Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

V. Front hédoniste

Entretien avec Jean-Pierre Bouyxou

Louise Anselme, Benoît Bouthors, David Creus Expósito, Théo Deliyannis, Manuela Filippin, Boris Gobin, Wonhee Jung et Lucile Valeri

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Philipe Bordier et Jean-Pierre Bouyxou à Bordeaux dans les années 1960.

Image

Collection Jean-Pierre Bouyxou.

Tu es le dernier porte-parole de tout un mouvement.

Oui, c’est vrai. À l’époque on était toute une communauté, une communauté d’esprit, avec des gens comme Etienne O’Leary, Philipe Bordier, Pierre Clémenti. Tous nous aimions passionnément le cinéma, on avait envie d’en faire, on en faisait sans en avoir les moyens, et presque tous, soit on peignait, soit on écrivait, soit on faisait de la musique, des happenings. Ça formait un tout. C’était vivre. On ne peignait pas forcément dans le but d’avoir une exposition dans une galerie, ceux qui jouaient de la musique ne la jouaient pas forcément pour donner des concerts, et les films qu’on réalisait, on savait bien qu’ils n’allaient pas sortir dans les salles du Quartier L...

Auteurs

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540