeurs d’asile ne restent pas nécessairement dans le pays de leur première résidence. Enfin, les migrations économiques, tout comme la mobilité dans un monde globalisé, augmentent en raison du coût moindre des transports. Dans ce contexte, la diversité devient non seulement la norme mais elle se complexifie également. Les processus traditionnels d’acculturation n’ont plus cours et les métropoles sont désormais multiculturelles et multilingues par définition. Un migrant n’est plus un migrant mais fait partie d’une métropole complexe où le fait de négocier différentes normes et valeurs va de soi tout en étant lié au contexte. Ces nouveaux flux migratoires, qui succèdent à ceux des années cinquante à soixante-dix, sont, dans un certain nombre d’États européens, porteurs de tensions en termes de cohésion sociale, d’intégration, de citoyenneté, d’identité, de culture et de langue, dont résulte une nouvelle perception de l’immigration et de l’intégration. Ce qui est perçu comme l’échec de l’intégration des migrants de deuxième ou troisième génération suscite un climat négatif, on parle ici de « peur de l’Islam » (Modood, 2003). Le sentiment d’insécurité est la cause d’attitudes négatives vis-à-vis des groupes de migrants (Stephan, Renfro & alii, 2005). Scheffer (2000) et d’autres évoquent le « drame multiculturel » ou « l’expérience multiculturelle » des années soixante-dix et quatre-vingt qu’ils qualifient d’échec total. Une large proportion de la population soumise aux transformations rapides de la société a le sentiment de voir disparaître son environnement familier, ceci suscitant la peur de l’autre (l’étranger) et le mécontentement à l’encontre de tout de qui est inconnu ou peu familier. Exacerbé par une compétition accrue sur le marché du travail, un malaise se fait jour : il a pour objet le mode de vie qui est le nôtre, celui qui résulte du groupe des inclus (Esses & alii, 2002). La tentation est grande, face à la perte de repères et au sentiment d’insécurité qui en découle (Coolsaet, 2006), de chercher de nouveaux repères dans la religion, les sectes ou encore l’État-nation. Cette psychologie fait le lit de l’extrême droite qui y répond par l’obsession sécuritaire, les boucs émissaires et la nostalgie du passé (Coolsaet, 2006). Si l’on se réfère à Massey (1995) et McBride (1999), les idées extrêmes d’assimilation ont pour fonction d’assurer et de sauvegarder l’homogénéité culturelle en faisant resurgir le « nous contre eux ». Il en résulte la banalisation des idées selon lesquelles « ces gens-là » doivent s’intégrer à notre société, s’adapter à notre culture et apprendre notre langue.

3On a assisté au renouvellement du discours politique sur l’intégration et la citoyenneté. Dans une étude comparative consacrée aux politiques migratoires, Dispas (2003) a montré que, dans la plupart des dix pays européens étudiés, le terme d’assimilation tendait à céder le pas à celui d’intégration, jugé plus politiquement correct. Une analyse plus fine des politiques sur dix ans fait néanmoins apparaître qu’on est passé d’une revendication de pluralisme culturel à l’assimilation au pays d’accueil. Les politiques d’intégration actuelles, de même que le discours politique, dénoncent le multiculturalisme, ce qui constitue un déni de réalité pour les grandes villes dans toute l’Europe. Il s’avère que les notions d’homogénéité et d’uniformité de l’État-nation occupent aujourd’hui une place centrale dans les politiques comme dans les discours.

4Ces discours reposent sur des présupposés idéologiques dans lesquels la connaissance de la langue nationale/officielle et la connaissance culturelle de l’État-nation sont considérées comme le levier de la participation sociale, de la cohésion de l’État-nation, de la sauvegarde de l’ordre national (Collins 2000) et permettent d’accéder au statut de citoyen de la nation. La langue officielle nationale est considérée comme un puissant marqueur d’appartenance au groupe des inclus. Sa non connaissance conduit à la relégation hors de la nation, voire sur le bas côté de la société. La volonté d’apprendre la langue officielle est une marque d’inclusion par opposition à l’exclusion. Faire de la connaissance de la langue nationale/officielle comme de la culture nationale légitime une condition de l’inclusion rend le migrant responsable du processus d’intégration, le migrant étant perçu de manière généalogique comme une personne en situation constante d’intégration, un fait que Schinkel (2008) qualifie d’exemple ordinaire d’hypochondrie sociale. Les idéologies relatives au monolinguisme et à l’identité nationale n’occupent pas un espace vide, elles sont relayées par les puissants détenteurs de l’autorité que sont les hommes politiques, les gouvernements, etc., et sont présentées comme des vérités éternelles, des doxas (Bourdieu, 1991). L’étroite corrélation entre culture nationale légitime et langue, d’une part, et citoyenneté, d’autre part, est donc présentée comme une doxa, elle est de ce fait imperméable tant aux arguments des chercheurs qu’aux considérations critiques (Blommaert & Spotti, 2011).

Nouveau climat, nouvelles politiques

5Les changements relevés au cours des deux dernières décennies ont eu un impact sur les politiques d’intégration dans la plupart des pays européens. Différentes enquêtes réalisées au cours de cette période mettent en évidence la prolifération de tests et de cours dans toute l'Europe sous l’effet d'une émulation politique (Leung & Lewkowicz, 2006 ; Foblets & alii, 2008 ; Extra, Spotti & Van Avermaet, 2009). Début 2007, une étude conduite en coopération avec l’Association of Language Testers in Europe (ALTE, www.alte.org) a permis de comparer les politiques d'intégration et d'accès à la nationalité en Europe. Les données ont été recueillies par les membres d'ALTE dans 18 pays d'Europe. Une enquête d'ALTE datant de 2002 établissait que 4 pays sur 14 (29 %) faisaient de la langue une condition pour l'accès à la nationalité ; cinq ans plus tard l’enquête de 2007 a montré que cette proportion était passée à 11 pays sur 18 (61 %).

  • 3 Le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) définit des niveaux de maîtrise de la (...)

6Les enquêtes 2007 et 2009 de la Division des politiques linguistiques du Conseil de l'Europe (www.coe.int/lang/fr), conduites par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) et le Centre pour la diversité et les apprentissages de l'Université de Gand, ont mis en évidence le renforcement des conditions de langue pour l’intégration (Extramiana & Van Avermaet, 2010). Les pays faisant de la langue une condition d’intégration représentaient en 2007 et 2009 une proportion comparable (75 %). En 2007 19 % des pays concernés (4 sur 23) faisaient de la langue une condition pour l’entrée sur le territoire. Cette proportion s’élevait à 26 % (6 sur 23) en 2009. En 2007 57 % des pays concernés (12 sur 21) indiquaient faire de la langue une condition pour la résidence permanente, cette proportion passant à 69 % (16 pays sur 23) en 2009. Des 23 pays déclarant en 2009 faire de la langue une condition à un titre ou un autre, la quasi totalité (96 %, 22 pays sur 23) avaient fait ce choix pour l’accès à la nationalité. De 2007 à 2009, les politiques d’intégration ont connu des évolutions dans plus de la moitié des pays. L'introduction de conditions liées à la langue et à la connaissance de la société avant l'entrée sur le territoire est en nette augmentation, avec 4 pays en 2007 et 6 en 2009 ; 2 pays le prévoient dans un avenir proche et cette évolution est envisagée ailleurs où l'on prévoit des études de faisabilité. Dans quelques cas, le niveau de langue requis (repéré par rapport aux niveaux du CECR (2001)3) a été relevé. Une autre conclusion de l'enquête 2009 est que certains pays font de la langue une condition sans pour autant proposer de cours de langue, ce qui contraint les candidats à se tourner vers le marché privé. L'enquête 2009 fait également apparaître, comme en 2007, que dans la plupart des pays les cours de langue ne sont pas adaptés aux besoins fonctionnels des migrants, alors même que les migrants ont des besoins spécifiques.

7Tandis que le renforcement des conditions d'immigration, avec la langue comme corollaire, se généralise en Europe, des différences se font jour entre les États pour ce qui concerne les mesures adoptées et les discours qui s’y réfèrent, dans le contexte des politiques migratoires mises en place en Europe. Dans certains cas, ces mesures servent à exclure (Extra & Spotti, 2009). Dans d'autres cas, elles sont un instrument de contrôle de l'immigration ou de distinction entre le groupe des inclus et celui des exclus (in and outgroup) (McNamara, 2005). Les discours comme les mesures à proprement parler sont l'expression du groupe majoritaire dominant ; censées faire barrage au terrorisme islamique, ces mesures s’appuient sur le discours de peur suscité par le risque d’attentat. On peut, dans une certaine mesure, y voir la résurgence de l'État-nation, avec son paradigme traditionnel « une langue, une identité » et toute une série de normes sociétales et de valeurs culturelles partagées dont on attend en retour le sentiment de sécurité nationale, de confiance et d'ordre. La résurgence de l'État-nation contraste avec le processus de globalisation et d'élargissement de l’Union européenne d'une part et l'importance accrue des régions, des villes et quartiers d'autre part, qui résulte du processus de globalisation (De Bot & alii, 2001).

Critères de déontologie et de validité en matière de tests de langue

8Il ressort de ce qui précède que de nombreux pays interrogés recourent à des tests de langue pour l'entrée sur le territoire, la résidence permanente ou l'accès à la nationalité. Ce qui soulève une série d’interrogations. Celles-ci portent sur la déontologie des tests de langue (Shohamy, 2001 ; Van Avermaet, 2003), mais aussi sur des aspects plus techniques de qualité de développement des tests (Van Avermaet, Kuijper & Saville, 2004) : il s’agit là de la fiabilité, de la validité et de l'impact (Hamp-Lyons, 1997 ; Shohamy, 2001, 2006).

9La plupart de ces tests sont standardisés. Pour solide que soit leur réputation d’objectivité et de neutralité, ces tests sont une construction socioculturelle dont la mise en œuvre ne constitue pas un fait isolé mais résulte de motivations et d'intentions politiques (Shohami, communication personnelle). Ni neutres ni objectifs, ces tests reflètent dans de nombreux cas les croyances, normes et valeurs du groupe majoritaire dominant, lequel serait bien en mal de répondre aux questions de savoir ce qu'est un bon citoyen, à partir de quand on est intégré, intégré à quoi, quelle quantité de langue on doit maîtriser et quel est le lien entre cohésion sociale et connaissance de la langue nationale.

10Les réponses fournies à ces questions sont d'une part orientées ; on peut d’autre part se demander si les enjeux sont bien définis et si les réponses ne donnent pas lieu à de multiples interprétations. Pour autant, on est en droit d’attendre des réponses car il en va de la validité des tests de langue et de culture développés à des fins d'intégration et d'accès à la nationalité. Mais à supposer que ces tests répondent aux critères d'équité, une question demeure, celle de savoir si l'on peut, d'un point de vue déontologique, développer et administrer un test pour exclure ou déterminer si la personne doit faire partie des inclus ou des exclus.

11Comme le fait apparaître l'enquête, la connaissance de la langue nationale pour les candidats à l'admission, à la résidence ou la nationalité est appréciée par rapport à des niveaux. Et l'instrument utilisé dans de nombreux pays européens pour cette entreprise monolingue est le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR, 2001). Or le CECR a été conçu pour l'apprentissage, l'enseignement et l'évaluation de compétences en langues étrangères, ce qui exclut de fait l'apprentissage de la langue seconde, alors même que la majorité des migrants apprennent la langue du pays d'accueil comme une langue seconde. Les descripteurs du CECR pour les premiers niveaux ont été définis sur la base de pré-requis pour la langue et la littéracie que ne maîtrise pas une large proportion du public des programmes d'intégration et des tests. Pour les niveaux plus élevés, les descripteurs du CECR supposent un niveau scolaire élevé. Les personnes ayant un bas niveau de qualification ou un niveau intermédiaire ne font donc pas partie du groupe cible. Il s’avère ici qu’une mauvaise utilisation ou interprétation du CECR pose encore plus de problèmes lorsque l'on a affaire à des migrants, ces personnes pouvant se voir refuser la nationalité, la résidence ou le visa d'entrée parce qu'elles auront échoué à un test de langue n'ayant pas été conçu pour elles.

12Les décideurs politiques recourent aux six niveaux du CECR pour déterminer le niveau de langue requis pour le visa d'entrée, la résidence ou l'accès à la nationalité. On a là une manière de procéder qui semble à première vue adaptée aux usagers, facile d’application et simple, alors même que le choix du niveau se fait la plupart du temps sans raison ni validation au moment de la définition d’une politique d’intégration des migrants. Ce fait apparaît clairement dans la variation des niveaux du CECR retenus pour l’entrée sur le territoire, la résidence ou l’accès à la nationalité. Il est à noter que de nombreux descripteurs manquent de précision ou sont formulés de manière trop générale ; il en résulte une « perte en ligne » qui affecte le développement d’un test pour une langue donnée à un niveau donné et dans un but donné. Mais un autre point nous paraît beaucoup plus grave : bien que le CECR soit avant tout conçu comme un instrument de promotion du plurilinguisme, on l’utilise dans certains cas, sous couvert de garantie scientifique, au profit du monolinguisme des langues officielles pour stigmatiser les nouveaux arrivants au lieu de reconnaître leur capacité à contribuer en termes de ressources à une société plus diverse. Notre propos n’est pas de remettre en cause le CECR, mais d’attirer l’attention sur les risques de contresens ou d’usage inapproprié.

L’impact des politiques d’intégration

13Nous savons que les États concernés investissent souvent d’importants fonds publics dans leur politique d’intégration, l’impact de ces investissements étant en train de devenir l’objet de préoccupations. Si certains pays commencent à s’interroger sur l’efficacité des mesures mises en place au cours de la dernière décennie, peu s’intéressent à leur impact social, ce qui renvoie à la question de savoir si ces mesures renforcent la cohésion sociale, si un test ou un certificat de langue renforce l’intégration, s’il augmente les chances de trouver un emploi, s’il est reconnu par l’employeur, si le fait d’avoir subi un test ou suivi un cours de langue permet au migrant d’être perçu comme mieux intégré par les membres du groupe majoritaire. Ces questions appellent des réponses, pour la simple et bonne raison qu’elles ont servi d’arguments aux mesures mises en place.

14Le Centre pour la diversité et les apprentissages (Université de Gand/Belgique) a conduit en Flandre en 2009 une courte étude d’impact au cours de laquelle une quarantaine d’interviews ont été réalisés. Les trois catégories d’acteurs concernés étaient les formateurs intervenant dans le programme d’intégration, des migrants et des membres du groupe majoritaire composé d’employeurs, de représentants d’agences pour l’emploi et de personnes interrogées dans la rue. Réalisés au moyen d’un questionnaire semi-structuré, les interviews ont été enregistrés et transcrits pour être ensuite analysés.

15Avant d’en venir aux principales conclusions de cette étude, il est peut être utile de présenter de manière succincte le cas flamand. Pour une description plus détaillée on se reportera à Van Avermaet & Gysen (2009) et Gysen, Kuijper & Van Avermaet (2009). Les nouveaux arrivants et certains migrants résidant depuis un certain temps en Flandre sont tenus de suivre un programme d’intégration répondant à la dénomination de inburgeringscursus. Ce programme comprend 180 heures de cours de langue ciblant le niveau A1 du CECR (niveau le plus bas dans l’échelle du CECR (CECR, 2001), auxquelles s’ajoutent 30 heures de « connaissance de la société » dispensées dans la langue du migrant. Le candidat se voit remis à l’issue de ces deux cours un « certificat d’intégration ». En l’absence d’un test de langue standardisé, chaque formateur intervenant dans ce programme est responsable du test qu’il développe. La réussite ou l’échec à cette évaluation n’influe pas sur la délivrance du « certificat d’intégration ». À la suite de ce programme obligatoire, le candidat peut suivre une nouvelle formation linguistique, visant le niveau A2 du CECRL, qui est optionnelle. Si on le compare à ce qui se fait ailleurs en Europe, le programme d’intégration flamand est somme toute assez peu exigeant.

Principales conclusions de cette étude

Le groupe des formateurs

16Comme nous l’avons dit, la procédure d’évaluation n’est pas standardisée. Pour la plupart des formateurs, cela n’est pas un problème en soi dès lors qu’ils ont la possibilité de développer leurs propres outils d’évaluation. Mais il ressort de la plupart des entretiens que le test, alors même qu’il n’est pas officiel, garde toute son importance au regard de la procédure d’obtention du certificat d’intégration : « Ne pas faire passer de test à l’issue de la formation est inacceptable de la part des collègues. Ils [les migrants] doivent faire un effort. »

17Certains formateurs considèrent que le test est secondaire par rapport à d’autres aspects du processus d’intégration et sont favorables à des procédures d’évaluation alternatives : « Le test n’est rien de plus qu’une photographie. Nous regardons d’autres aspects tels que la participation et l’implication dans le cours, de même que la motivation. Nous expérimentons actuellement une évaluation en continu (grilles d’observation, port folio…). »

Le groupe des migrants

18On a distingué les migrants participant à un programme d’intégration, ceux qui venaient de le réaliser et ceux qui l’avaient réalisé au moins un an avant l’entretien. La première catégorie juge la formation très utile et nécessaire, y compris le certificat d’intégration, et y voit la possibilité d’augmenter ses chances d’obtenir un emploi. Parmi ceux qui ont réalisé le programme d’intégration depuis au moins un an, ceux qui ont trouvé un emploi portent un jugement en général positif, tandis que ceux pour lesquels ce n’est pas le cas en ont une perception plutôt négative. Ceux qui ont suivi la formation depuis plus longtemps déclarent que les connaissances linguistiques acquises au cours de la formation n’ont pas été d’une réelle utilité au moment de la recherche d’emploi ou sur le poste de travail. Enfin, des migrants résidant en Flandre depuis plus longtemps, regrettent de ne pas avoir pu bénéficier d’une formation linguistique : « J’ai pris des cours de néerlandais au bout de plusieurs années de vie en Flandre. J’aurais dû le faire dès le départ, parce qu’apprendre une langue prend du temps. Un cours de six mois, par exemple, ne sert à rien. J’ai mis en tout 4-5 ans avant de maîtriser le néerlandais. Et je fais encore des fautes. »

Le groupe des citoyens belges (flamands)

19Aucune des personnes de ce groupe ne connaît de près ou de loin la politique d’intégration linguistique conduite en Flandre. Une fois informées, la moitié des personnes déclarent préférer un test standardisé à la procédure actuelle d’évaluation : « Sinon ce n’est pas juste pour les migrants. C’est là sans doute le point faible de la politique d’intégration. C’est la seule manière d’être juste. Ça permet de savoir s’ils ont tous le même niveau de compétence. »

20L’autre moitié marque un désaccord par rapport à un test central. Un test à la fin du cours est nécessaire mais les formateurs sont jugés suffisamment compétents pour développer et administrer ce test. Certains font le parallèle avec l’école obligatoire en Belgique : « À l’école aussi, les examens sont différents d’un endroit à l’autre ». « Non, ce n’est pas indispensable, mais tous les apprenants doivent être correctement traités, ce qui implique un contrôle ». « Un test général n’est pas nécessaire. Je suppose que les formateurs reçoivent tous les mêmes consignes pour l’évaluation. »

Le groupe des employeurs et des agences pour l’emploi

21La plupart des employeurs déclarent ne pas réclamer de certificat de néerlandais ni tester de manière officielle la compétence linguistique des candidats. Pour la plupart d’entre eux, le certificat d’intégration n’a pas de réelle valeur. L’impact de la politique d’intégration est limité de leur point de vue. À défaut d’outil d’évaluation, le critère de sélection est l’entretien avec le candidat à l’emploi qui, semble-t-il, a toujours lieu en néerlandais. Les employeurs déclarent se faire, au cours de l’entretien, une idée du niveau de néerlandais requis selon eux pour le poste de travail. Ils expriment parfois un point de vue pragmatique, fonctionnel, des choses : « On parle souvent à l’usine un jargon spécifique et aussi un mélange de néerlandais standard et de dialecte. Quand le dialecte est plus fonctionnel et qu’il se comprend, il n’y a pas de problème. »

22Il ressort cependant de la plupart des entretiens que ce sont les facteurs économiques, plus que la compétence linguistique, qui déterminent les chances de trouver un emploi. C’est là une conclusion qui contraste avec ce qui est souvent déclaré au début de l’entretien : « Dans la branche de la propreté, les salariés ne parlent pas la langue. La plupart des familles qui emploient des migrants pour le ménage parlent anglais ou français ». « Il y a un besoin important d’électriciens, du coup la plupart des entreprises déclarent leur donner une chance même s’ils ne maîtrisent pas la langue à 100 % ». « Ce qui compte, c’est le diplôme et les compétences pratiques. On manque de soudeurs. Les migrants polonais peuvent combler ce manque. La langue n’est pas un problème ici. »

23La totalité des agences pour l’emploi interrogées déclarent ne pas « tester » les migrants en recherche d’emploi. L’entretien avec le demandeur d’emploi semble un moyen approprié pour se former une opinion précise sur ses compétences linguistiques : « C’est au cours de l’entretien avec la personne que je vois si sa maîtrise du néerlandais est basse, moyenne ou élevée. »

24De la même manière, une attestation d'assiduité au cours d’intégration ou cours de langue n’a qu’une valeur limitée : « À quoi bon prouver qu’ils ont suivi un cours d’intégration ou un cours de néerlandais ? »

25Dans certains entretiens, il est fait référence aux connaissances linguistiques et à l’entretien d’embauche comme à un mécanisme d’exclusion permettant de barrer l’accès au travail aux migrants : « Il arrive que les employeurs renvoient des salariés migrants pour des problèmes de communication à l’usine. J’ai l’impression que c’est souvent un faux argument qui masque une discrimination à l’encontre de salariés migrants. »

26Ces indications montrent clairement le caractère limité de l’impact des mesures mises en place en Flandre. À l’exception des formateurs, les acteurs concernés ne connaissent pas les mesures en place et ne reconnaissent pas de valeur (marchande) au certificat d’intégration délivré aux migrants à l’issue du programme d’intégration.

Conclusion : de l’intégration conditionnelle à l’intégration facilitée

27Le fait de considérer l’apprentissage obligatoire de la langue du pays d’accueil comme un préalable à l’intégration mérite un examen critique. Les migrants sont considérés ici du point de vue de leur déficience linguistique supposée, laquelle est considérée non seulement comme un obstacle à l’intégration mais aussi comme une cause de violence et de conflits sociaux. Il s’agit là d’une généralisation ne valant a priori que pour une certaine catégorie de migrants. Ainsi, les migrants faisant partie de l’élite « globalisée » (ne maîtrisant pas dans une large proportion la langue de l’État-nation) communiquent avec l’élite plurilingue locale en français, allemand, anglais ou espagnol. Il y a une proximité entre l’élite « globalisée » et l’élite locale là où le « migrant réel » est perçu au niveau local comme un concurrent de l’homme de la rue. La généralisation relative à la déficience linguistique ne tient pas et contredit la théorie sous-jacente selon laquelle la connaissance de la langue nationale serait une condition sine qua non de la participation sociale (Blommaert & Van Avermaet, 2008). Faire partie de l’élite « globalisée » vous dispense dans une large mesure de l’obligation d’apprendre la langue et de vous engager sur la voie de l’intégration sociale, même si vous résidez dans un ghetto pour riches et n’avez que peu de contacts avec les habitants.

28À partir des choix linguistiques observés chez les migrants italiens en Flandre (Van Avermaet, 2008), il a été montré que le domaine public détermine l’adoption de la langue dominante de la majorité ; l’usage du flamand entre Italiens est observé dans les domaines où ces derniers sont en contact avec la population locale. Quand un domaine passe d’un marché intralinguistique à un marché interlinguistique (Bourdieu, 1991 ; Jaspaert & Kroon 1991 ; Van Avermaet 2008) où le locuteur est en contact avec des membres de la majorité, un processus d’unification des marchés peut être constaté. Sur un marché des langues unifié, les règles déterminant les prix diffèrent de celles qui ont cours sur le marché intralinguistique. Une politique d’intégration dans certains domaines sociaux aura pour conséquence l’usage du flamand dans ces domaines. A contrario, le fait d’amener les migrants à utiliser le flamand en faisant de cette langue une condition de leur intégration et en rendant son apprentissage obligatoire est contre-productif du point de vue de la recherche. Ce sont des mesures incitatives visant en premier lieu l’intégration dans certains domaines sociaux, tels que le travail, qui permettent l’acquisition de la langue du pays d’accueil. On acquiert une langue en réponse à un besoin. Faire de la langue une condition pour l’intégration équivaut à refuser au migrant la possibilité d’être actif dans des domaines où les marchés intra et interlinguistiques (l’école, le travail, le logement) sont en situation de contact. Les mesures conditionnelles comportent le risque que le migrant ne soit pas actif dans des domaines sociaux où l’acquisition de la langue tend à devenir un processus naturel en situation de contact. Cette manière de procéder conduit à exclure les personnes des domaines concernés. Le maintien des mesures faisant de la langue une condition de la participation sociale et rendant son apprentissage obligatoire peut conduire à renforcer la discrimination structurelle de groupes minoritaires qu’il s’agissait au départ de combattre.

Bibliographie

Blommaert, J. & M. Spotti (2011). Language, Integration and other ‘superdivers’ goodies: the making of the (new) citizen as homo economicus. (in press).

Blommaert, J. & P. Van Avermaet (2008). Taal, onderwijs, en de samenleving : De kloof tussen beleid en realiteit. Berchem : EPO.

Bourdieu, P. (2001). Langage et pouvoir symbolique. Paris : Coll. Points, Le Seuil.

Collins, J. (2000). Bernstein, Bourdieu and the new literacy studies. Linguistics and Education 11 (1), pp. 65-78.

Coolsaet, R. (2006). De mens als kosmopoliet. Newspaper De Standaard, Belgium.

Conseil de l’Europe (2001). Le cadre européen commun de référence pour les langues. Paris : Didier.

De Bot, C., Kroon, S., Nelde, P. & Van der Velde, H. (eds.) (2001). Institutional Status and Use of National Languages in Europe. Sankt Augustin: Asgard.

Dispas, C. (2003). Integration programmes for foreigners: a comparative study of the policies applied in ten European countries. Unpublished MA thesis at University of Leuven.

Esses, V. M., J.F. Dovidio, G. Hodson. (2002). Public attitudes towards immigrants in the United States and Canada in response to the September 11, 2001 “Attack on America”. Analyses of Social Issues and Public Policy 2 (1), pp. 69-85.

Extra, G. & M. Spotti (2009). Testing regimes for newcomers to the Netherlands. In: Extra, G., Spotti, M. & Van Avermaet, P. (Eds.). Language Testing, Migration and Citizenship: Cross-National Perspectives on Integration Regimes. London: Continuum.

Extra, G., Spotti, M. & Van Avermaet, P. (Eds.) (2009). Language Testing, Migration and Citizenship: Cross-National Perspectives on Integration Regimes. London : Continuum.

Extramiana, C. & P. Van Avermaet (2010). Apprendre la langue du pays d'accueil. Hommes & Migrations, n° 1288, pp. 8-20.

Foblets, M.C., Himmet, A., Wets, J. & Yanasmayan, Z. (2008), Language and integration requirements in Belgium: Discordances between the Flemish policy of ‘inburgering’ and the federal legislators’ view(s) on integration of newcomers and migrants. Paper presented at the seminar ‘Language and Integration Tests for Newcomers and Future Citizens’. Nijmegen: Radboud University.

Gysen, S., H. Kuijper & P. Van Avermaet (2009). Language testing in the context of immigration and citizenship: The case of the Netherlands and Flanders. Language Assessment Quarterly. 6 (1), pp. 98-106.

Hamp-Lyons, L. (1997). Washback, impact and validity: Ethical concerns. Language Testing 14 (3), pp. 295-303.

Jaspaert, K.& S. Kroon (1991). Social Determinants of Language Shift by Italians in the Netherlands and Flanders. International Journal of the Sociology of Languages 90, pp. 77 – 96.

Leung, C. & Lewkowicz, J. (2006). Expanding horizons and unresolved conundrums: Language testing and assessment. TESOL Quarterly 40, pp. 211 – 234.

McNamara, T. (2005). 21st century Shibboleth: Language tests, identity and intergroup conflict. Language Policy 4 (4), pp. 351 – 370.

Massey, D. S. (1995). The new immigration and ethnicity in the United States. Population and Development Review. 21 (3), pp. 631-652.

McBride, M. J. (1999). Migrants and asylum-seekers: policy responses in the United States to immigration and refugees from Central-America and the Caribbean. International Migration. 37 (1), pp. 290-317.

Modood, T. (2003). Muslims and the politics of difference. In The politics of migration. Managing opportunity, conflict and change, Sarah Spencer (ed), Berlin-Massachusetts-Oxford: Blackwell, pp. 100-115.

Scheffer, P. (2000). Het multiculturele drama. Newspaper NRC, Netherlands.

Schinkel, W. (2008). De gedroomde samenleving. Kampen: uitgeverij Klement.

Stephan, W. G., C.L. Renfro, V.M. Esses, C.W. Stephan, T. Martin. (2005). The effects of feeling threatened on attitudes towards immigrants. International Journal of Intercultural Relations 29, pp. 1-19.

Shohamy, E. (2001). The Power of Tests. A critical perspective on the uses of language tests. London: Longman.

Shohamy, E. (2006). Language Policy. Hidden agendas and new approaches. Oxford: Routledge, Taylor & Francis Group.

Van Avermaet, P. (2003). Ethiek in (taal) toetsing? In Vierde sociolinguïstische conferentie, Tom Koole, Jacomine Nortier & Bert Tahitu (eds), Delft: Eburon, pp. 455-468.

Van Avermaet, P., H. Kuijper & N. Saville. (2004). A Code of Practice and Quality Management System for International Language Examinations. Language assessment Quarterly 1 (2 & 3), pp. 137-150.

Van Avermaet, P. (2008). Taalverschuiving in de Italiaanse Gemeenschap in Eisden, Maasmechelen. Unpublished Phd. University of Leuven.

Van Avermaet, P. & S. Gysen (2009). Language policies for citizenship and integration. The Belgian case. In: Extra, G., M. Spotti & P. Van Avermaet (Eds.). Language Testing, Migration and Citizenship: Cross-National Perspectives. London: Continuum.

Vertovec, S. (2006). The Emergence of Super-Diversity in Britain. COMPAS WP-06-25. Oxford : Centre on Migration Policy and Society.

Notes

1 Merci à C Extramiana pour la traduction de cet article.

2 Grimmeau (1993) distingue pour la Belgique quatre grandes vagues migratoires économiques au XXe siècle. La vague migratoire qui débute en 1991 peut être considérée comme la cinquième, ou la première du XXIe siècle.

3 Le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) définit des niveaux de maîtrise de la langue qui permettent de mesurer les progrès de l'apprenant aux différents stades des apprentissages tout au long de la vie.

Auteur

Chercheur, Centre pour la diversité et l’apprentissage, université de Gand, Belgique.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable