Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et exils au cinéma

 | 
Patricia-Laure Thivat

Le Moyen-Orient, carrefour d’identités et transferts culturels

L’exil intérieur ou l’identité perdue dans l’œuvre de Ghassan Salhab

Dima El-Horr

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je me souviens d'être entré dans la ville en 1982, en pleine invasion israélienne. J’avais déjà un rapport amour-haine avec Beyrouth où j’avais toujours été accueilli comme un émigrant parce que je parlais mal l’arabe. Je me permets à mon tour d’être exigeant avec ce Liban qui fut longtemps fantasmatique pour moi. Aujourd’hui, je comprends enfin que cette distance me libère et me permet d’aller plus facilement que d’autres vers les questions de mémoire et de lutte contre l’oubli1.

Il est impossible de séparer l’histoire et l’évolution du cinéma libanais des évènements politiques qui ont bouleversé ce pays. Aussi paraît-il nécessaire, avant d’aborder le cas particulier de Ghassan Salhab, de faire un bref retour sur un moment spécifique de l’Histoire du Liban et de son cinéma. En 1990, la guerre civile libanaise prend soudainement fin, sans pour autant que les forces en présence n’entament un véritable débat sur les raisons du conflit, de son déclenchement comme de son arrêt.

La guerre ...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable