Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le bal des arts

 | 
Elisa Bricco

De l'image artistique

Frida Kahlo, le Mexique et la peinture au regard des écrivains contemporains Jean-Marie Gustave Le Clézio et Gérard de Cortanze

Erica Tacchino

Résumé

Par la lecture croisée de deux textes sur Frida Kahlo : Diego et Frida (1993) de Jean-Marie Gustave Le Clézio et Frida Kahlo, la beauté terrible (2011) de Gérard de Cortanze, nous affronterons la thématique du rapport entre peinture et littérature. Les deux auteurs écrivent des récits qui se présentent comme des biographies fictionnelles où la part autobiographique apparait très évidente. Par l’analyse des sujets illustrés dans les textes, du Mexique à la peinture si particulière de Kahlo, de sa personnalité si forte à son rôle dans la société mexicaine, on pourra dégager les motivations intenses qui poussent les auteurs vers ce personnage et son œuvre.

Texte intégral

1Frida Kahlo, symbole de féminité, d’amour mais aussi de souffrance, a inspiré de nombreux ouvrages qui rendent hommage à sa joie de vivre et à son amour de la paix et de l’art. Les auteurs qui ont écrit sur cette artiste l’ont fait généralement pour des raisons précises : la fascination pour sa personnalité originale, sa détermination, sa force et son talent incomparable, sa simple passion pour l’art et la culture mexicaines.

2Deux écrivains francophones, Jean-Marie Gustave Le Clézio et Gérard de Cortanze, ont choisi d’écrire sur Frida Kahlo, pour mes mêmes raisons, pour décrire l’intérêt qu’ils portent à l’égard de ce peintre et aussi pour raconter le rapport qu’ils ont avec son art si particulier.

  • 1 Gérard de Cortanze, Jean-Marie Gustave Le Clézio : le nomade immobile, Éditions du Chêne, Paris 199 (...)

3Le premier romancier a publié en 1993 Diego et Frida et le deuxième Frida Kahlo, la beauté terrible en 2011. Il est intéressant de remarquer que Gérard de Cortanze a écrit, quelques années auparavant, un essai biographique dont le titre est J.M.G. Le Clézio1. Cela démontre donc son intérêt envers l’écriture biographique et son admiration pour Le Clézio- élément important qui sera traité plus tard au cours de notre étude.

4Comme les titres le révèlent, les textes racontent l’histoire d’une personne particulière (voire deux, car ils traitent de Diego Rivera aussi) et on devine donc qu’il s’agit de deux biographies.

Deux biographies différentes

  • 2 Alexandre Gefen, Le récit biographique, à la croisée de l’histoire et de la fiction, in Richard Jac (...)

5Il ne suffit pas cependant d’affirmer qu’il s’agit simplement de deux histoires biographiques ; comme le démontre Alexandre Gefen, la biographie est un « Genre faussement simple […] située au carrefour des représentations de la vie humaine ; elle offre un champ où se confrontent les paradigmes et les compétences des sciences humaines, la spiritualité profane ou sacrée et les formes de connaissances symboliques propres à la littérature »2.

6En effet, les deux livres ont des particularités bien précises qui appartiennent aussi à d’autres genres littéraires. Par conséquent, nous constatons qu’aucun de ces deux textes n’est une véritable biographie au sens propre du terme.

7Certes, à la première lecture de Diego et Frida, il est manifeste que J.M.G. Le Clézio raconte la vie de Frida Kahlo d’une manière impartiale et détachée sans faire ressortir ses impressions personnelles. Toutefois, si nous lisons le livre plus attentivement, nous noterons que parfois l’auteur pratique une « prose poétique », style qui lui est particulièrement cher. L’écrivain n’est donc pas si neutre en racontant la vie de ce peintre puisqu’il fait sortir ses sentiments par le biais de son écriture. Ainsi, note-t-il :

  • 3 J.M.G. Le Clézio, Diego et Frida, Gallimard, « Folio », Paris 1993, p. 237. Désormais DF.

L’art, l’enfance, la beauté, la violence, l’amour sont étroitement et indissociablement mélangés, dans le luxe qu’elle crée autour d’elle, costumes indiens semblables aux tenues d’apparat des oiseaux et des plantes, masque dessiné à l’image d’une idole indienne, cheveux nattés et noués comme la coiffure rituelle de la Tlazolteotl, la déesse de la terre, magie de cette nature qui l’entoure et l’enlace, parfois la blesse et la torture, où les larmes brillent comme diamants et le sang coule très rouge, le plus précieux des liquides.
C’est cette magie qui inspire Frida, la maintient en vie, et c’est cette même magie qui envoûte Diego Rivera, le fascine et le retient auprès d’elle, malgré les tentations et le facile triomphe sensuel qui le fait courir. Il y a chez Frida un mystère qu’il ne comprend pas, qui l’obsède, un sentiment de vide lorsqu’il s’éloigne d’elle, une insuffisance, un déséquilibre3.

8L’auteur n’est donc pas tout à fait indifférent à son sujet. Il écrit toujours à la troisième personne comme dans une vraie biographie, mais il ne se limite pas à décrire la vie du peintre de manière objective, il utilise des mots plus intimes et poétiques : beauté, amour, oiseaux, déesse, nature, larmes, magie, mystère, sentiment qui nous font reconnaître son style et nous font ressentir ses émotions. La puissance de son écriture réside dans le fait qu’il est capable de montrer aussi la souffrance d’une personne mais en employant des tournures délicates, en mettant côte à côte deux sujets opposés qui se croisent inévitablement : « les larmes » (la sensibilité humaine de Frida) « brillent comme des diamants » (elles sont passagères, ne durent pas) et le sang (qui signifie la vie, la souffrance) « est le plus précieux des liquides » car il nous fait continuer à vivre. Ce livre présente les caractéristiques d’une « biographie romancée », mais nous ne pouvons pas complètement le définir ainsi car la plus grande partie du roman est une description réelle de la vie de Frida Kahlo et de Diego Rivera qui s’appuie notamment sur de vraies sources historiques et sur des documents d’auteurs qui ont effectué des études détaillées sur cette artiste.

  • 4 Alexandre Gefen, Le récit biographique, à la croisée de l’histoire et de la fiction, cit., p. 67.

9Par conséquent, c’est à travers l’écriture que nous pouvons comprendre dans quel genre se situe ce livre et comprendre aussi les intentions de J.M.G. Le Clézio. Malgré sa volonté de réalisme, la biographie est un genre influencé par la fiction, car les auteurs cherchent presque toujours à dépasser cette frontière entre la réalité historique et la scène fictive, en utilisant des composantes littéraires mêlées. En effet : « Tout récit biographiques subit la tension entre la forte présence référentielle qui s’attache aux noms propres et la nécessité d’un recours à la fiction pour traverser les seuils que sont l’altérité et l’invisibilité historique ou sociologique de la plus grande partie des destinées humaines »4.

10En revanche, en ce qui concerne le livre sur Frida Kahlo, La beauté terrible signé par Gérard de Cortanze, c’est l’écrivain même qui s’en explique au début de son ouvrage : il ne veut pas écrire une véritable biographie, mais son intention est d’offrir au public quelques éléments pour faire connaître et apprécier ce peintre femme hors norme : 

  • 5 Gérard de Cortanze, Frida Kahlo, La beauté terrible, Albin Michel, Paris 2011, p. 17. Désormais FK (...)

… Elle reste une femme qui crée un univers pictural vigoureux et coloré, qui donne à son cri une forme émotionnelle et visible. C’est ce voyage vers ce monde saisissant, très particulier, très vivant, unique dans l’histoire de la peinture, que j’ai tenté de décrire dans ce livre qui n’est ni un essai, ni une biographie au sens classique du terme, mais plutôt un parcours dans les méandres d’une œuvre et d’une vie, derrière une falsification où le créateur livre toujours son journal authentique5.

  • 6 Dominique Viart, Bruno Vercier, La littérature française au présent. Héritage, Modernité, Mutations(...)

11Gérard de Cortanze ne veut donc pas écrire une vraie biographie, il prononce d’ailleurs à ce propose le mot « falsification », on se trouve donc de nouveau face à une biographie fictionnelle. En effet, son intention est de faire connaître le personnage de Frida Kahlo mais à travers elle, l’écrivain dévoile ses réflexions aux lecteurs. Cela est bien compréhensible par le fait qu’avant d’entamer son histoire, il commence par écrire à la première personne en proposant un regard subjectif et direct. Comme l’affirme aussi Dominique Viart : « Bien qu’elles retracent quelques moments de vies historiques, les fictions biographiques ne respectent pas le protocole des biographies traditionnelles »6.

12Ensuite, lorsque Gérard de Cortanze introduit son récit sur la vie de Frida, il écrit à la troisième personne et devient plus objectif. On s’aperçoit, cependant, que même s’il décrit des faits réels, la fiction est présente car c’est l’auteur qui invente l’histoire en la déduisant à partir des documents authentiques et de l’artiste (journal, articles de presse de l’époque). Ainsi, par petites touches (?), l’écrivain laisse entendre sa voix dans son texte : « En réalité, la lune de miel est un petit enfer » (FK, p. 74). « Heureusement, il y a la peinture » (FK, p. 75).

  • 7 Dernier tableau peint par Frida Kahlo avant de mourir en 1954.

13De plus, vers la fin du livre, le biographe commente même quelques tableaux symboles de l’artiste mexicaine (Viva la Vida7) en revenant à la première personne, comme pour insister sur son but initial.

14L’auteur ne se cache plus derrière son personnage mais il retourne à sa vie même, comme s’il sortait de son histoire en prenant congé de Frida : « Le titre d’une toile de Frida Kahlo me revient en mémoire, sa dernière exécutée en 1954 : Viva la Vida. Avec deux v majuscules. Elle représente une nature, non point « morte », mais « vive » : des pastèques ouvertes, rouges, crantées, crénelées, vertes, pleines de sève » (FK, p. 189).

15Au contraire, Le Clézio n’écrit jamais à la première personne, il n’explicite pas comme De Cortanze les raisons de son choix ; mais on comprend par le style de son écriture et par son vécu (nous le verrons dans les prochains paragraphes), les motivations qui l’ont amené à raconter cette histoire.

L’importance du Mexique

16En effet, c’est à partir de ce que Le Clézio écrit dans certains passages de son livre que le lecteur peut comprendre son choix : il s’exprime par son écriture et par « son personnage » qui est toujours moderne. Par exemple, lorsqu’il présente dans le prologue l’histoire qu’il va raconter, il laisse entendre que la vie de ce peintre est perpétuellement en relation avec le Mexique même :

L’histoire de Diego et Frida- cette histoire d’amour inséparable de la foi en la révolution- est encore vivante aujourd’hui parce qu’elle se mêle à la lumière particulière du Mexique, à la rumeur de la vie quotidienne, à l’odeur des rues et des marchés, à la beauté des enfants dans les maisons poussiéreuses, à cette sorte de langueur nostalgique qui s’attarde au crépuscule sur les anciens monuments et les plus vieux arbres du monde (DF, p. 22).

  • 8 Ouvrages de Le Clézio sur le Mexique : Le livre des Fuites, Gallimard, Paris 1969 ; Haï, Les sentie (...)

17Ce n’est donc pas un hasard si Le Clézio arrive à décrire de cette manière si poétique et détaillée un extrait de la vie mexicaine, car il adore ce pays extraordinaire lui ayant consacré nombreux de ses ouvrages8. Frida Kahlo et son art ont contribué à faire l’histoire de cette nation et ils ne peuvent pas être détachés d’elle : lorsqu’on évoque ce pays on pense à son histoire très riche, à la Révolution et aux personnages qui ont vécu et représenté cette Révolution, entre autres Frida Kahlo et Diego Rivera. Ces peintres incarnent ainsi le passé légendaire de ce pays lié au présent car leur histoire se confond aussi avec celle du Mexique d’aujourd’hui.

  • 9 La pensée ininterrompue du Mexique dans l’œuvre de Le Clézio, appel à communication de l’Université (...)

18L’écrivain niçois découvre pour la première fois le Mexique en 1968 pendant son service militaire et depuis cette expérience il parle du « choc physique » que ce pays a provoqué en lui. A présent, il partage sa vie entre l’Amérique et la France et a passé plusieurs années à Panama et au Mexique, c’est pour cela donc qu’une partie importante de son œuvre concerne le monde amérindien. Que ce soit en tant qu’essayiste, romancier, traducteur ou biographe, il n’a cessé de représenter et d’interroger le pays et son peuple, et a tenté d’appréhender, à travers le Mexique, « un rêve », ou peut-être une âme ou encore une conscience9.

  • 10 Thomas Goubin, Le Clézio : Le plus mexicain des auteurs français, in « LGJ » (Le Grand Journal), 2 (...)

19Comme l’affirme Thomas Goubin dans son article « Le Clézio : le plus mexicain des auteurs français », l’auteur, dès son arrivée au Mexique, donne des cours à l’Institut français d’Amérique latine (IFAL) de Mexico. « Je ne connaissais pas un mot d’espagnol, j’ai dû l’apprendre dans la rue, pour cela mon espagnol est un peu callejero, annonce-t-il. Je me suis aussi plongé dans les livres, car j’étais chargé de faire des fiches pour la bibliothèque, mais au lieu de cela je me cachais pour lire le maximum d’ouvrages sur le pays. Ensuite, je me suis mis à voyager pour vérifier ce que j’avais lu sur la culture mexicaine ». Son premier périple l’envoie dans la Sierra Madre du Nayarit à la rencontre des Huicholes. Le livre des fuites (1969) témoignera de cette découverte d’un nouveau monde dans sa géographie personnelle10.

20De plus, il existe une correspondance entre les pensées de Frida Kahlo et de Le Clézio par rapport au Mexique même : tous les deux ressentent un amour très fort envers ce pays en reconnaissant une différence aussi forte du point de vue humain et culturel avec l’Europe. Ils observent une authenticité qu’ils ne trouvent pas ailleurs, et c’est ce sentiment si intense qui les pousse à s’immerger dans le cœur des traditions mexicaines et à ne jamais se détacher de ce merveilleux pays.

  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

21En effet, l’écrivain affirme, pendant son interview avec Thomas Goubin, que le Mexique le fascine par le caractère vivant de son histoire : « C’est une dimension qui n’existe pas en Europe, ici l’Histoire peut traverser chaque jour, elle a à voir avec la croyance, avec l’être profond. Il s’agit pour moi d’un élément fondamental de la culture mexicaine »11. A l’hégémonie culturelle de la société de consommation occidentale il oppose le bouclier des savoirs des civilisations précolombiennes. « Dans le choc culturel peut-être le plus brutal de l’histoire, entre colons espagnols et Empire aztèque, nous avons beaucoup perdu ». Dans le Rêve mexicain ou la pensée interrompue l’auteur rêve et esquisse le développement d’une Mésoamérique épargnée par l’épopée de Cortes, comme pour se consoler d’une destruction irrévocable mais aussi revendiquer l’intérêt toujours vivace de la pensée indigène12.

22De même, Frida Kahlo, après son voyage à Paris, s’aperçoit qu’un abîme très profond sépare l’Europe et le Mexique : « Elle déteste cet univers creux, futile, prétentieux, décadent, alors que la guerre est aux portes de l’Europe, que l’Espagne loyaliste agonise. A Paris, il fait froid. A Paris, on mange mal. A Paris, tout est sale, et les jardins du Luxembourg sont trop pleins d’enfants, de ceux que Frida n’aura jamais » (FK, p. 120).

23Bref, elle ne supporte pas les artistes arrogants qui ont toute la journée des conversations intellectuelles ne menant à rien et qui vivent comme des parasites… Elle trouve qu’il existe beaucoup de différences entre le milieu artistique parisien et le contexte mexicain où elle connaît des artistes beaucoup plus engagés. Il est ainsi possible de mieux comprendre maintenant pourquoi Le Clézio a voulu s’intéresser à ce peintre exceptionnel au point de lui consacrer une biographie.

24Au contraire de J.M.G. Le Clézio, Gérard de Cortanze n’a pas vécu au Mexique ni n’a écrit d’ouvrages sur ce sujet. Mais cela ne l’a sans doute pas empêché d’être fasciné lui aussi par le personnage de Frida Kahlo. Son amour pour l’art est perceptible dès le début de son livre, notamment son intérêt pour les autoportraits de Frida qui laissent percer une figure énigmatique et passionnée qui l’a séduit.

  • 13 Gérard De Cortanze, J.M.G. Le Clézio, Gallimard, « Hors série Littérature », Paris 2009.

25Gérard De Cortanze est en outre traducteur d’auteurs de langue espagnole (entre autres mexicains) et il écrit des essais biographiques sur des personnages connus. Son essai biographique J.M.G. Le Clézio13 s’inspire aussi de Diego et Frida, qu’il cite plusieurs fois dans son texte. L’admiration pour Frida Kahlo rejoint celle que De Cortanze éprouve pour Le Clézio. Diego et Frida a représenté manifestement une source d’inspiration pour De Cortanze puisqu’on retrouve aussi des références explicites : Le Clézio a certainement constitué un guide qui a initié De Cortanze à l’univers mexicain. En effet, dans son essai sur l’auteur niçois, De Cortanze aborde tous les grands thèmes de l’œuvre leclézienne tels que le voyage et les peuples amérindiens. Son successeur a découvert le Mexique et peut-être même Frida Kahlo à travers le regard de Le Clézio.

Quel rapport avec l’art ?

  • 14 Dominique Viart, Bruno Vercier, La littérature française au présent, cit., p. 121.

26Sans aucun doute, le sujet artistique est très important dans ces deux récits, car les auteurs ne peuvent pas s’empêcher de citer Frida Kahlo et Diego Rivera sans mentionner leur peinture. A ce propos, selon Dominique Viart, les écrivains et les peintres font souvent l’objet d’essais biographiques : « La fiction a besoin de ce que les tableaux représentent pour en nourrir son imaginaire, pour retracer le contexte des vies… »14.

  • 15 José Luis Arraez Llobregat, Autour de J.-M.G.Le Clézio et de l’art, « Anales de Filologia Francesa  (...)

27En outre, comme l’affirme José Luis Arraez Llobregat qui a étudié le rapport entre Le Clézio et l’art : « Pour Le Clézio, les œuvres d’art (et parmi elles la peinture) offrent une considérable confiance et une sécurité à l’homme face à l’angoisse et à l’inquiétude que produisent la mort et le vide. La peinture est, naturellement, un objet dont la survivance est garantie aux hommes condamnés à la destruction et à l’oubli.15 » A travers cette phrase, nous pouvons retrouver l’explication profonde qui concerne la peinture de Frida Kahlo : Le Clézio est conscient que, comme plusieurs artistes (entre autre lui-même), elle peint pour survivre à ses peines et elle ne sera jamais oubliée grâce à son talent.

28Nous remarquons aussi que Gérard de Cortanze étudie, plus précisément que Le Clézio, cet aspect de la vie du peintre en se focalisant sur le thème de l’autoportrait. Il commence en effet son livre en affirmant que la plupart des tableaux de Frida sont des autoportraits et qu’il aime « la folie et le mystère »(FK, p. 17) de ses œuvres. C’est ce fil rouge que Gérard de Cortanze suit dans tout son essai : la souffrance physique et morale, le choix politique, l’amour pour Diego qui ressortent des toiles de Frida Kahlo. De plus, il pense que l’autoportrait est fondamental pour faire connaître cette artiste hors du commun, car c’est à travers lui que nous pouvons réellement saisir la signification et la profondeur de son art :

L’autoportrait est une manière de lettre faite pour la garder toujours présente à l’esprit du destinataire- ce qui ne veut pas dire qu’elle cherche une forme de communication. Bien au contraire : l’autoportrait permet de négocier sa relation avec son propre moi.
[…] En réalité, le premier autoportrait véritable date de la fin de l’été 1926, époque à laquelle elle a le sentiment d’avoir perdu à jamais l’être qu’elle aime le plus au monde : Alex. Autoportrait à la robe de velours est comme un cadeau d’adieu offert au fiancé afin qu’il ne l’oublie jamais : Frida y porte une robe de velours au décolleté profond, ce qui constitue pour une jeune fille mexicaine de dix-neuf ans, surtout à cette époque, une tenue des plus osées.
[…] Frida Kahlo fera suivre cet autoportrait initial de quelque cinquante-cinq autres-soit presque un tiers de son œuvre.
L’autoportrait révèle une vérité non sur ce qu’elle est, mais sur ce qu’elle voudrait être (FK, p. 16-17).

29De Cortanze explicite donc de manière détaillée cette relation avec l’art et avec la personnalité de son personnage, tandis que Le Clézio ne le montre pas expressément. Dans son Diego et Frida, nous avons rarement de vraies descriptions, des analyses ou des critiques des tableaux des deux peintres, parce que son intention est de concevoir une véritable biographie (ou presque) qui présente la vie des deux artistes sans trop entrer dans les détails de leur peinture. Donc, son rapport avec l’art et avec ses personnages est plus implicite que dans l’ouvrage de De Cortanze. En effet, c’est à travers les thèmes choisis par J.M.G. Le Clézio que nous comprenons la relation qu’il entretient avec l’art et avec ces artistes. Le choix du titre Diego et Frida indique un hommage aux deux célèbres peintres même si la référence à Frida Kahlo n’est pas si évidente. Par ailleurs, les titres qu’il donne aux paragraphes ne concernent pas clairement la dimension artistique mais plutôt les dimensions historique, révolutionnaire et sentimentale. Cependant, cela n’est pas valable pour « Portrait de l’Amérique en Révolution » qui décrit le séjour aux Etats-Unis des deux artistes en utilisant le mot « portrait » comme un jeu de mots, comme s’il s’agissait de décrire un vrai tableau.

30Ainsi, l’art se trouve au cœur du texte de Le Clézio, mais si on voulait approfondir nos connaissances sur le sens des peintures de Frida Kahlo, on devrait plutôt se référer à l’analyse qu’en propose De Cortanze.

 

31En conclusion, nous avons pu montrer les différentes motivations qui ont poussé deux auteurs francophones comme Le Clézio et G. de Cortanze à écrire deux « romans biographiques » sur ce personnage singulier qu’est Frida Kahlo. Dans l’œuvre du premier romancier, ce qui compte principalement est certainement la forte relation qui lie aussi bien l’auteur que le personnage au pays mexicain, à l’histoire et à l’amour envers sa culture et son peuple. Alors que l’aspect le plus important pour De Cortanze est le rapport entre l’auteur même et l’art, et en particulier avec la peinture de Frida. Nous avons aussi remarqué qu’il est difficile de définir exactement le « genre biographique » puisque nous y retrouvons un mélange de formes et de constructions artistiques qui sont différentes de la simple biographie. Comme l’affirme Daniel Madelénat dans son essai La Biographie :

  • 16 Daniel Madelénat, La Biographie, PUF, « Littératures Modernes », Paris 1984, p. 204.

Diversité des formes, succession ou juxtaposition des paradigmes, apories de l’épistémologie, paradoxes de l’esthétique : la biographie semble aussi impossible à définir qu’à pratiquer ; et pourtant, elle vit, animée par l’étrange passion que certains êtres éprouvent pour l’existence d’autres êtres. Reconstruire historiquement et psychologiquement, en un récit intelligible, un personnage réel : telle est la mutation singulière d’une soif de connaissance que satisferaient mieux les sciences de la matière, de la vie, ou même de l’homme, avec leurs champs définis et leurs concepts plus généraux16.

  • 17 Ibid.

32Il ajoute que la biographie est une sorte « d’alchimie de l’esprit », car il est vrai que le biographe doit « s’identifier et rester lui-même, sympathiser et juger, s’oublier et garder consciences de ses préventions : renvoyer ainsi les œuvres majeures, les incidents mineurs, les anecdotes ou les particularités anodines, à un foyer d’où ils émanent, à un caractère qui les explique »17.

  • 18 Alexandre Gefen, Aux frontières de la fiction, « Revue des Sciences Humaines », n.  174 (Août 2006) (...)

33De même, Alexandre Gefen se relie à ce sujet en affirmant l’existence du « panfictionalisme », qui explique que dans l’espace moderne des discours, l’hybridation des pratiques discursives et l’ambivalence des formes ont définitivement brouillé toute frontière18.

34L’écriture de Le Clézio est une écriture ressemblant à un fleuve qui coule rapidement sans interruption, impétueusement, et qui semble froide et détachée, tandis que celle de G. De Cortanze est comme un fleuve qui coule plus lentement en s’arrêtant plusieurs fois dans ses parties les plus profondes. Cela pourrait-il s’expliquer par le fait que cet auteur a eu plus de temps pour réfléchir s’étant aussi inspiré de la biographie écrite par Le Clézio ? Et peut-être en a-t-il analysé les éléments qui l’intéressaient le plus ?

35Sans aucun doute, comme Le Clézio a publié son livre en 1993 et De Cortanze en 2011, ce dernier a eu beaucoup de temps pour penser la manière d’écrire et d’approfondir sa biographie sur Frida Kahlo et Diego Rivera afin qu’elle ne soit pas une imitation de l’œuvre leclézienne. Il existe, certes, une espèce de rapport d’affiliation entre les deux auteurs car les deux biographies se ressemblent par le sujet qu’elles traitent et aussi parce que De Cortanze cite plusieurs fois de Diego et Frida : « Dans un chapitre de son livre Diego et Frida, intitulé Rencontre avec l’ogre, J.M.G. Le Clézio fait la description suivante : « Ce qui frappe tous ceux qui rencontrent Diego, c’est le mélange, l’aspect terrifiant du géant et la douceur du visage, l’éclat mélancolique du regard, la petitesse et la fébrilité des mains. L’homme est une force de la nature, et terriblement séduisant malgré sa laideur » (FK, p. 19).

36De plus, Le Clézio aborde de façon réduite le thème de l’autoportrait tandis que De Cortanze a décidé de lui consacrer de nombreuses pages :

Femme fragile, Frida se pose sans cesse la question de sa féminité. C’est- à-dire de sa puissance de séduction. En somme, elle exprime sa peur de perdre Diego. Dans les autoportraits de la fin des années 1940, la part masculine de Frida est très présente : accentuation de la moustache, exacerbation de l’androgynie, exagération de la virilité des traits. L’exemple le plus frappant étant son Autoportrait avec cheveux défaits. Mais ce n’est pas le seul enseignement que l’on peut tirer de ces autoportraits. Il en est d’autres, comme le caractère très visible de sa détresse ; ainsi dans Diego et moi, qui date de 1949. Au front de Frida, un petit portrait de Diego, celui qui la fait tant souffrir ; le long de ses joues, des larmes qui ruissellent, provoquées par cet homme qu’elle aime d’une passion solitaire (FK, p. 162-163).

37Mais en lisant ces deux textes sur Frida Kahlo, on peut remarquer un deuxième thème sous-jacent d’une grande actualité : le Mexique, un pays symbole de la révolution et foyer d’artistes engagés comme l’étaient justement Frida Kahlo et Diego Rivera. Bien que décédés, ces deux artistes n’ont jamais disparu car ils sont restés indélébiles dans les esprits. La joie de vivre de Frida, malgré ses terribles souffrances, est toujours palpable et son dernier tableau Viva la Vida en est une parfaite illustration.

Notes

1 Gérard de Cortanze, Jean-Marie Gustave Le Clézio : le nomade immobile, Éditions du Chêne, Paris 1999, Gallimard, « Folio », Paris 2002.

2 Alexandre Gefen, Le récit biographique, à la croisée de l’histoire et de la fiction, in Richard Jacquemond (éd.), Histoires et fiction dans les littératures modernes (France, Europe, Monde Arabe). L’écriture de l’histoire. II, L’Harmattan, Paris 2005, p. 60.

3 J.M.G. Le Clézio, Diego et Frida, Gallimard, « Folio », Paris 1993, p. 237. Désormais DF.

4 Alexandre Gefen, Le récit biographique, à la croisée de l’histoire et de la fiction, cit., p. 67.

5 Gérard de Cortanze, Frida Kahlo, La beauté terrible, Albin Michel, Paris 2011, p. 17. Désormais FK pour les citations.

6 Dominique Viart, Bruno Vercier, La littérature française au présent. Héritage, Modernité, Mutations, Chapitre IV, « Fictions biographiques », Bordas, Paris 2005, p. 106.

7 Dernier tableau peint par Frida Kahlo avant de mourir en 1954.

8 Ouvrages de Le Clézio sur le Mexique : Le livre des Fuites, Gallimard, Paris 1969 ; Haï, Les sentiers de la création, Genève 1971 ; Les prophéties du Chilam Balam, Gallimard, « Le Chemin », Paris 1976 ; La Relation de Michoacan, Gallimard, « Tradition», Paris 1984 ; Le Rêve mexicain ou la pensée interrompue, Paris, Gallimard, 1988 ; La Fête chantée, Gallimard, « le Promeneur », Paris 1997 ; Ourania, Gallimard, Paris 2007.

9 La pensée ininterrompue du Mexique dans l’œuvre de Le Clézio, appel à communication de l’Université de Provence et région PACA dans le cadre de l’année du Mexique en France. Organisation d’une quinzaine franco-mexicaine en proposant des manifestations encadrées par des géographes, des historiens, des littéraires et des artistes. C’est dans ce contexte, et avec la collaboration de Cultures France et du Service des Relations Internationales d’Aix-Marseille 1, que le département de lettres de l’Université de Provence a proposé une journée d’études sur le Mexique dans l’œuvre de Le Clézio le Mercredi 19 octobre 2011.

10 Thomas Goubin, Le Clézio : Le plus mexicain des auteurs français, in « LGJ » (Le Grand Journal), 2 décembre 2010. (En ligne), URL : http://www.legrandjournal.com.mx/categorie/la-une/le-clezio-le-plus-mexicain-des-auteurs-francais [lien non disponible. Consulté: 21/09/2017]. Consulté le 14 avril 2014.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Gérard De Cortanze, J.M.G. Le Clézio, Gallimard, « Hors série Littérature », Paris 2009.

14 Dominique Viart, Bruno Vercier, La littérature française au présent, cit., p. 121.

15 José Luis Arraez Llobregat, Autour de J.-M.G.Le Clézio et de l’art, « Anales de Filologia Francesa », n. 8 (1997), p. 16-27.

16 Daniel Madelénat, La Biographie, PUF, « Littératures Modernes », Paris 1984, p. 204.

17 Ibid.

18 Alexandre Gefen, Aux frontières de la fiction, « Revue des Sciences Humaines », n.  174 (Août 2006), p. 19.

Auteur

Università di Genova et Université Nice Sophia Antipolis

© Quodlibet, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540