Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et exils au cinéma

 | 
Patricia-Laure Thivat

Pour une cartographie imaginaire : au-delà des frontières

Voyage sensible : Bird People of China (1998) de Takashi Miike

Benjamin Thomas

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Voyages japonais du cinéma

Katsutarô Inabata, ancien camarade de classe d’Auguste et Louis Lumière à Lyon, fut l’un des promoteurs du cinématographe au Japon, à l’aube du XXe siècle. Dans sa correspondance, il se souvient qu’à ses yeux l’appareil était alors « l’instrument le plus approprié pour introduire la culture occidentale contemporaine »1 dans son pays. Plus récemment, Wang Bing, cinéaste chinois, jugeait le cinéma fondamentalement occidental2. De même, Kiyoshi Kurosawa déclarait, à la fin des années 1990, que faire du cinéma, selon lui, c’était raconter des histoires japonaises dans des cadres américains3.

Bien sûr, cette occidentalité du médium est jusqu’à un certain point une fiction : elle est surtout l’occidentalité des usages dominants que l’on fait du médium, en les donnant comme son « langage naturel », et que de nombreux cinéastes / cinématographies s’approprient de par le monde4. Denis Lévy a ainsi raison de rappeler qu’il y a du cinéma hollywoodien non américain et d...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable