Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

VII. Front des autres mondes

Gianni Toti et la mathépoéthique (avec quelques dérives transpoécontinentales du côté de Vélimir Khlebnikov et Fernando Pessoa)

Marc Mercier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une conférence ? Non, une (cir)conférence ! Tourner autour d’un sujet avec des questions caressantes. Pour ne pas l’épuiser. Pour puiser à la source de ses passions inassouvies. Pour étreindre poétiquement l’amour de l’anarchie, de l’utopie, de l’uchronie. Déchirer l’évidence. Danser sur les déchirures. Faire rimer les poètes, Toti, Khlebnikov, Pessoa. Musique des astres. Écouter. Danser. Crier. Les mots ont des lèvres.

Au début des années 80, Gianni Toti qui était à l’époque journaliste, militant communiste italien devenu par la suite cosmuniste, poète et réalisateur, se présente à un congrès des cinéastes italiens progressistes, et déclare que la mission historique du cinéma est terminée : il faut à présent s’engager dans la voie de la poésie électronique. Dire que la mission historique du cinéma s’est achevée, c’est pointer que le langage révolutionnaire du cinéma qui a accompagné les pensées émancipatrices du vingtième siècle s’est essoufflé, et qu’il convient à présent d’invente...

Auteur

Instants Vidéo numériques et poétiques

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540