Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

VI. Front des symboles, des images et des formes

L’hypothèse poétique. Anarchie et cinéma japonais

Antoine Barraud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Koji Wakamatsu dans Les Maisons de feu de Antoine Barraud, 2009.

Image

© Antoine Barraud

Je me disais que c’était un trajet possible, un accès à la clairière. Ce chemin, bizarrement, me semblait plus direct que l’évident, le premier qui venait à l’esprit, Eros + Massacre (1969) en l’occurrence. Je m’explique.

Eros + Massacre, à juste titre, est resté emblématique du cinéma de Kijû Yoshida et du rapport du cinéma japonais à l’anarchie. C’est l’un des rares films dont la grammaire cinématographique se rebelle et dont le sujet même est l’anarchie puisque le personnage principal, Ōsugi, est un anarchiste mort en 1923 avec sa compagne1. Le film se bâtit sur deux temps, à la fois dans les années 20 avec l’histoire d’Ōsugi et de ses trois compagnes, et en 1969, au moment où le film est réalisé, avec un groupe d’étudiants voulant faire sens de l’existence d’Ōsugi, essayant de tourner des ...

Auteur

Cinéaste

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540