Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Il ritorno dei sentimenti

 | 
Matteo Majorano

Pour une définition du “sentiment”

Marie Thérèse Jacquet

Résumé

Cet article mène une réflexion articulée sur la notion de sentiment en en saisissant la spécificité par rapport à l’émotion et à la passion. En tenant compte du fonctionnement des êtres humains et notamment du rôle des neurones miroirs dans l’acte de lecture, l’analyse en met à l’épreuve l’inscription des sentiments dans l’écriture littéraire et ouvre, entre autres, de nouvelles pistes de recherche entre neurosciences et littérature.

Texte intégral

  • 1 Cf. Les nouvelles formes qu’assume la solitude aujourd’hui et dont la littérature de l’extrême cont (...)
  • 2 À ce propos, le livre de Jacques Ion, S’engager dans une société d’individus, Armand Colin, Paris 2 (...)

1Les mots nous habitent et nous habitons les mots. Chacun de nous dispose de son propre dictionnaire qu’il modifie au fil du temps et dont le contenu ne coïncide jamais qu’avec une partie, plus ou moins ample selon les individus, du plus complet dictionnaire dont disposent les parleurs de la même langue. L’apprentissage forcené auquel se livre chaque être humain dans ses premières années de vie garantira un bagage commun que chacun de nous aura eu et aura plus ou moins l’occasion, la volonté, la nécessité ou le désir d’amplifier ou d’approfondir. Au-delà de tout ce que nous nommons en permanence, chacun de nous sait bien qu’il est le siège d’un défilé constant, encore que selon des modalités variées, d’états intérieurs extrêmement changeants, rapides, multiples, absolument complexes, variables dans leur intensité et leur durée, qui se succèdent, s’enclenchent, se déclenchent automatiquement, sans être filtrés et, hormis certaines situations pathologiques, aucun de ces mouvements n’est exempt d’émotion, aussi limitée et contenue soit-elle. L’être humain a plus ou moins conscience, selon les moments, de ce flux permanent qui l’habite, le traverse, mieux le constitue. Pour tenter précisément de s’en saisir, les hommes ont pris soin de poser des mots susceptibles de cerner certaines récurrences qui se manifestent ainsi au sein de cette activité intérieure. Mais nous sommes là déjà dans une phase avancée du processus, un processus difficile à cerner de par la nature de son objet, en amont, mais aussi en aval. Certes, les hommes ont su inventer les mots, des mots dans lesquels et par lesquels ils reconnaissaient et reconnaissent la communauté de leur vécu, et ce, précisément pour mieux cerner ce vécu, pour avoir une conscience plus nette de ce qui leur arrivait dans ce qu’il pouvait avoir de partageable. Mais les hommes sont aussi prisonniers des mots car, si ceux-ci nous éclairent en nous obligeant à nominaliser, ils tendent aussi, inévitablement, de par leur finitude et leur faible étendue, leur raccourci, à assimiler l’objet de leur description ou de leur évocation, à quelque chose de déjà nommé et, en conséquence, à le réduire, voire aussi, de par la répétitivité à laquelle les mots s’exposent, à le réifier, à le stéréotyper, à stériliser ce qui est advenu. En somme, les hommes s’accommodent des mots: même s’ils réduisent notre vécu, ils nous séduisent par la commodité de leur préexistence, le confort même de leur existence, la sécurité d’un partage et d’une nominalisation lisse et sans encombre. Les plus exigeants en inventent, car les plus exigeants sont aussi ceux qui saisissent, avant tout le monde, la nouveauté d’un geste, d’un acte, d’une émotion, d’un sentiment, qui s’inscrit toujours dans les faits et dans les corps avant d’être reconnue par les mots, encore à venir. Nos sociétés sont, actuellement et à un rythme plus accéléré que jamais, l’objet de transformations radicales de nos vécus tant intérieurs qu’extérieurs, les uns agissant sur les autres et vice versa1. Il apparaît donc inévitable que celles-ci appellent de nouveaux mots, exigent de nouveaux mots2 ou glissent, dans l’ampleur vague de ceux qui existent déjà, la nominalisation d’autres réalités. Le passage à la nominalisation est toujours lent, comme en témoignent les dictionnaires, à cause de la difficulté qu’a la vie à saisir la nouveauté qu’elle-même, directement ou indirectement, met en place – la vie ne vise qu’à la conservation et à la reproduction d’elle-même telle quelle –, à cause du poids de l’habitude, du blindage de la règle, de la gêne qu’occasionne tout changement chez la plupart des êtres… D’ailleurs, avant même de songer à de nouveaux mots, il serait sans doute opportun de vérifier que nous sommes effectivement déjà d’accord sur ceux dont nous disposons et que nous employons fréquemment.

2De fait, nul n’ignore que bien des termes abstraits demeurent par commodité, comme nous l’avons déjà souligné, l’objet de définitions particulièrement vastes et qu’en conséquence, celles-ci sont d’un emploi fortement imprécis, voire équivoque.

3En fait, le premier réflexe, lorsqu’il s’agit de cerner une notion qui nous échappe, reste, tout de même, de faire recours aux différents dictionnaires, en commençant à suivre la notion dans son évolution historique.

4Et tel est bien le parcours que nous nous sommes efforcé de suivre à propos du terme «sentiment», que nous avons, par ailleurs, confronté à «émotion» et «passion», précisément pour chercher à mettre en clair les spécificités de chacun.

  • 3 Oscar Bloch et Walter von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, PUF, Paris 19 (...)

5Le Dictionnaire étymologique de la langue française3 met en évidence qu’au départ, le terme «sentir» se veut la traduction d’un rapport strictement physique, d’ordre olfactif, des corps avec le monde:

SENTIR. Lat. sentire. […] Le sens d’«exhaler une odeur», XIVe (E. Deschamps) est issu facilement de celui de «percevoir une odeur»; […] Dér.: senteur, 1375; […] sentiment, 1314, réfection de l’a.fr. sentement, XIIe, qui a survécu jusqu’au XVIe s., v. sentimental.

SENTIMENTAL, 1769, dans la traduction du Voyage sentimental de L. Sterne; ce que dit le traducteur: «Le mot angl. sentimental n’a pu se rendre en fr. par aucune expression qui pût y répondre, et on l’a laissé subsister.» Le mot angl., qui était alors récent, se rattache lui-même au fr. sentiment.

6Dans le cas d’«émouvoir» également, l’origine apparaît physique:

EMOUVOIR. Lat. pop. *exmo˘vēre, lat. class. ēmo˘vēre, qui signifie surtout «mettre en mouvement», d’où le sens d’«émouvoir» a dû se développer à basse ép. […] Dér.: […] émotion, 1538, d’abord «mouvement», d’où «agitation populaire» au XVIIe s., dér. Sur le modèle de motion, alors de sens analogue, d’après le rapport de celui-ci avec mouvoir, d’où émotionner, 1829.

7Pour ce qui est de «passion», le passage du concret à l’abstrait se révèle plus précoce:

PASSION. […] au sens de «souffrance» […] spéc. en parlant du supplice de Jésus-Christ; au sens de «mouvement de l’âme» 1538, une 1ère fois au XIIIe.

  • 4 Jean Dubois, Henri Mitterand, Albert Dauzat, Grand Dictionnaire étymologique et historique du franç (...)

8Le Grand Dictionnaire étymologique et historique du français4 enregistre le passage au sens actuel du terme «émotion» au XVIIe s. à partir d’une citation de Corneille – «émouvoir […] émotion […]1641, Corn., sens actuel» – et confirme la date de la mutation de «passion» – 1265, Br. Latini, «affection vive» (et non plus le sens attesté jusqu’alors de «souffrance»).

9Pour ce qui est de «sentiment», ce dictionnaire confirme sa provenance – de sentir (v. ce mot) – et étendant son enquête historique, rend explicite l’évolution terminologique:

[…] sentir signifie «être informé par les sens» et «connaître par l’intuition […] a acquis au XVIe s. une valeur intellectuelle […] et même, au XVIIIe s. une valeur affective (elle ne peut pas le sentir)».

  • 5 Jean Dubois et René Lagane, Dictionnaire de la langue classique, Librairie Belin, Paris 1960.

10Le Dictionnaire de la langue classique5 enregistre un élargissement lexical des différents termes:

SENTIMENT. N.m. Sensibilité physique […] le sentiment est revenu à ses cuisses et à ses jambes […] Conscience de vivre, par opposition à l’état d’une personne qui a perdu connaissance […] les trouvant sans sentiment, aussi bien que Théodora qui était toujours évanouie […] Sensibilité affective à […] difficile d’étouffer dans les commencements le sentiment des injures […] Bonnes ou mauvaises dispositions, dévouement ou ressentiment […] Sans aucun sentiment résous-toi de le voir. Opinion, avis […] Sentiments de l’Académie sur Le Cid.

ÉMOTION […] Agitation populaire, émeute […] Malaise physique […] Amour […] Auj. il a conservé les sens de «brusque trouble moral ou physiologique»; «attendrissement».

PASSION […] Sentiment […] Sensation physique […] Le sens actuel de «sentiment très fort, ardeur» était usuel au XVIIe s.

  • 6 Henri Bertaud du Chazaud, Dictionnaire des synonymes, Dictionnaires Le Robert, Paris 1989.

11Le Dictionnaire des synonymes6 propose une très large couverture et associe à «sentiment» aussi bien «impression», voire «émotion» que «sensation» tandis que «passion» renvoie également à «émotion».

SENTIMENT. I. Au pr(opre): avant-goût, connaissance, émoi, émotion, impression, intuition, perception, sens, sensation.

ÉMOTION. Affolement, agitation, bouleversement, choc […] transe, trauma, trouble → sentiment.

PASSION. I. Neutre ou favorable: admiration, adulation, affection, amour […] sentiment, trouble, vénération. II. Non favorable: ambition, avarice, avidité […] emportement […] fièvre (haine […] III. Litt : animation, chaleur, émotion, feu, flamme, lyrisme, pathétique, sensibilité, vie.

  • 7 Dominique Le Fur (éd.), Dictionnaire des synonymes et nuances, Le Robert, Paris 2005.

12Le plus récent Dictionnaire des synonymes et nuances7 élargit la notion de «sentiment», d’«émotion» jusqu’à «passion»:

Sentiment […] I 1 – perception […] 2 – connaissance intuitive […] 3 – avis […] 4 – instinct […] II 1 amour […] III 1 émotion […] passion.

Passion 1 – ardeur […] émotion […] 2 – folie […] 3 – adoration […] 4 – amour […] sentiment.

13Paradoxalement, le terme «émotion» est plus spécifiquement orienté vers l’excès:

Émotion 1 – trouble […] 2 – sensibilité, sensibilité.

  • 8 Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Le Robert, Paris 1974.

14Le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française8 enregistre, pour «sentiment», une notion qui s’est étoffée et différenciée:

SENTIMENT. I. 1° Vieilli. Le fait ou la possibilité de sentir, d’éprouver, de percevoir (V. Sens, sensation); par ext. Activité psychique consciente […]. 2° Vx. État (ou modification) psychologique suscité par une stimulation. V. Perception, sensation. […] II. 1° Conscience plus ou moins claire; connaissance relative à un objet complexe et abstrait (pour lequel les données sensorielles seraient insuffisantes) et qui comporte des éléments affectifs et intuitifs (par oppos. à raisonnement) […] III. Psychol. Tendance affective assez stable et durable, moins violente que l’émotion ou la passion; état qui en résulte. […] Sentiments fondamentaux. V. Amour, angoisse, envie, espoir, haine, inquiétude, joie, tristesse; et aussi Admiration, adoration, affection, aigreur, amitié antipathie…

15À propos d’«émotion», il prend acte d’une certaine spécialisation du terme, par rapport à «passion» et «sentiment», sans cependant manquer d’aligner certaines contradictions:

EMOTION. 1°. Vieilli […] Mouvement affectant un individu et ayant pour effet de le soustraire à l’état de repos et d’équilibre. […] Ce mouvement, considéré spécialement dans ses effets physiologiques […] mouvement plus complexe, intéressant le «cœur» autant que la vie organique. […] 2°. Psychol. État de conscience complexe, généralement brusque et momentané, accompagné de troubles physiologiques […] Par ext. Émotion se dit de toutes les sensations considérées au point de vue affectif, agréables ou désagréables. V. Affection, douleur, plaisir, sentiment, émoi, excitation, impression.
L’émotion-choc, brusque et brève. V. Affolement, agitation […] enthousiasme, frisson. […]
L’émotion-sentiment, progressive et stable. V. Sentiment. Émotion, passion, sentiment: étapes de la purification et de la spiritualisation d’une affection […] Les principales émotions: admiration, amour, attente, chagrin, colère, crainte, dépit, désir, enthousiasme, frayeur, haine, indignation, jalousie, joie, peur, plaisir, tendresse, timidité, tristesse…

  • 9 Nous soulignons en italique les termes qui passent d’un dictionnaire à l’autre: «Tendance d’une cer (...)

16Récupérant la «lecture» de Lalande9, le terme de «passion» apparaît nettement mieux cerné:

PASSION […] «Tendance d’une certaine durée, accompagnée d’états affectifs et intellectuels, d’images en particulier, et assez puissant pour dominer la vie de l’esprit, cette puissance pouvant se manifester soit par l’intensité de ses effets, soit par la stabilité et la permanence de son action. (LALANDE) […] – Spécialt. Se dit de l’amour, quand il apparaît comme une inclination puissante et durable, dégénérant parfois en obsession».

  • 10 Le Nouveau Petit Robert, texte remanié et amplifié sous la direction de Josette Rey-Debove et Alain (...)

17Le Nouveau Petit Robert10 continue à associer «sentiment» à «passion» et «émotion» mais souligne la complexité du sentiment et son passage par une intellectualisation:

SENTIMENT […] I 1 Vx Sensation, sensibilité […] II MOD. 1 Conscience plus ou moins claire, connaissance comportant des éléments affectifs et intuitifs > impression. 2 Capacité de sentir, d’apprécier (un ordre de choses ou de valeurs) […] III Cour 1 État affectif complexe, assez stable et durable, lié à des représentations > émotion, passion.

18Le Trésor de la Langue Française informatisé élargit l’explication et l’illustration qu’il fournit sur «sentiment» et «émotion» qu’il distingue plus nettement que les autres dictionnaires pris en compte jusqu’à présent; si le terme «passion» établit une spécificité propre à cet état, la partie finale de la définition tend, à nouveau, à réunir les trois notions:

SENTIMENT […] I. – Domaine des sens (excepté la vue et l’ouïe)
A. […] En partic. Conscience que l’on a de soi et du monde extérieur. […] II. – Domaine de l’intellect., de l’intuition. A. – Connaissance, conscience plus ou moins claire que l’on a de quelque chose […] Avoir le sentiment de sa puissance, de son néant, de son isolement. B. – Faculté de sentir, de comprendre ou d’apprécier un certain ordre de choses, de valeurs. Sentiment de la famille, de la justice, de la nature, de la patrie, de la propriété, de la réalité […] – En partic. Manière de penser, propre à un groupe, à un peuple. Synon. Opinion. […] III. – Domaine de l’affectivité A. – 1. État affectif complexe, assez stable et durable, composé d’éléments intellectuels, émotifs, moraux, et qui concerne soit le «moi» (orgueil, jalousie…) soit autrui (amour, envie, haine…). […] SYNT. a) Sentiment d’admiration, d’aisance, d’amertume, d’amitié, d’amour-propre, d’angoisse, d’effroi, d’enthousiasme, d’estime, d’horreur, d’humiliation, d’inquiétude, de joie, de pitié, de plaisir, de pudeur, de rancune, de résignation, de tendresse, de triomphe. […] c) Sentiments partagés par un groupe; sentiments civiques, collectifs, patriotiques, politiques, nationaux.

ÉMOTION […] B. – Conduite réactive, réflexe, involontaire vécue simultanément au niveau du corps d’une manière plus ou moins violente et affectivement sur le mode du plaisir ou de la douleur. […] Les émotions et les sentiments sont constitués par des sensations organiques (RUYER, Esq. philos. struc., 1930, p. 170  […] À présent nous pouvons concevoir ce qu’est une émotion. C’est une transformation du monde. […] Le passage à l’émotion est une modification totale de «l’être-dans-le-monde» selon les lois très particulières de la magie. SARTRE, Esquisse d’une théorie des émotions, Paris, Hermann, 1939, p. 43, 66. 1. (La cause de l’émotion est extérieure au sujet) Bouleversement, secousse, saisissement qui rompent la tranquillité, se manifestent par des modifications physiologiques, violentes, parfois explosives ou paralysantes. 2. (La cause de l’émotion n’est pas seulement extérieure) a) (Elle est alimentée par les différents niveaux de la sensibilité, du sentiment et des passions propres à la personnalité du sujet) L’émotion de l’inquiétude, de la joie. […] b) (L’émotion est d’orig. esthétique, spirituelle, mystique). […] Certaines combinaisons de paroles peuvent produire une émotion que d’autres ne produisent pas, et que nous appelons poétique. VALERY, Variété V, 1944, p. 137.

PASSION […] A. – (Avec une idée de durée de la souffrance ou de succession de souffrances) Action de souffrir; résultat de cette action. […] C. – (Avec une idée de démesure, d’exagération, d’intensité) 1. Domaine de l’esprit et des sentiments. Tendance d’origine affective caractérisée par son intensité et par l’intérêt exclusif et impérieux porté à un seul objet entraînant la diminution ou la perte du sens moral, de l’esprit critique et pouvant provoquer une rupture de l’équilibre psychique. (Ex.: BALZAC, Le Père Grandet […] 2. En partic., domaine des sentiments a) Amour violent et exclusif inspiré par une personne et dégénérant parfois en obsession. (Ex.: BALZAC, La Duchesse de Langeais) b) Absol. Tendance naturelle à éprouver des sentiments d’une intensité peu commune; affectivité, émotion, sentimentalité, sensibilité. Mlle Lavenelle est sèche comme un parchemin […] et surtout sans passion, sans possibilité d’être émue (STENDHAL, Souv. Egotisme, 1832, p. 48) c) Domaine de l’expression α) Domaine du comportement physique ou psychique. Expression intense des émotions, des sentiments. β v. Domaine des arts (litt., mus., peint.). Expression intense des émotions de l’artiste ou de ses personnages.

  • 11 Alain Rey (éd.), Dictionnaire culturel en langue française, Le Robert – SEJER, Paris 2005.
  • 12 Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, cit.

19Le Dictionnaire culturel en langue française11 reprend largement la définition de passion telle que la propose Le Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française12 à partir de la définition de Lalande, situe le sentiment par rapport à la passion, souligne les modifications corporelles qui interviennent dans les émotions.

SENTIMENT […] I 1 Vx. Fait de sentir, d’éprouver → sensation. II […] 1 Connaissance relative à un objet complexe et abstrait (pour lequel les données sensorielles seraient insuffisantes) et qui comporte des éléments affectifs et intuitifs (par oppos. à raisonnement). connaissance (intuitive), conscience, impression, intuition. […] 2 […] Capacité de sentir, d’apprécier (un ordre de choses, une valeur morale, esthétique) → instinct […] 3 […] Jugement, opinion qui se fonde sur une appréciation subjective, sur une croyance (et non sur un raisonnement logique) → avis […] III Cour. 1. Tendance affective assez stable et durable, moins violente que la passion; état qui en résulte > émotion.

ÉMOTION […] B Mod 1 Mouvement affectant un individu et provoquant un trouble psychologique ou physiologique 2. Psycho. et cour. État de conscience complexe, généralement brusque et momentané, accompagné de troubles physiologiques (pâleur ou rougissement, accélération du pouls, palpitations, sensation de malaise, tremblements, incapacité de bouger ou agitation) […] Sensation (agréable ou désagréable) considérée du point de vue affectif; état affectif intense […] Voir SENTIMENT.

PASSION. I 1 […] Souffrance […] II 1 Vx. État ou phénomène affectif, agitation «de l’âme selon les divers objets qui se présentent à ses sens» (Furetière) << affect, affection, émotion, sentiment […] 2. Surtout plur. État affectif et intellectuel assez puissant pour dominer la vie de l’esprit, par l’intensité de ses effets, ou par la stabilité et la permanence de son action. 3 […] Amour puissant, exclusif et obsédant. >> adoration, amour.

  • 13 Hendrick Van Gorp, Dirk Delabaspita, Lieven D’Hulst, Rita Gresquière, Rainier Grutman et Georges Le (...)

20Le Dictionnaire des termes littéraires13enregistre seulement le terme PASSION et exclusivement dans son acception comme genre littéraire.

 

  • 14 Paul Aron, Denis Saint-Jacques, Alain Viala, Le Dictionnaire du Littéraire, PUF, Paris 2008.

21Le Dictionnaire du Littéraire14 ne prend pas en compte le terme «sentiment», la notion d’«émotion» apparaît seulement dans l’entrée «affects» à l’occasion de l’évocation de la réception des œuvres littéraires; de même, le terme «sentiment» n’intervient qu’au détour de l’entrée MÉLANCOLIE. PASSIONS est à l’origine d’un article nourri qui, cette fois, au-delà de la question de la réception des œuvres littéraires, l’envisage comme thématique et en propose un excursus au fil du temps; une étrange confusion est cependant ponctuellement installée entre «passion» et «émotion» et la conclusion qui assimile la passion de la forme qui peut animer l’écrivain et «passions» sous sa forme plurielle ne manque pas d’évoquer la définition du Trésor de la Langue Française informatisé et d’interroger qui consulte le manuel.

AFFECTS Le terme «affect» vient du latin affectus, signifiant «état, disposition de l’âme» […] employé par la psychanalyse pour désigner une charge émotive entravant la liberté de l’esprit et troublant l’équilibre psychique d’un être. L’usage actuel lui accorde donc un sens étendu […] Dans le domaine de la littérature, l’omniprésence des affects est manifeste à travers la question des émotions à éveiller dans le cœur du lecteur ou du public.

22«MÉLANCOLIE»: elle est envisagée comme l’une des quatre «humeurs» fondamentales du corps et l’entrée présente un excursus de ce sentiment dans la littérature du XVème siècle à Desnos.

PASSIONS Le terme «passions» […] désigne les états affectifs ou «mouvements de l’âme», tels l’amour, la haine, la colère, l’envie ou la tristesse. […] En littérature, les passions sont à la fois un objet central de poétiques définissant le caractère des personnages, mais aussi de la rhétorique qui s’attache aux effets que produisent les œuvres chez les lecteurs ou les spectateurs.
Le premier objet de la littérature occidentale est celui de la passion: dans l’Iliade, Homère chante la colère d’Achille. […] Au cours des XVIe et XVIIe s. […] (f)leurissent […] les œuvres de fiction qui, en peignant un «caractère», montrent et critiquent une passion dominante: par exemple L’avare, ou Le misanthrope, sous-titré L’atrabilaire amoureux. Les passions ou «transports», et leurs excès, ou hybris, sont aussi le moteur de la tragédie […] À partir du romantisme, si la littérature en condamne encore certaines figures, ce n’est que sous la forme de leur mauvais emploi, car la passion, surtout sous l’aspect suprême de l’amour, est liée au mouvement même de la vie. Parallèlement, les passions quittent le domaine de la morale: devenues émotions, elles intéressent l’anthropologie et la psychologie, depuis Darwin et les travaux les plus récents, de P. Ekman sur la communication non-verbale, jusqu’à la psychanalyse qui en interroge les fondements. De nos jours, s’amorce un retour à une physiologie du passionnel, voire à une biologie des passions. La production littéraire et cinématographique continue à être nourrie de la problématique des passions (par exemple, Passion simple d’A. Ernaux). […] Tantôt tenues pour condamnables, parce qu’elles limitent la liberté humaine et l’exercice de la raison, tantôt pour aménageables, voire utiles, parce qu’elles alimentent les relations aux autres, les passions ont été une matière privilégiée de la littérature […] Dans le champ littéraire actuel, les thématiques traditionnelles des passions (amour, jalousie, ambition…) abondent dans les ouvrages de grande diffusion, tandis que l’idée de la passion de la forme reste un signe de la recherche de l’art littéraire. Ce qui, en dernière instance, rappelle que les «passions» sont constituées de l’effet esthétique même. (Éric Mechoulan, Lucie Desjardins).

  • 15 Michela Marzano (éd.), Dictionnaire du corps, PUF, Paris 2007.

23Le Dictionnaire du corps15 ne présente pas l’entrée «sentiment», mais les entrées suivantes:

ÉMOTION Anthropologie des émotions. L’anthropologie propose une approche symbolique du corps et du visage, soulignant la relativité des émotions ou des sentiments selon les situations sociales et culturelles. […] L’émotion n’a pas de réalité en soi, ce n’est pas la nature de l’homme qui parle en elle, mais ses conditions sociales d’existence, qui se traduisent alors par des modifications physiologiques et psychologiques. […] elle n’est pas spontanée, mais rituellement organisée […] L’émotion […] une tonalité affective qui ne cesse de se modifier chaque fois que le rapport au monde se transforme […] elle est souvent mêlée, oscillant d’un ton à un autre, marquée d’ambivalence […] elle est souvent un mélange insaisissable, dont l’intensité ne cesse de varier et de se traduire plus ou moins fidèlement dans l’attitude de l’individu […] Le détour anthropologique montre la relativité culturelle des ethos. (David Le Breton).

  • 16 Denis Diderot, Le paradoxe sur le comédien (1830).

ÉMOTION Philosophie et psychologie des émotions. L’émotion est comme une musique de fond de notre existence. Il faut rappeler […] que l’émotion est un élément essentiel de la manière dont nous vivons notre vie. Il y a les émotions fortes […] celles qui marquent, qui deviennent des jalons de la mémoire personnelle: les grandes joies, les peines et les peurs – nous avons tous notre répertoire personnel, qui se confond avec notre histoire. Il y a aussi des émotions plus modestes, celles qui font le climat émotionnel de chaque jour, sorte de basse continue sur lesquelles se détachent des émotions plus saillantes, accompagnant les gestes quotidiens. Elles font la chair et la couleur de la vie.
C’est un matériau privilégié pour la création artistique […] un des ressorts principaux de la littérature […] Selon lui (R. de Sousa, 1987), […] l’émotion […] est un phénomène conscient, mais qui comporte plus de manifestations corporelles envahissantes que d’autres états conscients […] A. Damasio (2003) considère que les émotions ne sont pas un facteur de perturbation de l’action rationnelle, ni un luxe inoffensif: elles ont une fonction vitale. Pour lui, «la faculté de raisonner s’est probablement développée au cours de l’évolution sous l’égide de mécanismes de régulation biologique qui se traduisent notamment par la capacité d’exprimer et de ressentir des émotions. L’émotion fait partie des stratégies adaptatives qui permettent aux organismes vivants de résoudre automatiquement, sans recourir au raisonnement, les problèmes de base auxquels ils sont confrontés dans leur environnement. Les processus émotionnels […] ont une fonction de régulation homéostatique […] le corps joue une même partition comportementale innée, mais chaque individu en donne des interprétations légèrement différentes, en fonction de son expérience et de sa culture […] les théories culturistes […] considèrent que les émotions sont le produit de la culture plus que de la nature […] pour un anthropologue […] l’émotion est socialement construite […] Le corps n’est plus l’origine des émotions […] Mais il est toujours le lieu de leur expression. Il reste central […] il n’extériorise pas sa nature, il exprime une culture […] la question de la simulation et du dualisme16 […] est révélatrice du rôle central du corps dans l’émotion, et de l’impossibilité de séparer la question de l’émotion de celle de son expression dans et par le corps. (Marc Kirsch)

PASSION Dans l’acception philosophique du terme, le mot «passion» désigne l’ensemble des phénomènes affectifs regroupant ce qu’on peut nommer plus précisément émotion, sentiment, et tonalités affectives. Ce sens de passion ne recouvre pas le sens commun actuel du mot qui, lui, désigne soit un sentiment intense et tyrannique dominant la vie de l’individu et pouvant nuire à son jugement (passion amoureuse, passion du jeu, du pouvoir…), soit, plus modestement, l’intérêt très vif porté à un objet (voyage, sport, etc.) […] (Carole Talon-Hugon).

24Au sens philosophique du terme, passion réunit donc des catégories d’affects fort différents: les émotions (peur, colère, dégoût, etc.) qui sont des états affectifs intenses survenant brutalement, durant peu et marquant une rupture nette dans le cours de la conscience; les sentiments (l’amour, l’espérance, la jalousie, etc.), qui sont des états plus durables, moins disproportionnés à la volonté, se constituant de manière moins brutale et conservant une certaine stabilité. Quant aux tonalités affectives (l’allégresse, l’exubérance, l’abattement, l’angoisse, etc.), ce sont des affections pures, sans contenu représentatif, sans cause immédiatement repérable.

25Pourtant, quelque chose justifie le rapprochement de ces catégories d’affects sous le terme général de passions: c’est un certain rapport de l’âme au corps; toutes les passions impliquent le corps […] Les phénomènes corporels de la passion […] Utilité et nocivité des passions pour le corps […] Place du corps dans la causalité passionnelle […] Ainsi donc, seule une approche componentielle, c’est-à-dire qui considère la passion comme un ensemble de composantes à la fois psychiques et somatiques (affect, réactions viscérales, musculaires, endocriniennes, expressives, motivationnelles, etc.) présentes en proportion variable selon les cas, permet de comprendre l’unité et la diversité des passions.

 

26Comme on peut le constater, encore qu’en présence de définitions partiellement différentes, les dictionnaires, lorsqu’il s’agit de donner une définition et une description des sentiments, des émotions et des passions, tendent, comme ceci se vérifie fréquemment dans les dictionnaires, à répercuter les définitions précédentes; les entrées ont des difficultés à établir des distinctions nettes entre ces notions, illustrant la complexité des états évoqués, leurs similitudes et leurs difficiles dissociations à partir d’une approche simplement nominale et culturelle.

27En fait, ce que la consultation des différents dictionnaires nous porte à constater est que, dans le temps, la notion de sentiment semble s’être quelque peu détachée d’une implication corporelle à la différence de la passion tout comme celle d’émotion a rendu moins nette l’intervention de la conscience. Mais ces notions restent floues et relativement peu utiles pour tenter de trouver des spécificités à des états que leur différence de dénomination laisse entrevoir comme distincts mais qu’il semble difficile de mieux dissocier à travers les seules définitions des dictionnaires.

 

28Il peut donc se révéler indispensable de se tourner vers d’autres disciplines, autant que nous, à la recherche d’une meilleure compréhension de l’être humain, en envisageant cette confrontation dans un cadre multidisciplinaire autrement dit respectueux des compétences de chaque secteur. Être à leur écoute fournit l’occasion non seulement de disposer d’autres instruments d’approche pour les questions que l’on a soi-même soulevées, mais aussi de prendre en compte d’autres problématiques, ou simplement de voir surgir d’autres interrogations, tant est complexe l’élucidation de notre être-au-monde et tant est indispensable le dépassement du fossé qui tendait à s’installer entre les cultures scientifique et humaniste. C’est pourquoi dans cette recherche d’autres techniques de descriptions, d’autres approches du monde, nous nous sommes tournés vers les neurosciences.

  • 17 Antonio R. Damasio, Descartes’s error: Emotion, Reason, and the Human Brain, Putman, New York 1994; (...)

29Si l’on veut bien suivre la théorie d’A. Damasio17, un certain éclaircissement se fera peut-être jour.

30Ce chercheur place, au point de départ, le corps dont le principal objectif est de se maintenir en vie et, par conséquent, de garantir l’homéostasie qui s’inscrit dans les cartes cérébrales. Celles-ci sont en effet chargées d’enregistrer les moindres variations physiques qui se traduisent instantanément en variations des états psychiques. Or, ces derniers constituent le tissu même de notre activité psychique non rationnelle et, précisément dans leurs variations minimes, composent cette première couche de sentiments qu’A. Damasio définit «sentiments d’arrière-plan» et qui «contribuent à définir notre état mental et à conférer à notre vie sa tonalité. Ils se forment à partir des émotions d’arrière-plan qu’un observateur extérieur pourra reconnaître à partir de multiples indices, bien qu’ils soient plutôt dirigés vers notre for intérieur que vers le monde extérieur. Ces indices sont les suivants: les postures adoptées par le corps, la rapidité et l’allure générale de nos mouvements jusqu’au ton de la voix et la prosodie de notre discours» (p. 364). Et il ajoute: «Parmi les principales perceptions d’états d’arrière-plan, on compte la fatigue, l’énergie, l’exaltation, le bien-être, le malaise, la tension, le relâchement, le sentiment d’émerger, la pesanteur, la stabilité ou l’instabilité, l’équilibre ou la fragilité, l’harmonie ou la discorde […] elles sont étroitement liées à nos humeurs» (p. 364). Ajoutons autant d’autres sentiments d’arrière-plan à peine plus marqués sur lesquels aucun de nous ne cherche à mettre un nom: sentiment de tranquillité, de paix, d’harmonie qui sont traduits, de la même manière, par des postures du corps, des mouvements, un ton de voix. La perception de ces sentiments généralement enregistrés mais non perçus affleure, se fait telle au contraire lorsque, par réaction à des sollicitations extérieures ou intérieures, se produisent des modifications plus marquées, voire des déséquilibres; ceux-ci interviennent, en tout premier lieu, au niveau du corps puis rejoignent le psychisme: selon la lecture d’A. Damasio, corps et cerveau sont en interaction permanente et le cerveau reconstruit sans relâche le sentiment de soi. Dans l’hypothèse scientifique que nous prenons comme référence, la conscience est en effet envisagée comme la capacité qu’aurait le cerveau de générer une impression de continuité et d’unité à partir de processus cérébraux qui sont, en fait, disparates et discontinus, notre «je» ne se définissant pas à partir d’un quelconque substrat cérébral mais plutôt comme une modalité d’action, comme un processus en perpétuel adaptation. L’émotion apparaît alors comme la trace psychique d’une perturbation physique, comme le dispositif biorégulateur qui se traduit essentiellement physiquement en positif ou en négatif et la représentation qui en découle peut alors être définie «un sentiment».

31La vie, qui se présente donc comme une variation continue, engendre des écarts plus ou moins amples selon les moments et les individus. Elle doit toutefois s’inscrire dans certaines limites, car les extrêmes – une atonie d’une part, une exacerbation de l’autre – correspondent, en effet, à un débordement qui, à son tour, entraîne une déviance et fait facilement glisser l’individu dans le pathologique.

  • 18 Joseph LeDoux, The Emotional Brain. The Mysterious Underpinnings of Emotional Life, Simon & Schuste (...)

32L’émotion, aussi bien chez A. Damasio que chez J. LeDoux18, se présente donc comme une réponse de l’organisme à une variation qui est intervenue dans l’homéostasie affective, pourrait-on dire, tandis que le sentiment est le résultat de la représentation cérébrale qui en découle. «Mais – précise A. Damasio – nous ne savons pas que nous éprouvons une émotion avant de ressentir qu’elle passe par notre organisme» (p. 356).

33Dans le cas d’une émotion puis d’un sentiment successifs à une représentation qui intervient au niveau de la vie intérieure, «les émotions sont définies par de multiples modifications du profil chimique du corps, ainsi que des modifications de l’état des viscères et du degré de contraction des différents muscles striés du visage, de la gorge, du tronc et des membres […] on peut définir les émotions tout simplement comme une modification transitoire de l’état de l’organisme dont les causes sont spécifiques. De même, on peut définir simplement le fait d’éprouver une émotion comme la représentation de cette modification transitoire de l’organisme sous forme de configurations neuronales et des images induites par cette dernière. Une émotion est donc «toute une panoplie de réactions corporelles et cérébrales» (p. 360). «Lorsque, quelques instants plus tard, ces images s’accompagnent du sentiment de soi que l’on a dans l’acte de connaître et qu’elles parviennent sur le devant de la scène, elles deviennent conscientes. On a alors affaire à un sentir de sentiment» (p. 359).

34A. Damasio précise que, selon lui, «l’expression (l’émotion) précède le sentir: il n’y aurait pas d’instance centrale du sentir avant le déclenchement d’une émotion» (p. 361) et il suggère également que le fait d’éprouver un sentiment ne coïncide pas avec le fait de savoir qu’on l’éprouve, que la réflexion sur les sentiments se situe un cran au-dessus» (p. 361).

35Et ce chercheur insiste: «Ces trois phénomènes – l’émotion, le sentir, la conscience – […] sont en étroit rapport avec le corps. […] Ils reposent tous les trois fondamentalement sur un même socle, le corps» (p. 361). Il n’hésite pas à ajouter: «Le sentir donne cette impulsion initiale qui conduit l’organisme à prendre en compte le produit de ses émotions (la souffrance commence avec le sentiment de souffrir, même si elle est avivée par le fait de savoir qu’on souffre; il en va de même pour la joie)» (p. 362).

36Sur les traces de Darwin, A. Damasio propose donc de reconnaître six émotions fondamentales, et par conséquent, six sentiments primaires: peur – colère – tristesse – dégoût – surprise – joie. Il envisage cependant toute une série d’autres émotions, dites secondaires ou émotions sociales: embarras, jalousie, orgueil, culpabilité…

 

  • 19 Les scientifiques parlent en termes de Brain-body system.

37Cette théorie d’A. Damasio met très nettement en cause l’héritage cartésien qui, pendant très longtemps, a consacré une irrévocable scission entre le corps et le cerveau et créé une hiérarchie en faveur de ce dernier. Mais une meilleure connaissance de notre fonctionnement physiologique nous a conduit à reconnaître qu’en vérité, le cerveau ne travaille pas de manière isolée et que le corps constitue la première étape de notre rencontre tant avec nous-même qu’avec le monde dans toutes ses composantes. C’est donc à partir d’un indissociable cofonctionnement du corps et de l’esprit qu’il nous convient désormais de penser19.

38Un autre pas décisif a été franchi lorsque l’équipe du Prof. G. Rizzolatti a été amenée à constater que les informations recueillies et transmises par nos cinq sens n’étaient, en aucun cas, limitées aux secteurs concernés et passivement recueillies: c’est ainsi que lorsqu’il regarde le monde, l’être humain se rapporte à lui en percevant bien plus que les informations visuelles. Ces dernières, de fait, activent bien d’autres parties de notre cerveau au point que l’on peut parler d’une expérience totalisante.

39Bien plus, les travaux de V. Gallese et de son équipe sur les neurones miroirs, en particulier, ont mis en évidence qu’il n’était pas besoin de procéder – personnellement – à une action, de vivre une sensation ou une émotion pour la ressentir mais qu’il suffisait de l’observer chez quelqu’un d’autre pour la faire propre. Ces activités sensorielles et motrices apparaissent en outre totalement automatiques, aucun raisonnement ne devant intervenir pour les générer.

40Si cet impact du monde extérieur et en particulier du comportement d’autrui sont désormais indiscutables, ils connaissent des modalités encore largement à vérifier; certes, ils seraient plus ou moins intenses, mais, dans tous les cas, suffisamment présents pour que ces chercheurs puissent affirmer qu’en réalité, nous ne sommes pas des monades totalement indépendantes, mieux ils apportent la preuve que la constitution de notre propre personne exige le contact avec autrui. Désormais, il faut donc prendre en compte un paramètre supplémentaire: l’indissociable cofonctionnement des êtres humains. Aucun être humain ne saurait se construire en dehors d’une relation, encore que minimale, avec d’autres êtres humains, même s’il se construit différemment. Et nos représentations ne peuvent continuer à se nourrir que parce que nous sommes en contact avec les autres, en particulier par l’intermédiaire de nos neurones miroir.

  • 20 Florian Forestier, Vilayanur Ramachandran: Le cerveau fait de l’esprit. Enquête sur les neurones mi (...)
  • 21Prévenir la violence et le harcèlement scolaire, «Le Journal des psychologues», n. 299 (juillet-ao (...)

41Et ce qui se révèle particulièrement intéressant pour nous, lecteurs et critiques littéraires, est le fait que ces neurones miroirs s’activent non seulement quand je vois quelqu’un faire un geste, mais aussi quand je suppose qu’il va faire un geste (je reconnais tous les présupposés pour ce faire), et bien plus quand je lis qu’un autre être humain – fût-il un personnage – fait ce geste, et il s’avère donc que, lorsque je lis un roman qui présente les gestes, comportements, émotions, sentiments de ses personnages, tout mon être se retrouve impliqué. Et ce d’autant plus que nous savons désormais qu’avec la découverte ultérieure d’une autre catégorie de neurones, les neurones canoniques, «neurones stimulés par certains éléments habituellement associés aux actions et non aux actions elles-mêmes (la vue du bâton éveille la réminiscence de l’action de saisie, par ex.) […], la distinction entre perception et action s’estompe, de la même façon que s’atténue la distinction entre perception et imagination»20. Il se révèle intéressant de constater que, de manière tout à fait empirique, la psychologie doit en venir aux mêmes conclusions, si l’on en croit des spécialistes comme S. Tisseron. C’est ainsi que l’auteur invite à réapprendre aux enfants à faire semblant, pour leur consentir de se construire de manière plus équilibrée dans leur rapport à autrui. Autre élément intéressant: S. Tisseron se pose la question du danger des personnages que les enfants fréquentent de plus en plus sur les différents écrans, des personnages, affirme-t-il, trop souvent stéréotypés qui tendent à renforcer une identification donnée au détriment d’une ouverture sur d’autres profils humains possibles21.

  • 22 «Memory and imagination partake the same mental process, since they are both bound with emotion and (...)

42Par ailleurs, – autre élément profondément correcteur à prendre en compte pour notre lecture du fonctionnement des êtres humains –, nous n’ignorons plus que la frontière entre réalité et fiction est très mince, puisque les canaux neuronaux utilisés par l’imagination et la mémoire sont les mêmes22. Paradoxalement, les recherches qui ont été conduites montrent que l’impact des évocations suscitées dans l’acte de lecture est particulièrement fort, car, dans ce cas spécifique, mon ouverture vers l’extérieur est réduite au maximum, au profit d’une totale disponibilité à l’écoute de l’écho en moi de ce que je lis. On peut par ailleurs se demander si cet espace virtuel qui se crée entre le lecteur et le livre qu’il découvre page après page ne suscite pas chez celui-là un tel sentiment d’intimité précisément parce qu’il n’est pas sans rappeler le premier espace semblable que vit le nouveau-né lors de ses premiers jours dans le monde, un espace fortement circonscrit et autarcique, avec la perception très forte qu’en effet le livre propose, à travers ses personnages, des profils qui en font, plus ou moins certes, des êtres perçus comme semblables au lecteur. De fait, la découverte des neurones miroirs a permis de donner une base scientifique à cette dimension relationnelle qui meut les êtres humains.

  • 23 Cf. Giovanni Buccino, Lucia Riggio, Gabriele Melli, Ferdinand Binkofski, Vittorio Gallese and Giaco (...)

43Et cet impact, a-t-on pu relever, est par ailleurs d’autant plus marqué que le lecteur sait pertinemment qu’il ne saurait y avoir aucune conséquence réelle de sa lecture et de ses réactions à cette dernière23.

  • 24 Cf. Amy Coplan, «Empathic Engagement with Narrative Fictions», «The Journal of Aesthetics and Art C (...)
  • 25 Vittorio Gallese, Embodied Simulation and its Role in Intersubjectivity, in Thomas Fuchs, Heribert (...)

44En outre, si les connaissances actuelles tant sur l’acte de lecture en soi que sur celle des œuvres narratives sont encore très réduites24, il est très clair que l’activation des neurones miroirs soutend le mécanisme d’identification qui se met en place dans la lecture, dont chacun de nous a fait l’expérience et qui fait que, comme le résume V. Gallese, «the ‘objectual other’ becomes ‘another self’»25 et qu’en quelque sorte, le vécu du personnage devienne, virtuellement s’entend, notre vécu.

45Qui plus est, il semble avéré que l’impact de la lecture sera, semble-t-il, d’autant plus fort que le récit est mené à la première personne et que le lecteur peut s’identifier au narrateur, encore qu’il soit désormais évident que l’existence même des neurones miroirs tend à rendre plus floue la rigoureuse scission que l’on tendait à établir entre soi et les autres.

  • 26 «The intensity of the MNS (Mirror Neuron System) activation during action observation depends on th (...)

46La lecture constitue donc une indiscutable forme d’apprentissage de notre lien incontournable avec le monde, et ce d’autant plus qu’il a été démontré que plus le répertoire de l’observateur est ample, plus sa réaction sera participée26.

  • 27 Ibid.

47Une autre découverte sert également notre appréhension des caractéristiques de l’acte de lecture en particulier dans le domaine littéraire et plus précisément pour “l’apprentissage” des sentiments. Il est en effet apparu que l’activation des neurones miroirs est en fait sollicitée moins par l’action en elle-même que par l’objectif que cette action semble se préfigurer; nous sommes donc essentiellement dans le domaine de la projection qui est un des mécanismes privilégiés mis en place par le déchiffrage des mots sur la page27. Mais cette indication a des conséquences non négligeables: non seulement elle souligne la puissance évocatrice des mots et le relais essentiel de l’imagination et de la mémoire dans la représentation de cette évocation, mais en faisant réapparaître l’intentionnalité, cette notation remet en jeu l’auteur. De taille apparaît, la démonstration que proposent H. C. Wojciehowski et V. Gallese, à partir des tableaux de L. Fontana ou J. Pollock, qui font réagir l’observateur moins, semble-t-il, à partir du résultat qu’à partir de l’intentionnalité du geste que l’observateur ne peut que reproduire en quelque sorte lorsque et alors même qu’il en regarde le résultat. Le roman qu’un écrivain confie à un éditeur et accepte de donner à imprimer, avec son nom en évidence sur la couverture, est – s’il s’agit certes d’un bon roman – la mise en mots au service d’une représentation en mesure de surgir d’une interprétation du réel résolument subjective et inédite qui s’efforce de fournir, à sa manière, sa propre contribution à la compréhension de cette étrange condition qui est la nôtre. Ces mots qui sont un moyen, se posent et s’imposent en force, nous entraînent dans leur sillage et tendent à nous faire oublier qui en est à l’origine; il est donc utile que les neurosciences nous le rappellent en soulignant ce qui, de fait, s’inscrit dans les mécanismes qui nous gouvernent, à savoir que l’intentionnalité et donc l’auteur n’est en fait jamais bien loin et, en tout cas, pas aussi loin qu’on a souvent pu le croire. C’est bien là une confirmation de ce que soutenait P. Ricœur lorsqu’il affirmait que le langage est discours. Donc intentionnel, d’un interlocuteur vers un interlocuteur.

48En fait, cette approche des mécanismes neuronaux tend à remettre au premier plan l’échange virtuel qui s’installe au fil des pages entre l’écrivain et son lecteur par le biais des personnages ou des voix mises en scène. Au-delà, donc, de l’apparente distribution, voire dispersion, en des points de vue multiples, l’homme de science nous invite à voir le dialogue, l’arc d’échange qui relie deux êtres humains s’appliquant – en une syntonie effective, encore que décalée dans le temps et dans l’espace – à déchiffrer leurs univers et la transmission d’une expérience singulière qui, dépouillée de cette spécificité précisément par le biais de l’outil auquel elle a fait recours, assume ainsi une portée générale et commune. L’écrivain pourra considérer qu’il a définitivement délivré son message avec l’achèvement de son œuvre et de fait tendra le plus souvent – au-delà des tristes et sordides obligations de promotion strictement commerciales – au silence, une porte s’étant en quelque sorte refermée tandis que chaque lecteur, lui, commencera un parcours intérieur en même temps que sa lecture, en sachant que toute œuvre de qualité continuera à vivre en lui et à le nourrir au-delà de la dernière ligne lue. Et sans doute faut-il aussi envisager la foule dispersée des lecteurs comme une sorte de multiplication de cette «syntonie» auteur-lecteur, à élargir au rapport, lui aussi, non formalisé ni, le plus souvent, formalisable, mais pas moins potentiellement actif, des lecteurs d’une même œuvre entre eux. N’est-ce pas là ce que l’on définit communément le rayonnement d’un livre?

  • 28 «[…] che la nostra attuale concezione dell’arte e di chi la produce sono il prodotto di una lenta e (...)

49Et il est bon de citer V. Gallese quand il nous rappelle «que notre conception actuelle de l’art et de qui le produit sont le produit d’une évolution lente et d’une construction culturelles [..] que ceux que nous appelons aujourd’hui les Beaux-Arts sont le résultat d’une construction éminemment socioculturelle»28.

  • 29 Hannah Chapelle Wojciehowski and Vittorio Gallese, How Stories make us feel: Toward an Embodied Nar (...)

50Mais encore faut-il mieux cerner la façon dont l’écriture peut agir sur le lecteur. Certes, bien des intuitions avaient été avancées par des créateurs, de R. Vischer avec Sul sentimento ottico della forma à A. Hildebrand et Il problema della forma nell’arte figurativa, et H. Wölfflin, A. Warburg ou T. Lipps, et plus récemment les travaux de G. Didi-Huberman, sans oublier la phénoménologie avec les apports particulièrement riches de Merleau-Ponty, mais aujourd’hui ce qui n’était que le fruit d’une sensibilité ou d’une réflexion est en effet corroboré par les neurosciences, ce qui change singulièrement la donne, fournissant une assise rigoureuse à notre approche en tant que critique littéraire; c’est pourquoi, il nous faut donc tenir tout particulièrement compte des affirmations de H. C. Wojciehowski et V. Gallese: «A writer’s merely talking about emotion does not arouse it in the reader; instead, the writer must SHOW, not tell, the reader what that emotion is by depicting “a set of objects, a situation, a chain of events” that “terminate in sensory experience” and evoke emotion. (T. S. Eliot 1922 essay “Hamlet and his problems”). Eliot’s concept of the “objective correlative” is essentially a method for triggering the phenomenon of embodied simulation. Artists and writers from Dante to Woolf and Eliot have long recognized this phenomenon, which they sought to activate with their readership through their own modes of artistic production»29.

51Si l’on suit cette analyse, il semblerait donc que, dans le cas de la littérature, la force d’une écriture ne résiderait pas tant dans ses capacités conceptuelles que descriptives des états qui ont engendré des émotions susceptibles de devenir sentiments. Dans le premier cas en effet, l’écriture nomme les sentiments, les indique en tant que tels (la peur, la jalousie, la colère…), s’adressant ainsi de façon prioritaire à l’intelligence; le concept ramène alors le lecteur vers lui-même, fait appel à un bagage personnel en sollicitant la résurgence des expériences personnelles dont chaque individu a nourri le mot; c’est essentiellement la mémoire qui est alors mise à contribution sans grand apprentissage. Dans le second cas, la description met immédiatement le corps en branle par l’intermédiaire des neurones miroir activés encore que de manière potentielle et, installant le lecteur dans le déchiffrage progressif, fait, prioritairement, appel à l’imagination. Le lecteur semble alors plus amplement dépendant de ce qu’il est en train de lire. Dans cette optique, on est en mesure de se demander quelle «efficacité» est alors obtenue par les élaborations métaphoriques, plus encore que par les comparaisons? Celles-là – et en particulier celles qui sollicitent directement les neurones miroirs – ne font-elles pas justement appel à des synesthésies multiples en mesure de démultiplier précisément les effets des neurones miroirs? Doit-on considérer que l’écrivain tendra à avoir recours au mot-concept (peur, colère, joie…) lorsqu’il retiendra que le sentiment qu’il veut suggérer et que lui-même a parfaitement clair à l’esprit pour l’avoir explicitement filtré est susceptible d’être suffisamment évocateur, largement partagé à partir de ce seul terme abstrait, l’accent étant alors mis sur d’autres éléments? Au contraire, lorsque l’écrivain voudra faire vivre une situation particulière qui génère un état particulier qu’il entend souligner, ne choisira-t-il pas de construire «une représentation» qui favorisera l’acte créateur tant par l’implication même de l’auteur que celle du lecteur?

52Le niveau le plus bas d’une écriture littéraire consiste clairement en l’énoncé du concept (la peur, la haine, l’amour) car il fait appel à une activité d’élaboration prioritairement intellectuelle qui s’appuie essentiellement sur le patrimoine subjectif du lecteur; ce dernier perd ainsi toute possibilité d’enrichissement par l’extérieur. Ensuite vient la description qui met en place une série d’éléments d’ordre plus strictement sensoriel grâce auxquels le lecteur pourra se situer en faisant aussi appel, cette fois, à son imagination. Ce deuxième niveau peut être enrichi de comparaisons créant un troisième niveau d’écriture et alors tout dépendra, pour le lecteur, de la qualité de celles-ci – qui vont alors ouvrir d’autres scénarios possibles. La littérarité la plus intense revient, bien sûr, à un texte qui intègre une métaphorisation maximale. On rejoint alors l’écriture dite poétique.

53Autant de suggestions qu’il serait opportun de vérifier tant par des études génétiques qu’en interrogeant des écrivains et en ayant également soin de vérifier nos hypothèses en confrontant des romans de différents niveaux. Il serait sans doute utile de prendre en compte tant l’écriture du roman de gare que celle du roman dont la valeur littéraire l’inscrit dans la littérature mondialement reconnue comme telle.

54Serait-il, en conséquence, possible d’envisager aussi ces critères comme partie des clefs de jugement pour évaluer la littérarité d’une œuvre, dans la mesure où ces différents parcours pourraient consentir d’envisager l’importance de son impact sur le lecteur? Avoir souligné l’importance du geste créateur, l’intention porteuse de ce geste et les sentiments qui l’ont accompagné – Flaubert n’a certes jamais déclaré «Madame Bovary, c’est moi», et cela a été démontré, mais il a évoqué le goût d’arsenic qu’il avait dans la bouche lorsqu’il décrivait/écrivait l’agonie d’Emma Bovary – ne doit-il pas interroger les critiques littéraires aussi? En outre, pourrait-on, de cette manière, mieux comprendre pourquoi les textes poétiques sont, en général, installés au sommet de la hiérarchie littéraire, précisément à cause de leur large charge métaphorique?

  • 30 L’importance du corps dans l’expression des sentiments est telle que vient d’être mis en ligne le S (...)

55Sans doute doit-on considérer que très souvent l’écrivain cherche à traduire un vécu intérieur ou extérieur à travers des histoires qu’il construit avec des mots disposés en scénarios pour tenter plus ou moins consciemment en premier lieu de se dire, probablement pourquoi ce vécu le hante, le trouble, ne l’abandonne pas. Ce vécu vient de la vie où qu’elle se manifeste, aussi le narrateur va-t-il reprendre dans ses histoires, ce même cadre qu’il va utiliser et exploiter à sa manière cependant, en toute liberté, selon ses expériences, son imagination, ses exigences, à la manière d’un Bacon en peinture par exemple. D’où cette apparence de reflet du mouvement de la vie qu’assume le plus souvent l’écriture littéraire. En se tournant vers la littérature, un écrivain n’entend pas théoriser, il choisit autant qu’il a besoin de ne pas utiliser la seule réflexion, mais bien, et ce pour les raisons les plus variées, de relire ces épisodes, ces traces de vie qui l’ont marqué pour se les approprier, visiblement en les revivant, en les réutilisant, en les transformant pour arriver, consciemment ou non, au noyau dur qui l’habite. L’écrivain sait combien théoriser implique de généralisation et donc de perte. Il s’agit plutôt de faire une sorte de double de la réalité à des fins intimes, double construit avec tout le matériau fourni par cette réalité et librement utilisé justement dans ces scénarios porteurs des exigences, des interrogations de l’écrivain. Ces nœuds qui ont interpellé la personne sont replacés dans un univers subjectif, qui peut le plus souvent assumer les formes d’un double fictif de la réalité et permet à l’écrivain de mieux traduire, en tout premier lieu pour lui, ce que ces interrogations peuvent représenter et donc de favoriser une extériorisation, une externalisation de cette problématique et, comme nous partageons la même condition humaine, les mêmes peurs, les mêmes doutes, les mêmes sentiments, à notre tour, nous pourrons retrouver dans ces évocations une part de nous-mêmes30.

56En conclusion de notre parcours à la recherche d’une approche plus précise et bien distincte de la notion que recouvre le terme «sentiment», il semble désormais possible d’établir cette notion à une certaine distance des deux autres notions prises en compte, celles d’émotion et de passion. Celle-là semble renvoyer à un état qui affecte le corps et dont la faible durée, pour ne pas dire le caractère éphémère, est compensée par l’intensité, tandis que celle-ci, monolithique, s’installe dans la durée, aveuglément, violemment; on peut considérer qu’il s’agit d’une radicalisation, d’une exacerbation, voire d’une pathologisation d’une émotion.

 

57À l’état de veille, le sentiment se présente donc comme une activité consécutive à une réaction physique puis psychique spontanée mentale, de l’organisme aux mouvements vitaux, une activité plus ou moins consciente, encore que souvent plus subie ou vécue qu’identifiée ou dénommée, vu que cette ultime étape semble relever davantage d’une activité intellectuelle qui intervient a posteriori.

58Cette réaction se produit soit en présence d’interventions extérieures, telles que les perceptions, dans le cas d’une relation de l’être humain au monde, soit en présence d’activités intérieures, dans le cas d’un repli de l’homme sur sa vie intérieure, qu’il s’agisse des souvenirs proposés par la mémoire ou des activités de l’imagination. Cette réaction modifie donc l’état en cours et ne relève pas de la rationalité ou d’une quelconque activité intellectuelle. Il s’agit d’une activité continue, voire normale, naturelle, mieux indispensable.

59Les sentiments présentent certaines caractéristiques identifiables:

  • ils ont une durée;

  • ils ont une intensité;

  • ils peuvent varier, assumer très rapidement, en séquences, de très nombreuses nuances;

  • ils peuvent se combiner entre eux;

  • ils sont très rarement neutres, ils tendent à être connotés, allant du positif (l’agréable) au négatif (le désagréable), le plus souvent tendant au négatif;

  • ils peuvent être habituels ou rares, passagers ou récurrents;

  • ils peuvent être latents ou évidents; 

  • ils peuvent avoir des manifestations physiques plus ou moins visibles, connaître plus ou moins une extériorisation;

  • ils peuvent être conscients ou non, verbalisés ou non;

  • ils peuvent être perçus par autrui, mais non par qui les vit.

 

60Les sentiments sont donc, par excellence, l’expression suivie, continue de notre vie psychique dans sa part consciente encore que non rationnelle, mieux la trace, la manifestation, la base par excellence totalement et continûment de notre vie psychique. Leur multiplicité semble fonction de la richesse de la vie psychique du sujet pris en compte, elle-même fortement conditionnée par les qualités de la vie sociale à laquelle il participe et la variété des sollicitations auxquelles il est exposé: par exemple, la connexion de plus en plus fréquente que l’on rencontre entre audio et vidéo, les chansons qui sont la toile de fond de notre quotidien ou la superposition de l’audio au visuel avec les walkmans ne peuvent pas ne pas transformer, en premier lieu, notre rapport physique au monde autant qu’aux sons et donc nos émotions et, par conséquent, nos sentiments.

61De même, pour rester au plus près de notre sujet, la proximité des écrivains à leur lecteur à travers lectures publiques et exposition médiatique autant que les partages d’impressions auxquels se livrent les communautés de lecteurs sur le web ne peuvent que transformer l’approche émotionnelle à la littérature. La solitude du lecteur est désormais largement peuplée, malgré qu’il en ait et lui-même, largement transformé, ne pourra qu’aller chercher dans ces livres les sentiments «neufs» en perpétuelle apparition qui l’habitent, avant même que ne leur soit attribué un nom.

62Certes, très tôt, un effort de généralisation s’est révélé indispensable pour tenter de classer les comportements humains et les saisir, en un premier temps, dans ce qu’ils pouvaient avoir de commun, car il s’agissait justement d’asseoir notre propre appartenance. Puis, la science, elle-même partie de certains relevés élémentaires, n’a cessé de les amplifier et de les diversifier. Certes, l’écriture littéraire se situe à l’autre extrémité de la chaîne, pourrait-on dire; la recherche profondément subjective intime qui guide l’écrivain dans la quête précisément autant des anomalies que des états encore non-dits susceptibles de l’intriguer dans son propre être-au-monde le conduira, et son lecteur avec lui, vers encore plus de sensibilité, de ductilité dans la saisie des émotions et des sentiments qui l’ont fait s’attarder et ne pourra que contribuer à un élargissement de la perception des extraordinaires mécanismes qui nous meuvent. À l’art et donc à la littérature revient en effet le privilège de percevoir, en premiers, les nouvelles vibrations du monde, tout comme il leur revient, depuis toujours, de fouiller toute la réalité jusque dans ses recoins les plus malsains, les plus cachés, les plus angoissants, les plus impensés car tout ce qui est nous constitue et doit faire l’objet de notre quête. L’art est un pléonasme que l’homme a dû s’inventer pour s’apprivoiser.

63Un itinéraire et de nombreuses pistes se trouvent ainsi tracés. À nous de vérifier s’ils sont en mesure de nous fournir une aide quelconque pour décrypter l’inscription des sentiments dans l’écriture littéraire telle qu’elle se présente aujourd’hui.

Notes

1 Cf. Les nouvelles formes qu’assume la solitude aujourd’hui et dont la littérature de l’extrême contemporain se fait porteuse, telles qu’elles sont analysées dans Nuove solitudini. Mutamenti delle relazioni nell’ultima narrativa francese, sous la direction de Matteo Majorano, Quodlibet, “Ultracontemporanea”, Macerata 2012 et le récent article de Jean M. Twenge, W. Keith Campbell et Brittany Gentile, Increases in individualistic words and phrases in American books, 1960-2008, PlosOne, 10 juillet 2012.

2 À ce propos, le livre de Jacques Ion, S’engager dans une société d’individus, Armand Colin, Paris 2012, crée «individuation» pour définir une orientation qui tend à caractériser de plus en plus nos sociétés. Ce néologisme cherche à saisir une réa-lité que ni le terme d’«égoïsme» ni celui d’«individualisme» n’exprimaient, puisqu’il s’agit de reconnaître que les individus se veulent de plus en plus autonomes, de moins en moins disponibles à un encadrement imposé par des structures extérieures alors qu’ils vont s’impliquer, de façon plus ponctuelle et moins personnalisée, dans des mouvements d’action collective qui inventent des liens nouveaux, plus lâches et plus incertains.

3 Oscar Bloch et Walter von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, PUF, Paris 1932, édition revue et augmentée en 1968.

4 Jean Dubois, Henri Mitterand, Albert Dauzat, Grand Dictionnaire étymologique et historique du français, Dubois, Paris 2005.

5 Jean Dubois et René Lagane, Dictionnaire de la langue classique, Librairie Belin, Paris 1960.

6 Henri Bertaud du Chazaud, Dictionnaire des synonymes, Dictionnaires Le Robert, Paris 1989.

7 Dominique Le Fur (éd.), Dictionnaire des synonymes et nuances, Le Robert, Paris 2005.

8 Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Le Robert, Paris 1974.

9 Nous soulignons en italique les termes qui passent d’un dictionnaire à l’autre: «Tendance d’une certaine durée, accompagnée d’états affectifs et intellectuels, d’images en particulier, et assez puissant pour dominer la vie de l’esprit, cette puissance pouvant se manifester soit par l’intensité de ses effets, soit par la stabilité et la permanence de son action. (LALANDE) […] – Spécialt. Se dit de l’amour, quand il apparaît comme une inclination puissante et durable, dégénérant parfois en obsession».

10 Le Nouveau Petit Robert, texte remanié et amplifié sous la direction de Josette Rey-Debove et Alain Rey, Le Robert-SEJER, Paris 2011.

11 Alain Rey (éd.), Dictionnaire culturel en langue française, Le Robert – SEJER, Paris 2005.

12 Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, cit.

13 Hendrick Van Gorp, Dirk Delabaspita, Lieven D’Hulst, Rita Gresquière, Rainier Grutman et Georges Legros, Dictionnaire des termes littéraires, Honoré Champion Éditeur, Paris 2005.

14 Paul Aron, Denis Saint-Jacques, Alain Viala, Le Dictionnaire du Littéraire, PUF, Paris 2008.

15 Michela Marzano (éd.), Dictionnaire du corps, PUF, Paris 2007.

16 Denis Diderot, Le paradoxe sur le comédien (1830).

17 Antonio R. Damasio, Descartes’s error: Emotion, Reason, and the Human Brain, Putman, New York 1994; L’Erreur de Descartes: la raison des émotions, Éditions Odile Jacob, Paris 1995; The Feeling of what happens. Body and Emotion in the making of Consciousness, Harcourt Brace & Company, New York 1999. Le sentiment même de soi. Corps, émotions, conscience, Éditions Odile Jacob, Paris 1999 (Les pages d’A. Damasio dorénavant citées entre parenthèses se réfèrent à cet ouvrage). Self comes to mind. Constructing the Conscious Brain, Pantheon Books, New York 2010; L’Autre moi-même. Les nouvelles cartes du cerveau, de la conscience et des émotions, Odile Jacob, Paris 2010, ne fait que confirmer les positions initiales.

18 Joseph LeDoux, The Emotional Brain. The Mysterious Underpinnings of Emotional Life, Simon & Schuster, London 1998.

19 Les scientifiques parlent en termes de Brain-body system.

20 Florian Forestier, Vilayanur Ramachandran: Le cerveau fait de l’esprit. Enquête sur les neurones miroir, «http://www.actu-philosophia.com», 11.12.2011.

21Prévenir la violence et le harcèlement scolaire, «Le Journal des psychologues», n. 299 (juillet-août 2012).

22 «Memory and imagination partake the same mental process, since they are both bound with emotion and often assume the form of narrative […] both memory and imagination are embodied […] A common feature of memory and imagination is their emotional contour, a contour that resurfaces even when memory and imagination are reordered within a narrative structure» (Embodied Simulation Theory: Imagination and Narrative, Commentary by Vittorio Gallese, «Neuropsychoanalysis», 2011, n. 13 (2), 2011, p. 196-197).

23 Cf. Giovanni Buccino, Lucia Riggio, Gabriele Melli, Ferdinand Binkofski, Vittorio Gallese and Giacomo Rizzolatti, Listening to Action-Related Sentence Modulates the Activity of the Motor System: A Combined TMS and Behavioral Study, Cognitive Brain Research, 24, 2005, p. 355-363; Marc Sato, Marisa Mengarelli, Lucia Riggio, Vittorio Gallese and Giovanni Buccino, «Task Related Modulation of the Motor System during Language Processing», Brain and Language, n. 105 (2008), p. 83-90; Vittorio Gallese and Hannah Chapelle Wojciehowski, The Mirror Neuron Mechanism and Literary Studies: An interview with Vittorio Gallese, «Californian Italian Studies», n. 2 (1) (2010); Hannah Chapelle Wojciehowski and Vittorio Gallese, How Stories make us feel: Toward an Embodied Narratology, «Californian Italian Studies», n. 2 (1) (2011).

24 Cf. Amy Coplan, «Empathic Engagement with Narrative Fictions», «The Journal of Aesthetics and Art Criticism 62», (2), 2004, p. 141-152.

25 Vittorio Gallese, Embodied Simulation and its Role in Intersubjectivity, in Thomas Fuchs, Heribert Sattel, Peter Henningsen (éds.), The Embodied Self. Dimensions, Coherence and Disorders, Schattauer, Stuttgart 2010, p. 86.

26 «The intensity of the MNS (Mirror Neuron System) activation during action observation depends on the similarity between the observed actions and the participants’action repertoire» (ibid.).

27 Ibid.

28 «[…] che la nostra attuale concezione dell’arte e di chi la produce sono il prodotto di una lenta evoluzione e costruzione culturale […] quelle che oggi chiamiamo Belle Arti sono il risultato di una costruzione eminentemente socioculturale» (Vittorio Gallese, Corpo e azione nell’esperienza estetica. Una prospettiva neuroscientifica, «Mente e bellezza», 2010, p. 254). C’est nous qui traduisons.

29 Hannah Chapelle Wojciehowski and Vittorio Gallese, How Stories make us feel: Toward an Embodied Narratology, «Californian Italian Studies», 2 (1), 2011 (http://escholarship.org/uc/item/3jg726c2).

30 L’importance du corps dans l’expression des sentiments est telle que vient d’être mis en ligne le Sound-Word Index, présenté par Blanche de Lasa and Stina Gromark du Royal College of London (http://etapes.com/faire-parler-ses-emotions-digitales). Leur intention est de donner une signification claire et une valeur émotive universelle aux formes d’expressions particulières qui interviennent on line pour connoter les mots employés. Les auteurs précisent que «dans nos conversations digitales, sans l’aide du langage du corps, les mots peuvent perdre leur expressivité […] Le son, le volume, le rythme peuvent influencer l’orthographe, nous aidant à traduire les émotions cachées derrière les écrans de nos ordinateurs» (F. Colonna, Il dizionario delle emozioni digitali per sostituire il linguaggio del corpo, in Lettura, «Corriere della Sera», 2012, n. 37. C’est nous qui traduisons). Il s’agit donc de donner à lire les sentiments qui ont, pour le moins, accompagné la rédaction des messages. Le rythme sera transféré à la répétition des lettres ou des syllabes. Le son sera porté par les accents alors que le volume sera traduit par la taille des lettres. Ce site, particulièrement actif au moment de la rédaction de ce texte, confirme donc l’universalité essentielle des émotions et des sentiments, évidemment modulables dans leur expression selon les caractéristiques socioculturelles et les spécificités individuelles. Dans les retombées effectives de ce secteur de recherche, particulièrement emblématique nous apparaît Empatica, une start-up du Politecnico de Milan fondée par des ingénieurs qui travaillent dans le domaine de l’intelligence artificielle et de l’analyse des signaux physiologiques, et, de manière plus spécifique, dans le secteur de l’emotion sensing. Ils viennent de mettre au point un bracelet qui sert à relever une série de paramètres physiologiques (température, rythme cardiaque…) qui permettent, en temps réel, d’établir le climat psychique du sujet observé. Ce secteur de la recherche est actuellement au centre des intérêts d’importants groupes de haute technologie: Microsoft a projeté un logiciel en mesure d’analyser les expressions du visage et le ton de la voix tandis que Rim a breveté une méthode pour évaluer l’humeur de qui écrit un message.

© Quodlibet, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540