Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dire la ville c’est faire la ville

 | 
Yankel Fijalkow

Partie I. La construction d’un discours pour les usagers de la ville et le rôle des stéréotypes

Chapitre I. « Lire le lieu pour dire la ville » : retour sur plusieurs mises en récits du quartier de Florentine (Tel-Aviv)

Caroline Rozenholc

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comment Tel-Aviv est devenue blanche

Dans les années 1980, Tel-Aviv est une ville grise progressivement délaissée par ses habitants, au profit de plus agréables et riches banlieues. Trente ans plus tard, c’est, au contraire, une plateforme internationale de l’industrie high-tech, le poumon économique d’Israël et une « ville qui ne dort jamais »1. Souvent qualifiée de « bulle » dans un contexte géopolitique particulièrement conflictuel, il y règne en effet une atmosphère d’inclusion et de tolérance dont rend compte le titre de « capitale du cool méditerranéen » que lui accordait le New-York Times en 20082. Ce « titre » montre à quel point le rayonnement de Tel-Aviv dépasse ses frontières pour atteindre une globalité à laquelle la municipalité consacre d’ailleurs tous ses efforts. Cette démarche, portée par deux projets récents (City Vision et TLV Global City), poursuit la promotion touristique et culturelle de Tel-Aviv dont l’inscription de la ville au patrimoine mondial de l’humanité...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540