Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La longue mémoire de la Grande Guerre

 | 
Laurent Jalabert
, 
Reiner Marcowitz
, 
Arndt Weinrich

Table des matières

I. Avant la Grande Guerre : la préfiguration d’une mémoire

François Roth

D’une guerre à l’autre. La guerre de 1870-1871 chez les dirigeants français de 1914 à la fin des années 1920

Deux paramètres indispensables
Dans la guerre de mouvement
Le réveil progressif de la question d’Alsace-Lorraine
L’exécution du traité de Versailles
Conclusion

II. L’entre-deux-guerres et pendant la Seconde Guerre mondiale : face à une mémoire conflictuelle

Élise Julien

Débats, conflits et contestations. Les monuments aux morts en France et en Allemagne

Panorama comparé des monuments aux morts en France et en Allemagne
L’édification des monuments : les objets du débat
En France : des dissensions sur l’emplacement et l’aspect des monuments
En Allemagne : tensions, refus et contournements
L’inauguration des monuments : mise en veille ou en avant de la politique
Les usages ultérieurs des monuments : la cristallisation des conflits de mémoire
Conclusion : conflits autour des monuments et mémoire de la guerre
Nicolas Beaupré

Écrire la mémoire. Les écrivains combattants français et allemands et la Grande Guerre (1914-1939)

Après la victoire
Après la défaite
Le revival des années vingt et trente
Ouverture : après la Seconde Guerre mondiale
Laurent Jalabert

Les témoignages photographiques et les mémoires de la « Grande Guerre »

La production d’images au cours de la guerre : moteurs et types de photographies
La propagande
La presse
Les photographies privées
L’entre-deux-guerres, un souvenir pluriel et ambigu
Les livres
La stéréoscopie et la guerre en relief
Déclin et renouveau d’une mémoire de la guerre par la photographie
Conclusion
Vincent Auzas

Le 11 Novembre : une fête nationale pour la guerre (1918-1939)

Fêter les vivants et célébrer les morts
1919 : fêter les vivants et les morts qui ont fait la Victoire
1920 : de fête en fête
Vers une fête dédiée
Atténuer les trompettes de la Victoire et vaincre le temps
1939 pour fin ?
Arndt Weinrich

Le traumatisme de la défaite. Mémoires et politiques mémorielles en Allemagne – 1918-1939

Une mémoire clivée, des commémorations contestées
Au-delà des clivages politiques, vers une convergence des représentations ?
Politique mémorielle sous le Troisième Reich, l’exemple de l’Ehrenkreuz
Conclusion
François Cochet

Verdun : mémoires croisées franco-allemandes (1919-1939)

Les types de mémoire de Verdun
La mémoire immédiate
La mémoire de la base combattante au sortir de la guerre
Les rythmes de la construction mémorielle de Verdun en France et en Allemagne
Les enjeux de mémoire de l’entre-deux-guerres
Conclusion
Jean-Noël Grandhomme

L’impossible mémoire. Le cas de l’Alsace-Lorraine

Une mémoire de substitution imposée
Les oubliés de l’histoire
Quelle place pour les morts en feldgrau ?
Une autre mémoire
Les mutations de la mémoire
Les lieux de la mémoire
Conclusion
Anne-Sophie Anglaret

La mémoire en guerre : usages français et allemands sous l’occupation

La Grande Guerre, outil de légitimation des pouvoirs autoritaires
1940 ou la revanche de 1918
Pétain et ses anciens soldats
Affrontements mémoriels
Répression
Résistance
L’expérience partagée, gage d’une collaboration réussie
Le deuil de l’adversaire
La fraternité des tranchées
Conclusion

III. Après la Seconde Guerre mondiale : vers une mémoire commune ?

Jörg Echternkamp

Vers l’effacement : la Première Guerre mondiale en Allemagne de l’Ouest après 1945

1918 comme cadre de référence après 1945
Les militaires tués en 1914-1918 dans le culte des morts en République fédérale
La « démilitarisation » de la mémoire
Conclusion
Rémi Dalisson

Du héros à la victime : le mythe du Poilu dans les fêtes nationales, de 1945 à nos jours

L’effacement provisoire du Poilu triomphant dans les fêtes nationales (1944-1974)
Le mythe Poilu face au mythe Résistant : 11 novembre ou 8 mai ?
Poilu un jour, Poilu toujours ? La persistance de l’édifiant Poilu magnifique
La dilution d’une figure héroïque de la Grande Guerre (de 1975 à 1995)
Le Poilu nouveau face à la longue histoire de tous les combats français
Un mythe du Poilu élargi, européanisé mais encore signifiant et républicain
Le Poilu victime : le 11 novembre, métaphore d’un mémoire de guerre européenne et doloriste (1995 à nos jours)
Le Poilu souffrant, le Poilu révolté : un nouveau statut historique et culturel du soldat
Achèvement : du Poilu/victime à l’oubli : les 11 novembre nouveaux (de 2007 à nos jours)
Conclusion
Corine Defrance et Ulrich Pfeil

La Première Guerre mondiale dans le dialogue des historiens français et allemands aux xxe et xxie siècles

Le temps des dissensions nationales
La dimension franco-allemande de la « controverse Fischer » dans les années 1960
Le manuel franco-allemand et la Première Guerre mondiale
Conclusion : la Grande Guerre instrumentalisée dans le débat européen ?
Reiner Marcowitz

Vers une mémoire franco-allemande de la Grande Guerre ? Les gestes symboliques, de Mourmelon (1962) au Hartmannswillerkopf (2014)

Faire comme si : Konrad Adenauer et Charles de Gaulle en 1962 à Mourmelon et à Reims
Main dans la main face aux morts : Helmut Kohl et François Mitterrand en 1984 à Verdun
Vers une mémoire commune : Angela Merkel et Nicolas Sarkozy en 2009 à Paris
Bilan et perspectives : que reste-t-il pour le Centenaire ?
 

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable