Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et exils au cinéma

 | 
Patricia-Laure Thivat

Le Moyen-Orient, carrefour d’identités et transferts culturels

Va, vis et deviens de Radu Mihaileanu (2005) : un exil qui colle à la peau. Le déracinement à l’œuvre

Ada Ackerman

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’exilé est comme une plaque hypersensible :
la chair de sa sensibilité est à vif, et il perçoit tout » 1.

« [Le Seigneur] rassemblera les exilés d’Israël,
Et il recueillera les dispersés de Juda,
Des quatre extrémités de la Terre ».
Isaïe, XI, 11-12

Tout au long de sa filmographie, Radu Mihaileanu (1968-), cinéaste français d’origine roumaine, n’a cessé d’interroger la notion d’identité à travers les motifs de l’imposture, du masque, du travestissement, mais aussi du rejet, du mensonge, de l’incompréhension et de la solitude. À cet effet, il met en scène de manière récurrente le choc que peut produire la rencontre de cultures différentes, selon un éventail de registres allant du tragique au comique. Cette obsession pour la confrontation culturelle se nourrit de son histoire personnelle, le réalisateur ayant quitté à vingt-deux ans son pays natal, la Roumanie, pour fuir la dictature de Nicolae Ceaucescu. Le jeune homme s’installe alors à Paris pour suivre des études de cinéma à l’IDHEC...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable