Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dire la ville c’est faire la ville

 | 
Yankel Fijalkow

Partie II. Les décideurs et leurs mots : à propos de la démolition comme symbole polysémique

Chapitre IV. La démolition des tours et des barres comme évidence : les cadres du récit de la rénovation urbaine

Philippe Genestier et Vincent Veschambre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Depuis Victor Klemperer, on sait que « si on pense avec des mots, les mots pensent pour nous ». Dans le domaine de l’action dans, sur et par l’espace, cette maxime semble particulièrement s’appliquer. Dans ce texte nous voudrions analyser la question des interactions entre le discursif et le cognitif en partant du cas de la politique de rénovation urbaine engagée en France depuis le début des années 2000. Ce cas présente un aspect paradoxal rarement relevé par les analyses sociologiques et politistes : pour que les acteurs publics aient décidé de mener dans le cadre du Programme National de Rénovation Urbaine (PNRU) une politique de démolition de grande ampleur1, il a fallu qu’à un moment donné (fin des années 1990, début des années 2000) ils évaluent les grands ensembles de logements sociaux de manière à ce point négative que la signification initiale de ces quartiers a été oubliée, occultée. En effet, ces quartiers ont longtemps été considérés comme un patrimoine socia...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable