Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

IV. Front des principes et des concepts

John Flaus : distinguer entre anarchiste et libertaire

Adrian Martin
Traduction de Nicole Brenez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nestor Makhno (assis au centre, avec une moustache), sa compagne Galina Kouzmenko et d’autres exilés ukrainiens, Pologne, 1922 Reproduit in Hélène Châtelain, Nestor Makhno, paysan d’Ukraine, 1996.

Image

© La Parole errante – Fonds documentaire Armand Gatti

L’Australien John Flaus – critique de cinéma, acteur, écrivain, enseignant, animateur radio, ami et partisan des poètes et des artistes underground – a commencé sa carrière en publiant une dénonciation du Sur les quais (On the Waterfront, 1954) d’Elia Kazan en tant que propagande de droite. Trente ans plus tard, analysant certains films américains contemporains avec Robert Redford, il a soutenu à la radio publique que de tels films constituaient un « massage à la pommade de fantasme libéral ». Chez Flaus, convictions politiques et cinéphilie restent inséparables. Il les a vécu tous deux dans une totale liberté, il n’a jamais cherché à occuper un emploi stable dans une université ni ailleurs. Son exemple a inspiré plusieurs générations de ...

Auteur

Monash University

Nicole Brenez (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540