Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et exils au cinéma

 | 
Patricia-Laure Thivat

Les Amériques. Le rêve à l’épreuve du réel

Le versant invisible de la « montagne d’or » : l’émigration chinoise aux États-Unis vue par les cinéastes hongkongais

Jean-Étienne Pieri

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’aux années 1980, les thèmes de l’émigration et de l’immigration n’étaient présents dans la production hongkongaise que de manière mineure – essentiellement à travers des comédies montrant les difficultés des Chinois du continent à s’adapter au mode de vie de la colonie britannique1. La place secondaire accordée à ces questions peut sembler surprenante, dans la mesure où le cinéma hongkongais fut, à ses débuts, le fait d’artistes ayant majoritairement connus eux-mêmes une migration. En effet, si des films furent tournés dans la colonie britannique dès 1909, l’industrie cinématographique hongkongaise ne se développa réellement qu’à la suite de deux vagues migratoires d’artistes (cinéastes, acteurs) ou de techniciens venus des studios de Shanghai : la première, à la fin des années 1930, causée par la prise de Shanghai par l’armée japonaise (en novembre 1937), et surtout la seconde, à la fin des années 1940, résultant de la reprise des hostilités entre nationalistes et communistes...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable