Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de l’éducation populaire, 1815-1945

 | 
Carole Christen
, 
Laurent Besse

Introduction. Retracer l’histoire de l’éducation populaire (1815-1945)

Carole Christen et Laurent Besse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillon et Jean Zay ont fait leur entrée au Panthéon le 27 mai 2015. La République a honoré ainsi leur engagement dans la Résistance, mais elle a également reconnu les multiples engagements de ces personnalités, tout particulièrement dans l’éducation populaire. Geneviève de Gaulle-Anthonioz fut en effet une figure majeure d’ATD Quart monde, Germaine Tillon fonda les Centres sociaux en Algérie et Jean Zay joua un rôle actif au sein de la Ligue de l’enseignement1. Chacune de leurs trajectoires militantes s’inscrivait dans des approches bien distinctes de l’éducation populaire : centrée sur l’émancipation des plus pauvres pour Geneviève de Gaulle-Anthonioz2 ; « éduquer, soigner, former à un métier » les exclus pour Germaine Tillon3 ; favoriser l’accès à l’enseignement et à la culture pour Jean Zay à travers notamment son action comme ministre de l’Éducation nationale sous le Front populaire qui prolongeait son engagement au sein de la Ligue4. À tr...

Auteurs

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, CNRS, UMR 8529-IRHiS et membre junior de l’Institut universitaire de France. Après avoir travaillé sur l’histoire sociale des Caisses d’épargne en France, et sur quelques figures de la philanthropie du premier XIXe siècle comme Charles Dupin et le baron de Gérando, elle s’intéresse actuellement aux savoirs enseignés aux ouvriers adultes et à l’école du soir dans les deux premiers tiers du XIXe siècle.

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Tours (IUT, département Carrières sociales), membre du CeTHiS (EA 6298). Il a travaillé sur l’histoire des MJC, sur l’apport de l’éducation nouvelle et sur l’histoire des équipements socioculturels depuis les années 1930.

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable