Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dire la ville c’est faire la ville

 | 
Yankel Fijalkow

Partie I. La construction d’un discours pour les usagers de la ville et le rôle des stéréotypes

Chapitre II. La France à Montréal : mise en scène d’une gentrification

Sophie Fesdjian

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Montréal change, une gentrification rapide caractérisée par une recomposition sociale et des prix immobiliers plus élevés a débuté dans les années 1980 accompagnée par les efforts des pouvoirs municipaux soucieux de surmonter la difficile période de déclin démographique et économique des années 1970. Plusieurs quartiers sont concernés. Le Plateau-Mont-Royal, où le prix d’un appartement en copropriété dépasse 260 000 dollars en 2010, illustre cette dynamique de manière exacerbée. Mais ces dynamiques s’expliquent-elles seulement par le jeu des politiques urbaines et du marché immobilier ? Cet article propose une étude d’anthropologie urbaine des transformations de la ville contemporaine au prisme des relations sociales entre Français et Québécois. Une analyse de la gentrification, structurée par les récits, qu’en font ses usagers : habitants « nouveaux » et « anciens », commerçants, agents immobiliers, etc. En effet, c’est la « confrontation du rapport au quartier des « gentrifieurs »...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540