Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La giostra dei sentimenti

 | 
Matteo Majorano

Redonner leur place aux sentiments

Marie Thérèse Jacquet

Résumé

Les sentiments, matériau essentiel de notre humanité, sont indispensables à la littérature tant en amont qu’en aval, de l’acte créatif à la lecture. En reconnaissant leurs traits actuels même à travers les outils des sciences dures, ils questionnent le littéraire comme « forme nécessaire d’aboutissement du vécu ».

Texte intégral

1Flaubert nous a clarifié, il y a bien longtemps déjà, que c’est une « imbécillité que de vouloir conclure », surtout parce qu’une recherche, si elle a atteint son but, doit certes produire des résultats – et cet ouvrage en est une preuve tangible –, mais elle doit aussi servir à ouvrir des pistes plutôt qu’à en fermer, à planter des jalons et à donner l’envie de continuer, portés que nous devons être par plus de questions que nous n’en avions au départ, vu la complexité du sujet abordé. La littérature française de l’extrême contemporain place sous nos yeux, en permanence, des centaines d’ouvrages qui, chacun à leur manière, tentent de soulever un coin du voile qui incombe sur nos existences. Il nous revient, à nous chercheurs, de sélectionner les textes susceptibles de s’inscrire dans la durée et de les analyser, pour dégager ce en quoi consiste leur apport. Il s’agit d’un travail délicat en prise sur une matière toute bruissante de son actualité.

2Ce que nous pouvons affirmer, c’est tout au moins qu’une étude, pour être réussie, doit avoir une valeur exemplaire, autrement dit constituer un point de non-retour dans la recherche, une étape décisive qui marque nettement qu’il y a un avant et un après. Et ceci se fait d’abord parce qu’a été posée la bonne question. Il n’y a là rien d’évident. Ceci suppose que celui qui la soulève et la formule a été en mesure de regarder autour de lui, d’écouter le monde avec suffisamment de détachement et d’empathie à la fois pour percevoir avec, autant que possible un temps d’avance, quelque modification, quelque pli dans la toile ou, apparemment, tout simplement, découvrir que jusqu’à ce jour nous avions négligé une partie de notre réalité. Et je crois qu’en ce sens le porteur de ce projet de recherche, Matteo Majorano a su, comme cela lui arrive souvent, mettre en évidence une caractéristique essentielle de nos vies et donc de la littérature. À partir de ce surlignement, le décryptage devient tout d’un coup plus aisé.

3De fait, si chacun de nous commence alors à regarder autour de lui, selon cette clef, il constate qu’en effet, les sentiments contribuent à la ronde du monde.

4En fait, c’est tout un climat que l’on respire – la politique met en son centre celle du « care » ; la religion voit dans le pape actuel un défenseur convaincu des sentiments (« Ne pas avoir peur de la tendresse ») – jusqu’à la New Sincerity, apparue comme stricte critique musicale dans les années 80 qui renaît de ses cendres en 2006 impulsée par le présentateur Jesse Thorn et lance une campagne de refus du cynisme et du sarcasme, invitant à connaître le monde en valorisant les sentiments, dont la compassion. Les social networks eux-mêmes les exaltent, en particulier Twitter. Dans ses limites spatiales extrêmes, un tweet met à nu son auteur et, à travers sa concentration même, lance indubitablement une émotion.

5La vulgarisation scientifique y a aussi mis du sien si, d’une part, on va jusqu’à disposer d’une série américaine à succès – Lie to me – qui utilise, pour percer à jour les criminels, le décryptage des sentiments tels qu’ils sont transmis, jusqu’à son insu, par le corps dans le sens le plus ample du terme et d’autre part, des philosophes, des psychologues, des cognitivistes de renom – et ce en France comme en Italie, de Alain Finkielkraut, Michel Onfray, André Comte-Sponville à Remo Bodei, Michela Marzano – invitent, au cours de rencontres, colloques, assises, et dans des livres, à écouter, à suivre nos sentiments, fournissant un cautionnement non négligeable qui fait exploser l’intérêt général. L’air du temps a globalement changé : la science qui avait tendance, depuis des décennies déjà, à devenir la nouvelle religion, se fait, d’un seul coup, protagoniste d’une récupération, mieux d’une valorisation des sentiments.

  • 1 Jérémie Rifkin, Une nouvelle conscience pour un monde un crise. Vers une civilisation de l’empathi (...)
  • 2 Adolfo Ceretti, Roberto Cornelli, Oltre la paura. Cinque riflessioni su criminalità, società e pol (...)

6De fait, peu à peu, là même où l’on cherchait la scientificité, la rationalité voici que l’on trouve aussi les sentiments – on cherchait l’économie et on trouve Jérémie Rifkin et son ouvrage Vers une civilisation de l’empathie1 où l’auteur croise le développement des sociétés et celui de l’empathie ; on constate que la médecine va se construisant aussi et de plus en plus comme médecine narrative et jusqu’aux professeurs de criminologie de l’Université de Milano-Bicocca qui enquêtent très doctement et nous livrent leur Oltre la paura. Cinque riflessioni su criminalità, società e politica2. Le lecteur découvre alors que la peur semble la main invisible qui guide la société, détermine les rapports humains et les comportements aussi bien des individus que des groupes au point de parvenir à infléchir jusqu’au droit qui devrait être par excellence le terrain d’application de la rationalité.

  • 3 Daniel C. Dennett, La Conscience expliquée, traduit par Pascal Engel, Odile Jacob, Paris 1993 ; Da (...)
  • 4 Joseph Le Doux, The Emotional Brain : The Mysterious Underpinnings of Emotional Life, Simon & Schu (...)
  • 5 Antonio R. Damasio, Le Sentiment même de soi : corps, émotions, conscience, Odile Jacob, Paris 199 (...)

7De fait, quelque chose s’est effectivement passé. Les neurosciences sont en effet passées par là et ont été amenées à donner leur vraie valeur, leur vrai rôle et leur vraie place aux sentiments dans le fonctionnement des êtres humains. Les travaux d’un Dennett3, d’un Le Doux4, d’un Damasio5 ont démontré que nous sommes d’abord des corps, des êtres concrets, réels, faits de matière avant tout et que ce corps réagit sans cesse au monde, interagit avec le monde et traduit les effets de cette interaction par des émotions, autrement dit des réactions immédiates, spontanées, non contrôlées, mais extériorisées, qui ne sont pas autre chose que les traces fort utiles de nos instincts primordiaux et qu’elles visent avant tout à nous aider à vivre en nous permettant de nous conserver et de nous adapter. Nous avons appris que ces émotions sont transformées en sentiments, deviennent des sentiments – différentes catégories ont été proposées jusque dans leurs variantes – à partir du moment où entre en jeu notre conscience, autrement dit, cette forme d’organisation supérieure que nous garantissent en permanence nos neurones. La science a fait entrer dans le patrimoine culturel des sociétés cultivées que « des » sentiments s’interposent constamment entre la réalité et nous, qu’il est impossible d’entrer en contact avec la réalité en dehors d’eux, tout comme il nous est impossible d’arrêter de penser, d’empêcher notre esprit de passer d’un sujet à l’autre, sans logique, sans temporalité, sans mots, faisant de la concentration sur un seul sujet, un exercice exigeant. Les sentiments se révèlent primordiaux, largement universels et sans doute notre part la plus humaine, peut-être même en ce que, malgré tout, la moins contrôlable, la moins uniforme dans son universalité, la plus nuancée, changeante, complexe, éphémère. Leur rôle est donc déterminant à chaque instant de nos vies et ce, autant – si ce n’est plus au départ – que notre intelligence, notre rationalité, l’ensemble de nos capacités cérébrales.

8Tout ce contexte apparaît comme non négligeable. Car il a changé le regard qui était posé sur les sentiments souvent relégués à des domaines bien précis dont la littérature et au sein de cette écriture particulière, les sentiments avaient fréquemment un peu de mal à tracer leur route, souvent ombragés par un grand public qui faisait justement des seuls sentiments son instrument par excellence – le succès étant garanti en terme de vente – mais offrait une image essentiellement superficielle, réductive et répétitive de nos psychologies, en particulier dans le domaine amoureux. Ce n’est pas pour rien qu’on a pu la qualifier de « produit de consommation ». On ne saurait donc désormais remettre en cause voire négliger le rôle déterminant que les émotions et, par voie de conséquence, les sentiments jouent dans chacun de nos comportements, dans chacune de nos décisions, et ce autant – si ce n’est plus, au départ – que notre intelligence, notre rationalité, l’ensemble de nos capacités cérébrales. Nous avons dû comprendre et admettre que les sentiments, nécessairement liés, reliés au corps autant qu’à la pensée, constituent un maillon indispensable de la chaîne d’interactions qui nous constituent.

  • 6 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Seuil, Paris 1999.

9La littérature à laquelle nous nous intéressons, cette République mondiale des Lettres6 qui ne cesse de nous nourrir, d’emblée et donc depuis des millénaires, a comme sujet d’élection les sentiments, il suffirait de reprendre le Gilgamesh ou le Mahābhārata pour en avoir la mesure. Elle ne les a certes pas inventés, mais elle les a nommés, décrits, célébrés, elle nous a familiarisés avec eux, elle nous a donné conscience de leur existence et, sans aucun doute, a contribué à les développer, à les valoriser en chacun de ses lecteurs. Et, d’ailleurs, c’est bien pour cette raison aussi que nous nous reconnaissons dans ces œuvres d’autrefois et que nous continuons à les lire.

10Et c’est probablement un « défaut » de lecture, une orientation historique de notre lecture de la littérature, une obéissance trop diligente à un positionnement théorique qui nous a rendus aveugles, certaines fois, à la présence des sentiments. D’ailleurs jusqu’à un certain point : La Jalousie de Robbe-Grillet à elle seule en témoigne, paradoxalement, dès son titre.

11De fait, la littérature ne saurait se passer des sentiments, qu’elle les épingle directement, qu’elle fasse appel aux figures de rhétorique, aux ressources de constructions en échos ou en opposition, ou à tant d’autres élaborations plus complexes qui se font la marque d’un style, comme l’a illustré I. Jarry. Pourquoi ? Sans doute pouvons-nous désormais considérer comme acquis que ce que nous appelons littérature n’est pas autre chose que « l’institutionnalisation » de la réponse que certains, plus curieux peut-être que d’autres, donnent pour tous à ce besoin qui est le nôtre de nous raconter des histoires pour nous expliquer nos vies et pas seulement. Nous passons en effet notre existence à réorganiser notre passé et à tenter d’organiser notre futur (les scientifiques ont démontré que chacun de nous pense à peu près seize fois par jour à son avenir !), et pour ce faire, nous mettons à contribution notre imagination et notre mémoire. De fait, nous apprenons la vie par imitation ou par rejet, par dissociation – et c’est bien là ce que nous permet aussi la littérature – tout comme elle nous consent – ce qui est tout aussi important – de vivre un nombre quasiment infini d’existences, potentialisant notre propre capital de vie. Et la littérature le fait en racontant des histoires – dont a besoin autant celui qui les écrits que celui qui les lit.

12J’en veux pour preuve qu’il y a eu toute une période où le public a largement abandonné la littérature. Ne l’avait-on pas alors stérilisée, la détachant de sa vocation, l’éloignant de sa vocation ?

13Or, qu’est-ce qu’une histoire pour l’écriture littéraire, sinon un morceau de vie enfermé dans des mots, la mise en écriture de quelques clones où nous reconnaître et qui nous montrent des variétés d’inscription dans le monde, avec leurs corps, leurs émotions, leurs sentiments, leurs moyens intellectuels et leurs actes ? Tel est bien le matériau de la littérature, notre humanité, ce qui fait de chacun de nous se révèle à la fois un être unique et un individu qui n’existe que par les autres.

  • 7 Giacomo Rizzolatti, Corrado Sinigaglia, So quel che fai. Il cervello che agisce e i neuroni specch (...)
  • 8 Vittorio Gallese, Maxim I. Stamenov, Mirror Neurons and the Evolution of Brain and Language, John (...)

14En fait, les sentiments sont indispensables à la littérature en amont, au moment où elle s’écrit, nous l’avons dit, parce que celle-ci nous raconte – sous mille formes possibles – mais ils lui sont tout aussi indispensables en aval. En effet, celle-ci n’est pleinement elle-même que lorsqu’elle se réalise dans l’acte de lecture. Or, celui-ci opère en me faisant vivre – pleinement encore que virtuellement – ce dont est porteuse l’écriture. Car il y a de fait un authentique vécu de la littérature dans l’acte de lecture. Et les travaux menés à l’Université de Parme par Rizzolatti7 puis Gallese8 ont mis en évidence que la lecture est un processus neuro-physique qui se réalise aussi à travers l’activation des fameux neurones-miroirs qui nous dotent de la capacité d’incorporer, au sens strict du terme, d’assimiler, de faire sien l’état d’autrui. Et cette aptitude innée fonctionne jusque dans l’acte de lecture, permettant alors au lecteur de se mettre dans les conditions de vivre, jusque dans son corps mais avec une inhibition gestuelle, ce qui a été décrypté à travers cette « simulation incarnée ».

15Dans une connivence le plus souvent totale, auteur et lecteur vont alors croiser leurs mémoires et leurs imaginations – ce qui n’est pas bien difficile puisque elles empruntent, toutes deux, le même canal neuronal, mais se révèle déterminant car cela explique que notre mémoire est largement fictive, si largement fictive que, s’appuyant sur la prégnance même de notre vécu dans/par la lecture, par le biais justement des sentiments, nous allons, sans en avoir, le plus souvent, pleinement conscience, élargir notre album de famille de manière totalement paradoxale et irréversible, accueillant quasiment au même titre, avec la même familiarité, aussi bien un membre très proche de notre famille ou notre collègue de bureau que le héros mythique qui a traversé les millénaires ou le Marcel de La Recherche, modifiant, incurvant jusqu’aux modèles imposés par la société, la famille, la religion, la politique.

16Si, en conséquence, certaines questions comme celle de la scission entre réalité et fiction ou celle de la vérité se révèlent toutes relatives, on est donc amené à espérer que la littérature puisse prendre plus facilement son envol et échapper – tout en le conservant – à un univers bien délimité.

17L’écriture met à la disposition de la littérature ses moyens propres qui servent particulièrement bien les sentiments. Elle joue de sa lenteur, de sa sélectivité dans les enchaînements et donc de la force de la focalisation dans le récit. Mais surtout, elle a pour elle le caractère singulier de sa réception, elle donne en effet un pouvoir considérable au lecteur : l’écriture est un procédé artistique qui n’impose pas le texte. L’impact de l’écriture littéraire est plus insidieux, celle-ci se propose comme une expérience apparemment plus programmé – les mots sont ceux-là – mais aussi plus intime et plus libre dans cette intimité : le lecteur investit les mots avec son propre imaginaire, sa propre mémoire, le bagage qu’il s’est constitué dans sa langue à lui. Cet écho personnalisé constitue une médiation plus douce pour un vécu plus profond. Et les sentiments en littérature sont essentiels – vu notre manière de fonctionner – pour transformer l’écriture en vécu, pour donner de l’épaisseur à ce vécu, pour en faire une véritable vie par procuration.

18À la différence par exemple de la photo, du film, des expositions de tableaux ou de sculptures, d’une utilisation plus difficilement personnalisable (ces objets sont leur contenu et se donnent au visiteur sans médiation), le lecteur choisit de continuer, de suspendre, de reprendre.

19Pensons à ce que cette possibilité permet pour certains textes retenus difficiles ou bouleversants, car le domaine de compétence de la littérature reste celui du tout ; tout ce qui est dit, pensé, vécu, imaginé ne serait-ce que par un seul homme relève du patrimoine de tous les hommes, mis à part les pathologies à dénoncer clairement comme telles. Cette production tout humaine a, je crois, le droit, et sans doute le devoir, de nous faire vivre, si nous le souhaitons, jusqu’aux sentiments qui sont ou que nous souhaitons, les plus éloignés de nous – ces sentiments noirs, troubles, peu confessables mais qui sont humains et dont, en tant que tels justement, il nous faut reconnaître l’existence, et elle le pourra justement parce que nous sommes dans la fiction, alibi essentiel et constructif par excellence.

20Par la littérature, nous avons compris qu’il n’y a pas de bons ou de mauvais sentiments, mais que l’humanité est mue par « des » sentiments qu’il conviendrait sans doute de définir plus opportunément dans un cadre d’une extrême relativité car nous avons aussi compris qu’il ne saurait exister d’absolu dans ce domaine. À la littérature revient, de manière primordiale et privilégiée, de chercher à dire ces sentiments que nous ne comprenons pas. De même qu’en astrophysique, les 98% de matière noire qui se font énergie noire et, dont nous ignorons tout si ce n’est qu’ils existent, meuvent l’univers, on peut dire que 98% de non-dit et de non-compris constitue la matière noire de la littérature, son énergie noire et c’est bien là qu’elle puise toute sa richesse.

  • 9 Philippe Forest, L’Enfant éternel, Gallimard, Paris 1997.
  • 10 Philippe Adam, Les centenaires, Verticales, Paris 2010.
  • 11 Mathieu Riboulet, Avec Bastien, Verdier, Lagrasse 2010.
  • 12 Jeanne Benameur, Les Demeurées, Gallimard, Paris 2002.

21C’est bien de ce puits sans fond qu’émergent les thématiques nouvelles : de la souffrance des pères orphelins dont témoignent un Ph. Forest9 au désert de la vieillesse parcouru avec Ph. Adam10, d’une certaine sauvagerie de l’homosexualité affrontée chez M. Riboulet11 à la confrontation avec la maladie, en particulier la maladie mentale comme chez J. Benameur12.

  • 13 Lionel Duroy, Vertiges, Julliard, Paris 2013.

22C’est bien en fouillant cette zone pleine d’indéfinissables que l’écriture se réapproprie les mille apparents ressassements du discours amoureux pour tenter de démonter les étranges mécanismes qui se mettent en acte lorsque nous tombons amoureux, par exemple. Quand un Lionel Duroy écrit Vertiges13, il se passe effectivement quelque chose. À travers la transposition très marquée sentimentalement de son expérience personnelle, il fait « sainement » vivre – ou revivre ou éviter de vivre –, la construction fantasmée qui s’élabore alors sur la personne aimée jusqu’à la fin du malentendu.

23Maints romans élaborent, par ailleurs, des faits de société qui émergent progressivement, soulignant, par exemple, la recherche obsessive d’une authenticité que je dirais narcissique, d’une volonté de légitimation de nos désirs et de nos pulsions, un passage de l’homme rationnel aux tribus émotives, dans une société qui peine à gérer l’affectivité, et l’inflation des amours qui risque d’en détruire l’identité même.

  • 14 Jean Hatzfeld, Une saison de machette, Seuil, Paris 2003.
  • 15 Jonathan Littell, Les Bienveillantes, Gallimard, Paris 2006.
  • 16 Richard Millet, La Confession négative, Gallimard, Paris 2009.
  • 17 Delphine Coulin, Voir du pays, Grasset, Paris 2013.

24Portée par les sentiments, la littérature se livre à des creusements audacieux, douloureux mais indispensables. Citons seulement l’effroyable énigme qui gît dans la phrase « J’ai tué » dans un contexte de guerre. D’un Jean Haztfeld14 porté par son vécu de la guerre du Rwanda qui ouvre nettement les portes de cet enfer mais s’arrête au bord dans son évocation de la figure du bourreau, dans l’impossibilité d’aller plus avant, à un Littell15 qui a besoin de faire recours à la folie, à la monstruosité d’un personnage pour pouvoir nous entraîner dans l’insoutenable univers nazi. D’un Millet16 qui procède à une analyse méticuleuse, pointue des sentiments du guerrier dans l’instant où il tue son ennemi, s’approchant toujours plus près de ce point de non-retour jusqu’au vertige, le sien et le nôtre, qui s’affiche dans la totale a-moralité du geste à Voir du pays, de Delphine Coulin17 qui cherche à dire la guerre au féminin, à raconter la femme créée pour donner la vie confrontée à son arrachement, à donner à voir comment la guerre fabrique sans aucun doute des soldats mais aussi des tueurs.

25La littérature qui cueille, qui se saisit des sentiments, démontre, avant toute étude, que ceux-ci changent au fil du temps et ce faisant, elle nous donne le pouls de la société : la honte, par exemple, se manifeste comme un phénomène historique, de son surgissement suite au manque de respect des règles morales qui est devenue un phénomène plus largement autoréférentiel, momentané, superficiel. C’est l’expression d’une fragmentation sociale et l’effondrement de valeurs partagées, dans une société qui fait semblant de jouer la carte de l’égalité, par exemple. On peut désormais “avoir honte d’être pauvre” !

26La littérature est un cheminement ; jamais immobile, à tout instant, elle rencontre, ici et là, des hommes et des femmes prêts à la faire rebondir, autrement dit, nécessiteux d’affronter les énigmes de toujours à partager avec les lecteurs.

27Car mettre dans des mots, installer dans le suivi d’une phrase, dérouler dans une histoire, bref raconter, c’est tout autre chose que vivre des faits. Je crois que la littérature est une forme d’aboutissement d’un vécu. J’ajouterais que la littérature, surtout la littérature des sentiments, est une forme nécessaire d’aboutissement du vécu.

28Certes, il ne s’agit pas non plus de laisser cours à un débordement, ne voyant plus que des sentiments partout. Récemment, à un de ces congrès qui célébraient justement les sentiments, une psychologue de renom a pu affirmer : « Je suis la force de mes sentiments ». L’écho en chaque lecteur du patrimoine littéraire français est immédiat. Certes, comme cela arrive souvent, l’excès prend le pas pour tenter de redonner du terrain à une notion improprement marginalisée, voire dévaluée jusque dans la littérature. Il est bon que nous apprenions à tirer parti de toutes les possibilités d’approche du monde qui sont les nôtres. Ne refaisons pas à l’inverse l’erreur de Descartes. Montrons que nous avons compris quelque chose à nos vies en multipliant les formes de connaissance entre les “sciences dures” et les “sciences molles”.

Notes

1 Jérémie Rifkin, Une nouvelle conscience pour un monde un crise. Vers une civilisation de l’empathie, traduit par Françoise et Paule Chemla, Actes Sud, Arles 2012.

2 Adolfo Ceretti, Roberto Cornelli, Oltre la paura. Cinque riflessioni su criminalità, società e politica, Feltrinelli, Milano 2013.

3 Daniel C. Dennett, La Conscience expliquée, traduit par Pascal Engel, Odile Jacob, Paris 1993 ; Daniel C. Dennett, Dove nascono le idee, traduit par Francesca Garofoli, Di Renzo Editore, Roma 2006 ; Maxwell Bennett, Daniel C. Dennett, Peter Hacker, John Searle, Neuroscience and Philosophy : Brain, Mind and Language, Columbia University Press, New York 2007.

4 Joseph Le Doux, The Emotional Brain : The Mysterious Underpinnings of Emotional Life, Simon & Schuster, New York 1996 ; Joseph Le Doux, Synaptic Self : How Our Brains Become Who We Are, Penguin Putnam, New York 2002.

5 Antonio R. Damasio, Le Sentiment même de soi : corps, émotions, conscience, Odile Jacob, Paris 1999 ; Antonio R. Damasio, Spinoza avait raison : joie et tristesse, le cerveau des émotions, Odile Jacob, Paris 2003 ; Antonio R. Damasio, L’autre moi-même - Les nouvelles cartes du cerveau, de la conscience et des émotions, Odile Jacob, Paris 2010.

6 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Seuil, Paris 1999.

7 Giacomo Rizzolatti, Corrado Sinigaglia, So quel che fai. Il cervello che agisce e i neuroni specchio, Raffaello Cortina, Milano 2006 ; Giacomo Rizzolatti, Lisa Vozza, Nella mente degli altri. Neuroni specchio e comportamento sociale, Zanichelli, Bologna 2007.

8 Vittorio Gallese, Maxim I. Stamenov, Mirror Neurons and the Evolution of Brain and Language, John Benjamins Publishing Co., Amsterdam 2002 ; Vittorio Gallese, Mirror neurons and the social nature of language : The neural exploitation hypothesis, Social Neuroscience, n. 3 (2008), p. 317-333.

9 Philippe Forest, L’Enfant éternel, Gallimard, Paris 1997.

10 Philippe Adam, Les centenaires, Verticales, Paris 2010.

11 Mathieu Riboulet, Avec Bastien, Verdier, Lagrasse 2010.

12 Jeanne Benameur, Les Demeurées, Gallimard, Paris 2002.

13 Lionel Duroy, Vertiges, Julliard, Paris 2013.

14 Jean Hatzfeld, Une saison de machette, Seuil, Paris 2003.

15 Jonathan Littell, Les Bienveillantes, Gallimard, Paris 2006.

16 Richard Millet, La Confession négative, Gallimard, Paris 2009.

17 Delphine Coulin, Voir du pays, Grasset, Paris 2013.

© Quodlibet, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540