Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français contemporain face à l’Histoire

 | 
Gianfranco Rubino
, 
Dominique Viart

Écrire les guerres et la décolonisation

Je et les autres. Le sujet français dans la guerre d’Algérie

Valerio Cordiner

Résumé

La communication se propose d’analyser le traitement du sujet dans cinq récits français contemporains portant sur la guerre d’Algérie, à notre sens représentatifs des tendances courantes (quatre romans : Francis Zamponi, Mon Colonel, Arles, Actes Sud, 1999 ; Jean Debernard, Simples soldats, Arles, Actes Sud, 2001 ; François Bourgeat, La Nuit Algérie, Paris, Mercure de France, 2004 ; Alexis Jenni, L’Art français de la guerre, Paris, Gallimard, 2011 ; et une nouvelle longue : Didier Daeninckx, Corvée de bois, Liber Niger/Les 400 coups, 2002). En particulier on s’attachera à étudier les réactions émotives de ces individus, le plus souvent des « sous-offs » engagés dans le contingent voire dans les troupes de choc, par rapport aux communautés organisées (Armée française, ALN, civils algériens, pieds-noirs) auxquelles ils se trouvent confrontés au cours des affrontements.

Texte intégral

Dans la mêlée ouverte,
c’est comme dans les enterrements :
toute la famille doit être là.
Gén. Georges Buis

  • 1 Voir à ce sujet les essais remarquables de Daniel Lindenberg, Le rappel à l’ordre. Enquête sur les (...)

1Attendu que l’homme est constitutivement Ζωόν πολιτικόν, animal social qui se singularise et s’épanouit en tant qu’espèce dans la seule dimension collective, son développement biologique ne s’accomplit que dans et par le “Nous”, sujet pluriel dont les contours se retracent en principe par rapport à une extériorité – “Ils”, “Eux” – qui, de la nature adverse des origines au capital exploiteur de l’âge moderne, est toujours conçue en termes d’antagonisme. L’arrêt de cette marche communautaire en avant semble être le but poursuivi par des maîtres penseurs fort à la mode qui – bien avant la déroute de 1989 – ont prôné de concert et sans doute sur commande le repliement en bon ordre de l’individu vers son for intérieur et parfois même ombilical1, à travers les démarches les plus disparates : hédonisme, agnosticisme, fédéralisme, décroissance, etc., c.-à-d. autant d’avatars de ce fameux esprit de jouissance qui, aujourd’hui comme hier, est la prérogative des seules élites improductives, aux dépens des travailleurs et pour la ruine des états.

  • 2 Nous renvoyons à ce propos aux considérations formulées par Catherine Milkovitch Rioux dans l’Avant (...)

2Cette mouvance régressive s’est réalisée, dans l’espace littéraire, par le retour massif et obsédant du sujet, un fétiche, un poncif, une marotte qui revient à tout instant et souvent mal à propos ; si bien qu’on le retrouve même dans le domaine privilégié du registre épique et de l’énonciation plurielle : le roman de guerre. J’en veux pour preuve les nombreuses fictions consacrées, ces dernières années, à la guerre d’Algérie2.

  • 3 Cf. l’essai juvénile de Pierre Bourdieu, Sociologie d’Algérie, PUF, Paris 1958.
  • 4 Voir, au sujet de la polarisation des communautés éthniques : Dalila Aït-el-Djoudi, La Guerre d’Alg (...)

3Vu qu’il s’agit de récits expressément référentiels, bâtis et agencés à partir d’événements établis – en l’occurrence ceux d’Algérie – dont on mentionne à chaque pas lieux, dates et personnages réels, chacun conviendra de la nécessité de poser au préalable les données de la question au niveau historique. Presque 130 ans de colonisation de peuplement sans arbitrage gouvernemental, ce qui revient à dire de spoliation systématique et de développement inégal3, ayant creusé entre les communautés française et musulmane un fossé que mai 45 ne sut remplir que de sang et de cadavres, la situation algérienne à la veille de la Toussaint rouge est caractérisée par une extrême polarisation sociale appuyée sur un racisme constitutif. Les violences comparables (tortures et ratissages d’un côté, attentats et mutilations de l’autre) d’une guerre pourtant asymétrique vont davantage ressouder, par réaction émotionnelle, les communautés ethniques derrière leurs propres représentants et, par conséquent, dans leur haine à l’encontre de la partie adverse4. L’exacerbation de l’affrontement, faute d’issues praticables de compromis, dicte ainsi la radicalisation des options politiques, jusqu’au dénouement obligé de ce conflit à plus d’un titre civil, consistant – on le sait – en l’exode massif des ressortissants français de l’Algérie enfin indépendante.

  • 5 Au sujet de l’Islam moniste pratiqué par les Algériens, voir Omar Carlier, Violence(s), in La Guerr (...)
  • 6 Au sujet du “jacobinisme” arabo-musulman du FLN, nous renvoyons à Guy Pervillé, Pour une histoire d (...)
  • 7 À propos de la direction collégiale, version algérienne du centralisme démocratique léninien et sta (...)
  • 8 Quant à l’adoption de la stratégie militaire maoïste de la part de l’Armée de libération nationale, (...)
  • 9 Au sujet du refus des autorités françaises d’entamer, avant le retour du Général, des discussions a (...)
  • 10 En témoignent les sondages successifs recensés par Jean-Charles Jauffret, Soldats en Algérie (1945- (...)
  • 11 À propos de la hantise du binôme cercueil-valise poussant les Pieds-noirs à s’opposer à toute conce (...)
  • 12 Au sujet de la doctrine Lacheroy, voir entre autres Diane Sambron, Femmes musulmanes. Guerre d’Algé (...)
  • 13 Pour ce qui est de la machine de guerre (dont le plan Challe est la réalisation la plus accomplie) (...)

4Du côté algérien, une sorte de “totalitarisme mou”, éclectique à souhait mais identitaire, unanimiste et notamment exclusif, se constitue en s’appuyant sur quatre piliers : Islam moniste comme idéologie de combat5; jacobinisme centralisateur comme doctrine de l’État6; collectivisme autoritaire comme discipline de parti7; guérilla maoïste comme technique militaire8. Du côté français, vu que le gouvernement est décidé à étouffer manu militari la rébellion9, que l’opinion métropolitaine quoique nullement acquise aux thèses indépendantistes se désintéresse de plus en plus aux destinées de l’Algérie10 et que, de sa part, la communauté pied-noire se refuse à toute réforme du statu quo colonial11, carte blanche est donnée à l’Armée, dont les sentiments de revanche, à la suite des échecs de juin 40 et de Dien Bien Phu, se traduisent en pratique, sous couvert des instructions des Ves Bureaux12, en la mise en œuvre d’un rouleau compresseur visant le dessèchement de l’eau populaire autour du poisson insurrectionnel13. “Engrenage de la violence”, l’a-t-on appelé non sans lyrisme, son nom véritable étant logique inflexible de l’histoire.

  • 14 Francis Zamponi, Mon Colonel, Actes Sud, Arles 1999.
  • 15 Jean Debernard, Simples soldats, Actes Sud, Arles 2001.
  • 16 Didier Daeninckx, Corvée de bois, illustrations de Tignous, Éditions les 400 coups, « Liber Niger » (...)
  • 17 François Bourgeat, La Nuit Algérie, Mercure de France, Paris 2004.
  • 18  Alexis Jenni, L’Art français de la guerre, Gallimard, Paris 2011.

5Ceux-ci étant, en gros, les termes objectifs de la question, voyons maintenant leur traitement dans cinq fictions narratives – quatre roman et une nouvelle longue s’échelonnant de 1999 à 2011 – réputées comme représentatives de l’ambiance littéraire actuelle : Mon Colonel de François Zamponi14, Simples soldats de Jean Debernard15, Corvée de bois de Didier Daeninckx16, La Nuit Algérie de François Bourgeat17, L’Art français de la guerre d’Alexis Jenni18.

 

6Mon Colonel est un noir en forme épistolaire portant sur le meurtre d’un ancien officier d’active ayant servi dans la région de Constantine.

  • 19 Ces mêmes instances se retrouvent, presque à la lettre, dans le rapport Wuillaume de 1955 (cf. Jean (...)

7Le sujet de l’énonciation est le sous-lieutenant Rossi, un étudiant en droit inscrit à l’UNEF ayant décidé, à la suite d’un déboire sentimental, de s’engager dans le contingent d’Algérie pour constater de ses propres yeux la situation et plus probablement pour changer d’air. Son deutéragoniste est le colonel Duplan, ancien résistant, volontaire en Indochine et futur dirigeant OAS, qui, féru des théories de la guerre contre-révolutionnaire et sous prétexte d’obligations morales assez discutables, exige de faire la guerre et d’administrer la justice dans son territoire entièrement à sa manière, ainsi qu’un seigneur féodal le ferait dans son domaine. Aussi, la torture infligée et la mort donnée aux insurgés ne seront-elles plus honteuses et appliquées en cachette, mais bien publiques et légalisées19. Pour ce faire, il envisage de se servir des Pouvoirs spéciaux accordés par le vote presque unanime de mars 56, en s’appuyant sur l’assistance légale de son nouveau sous-lieutenant à la formation juridique. En réalité, il n’en sera rien, faute justement d’une collaboration efficace de la part de ce dernier, incapable par tiédeur et irrésolution de suivre son chef jusqu’au bout de la nuit.

8Quant à Rossi, une étrangeté irréductible ne se borne pas à en compromettre les rapports avec son supérieur dont il ne partage pas les mobiles, ni n’approuve les méthodes. Ce jeune homme cultivé et sensible n’arrive pas, de surcroît, à s’intégrer aux copains, et notamment à l’équipe des sous-offs brutaux et expéditifs, pacifiant la région aux ordres de Duplan. Autant lointains et indifférents lui restent aussi et les représentants des institutions, qui, tout en feignant de se froisser, acquiescent de bon gré aux exactions de Duplan, et l’arrière, se réduisant somme toute à ce père silencieux et hautain à qui il écrit des lettres, mais sans oser les lui envoyer. Un maximum d’étrangeté l’oppose d’ailleurs à ces Autres par excellence qui sont : les civils algériens, toujours muets, méfiants et même hostiles à son encontre ; les djounouds de l’ALN, dont il désavoue la violence aveugle et l’absence de tout programme politique ; les quelques Français engagés aux côtés de l’ennemi, à qui il conteste la connivence ostentatoire aux pires excès de la rébellion.

9Finalement il reste seul et il en meurt, tué sur l’ordre du colonel, désappointé par sa pusillanimité au cours d’un procès exemplaire contre des suspects de terrorisme, et trahi par son unique “ami” l’instituteur pro-FLN, qui en a passé déloyalement les confidences à la guérilla. À y regarder de plus près, la cause première de sa mort réside en réalité dans son incapacité à s’assimiler à aucun des fronts en lutte, dont il n’est pas à même de partager les certitudes, les espoirs et moins encore l’énergie, le courage et le dévouement à la cause ; si bien que, tout compte fait, sa subjectivité, à vrai dire si peu agissante, se réduit en entier à la peur et à la tiédeur le condamnant forcément à l’isolement et à l’inertie.

 

10Simples soldats est l’œuvre d’un vétéran d’Algérie. Il s’agit d’un roman de moyenne étendue dont l’histoire, linéaire et agréable au début, par la suite s’embrouille et se gâte à cause d’un excès de condescendance à l’exotisme de l’horreur coutumier des fictions de guerre algériennes.

11Le sujet du récit – rédigé de manière plus traditionnelle à la troisième personne – est un jeune sous-lieutenant de source paysanne, ancien élève de philosophie en Sorbonne, envoyé en Kroumirie à la tête d’une section de rappelés eux aussi d’origine rurale. Il s’appelle Enne – et non pas Haine – nomen omen qui en fait une sorte de spécimen du conscrit en guerre d’Algérie. La seule motivation qui le pousse à se battre est un abstrait devoir de citoyenneté lui enjoignant d’accomplir honnêtement la mission reçue, mais sans jamais manquer aux enseignements de ses maîtres, Aristote sur tous.

12Un “Nous”, plus réactionnel qu’identitaire, s’agrège dans la troupe autour du désintérêt pour une guerre qui ne les concerne pas et du désir de rentrer sains et saufs au village. Enne essaye d’étoffer cet esprit de groupe au moyen de petites expériences de socialisation : l’élevage d’animaux domestiques et la scolarisation des enfants berbères des alentours. À cause de la contrariété farouche des partis en lutte – l’ALN et l’Armée sur pied d’égalité – ces deux projets échouent péniblement. C’est la guerre qui veut ça, semble nous dire le narrateur, tout effort de rapprocher les communautés étant de sa faute strictement interdit. En dehors du microcosme fermé de la section, l’univers de l’altérité prend plusieurs visages : les civils musulmans qui, nullement francisés, affichent toujours une méfiance teintée d’hostilité à l’endroit des militaires, alors qu’ils fraternisent et sans doute collaborent avec les moudjahiddines ; ces derniers, qui, invisibles, féroces et résolument opposés à toute médiation, ne se font voir qu’au moment des attentats et ne communiquent que par l’intermédiaire de mutilations faciales et sexuelles à la valeur éminemment symbolique ; les institutions qui, après les avoir arrachés à leur vie tranquille, ont envoyé les rappelés au combat sans se soucier aucunement de leur sort ; les commandos de choc, des professionnels du carnage sur grande échelle, qui rivalisent de sadisme avec leurs homologues algériens.

13En définitive, face au boycottage systématique, de la part des tortionnaires en uniforme et des égorgeurs pour la juste cause, de toute tentative de détente entreprise par Enne, ce sera justement la terreur généralisée à faire l’unité dans le contingent par le lynchage nocturne d’un berger comme représailles à la suite d’une embuscade meurtrière de l’ALN. Vis-à-vis du spectacle affreux de la violence accomplie par ses paisibles villageois sur le corps d’un innocent, le lieutenant Enne sera contraint de replier sur sa propre intimité souffrante, cette fois-ci sans même plus le réconfort de la philosophie, les pages d’Aristote lui ayant servi, faute de mieux, pour s’essuyer la bouche des vomissures.

  • 20 Gianfranco Rubino, Lire Didier Daeninckx, A. Colin, Paris 2009, p. 131.
  • 21 Gianfranco Rubino le définit à juste titre un « développement relativement étendu [qui] s’éloigne d (...)

14L’« involution morale »20 et, dirait-on, la régression biologique du sujet vers son état animal est aussi la matière de Corvée de bois, récit d’une vie en forme de nouvelle longue, voire d’abrégé de roman21 et même, à certains égards, de pamphlet de propagande anti-militariste.

  • 22 Georges Buis, Les Fanfares perdues, Entretiens avec Jean Lacouture, Seuil, Paris 1975, p. 66.

15Le sujet de l’énonciation est un universitaire quelconque envoyé se battre en Algérie parmi les paras coloniaux à la suite d’une bagarre nocturne à la sortie d’un concert. Contre lui se dresse, inquiétante, la violence multiforme des Autres : celle, purement psychologique, des civils algériens, que par ailleurs il ne s’efforce point de comprendre ; celle des Hors-la-loi dont la sauvagerie le dégoûte et l’effarouche. La brutalité aussi de ses camarades, quoique non blâmée et bientôt imitée, lui reste finalement étrangère, s’agissant de sa part plutôt d’une réaction instinctuelle à la peur que d’une technique rationnelle de combat. Ce seront donc la panique ressentie au cours des affrontements et la confiance quelque peu efféminée en la force des siens qui feront de ce sujet faible et asocial un rouage hétérodirigé du mécanisme coopératif de la guerre ; une complicité tout à fait naturelle en contexte opérationnel, celle du sujet narcissique avec les assassins institutionnels, que le général Buis a magistralement décrite en ces termes : « à partir de l’instant où un isolé est engagé au combat au sein d’une structure nationale, il lui est impossible de changer de camp ».22

16Dans un crescendo d’abjection assez mécanique, il se fera tour à tour, par esprit émulatif et presque par inertie, un tueur en série de vieux, de femmes et d’enfants, un théoricien implacable de la guerre contre-révolutionnaire, un tortionnaire maniaque de la gégène et de la baignoire, un spécialiste des corvées de bois nocturnes et dernièrement, à la suite d’un explosion qui le rend cul-de-jatte, un censeur intraitable et obtus au service du ministère de l’Intérieur.

17Au bout de cet inventaire très et sans doute trop exhaustif des horreurs de la guerre, au terme de cet itinéraire exemplaire dans le mal d’un salaud ordinaire et somme toute inconscient, ce qui reste du sujet est une épave pitoyable et rancunière, diminuée par la haine des autres, obnubilée par sa propre haine.

18Toujours sur un registre hyperbolique, La Nuit Algérie est un long roman, dont l’histoire assez contournée s’amorce en 59 pour se terminer juste avant la prise du pouvoir de la part de Boumediene.

19Le sujet de l’énonciation est un sous-lieutenant à l’air dépaysé et fragile, passionné d’André Breton et atteint de troubles psycho-sexuels. Ce blondin inquiet qui aimerait goûter aux fillettes en fleur s’appelle, sous le signe de l’asthénie et de la velléité, Frédéric Arnoux. Parti dans le Djurdjura pour se faire soldat et donc un vrai mâle conquérant, il y échoue péniblement. Rentré quelques jours en permission dans l’Hexagone, ce jeune homme complexé et introverti n’arrive pas, là non plus, dans sa propre chambre et parmi les siens, à se sentir chez lui. À nouveau en Kabylie, il est muté vers un P.C. perdu dans les montagnes, à la suite d’une attaque de panique qui l’a atteint au beau milieu d’un accrochage. Y étant tombé malade d’hépatite aiguë pour consommation de biftecks saignantes, il est congédié en service commandé et illico viré en avion vers un hôpital français. La guerre étant en train de s’achever suivant le dessein de l’histoire et donc par l’échec sans gloire des siens, il rebrousse chemin vers l’Algérie, d’ici peu non plus française, pour y travailler en qualité d’instituteur et puis de coopérant, toujours à la recherche d’une patrie d’élection où endormir ses inquiétudes et expier ses péchés mignons. S’étant vite aperçu de la fausseté de sa situation, il repasse une fois pour toutes la Méditerranée après le meurtre de sa maîtresse, égorgée par un inconnu qui pourrait être lui-même.

20Les Autres qui se dressent menaçants à son encontre sont, ainsi que d’habitude, des entités plurielles : la section d’intervention à ses ordres, qui pourtant devrait être son foyer adoptif, à laquelle il n’arrive pas à se fondre en dépit de ses efforts et qu’il est incapable, sous le feu ennemi, de protéger comme il lui en échoirait ; à plus forte raison, les officiers qui bivaquent au mess, dont il ne partage pas le chauvinisme raciste ni, à son grand regret, la virilité impétueuse. Les civils musulmans, toujours silencieux et méfiants, eux aussi le repoussent, malgré l’attraction morbide qu’il éprouve à l’endroit des bergerettes impubères. Il craint surtout les fellaghas à cause de leur idéologie adialectique, faite de violence brutale et d’intégrisme religieux. Son père lui non plus, vieux séducteur volage et malhonnête, n’est pas pour lui un interlocuteur valable ; de même que son meilleur copain de la Fac, gauchiste par affectation et surtout par opportunisme et, qui plus est, homosexuel dévorant de sa vraie nature. Les Pieds-noirs, contraints de remettre à l’ennemi cette terre qu’ils prétendaient à eux seuls, ne seront pas pour lui une nouvelle famille, eux le traitant en lâche et en traître, lui ne comprenant pas leur acharnement à tout détruire avant le départ. Ses nouveaux camarades ne le seront pas, eux non plus, Algériens et pieds-rouges devinant aisément son passé trouble et dont l’optimisme révolutionnaire lui fait immanquablement défaut. Si l’Algérie nouvelle, bientôt dirigée par les colonels de l’ANP, l’agace par son autoritarisme, sa maîtresse même, avec laquelle d’autre part i mnnnnnnml n’échange que des ébats sexuels occasionnels et viciés par le sadisme, reste pour lui un univers mystérieux et cloisonné.

21Finalement, apatride sempiternel, il rentrera en bateau sans une larme pour personne, ni pour les morts ni pour les vivants, dénué de remords ainsi que de perspectives, seul, sans bagages et indifférent au monde, sans doute guéri de sa peur enfantine et de son complexe de culpabilité, mais au prix d’une faillite existentielle totale et, croit-on, de la perte de toute humanité.

 

22L’Art français de la guerre, quoique admirablement écrit – une qualité, comme chacun le sait, de plus en plus rare… – est un roman prolixe et souvent emphatique. En sus de s’encombrer de commentaires superflus sur l’actualité des cités, il expose, sans pousser l’analyse au-delà du laïus pacifiste, la guerre des vingt ans – Résistance, Indochine, Algérie – qui fut, au dire du narrateur, l’avant-dernière expression de la furia francese avant le racisme identitaire contemporain.

23Cette fois-ci, le sujet est redoublé : le narrateur, un marginal désœuvré dont la seule ressource est la facilité d’écriture, et un vieux soldat singulièrement doué pour la peinture, dont celui-là rédige les mémoires en en recevant en contrepartie des leçons de dessin et un peu de chaleur humaine. Ce dernier, héros de la narration guerrière, a commencé sa carrière dans l’Armée par la Résistance ; ensuite il fut para, mais sans conviction, au Vietnam et en Algérie ; désormais, il vit retiré en banlieue avec sa femme, une pied-noir d’origine juive qu’il a ramenée en toute hâte d’Alger après les accords d’Évian.

24Dans la tranche narrative consacrée aux Événements, les Autres sont, en ordre croissant d’importance et de dangerosité, les officiers de la troupe, incompétents, présomptueux et fainéants, mais aussi les maniaques de l’action, en béret rouge, vert ou noir, anciens tortionnaires pour l’honneur et la patrie s’étant reconvertis après la débâcle en xénophobes fanatiques et grisonnants. Les coupeurs de gorges engagés au service des lendemains qui chantent sont aussi réprimandés sans répit, dont l’hystérie homicide est en tout semblable à celle des virtuoses de la gégène et dont l’emprise sur le peuple ne se maintient, suivant l’exemple français, qu’au moyen de la terreur.

25Finalement les Autres, les ennemis redoutables du sujet, sont tous ceux qui fractionnent et classent l’humanité en “nous” et “eux”, et notamment les idéologues de l’un et de l’autre bord de la Méditerranée : de Gaulle, le président romancier qui a crée ex nihilo, pour duper ses concitoyens, le mythe pervers de la France au majuscule ; à plus forte raison ce “sale type” de Pontecorvo, cinéaste de régime qui, à la solde de Boumediene et des Soviétiques, a fabriqué sur pellicule la Nation algérienne, tombeau monumental de son peuple anesthésié.

26Plus que tous, l’Autre par excellence, extérieur, despotique et minable, c’est l’Histoire au grand H, voire “à la grande hache”, qui recoupe le beau “Nous” entier et uniforme du genre humain pour en faire de petits “nous”, artificieux et mutilés, sous couvert de la couleur de la peau, de la nationalité, de la religion ou de l’idéologie. Heureusement, dit le narrateur, que par-dessus le sang répandu par l’histoire, le sperme de la nature un jour viendra, copieux et fécond, pour mêler les races, jeter bas les voiles, gommer les frontières, étouffer toute cause et tout credo. Après quoi, rien ne se dira plus qu’à la première personne, tout étant à jamais et sans repentirs égal, métis, bariolé.

 

27Au bout de ce parcours exégétique, pour tout dire sans surprises, le long des destinées du sujet français dans cinq fictions contemporaines portant sur la guerre d’Algérie, force est de reconnaître que l’homme nouveau, qui s’y dessine tant bien que mal, sera en fin des comptes un sujet indistinct, débile, paresseux et insouciant, assouvi de sa seule plénitude vitale une fois reculé à quatre pattes à l’origine primordiale de l’espèce humaine et peut-être en deçà : coupé du cycle productif ainsi que des racines communautaires, aliéné de la dimension sociale de l’existence et réticent à tout investissement à longue échéance de ses facultés, à lui seul ou avec sa femelle toujours pelotonné comme un fœtus voire comme un fauve dans la tanière d’un présent de pure consommation physiologique.

28Cet homme, chacun en conviendra, est une vieille connaissance pour les lecteurs, qui le virent, il y a longtemps, blotti dans sa cellule après le meurtre gratuit d’un Arabe anonyme, ne regrettant, en l’attente de la guillotine, que les cuisses d’une femme autour des siennes, la saveur du tabac au bout des lèvres, le soleil muet au-dessus de lui et la loi naturelle au-dedans de lui : l’étranger, l’indifférent, la brute, si j’ose dire ; le premier homme et, j’estime, le dernier, si c’est un homme, que celui-là…

Notes

1 Voir à ce sujet les essais remarquables de Daniel Lindenberg, Le rappel à l’ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires, Seuil, Paris 2002 et de Gilles Lipovetsky, L’Ére du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Gallimard, Paris 1993.

2 Nous renvoyons à ce propos aux considérations formulées par Catherine Milkovitch Rioux dans l’Avant-propos au volume Écrire la guerre, Id. et Robert Pickering (éds.), PU Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2000, p. 7-21, p. 7-8.

3 Cf. l’essai juvénile de Pierre Bourdieu, Sociologie d’Algérie, PUF, Paris 1958.

4 Voir, au sujet de la polarisation des communautés éthniques : Dalila Aït-el-Djoudi, La Guerre d’Algérie vue par l’ALN 1954-1962. L’armée française sous le regard des combattants algériens, Autrement, Paris 2007, p. 172-173; Hartmut Elsenhans, La Guerre d’Algérie 1954-1962. La transition d’une France à une autre. Le passage de la IVe à la Ve République, préf. de Gilbert Meynier, trad. par Vincent Goupy, Édition Publisud, Paris 1999, p. 431-432; Jean-Charles Jauffret, Le mouvement des rappelés en 1955-1956, in La Guerre d’Algérie, Mohammed Harbi et Benjamin Stora (éds.), Hachette, Paris 2008, p. 189-228, p. 223-225.

5 Au sujet de l’Islam moniste pratiqué par les Algériens, voir Omar Carlier, Violence(s), in La Guerre d’Algérie, cit., p. 499-547, p. 504; Gilbert Meynier, Le PPA-M.T.L.D. et le FLN-ALN, étude comparée, cit., p. 603-653, p. 641-642

6 Au sujet du “jacobinisme” arabo-musulman du FLN, nous renvoyons à Guy Pervillé, Pour une histoire de la guerre d’Algérie 1954-1962, Picard, Paris 2002, p. 127.

7 À propos de la direction collégiale, version algérienne du centralisme démocratique léninien et stalinien, voir entre autres Gilbert Meynier, Histoire intérieure du F.L.N. (1954-1962), préf. de Mohammed Harbi, Fayard, Paris 2002, p. 166.

8 Quant à l’adoption de la stratégie militaire maoïste de la part de l’Armée de libération nationale, nous renvoyons à Rémi Kauffer, OAS. Histoire de la guerre franco-française, Seuil, Paris 2002, p. 44-45.

9 Au sujet du refus des autorités françaises d’entamer, avant le retour du Général, des discussions avec ceux qu’ils appellent les Hors-la-loi, voir entre autres Dalila Aït-el-Djoudi, La Guerre d’Algérie vue par l’ALN 1954-1962, cit., p. 67.

10 En témoignent les sondages successifs recensés par Jean-Charles Jauffret, Soldats en Algérie (1945-1962). Expériences contrastées des hommes du contingent, Autrement, Paris 2000, p. 282.

11 À propos de la hantise du binôme cercueil-valise poussant les Pieds-noirs à s’opposer à toute concession à l’endroit des “Arabes” – c’est ainsi d’ailleurs que Camus lui-même persiste un peu partout à les appeler, quitte même à en censurer toute existence dans La Peste – nous renvoyons à Gilbert Meynier, Histoire intérieure du F.L.N. (1954-1962), cit., p. 253.

12 Au sujet de la doctrine Lacheroy, voir entre autres Diane Sambron, Femmes musulmanes. Guerre d’Algérie 1954-1962, Autrement, Paris 2007, p. 37-38.

13 Pour ce qui est de la machine de guerre (dont le plan Challe est la réalisation la plus accomplie) mise en œuvre par l’Armée grâce à l’attribution de pouvoirs et de ressources toujours croissants, cf. Hartmut Elsenhans, La Guerre d’Algérie 1954-1962, cit., p. 955-956, Claude d’Abzac-Epezy, La société militaire, de l’ingérence à l’ignorance, in Jean-Pierre Rioux (éd.), La Guerre d’Algérie et les Français, Fayard, Paris 1990, p. 245-256, p. 246-248.

14 Francis Zamponi, Mon Colonel, Actes Sud, Arles 1999.

15 Jean Debernard, Simples soldats, Actes Sud, Arles 2001.

16 Didier Daeninckx, Corvée de bois, illustrations de Tignous, Éditions les 400 coups, « Liber Niger », Montréal 2002.

17 François Bourgeat, La Nuit Algérie, Mercure de France, Paris 2004.

18  Alexis Jenni, L’Art français de la guerre, Gallimard, Paris 2011.

19 Ces mêmes instances se retrouvent, presque à la lettre, dans le rapport Wuillaume de 1955 (cf. Jean-Pierre Peyroulou, Rétablir et maintenir l’ordre colonial : la police française et les Algériens en Algérie française de 1945 à 1962, in La guerre d’Algérie, cit., p. 137-186, p. 171) et dans une proposition de loi présentée en 1956 par le député Jean-Marie Le Pen (cf. Hartmut Elsenhans, La Guerre d’Algérie 1954-1962, cit., p. 484-485). Par ailleurs, le colonel Duplan ne manque pas de s’inspirer à plus d’un titre de la méthode Argoud (cf. Pierre Viansson-Ponté, Argoud et ses méthodes (18 octobre 1974), in La guerre d’Algérie. Dossier et témoignages, Patrick Éveno et Jean Planchais (éds.), La Découverte - Le Monde, Paris 1989, p. 158-160).

20 Gianfranco Rubino, Lire Didier Daeninckx, A. Colin, Paris 2009, p. 131.

21 Gianfranco Rubino le définit à juste titre un « développement relativement étendu [qui] s’éloigne de la durée ramassée de la nouvelle, sans pour autant se rapprocher du roman », Ibid., p. 53.

22 Georges Buis, Les Fanfares perdues, Entretiens avec Jean Lacouture, Seuil, Paris 1975, p. 66.

Auteur

Sapienza-Università di Roma

© Quodlibet, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540