Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

VIII. Front de l’histoire, de la documentation et de l’information

Ordinary People de Vladimir Perišić, le réel et sa mutinerie

Nicole Brenez et Pascale Cassagnau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Vladimir Perišić et Lionel Soukaz, Paris, 8 avril 2011.

Image

Collection Irène Browning

Conçu comme la mise en place d’un dispositif de visibilité, le film de Vladimir Perišić constitue une sorte de machine à calculer des distances. Ordinary People (2008) fait de la place du spectateur son objet principal, à travers la généalogie de mises à mort de civils par un groupe de soldats, en temps de guerre, quelque part dans les Balkans. Le travail du film consiste à décliner des focales sur des meurtres commis en toute banalité du mal. Le long trajet en car qui mène les soldats vers le terrain des opérations (il s’agit de « s’occuper de l’ennemi », « de remettre de l’ordre »), l’attente, le sommeil, sont des moments dilatoires portés par des trouées sur le paysage ensoleillé, des travellings qui prennent à revers les événements, conduisant vers les instants de la barbarie ordinaire, accomplie par des êtres ordinaires. L’espace du film encadre l’abjection ordinaire, le malaise, le doute, l’apathie...

Auteurs

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Centre National des Arts Plastiques

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540