Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comédie musicale : les jeux du désir

 | 
Sylvie Chalaye
, 
Gilles Mouëllic

Première partie

La comédie musicale comme paradis perdu dans New York, New York de Martin Scorsese (1976)

Gaëlle Lombard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Toute l’ambition de ce sixième long-métrage de Martin Scorsese pourrait se résumer à l’histoire de son titre : New York, New York. S’il reprend celui de la chanson de Leonard Bernstein, Adolphe Green et Betty Comden dans Un Jour à New York (On the Town, 1949) de Stanley Donen et Gene Kelly, il n’en annonce pas moins une création originale, créée spécifiquement en 1976 par John Kander et Fred Ebb pour le film et son interprète principale, Liza Minnelli, et qui, reprise, depuis, par moult grandes voix (dont Sinatra qui en donnera sa version la plus populaire), est devenue mythique. Pareillement, c’est en affichant ouvertement son lien à une tradition qu’il revendique comme socle – la comédie musicale – que le cinéaste de Taxi Driver accouche d’une œuvre singulière, acquérant, au fil du temps, un statut de classique.

Une œuvre référentielle

Que l’on soit en face d’un « film de cinéphile1 » n’est pas une surprise : la génération artistique à laquelle appartient Scorsese (De Palma, Coppola...

Auteur

Gaëlle Lombard est doctorante à Paris et a enseigné à Paris 7 et à l’université Rennes 2. Elle est l’auteur d’articles sur F. F. Coppola, dont « Dracula : ultime variation du pouvoir dans l’œuvre de Francis Ford Coppola », dans Bram Stoker’s Dracula, dirigé par Gilles Ménégaldo et Dominique Sipière (Ellipse, 2005) et « Le classicisme, un paradis perdu ? : Coppola et les films de blousons noirs » (bulletin du CICLAHO, Nanterre, courant 2008). Elle travaille aussi sur d’autres objets, comme la frontière documentaire-fiction chez Jean Painlevé ou le comique chez Pedro Almodovar. Elle termine sa thèse sur « Les figures de la transgression et du châtiment dans l’œuvre de Francis Ford Coppola », sous la direction de Laurence Schifano et Francis Bordat.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable