Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

IV. Front des principes et des concepts

Jean-François Lyotard et le cinéma anarchiste : notes pour une encontre critique

Jean-Michel Durafour

« La vraie connaissance est issue de toutes les zones de votre conscience : du ventre ou du pénis, autant que du cerveau et de l’esprit. L’esprit peut seulement analyser et raisonner. Si vous laissez l’esprit et la raison dominer tout le reste, ils ne savent rien faire d’autre que critiquer et stériliser. […] Si l’on veut éviter d’être un dieu ou un bolchevique, ce qui revient au même, car ils sont tous deux trop beaux pour être vrais, on doit être humain, on doit avoir un cœur et un pénis. […] Oui, intellectuellement, je crois aux cœurs généreux, aux pénis gaillards, aux esprits éveillés, et au courage de dire “merde” devant une dame. […] Renoir a dit qu’il peignait avec sa bite… et c’est vrai ; quelles jolies toiles ! Si seulement je faisais quelque chose de la mienne. »
D. H. Lawrence

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’hypothèse de cet article est la suivante : voir comment tracer une ligne de perception qui permettrait d’appréhender le cinéma anarchiste à partir de la réflexion conduite par Jean-François Lyotard sur le cinéma au début des années soixante-dix, et qui concerne apparemment un autre angle cinématographique, le cinéma expérimental – cela dit pour commencer par le poser rapidement. Voire.

Le premier problème rencontré est d’abord de l’ordre de la méthodologie générale, s’agissant des percepts de l’art en tant quel, en l’occurrence du cinéma (du visible, du sonore), et qui plus est – je m’en tiendrai là pour ces pages présentes – du cinéma anarchiste. Je formulerai rapidement le problème général ainsi : pourrait-on trouver un concept qui puisse rendre compte des images, c’est-à-dire qui ne tomberait pas du ciel de la théorie, ciel toujours exotique, hétérogène et aprioriste...

Auteur

Université Paris Est

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540