Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dire la ville c’est faire la ville

 | 
Yankel Fijalkow

Partie II. Les décideurs et leurs mots : à propos de la démolition comme symbole polysémique

Introduction partie II

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parce que la démolition est un acte violent portant atteinte de manière concrète et symbolique aux humains habitants et à leurs installations territoriales, il revient à l’État de produire un discours justificatif montrant qu’il dispose des prérogatives de puissance publique qu’on attend de lui. Or, si l’on connaît bien les stéréotypes, faits de mythes et de réalités, qui entourent ces « quartiers à problème », les discours tenus n’en disent-ils pas beaucoup aussi sur leurs auteurs ? Derrière l’archétype du grand ensemble, se joue l’actualisation du rôle de l’État. Dans les chapitres qui viennent, les auteurs montrent que pour entrer dans l’évidence des fatalités (« on ne pouvait plus faire autrement »), la démolition joue sur les deux tableaux. D’une part, la fabrication du discours d’État, qui engage de nombreux partenaires, est aussi essentielle pour le projet que le projet lui-même. D’autre part, le récit de la démolition des grands ensembles associé à celui des pouvoirs publics...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540