Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

VIII. Front de l’histoire, de la documentation et de l’information

Remarques sur les médias anti-sociaux : les anarcho-communistes états-uniens et internet

Louis-Georges Schwartz
Traduction de Nicole Brenez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les seules productions culturelles dignes d’être nommées « anarchistes » construisent de nouvelles situations. Films sur les anarchistes, films attribués aux anarchistes, ou films documentant les luttes anarchistes ont ici leur place, mais à moins qu’ils ne produisent de nouvelles relations sociales, les films eux-mêmes ne peuvent pas être nommés anarchistes. Je définis un film comme anarchiste seulement sur la base de ses effets dans le présent.

De l’exigence selon laquelle les productions d’expression anarchiste construisent de nouvelles situations résulte au moins trois conséquences.

1) Aucune structure formelle, aucune caractéristique générique ni contenu particulier ne peuvent être attribués à un film anarchiste.

2) La présentation de films anarchistes anciens et celle de l’histoire du cinéma anarchiste doivent aussi construire de nouvelles situations, sans quoi les films présentés perdent leur caractère anarchiste.

Ces deux premières implications soulèvent des difficultés sérieuse...

Auteur

Ohio University

Nicole Brenez (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540