Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comédie musicale : les jeux du désir

 | 
Sylvie Chalaye
, 
Gilles Mouëllic

Troisième partie

Le cinéma substitue-t-il à notre regard un monde qui s’accorde à nos désirs ?

Une Femme est une femme de Jean-Luc Godard ou « l’idée de la comédie musicale »

Pierre-Henry Frangne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Mais en fait j’essaye toujours d’aller jusqu’au bout,
non seulement là où on ne peut aller plus loin
mais là où on voit qu’on ne peut pas aller plus loin. »
Jean-Luc Godard1

L’étonnement philosophique d’une pensée-image

On sait que Le Mépris, sorti en salles en 1963, s’ouvre sut cette célèbre formule que Jean-Luc Godard attribue faussement à André Bazin2 : « Le cinéma substitue à notre regard un monde qui s’accorde à nos désirs. Le Mépris est l’histoire de ce monde. » En décrivant et commentant lui-même Une Femme est une femme sorti en 1961, Jean-Luc Godard avait déjà utilisé la même expression légèrement modifiée :

« Or... Or, puisque, comme disait Bazin, le cinéma se substitue à notre regard pour offrir un monde qui s’accorde à nos désirs, il était extraordinairement tentant de substituer au regard de cette jeune Parisienne [l’héroïne du film, Angéla, jouée par Anna Karina] celui d’une Mitchell 300, et en prouvant qu’une femme reste une femme, de prouver que le cinéma reste du cinéma3...

Auteur

Pierre-Henry Frangne est maître de conférences en philosophie de l’art à l’université Rennes 2. Il a publié une quarantaine d’articles d’esthétique sur le symbolisme, la correspondance des arts (cinéma, photographie, musique), l’art contemporain, la pensée de Mallarmé, et plusieurs ouvrages dont : L’Invention de la critique d’art avec J.-M. Poinsot (sous la dir.), PUR, 2002 ; La Négation à l’œuvre. La philosophie symboliste de l’art (1860-1905), PUR, 2005 ; Alpinisme et photographie (1870-1940), avec Michel Jullien, L’Amateur, Paris, 2006 ; l’édition introduite et commentée de la Description de l’île de Portraiture (1659) de Charles Sorel, L’Insulaire, Paris, 2006 ; l’édition introduite et commentée du Voyage dans la lune (1638) de Francis Godwin, L’Insulaire, Paris, 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable