Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dire la ville c’est faire la ville

 | 
Yankel Fijalkow

Partie III. Les discours des concepteurs de la ville : le futur et ses idéaux urbains

Témoignage

Voyage d’un architecte conseil au pays des acronymes, des néologismes et des langues indigènes

Patrick Celeste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Architecte et urbaniste praticien depuis plus de quarante ans, enseignant-chercheur et architecte conseil de l’État, j’ai dû entendre, parler et écrire une pléthore de langues et d’acronymes que je n’ai jamais maîtrisée et que j’ai oubliée sitôt l’avoir approchée. J’en ai tiré une sorte de théorie pratique : les projets d’aménagement à grande, moyenne et petite échelle naissent, se développent, meurent ou se transforment dans une sorte de mésentente généralisée mais démocratiquement orchestrée. Si le projet est commun puisque généralement ce sont les instances publiques, nos impôts, qui le portent et le financent, il n’est néanmoins pas compris de tous et encore moins partagé.

N’allez pas croire pour autant qu’il s’agit là d’une attitude nihiliste, blasée, cynique ou désespérée. Au contraire, dès lors que j’ai compris que là se tenait la sagesse, j’ai été beaucoup plus à l’aise avec mes interlocuteurs, tout en demeurant amusé des idiomatismes et des formules figées qui accompagnent n...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable