Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aller mieux

 | 
Lise Demailly
, 
Nadia Garnoussi

Première partie. Penser les dynamiques de l’« aller mieux »

Introduction de la première partie

Lise Demailly

« L’homme libre ne pense à rien moins qu’à la mort, et sa sagesse est une méditation non de la mort, mais de la vie. » (Spinoza, Éthique IV, proposition LXVII)

« Il est, dis-je, d’un homme sage de se refaire et recréer en mangeant et buvant de bonnes choses modérément, ainsi qu’en usant des odeurs de l’agrément des plantes vertes, de la parure, de la musique, des jeux qui exercent le corps, des théâtres, et des autres choses de ce genre dont chacun peut user sans aucun dommage pour autrui. » (Spinoza, Éthique IV, scolie de la proposition XLV)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’idée d’aller mieux convoque une nuée d’appellations : guérison, résilience, convalescence, amélioration, rétablissement, rémission et des notions connexes : normal, pathologique, maladie, souffrance, catastrophe, désastre... Les relations entre ces termes ne sont pas celles d’une simple opposition : aller mieux n’implique pas avoir été malade, ni avoir cessé de l’être, ni devenir « normal », ni même obligatoirement moins souffrir, le ressenti des acteurs n’étant pas forcément corrélé au diagnostic médical, même si, de fait, le plus souvent aller mieux se dit par rapport à une maladie.

Essayons de déplier les principaux éléments de contenu de la notion : l’idée d’une dynamique temporelle et d’un positionnement normatif. Premièrement, l’aller mieux a une épaisseur temporelle, car il distingue un avant, où l’on « va mal », avec ses temporalités spécifiques, temps d’urgence, temps de routine, temps de latence... et un maintenant, présentant une amélioration, non pas momentanée, mais ré...

Auteur

Professeur émérite de sociologie, Université de Lille, CNRS, UMR 8019-Clersé

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable