Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dire la ville c’est faire la ville

 | 
Yankel Fijalkow

Partie II. Les décideurs et leurs mots : à propos de la démolition comme symbole polysémique

Chapitre V. L’imaginaire démolisseur saisi par les discours institutionnels : l’exemple de la rénovation urbaine à Saint-Étienne (1995-2011)

Rachid Kaddour

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce chapitre se veut complémentaire du précédent. Les hypothèses et éléments théoriques développés par Philippe Genestier et Vincent Veschambre se voient ici d’une part ancrés dans un terrain exemplaire, dans la tradition de l’approche monographique chère aux sciences sociales, et d’autre part confrontés à une situation concrète, qui permet de confirmer, nuancer et compléter leurs propos1.

 

Au printemps 1995, la Muraille de Chine2, immeuble de 16 niveaux et plus de 250 m de long situé dans le grand ensemble de Montchovet à Saint-Étienne, vient de fêter les dix ans de sa réhabilitation dans le cadre d’un projet de Développement social des quartiers (DSQ). C’est pourtant à cette date que le maire nouvellement élu prend la décision de la démolir. Cette démolition, en 2000, est l’occasion d’un grand spectacle et de grands discours3, car l’évènement marque un tournant dans la Politique de la ville : il « fait sauter le tabou » de la démolition massive4. À Saint-Étienne, le traitement de ce...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540