Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cinémas libertaires

 | 
Nicole Brenez
, 
Isabelle Marinone

IV. Front des principes et des concepts

Anarchisme et cinéma

Paulo Emilio Sales Gomes
Traduction de Laurent Segalini

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’idéologie anarchiste n’est pas vraiment de mon époque. Lorsque j’ai commencé à m’intéresser aux problèmes sociaux et aux idées politiques, l’anarchisme semblait aussi lointain que le positivisme. J’avais lu assez tôt le livre de Plekhanov sur anarchie et socialisme1, et l’argumentation de l’éminent marxiste russe sur le problème de l’État m’avait semblée cohérente, ce qui à l’époque était pour moi synonyme de vérité. C’est au cimetière de la Consolação que j’ai vu un anarchiste pour la première fois. Décio Pinto de Oliveira, l’étudiant en Droit qui m’avait introduit dans les milieux de la jeunesse communiste de São Paulo, était mort un dimanche ensoleillé d’octobre 1934, en combattant les intégralistes2 et la police sur la Praça da Sé3. Dans le cortège, les collègues et les professeurs – en robe4 – côtoyaient des délégations de tous les mouvements révolutionnaires de la capitale. Au moment des discours, l’avocat et député socialiste Zoroastro Gouvêa fit, comme il était d’usage, qu...

Auteur

Laurent Segalini (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540