Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV

 | 
Charles Frostin

Chapitre III. La diversité du réseau Pontchartrain et ses tendances affairistes

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les unions contractées en 1594, 1605 et 1609 par Raymond Phélypeaux d’Herbault-La Vrillière, Paul Phélypeaux de Pontchartrain et Jean Phélypeaux de Villesavin présentent ce trait commun de se situer dans le milieu des officiers de finance. Claude Gobelin, l’épouse du premier, est fille d’un trésorier de l’Épargne ; celle du second, Anne de Beauharnais, compte parmi ses frères un trésorier de France au bureau d’Orléans, Guillaume, et deux contrôleurs généraux de l’extraordinaire des Guerres, Jacques et Aignan. Quant à Isabelle Blondeau, mariée à Villesavin, elle a un frère, Gilles, trésorier de France au bureau de Dijon, un oncle, Abdenago Blondeau, receveur général des gabelles en Bourgogne, et deux cousins, Jean et Pierre Blondeau, receveurs des greniers à sel de Beaune et de Montbard ; il en va de même pour les sœurs de ces trois frères Phélypeaux, à l’exception de Jacqueline, l’aînée, mariée en 1586 à Isaac Robert, conseiller au présidial de Blois : Suzanne, la cadette, et Marguerite, la benjamine, épouseront, l’une, un trésorier des Parties Casuelles, Paul Ardier, l’autre, un trésorier de France du bureau de Tours, Daniel de Launay. Mais, aussitôt après cette génération qui fut celle du décollage, apparaît, en matière de politique matrimoniale, une différenciation marquée entre les branches La Vrillière et Pontchartrain, du moins lors-qu’il s’agit de l’établissement des filles. Précisons que la troisième branche des Phélypeaux disparaît rapidement, Villesavin n’ayant eu pour enfant qu’une fille, mariée en 1627 à Léon Bouthillier de Chavigny, futur ministre et secrétaire d’État.

  • 1 J.-L. Bourgeon, « Balthazar Phélypeaux, marquis de Châteauneuf, secrétaire d’État de Louis XIV (16 (...)

2Sous l’impulsion de son chef de file Raymond d’Herbault, la branche La Vrillière se singularise, dès la génération suivante, par une série d’alliances dans la haute noblesse. Entre 1613 et 1627, Raymond marie très jeunes ses quatre filles, Anne (17 ans), Claude (14 ans), Marie (14 ans), Isabelle (16 ans), respectivement à Henri de Buade, baron de Frontenac, en 1613, Jacques du Blé, baron d’Huxelles, en 1617, Charles de Neufville-Villeroy, en 1623, et Louis de Crevant, marquis d’Humières, en 1627. Toutes ont été richement dotées, ce qui a coûté à leur père une véritable fortune, 570 000 livres au total, somme sans rapport avec ses gages annuels de trésorier de l’Épargne (11 666 L.), puis, à partir de 1621, de secrétaire d’État (environ 20 000 L.). Comme le fait remarquer l’historien J.-L. Bourgeon, « les voies d’enrichissement du personnage restent naturellement une énigme1 ». Face à ces alliances avec deux barons, un comte et un marquis issus de familles anciennes et militaires (sauf Neufville-Villeroy), celles des trois filles de Paul de Pontchartrain, Marie, Claude et Charlotte, dans le milieu, plus ou moins fraîchement anobli, de la robe du Conseil et de la robe parlementaire, annoncent déjà l’orientation prédominante de la politique matrimoniale des Pontchartrain au cours du xviie siècle. Marie, l’aînée, épouse le maître des requêtes Anne Mangot, fils de Claude Mangot qui s’illustra comme secrétaire d’État et garde des Sceaux dans le bref ministère Concini de 1616-1617. Claude, la cadette se marie à Pierre de Hodicq, président au parlement de Paris, issu d’une famille tirant sa noblesse de Gilles de Hodicq, procureur à la Chambre des comptes en 1565. Enfin la dernière, Charlotte, née en 1610, épousera le maître des requêtes Louis Frère, fils de Claude Frère, premier président du parlement de Grenoble, dont il fut le successeur dans cette charge en 1640.

  • 2 Le beau-père de Balthazar d’Herbault, Raoul Le Féron, maître des Comptes de 1588 à 1619, avait été (...)
  • 3 Marie Colbert, l’épouse de Nicolas Camus, était la fille de Gérard III Colbert, grand-oncle de Jea (...)
  • 4 Cf. F. Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 1156.
  • 5 J.-L. Bourgeon, « Balthazar Phélypeaux… », p. 138-139.

3Si, à propos des filles, les stratégies des deux branches contrastent de manière frappante, par contre elles se rejoignent pour l’établissement des garçons. Les unions qu’ils contractent semblent, en effet, plutôt viser à l’extension des relations et à la consolidation des fortunes, qu’à gommer les origines bourgeoises d’une famille qui avait dû attendre la fin du xvie siècle pour s’intégrer à la noblesse de service. On a vu qu’en 1639 Louis Ier de Pontchartrain, le seul fils de Paul, s’était allié à l’une des familles parlementaires les plus influentes de l’époque en épousant Marie-Suzanne Talon, fille de l’avocat général Jacques Talon. De son côté, le fils aîné de Raymond, Balthazar d’Herbault (1597-1663), trésorier de l’Épargne, puis conseiller d’État, s’était marié en 1620 à Marie Le Féron, dont les père et mère, Raoul Le Féron, maître des Comptes, et Renée Hennequin, elle-même fille d’Oudart Hennequin, maître des Comptes, appartenaient à deux familles robines riches et considérées, fortement représentées tant à la Chambre des comptes de Paris qu’au Parlement2. Encore plus caractéristique apparaît le mariage, en 1653, du fils cadet de Raymond, Louis de La Vrillière (1599-1681), avec une Particelli, quoiqu’il s’agisse, cette fois, d’une famille d’origine italienne, de réputation douteuse. Grâce à l’appui de Richelieu, La Vrillière avait pu, à la mort de son père en 1629, lui succéder comme secrétaire d’État. Six ans plus tard, il épousait Marie Particelli, fille d’un autre protégé de Richelieu, l’intendant des Finances Michel Particelli d’Emery et de Marie Camus, dont le père, Nicolas Camus, marchand banquier à Paris s’était marié à une Colbert3. Michel Particelli était, lui-même, le fils d’un marchand banquier établi à Lyon, originaire de la principauté de Lucques. Homme capable et énergique, mais souvent impliqué dans de louches affaires, il n’en effectua pas moins un brillant parcours, passant de la protection de Richelieu à celle de Mazarin qui le fit surintendant des Finances en 1647. Sa politique financière, favorable aux intérêts des « traitants » et « partisans », lui vaudra de servir, comme Mazarin, de bouc émissaire aux pamphlétaires de la Fronde et de passer pour « le plus hardi voleur qui fut en France4 ». Ce cursus édifiant n’était pas sans rapport avec le chiffre impressionnant – 336 000 livres – de la dot que, dès 1635, le futur surintendant put donner à sa fille. Pour La Vrillière, le bénéfice de l’opération allait bientôt s’amplifier de manière considérable, à la faveur d’une série de décès (du surintendant en 1650, de son fils Particelli de Thoré, président au parlement de Paris, en 1668, de Marie Particelli en 1670, et de Marie Camus en 1678) qui le mettront à la tête de l’ensemble de la fortune Particelli en moins de deux décennies. Par une telle alliance, ce secrétaire d’État Phélypeaux avait donc réalisé « une énorme affaire d’argent », en même temps qu’il apportait « une grande tache de roture » à sa famille5.

  • 6 Cette filiation est établie à partir de François de Villebois, écuyer, marié en 1489 à Catherine d (...)
  • 7 Cf. J.-L. Bourgeon, « Balthazar Phélypeaux… », p. 137.
  • 8 Rappelons que les lettres de cachet portaient obligatoirement le contreseing de l’un des quatre se (...)
  • 9 La mise en résidence surveillée de Phélypeaux s’explique aussi par le fait, que dès le mois de sep (...)
  • 10 Cette relation intitulée Mémoires contenant les intrigues secrètes et malversations du duc de Savo (...)
  • 11 La duchesse de Bourgogne n’hésitait pas à faire parvenir à son père Victor-Amédée des informations (...)

4Seul fait exception le mariage du dernier des fils de Raymond, Antoine Phélypeaux du Verger (1604-1665), conseiller au Parlement en 1624, ensuite intendant à Moulins en 1647, puis conseiller d’État ordinaire. En 1652, du Verger, presque quinquagénaire, convolait avec Marie de Villebois, âgée de 22 ans, fille de Jacques de Villebois, « maître d’hôtel du roi », d’une famille remontant sa filiation noble au xve siècle. Ni cette filiation, ni l’office de maître d’hôtel du roi (en 1648, il y avait 236 maîtres d’hôtel pour 12 exerçant effectivement leur service) ne doivent faire illusion6. Lors de la signature du contrat de mariage, c’est le futur qui fait don de 18 000 livres à la future, dépourvue de dot7. Probablement s’agitil, là, d’un mariage de dérogeance concocté par un gentilhomme peu fortuné désireux de placer sa fille. Cette union fait ainsi bien pâle figure, comparée aux brillantes alliances nobiliaires des quatre sœurs d’Antoine du Verger. Néanmoins, elle n’est pas à négliger ici, en raison principalement du profil de carrière présenté par les deux fils qui en sont issus, Raymond-Balthazar (v. 1655-1713) et Jacques-Antoine (?-1733). Mestre de camp en 1683, Raymond-Balthazar Phélypeaux du Verger avait été embastillé en 1686, durant près d’un mois, sur lettre de cachet contresignée Louvois, pour « des désordres dans ses troupes8 ». Cette sanction disciplinaire ne l’empêchera pas d’être promu successivement brigadier (1691), maréchal de camp (1696), et, entre 1697 et 1704, d’accomplir deux missions diplomatiques importantes, d’abord comme envoyé extraordinaire près de l’Électeur de Cologne (jusqu’en 1699), puis comme ambassadeur extraordinaire, à Turin, près de Victor-Amédée II de Savoie. Durant cette ambassade, Raymond-Balthazar se trouva confronté au retournement de la diplomatie savoyarde qui abandonnait l’alliance française, début 1703, pour adopter une neutralité bientôt transformée, fin 1703, en belligérance. Ses réactions violentes et ses propos menaçants lui valurent alors d’être mis en résidence surveillée et de ne revoir la France qu’au mois de juin 17049. À son retour, l’ancien ambassadeur connut un nouveau désagrément, quoiqu’ayant été fort bien reçu par le Roi et nommé conseiller d’État d’épée. Il commit, en effet, l’imprudence de faire circuler quelques copies d’une relation de son crû, sur sa mission à Turin, dénonçant « les intrigues secrètes et malversations du duc de Savoie10 ». Cet écrit suscita la colère de la duchesse de Bourgogne, future Dauphine, qui, née Marie-Adélaïde de Savoie, était la fille de Victor-Amédée11. Du coup, son auteur se trouva en semi-disgrâce, privé d’affectation jusqu’en 1709 où il fut nommé gouverneur général des Îles de l’Amérique, avec résidence en Martinique. Nullement pressé d’ailleurs, le nouveau gouverneur général attendit le début de l’année 1711 pour rejoindre la Martinique. Il y mourut en charge, le 21 octobre 1713.

  • 12 Saint-Simon revient à plusieurs reprises sur Raymond-Balthazar Phélypeaux qui semble le fasciner. (...)
  • 13 Saint-Simon, t. 2, p. 333.

5Célibataire endurci, porté aux frasques, en même temps « vrai épicurien », volontiers paresseux, tout en ayant « infiniment d’esprit, de lecture, d’éloquence » et même « des talents de guerre et d’affaires », Raymond-Balthazar Phélypeaux du Verger était, du moins tel que le dépeint Saint-Simon, « un homme particulier et fort singulier » à l’humeur changeante, tantôt d’un « commerce charmant », tantôt « épineux, difficile, avantageux et railleur12 ». Mais surtout le mémorialiste a su, en peu de mots, définir la mentalité du personnage, lorsqu’il ajoute : « Ce Phélypeaux… croyait tout dû à son mérite… et tout possible par l’appui de ceux de son nom qui étaient dans le ministère13. » Le choix des termes souligne le caractère hautement protégé de la carrière de Raymond-Balthazar qui se déroula non seulement sous le patronage successif de ses cousins germain et issu de germain, les secrétaires d’État Châteauneuf et La Vrillière, mais aussi sous celui de ses puissants cousins de la branche cadette, le ministre Louis de Pontchartrain et le secrétaire d’État Jérôme de Pontchartrain. L’influence de ces deux derniers lui permit, par exemple, de figurer dans la promotion des lieutenants généraux des armées du roi du 23 décembre 1702, aux côtés de François de La Rochefoucauld-Roye, comte de Roucy, beau-frère de Jérôme de Pontchartrain (marié à Éléonore-Christine de La Rochefoucaud-Roye). Puis, en 1704, Louis de Pontchartrain, bien placé en sa qualité de chancelier, « chef des Conseils », s’arrangeait pour faire nommer Raymond-Balthazar conseiller d’État d’épée, à son retour de Turin. Le Conseil d’État était alors composé de trois conseillers d’épées, trois conseillers d’Église et vingt-quatre conseillers de robe. Peu d’années auparavant, en 1701, le Chancelier avait obtenu une place de conseiller d’Église pour son neveu et collaborateur, l’abbé Jean-Paul Bignon, ce qui fit beaucoup jaser, les trois places ecclésiastiques du Conseil étant, jusque-là, attribuées à des évêques ou archevêques. Le rapprochement, dans les promotions, entre le cas de ce Phélypeaux du Verger, et les cas de Roucy et de Bignon, montre que les Pontchartrain pouvaient se montrer aussi attentifs à favoriser la carrière d’un cousin appartenant à la branche aînée que celle de membres se rattachant étroitement à leur propre famille, ici un beau-frère et un neveu.

  • 14 Marie de Maupeou, la chancelière, était la petite-fille de Pierre II de Maupeou, président des Com (...)
  • 15 Saint-Simon, t. 4, p. 456.
  • 16 AN, Colonies, série B, registre 31, f° 437, lettre de Jérôme de Pontchartrain, secrétaire d’État à (...)
  • 17 AN, Col., B 35, f° 515. Cette lettre du 4 avril 1713 ne parvint en Martinique qu’après la mort de (...)

6Cette sollicitude, Raymond-Balthazar du Verger allait à nouveau en bénéficier, avec sa nomination en 1709 de gouverneur général des Îles de l’Amérique. Ce poste était devenu vacant par la mort en charge, le 7 janvier 1709, du dernier titulaire, Charles-François de Machault de Belmont, nommé en 1702, et dont la famille – précision utile – était alliée à celle de la chancelière Pontchartrain, née Maupeou. Ajoutons, à propos de Belmont, que lors de la création de six commissions d’intendants du Commerce par édit du mois de mai 1708, les Pont-chartrain en avaient fait attribuer une à son neveu, le maître des requêtes Louis-Charles de Machault (1667-1750), petit-cousin de la chancelière14. Quatre des cinq autres commissions revinrent également à des membres du réseau Phélypeaux, comme on le verra plus loin. Précisément, l’avantage d’être apparenté aux Phélypeaux, ou mieux, de s’appeler Phélypeaux, apparaît de manière évidente dans la désignation du successeur de Machault de Belmont. Le poste de gouverneur général des Îles françaises de l’Amérique, « emploi indépendant de plus de 40 000 livres de rente15 », était très convoité, notamment, en la circonstance, par Jean-François Joubert de La Bastide, chevalier de Châteaumorant (v. 1660-1722), neveu du célèbre Tourville, vice-amiral et maréchal de France, mort en 1701. Fort déjà d’une brillante carrière dans la Marine, ayant reçu le baptême du feu, comme volontaire, à l’âge de 12 ans, et étant capitaine de vaisseau depuis 1684, grade requis pour commander en chef tout établissement outre-mer d’une certaine importance, Châteaumorant avait, en principe, les plus grandes chances de l’emporter. Mais il n’appartenait pas au clan Phélypeaux, et, d’autre part, son oncle Tourville, qui avait toujours été très en faveur à la Cour, n’était plus là pour le soutenir. Enfin, surtout, du côté du « ministère », on voulait profiter de l’occasion de la mort de Belmont pour tirer Raymond-Balthazar du Verger du mauvais pas où l’avait mis l’affaire de son rapport sur la cour de Savoie, et, peut-être aussi, pour se débarrasser de ce parent encombrant et compromettant. En conséquence, aiguillonné par La Vrillière et par le Chancelier, Jérôme de Pontchartrain, qui, en sa qualité de « ministre de la Mer », disposait des emplois aux Colonies, s’empressa de faire le nécessaire. Dès le 10 avril 1709, il pouvait écrire à Châteaumorant, avec les précautions d’usage, que sa candidature resterait sans suite, « le Roi venant de nommer Monsieur Phélypeaux16 ». Cette marque de favoritisme, fruit du népotisme ministériel, ne suscita pas, pour autant, le zèle de « Monsieur Phélypeaux » qui ne rejoignit son poste que deux ans après. Cela ne l’empêchera pas d’être promu commandeur de l’ordre de Saint-Louis, comme l’en informait Jérôme de Pontchartrain, dans une lettre datée du 4 avril 171317. C’était alors véritablement un grand bonheur que de s’appeler Phélypeaux !

  • 18 Les évêques de Lodève étaient comtes de Montbrun depuis le xiiie siècle. Lodève, actuel chef-lieu (...)
  • 19 Ce changement est lié à l’affaire de l’érection de l’évêché de Blois, né d’un démembrement du dioc (...)

7Ce bonheur, le frère de Raymond-Balthazar, Jacques-Antoine de Phélypeaux, évêque-comte de Lodève18 en Languedoc, eut, lui aussi, tout le loisir d’en profiter et d’en abuser. Docteur en Sorbonne, agent général du Clergé pour l’année 1685, il avait été pourvu de l’abbaye de Bourgmoyen (diocèse de Blois) en 1688, à la mort de son cousin germain Balthazar Phélypeaux (fils de Balthazar d’Herbault et de Marie Le Féron), qui, lui-même, était devenu abbé de Bourgmoyen en 1647, succédant à son grand-oncle Jacob Phélypeaux (frère de Paul de Pontchartrain), détenteur de ce bénéfice depuis 1614. En 1693, Jacques-Antoine renonçait à Bourgmoyen pour devenir, dès l’année suivante, abbé de Saint-Pierre de Nantz (diocèse de Vabres)19. Auparavant, en 1690, il avait été élevé au siège épiscopal de Lodève. À son sacre, officiaient notamment deux de ses cousins, l’archevêque de Bourges Michel Phélypeaux (fils de Louis de La Vrillière, secrétaire d’État de 1629 à 1678) et l’évêque de Troyes Denis-François Bouthillier (petit-fils du ministre Léon Bouthillier de Chavigny et d’Anne Phélypeaux de Villesavin). Rares étaient les grandes cérémonies et autres circonstances importantes de la vie publique où les Phélypeaux n’avaient pas l’occasion de se revoir en famille, ces retrouvailles étant liées à leur omniprésence dans l’appareil de l’État et dans celui de l’Église.

  • 20 Cf. Luc Boisnard, Les Phélypeaux…, op. cit., p. 89.
  • 21 Saint-Simon, t. 2, p. 333.

8Le clan Phélypeaux compta plusieurs prélats qui, sans avoir marqué l’histoire de l’épiscopat français d’Ancien Régime, furent des prêtres très respectables et des administrateurs consciencieux, à l’exemple de Louis-Balthazar Phélypeaux, conseiller-clerc au parlement de Paris en 1694, abbé du Thoronet (diocèse de Fréjus) en 1697, agent général du Clergé pour l’année 1701, puis sacré évêque de Riez (près de Digne), le 31 décembre 1713. Petit-fils de Balthazar d’Herbault et de Marie Le Féron, ce Louis-Balthazar, admirateur et disciple de Bossuet, s’activa durant trente-huit ans à la tête de son petit diocèse, multipliant les visites pastorales, secourant les pauvres et dotant la ville de Riez d’un séminaire, d’un collège et d’un hôtel-Dieu. Il mourut, le 31 août 1751, laissant, selon l’expression consacrée, « une mémoire bénie de tous20 ». Rien de tel ne s’observa pour son cousin Jacques-Antoine, l’évêque-comte de Lodève, dont la mort subite, le 15 avril 1732, au bout d’une quarantaine d’années d’épiscopat, fut plutôt un soulagement pour ses diocésains, peu édifiés par son comportement, et pour son clergé, qu’il ne se privait pas de tyranniser. Saint-Simon a tracé un portrait au vitriol de « ce Lodève » qui n’avait « ni moins d’esprit, ni plus de mœurs » que son frère Raymond-Balthazar du Verger, et qui « maniait fort le Languedoc » grâce à la « tolérance » de Nicolas de Lamoignon de Bâville, le célèbre intendant en poste à Montpellier de 1685 à 1718. Entretenant « des maîtresses publiquement chez lui » et, par surcroît, ne cachant même pas son athéisme, Jacques-Antoine laissera en mourant sur le siège de Lodève, à défaut du souvenir de ses bienfaits, « un tas de bâtards » et une grosse fortune, car, précise le mémorialiste, « il sut aussi s’enrichir21 ».

  • 22 Cf. Émile Appolis, « Un évêque prévaricateur à l’occasion de la faillite du système Law », Actes d (...)
  • 23 Culbuter : terme employé par Saint-Simon (t. 2, p. 181) qui écrit : « Le Languedoc gémissait sous (...)
  • 24 Mme de Ganges fut exilée sur lettre de cachet. On lui reprochait aussi de s’être enrichie à la fav (...)
  • 25 Saint-Simon, t. 2, p. 333.

9De fait, ce Phélypeaux n’ignorait rien de l’art de s’enrichir. Apre au gain, ajoutant encore en 1721, à ses multiples revenus, la commende de l’abbaye de Saint-Gilles (diocèse de Nîmes), il était, de plus, peu regardant sur les moyens de faire fortune, au point de devenir un évêque prévaricateur, comme ce fut le cas lors de la faillite du système de Law22. Reste à expliquer pourquoi ce prélat plutôt atypique bénéficia toujours d’une étonnante mansuétude de la part du pouvoir royal ; pourquoi aussi Bâville le laissa se mêler des affaires du Languedoc, alors que cet administrateur dynamique et ombrageux n’avait pu supporter de devoir composer avec le cardinal-archevêque de Narbonne, président des États de la province, Pierre de Bonsy, qu’il réussit à « culbuter23 », sous le prétexte d’une liaison de ce « bon cardinal » devenu, à un âge avancé, « éperdument amoureux » de la jeune Madame de Ganges, née Jeanne de Gévaudan24 : une peccadille, si on la compare aux fantaisies que se permettait Monsieur de Lodève. Là encore, Saint-Simon, connaisseur sans égal du monde Phélypeaux, apporte la bonne réponse : « Tout cela, écrit-il à propos de tant d’abus et de scandales, lui fut souffert toute sa vie, sans le moindre avis de la cour, ni la plus légère diminution de crédit et d’autorité. Il n’avait fait que cela toute sa vie ; mais il s’appelait Phélypeaux25. »

  • 26 Voir la remarquable étude de John D. Voodbridge, « Censure royale et censure épiscopale : le confl (...)
  • 27 AN, Col., B 31, f° 35.
  • 28 AN, Col., B 36, f° 218 v°, le 18 juillet 1714, lettre de Jérôme de Pontchartrain à l’évêque de Lod (...)
  • 29 AN, Col., B 36, f° 471, le 21 janvier 1714, lettre de J. de Pontchartrain au sieur de Martel au su (...)
  • 30 AN, Col., B 36, f° 309, le 30 nov. 1714, lettre de J. de Pontchartrain à M. l’Évêque de Lodève au (...)

10Le fait que la province de Languedoc dépendait du secrétaire d’État Château-neuf, puis de La Vrillière, son fils et successeur, n’était évidemment pas sans rapport avec la « tolérance » manifestée par l’intendant Bâville à l’égard de l’évêque de Lodève. Mais pour ce prélat, la présence des Pontchartrain au ministère s’avéra également des plus utiles, surtout à partir du moment où Louis, devenu chancelier, fut amené à s’intéresser de près au haut clergé en raison d’un épineux problème : celui de la publication des écrits des évêques, qu’il s’agisse de mandements et d’ordonnances, ou d’ouvrages de piété, d’instruction et de doctrine. Grand réorganisateur du système de la censure, le nouveau chancelier allait entreprendre une lutte de longue haleine pour soumettre tous ces écrits au contrôle du « Bureau de la Librairie » confié à l’abbé Bignon et chargé de se prononcer sur leur conformité avec « les Lois et la police du Royaume », sans avoir droit de regard sur le contenu doctrinal. À ce conflit fondamental entre censure royale et censure épiscopale, où l’on vit des prélats, comme Bossuet et Noailles, s’opposer ouvertement à la Chancellerie26, Jacques-Antoine Phélypeaux se garda bien de la moindre participation, trop soucieux de ne pas s’aliéner la bienveillance de Pontchartrain, et, sans doute aussi, trop absorbé par sa vie « épicurienne » dans l’oasis de Lodève. Évitant de se mêler de querelles théologiques dont l’enjeu l’indifférait, refusant de débattre de la bulle Unigenitus, il se révéla finalement un élément de tout repos au sein de l’épiscopat perturbé par la querelle janséniste, par l’affaire du quiétisme et par l’opposition entre gallicans et ultramontains. On peut penser qu’en contrepartie d’une telle discrétion, le chancelier choisit d’ignorer les agissements de son peu honorable cousin. En tout cas, celui-ci conserva toujours un certain crédit près des Pontchartrain, comme l’indique l’empressement apporté par Jérôme de Pontchartrain à lui donner satisfaction pour des recommandations en faveur de protégés. Ainsi, dans une lettre du 7 mars 1708, Jérôme prévenait Jacques-Antoine que ses services venaient d’expédier le congé qu’il avait sollicité pour un capitaine en garnison à Cayenne, « le sieur de Saint-Cirice-Margon, gentilhomme de Languedoc27 ». De même, en 1714, répondant à une recommandation de l’évêque de Lodève, le secrétaire d’État à la Marine s’employait en faveur d’un capitaine servant en Martinique, le sieur de Martel, qu’il fera nommer, l’année suivante, lieutenant de Roi pour les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy28. De Martel, ancien page et homme de confiance de Raymond-Balthazar du Verger, avait accompagné celui-ci lorsqu’il se décida à rejoindre son poste de gouverneur général des Îles. Ce fut lui qui, à la mort de son protecteur, se chargea de trier et de ramener en France les papiers personnels et les pièces concernant la liquidation de sa succession29. L’intérêt porté par l’évêque de Lodève au sort de l’un des intimes de Raymond-Balthazar s’inscrivait naturellement dans le prolongement de l’amitié qui avait toujours régné entre les deux frères Phélypeaux. Lors de l’agitation soulevée par l’affaire de son rapport sur la cour de Savoie, Raymond-Balthazar choisit, pour se détendre, d’aller passer un long séjour en Languedoc près de Jacques-Antoine. Et, de son côté, Jacques-Antoine, à la nouvelle de la mort de son frère aux Antilles, pria instamment Jérôme de Pontchartrain de faire tout le nécessaire pour que le cœur du gouverneur général lui fut apporté à Lodève. Là encore, Jérôme s’empressa d’exaucer le vœu de ce prélat dont le péché majeur ne fut certes pas d’avoir manqué à l’amour fraternel30 (tableau 21).

  • 31 Challes précise : « Ce sont autant de rations gagnées que le commissionnaire (Herbault) et le manu (...)

11Les deux fils d’Antoine du Verger et de Marie de Villebois peuvent ainsi servir d’exemples illustrant la sollicitude manifestée par les Pontchartrain à l’égard des Phélypeaux de la branche aînée. L’effet de leur protection, plutôt indirect dans le cas de l’évêque de Lodève, apparaît surtout très nettement dans celui de Raymond-Balthazar qui dut au Chancelier d’être promu conseiller d’État d’épée, puis à Jérôme, « ministre de la Mer », de devenir gouverneur général des Îles de l’Amérique. Cette dernière nomination s’inscrivait, elle-même, dans une politique d’investissement systématique des emplois de la Marine et des Colonies où, aux côtés de membres de la parentèle Pontchartrain proprement dite (les Beauharnais, Talon, Raudot, Maupeou, La Rochefoucauld-Roye, etc.), se retrouvent des cousins et alliés qui, à l’instar de Raymond-Balthazar du Verger, se rattachent à la dynastie ministérielle fondée par le secrétaire d’État Raymond d’Herbault-La Vrillière. Dans ce groupe figurent notamment Antoine-François Phélypeaux d’Herbault (1666-1704) et son cadet Henri (?-1704), dit le chevalier de Phélypeaux, qui sont les frères de l’édifiant évêque de Riez déjà cité. Leur père, François Phélypeaux, conseiller au parlement de Paris, marié à Anne Loisel, fille d’un conseiller au même parlement, était fils du conseiller d’État Balthazar Phélypeaux d’Herbault (marié à Marie Le Féron), lui-même fils aîné de Raymond le secrétaire d’État, et frère d’Antoine du Verger. Après avoir été reçu conseiller au parlement de Metz, Antoine-François d’Herbault était entré dans les bureaux de Louis de Pontchartrain, alors secrétaire d’État à la Marine, qui veilla à lui procurer un rapide avancement, le faisant nommer successivement commissaire général de la Marine à Toulon en 1691, intendant des armées navales en 1695, commissaire du roi à Londres pour les affaires du commerce en 1698, puis, l’année suivante, commissaire pour déterminer les limites des établissements français en Amérique du Nord. Ces deux missions de 1698 et 1699 se situaient dans le cadre du règlement des différends franco-britanniques sur l’application des clauses de la paix de Ryswick qui, en 1697, mit fin au conflit de la ligue d’Augsbourg. Selon Robert Challes qui, comme écrivain de Marine, servit sous ses ordres à la bataille de La Hougue en 1692, ce très important officier de plume ne brillait pas par l’honnêteté. À l’issue de cette bataille meurtrière, Challes ayant présenté à Herbault le procès-verbal des lourdes pertes du navire Le Prince (146 tués, une soixantaine de blessés) sur lequel il était embarqué, celui-ci lui aurait ordonné de minorer les pertes au combat « à une cinquantaine au plus » et de « faire mourir les autres peu à peu à l’hôpital », sous le prétexte « qu’il ne fallait pas faire connaître qu’un seul navire eût perdu tant de monde dans une même action ». En réalité, toujours selon Challes, le but de la manipulation était de dégager un bon profit sur le nombre des rations31. Quoi qu’il en ait été, Antoine-François d’Herbault connut une fin glorieuse, succombant, le 10 octobre 1704, à ses blessures reçues, le 24 août précédent, lors de la bataille indécise de Velez-Malaga qui opposa l’escadre du comte de Toulouse à celle de l’amiral anglais Rooke. Son frère Henri, tué au cours du même combat naval, avait également, sous le patronage de Pontchartrain, bénéficié d’un avancement des plus rapides, passant de garde-marine en 1691 à lieutenant de vaisseau en 1693, capitaine de frégate en 1696, et mourant capitaine de vaisseau.

  • 32 AN, Col., B 18, f° 137, le 20 août 1695, Ordre du Roi nommant le sieur Hennequin lieutenant de com (...)
  • 33 Mémoires du comte de Forbin (1656-1733), Paris, Mercure de France, 1993, 628 p., p. 415-420 et 581 (...)
  • 34 Saint-Simon, t. 1, p. 821 ; t. 2, p. 322-323.
  • 35 Le secrétaire qui « avait la plume » fut le célèbre Toussaint Rose jusqu’à sa mort en 1701, puis F (...)
  • 36 Saint-Simon, t. 2, p. 322-323. Hennequin de Charmont fut nommé secrétaire des commandements du duc (...)

12Ces Herbault étaient cousins des Hennequin par leur grand-mère Marie Le Féron, fille de Raoul Le Féron et de Renée Hennequin, comme il a été dit plus haut. Aussi ne s’étonnera-t-on pas de voir des membres de cette influente famille robine de la capitale parmi les protégés de Louis de Pontchartrain, à l’époque où il dirigeait le département de la Marine. Celui-ci, en 1695, faisait accorder une lieutenance de compagnie aux Îles et un brevet d’enseigne de vaisseau à un Hennequin précédemment garde-marine à Rochefort, puis aide d’artillerie à Toulon. Ce jeune officier, dont nous n’avons pas retrouvé le prénom, avait été chaudement appuyé par son frère Joseph-Antoine Hennequin, comte de Charmont, procureur général au Grand Conseil, qui, dès l’année suivante, le recommandait à nouveau au ministre, cette fois pour le commandement d’une compagnie. La démarche s’avéra inutile, par suite de la mort de l’intéressé survenue à Saint-Domingue, la même année 169632. Charmont avait un autre frère dans la Marine, Nicolas-François, qui, lui, eut le temps de faire une belle carrière. Garde-marine à Brest en 1689, enseigne de vaisseau en 1691, lieutenant de vaisseau en 1692, capitaine de frégate en 1704, ce Hennequin se distingua, entre autres combats, à la journée du 2 octobre 1706 où le comte de Forbin, à la tête d’une petite escadre de sept bâtiments légers, attaqua, au large de Hambourg, un gros convoi hollandais de cent voiles escorté par six vaisseaux de guerre d’environ 50 canons. Montant une frégate de 30 canons, et appuyé par une frégate de 16 commandée par François-Cornil Bart (fils aîné de Jean Bart), il réussit à aborder et enlever, l’épée à la main, le plus puissant des navires de l’escorte, le Hardenbroeck, de 52 canons33. Promu capitaine de vaisseau et continuant à briller sous les ordres de Forbin, Nicolas-François Hennequin terminera inspecteur à Brest (1718-1728). Mais c’est surtout Joseph-Antoine, comte de Charmont, qui apparaît ici comme le personnage le plus intéressant de la tribu Hennequin, compte tenu du profil particulier de sa carrière. Saint-Simon a parlé sans indulgence de ce Charmont, « des Hennequin de Paris » (selon son expression), qui, « de procureur général du Grand Conseil, s’était fait secrétaire du cabinet pour le plaisir de ne rien faire, d’aller à Versailles, et de porter une brette [grande épée] ». Il « en avait obtenu l’ambassade [de Venise] et n’avait pas résolu de s’y appauvrir », ajoute perfidement le mémorialiste34. Charmont s’était, en effet, retiré du Grand Conseil pour acheter à Gilbert Colbert de Saint-Pouenge, ancien collaborateur de Louvois, sa charge de secrétaire du cabinet du Roi. Le nombre de ces secrétaires se limitait à quatre, dont, en fait, les fonctions étaient accaparées par celui d’entre eux qui « avait la plume », les trois autres n’en ayant aucune, « sinon leurs entrées35 ». Avoir ses « entrées », à défaut de « la plume », n’en constituait pas moins un précieux atout au sein de la société de Cour. Charmont sut l’utiliser pour se faire nommer, en 1701, ambassadeur près de la République de Venise. Une fois en poste, il ne tarda pas à se signaler fâcheusement en organisant un réseau de contrebande du sel, sous le couvert du droit de franchise reconnu aux diplomates pour les provisions de leur maison. Sa méthode consistait à délivrer des passeports à des marchands complices « qui faisaient sortir les sels de l’État et de la République pour les porter dans ceux de l’Empereur, au bout du golfe, sans payer aucun droit ». Le trafic ayant été découvert, le représentant vénitien à Versailles intervint énergiquement près de Torcy, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, puis près du Roi, lui-même, « dans une audience demandée uniquement pour cela ». Normalement, un ambassadeur aussi gravement compromis se serait vu rappelé sans plus tarder ; « mais, explique Saint-Simon, Charmont était Hennequin : les ministres le protégèrent, et l’affaire se passa fort doucement ». Rappelé seulement « au bout de son temps achevé », en 1704, « avec des ménagements admirables », l’indélicat diplomate ne subit aucune sanction. « Il fut même fort bien reçu à son retour, et il eut la plume de Mgr le duc de Bourgogne par le choix du Roi36. »

13Les ministres qui, en la circonstance, protégèrent si efficacement le comte de Charmont, furent les deux Pontchartrain dont les charges leur donnaient un droit de regard sur le poste diplomatique de Venise, comme d’ailleurs sur celui, étroitement lié, de Constantinople. Tout ambassadeur nouvellement nommé près de la Sérénissime République ou près de la Sublime Porte partait, en effet, muni à la fois d’un « Mémoire du Roi en forme d’Instruction » émanant du secrétaire d’État aux Affaires étrangères, et d’un « Mémoire » annexe, concernant les questions commerciales, établi par son collègue de la Marine. Cette particularité, que l’on retrouve aussi pour les postes de Lisbonne et Madrid, provenait de ce que « le commerce extérieur par mer », et, par voie de conséquence, l’ensemble des consulats à l’Étranger relevaient directement du département de la Marine. Or, traditionnellement, la France disposait, à travers l’Empire ottoman, d’un vaste réseau de consulats dont le personnel était placé localement sous l’autorité de l’ambassadeur du Roi à Constantinople. À ce titre, l’ambassadeur devait rendre compte au secrétaire d’État à la Marine du zèle déployé par les agents consulaires et de leur exactitude à appliquer les divers règlements sur la navigation et le commerce. Très logiquement, le poste de Venise s’insérait dans ce dispositif, la République, qui conservait un rôle actif en Méditerranée, étant au contact direct des Turcs par ses établissements de la côte dalmate et en mer Ionienne, où se trouvaient également des consulats français. De son observatoire vénitien, l’ambassadeur de France se trouvait ainsi à même de collecter des informations susceptibles d’éclairer les bureaux de la Marine sur les perspectives commerciales dans les pays du Levant.

  • 37 Les instructions données aux ambassadeurs de France à Venise leur prescrivaient d’entretenir une c (...)
  • 38 Marie-Angélique Guérin de Tencin était mariée à Augustin d’Argental, comte de Ferriol, trésorier g (...)
  • 39 Ferriol termina mal son ambassade. Ayant donné des signes de démence au printemps 1709, il fut rap (...)

14L’ambassade de Venise constituait donc un poste-clef par son rôle de relais de renseignements entre Versailles et Constantinople37. Aux yeux de Jérôme de Pontchartrain, secrétaire d’État volontiers envahissant, prompt à empiéter sur le domaine de son collègue des Affaires étrangères, ce rôle de relais s’avérait d’autant plus précieux qu’il était avide d’informations lui permettant de s’immiscer dans le jeu diplomatique, sous le couvert des questions commerciales. Source abondante de renseignements de tous ordres, la direction de l’ensemble des consulats à l’Étranger lui offrait, à cet égard, l’occasion d’une multitude d’interventions sur les théâtres les plus divers, de l’Europe du Nord (Moscovie comprise) jusqu’aux confins de l’Asie, en passant par les pays méditerranéens. Encore fallait-il que la mobilisation des réseaux consulaires ne se trouva pas entravée par l’inertie de tel ou tel ambassadeur malintentionné ou incapable. Ce fut, semble-t-il, le cas de Charles d’Argental, marquis de Ferriol, en poste à Constantinople de 1699 à 1710. Irrité du peu d’empressement apporté par ce diplomate à seconder ses projets de percée commerciale en direction de la Perse par la voie turque, Jérôme de Pontchartrain ne se privait pas de lui adresser des lettres émaillées de remarques acerbes. De son côté, le marquis de Ferriol se plaignait près de Torcy, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, de ce que Pontchartrain cherchât à « le détruire dans l’esprit du Roi » pour la seule raison qu’il n’avait pas « le bonheur de lui plaire ». En réalité, Ferriol était un protégé du clan Colbert, notamment de la marquise de Croissy, mère de Torcy. D’autre part, il bénéficiait du soutien de sa belle-sœur, la comtesse de Ferriol, née Guérin de Tencin (sœur aînée de la célèbre Mme de Tencin au salon réputé). Cette femme brillante, versée dans les intrigues, était la maîtresse de Torcy et, de plus, se trouvait apparentée à l’influent commis des Affaires étrangères François Blondel38. Très apprécié du ministre pour avoir déjà servi sous son père Colbert de Croissy, Blondel soutenait également les intérêts du marquis de Ferriol. Ces protections n’étaient évidemment pas faites pour plaire à l’ombrageux Jérôme de Pontchartrain et ne pouvaient qu’aviver ses soupçons sur les agissements de l’ambassadeur de France à la Porte39. Elles permettent ainsi de mieux comprendre les raisons de la présence de Joseph-Antoine Hennequin de Charmont à Venise. C’était un membre du réseau Phélypeaux, à la fois un parent et un ami, bref un homme sûr, du moins dans l’optique du secrétaire d’État à la Marine, lequel inspira probablement les « ménagements admirables » dont fut entouré le rappel de ce diplomate-contrebandier.

15Cette série d’exemples offre autant de témoignages de la sollicitude des Pontchartrain, une fois installés au pouvoir, envers les cousins et alliés de la branche aînée. Elle apporte, en même temps, un certain éclairage sur les conditions d’élaboration du réseau Phélypeaux, ne serait-ce, d’abord, que par la simple évocation des parents et grands-parents des personnages dont on vient ici de retracer le profil de carrière. Le premier enseignement à tirer, compte tenu donc de cette solidarité persistante, est qu’aucune des alliances concernant la proche descendance du secrétaire d’État Raymond Phélypeaux d’Herbault-La Vrillière ne saurait être négligée. Certes, à part l’alliance Particelli de son fils cadet et successeur Louis Ier de La Vrillière, les mariages de ses autres fils – Balthazar d’Herbault, l’aîné, avec une Le Féron, Antoine du Verger, le benjamin, avec une Villebois – ne frappent guère l’attention. Et il en va de même, à la génération suivante, pour celui de son petit-fils François d’Herbault avec une Loisel. Quant aux progénitures issues de ces unions, elles mènent au monde habituel des protégés et obligés qui évoluait alors dans le sillage des grands commis de l’État investis de la confiance du monarque. Mais tous ces Phélypeaux et apparentés de la branche La Vrillière, pourvus d’emplois importants grâce au patronage de Louis et de Jérôme de Pontchartrain, n’en contribuaient pas moins à renforcer l’assise de leurs protecteurs de la branche cadette, l’étendue d’une clientèle témoignant de la puissance d’un ministre en même temps qu’elle conditionnait, dans une certaine mesure, l’efficacité de son action. D’autre part, il convient de tenir compte du caractère généralement très élaboré des politiques matrimoniales. Aussi ne s’étonnera-t-on pas, en poussant l’enquête sur ce genre d’union sans éclat particulier, de voir surgir des liens inattendus et parfois étroits avec des familles prestigieuses, liens qui apparaissent comme autant d’éléments d’un puzzle permettant de retrouver des fils conducteurs à travers les multiples ramifications des réseaux de parentèle. C’est le cas précisément du mariage, en 1620, de Balthazar d’Herbault avec Marie Le Féron.

  • 40 Fouquet avait commencé après 1658 à constituer un dossier secret sur le personnel du Parlement. À (...)
  • 41 Ce Mandat est l’ancêtre du marquis de Mandat, commandant de la Garde Nationale, massacré par la fo (...)
  • 42 Renée Potier était la sœur du président André Ier Potier de Novion, père de Nicolas IV.

16Marie Le Féron était la sœur de Jérôme Le Féron, président de la deuxième Chambre des enquêtes au parlement de Paris, mort en charge en 1669, et qui avait été élu prévôt des marchands en 1646. Les informateurs, restés inconnus, qui, en 1663, ont rédigé à l’intention de Colbert des « Notes secrètes » sur le personnel du Parlement40, présentent le président Le Féron comme un « bon juge, de jugement solide, décisif, résolu dans ses opinions », mais aussi comme un homme affligé de « quelques brouilleries dans son domestique ». Effectivement, son épouse Marguerite Gallard, fille de Claude Gallard, président des Comptes, et de Marguerite Mandat, était une femme remuante qui, devenue veuve, sera gravement compromise dans l’affaire des Poisons (1679-1682). Toujours attentifs aux parentés et aux protections, ces informateurs précisent que Le Féron était le « beau-frère de Nesmond » (François Théodore de Nesmond, président à mortier, mort en charge en 1664), et « l’ami de Villeroy » (le premier maréchal de Villeroy, 1598-1685) qui « lui procura la prévosté des marchands ». Enfin ils ajoutent que le même Le Féron avait « pour adhérents et amis particuliers en sa Chambre » plusieurs conseillers, notamment Phélypeaux, Mandat et Novion, « tous ses proches ». Le Phélypeaux cité ici n’était autre que François d’Herbault, fils de Balthazar d’Herbault et de Marie Le Féron. Après l’avoir dépeint en termes peu flatteurs – « médiocre esprit, très paresseux, nullement appliqué aux affaires, ni au palais » –, l’auteur de la note secrète qui le concerne ne manque pas de mentionner que ce magistrat avait pour lui d’être « neveu de M. de La Vrillière » (le secrétaire d’État Louis Ier de la Vrillière). Probablement était-ce là son principal mérite, avec celui d’être aussi le neveu du président Le Féron. Mandat, d’une famille anoblie par l’échevinage de Tours, et depuis bien représentée au parlement de Paris comme au Grand Conseil et à la Chambre des comptes41, se rattachait, lui, à Le Féron par la femme de celui-ci, Marguerite Gallard, dont la mère était une Mandat. Il en allait de même pour Novion (André II Potier de Novion), fils du président Nicolas IV Potier de Novion et de Catherine Gallard, sœur du président Claude Gallard, beau-père du président Le Féron. De plus la tante de Nicolas IV avait épousé un Hennequin (Oudart Hennequin, maître des requêtes), rentrant ainsi dans une famille étroitement alliée aux Le Féron42.

  • 43 Mort en 1650, l’évêque de Beauvais Auguste Potier fut aussi grand aumônier de la reine Anne d’Autr (...)
  • 44 F. Bluche, « Les magistrats des cours parisiennes au xviiie siècle. Hiérarchie et situation social (...)

17L’évocation de la puissante maison parlementaire et ducale des Potier de Blancmesnil, Gesvres, Tresmes et Novion s’impose ici, tant elle ouvre de perspectives sur le milieu très choisi, très fermé des présidents à mortier (les mortiers de président étaient rares et coûteux) où se recrutaient les premiers présidents du parlement de Paris : des premiers présidents tous parents entre eux et tous plus ou moins apparentés aux Phélypeaux. Nicolas IV de Potier de Novion était le petit-fils de Nicolas III Potier de Blancmesnil (1541-1635), le très courageux président Blancmesnil persécuté par la Ligue, frère aîné de Louis Potier de Gesvres, secrétaire d’État de 1589 à 1622, l’un des fidèles d’Henri III, puis d’Henri IV, aux heures les plus sombres de la crise dynastique. De ce dévouement des Potier, il s’ensuivit une rapide promotion aristocratique de la branche de Gesvres en la personne de René Potier (1579-1670), fils de Louis, dont la terre de Tresmes en Valois fut érigée en duché-pairie en 1648. Ce René est le père de Léon Potier (1620-1704), duc de Gesvres, premier gentilhomme de la chambre du Roi et gouverneur de Paris. Mais la branche des Potier de Blancmesnil eut droit, elle aussi, à la gratitude des rois Bourbons. Le président Blancmesnil mourut comblé d’honneurs, à l’âge de 94 ans, après avoir longtemps conservé la présidence nominale et la chancellerie de la maison de la Reine Mère Marie de Médicis. Parmi ses fils, on compte un secrétaire d’État, Nicolas Potier d’Ocquerre (de 1622 à 1628), deux prélats, René et Auguste, successivement évêques-comtes de Beauvais et pairs de France43, un président au Parlement de Bretagne, Bernard, et un président à mortier au parlement de Paris, André Ier, auteur de la branche des Novion, père de Nicolas IV Potier de Novion. Conseiller au parlement de Paris en 1637, président à mortier en 1645, Nicolas IV sera premier président du Parlement de 1678 à 1689. Son fils André II, président à mortier en 1674, disparaissant dès 1677, il obtiendra en 1689 une charge de président à mortier pour son petit-fils André III Potier de Novion (mort en 1731), lequel deviendra à son tour premier président du parlement de Paris en 1723. Citons encore André IV (mort en 1769), conseiller en 1729, pourvu d’une charge de président à mortier dès 1732, à l’âge de 21 ans, alors qu’en principe pour devenir président au Parlement il fallait être âgé de 40 ans et avoir dix années de service en qualité de conseiller. Comme le fait remarquer l’historien François Bluche insistant sur l’importance de l’âge d’entrée en charge, « la jeunesse est, sous l’ancien régime, le témoignage d’un luxe ou plus exactement d’un lustre44 ». Bref, encore sous le règne de Louis XV, ce jeune magistrat, ainsi gratifié d’une dispense d’âge après bien d’autres membres de sa famille, touchait en quelque sorte les dividendes du bon choix fait par son lointain ancêtre à l’époque du dernier Valois et du premier Bourbon.

  • 45 F. Bluche, « Les magistrats du parlement de Paris au xviiie siècle », op. cit., p. 33.

18Avec cette belle succession de présidents à mortier, dont deux furent élevés à la tête de la plus prestigieuse cour souveraine du royaume, les Potier de Novion étaient loin de faire pâle figure, comparés à leurs cousins Potier de Gesvres qui, comme ducs et pairs, appartenaient à la frange sommitale de l’aristocratie. Être premier président du parlement de Paris supposait, en effet, avoir « de la naissance, de grands biens et du crédit à la Cour », le Roi n’accordant cette place qu’à des gentilshommes distingués, issus (sauf exception) du milieu de présidents à mortier, un milieu fortement marqué par la tradition des services et aussi par l’empreinte nobiliaire. Ainsi Jean-Antoine de Mesmes, premier président de 1712 à 1723, représente le septième degré de noblesse prouvée de sa famille, et son successeur André III Potier de Novion, le sixième degré45. Mais surtout, derrière le choix du Roi, se profilent la puissance et l’homogénéité d’un petit groupe de grandes familles parlementaires, étroitement alliées, accaparant les mortiers de président au point que les liens de parenté paraissent jouer un rôle encore plus déterminant que la volonté du monarque dans la désignation des premiers présidents. L’exemple de Nicolas IV Potier de Novion nous introduit précisément de plain pied dans ce microcosme des présidentiables à l’époque de Louis XIV.

  • 46 Saint-Simon, Pléiade, t. 1, p. 102, 103, 1345.
  • 47 Armand de La Briffe (1649-1700), conseiller au parlement de Paris (1674), maître des requêtes (167 (...)

19Quoique ce Novion se fut compromis sous la Fronde, sa carrière parlementaire ultérieure n’en sera pas affectée. Il avait pour lui de s’appeler Potier, et, par surcroît, d’être le cousin germain de la fille du secrétaire d’État Nicolas Potier d’Ocquerre, Madeleine, mariée en 1640 à Guillaume de Lamoignon, premier président en 1658, mort en charge en 1677. L’année suivante, Novion succédait à Lamoignon à la tête du parlement de Paris, poste dont il démissionnera en 1689, quatre ans avant de mourir. Aux dires de Saint-Simon, le Roi l’aurait contraint à se démettre en raison de ses nombreuses forfaitures, notamment des falsifications d’arrêts portés à sa signature46. Plus vraisemblablement Novion, âgé et accablé d’infirmités, tardait à se retirer. Il fallut donc le presser quelque peu. En tout cas le démissionnaire sut négocier son départ et obtenir d’amples compensations pour les siens. C’est à ce moment-là que son petit-fils André III fut pourvu d’une charge de président à mortier, avec dispense d’âge. Autre faveur, son gendre Arnaud de La Briffe47 était nommé, la même année 1689, au poste de procureur général du parlement de Paris qu’abandonnait Achille III de Harlay désigné comme nouveau premier président. Ce Harlay (1629-1712), fils d’Achille II de Harlay, procureur général (mort en 1671), petit-fils du célèbre Achille Ier de Harlay, premier président de 1582 à 1619, et arrière-petit-fils de Christophe de Thou (beau-père d’Achille Ier), premier président de 1562 à 1582, ne devait pas seulement sa propre nomination de premier président à une si brillante ascendance. Étant procureur général (depuis 1667, à la suite de son père), il avait su renforcer sa position au sein du « lobby » parlementaire en s’alliant, en 1669, à Madeleine de Lamoignon, fille de Guillaume de Lamoignon et de Madeleine Potier, cousine germaine de Novion. Cette union pouvait donc lui laisser espérer de devenir un jour un présidentiable de poids pour peu que l’occasion s’en présentât. De fait, la chance vint à sa rencontre en 1689 avec la démission de Novion qui lui permit, conformément à la logique du système, d’occuper à son tour, après son beau-père et après son cousin par alliance, la première présidence du parlement de Paris.

  • 48 Saint-Simon, t. 2, p. 780-781.
  • 49 Michel Robert Le Pelletier des Forts deviendra membre du Conseil de Finances sous la Polysynodie, (...)

20Achille III de Harlay se maintint à ce poste jusqu’en 1707 où, selon la version donnée par Saint-Simon, sa trop grande liberté de parole lors de l’enregistrement de « nouveaux édits bursaux » l’aurait amené à donner sa démission à l’âge de 68 ans48. Son successeur fut le fils de l’ancien contrôleur général Claude Le Pelletier, Louis II Le Pelletier (1662-1730), président à mortier à l’âge de 25 ans (en 1687), mais qui ne resta pas longtemps premier président : débordé par les responsabilités de sa charge, il se retirait dès la fin de l’année 1711. Cela n’empêchera pas son fils Louis III Le Pelletier de Rosambo (1690-1770), conseiller à l’âge de 20 ans en 1710, président deux ans plus tard, d’accéder à la première présidence en 1736. Le jeu des alliances ne fut certainement pas étranger à ces promotions. Comme ses prédécesseurs Novion et Harlay, Louis II Le Pelletier se trouvait apparenté à la grande famille parlementaire des Lamoignon, déjà puissante au xviie siècle, et qui ne cessera d’étendre son emprise au siècle suivant. Son cousin germain Michel Robert Le Pelletier des Forts (1675-1740), maître de requêtes en 1698, conseiller d’État en 171449, avait épousé en 1706 Marie-Madeleine de Lamoignon de Bâville, fille de Nicolas de Lamoignon de Bâville, l’énergique intendant de Languedoc (de 1685 à 1718). Bâville était, lui-même, l’un des fils du premier président Guillaume de Lamoignon et de Madeleine Potier. D’autre part, en 1711, une seconde union venait renforcer les liens entre les Le Pelletier et les Lamoignon, Madeleine-Louise d’Aligre, fille d’Étienne IV d’Aligre et de Marie-Madeleine Le Pelletier, épousant le jeune avocat général Guillaume de Lamoignon de Blancmesnil (1683-1772), fils d’un frère de Bâville, Chrétien-François de Lamoignon, avocat général de 1674 à 1690, puis président à mortier en 1690, mort en 1709. Ce mariage mène véritablement aux plus hauts sommets de la grande robe. Étienne IV d’Aligre (1660-1725), président à mortier depuis 1701, est le petit-fils d’Étienne III d’Aligre, chancelier de France de 1674 à 1677, et sa femme Marie-Madeleine est la sœur du premier président Louis II Le Pelletier. Quant à leur gendre, Guillaume de Lamoignon Blancmesnil, petit-fils du premier président Guillaume de Lamoignon, un brillant avenir l’attendait : après avoir été avocat général de 1707 à 1723, puis président à mortier, et, en 1746, premier président de la Cour des aides, il sera chancelier de France de 1750 à 1768.

  • 50 Jean-Antoine de Mesmes était le fils de Jean-Jacques de Mesmes (1630-1688), président à mortier en (...)
  • 51 La charge de premier président du parlement de Paris était la seule charge parlementaire à laquell (...)
  • 52 Marie-Anne Voysin, la belle-mère de Jean-Antoine de Mesmes, était la fille de Charles Voysin, frèr (...)

21Le dernier premier président du parlement de Paris sous le règne de Louis XIV fut Jean-Antoine de Mesmes, né en 1661, président à mortier depuis 1689, nommé le 5 janvier 1712, mort en charge en 1723 et remplacé, la même année, par André III Potier de Novion. La désignation de Jean-Antoine de Mesmes paraît avoir été un choix véritablement personnel du Roi, désireux de disposer d’un homme « totalement à lui » à la tête du Parlement, tant pour régler définitivement le problème janséniste que pour avaliser les mesures arbitraires, contraires aux Lois Fondamentales, qu’il envisageait de prendre concernant l’ordre de succession à la Couronne et l’organisation du futur Conseil de Régence. Néanmoins, ce magistrat avait nécessairement, du seul fait qu’il était fils et petit-fils de présidents à mortier50, quelques attaches avec le « lobby » familial qui, au cours du xviie siècle, ne cessa de monopoliser les commissions de premier président du parlement de Paris51. Ces attaches, tout en étant, certes, très indirectes, doivent être précisées, car elles aident à mieux cerner le milieu de la grande robe parisienne et conduisent finalement au monde des Phélypeaux. Jean-Antoine de Mesmes avait épousé en 1695 Marie-Thérèse Feydeau, fille de Denis Feydeau de Brou, président au Grand Conseil (mort en 1691), et de Marie-Anne Voysin, une cousine germaine de Daniel François Voysin, secrétaire d’État à la Guerrre de 1709 à 1715, et chancelier de France de 1714 (sur la démission de Pontchartrain) jusqu’à sa mort en 1717. Or Marie-Anne se trouvait être également cousine germaine de Marie-Jeanne Voysin52, mariée en 1674 à l’avocat général Chrétien-François de Lamoignon, fils du premier président Guillaume de Lamoignon et de Madeleine Potier. D’autre part, en remontant les générations, on découvre que les Feydeau et les de Mesmes étaient déjà alliées par les Hennequin. Le trisaïeul de Jean-Antoine de Mesmes, Henri de Mesmes (1531-1596), conseiller d’État, chancelier de Navarre, surintendant de la Maison de la Reine, avait épousé une Jeanne Hennequin. À la génération suivante, le fermier général Denis Feydeau (mort en 1632), aïeul de Denis Feydeau de Brou (le beau-père de Jean-Antoine), s’était marié à une nièce de Jeanne Hennequin, Gabrielle Hennequin. Et cette Gabrielle conduit, elle-même, aux Le Féron, sa sœur Renée Hennequin ayant épousé Raoul Le Féron. Raoul et Renée étaient, on l’a vu, les père et mère de Marie Le Féron, mariée à Balthazar Phélypeaux d’Herbault, et du président Jérôme Le Féron qui s’apparentait au futur premier président Nicolas Potier de Novion à la fois par sa femme née Gallard et par les Hennequin, Novion étant le neveu d’un Hennequin (marié à la sœur de son père). Par l’intermédiaire des Feydeau, des Voysin et surtout des Hennequin, cette famille-clef du milieu robin de la capitale, ce bref rappel de la parentèle du premier président Jean-Antoine de Mesmes ramène donc au début de notre enquête sur le petit groupe des familles parlementaires dominantes menée à partir du mariage du fils aîné du secrétaire d’État Raymond Phélypeaux, Balthazar d’Herbault, avec une Le Féron (tableau 22).

  • 53 Jacques Talon, avocat général de 1618 à 1631, puis conseiller d’État, mort en 1648, était le père (...)
  • 54 Rappelons que l’avocat général Jérôme II Bignon, frère de Thierry, avait épousé en 1656, Suzanne P (...)

22Si, dans cette enquête, l’on a insisté sur la succession des premiers présidents du parlement de Paris, de 1658, avec Guillaume de Lamoignon, jusqu’à 1723 avec André III Potier de Novion, voire même 1736, avec Louis III Le Pelletier de Rosambo, et sur les liens de parenté, souvent étroits, qui existaient entre eux, c’est précisément pour mieux faire ressortir l’infiltration du réseau Phélypeaux dans ce secteur particulier de la haute magistrature. Les familles de ces premiers présidents se trouvaient, en effet, toutes indirectement alliées à des Phélypeaux, soit de la branche La Vrillière, soit de la branche Pontchartrain. Ainsi, comme on vient de le voir, les Potier de Novion se rattachaient aux Phélypeaux d’Herbault-La Vrillière par l’intermédiaire principalement des Le Féron. S’agissant des Lamoignon et des Phélypeaux de Pontchartrain, ce sont les Talon qui constituent la famille intermédiaire la plus caractéristique, cela dans le prolongement de l’union en 1674 de l’avocat général Chrétien-François de Lamoignon avec Marie-Jeanne Voysin, fille du conseiller d’État Daniel II Voysin (mort en 1693) et de Marie Talon (morte en 1711). Cette dernière, par son père le célèbre avocat général Omer II Talon, frère et successeur de l’avocat général Jacques Talon, était la cousine germaine de Marie-Suzanne Talon, femme de Louis Ier de Pontchartrain53. D’autre part, l’une de ses sœurs, Françoise Talon, avait épousé Thierry Bignon, premier président du Grand Conseil (mort en 1697), lui-même beau-frère de Louis II de Pontchartrain54. Par ces liens de parenté, la belle-mère de Lamoignon mettait donc son gendre en contact étroit avec le clan Pontchartrain-Talon-Bignon. De fait, Chrétien-François de Lamoignon paraît s’y être bien intégré, comme le suggère la lecture du testament, daté du 8 octobre 1691, laissé par le frère de Marie, Denis Talon (1628-1698), un magistrat du Parquet, avocat général depuis 1652 (à la suite de son père Omer II), fâcheusement connu comme procureur général de la Chambre de justice de 1661 pour son acharnement contre Fouquet, et qui termina président à mortier (1691-1698). Dans ce testament, Denis Talon envisage le cas où son fils unique Omer III (1676-1709) contracterait un mariage après son décès :

  • 55 AN, Minutier central, XLI, 522, « Testament de M. le Président Talon, décédé le 2 mars 1698 ».

« Je souhaite, déclare-t-il, que les clauses du contrat soient réglées par le sentiment de Mrs mes beaux-frères qui seront vivants, de Mrs de Lamoignon, de Verthamon, Phélypeaux et d’Aguesseau père et fils, n’osant pas donner cette peine à M. de Pontchartrain accablé du soin des plus importantes affaires de l’État, et cela à l’effet d’assurer la dot de la femme que mon fils épousera, et d’empêcher que les biens que je substitue ne soient dissipés si mon fils meurt sans enfants55. »

23De fait, le jeune Omer III, qui avait embrassé la carrière des armes, se mariera après la mort de son père survenue en 1698. Colonel du Régiment d’Orléans en 1700 à l’âge de 24 ans, il épousait, la même année, Marie-Louise Molé, fille du président à mortier Louis Molé de Champlatreux dont l’aïeul Mathieu Molé (1584-1656), premier président du parlement de Paris (1641-1653) et garde des Sceaux (1651-1656), s’illustra par sa fermeté aux heures difficiles de la Fronde. C’était donc une alliance particulièrement brillante, toujours dans le même milieu de la grande robe parisienne, probablement concoctée par les membres de l’entourage familial investis de la confiance du testateur.

  • 56 Marie de Fourcy, la femme d’Olivier III d’Ormesson, était la sœur de Jean de Fourcy (1623-1655), c (...)
  • 57 Olivier II Lefèvre d’Eaubonne (1562-1614) était le fils d’Olivier Ier Lefèvre d’Ormesson (†1600), (...)

24Outre l’allusion à Louis II de Pontchartrain qui, depuis peu contrôleur général, ministre et secrétaire d’État, fait désormais figure de chef de clan, cet extrait du testament de Denis Talon apparaît très évocateur par l’énumération des personnes de confiance choisies pour veiller à l’établissement de son fils unique. Elle dévoile, en effet, tout un plan de la parentèle rapprochée des Pontchartrain où ceux-ci puiseront des amis sûrs et des collaborateurs dévoués. Les beaux-frères mentionnés en tête sont Daniel Voysin, Thierry Bignon et le conseiller à la Grand’ Chambre Jean-François Joly de Fleury (1636-1702), respectivement époux de Marie, Françoise et Madeleine Talon, les trois sœurs de Denis Talon. Vient ensuite Chrétien-François de Lamoignon, neveu donc par alliance de Denis. Il précède, dans l’ordre, Michel-François de Verthamon (1654-1738), Jean Phélypeaux (1646-1711), Henri Daguesseau (1636-1716) et Henri François Daguesseau, le fils (1668-1751), futur chancelier de France (1717-1750). Verthamon, maître des requêtes en 1677, était le gendre de Thierry Bignon et de Françoise Talon par son mariage avec Marie-Anne Bignon (1661-1730). À la mort de son beau-père en 1697, il lui succédera comme premier président du Grand Conseil, grâce à l’appui de Pontchartrain. Jean Phélypeaux, conseiller au Grand Conseil en 1682, marié en 1683 à Marie-Anne de Beauharnais (sa cousine), maître des requêtes en 1686, était le frère cadet et unique de Pontchartrain qui, en 1690, lui obtiendra le poste très convoité d’intendant de la généralité de Paris, puis, en 1693 une place de conseiller d’État. Daguesseau père, après avoir été président du Grand Conseil (1661) et être passé par les intendances (1667-1685), deviendra l’un des grands collaborateurs des deux Pontchartrain, d’abord de Louis comme conseiller d’État au Conseil royal des Finances (1695), ensuite de Jérôme comme président du nouveau Conseil de Commerce institué en 1700. Il faisait en même temps partie de leur cercle familial, ayant épousé en 1663 Claire Eugénie Le Picart de Périgny, fille du maître des requêtes Jean-Baptiste Le Picart de Périgny et de Catherine Talon, sœur de Marie-Suzanne, la femme de Louis Ier de Pontchartrain. Son fils Henri-François, procureur général du parlement de Paris de 1700 à 1717, s’était signalé, on l’a vu, tout à la fin du règne de Louis XIV, par sa pugnacité dans l’opposition à la réception de la bulle Unigenitus, manifestant ainsi les mêmes convictions gallicanes que son parent le chancelier Pontchartrain qui, en la circonstance, choisit de donner sa démission. Auparavant, en 1694, étant alors avocat général, ce cousin issu de germain de Jérôme de Pontchartrain s’était marié dans une famille indirectement alliée aux Phélypeaux de la branche d’Herbault-La Vrillière. Sa femme Anne Françoise Lefèvre d’Ormesson (1678-1735) était, en effet, la petite-fille du maître des requêtes Olivier III Lefèvre d’Ormesson (1616-1686) marié en 1640 à Marie de Fourcy (morte en 1685) dont la nièce, Marie-Marguerite de Fourcy, épousera en 1670 le secrétaire d’État Balthazar Phélypeaux de Château-neuf56. D’autre part, Olivier III, qui, rapporteur au procès Fouquet, osa opiner pour le bannissement et non pour la mort, était lui-même le neveu d’une Marie Hennequin mariée en 1591 à Olivier II Lefèvre d’Eaubonne, président des Comptes en 1600, mort en 161457. Cette Hennequin, fille d’un pionnier de la Ligue, le président à mortier Pierre Hennequin de Boinville, mène à la fois aux Potier par son frère le maître des requêtes Oudard Hennequin de Boinville, et aux Phélypeaux par sa cousine Renée Hennequin : Oudard avait épousé Renée Potier, fille du président Blancmesnil, et Renée Hennequin, femme de Raoul Le Féron, était la belle-mère du conseiller d’État Balthazar Phélypeaux d’Herbault marié en 1620 à Marie Le Féron. Ainsi chez les Lefèvre d’Ormesson, comme chez les Le Féron, les Potier, les Phélypeaux, les De Mesmes, les Feydeau, etc., on retrouve encore la trace des inévitables « Hennequin de Paris », cette famille dont les multiples alliances reflètent bien la très forte endogamie qui prévalait alors chez les grands robins de la capitale.

  • 58 Denis Talon avait épousé en 1671 Élisabeth-Angélique Favier, fille de Jacques Favier, intendant à (...)

25Cependant, ici, c’est surtout à partir des exemples de Chrétien-François de Lamoignon et de Michel-François de Verthamon qu’il faut se placer pour saisir l’étroite imbrication du réseau Phélypeaux et du « lobby » parlementaire. Les deux hommes apparaissent côte à côte, de manière significative, dans un autre passage du testament, déjà cité, de Denis Talon. Envisageant l’éventualité de la mort de son épouse, née Favier58, Denis s’adresse non seulement à ses beaux-frères, mais aussi à Lamoignon et à Verthamon nommément, pour les charger de veiller sur le jeune Omer III, son fils unique :

« En cas de décès de ma femme, déclare-t-il, je souhaite que dans les choses importantes mon fils ne fasse rien que par l’avis de Mrs ses oncles, de M. de Lamoignon, avocat général, et de M. de Verthamon, maître des requêtes, que j’espère qui ne lui refuseront pas ce secours en considération de l’amitié qu’ils m’ont toujours témoignée. »

  • 59 Rappelons que Mme de Lamoignon (Marie-Jeanne Voysin) était la fille du conseiller d’État Daniel II (...)
  • 60 Marie d’Aligre (1633-1724), la mère de Michel-François de Verthamon, se remariera à Godefroy, comt (...)

26Comme ces lignes le suggèrent, Lamoignon et Verthamon entretenaient très probablement des relations suivies qui venaient renforcer les liens de parenté. Leurs épouses, Marie Jeanne Voysin et Marie Anne Françoise Bignon, étaient cousines germaines, et, de plus, la première – Mme de Lamoignon – descendait d’une Verthamon, sa grand-mère Marguerite de Verthamon (morte en 1658), mariée en 1612 à Daniel Ier Voysin, greffier en chef au parlement de Paris (mort en 1621)59. Cette Marguerite était, elle-même, la tante de Michel-François de Verthamon qui se trouvait ainsi très proche parent de Mme de Lamoignon. Par la suite, en 1711, un lien supplémentaire de parenté s’établissait entre les Lamoignon et les Verthamon avec le mariage, déjà mentionné, du futur chancelier Guillaume de Lamoignon et de Madeleine-Louise d’Aligre. Guillaume était le fils de Chrétien-François de Lamoignon et de Marie-Jeanne Voysin ; Madeleine-Louise, la fille du président à mortier Étienne IV d’Aligre et de Marie-Madeleine Le Pelletier, elle-même sœur du premier président Louis II Le Pelletier. Or les d’Aligre se rattachaient étroitement aux Verthamon, le président d’Aligre et Michel-François de Verthamon étant cousins germains : la mère de Michel-François s’appelait Marie d’Aligre, et cette Marie, mariée au maître des requêtes François de Verthamon, était la sœur de Michel d’Aligre, le père d’Étienne IV60.

  • 61 Pour les Bertrand de La Bazinière, voir Tallemant des Réaux, Historiettes, Pléiade, t. 2, p. 200-2 (...)
  • 62 De son premier lit avec Daniel Ier Voysin, Marguerite de Verthamon eut, entre autres fils, Charles (...)

27Le nom de Verthamon ne permet pas seulement de remonter au premier président de Lamoignon (1658-1677), puisque celui-ci était le père de Chrétien-François, et au premier président Le Pelletier (1707-1712), ce dernier étant le beau-frère d’Étienne IV d’Aligre. Il conduit encore au premier président Jean-Antoine de Mesmes (1712-1723) en partant de Marguerite de Verthamon, la tante de Michel-François de Verthamon et l’aïeule de Mme de Lamoignon, née Voysin. Veuve en 1621 de Daniel Ier Voysin, Marguerite s’était remariée peu après à un ancien commis de Voysin, Macé Ier Bertrand de La Bazinière, gros financier et trésorier de l’Épargne, mort en 1642. De cette union naquit Macé II Bertrand de La Bazinière, trésorier de l’Épargne en 1643, à la suite de son père. Plus tard, ses activités de « traitant » lui vaudront d’être lourdement taxé et un moment emprisonné par la Chambre de justice de 1661. Il mourut en 1688, complètement ruiné ; mais, avant la débâcle, Macé II avait su bien établir sa fille Marguerite Bertrand de La Bazinière, mariée en 1660 au maître des requêtes Jean-Jacques de Mesmes, président à mortier en 167161. Un an après le mariage naissait Jean-Antoine, le futur premier président, qui épousera en 1695 Marie-Thérèse Feydeau, fille du président au Grand Conseil Denis Feydeau de Brou et de Marie-Anne Voysin. Cette alliance, dont on a déjà parlé, ramène à nouveau aux Lamoignon et aux Verthamon, Mme Feydeau (Marie-Anne Voysin) étant cousine germaine de Mme de Lamoignon (Marie-Jeanne Voysin) et, comme elle, une petite-fille de Daniel Ier Voysin et de Marguerite de Verthamon62. Autrement dit, Jean-Antoine de Mesmes, qui, par sa mère née Bertrand de La Bazinière, était l’arrière-petit-fils du second lit de Marguerite de Verthamon, avait épousé, en la personne de Marie-Thérèse Feydeau, l’arrière-petite-fille du premier lit de la même Marguerite (tableaux 23 et 24).

  • 63 Pour Bonaventure Quentin de Richebourg, voir D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, op. cit., p. (...)

28Les Verthamon et les Feydeau entraînent encore sur de nouvelles pistes qui permettent de pénétrer plus avant dans le réseau Phélypeaux, par l’intermédiaire des Lefèvre de Caumartin et des Quentin de Richebourg. Catherine Madeleine de Verthamon (1642-1722), une tante de Michel-François de Verthamon (le gendre de Thierry Bignon), s’était mariée en 1664 au maître des requêtes Louis François Lefèvre de Caumartin (1624-1687), veuf en 1654 de Marie Urbaine de Sainte-Marthe. Ce Caumartin se rattachait à la parentèle des Pontchartrain par sa mère Madeleine de Choisy, femme du conseiller d’État Louis Lefèvre de Caumartin. Madeleine était, en effet, la sœur de Marguerite de Choisy, mariée en 1618 à Aignan de Beauharnais de Miramion, un officier de finance, beau-frère de Paul de Pontchartrain (marié en 1605 à Anne de Beauharnais). D’autre part, le mariage en 1668 de Louis II de Pontchartrain avec Marie de Maupeou avait rapproché les Pontchartrain et les Feydeau. Mme de Pontchartrain, fille de Pierre III de Maupeou, président de la cinquième Chambre des enquêtes (mort en 1682), et de Marie Quentin de Richebourg, était la nièce de Marie Feydeau (morte en 1690) mariée au maître des requêtes Charles Quentin de Richebourg (1618-1671), le frère de Marie. Cette Marie Feydeau était la sœur de Denis Feydeau de Brou, l’époux de Marie-Anne Voysin et le beau-père du premier président Jean-Antoine de Mesmes. Elle ne doit pas être confondue avec sa tante Marie Feydeau, fille du fermier général Denis Feydeau de Brou (mort en 1632) marié à Gabrielle Hennequin, et seconde femme du président des Comptes Pierre II de Maupeou qui, d’un premier mariage avec Catherine de Villemontée, avait eu Pierre III, le futur époux de Catherine Quentin de Richebourg. Toutes ces alliances nous font remonter au cœur du monde de la finance du premier xviie siècle. Catherine Quentin de Richebourg, la mère de Mme de Pontchartrain, et son frère Charles, l’époux de Marie Feydeau, sont les enfants du fermier général Bonaventure Quentin de Richebourg (1581-1659) marié en 1613 à Catherine Pavillon, sœur du fermier général Étienne Pavillon et de l’évêque d’Alet Nicolas Pavillon. Ce Bonaventure s’était lié très tôt, en les servant comme sous-fermier, à Denis Feydeau et à son frère Antoine qui, tous les deux financiers très actifs, jouèrent un rôle prépondérant durant les décennies 1610 et 1620 dans la prise en charge du bail de la ferme générale des Aides et dans celui de la ferme générale des Gabelles63. Par sa mère née Quentin de Richebourg, Mme de Pontchartrain présentait donc, en fait d’arbre généalogique, de belles origines financières : elle était la petite-fille du fermier général Bonaventure Quentin de Richebourg, la petite-nièce du fermier général Étienne Pavillon et l’arrière-petite-nièce du fermier général Denis Feydeau de Brou.

  • 64 Tallemant des Réaux, Historiettes, t. 2, p. 399.
  • 65 Cf. Hélène Duccini, Concini, Paris, Albin Michel, 1991, 462 p., p. 75, 76, 79, 217, 316 et 317.
  • 66 Cf. Françoise Bayard, Le monde des financiers…, op. cit., p. 276.
  • 67 Tallemant des Réaux, Historiettes, t. 2, p. 749.
  • 68 Cf. Ch. Frostin, « Les fondatrices et la Mission lointaine au xviie siècle. Milieu dévot, milieu m (...)

29Ce même milieu financier, on le retrouve avec Madeleine de Choisy, la mère de Louis François Lefèvre de Caumartin, et avec sa sœur Marguerite, l’épouse d’Aignan de Beauharnais de Miramion. Madeleine et Marguerite étaient les filles de Jean de Choisy, receveur général des finances à Caen, et de Madeleine Le Charron dont le père, puis le frère furent trésoriers généraux de l’extraordinaire des Guerres. Publicain « enrichi par la maltote64 », Jean de Choisy connaissait bien les frères Feydeau, et plus particulièrement Antoine pour avoir fait partie, à ses côtés, d’un petit cercle d’affairistes – combien honni – entièrement à la dévotion du couple Concini. Cela valut aux deux hommes de connaître de durs moments lors de la chute du maréchal d’Ancre au mois d’avril 1617 : chez Choisy, comme chez Feydeau, les scellés furent mis, la comptabilité examinée, et de plus, à chacun, « on bailla un exempt des gardes65 ». Gendre de Jean de Choisy, Aignan de Beauharnais s’était, lui aussi, tourné vers les offices de finance, devenant en 1628 contrôleur général de l’extraordinaire des Guerres. Il avait succédé dans cette charge à son frère Jacques, mort sans alliance. Un autre de ses frères, Guillaume, était trésorier général de France au bureau des finances d’Orléans, ville d’origine de la famille Beauharnais. Quant à sa sœur Anne (morte en 1652), l’épouse de Paul de Pontchartrain, une femme de tête qui, veuve dès 1621, sut gérer et agrandir le domaine de Pontchartrain, elle n’hésitait pas, l’atavisme aidant, à investir dans les entreprises des publicains : on la voit en 1634, par exemple, avancer 18 000 livres au groupe adjudicataire de la ferme générale des Gabelles66. Mais c’est surtout le mariage en 1645 du fils d’Aignan, Jean-Jacques de Beauharnais de Miramion, « conseiller au Parlement fort riche67 », avec Marie Bonneau, une jeune tourangelle âgée de 16 ans, qui met en évidence la profonde immersion de toute cette parentèle rapprochée des Pontchartrain dans le monde des gros manieurs d’argent. Marie Bonneau – la célèbre Mme de Miramion, grande dévote, « fondatrice » d’institutions charitables en France et bienfaitrice de l’œuvre missionnaire en Extrême-Orient68 – était la fille de Jacques Bonneau et la nièce de Thomas Bonneau, deux frères qui appartenaient au puissant syndicat financier tourangeau alors à son apogée. Plus que Jacques qui disparaît dès 1644, l’animateur de ce syndicat fut Thomas, mort en 1662 : de 1632 à 1635, il exerça, en effet, avec une poignée d’associés, un contrôle absolu sur la ferme générale des Gabelles de France. Or précisément, parmi ces associés, figure l’aïeul de Mme de Pontchartrain, le fermier général Bonaventure Quentin de Richebourg, un Tourangeau lui aussi, qui se trouvait proche des Bonneau par le mariage de son frère Charles avec Catherine Robin. Fille de Claude Robin, commissaire des guerres et échevin de Tours, cette Catherine était la sœur de Suzanne Robin, femme de Thomas Bonneau, également échevin de Tours, et mère de Jacques et Thomas Bonneau, les deux financiers.

  • 69 D. Dessert, « Finances et société au xviie siècle : à propos de la Chambre de justice de 1661 », A (...)
  • 70 D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, op. cit., p. 724, note 70.
  • 71 Rappelons que ce Caumartin, prénommé Louis, successivement conseiller au Grand Conseil, maître des (...)

30La Chambre de justice, créée en 1661 pour rechercher les malversations perpétrées dans les affaires de finances publiques depuis 1635, déboucha en 1665 sur un arrêt du mois de juillet qui décidait l’abandon des poursuites contre les fermiers et les traitants moyennant le versement d’une taxe individuelle forfaitaire. L’historien Daniel Dessert a dressé la liste impressionnante (250 noms environ) des traitants taxés à 100 000 livres et plus, y compris ceux disparus avant 1665, mais dont la succession fut souvent sévèrement frappée69. Dans le peloton de tête comprenant les financiers dont la taxe dépassait le million de livres, figure le nom de Bonaventure Quentin de Richebourg, mort en 1659. Comme le fait remarquer Daniel Dessert, « sa grande activité de maltôtier, qui le place au tout premier rang des publicains de son temps, explique la lourde taxe de 2 000 000 L. qui est infligée à sa succession en 166570 ». Son ancien associé Thomas Bonneau, mort en 1662, est encore plus haut placé dans ce peu honorable palmarès avec une énorme taxe de 3 500 000 L. qui s’abattit sur sa succession. Quant à Jacques Bonneau, le père de Mme de Miramion, quoiqu’il ait disparu dès 1664, sa succession n’en fut pas moins taxée à 600 000 L. Tout ce milieu affairiste semble être loin du « lobby » des grandes familles parlementaires auquel les Phélypeaux se trouvaient également liés. En réalité, les poursuites et les condamnations de la Chambre de justice de 1661 n’empêchèrent nullement les proches descendants des « maltôtiers » les plus notoires de contracter des alliances dans le monde pourtant très fermé de la grande robe parisienne. Ainsi, en 1680, la petite-fille de Bonaventure Quentin de Richebourg, Marie-Jeanne Quentin de Richebourg, épousait Urbain-Louis Lefèvre de Caumartin (1653-1720), alors conseiller au parlement de Paris, et bientôt maître des requêtes en 1682, puis intendant des Finances en 1690 (tableau 25). L’alliance était flatteuse pour une Quentin, les Caumartin appartenant à une famille considérable de la robe qui comptait, dès 1413, avec Pierre Lefèvre, un président à mortier au parlement de Paris, et, par la suite, entre autres illustrations, un garde des Sceaux (1622) en la personne de Louis Lefèvre de Caumartin, ancien président au Grand Conseil (1596). Mais pour les Caumartin, cette union allait s’avérer aussi une excellente affaire. Malgré la taxe de 2 000 000 L. dont fut frappée la succession de son aïeul, Marie-Jeanne, fille unique du maître des requêtes Charles Quentin de Richebourg et de Marie Feydeau de Brou, était une riche héritière qui apportait notamment en dot le château de Saint-Ange, près de Fontainebleau, bâti par François Ier pour la duchesse d’Étampes. Et surtout, elle était la cousine germaine de Mme de Pontchartrain, ce qui cimentait en quelque sorte le rapprochement amorcé en 1622 entre les Caumartin et les Pontchartrain par le mariage, déjà mentionné, d’un Caumartin avec une de Choisy apparentée aux Beauharnais71 (tableau 26). Aussi, la carrière de Urbain-Louis Lefèvre de Caumartin, l’époux de Marie-Jeanne Quentin, sera-t-elle désormais liée à l’heureuse fortune de son cousin Louis de Pontchartrain qui allait bientôt éclater au grand jour. Devenu contrôleur général, le 20 septembre 1689, Pontchartrain s’empressait quelques mois plus tard, à la faveur de la création de quatre nouvelles charges d’intendant des Finances, de lui en faire attribuer une, le 6 avril 1690. De même, il le fera pourvoir d’une charge de conseiller d’État semestre, le 15 janvier 1697, à la faveur de la vacance d’une place au Conseil provoquée par la mort de son beau-frère Jérôme II Bignon. Passé conseiller d’État ordinaire en 1702, tout en conservant ses fonctions d’intendant des Finances sous les contrôleurs généraux Chamillart (1699-1708) et Desmarets (1708-1715), Urbain-Louis Lefèvre de Caumartin mourra sous-doyen du Conseil en 1720.

  • 72 Saint-Simon, Pléiade, t. 1, p. 363.
  • 73 « Il [Caumartin] était fort du grand monde, avec beaucoup d’esprit, et il était obligeant, et au f (...)
  • 74 Le père de Marc-René, René de Voyer, comte d’Argenson (1624-1700), maître des requêtes en 1649, fu (...)
  • 75 Marc-René, d’abord avocat, puis, durant quelques années, substitut du procureur général du parleme (...)
  • 76 Pour les débuts difficiles de Marc-René d’Argenson, puis sa rencontre avec Caumartin, sa présentat (...)
  • 77 Journal… du marquis d’Argenson, t. 1, p. 11.

31Ce Caumartin, marquis de Saint-Ange et comte de Moret, « grand homme, beau et très bien fait, fort capable dans son métier de robe et de finances72 », apparaît comme l’un des grands collaborateurs-parents de Louis de Pontchartrain dont il fut presque l’alter ego au Contrôle Général. Son rôle ne s’arrêta pas là. « Ami confident » de Pontchartrain, et même « gâté » par sa confiance aux dires de Saint-Simon73, il sut profiter de son crédit près de son cousin et protecteur pour placer au mieux ses propres protégés. Ce fut le cas, en particulier, de Marc-René de Voyer de Paulmy, marquis d’Argenson (1652-1721), issu d’une vieille famille parlementaire originaire de Touraine, mais qui, laissé sans fortune par son père, ancien ambassadeur à Venise74, végétait depuis 1679 dans le « chétif exercice » de la charge de lieutenant général civil de la sénéchaussée et siège présidial d’Angoulême75. En 1691, Caumartin, à l’occasion d’une tenue de « Grands Jours » à Angoulême, y fit sa connaissance, s’engoua de lui, et le persuada de monter à Paris où il le présenta à Pontchartrain. Pourvu dès 1692 de « commissions lucratives et surtout bien laborieuses76 » comme celle de procureur général pour le jugement des prises maritimes, Marc-René d’Argenson ne tarda pas à s’imposer par sa compétence et sa puissance de travail, au point qu’à la fin de l’année 1693 Pontchartrain le chargea de diriger la formation administrative de son fils Jérôme, âgé de 19 ans, pour qui il venait d’obtenir du Roi la survivance de sa charge de secrétaire d’État (le 14 décembre). Auparavant, ce qui explique aussi cette marque de confiance, Marc-René avait épousé, le 14 janvier 1693, Marguerite Lefèvre de Caumartin (1672-1719), fille du conseiller d’État Louis-François Lefèvre de Caumartin et de Catherine Madeleine de Verthamon, sa seconde femme, cette Marguerite étant la sœur consanguine de Urbain-Louis Lefèvre de Caumartin, l’intendant des Finances, fils lui-même de Louis-François et de Marie-Urbaine de Sainte-Marthe, sa première épouse. Le mariage fut d’ailleurs arrangé par Urbain-Louis, avec le concours de Pontchartrain qui « en facilita tous les moyens77 ». Marc-René d’Argenson entrait ainsi de plain-pied dans la parentèle des Pontchartrain, cette union avec une Caumartin le rapprochant à la fois des Quentin de Richebourg alliés aux Maupeou et des Verthamon alliés aux Bignon. Dès lors sa carrière était assurée. L’année suivante, en 1694, quoique toujours impécunieux, il pouvait acheter une charge de maître des requêtes, grâce à l’argent avancé sans intérêt par Jacques Fermé, receveur des tailles à Angoulême. Là encore, la présence de Pontchartrain se profile à l’arrière-plan. Prêter, même sans intérêt, à un protégé, par surcroît parent, du contrôleur général en place ne pouvait, en effet, s’avérer un mauvais calcul. Dans son Journal parfois très instructif, le fils aîné de Marc-René, le marquis René-Louis d’Argenson (secrétaire d’État aux Affaires étrangères de 1744 à 1747), le laisse clairement entendre, en relatant sans fard la transaction et les multiples avantages qui s’ensuivirent pour le généreux prêteur :

  • 78 Ibid.

« Ce monsieur Fermé, écrit-il, s’était pris d’une grande passion pour mon père ; il voulut ainsi hasarder son bien et aida mon père de tout ce qu’il lui fallut. Aussi mon père a-t-il fait sa fortune, il l’a mis dans toutes les affaires qu’il a pu ; on est homme là à gagner de gros biens ; lui et ses enfants nous ont toujours été fort attachés78. »

  • 79 Cf. D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, op. cit., p. 624-625.

32De tels propos sont révélateurs. Il ne fait guère de doute que cette affaire de prêt sans intérêt tourna à la prévarication de la part de Marc-René d’Argenson qui, devenu l’obligé de Jacques Fermé, lui obtint, probablement par l’intermédiaire de Caumartin, l’indispensable parrainage de Pontchartrain pour pouvoir participer aux juteuses « affaires du Roi » mises en coupe réglée par les publicains. De ce parrainage, les preuves évidentes en sont fournies par l’activité de « traitant » déployée par Fermé au cours des dernières années de la guerre de la ligue d’Augsbourg, et, dans la foulée, par le mariage de son fils, Marc-Jacques, conseiller au parlement de Paris en 1708, avec la fille du fermier général Michel Le Bel (1643-1720), autre « traitant » durant le même conflit, qui était lui-même apparenté aux Pontchartrain par les Maupeou79. Quant à d’Argenson, désormais pourvu d’un véritable état, et non plus de simples commissions, par l’acquisition de cette charge de maître de requêtes, l’heure de la grande réussite avait enfin sonné pour lui. Membre du Conseil des Prises en 1695, procureur général de la commission des francs-fiefs et des faux nobles en 1696, il devenait, l’année suivante, lieutenant général de police de la ville de Paris, et conservera ce poste d’une importance primordiale jusqu’en 1718 où le Régent le nommera garde des Sceaux en même temps que « directeur et administrateur principal des Finances ». Sa disgrâce, liée à l’affaire Law, surviendra en 1720, un an avant sa mort.

  • 80 Montesqieu, Pensées. Le Spicilège, Paris, Robert Laffont, 1991, Pensées, p. 597.

33C’était Pontchartrain, qui, désireux de se débarrasser du vieux La Reynie, âgé de 72 ans et en fonction depuis 1667, avait imposé en 1697 d’Argenson comme lieutenant général de police. Rappelons qu’en plus des Finances et de la Marine, Louis de Pontchartrain, qui avait aussi la Maison du Roi dans son département, était, à ce titre, « ministre de Paris » et donc le supérieur hiérarchique direct du lieutenant général de police. Louis passant à la Chancellerie en 1699, d’Argenson eut à travailler jusqu’en 1715 sous l’autorité de son ancien « élève » Jérôme de Pontchartrain devenu, à son tour, titulaire de la Maison du Roi. Si ses relations avec ce secrétaire d’État exigeant et ombrageux furent loin d’être faciles, elles semblent, par contre, être restées toujours très bonnes avec Pontchartrain père. À cela, aspect embarrassant, il y a, en guise d’explication au moins partielle, l’existence d’un penchant commun aux deux hommes pour l’affairisme. Même après sa nomination de chancelier de France, Louis de Pontchartrain ne cessa, en effet, de protéger les financiers qui étaient à sa dévotion depuis les années 1690. Continuant en même temps à s’intéresser, en sous-main, à leurs diverses activités, il paraît avoir opéré en collusion avec Marc-René d’Argenson qui, de son côté, se trouvait parfaitement averti des multiples possibilités d’agiotage offertes par la place de Paris en ces temps de guerre quasi permanente caractérisés par l’utilisation massive de la monnaie fiduciaire. Montesquieu, qui, reçu président à mortier au parlement de Bordeaux en 1716, n’avait guère apprécié que ce lieutenant général de police, ancien petit juge de province, devint garde des Sceaux en 1718, le traite de « petit homme, sans mérite et naissance, […] échappé à la Chambre de Justice80 ». De fait, d’Argenson, de même d’ailleurs que l’ex-chancelier Pontchartrain, faillit être englobé dans les poursuites de la Chambre de justice instituée par l’édit du 14 mars 1716 pour rechercher les malversations commises entre le début de la guerre de la ligue d’Augsbourg et la mort de Louis XIV.

  • 81 Cf. D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, op. cit., p. 252-253.
  • 82 Pour Paul Poisson de Bourvalais, voir les Mémoires de Robert Challes, op. cit., p. 205-215 ; Jacqu (...)

34Rien de fâcheux cependant ne se produisit alors ni pour d’Argenson, ni pour Pontchartrain, en dépit des lourdes suspicions pesant sur eux. En bon policier, Marc-René conservait trop de dossiers compromettants, notamment sur les intrigues de Philippe d’Orléans, le futur Régent, durant son commandement en Espagne en 1708-1709 : cela suffisait à le rendre intouchable. D’autre part, s’agissant de Pontchartrain, sa mise en cause risquait de déclencher un scandale énorme, aux conséquences incalculables dans l’opinion publique. Finalement, le procureur général de la Chambre de justice, Michel Charles Bouvard de Fourqueux, se borna à exiger de lui une déclaration de ses biens, sans oser pousser les choses plus avant. Du moins, à défaut de poursuivre ces deux hauts personnages, la Chambre frappa-t-elle sévèrement certains de leurs protégés. Tel le cas du notaire parisien Jean-Nicolas Liévain qui, nommé receveur général des deniers comptants des loteries par d’Argenson et saisi par la fièvre de l’agiotage, profita de la complaisance du lieutenant général de police pour détourner l’argent qu’on lui confiait et l’employer à l’acquisition par des voies usuraires de papiers royaux, parachevant le tout par une banqueroute frauduleuse. Bien que d’Argenson ait tenté de soustraire Liévain à la Chambre de justice, l’indélicat notaire sera mis au pilori et condamné à cinq ans de bannissement81. Tel encore, à un niveau beaucoup plus élevé et moins malodorant de la spéculation, le cas célèbre de Paul Poisson de Bourvalais, fils et petit-fils de notaires de Laval, un homme lige de Pontchartrain, qui l’ayant connu comme simple huissier à l’époque de sa présidence du Parlement de Bretagne, en fit l’administrateur de ses propres biens et, en même temps, l’un des plus gros financiers du royaume, à la faveur des guerres de la ligue d’Augsbourg et de la Succession d’Espagne. La Chambre de justice renversera complètement la fortune de Bourvalais. Arrêté et emprisonné à la Bastille, puis à Compiègne, le grand protégé de Louis de Pontchartrain verra tous ses biens saisis et, de plus, sera littéralement écrasé par une taxe de 4 400 000 livres. Démarche combien révélatrice de la solidarité entre d’Argenson et Pontchartrain, en 1718, l’ancien lieutenant général de police, fraîchement promu garde des Sceaux, réussira à obtenir pour Bourvalais une transaction avantageuse avec l’État, ce qui permettra à ce financier, lors de sa mort survenue la même année, de laisser à sa veuve quelques débris de fortune82.

  • 83 Saint-Simon, t. 1, p. 648.
  • 84 Robert Challes, Mémoires…, p. 220.
  • 85 Cf. D. Dessert, Argent…, p. 650.

35De même que Pontchartrain et d’Argenson, un troisième haut personnage aurait pu, lui aussi, figurer sur les rôles de la Chambre de justice de 1716. C’était leur cousin et beau-frère, l’ancien intendant des Finances Urbain-Louis Lefèvre de Caumartin. Saint-Simon, toujours très discret sur le chapitre de l’affairisme, parle pudiquement, à son sujet, d’ » un amas de blé dont il fut fort accusé dans un temps de cherté, et diverses autres choses dont il se justifia très bien », mais qui, ajoute le mémorialiste, « avaient laissé un nuage dans l’esprit du Roi83 ». Ce « nuage » devait être épais, si, du moins, Louis XIV était au courant de ce qu’avance Robert Challes, un écrivain de Marine, ancien protégé de Seignelay, et, à ce titre, résolument hostile à Pontchartrain et à son clan. Selon Challes, Caumartin aurait été impliqué dans une vaste affaire d’accaparement des blés à des fins spéculatives montée sur l’initiative du fermier général Claude Miotte, en accord avec Pontchartrain, pour la période 1694-1696, années de récoltes abondantes succédant à la terrible disette de 1693-1694. Toujours selon le même témoignage, on procéda alors à des « amas prodigieux de blé » qui furent stockés dans des endroits sûrs, en particulier « à Maintenon, dans le château de la marquise, à Pontchartrain, dans celui du ministre, à Moret, sur les terres, dans les fermes et dans le château de M. de Caumartin84 ». Mise à part l’accusation portée contre Mme de Maintenon, qui apparaît peu vraisemblable, les affirmations de Robert Challes n’étaient pas sans fondement. En 1698, le parlement de Paris, ayant eu vent de l’affaire, fit arrêter Claude Miotte et rendit un arrêt ordonnant qu’il « serait recommandé pour lui être son procès fait et parfait ». Pontchartrain para aussitôt le coup en suscitant un arrêt, antidaté, du Conseil du Roi, qui évoquait la cause, défendait au Parlement d’en connaître et décidait l’élargissement de Miotte. Celui-ci en fut quitte pour un « semblant de peine » : 10 000 livres d’amende et la livraison d’une certaine quantité de grains à l’Hôpital Général. Mais ce n’était que partie remise. En 1716, n’ayant plus Pontchartrain en place pour le protéger, il se voyait embastillé, avec saisie de ses biens, puis lourdement taxé à 1 500 000 livres, sur décision de la Chambre de justice85.

  • 86 Ibid., p. 317.
  • 87 Parallèlement à ses activités financières, Miotte s’occupait de la gestion de grands domaines. Il (...)
  • 88 Cf. F. Bluche, Les magistrats du parlement de Paris…, op. cit., p. 335.
  • 89 Marie Talon, l’épouse de Pierre Thévenin, était la fille de Nicolas Talon († 1618), procureur au p (...)
  • 90 La Comptablie de Bordeaux : droit d’octroi perçu à l’entrée de cette ville.
  • 91 La terre de Tanlay, pourvue d’un important château, avait été vendue, en 1642, par Claude Vignier, (...)
  • 92 Cf. Michel Antoine, Inventaire des Arrêts du Conseil du Roi, Paris, SEVPEN, 1968, t. 1, 1715-1720, (...)

36De manière générale, les relations privées des publicains avec le haut personnel administratif et politique facilitèrent considérablement leurs entreprises, y compris les trafics les plus coupables. Dans l’affaire d’accaparement des blés évoquée ici, le fait que Caumartin avait affermé ses terres de Saint-Ange et de Moret à Claude Miotte86 donne évidemment du poids à l’accusation de recel lancé par Challes contre l’intendant des finances. De plus, Caumartin était le débiteur de Miotte, celui-ci faisant partie d’un groupe de financiers auquel il avait emprunté 110 000 livres, avec une hypothèque privilégiée sur son office87. Il se trouvait ainsi, vis-à-vis de Claude Miotte, en position d’obligé, et donc dans une situation semblable à celle de Marc-René d’Argenson vis-à-vis de Jacques Fermé qui lui avait accordé un prêt sans intérêt pour l’acquisition de son office de maître des requêtes. Les conséquences en sont faciles à deviner. Mais surtout le personnage de Claude Miotte, en raison de son appartenance à un milieu affairiste extrêmement proche du trio Pontchartrain-Caumartin-d’Argenson, peut servir d’exemple pour illustrer le jeu des solidarités – poussé jusqu’à la collusion – entre financiers et administrateurs et mettre ainsi en lumière l’existence de liens d’intérêt puissants propres à cimenter l’entente de ce même trio déjà uni par des liens de parenté. Miotte, le fermier de Caumartin, était aussi un publicain de grande envergure qui participa à plus d’une centaine de traités entre 1696 et 1714. Dans cette dernière activité, il travaillait en contact étroit avec Paul Poisson de Bourvalais, par ailleurs receveur général et fermier de Pontchartrain qui lui avait confié l’administration de ces propres biens et la gestion de son comté du même nom situé dans la vallée de la Mauldre. Bourvalais était, lui-même, l’ami et l’associé de Jean Thévenin l’aîné, un traitant des plus actifs jusqu’à sa mort en 1708, et également un fermier de Pontchartrain pour un autre de ses domaines, la seigneurie de Villiers. Thévenin l’aîné, protestant converti au catholicisme, issu d’une famille échevinale originaire de l’Aunis anoblie en 165288, et marié en 1672 à Esther Oreils, fille d’un marchand protestant de La Tremblade (actuelle Charente Maritime), se rattachait indirectement à la parentèle Phélypeaux par le mariage de Marie Talon, cousine germaine de l’avocat général Omer II Talon89, avec Pierre Thévenin (mort avant 1670), receveur à la Comptablie de Bordeaux90, puis contrôleur des Ponts et Chaussées de la généralité de Rouen. C’est d’ailleurs grâce aux Phélypeaux qu’il deviendra marquis de Tanlay, le secrétaire d’État Louis Phélypeaux de La Vrillière lui ayant vendu, le 28 novembre 1704, ce marquisat situé en Bourgogne, avec la baronnie voisine de Thorey « et autres seigneuries attenantes91 ». De plus, ce Thévenin mène à Marc-René d’Argenson dont il était l’un des familiers pour l’avoir fréquenté dès l’époque où celui-ci résidait à Angoulême. Signe de l’amitié unissant les deux hommes, d’Argenson sera le parrain de Marc Thévenin, né du mariage, en 1706, de Jean Thévenin le cadet (frère du précédent) avec Jeanne de Palmes. Précisons que Thévenin cadet (v. 1663-1729), un greffier en chef du parlement de Bordeaux, s’était mis dans le sillage de son frère aîné, participant à une vingtaine de traités durant la guerre de Succession d’Espagne, ce qui lui vaudra d’être poursuivi par la Chambre de justice de 1716 et condamné à payer une taxe de 302 177livres92.

  • 93 Lors de son mariage en 1671 avec Esther Oreils, Thévenin était encore protestant. Sa conversion, s (...)
  • 94 Robert Challes, Mémoires…, p. 200-201.
  • 95 L’unique édition des Mémoires de Challes, due à André Augustin-Thierry (Paris, Plon, 1931), ne peu (...)
  • 96 96. Cf. F. Bluche, Les magistrats du Parlement de Paris…, op. cit., p. 133.
  • 97 97. Saint-Simon, t. 5, p. 770, note 42.
  • 98 98. Cf. D. Dessert, Argent…, p. 770, note 42.
  • 99 99. Ibid., p. 769, note 41.
  • 100 100. Ibid., p. 298, 329, 330.
  • 101 101. Mémoires de Nicolas Joseph Foucault, publiés par F. Baudry, Paris, 1862, in-4°, coll. de docu (...)
  • 102 102. Cf. Jean-Christian Petitfils, Louis XIV, Paris, Perrin, 1995, 776 p., p. 474-479.

37Très lié à d’Argenson, Thévenin l’aîné l’était aussi aux Daguesseau, mais d’une manière fort particulière, à en croire Robert Challes. Séparé très tôt d’Esther Oreils93, il serait devenu l’amant de l’épouse d’un Daguesseau, maître des requêtes, et aurait vécu en ménage à trois à son domicile, le couple Daguesseau étant logé, nourri et défrayé aux dépens de la bourse du financier94. Challes, qui dans sa malveillance systématique à l’égard des publicains n’est pas à une outrance près, se fait-il là l’écho de commérages sans fondement ? Rien ne nous a permis de le vérifier, ni d’identifier ce Daguesseau soi-disant mari complaisant95. À tout hasard, signalons que le procureur général Henri-François Daguesseau, futur chancelier, avait un frère de réputation douteuse, Joseph-Antoine Daguesseau de Valjouan, reçu conseiller au Parlement en 1700, qui se signalera, à partir de 1720, par ses talents dans la spéculation immobilière à Paris96. Saint-Simon décrit ce Valjouan comme une « espèce de philosophe voluptueux, de beaucoup d’esprit et de savoir, mais tout des plus singuliers97 », sans préciser en quoi consistait la singularité du personnage. En tout cas, le fait que Thévenin ait fréquenté assidûment des membres de la famille Daguesseau n’a en soi rien de surprenant. Les Daguesseau, proches cousins des Pontchartrain, appartenaient à leur cercle familial où le financier, lui-même, était très introduit en raison de ses relations suivies avec Louis de Pontchartrain qui n’étaient pas seulement de travail et d’affaires, mais aussi d’ordre privé. Ainsi, le 12 mars 1700, Pontchartrain, chancelier depuis peu, signe au contrat de mariage du fils unique de Thévenin, également prénommé Jean, avec Louise de Jassaud, fille de Guillaume de Jassaud, conseiller à la Grand’ Chambre du parlement de Paris98. Sa présence se comprend d’autant mieux qu’il avait prêté 45 000 livres à Thévenin pour l’aider à payer au jeune époux une charge de conseiller au Parlement et de commissaire aux requêtes99. Elle se comprend aussi parce que les Jassaud formaient une famille parlementaire influente pourvue de solides alliances, notamment dans le monde de l’administration avec le mariage de Marie de Jassaud, la tante de Louise. Cette Marie de Jassaud avait épousé, en 1675, l’intendant Nicolas Joseph Foucault (1643-1721), fils de l’indélicat greffier de la Chambre de justice de 1661 Joseph Foucault (1612-1691) qui, entièrement à la dévotion de Colbert, couvrit toutes les manipulations de pièces faites au détriment de Fouquet, et se vit récompensé en 1669 de ce travail de faussaire par une charge – capitale pour les affaires de finances – de secrétaire au Conseil d’État Direction et Finances100. Propulsé d’abord par la faveur de Colbert, puis passé sous la protection des Le Tellier, et, après 1691, sous celle de Pontchartrain, Joseph Nicolas Foucault fera une longue carrière dans les intendances (Montauban, 1674, Béarn, 1684, Poitiers, 1685, enfin Caen de 1689 à 1706) et terminera conseiller d’État (semestre en 1704, ordinaire en 1716). Administrateur compétent, doué d’une forte personnalité, il reste communément connu pour la qualité de ses Mémoires, riches en détails précis101, et aussi, titre moins flatteur, pour sa technique de « conversion » massive des protestants mise au point à la veille de la Révocation102.

  • 103 Ce Foucault de Magny, sur lequel on reviendra plus loin, succéda en 1706 à son père comme intendan (...)

38Les Jassaud devaient très probablement évoluer dans l’orbite de Pontchartrain, le Chancelier signant au contrat de mariage de Thévenin fils parmi les amis de la future. Peut-être était-ce lui qui avait arrangé cette union, de même que, peu après, en 1704, le mariage du fils de Foucault et de Marie de Jassaud, le maître des requêtes Nicolas Joseph Foucault de Magny103, avec Catherine Henriette de Ragaru, fille du maître des requêtes René de Ragaru, mort en 1709. Catherine Henriette était, en effet, la sœur de Catherine Jeanne de Ragaru mariée en 1697 à un cousin germain de Mme de Pontchartrain, Charles Bonaventure Quentin de Richebourg (1673-1733), alors conseiller au parlement de Paris, et qui, nommé maître des requêtes en 1705, sera intendant de Rouen de 1709 à 1712, et de Poitiers de 1712 à 1716. Ce Charles Bonaventure était aussi cousin germain de Mme de Caumartin, Marie Jeanne Quentin de Richebourg, mariée à Louis l’intendant des Finances. Résumons en clair : Charles Bonaventure est le fils de Jean Quentin de Richebourg (v. 1624-1703), conseiller au parlement de Metz en 1648, conseiller au parlement de Paris en 1655, et maître des requêtes en 1672 ; Mme de Caumartin est la fille de Charles Quentin de Richebourg (1618-1671), conseiller au parlement de Metz en 1643, conseiller au parlement de Paris en 1647, et maître des requêtes en 1658 ; Mme de Pontchartrain est la fille de Pierre III de Maupeou, président aux Enquêtes, et de Catherine Quentin de Richebourg. Cette Catherine et ses frères Jean et Charles, qui terminent maîtres des requêtes, sont eux-mêmes fille et fils du fermier général Bonaventure Quentin de Richebourg (1581-1659), associé et parent du fermier général Thomas Bonneau (mort en 1662), l’oncle de Mme de Beauharnais de Miramion, née Bonneau.

  • 104 Saint-Simon, t. 2, p. 998.

39De fil en aiguille, par le jeu des alliances, l’évocation des unions Thévenin-Jassaud, Jassaud-Foucault et Foucault-Ragaru nous ramène ainsi en arrière dans le temps, jusqu’au syndicat financier tourangeau, si puissant avant les années 1660 et qui a fait le point de départ de ce tour d’horizon embrassant un large secteur du réseau Phélypeaux. Vite passée à la robe du Parlement et à celle du Conseil, la proche descendance de Bonaventure Quentin de Richebourg, l’un des grands publicains du premier xviie siècle, était venue s’intégrer, dès 1668, à la parentèle des Pontchartrain par le mariage de Marie de Maupeou avec Louis de Pont-chartrain. Déjà indirectement allié à cette même parentèle par l’un de ses oncles marié à une Talon, Thévenin l’aîné s’en rapprochait donc sensiblement par le mariage, en 1700, de son fils unique avec Louise de Jassaud. Très attaché à Pontchartrain qui avait fait sa fortune, probablement se considérait-il comme un membre de la famille. C’est du moins ce que pourrait laisser croire le contenu du testament du financier daté du 26 juillet 1707, l’année précédant sa mort. Par ce testament, Thévenin léguait au chancelier Pontchartrain sa maison, « fort belle et magnifiquement meublée », de la rue Sainte-Anne, voisine de la rue Neuve-des-Petits-Champs où habitaient les Pontchartrain. Prudent, le Chancelier se garda bien d’accepter un legs si compromettant et fit sa renonciation en conséquence. C’était là se donner le mérite d’une « action de désintéressement104 », et, en même temps, bien prévoir l’avenir. Nul doute, en effet, que l’acceptation de ce legs, estimé à 500 000 livres, n’eût été retenue à charge, lors des poursuites de la Chambre de justice de 1716. Ainsi, peut-être mieux encore que les exemples de Claude Miotte et de Paul Poisson de Bourvalais, celui de Jean Thévenin l’aîné permet de saisir l’extrême importance de la question des relations personnelles avec les hommes au pouvoir dans la réussite des gros manieurs d’argent de l’époque. Ce trio publicain apparaît, on l’a vu, étroitement lié à un trio de « puissants », parents entre eux, le contrôleur général Pontchartrain, l’intendant des Finances Caumartin et le lieutenant général de police d’Argenson. L’animateur du groupe était évidemment le contrôleur général, par ailleurs grand patron et grand protecteur de l’ensemble de la gent financière, un rôle de « parrain » sur lequel on reviendra plus loin, qu’il n’abandonnera jamais complètement, même une fois devenu chancelier (tableau 27).

  • 105 De l’ensemble de ses domaines, Mazarin tirait des revenus oscillant entre 1 700 000 livres et 2 00 (...)
  • 106 Pour Urbain Aubert de Tourny, voir D. Dessert, Argent…, p. 523, notice biographique.

40L’exercice de ce patronat, s’agissant de politique domestique proprement dite, rappelle, de manière caractéristique, l’une des pratiques favorites du cardinal Mazarin qui consistait à assurer la promotion des administrateurs de ses biens privés en leur confiant le maniement des deniers publics. Seule change quantitativement, entre les deux ministres, l’ampleur de cette forme particulière de clientélisme, l’étendue pourtant importante – 7974 hectares – du comté de Pontchartrain, auquel s’ajoutaient le marquisat d’Illiers et la seigneurie de Villiers, n’étant en rien comparable aux dimensions de l’énorme complexe agricole que représentaient la vingtaine d’abbayes et les multiples autres terres possédées par le Cardinal-Ministre105. De préférence, en effet, c’étaient ses propres fermiers que Pontchartrain propulsait dans les « affaires du Roi ». Au premier rang d’entre eux figurent Bourvalais et Thévenin qui se distingueront par l’importance et la diversité de leurs opérations, s’intéressant même aux entreprises maritimes et coloniales pour complaire à leur patron, à la fois contrôleur général et secrétaire d’État à la Marine. Après ces deux financiers féaux, viennent, un peu en retrait, Urbain Aubert de Tourny, François Boutet de Guignonville et Jean-Bonaventure Lelay de Villemaré. Fils d’un sénéchal exerçant près d’Angers, Urbain Aubert (mort en 1726), d’abord employé chez un avocat parisien, passa, dès les années 1680, au service de Pontchartrain qui, après expérience concluante, en fit son homme d’affaires et le fermier de ses biens, tout en le lançant dans la maltôte et en lui ouvrant une carrière d’officier de finance. Receveur général des Finances de la généralité de Caen de 1694 à 1707, et aussi gros traitant, très actif durant la guerre de la ligue d’Augsbourg et une bonne partie de la guerre de Succession d’Espagne, Aubert, en 1708, se mua en un président de Chambre des comptes, à Rouen, cela toujours grâce à son tout-puissant protecteur, alors bien placé comme chancelier pour imposer cet étrange cursus qui transformait un maltôtier en un magistrat vérificateur de la comptabilité publique. Devenu entre-temps marquis de Tourny (comme Thévenin marquis de Tanlay), ce publicain, bien que taxé à 1 200 000 livres par la Chambre de justice de 1716, connut donc une réussite sociale incontestable106.

  • 107 Cf. F. Bluche, Les magistrats du parlement de Paris…, p. 33-34.
  • 108 Pour la famille de Robert Challes, où les financiers sont nombreux, voir Jean Mesnard, « L’identit (...)

41Cette réussite, son fils, le conseiller d’État Urbain-Louis Aubert, marquis de Tourny (1695-1760), devait l’amplifier en se faisant un nom parmi les meilleurs administrateurs du règne de Louis XV, notamment comme intendant à Bordeaux (1743-1757) où son souvenir reste lié aux grands travaux d’embellissement qu’il fit effectuer. Néanmoins, celui-ci eut le désagrément, en 1753, de voir son propre fils, l’avocat général au Grand Conseil Claude-Louis Aubert de Tourny, éconduit dans sa candidature à une charge vacante d’avocat général au parlement de Paris, pour le motif, caché au postulant, que son aïeul Aubert le financier avait été valet chez Colbert. De Bordeaux, où il était alors en poste, Tourny père fit, certes, de son mieux pour soutenir la candidature de son fils. Tout fut inutile, en raison de l’opposition du premier président du Parlement René-Charles de Maupeou, d’une famille pourtant apparentée aux Quentin de Richebourg, descendants de ce grand maltôtier qu’était le fermier général Bonaventure Quentin de Richebourg. « Je me joins de tout mon cœur à tout ce que vous jugerez à propos en mon absence de dire et d’écrire pour empêcher que le petit-fils du valet de chambre de M. Colbert ne soit placé parmi nous », écrivait Maupeou, retenu chez lui par une crise de goutte, au procureur général Joly de Fleury, à la date du 9 mars 1753, veille du jour où devait être choisi le nouvel avocat général107. Dans cette affaire, Claude-Louis Aubert de Tourny semble avoir été victime d’une double confusion, confusion de personne entre Colbert et Pontchartrain, et, beaucoup plus grave, confusion de sens sur la notion de service domestique, les débuts d’Urbain Aubert au service personnel de Pontchartrain étant assimilés à ceux d’un humble valet de chambre. C’était donc, là, pure légende, lointain écho du mythe du « laquais-financier » qui se propagea au cours du xviie siècle, à base de racontars sur les prétendues basses origines des financiers, repris complaisamment, au début du xviiie siècle, dans les Mémoires de Robert Challes, pourtant lui-même témoin bien informé en sa qualité de neveu d’un traitant d’une certaine importance, Pierre Raymond (1620-1720), qui fut receveur général des Finances de la généralité de Moulins de 1658 à 1691108. Aussi est-il intéressant de constater qu’en plein xviiie siècle, un premier président du Parlement colportait encore, probablement de bonne foi, ce genre de ragots.

  • 109 Cf. F. Bluche, Les magistrats…, p. 34.
  • 110 Cf. Gilles Venet, Une dynastie parlementaire : la famille Talon au xviie siècle, mémoire de maîtri (...)
  • 111 Depping, Correspondance administrative…, t. 1, p. 366.

42En réalité, la motivation profonde du camouflet infligé au fils du brillant intendant de Bordeaux est à rechercher dans l’exclusivisme nobiliaire affiché à l’époque de Louis XV par le parlement de Paris qui se montrait de plus en plus exigeant sur le critère de la naissance pour l’admission aux grandes charges du Parquet, de même qu’à celles de présidents de Chambres109. Pareille attitude eût évidemment été incongrue au siècle précédent, à l’époque où la tribu Talon peuplait le Parquet. L’aïeul maternel du chancelier Pontchartrain, Jacques Talon, avocat général de 1618 à 1631, et son frère Omer II, avocat général de 1631 à 1652, étaient, en effet, les petits-fils d’un laboureur du village de Rosières en Picardie, Jehan Talon, qui, au soir de sa vie, avait réussi à quitter la condition paysanne en achetant, vers 1545, un office de lieutenant de Justice110. Et encore à la fin du règne de Louis XIV, le chancelier Pontchartrain, lui-même, se refusait à laisser introduire « la naissance » parmi les critères de la cooptation, comme en témoigne sa lettre du 23 octobre 1713 adressée au premier président du parlement de Metz qui se plaignait de voir les charges de conseiller à ce parlement « remplies par des personnes sans éducation et sans naissance ». Rappelant au premier président que « les ordonnances n’ont pas mis la naissance parmi les conditions nécessaires pour être reçu officier dans les compagnies supérieures », et qu’en conséquence « il n’est pas possible d’ajouter cette qualité à celles qu’elles prescrivent », le chancelier concluait en ces termes sans équivoque : « Tout ce que le parlement peut faire est de prendre garde que tous ceux qui se présentent pour être reçus soient de mœurs irréprochables, et qu’ils donnent, lors de leur examen, des preuves suffisantes de leur capacité pour bien remplir leurs fonctions111. »

  • 112 Le laquais-financier, explique en substance Daniel Dessert, est un être fictif qui ne ressemble en (...)
  • 113 Joseph Fleuriau d’Armenonville, frère consanguin de Marguerite Fleuriau, veuve de Jean de Fourcy, (...)
  • 114 Adrien-Maurice, duc de Noailles, né en 1678, avait épousé en 1698 Françoise-Charlotte d’Aubigné, â (...)
  • 115 Pour la carrière de Boutet de Guignonville, voir D. Dessert, Argent…, p. 546-547, notice biographi (...)
  • 116 Les offices de « lieutenants des maréchaux de France » furent créés sur l’initiative de Pontchartr (...)
  • 117 Cf. F. Bluche, Les magistrats…, p. 47.

43À l’instar de Bourvalais, de Thévenin et d’Aubert, les deux autres fermiers de Louis de Pontchartrain mentionnés plus haut, Boutet de Guignonville et Lelay de Villemaré, ne correspondent nullement au profil du « laquais-financier ». Ils se situent même aux antipodes de ce personnage artificiel, bouc émissaire chargé de tous les péchés de la finance, inventé, comme l’explique l’historien Daniel Dessert, pour couvrir « les meneurs du jeu financier » en détournant sur lui la colère des populations pressurées112. Publicain d’envergure, à la fois comme traitant, de 1699 à 1713, et comme fermier général, de 1707 à 1718, François Boutet de Guignonville (1663-1718), fils d’un bailli du bailliage de Maintenon, avait débuté comme gentilhomme servant de la Dauphine, épouse de Monseigneur. Ses activités financières furent considérablement favorisées par de puissants appuis politiques liés à ses fonctions, très importantes économiquement, d’administrateur de nombreux biens fonciers. Fermier, entre autres grands seigneurs, de Pontchartrain pour son marquisat d’Illiers et, à partir de 1704, du Dauphin pour ses terres de Meudon et de Chaville, il eut aussi, de 1702 à 1710, la ferme des revenus d’un homme haut placé, apparenté aux Phélypeaux de La Vrillière et ancien premier commis de Pontchartrain, Joseph Fleuriau d’Armenonville (1661-1728), directeur des Finances de 1701 à 1708, et, plus tard, secrétaire d’État sous la Régence, avant de terminer comme garde des Sceaux de 1722 à 1727113. Enfin, en 1713, Mme de Maintenon, qui avait été la protectrice de son père, lui confiait la régie du marquisat de Maintenon, exemple imité en 1715 par le neveu de la Marquise, le duc de Noailles114, président du Conseil de Finance sous la Polysynodie, cet illustre aristocrate chargeant Boutet de la gestion de plusieurs de ses terres proches du même marquisat115. Quant à Jean Bonaventure Lelay de Villemaré (1660-1743), autre publicain très actif, participant notamment à une vingtaine d’ » affaires extraordinaires » durant la guerre de Succession d’Espagne, son appartenance ancienne au second ordre ne fait que mieux infirmer les clichés de l’époque assimilant volontiers tout financier à un individu d’origine « ignoble ». Ce greffier en chef du parlement de Rennes, passé ensuite lieutenant des maréchaux de France en Bretagne116, était issu d’une vieille famille de la province dont les preuves de noblesse remontaient à 1427117. Mais surtout, ici, c’est sa carrière de financier et d’administrateur de biens fonciers qui apparaît particulièrement évocatrice. Ayant évolué dans le sillage de Paul Poisson de Bourvalais, Lelay de Villemaré nous met, en effet, sur la piste du réseau que Pontchartrain avait entrepris, très tôt, de se constituer en Bretagne, à la faveur de ses dix années de séjour (1677-1687) comme premier président du parlement de Rennes, alors en exil à Vannes.

  • 118 Lettre citée par Antoine Adam dans son édition des Historiettes de Tallemant des Réaux, Pléiade, t (...)
  • 119 Dans son Mémoire concernant la Province de Bretagne, dressé par ordre du Roi en 1698, Louis de Béc (...)
  • 120 Dans le Grand Dictionnaire Historique de Louis Moreri, le Parlement de Bretagne est comparé, sur c (...)
  • 121 Cf. J. Bérenger, J. Meyer et coll., op. cit., p. 157.

44La famille Lelay de Villemaré était alliée à la famille Budes de Guébriant, également d’origine bretonne et d’ancienne extraction, illustrée par le maréchal de Guébriant, brillant homme de guerre sous le règne de Louis XIII. Les Guébriant faisaient partie du petit groupe de grands seigneurs du cru qui se partageaient l’exploitation de ces revenus de l’État que constituaient les « impôts et billots », taxes sur les boissons établies, à l’origine, par les ducs de Bretagne, puis maintenues sous la monarchie. C’était, pour eux, un moyen non négligeable, d’accroître leurs revenus locaux. La veuve du maréchal (mort en 1643), Renée du Bec-Crespin, avait, sur ce chapitre, une réputation solidement établie, à en croire le médecin épistolier Guy Patin qui, dans une lettre annonçant sa mort survenue le 2 septembre 1659, écrivait en guise d’oraison funèbre : « Elle était le partisan de ce pays-là, elle y est fort maudite118. » Le neveu de celle-ci, Louis-Vincent, marquis de Guébriant, gouverneur, vers 1690, du château de Thoreau défendant l’entrée de la rivière de Morlaix, jouissait lui-même des droits d’impôts et billots de la ville de Morlaix119. Aussi Jean-Bonaventure Lelay de Villemaré, qui avait débuté, un peu avant 1680, comme page du comte de Guébriant (frère du marquis), put-il bénéficier, très tôt, de l’ambiance d’une famille où l’on n’ignorait rien des spécificités de la fiscalité bretonne. C’est probablement à cette époque que Pontchartrain, par l’intermédiaire des Guébriant, fit la connaissance du jeune Villemaré, le marquis, et même l’aurait pris en amitié, malgré la différence d’âge. En raison de ses fonctions de chef d’un parlement déjà réputé, bien avant les autres cours souveraines du royaume, pour son « usage de n’admettre au nombre de ses membres que des personnes de naissance120 », Pontchartrain veillait, en effet, à ménager et à fréquenter les gentilshommes des Maisons les plus distinguées de la noblesse de Bretagne. Or le comte et le marquis de Guébriant tenaient un fort bon rang parmi cette noblesse « plus ancienne qu’illustre », leur Maison étant la seule à avoir eu un Maréchal de France depuis l’union de la Province à la Couronne121. Amené donc à nouer des relations avec les neveux du maréchal de Guébriant (mort sans postérité), Pontchartrain devait d’ailleurs, une fois devenu contrôleur général, entretenir et développer ces relations, en particulier avec le marquis de Guébriant, celui-ci contractant alors une alliance propre à favoriser les activités financières des protégés de l’ancien premier président du Parlement de Bretagne.

  • 122 Louis Ier Béchameil de Nointel (1630-1703), père de Louis II, l’intendant de Bretagne, avait épous (...)
  • 123 Le rapport de Béchameil fait partie d’une série de Mémoires dressés par tous les intendants du Roy (...)
  • 124 La carrière ultérieure de Béchameil témoigne d’un homme bien en Cour. Conseiller d’État semestre d (...)

45Officier militaire de valeur, promu maréchal de camp en 1702, puis lieutenant général des armées du Roi en 1704, le marquis Louis-Vincent de Guébriant (1659-1744) avait épousé en 1695 Marie-Madeleine Desmarets (1674-1736), fille de Nicolas Desmarets, futur contrôleur général des Finances (de 1708 à 1715), marié à Madeleine Béchameil de Nointel. L’intérêt immédiat de cette union apparaît évident, la belle-mère de Guébriant, Madeleine Béchameil (1655-1725), étant la sœur de Louis Béchameil de Nointel (1649-1718), l’intendant qui se trouvait alors en poste en Bretagne (de 1692 à 1705). Fils de l’un des grands financiers du lobby Colbert122, Louis Béchameil était lui-même très versé dans les questions économiques et financières. De plus, il possédait une solide expérience des problèmes de la province, y ayant déjà séjourné à plusieurs reprises, entre 1679 et 1681, en qualité de commissaire extraordinaire. Son Mémoire concernant la province de Bretagne, dressé en 1698, contient, par exemple, une description magistrale du système fiscal de cette province, mettant en valeur l’originalité des finances bretonnes par rapport au reste du royaume123. On voit ainsi combien, sur le plan local, pouvait être précieuse, pour les Guébriant et leurs proches, la présence de Louis Béchameil, d’autant que cet administrateur, désormais allié, ne manquait pas d’appuis à Versailles124.

  • 125 Le père de Nicolas, Jean Desmarets (1608-1682), receveur général des Finances à Soissons (1634), p (...)
  • 126 En 1674, fut décidé le monnayage de pièces d’argent à 2, 3 et 4 sols, Desmarets, en tant que chef (...)
  • 127 Saint-Simon, Pléiade, t. 2, p. 965.
  • 128 Cf. René Dumas, La politique financière de Nicolas Desmarets, contrôleur général des Finances (170 (...)
  • 129 Saint-Simon, t. 2, p. 965.
  • 130 Saint-Simon, t. 2, p. 972.

46Par contre, rien de prometteur ne semblait devoir être attendu du côté du beau-père du marquis de Guébriant, Nicolas Desmarets (1648-1721), ancien conseiller d’État et ancien intendant des Finances, tombé en complète disgrâce. Ce brillant neveu de Jean-Baptiste Colbert125, qui lui procura un avancement des plus rapides, avait eu à subir le contrecoup de la disparition, au mois de septembre 1683, de son parent et protecteur. Gravement soupçonné de prévarication dans une affaire de refonte des monnaies remontant à 1674, contraint, en conséquence, de se démettre de ses charges et de se retirer sur sa terre de Maillebois dès la fin de l’année 1683126, il disparaît de l’organigramme officiel durant une vingtaine d’années, pour ne resurgir qu’en 1703, comme titulaire de l’un des deux postes de directeur des Finances créés (en 1701) afin d’alléger la tâche du contrôleur général Michel de Chamillart, par ailleurs secrétaire d’État à la Guerre. Lors du mariage de sa fille Marie-Madeleine avec le marquis de Guébriant, Desmarets languissait donc, du moins en apparence, dans un triste état, toujours interdit d’emploi. En réalité, son rétablissement spectaculaire de 1703 se préparait déjà, mais « sourdement et obscurément », avec la complicité de Louis de Pontchartrain, alors contrôleur général. Celui-ci, administrateur-né, à l’esprit clair, rapide et précis, de plus très introduit près du monde des affaires, et, à l’occasion, homme d’affaires lui-même, sachant calculer, n’en avait pas moins besoin du concours de « techniciens » de haut niveau, rompus à la mécanique du Contrôle Général. Sa carrière antérieure se limitait, en effet, aux activités parlementaires, à l’exception d’un bref passage, de 1687 à 1689, à l’intendance des Finances. Ce fut précisément à ce moment-là qu’il put apprécier le savoir-faire de Desmarets qui avait réussi à s’infiltrer dans les bureaux du contrôleur général Claude Le Pelletier, d’abord comme « donneur d’avis », puis comme une sorte de conseiller officieux, cela plus ou moins à l’insu du Roi. Arrivant, à son tour, à la tête du Contrôle Général, Pontchartrain se garda bien, sur ce point, de rompre avec la tolérance de son prédécesseur, utilisant l’ancien prévaricateur dans des conditions particulières que Saint-Simon résume en ces termes : « Silence imposé sur lui à Pontchartrain, contrôleur général, qui n’obtint qu’à peine de s’en servir tacitement, dans l’obscurité, et comme sans aveu ni permission127. » En fait, mieux qu’un consultant sollicité épisodiquement, Nicolas Desmarets devint rapidement le principal conseiller du nouveau responsable des Finances dans tout ce qui se rapportait au vaste domaine de la politique monétaire. Expert en la matière pour avoir été chef du département de la monnaie sous Colbert, il fut l’inspirateur de mesures propres à remédier au problème lancinant de la disette monétaire, telles qu’en 1693-1694, une forte augmentation de valeur des espèces monnayées accompagnée d’un abaissement du taux des rentes du denier 12 (8,33 %) au denier 14 (7,14 %)128. Aussi, lorsqu’en 1699 Pontchartrain quitta les Finances, Desmarets, dont l’audience s’était considérablement élargie au fil des années, se trouvait-il pratiquement remis en selle. Le manque d’envergure du successeur de Pontchartrain, Michel de Chamillart, incapable d’impulser l’immense effort financier requis pour soutenir la guerre de Succession d’Espagne, acheva de faire le reste. Réapparaissant en pleine lumière au mois de septembre 1703 comme directeur des Finances, et prenant séance, le mois suivant, au Conseil royal des Finances, ce grand commis, autrefois « proscrit avec ignominie129 », se voyait confier, quelques années plus tard, le 19 février 1708, la lourde responsabilité du Contrôle Général. À cette occasion, relate Saint-Simon, le Roi tint à assurer le nouveau promu de sa compréhension en cas d’échec, compte tenu de la gravité de la situation financière, et « assaisonna » son discours « de toutes les grâces dont il avait coutume de flatter ses nouveaux ministres en les installant130 ».

  • 131 Mémoire de M. Desmarets sur l’administration des finances depuis le 20 février 1708 jusqu’au 1er s (...)
  • 132 Dans le langage de l’époque, l’expression « gens d’affaires » désigne « les financiers, les traita (...)
  • 133 « Personne n’était plus instruit que lui [Desmarets] des manèges des financiers, du gain qu’ils av (...)
  • 134 Cette banqueroute partielle s’opéra sous la forme d’un report à l’année 1709 des assignations arri (...)
  • 135 Mémoires de M. Desmarets…, op. cit.

47C’était, de la part de Louis XIV, tirer généreusement un trait sur le passé. À vrai dire, le monarque n’avait guère le choix en ce début de l’année 1708 où la détresse de l’État était à son comble, avec une dette flottante de 482 844 661 livres, les revenus des quatre années suivantes déjà entamés par anticipation d’énormes arriérés dans les paiements et un manque cruel de fonds pour y répondre131. Sous peine de devoir arrêter la guerre dans les pires conditions militaires et diplomatiques, il fallait d’extrême urgence restaurer le crédit public et mobiliser tous les prêteurs potentiels susceptibles de renflouer les caisses du Roi. Depuis longtemps très lié aux « gens d’affaires132 », seul capable de leur inspirer confiance, et aussi de s’en faire craindre pour être, d’expérience, parfaitement instruit de leurs « manèges133 », Nicolas Desmarets s’imposait donc comme l’homme de la situation, « l’homme indispensable » selon l’expression consacrée. De fait, aussitôt installé, il réussit à parer au péril immédiat en passant une série de traités d’affaires extraordinaires pour un montant de 36 000 000 livres joint à de multiples autres expédients, dont une banqueroute partielle ingénieusement masquée134, le concours des traitants lui permit ainsi d’opérer, au terme de l’année 1708, un certain redressement qui « étonna les ennemis de la France… persuadés que les Finances étaient abandonnées comme insoutenables135 ». Et par la suite, durant les dernières années de la plus longue guerre du règne, ce concours devait lui rester fermement acquis jus-qu’au rétablissement de la paix générale dans des conditions honorables avec les traités d’Utrecht et de Rastadt en 1713-1714.

  • 136 Saint-Simon, t. 1, p. 737.

48Ces gros traitants qui soutinrent la politique financière de Desmarets, d’ailleurs bien avant 1708 (celui-ci devenant contrôleur général de facto dès le mois d’octobre 1703), provenaient en majorité des équipes naguère utilisées par Louis de Pontchartrain pour financer la guerre de la ligue d’Augsbourg. Cette coopération persistante, d’un conflit à l’autre et d’un contrôleur général à l’autre, ne tenait pas seulement à l’appât du gain, à l’attrait de juteuses adjudications, d’autant que les risques d’une banqueroute complète de l’État, joints à ceux, non illusoires, de la création d’une Chambre de justice « style 1661 », se profilaient à l’horizon pour rendre l’avenir des plus incertains. Elle s’explique aussi par l’habileté et la modération dont Desmarets sut faire preuve dans une affaire survenue au cours du bref intervalle de paix (1697-1701) séparant la guerre de la ligue d’Augsbourg de la guerre de Succession d’Espagne, affaire qui aurait pu avoir des conséquences extrêmement fâcheuses pour un grand nombre de traitants. En 1700, la nécessité de recouvrer le maximum d’argent à la faveur de cette période de répit avait provoqué le déclenchement d’ » une recherche sourde des gens d’affaires, dont les profits avaient été immenses pendant la dernière guerre136 ». Bien qu’étant alors toujours dépourvu d’emploi officiel, Nicolas Desmarets fut chargé par Chamillart de la conduite de l’enquête, une opération qu’il mena avec dextérité, jouant de sa double influence sur le contrôleur général et sur les financiers. Ses bons offices lui permirent ainsi d’épargner aux maltôtiers les plus compromis le traumatisme d’une Chambre de justice, avec son cortège habituel de peines infamantes, d’emprisonnements, de lourdes amendes, voire de renversements des fortunes. En échange, il obtint d’eux, sans trop de difficultés, qu’ils se prêtassent à d’importants recouvrements au profit du Trésor royal. C’était, en même temps, éloigner du chancelier Pontchartrain la désagréable perspective d’avoir à s’expliquer sur son passé de contrôleur général, sa gestion financière et ses accointances avec les traitants durant la guerre de la ligue d’Augsbourg (1689-1697), une éventualité qui, rappelons-le, faillit se réaliser à l’occasion de la Chambre de justice de 1716 ordonnée par le Régent.

  • 137 137. Saint-Simon, t. 2, p. 971.

49Ce souci de Desmarets de ne pas nuire au chancelier s’inscrivait lui-même dans le cadre des bonnes relations qui prévalaient alors entre les deux hommes, relations au caractère durable, destinées plutôt à se raffermir par la suite. Le neveu de Colbert avait une dette de reconnaissance envers celui qui s’était employé à « rompre les premières glaces en sa faveur », au moment où il semblait voué définitivement à la clandestinité. De son côté, le Chancelier veillera toujours à rester en excellents termes avec son ancien consultant rentré en grâce, lui prodiguant encouragements et félicitations à l’occasion de son retour dans les grands emplois, et l’accompagnant, en quelque sorte, dans sa nouvelle carrière. Ainsi, au mois de septembre 1703, Desmarets venant enfin d’être employé officiellement dans les bureaux du Contrôle Général avec l’assurance d’être, sans tarder, promu directeur des Finances, et la nomination ayant été différée de quelques jours, Pontchartrain s’en inquiétait sous forme de plaisanterie, disant à l’intéressé que « l’enfant était baptisé et en sûreté, mais non encore nommé137 ». Cette anecdote, rapportée par Saint-Simon, est à rapprocher de détails caractéristiques fournis par le même auteur à propos de la nomination de Desmarets comme contrôleur général. Le lundi 19 février 1708, s’étant rendu à Marly accompagné de son cousin le duc de Beauvillier (gendre de Colbert) et de Chamillart, Desmarets apprend de la bouche du Roi son élévation à la tête des Finances. Peu après, il envoie à Paris, en avant-coureur, son gendre Guébriant apporter la bonne nouvelle à ses parents et amis. Saint-Simon en avait été lui-même informé, avant l’arrivée de Guébriant, par les soins du chancelier Pontchartrain. Le soir de cette journée, Desmarets, de retour à Paris, s’empresse de rendre visite au Chancelier, auprès duquel, précise le mémorialiste, « il logeait et avec qui il avait toujours conservé une grande liaison ». Probablement tenait-il, en cette grande circonstance, à manifester sans tarder sa gratitude envers l’ami des mauvais jours. Le lendemain matin, « mardi gras », Saint-Simon se présente chez le nouveau contrôleur général pour le complimenter. Celui-ci, au cours de l’entretien, se montrant très critique sur la gestion de son prédécesseur aux Finances et insistant, au contraire, sur sa dette à l’égard du Chancelier, Saint-Simon prend la défense de Chamillart qui n’avait cessé de soutenir Desmarets, le proposant même au Roi pour lui succéder.

  • 138 138. Saint-Simon, t. 2, p. 971-972.

« Je me suis licencié, écrit-il, à lui bien représenter les obligations qu’il lui avait, et, sur ce qu’il en voulut mettre sur le compte du Chancelier, je ne le marchandai pas, et je lui remis bien expressément devant les yeux que celui-là [Pontchartrain] n’avait que désiré, mais que l’autre [Chamillart] avait effectué ; que, du néant d’une disgrâce obscure et douloureuse par son prétexte et sa longueur, il l’avait à force de bras ramené sur l’eau pour l’honneur et pour la fortune, et lui avait enfin donné sa propre place138. »

50C’était là forcer quelque peu la dose sur les mérites de Chamillart qui avait été largement devancé par Pontchartrain pour tirer Desmarets du « néant » de la disgrâce. Quant au don de « sa propre place », il s’agissait plutôt d’un renvoi imposé par la conjoncture, le départ du contrôleur général constituant le préalable indispensable pour surmonter la crise de confiance liée à la crise financière. Cependant, réserve faite de ce genre de propos fréquent sous la plume du mémorialiste, le souci de précision, poussé jusqu’à la minutie, dont il fait preuve dans son récit, le rend ici des plus crédibles, ne serait-ce que par l’allusion à la présence du marquis de Guébriant, personnage si peu connu. Le tout confirme donc que le Chancelier entretenait avec Desmarets des relations très suivies et même empreintes d’une certaine familiarité, comme le suggère l’anecdote, précédemment évoquée, de sa plaisanterie au moment de l’attente inquiète de l’intronisation officielle de l’ancien « proscrit » au poste de directeur des Finances. Sur ce plan, comme sur bien d’autres d’ailleurs, Louis de Pontchartrain se trouvait, certes, à l’opposé de son fils Jérôme, secrétaire d’État à la Marine, qui était sans cesse à couteaux tirés avec Desmarets, notamment à propos de l’insuffisance des fonds alloués à son département. En fait, le père et le fils ne s’entendaient guère, et les sujets de désaccord ne manquaient pas entre eux. D’autre part, le Chancelier, que ses fonctions tenaient à l’écart des situations conflictuelles classiques opposant le Contrôle Général et les départements utilisateurs des fonds de l’État, avait d’autant moins de raisons de se heurter à Desmarets que celui-ci s’était bien gardé d’imiter l’exemple de son oncle Colbert qui se servit de la Chambre de justice de 1661 et du procès Fouquet pour imposer sa propre clientèle de maltôtiers. Au contraire, les financiers dévoués à Louis de Pontchartrain, et qui avaient prospéré sous son parrainage durant la guerre de la ligue d’Augsbourg, se retrouveront parmi les traitants les plus actifs de l’époque de la guerre de Succession d’Espagne. Cette permanence allait ainsi permettre au Chancelier de continuer, en sous-main et par leur intermédiaire, aux « affaires extraordinaires », comme naguère, lorsqu’il était contrôleur général. Mieux, on voit des protégés de Pontchartrain, restés jusque-là, semble-t-il, en dehors de la maltôte, faire irruption dans le monde des traitants au début de la dernière guerre du règne de Louis XIV, et cela au moment où Desmarets commençait à prendre solidement en mains les rênes du Contrôle Général, sous l’autorité de plus en plus lointaine du titulaire Michel de Chamillart. C’est le cas précisément de ce Jean-Bonaventure Lelay de Villemaré déjà présenté plus haut, un proche des Guébriant sur lequel il convient de revenir, ses activités financières dans le sillage de Paul Poisson de Bourvalais apparaissant étroitement liées au fonctionnement du réseau breton précédemment mis en place par Pontchartrain.

  • 139 139. Pour les prêts de Pontchartrain à Villemaré et à Thévenin, voir D. Dessert, Argent, pouvoir e (...)
  • 140 Mémoires de Robert Challes…, p. 213-241.

51Le fait pour Lelay de Villemaré d’être apparenté au gendre de Desmarets, Louis-Vincent de Guébriant, ne pouvait que faciliter sa carrière de traitant. Néanmoins, à ses yeux et comme au temps de ses débuts de jeune page, le grand protecteur, le patron à qui l’on s’adresse en cas de besoin, restera toujours Pontchartrain. Encore en 1710, il sollicitait et obtenait du chancelier un prêt de 40 000 L. pour l’achat d’une charge de conseiller au parlement de Paris en faveur de son fils Germain Lelay de Villemaré qui y sera admis l’année suivante. Une dizaine d’années auparavant, le financier Thévenin l’aîné avait emprunté à Louis de Pontchartrain une somme d’un montant voisin – 45 555 L. – dans le même but, l’achat d’une charge de conseiller au Parlement pour son fils unique Jean, passé ensuite maître des requêtes et mort dès 1710139. Ces emprunts s’inscrivaient dans le cadre des relations très personnalisées que Pontchartrain entretenait avec ses financiers féaux, relations basées non seulement sur la réciprocité de services, mais aussi sur les liens d’amitié, le premier n’hésitant pas à délier les cordons de sa bourse pour aider les seconds à satisfaire leurs ambitions familiales. Ce genre de prêt, à des fins privées, ne doit évidemment pas être confondu avec les avances que Pontchartrain pouvait consentir, très discrètement, à ces mêmes publicains, comme bailleur de fonds, dans les « traités » où ils se trouvaient engagés. Paul Poisson de Bourvalais, notamment, aurait reçu, à plusieurs reprises, de telles avances pour des « affaires » où son patron se serait réservé « la moitié des bénéfices ». C’est du moins ce qu’écrit Robert Challes, avouant se faire là l’écho du « bruit public », mais, ajoute-t-il, avec « beaucoup d’apparence que ce bruit n’est pas faux ». À l’appui, Challes, invoquant l’enrichissement de Bourvalais, en conclut que ce financier « n’aurait jamais fait une fortune si opulente, s’il n’avait pas disposé de fonds que par lui-même il était incapable de réunir, et qu’ainsi il fallait bien qu’il les tînt d’une autre bourse que la sienne140 ».

  • 141 Voir D. Dessert, Argent…, p. 769, note 41.
  • 142 AN, Minutier central, XCVI, liasse 231. La mort de la chancelière fut l’occasion d’une querelle su (...)
  • 143 Voir note 35. Se trouvant ainsi au courant d’une infinité de choses importantes, Toussaint Rose, q (...)
  • 144 Le dossier relatif à la vente et au rachat de la rente Portail (5 pièces, 7 pages in-f°) a figuré (...)
  • 145 Selon Saint-Simon, la petite-fille de Toussaint Rose, « qui se sentait riche parti, méprisait son (...)

52L’argument ne manque pas de poids, et que cette bourse ait été celle de Pontchartrain semble fort plausible. Le protecteur de Bourvalais était, en effet, largement en mesure de jouer le rôle de bailleur de fonds – de « croupier » selon l’expression de l’époque – dans les fermes, traités et autres marchés publics dont, par surcroît, les adjudicataires se trouvaient être bien souvent des hommes à lui. Sur ce dernier point, nombre de lettres de fermiers et de traitants, et aussi de notes émanant des intendants des Finances montrent que Pontchartrain ne se privait pas d’intervenir dans l’attribution des affaires financières141. D’autre part, celui-ci avait accumulé, au fil des années, d’importantes réserves susceptibles d’être investies, à court terme, dans les opérations à grande échelle des publicains, prélèvements d’impôts, ventes d’offices, etc., qui nécessitaient au préalable de gros apports de capitaux pour le versement de sommes forfaitaires à l’État et la mise en place d’un réseau de bureaux à travers le royaume. D’après l’inventaire des biens, daté du 24 avril 1714, que Jérôme de Pontchartrain contraignit son père à faire dresser après le décès de la chancelière survenu le 12 avril précédent142, le chancelier était alors à la tête d’une fortune dépassant les trente millions de livres et approchant du chiffre record de celle de Mazarin en 1661, soit une quarantaine de millions de livres. Signalons au passage, et pour mieux cerner la personnalité de Louis de Pontchartrain, que, dans la composition de cette fortune, se remarque la présence caractéristique d’un fort contingent de rentes, un genre de placement qu’il semble avoir particulièrement affectionné, leur montant total atteignant 1 850 000 livres. Ainsi, le 18 mars 1698, Antoine IV Portail, conseiller d’honneur au parlement de Paris (mort en 1713), et sa femme Marie-Madeleine Lenain vendaient à Pontchartrain une rente de 2 222 L., engagement ratifié par leur fils Antoine V (1674-1736), reçu conseiller au parlement de Paris en 1697, puis avocat général au même Parlement dès 1698, et futur premier président (en 1728). Trois ans plus tard, le 26 mars 1701, cette rente était rachetée à Pontchartrain par Antoine V et par sa femme Rose-Madeleine Rose, petite-fille du célèbre Toussaint Rose, marquis de Coye, le seul des quatre secrétaires du Cabinet du Roi à « avoir la plume143 », et cela durant près d’un demi-siècle, de 1657 jusqu’à sa mort, la même année 1701144. Le sens de la transaction est clair. Il s’agissait du remboursement d’un emprunt déguisé, le prêt sous forme de rente étant un artifice alors très répandu pour tourner les interdits et pratiquer l’usure. Autrement dit, le débiteur, en échange de la somme d’argent dont il avait besoin, constituait au créancier une rente qui pouvait intégrer des intérêts à taux très élevé. Dans le cas évoqué ici, la rente constituée à Pontchartrain, en 1698, par Antoine IV Portail et sa femme paraît liée à l’acquisition successive, à seulement un an d’intervalle, d’une charge de conseiller au Parlement, puis de celle d’avocat général en faveur de leur fils. De même, le rachat de cette rente en 1701 coïncide avec un changement de situation chez les Portail, Antoine V venant d’épouser Rose-Madeleine, très confortablement dotée, tandis que le vieux Toussaint Rose disparaissait à l’âge de 90 ans, comblé d’honneurs et de gratifications, et riche à millions145. Avec l’aide de sa femme, le jeune avocat général se trouvait donc en état de se dégager, vis-à-vis du Chancelier, de l’engagement onéreux contracté par ses parents.

  • 146 Jean Buvat, Journal de la Régence (1715-1723), publié par E. Campredon, Paris, 1865, 2 vol. in-8°, (...)
  • 147 Cf. Claude-Frédéric Lévy, Capitalistes et pouvoir au siècle des Lumières, t.2 : La révolution libé (...)
  • 148 On trouvera d’amples développements sur Bourvalais dans Jacques Saint-Germain, Les financiers sous (...)
  • 149 Cf. D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, p. 80-81, tableau n° 4.

53Le goût de Louis de Pontchartrain pour les placements en rentes semble avoir été partagé par son fils Jérôme. Témoin généralement très bien informé, Jean Buvat, écrivain à la Bibliothèque du Roi de 1697 à 1729, signale, dans son Journal de la Régence, que la Chambre de justice de 1716, s’étant fait communiquer l’inventaire après décès de la chancelière et le contrat de mariage de Jérôme, en secondes noces, avec Hélène de l’Aubespine de Verderonne (juillet 1713), s’intéressa de près aux rentes amassées par le père et par le fils, soit un montant de deux millions de livres pour le premier, et de 700 000 livres pour le second, « ce qui », ajoute perfidement Buvat, « parut étonnant dans une seule famille146 ». Dans l’entourage du Chancelier, chez les financiers à sa dévotion, le métier de prêteur, pour ne pas dire d’usurier, paraît également avoir été pratique courante. C’était le cas notamment de Paul Poisson de Bourvalais qui passait pour le plus riche d’entre eux, avec une fortune de l’ordre de 17 millions de livres147. S’adonnant au négoce d’argent pour le compte des particuliers et avec des particuliers, Bourvalais prêtait à de grands personnages, tel Jean-Antoine de Mesmes à qui il avance, le 1er février 1712, 90 000 livres pour l’obtention de ses provisions de premier président du parlement de Paris148. Mais surtout ce financier se distingue par son intense activité au sein du petit groupe de traitants – une quarantaine sur un effectif global de 693 personnes – qui accapara la majeure partie des « affaires extraordinaires » durant les guerres de la ligue d’Augsbourg et de la Succession d’Espagne. Participant à 161 affaires entre 1688 et 1715, il arrive en tête de ce groupe de gros manieurs d’argent, suivi, à distance respectueuse, par Claude Miotte (112 affaires) et par Jean Thévenin l’aîné (107 affaires), tandis que 527 traitants se contentent d’une apparition épisodique, limitée à moins de 10 affaires149. Cette prééminence, Bourvalais la doit à Pontchartrain qui, dès les années 1690, l’utilise dans les entreprises les plus diverses, allant de la constitution de « compagnies » (ou sociétés) pour la vente d’offices nouvellement créés, à la fourniture de vivres et de poudres pour les armées et à la prise de participations dans les armements maritimes. Devenu sans tarder la cheville ouvrière du dispositif mis en place par Pontchartrain pour financer l’effort de guerre à coup d’expédients, et continuant à se rendre indispensable sous Chamillart et sous Desmarets, il entraîne derrière lui toute une clientèle de « gens d’affaires » où figure notamment un groupe breton homogène uni tant par des intérêts communs que par des liens de parenté ou d’amitié. Or la présence de ce groupe fournit l’occasion de découvrir un vaste panorama de relations qui, lui-même, permet d’entrevoir l’importance de la province de Bretagne comme assise régionale du réseau Pontchartrain. Aussi convient-il de pousser plus avant l’enquête sur cette grande province maritime qui fut toujours l’objet d’une attention privilégiée de la part de l’ancien premier président du Parlement de Bretagne parvenu aux plus hautes charges de l’État.

Notes

1 J.-L. Bourgeon, « Balthazar Phélypeaux, marquis de Châteauneuf, secrétaire d’État de Louis XIV (1638-1700) », R. Mousnier (dir.), Le Conseil du Roi…, op. cit., p. 131-152, p. 136-137.

2 Le beau-père de Balthazar d’Herbault, Raoul Le Féron, maître des Comptes de 1588 à 1619, avait été anobli par cette charge. Marie Le Féron, l’épouse de Balthazar, avait un frère, Jérôme, président au parlement de Paris, qui fut prévôt des marchands, et un autre, Antoine qui termina doyen de la Cour des aides. L’une de ses cousines, Élisabeth Le Féron, fille d’un conseiller au Parlement, épousera en 1655 un duc et pair, Charles d’Albert d’Ailly, duc de Chaulnes, gouverneur de Bretagne. Les Hennequin formaient une famille beaucoup plus ancienne, alliée notamment aux de Nicolaï et aux de Mesmes ; Renée Hennequin, la belle-mère de Balthazar d’Herbault, était la nièce d’Anne Hennequin, femme d’Antoine de Nicolaï, premier président de la Chambre des comptes de Paris (†1587), et fondateur d’une dynastie qui restera à la tête de cette cour souveraine jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. La sœur de Renée, Jeanne Hennequin, avait épousé Henri de Mesmes (1531-1596), conseiller d’État, surintendant de la Maison de la Reine. De ce couple sort une lignée de conseillers d’État et de présidents au Parlement qui aboutit, à la fin du règne de Louis XIV, à Jean-Antoine de Mesmes (1661-1723), nommé premier président du parlement de Paris en 1712. De leur côté, les Hennequin comptèrent des présidents au parlement de Paris dès le xvie siècle, avec Pierre Hennequin de Boinville, l’un des fondateurs de la première Ligue (celle de 1576), et Antoine Hennequin d’Assy, fervent soutien de la seconde Ligue, surnommé « Triboulet » dans la Satyre Ménippée. Les Hennequin de cette période troublée étaient, selon l’expression de Pierre de L’Estoile, « tous ligueurs et des plus zélés ». Ajoutons qu’ils étaient alliés aux Lefèvre d’Ormesson, la fille de Boinville, Marie Hennequin, ayant épousé en 1691 le conseiller au Parlement Olivier II d’Ormesson (1561-1614) qui, à la mort de son père Olivier Ier en 1600, lui succéda comme président à la Chambre des comptes de Paris (cf. J.-F. Solnon, Les Ormesson, Paris, Fayard, 1992, 538 p., p. 61, 67-68).

3 Marie Colbert, l’épouse de Nicolas Camus, était la fille de Gérard III Colbert, grand-oncle de Jean-Baptiste Colbert, le ministre.

4 Cf. F. Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 1156.

5 J.-L. Bourgeon, « Balthazar Phélypeaux… », p. 138-139.

6 Cette filiation est établie à partir de François de Villebois, écuyer, marié en 1489 à Catherine de Segonzax. Les Villebois s’éteindront en 1900, avec la mort au Transvaal du colonel Georges de Villebois-Mareuil, cofondateur de l’Action française, plus connu pour sa participation, comme volontaire, à la guerre des Bœrs (cf. Luc Boisnard, Les Phélypeaux…, op. cit., p. 77 et 141).

7 Cf. J.-L. Bourgeon, « Balthazar Phélypeaux… », p. 137.

8 Rappelons que les lettres de cachet portaient obligatoirement le contreseing de l’un des quatre secrétaires d’État au-dessous de la signature du Roi. Phélypeaux fut interné à la Bastille du 25 novembre 1686 au 17 décembre suivant. Les lettres de cachet d’entrée et de sortie le concernant sont, toutes les deux, contresignées par Louvois (cf. F. Ravaisson, Archives de la Bastille, Paris, 1866-1891, 1er vol., in-8°, t. 8, p. 474).

9 La mise en résidence surveillée de Phélypeaux s’explique aussi par le fait, que dès le mois de septembre 1703 (près de trois mois avant la déclaration de guerre), l’armée française captura, par surprise, et désarma les troupes auxiliaires de Savoie (environ 5 000 hommes). Victor-Amédée riposta en faisant arrêter les courriers de France et les Français qui se trouvaient dans ses États.

10 Cette relation intitulée Mémoires contenant les intrigues secrètes et malversations du duc de Savoie a été publiée dans les Mémoires et lettres du maréchal-duc de Tessé, Paris, 1806, 2 vol., t. 2, p. 8-98.

11 La duchesse de Bourgogne n’hésitait pas à faire parvenir à son père Victor-Amédée des informations confidentielles sur la politique française, comme on le découvrit après sa mort en 1712, en inventoriant une cassette qui contenait des lettres compromettantes.

12 Saint-Simon revient à plusieurs reprises sur Raymond-Balthazar Phélypeaux qui semble le fasciner. Il le qualifie aussi d’« homme très extraordinaire » (Mémoires, Pléiade, t. 2, p. 247-249 et 332-333, t. 4, p. 256).

13 Saint-Simon, t. 2, p. 333.

14 Marie de Maupeou, la chancelière, était la petite-fille de Pierre II de Maupeou, président des Comptes, et de Catherine de Villemontée. Louis-Charles de Machault, l’intendant du Commerce, était le fils de Jean-Baptiste de Machault, conseiller au parlement de Paris, et de Madeleine Catherine de Villemontée, petite-nièce de Catherine de Villemontée.

15 Saint-Simon, t. 4, p. 456.

16 AN, Colonies, série B, registre 31, f° 437, lettre de Jérôme de Pontchartrain, secrétaire d’État à la Marine, à M. de Châteaumorant, du 10 avril 1709, au sujet de sa candidature à la succession de M. de Machault, gouverneur général des Îles.

17 AN, Col., B 35, f° 515. Cette lettre du 4 avril 1713 ne parvint en Martinique qu’après la mort de l’intéressé, survenue le 21 octobre de la même année.

18 Les évêques de Lodève étaient comtes de Montbrun depuis le xiiie siècle. Lodève, actuel chef-lieu d’arrondissement de l’Hérault, est situé à 46 km de Montpellier.

19 Ce changement est lié à l’affaire de l’érection de l’évêché de Blois, né d’un démembrement du diocèse de Chartres. Le 21 mars 1693, un brevet du Roi unissait au nouvel évêché les menses abbatiales de Saint-Lomer et de Bourgmoyen, et, le lendemain, un autre brevet nommait l’abbé de Bertier (précédemment grand-vicaire de Chartres) « premier évêque de Blois ». Auparavant, l’abbé de Saint-Lomer, Minot de Mérille, et l’abbé de Bourgmoyen, Phélypeaux, avaient remis leur démission entre les mains du Roi qui ne tarda pas à les dédommager. Pour Phélypeaux, ce dédommagement fut l’abbaye de Saint-Pierre de Nantz. Par suite de diverses oppositions, le Pape n’accordera les bulles d’érection de l’évêché de Blois qu’en 1697 (cf. J. Gallerand, « L’érection de l’évêché de Blois, 1697 », Rev. d’hist. de l’Église de France, t. XLII, n° 139, 1956, p. 175-228).

20 Cf. Luc Boisnard, Les Phélypeaux…, op. cit., p. 89.

21 Saint-Simon, t. 2, p. 333.

22 Cf. Émile Appolis, « Un évêque prévaricateur à l’occasion de la faillite du système Law », Actes du 79e Congrès des Sociétés savantes, Alger, 1954, Paris, 1955, p. 11-19. Voir aussi E. Appolis, Le jansénisme dans le diocèse de Lodève, Paris, Albin Michel, 1952.

23 Culbuter : terme employé par Saint-Simon (t. 2, p. 181) qui écrit : « Le Languedoc gémissait sous la tyrannie de l’intendant Bâville qui, après avoir culbuté le cardinal Bonsy… tira toute l’autorité à lui. »

24 Mme de Ganges fut exilée sur lettre de cachet. On lui reprochait aussi de s’être enrichie à la faveur de sa liaison avec le cardinal de Bonsy qui, en sa qualité de président des États de Languedoc, disposait, hors session, « de beaucoup de choses pécuniaires et de bien des emplois de toutes les sortes » (Saint-Simon, t. 2, p. 203).

25 Saint-Simon, t. 2, p. 333.

26 Voir la remarquable étude de John D. Voodbridge, « Censure royale et censure épiscopale : le conflit de 1702 », Dix-huitième siècle, Paris, Garnier frères, 1976, n° 8, p. 333-335.

27 AN, Col., B 31, f° 35.

28 AN, Col., B 36, f° 218 v°, le 18 juillet 1714, lettre de Jérôme de Pontchartrain à l’évêque de Lodève au sujet de sa recommandation en faveur du sieur de Martel ; B 37, f° 153, le 21 août 1715, lettre de Jérôme de Pontchartrain au sieur de Martel pour lui envoyer sa commission de lieutenant de roi ; B 37, f° 275 v°, le 25 août 1715, lettre de Jérôme de Pontchartrain à M. de Vaucression, intendant des Îles d’Amérique, au sujet de la nomination du sieur de Martel comme lieutenant de roi à Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

29 AN, Col., B 36, f° 471, le 21 janvier 1714, lettre de J. de Pontchartrain au sieur de Martel au sujet de la mort de M. Phélypeaux et du tri à faire des papiers qu’il a laissés ; f° 177 et 183 v°, lettre de J. de Pontchartrain (26 avril-7 mai 1714) à M. de Luzancay, commissaire ordonnateur à Nantes au sujet d’une malle de papiers ayant appartenu à M. Phélypeaux qui doit être rapportée des Iles par le sieur de Martel ; f° 531 v°, le 23 août 1714, lettre de J. de Pontchartrain à M. de Boisfermé, commandant au Fort-Royal (Martinique) au sujet de l’arrivée en France du sieur de Martel avec les papiers de M. Phélypeaux.

30 AN, Col., B 36, f° 309, le 30 nov. 1714, lettre de J. de Pontchartrain à M. l’Évêque de Lodève au sujet du sieur Briez « qui a apporté à Lodève le cœur de M. votre frère ».

31 Challes précise : « Ce sont autant de rations gagnées que le commissionnaire (Herbault) et le manutentionnaire partagent ensemble. Outre le profit, ils ont encore le plaisir de cacher la perte réelle de l’État. C’est bien savoir son métier. En ce qui me concerne, je le fis comme on me l’avait ordonné, et suivant mon état, on croyait encore vivants dans le mois de septembre, les mêmes hommes qui avaient été tués le 28 mai, plus de trois mois auparavant » (Mémoires de Robert Challes, écrivain du Roi, publiés par A. Augustin-Thierry, Paris, Plon, 1931, 302 p., p. 186).

32 AN, Col., B 18, f° 137, le 20 août 1695, Ordre du Roi nommant le sieur Hennequin lieutenant de compagnie aux Îles. Brevet d’enseigne de vaisseau ; B 18, f° 298 v°, le 25 juillet 1696, lettre de Louis de Pontchartrain au procureur général du Grand Conseil au sujet de la candidature de son frère au commandement d’une compagnie.

33 Mémoires du comte de Forbin (1656-1733), Paris, Mercure de France, 1993, 628 p., p. 415-420 et 581-585.

34 Saint-Simon, t. 1, p. 821 ; t. 2, p. 322-323.

35 Le secrétaire qui « avait la plume » fut le célèbre Toussaint Rose jusqu’à sa mort en 1701, puis François de Callières. « Avoir la plume », explique Saint-Simon, est un exercice qui « consiste à imiter si exactement l’écriture du Roi qu’elle ne se puisse distinguer de celle que la plume contrefait, et d’écrire en cette sorte toutes les lettres que le Roi doit ou veut écrire de sa main, et toutefois n’en pas prendre la peine » (t. 1, p. 821-822).

36 Saint-Simon, t. 2, p. 322-323. Hennequin de Charmont fut nommé secrétaire des commandements du duc de Bourgogne au mois de décembre 1705. Il mourut vers 1735.

37 Les instructions données aux ambassadeurs de France à Venise leur prescrivaient d’entretenir une correspondance régulière avec leur collègue de Constantinople.

38 Marie-Angélique Guérin de Tencin était mariée à Augustin d’Argental, comte de Ferriol, trésorier général des Finances en Dauphinée, frère de l’ambassadeur. Après avoir été la maîtresse de Torcy, elle se lia au maréchal d’Huxelles. Voir, à son sujet, Lucien Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard, 1990, 906 p., p. 326 et 337.

39 Ferriol termina mal son ambassade. Ayant donné des signes de démence au printemps 1709, il fut rappelé l’année suivante (cf. Anne-Marie Moulin et Pierre Chuvin, « Des Occidentaux à la cour du Sultan », L’Histoire, n° 40, décembre 1981, p. 36-44). La correspondance de cet ambassadeur a été publiée par Émile Varenbergh, « Correspondance du marquis de Ferriol, ambassadeur de Louis XIV à Constantinople », Annales de l’Académie d’archéologie de Belgique, t. XXVI, Anvers, 1870. Voir aussi le Mémoire historique sur l’ambassade de France à Constantinople de Jean-Louis d’Usson, marquis de Bonnac (ambassadeur de la Porte de 1716 à 1724), publié par Christian Schefer, Paris, 1894, p. 49-50 ; Saint-Simon, éd. Cheruel, t. 2, p. 205, t. 6, p. 180, t. 8, p. 173, t. 16, p. 350 ; Anne Kroell, « Louis XIV, la Perse et Mascate », Société d’histoire de l’Orient, Paris, 1977, 88 p., p. 25-27, 35-36.

40 Fouquet avait commencé après 1658 à constituer un dossier secret sur le personnel du Parlement. À sa chute, Colbert hérita, par saisie, de ce dossier qu’il fit continuer par des informateurs à sa dévotion. Depping en a publié de larges extraits (Correspondance administrative…, 1858, t. 2, p. 38-132).

41 Ce Mandat est l’ancêtre du marquis de Mandat, commandant de la Garde Nationale, massacré par la foule devant l’Hôtel de Ville, lors de la journée révolutionnaire du 10 août 1792.

42 Renée Potier était la sœur du président André Ier Potier de Novion, père de Nicolas IV.

43 Mort en 1650, l’évêque de Beauvais Auguste Potier fut aussi grand aumônier de la reine Anne d’Autriche qui lui accorda un moment sa confiance et le fit ministre d’État. Il fut envoyé dans son diocèse en 1643 en raison de son hostilité à Mazarin.

44 F. Bluche, « Les magistrats des cours parisiennes au xviiie siècle. Hiérarchie et situation sociale », Rev. hist. de droit français et étranger, n° 1, 1974, p. 93.

45 F. Bluche, « Les magistrats du parlement de Paris au xviiie siècle », op. cit., p. 33.

46 Saint-Simon, Pléiade, t. 1, p. 102, 103, 1345.

47 Armand de La Briffe (1649-1700), conseiller au parlement de Paris (1674), maître des requêtes (1676), président au Grand Conseil (1683), intendant de Franche-Comté (1686), sera procureur général de 1689 à sa mort en 1700. Il avait épousé Agnès Potier de Novion. Veuf en 1686, il se remariera en 1691 à Bonne de Barrillon d’Amoncourt, arrière-petite-fille de Paul de Pontchartrain.

48 Saint-Simon, t. 2, p. 780-781.

49 Michel Robert Le Pelletier des Forts deviendra membre du Conseil de Finances sous la Polysynodie, puis contrôleur général des Finances de 1726 à 1730. Il était le fils de Michel Le Pelletier de Souzy, le célèbre directeur général des Fortifications (de 1691 à 1715), frère du contrôleur général Claude Le Pelletier.

50 Jean-Antoine de Mesmes était le fils de Jean-Jacques de Mesmes (1630-1688), président à mortier en 1671, lui-même fils de Jean-Antoine de Mesmes (1598-1673), président à mortier en 1651.

51 La charge de premier président du parlement de Paris était la seule charge parlementaire à laquelle le Roi nommât lui-même. Ce n’était pas un office, mais une commission révocable.

52 Marie-Anne Voysin, la belle-mère de Jean-Antoine de Mesmes, était la fille de Charles Voysin, frère de Jean-Baptiste Voysin (le père de Daniel-François), et frère également de Daniel Voysin (le père de Marie-Jeanne).

53 Jacques Talon, avocat général de 1618 à 1631, puis conseiller d’État, mort en 1648, était le père de Marie-Suzanne qui avait épousé en 1639 Louis Ier de Pontchartrain. Omer II Talon succéda à son frère Jacques comme avocat général en 1631, et devint à son tour conseiller d’État en 1648. Il meurt en 1652, sa charge passant alors à son fils Denis Talon.

54 Rappelons que l’avocat général Jérôme II Bignon, frère de Thierry, avait épousé en 1656, Suzanne Phélypeaux, sœur de Louis II de Pontchartrain.

55 AN, Minutier central, XLI, 522, « Testament de M. le Président Talon, décédé le 2 mars 1698 ».

56 Marie de Fourcy, la femme d’Olivier III d’Ormesson, était la sœur de Jean de Fourcy (1623-1655), conseiller au Grand Conseil, qui eut de Marguerite Fleuriau (remariée ensuite à Claude Le Pelletier), Marie-Marguerite de Fourcy mariée en 1670 à Châteauneuf.

57 Olivier II Lefèvre d’Eaubonne (1562-1614) était le fils d’Olivier Ier Lefèvre d’Ormesson (†1600), président des Comptes, et le frère du conseiller d’État André d’Ormesson (1577-1665), lui-même père d’Olivier III d’Ormesson (cf. J.-F. Solnon, Les Ormesson au plaisir de l’État, Paris, Fayard, 1992, 538 p., p. 61, 68, 81, 82, 102-118).

58 Denis Talon avait épousé en 1671 Élisabeth-Angélique Favier, fille de Jacques Favier, intendant à Alençon de 1643 à 1648 et de 1653 à 1663.

59 Rappelons que Mme de Lamoignon (Marie-Jeanne Voysin) était la fille du conseiller d’État Daniel II Voysin et de Marie Talon, et la petite-fille de Daniel Ier Voysin et de Marguerite de Verthamon.

60 Marie d’Aligre (1633-1724), la mère de Michel-François de Verthamon, se remariera à Godefroy, comte d’Estrades (1607-1686), maréchal de France en 1675. Elle était la fille d’Étienne III d’Aligre, chancelier de France de 1674 à 1677.

61 Pour les Bertrand de La Bazinière, voir Tallemant des Réaux, Historiettes, Pléiade, t. 2, p. 200-212 et 1071-1078, et D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, op. cit., p. 538 et passim.

62 De son premier lit avec Daniel Ier Voysin, Marguerite de Verthamon eut, entre autres fils, Charles, le père de Mme Feydeau (Marie-Anne Voysin), Daniel II, le père de Mme de Lamoignon (Marie-Jeanne Voysin), et Jean-Baptiste Voysin, le père de Daniel-François Voysin, futur secrétaire d’État à la Guerre et chancelier de France.

63 Pour Bonaventure Quentin de Richebourg, voir D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, op. cit., p. 724, note 70. Pour Denis et Antoine Feydeau, voir Françoise Bayard, Le monde des financiers au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988, 632 p., passim.

64 Tallemant des Réaux, Historiettes, t. 2, p. 399.

65 Cf. Hélène Duccini, Concini, Paris, Albin Michel, 1991, 462 p., p. 75, 76, 79, 217, 316 et 317.

66 Cf. Françoise Bayard, Le monde des financiers…, op. cit., p. 276.

67 Tallemant des Réaux, Historiettes, t. 2, p. 749.

68 Cf. Ch. Frostin, « Les fondatrices et la Mission lointaine au xviie siècle. Milieu dévot, milieu ministériel, milieu financier », 108e Congrès national des Sociétés savantes, Grenoble, 1983, Histoire moderne, t. 2, p. 171-193.

69 D. Dessert, « Finances et société au xviie siècle : à propos de la Chambre de justice de 1661 », Annales ESC, juillet-août 1974, p. 847-881, tableau annexe n° 1.

70 D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, op. cit., p. 724, note 70.

71 Rappelons que ce Caumartin, prénommé Louis, successivement conseiller au Grand Conseil, maître des requêtes, président aux Requêtes du parlement de Paris, puis conseiller d’État, avait épousé Madeleine de Choisy, belle-sœur d’Aignan de Beauharnais, lui-même beau-frère de Paul de Pontchartrain. Il était le fils du garde des Sceaux, Louis Lefèvre de Caumartin, et le grand-père de Louis-Urbain Lefèvre de Caumartin marié à Marie-Jeanne Quentin de Richebourg.

72 Saint-Simon, Pléiade, t. 1, p. 363.

73 « Il [Caumartin] était fort du grand monde, avec beaucoup d’esprit, et il était obligeant, et au fond honnête homme ; mais sa figure, la confiance de Pontchartrain et la Cour l’avaient gâté : il était glorieux… » (Saint-Simon, t. 1, p. 363).

74 Le père de Marc-René, René de Voyer, comte d’Argenson (1624-1700), maître des requêtes en 1649, fut ambassadeur à Venise de 1651 à 1655. Ruiné par cette ambassade et brouillé avec Mazarin, le comte d’Argenson se retira alors du service pour se consacrer à la rédaction d’ouvrages de dévotion. Membre très actif de la Compagnie du Saint-Sacrement, il rédigea aussi les Annales de cette Compagnie (publiées en 1900). Sa femme, Marguerite Houllier de La Pyade, était la fille d’un lieutenant général civil de la sénéchaussée d’Angoulême.

75 Marc-René, d’abord avocat, puis, durant quelques années, substitut du procureur général du parlement de Paris, ne put se soutenir à Paris, faute de ressources. Son grand-père maternel Houllier le tira d’affaire en lui résignant, en 1676, sa charge de lieutenant général civil à Angoulême. Marc-René garda cette charge jusqu’en 1692.

76 Pour les débuts difficiles de Marc-René d’Argenson, puis sa rencontre avec Caumartin, sa présentation à Pontchartrain et l’aide qu’il en reçut, voir le témoignage de son fils aîné René-Louis d’Argenson, Journal et mémoires du marquis d’Argenson, Paris, éd. Rathery, 1859-1867, 9 vol. in-8°, t. 1. Ce René-Louis (1694-1757) fut ministre et secrétaire d’État aux Affaires étrangères de 1744 à 1747.

77 Journal… du marquis d’Argenson, t. 1, p. 11.

78 Ibid.

79 Cf. D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, op. cit., p. 624-625.

80 Montesqieu, Pensées. Le Spicilège, Paris, Robert Laffont, 1991, Pensées, p. 597.

81 Cf. D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, op. cit., p. 252-253.

82 Pour Paul Poisson de Bourvalais, voir les Mémoires de Robert Challes, op. cit., p. 205-215 ; Jacques Saint-Germain, Les financiers sous Louis XIV, Paris, Plon, 1950, p. 3-6, 112, 254 ; D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, op. cit., p. 671-672, notice biographique.

83 Saint-Simon, t. 1, p. 648.

84 Robert Challes, Mémoires…, p. 220.

85 Cf. D. Dessert, Argent…, p. 650.

86 Ibid., p. 317.

87 Parallèlement à ses activités financières, Miotte s’occupait de la gestion de grands domaines. Il était notamment le fermier de Monseigneur (le Grand Dauphin) pour son domaine de Meudon (voir D. Dessert, Argent…, p. 402-406, tableau n° 30 : « Biens fonciers de membres de la famille royale ou de “puissants” affermés à des publicains »).

88 Cf. F. Bluche, Les magistrats du parlement de Paris…, op. cit., p. 335.

89 Marie Talon, l’épouse de Pierre Thévenin, était la fille de Nicolas Talon († 1618), procureur au parlement de Paris, frère cadet d’Omer Ier, procureur du Roi au Châtelet, puis avocat au Parlement, lui-même père de l’avocat général Omer II Talon.

90 La Comptablie de Bordeaux : droit d’octroi perçu à l’entrée de cette ville.

91 La terre de Tanlay, pourvue d’un important château, avait été vendue, en 1642, par Claude Vignier, premier président au parlement de Metz, au surintendant des Finances Michel Particelli d’Émery, père de Marie Particelli, mariée en 1635 à Louis Ier Phélypeaux de La Vrillière, secrétaire d’État de 1629 à 1681. Devenu, par la mort de ses beaux-parents, de son beau-frère et de sa propre femme, l’unique propriétaire de la terre de Tanlay, La Vrillière la fera ériger en marquisat en 1671. C’est en 1705, un an après avoir acheté ce marquisat au secrétaire d’État Louis II de La Vrillière, que Thévenin obtiendra confirmation du titre de marquis de Tanlay (cf. Luc Boisnard, Les Phélypeaux…, op. cit., p. 103-104).

92 Cf. Michel Antoine, Inventaire des Arrêts du Conseil du Roi, Paris, SEVPEN, 1968, t. 1, 1715-1720, n° 2825 et n° 2907. Pour la carrière des frères Thévenin, voir D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, p. 695-696, notices biographiques.

93 Lors de son mariage en 1671 avec Esther Oreils, Thévenin était encore protestant. Sa conversion, survenue peu après, pourrait être la cause de la séparation du couple en 1678.

94 Robert Challes, Mémoires…, p. 200-201.

95 L’unique édition des Mémoires de Challes, due à André Augustin-Thierry (Paris, Plon, 1931), ne peut être d’un grand secours à ce sujet, les annotations étant d’une affligeante pauvreté.

96 96. Cf. F. Bluche, Les magistrats du Parlement de Paris…, op. cit., p. 133.

97 97. Saint-Simon, t. 5, p. 770, note 42.

98 98. Cf. D. Dessert, Argent…, p. 770, note 42.

99 99. Ibid., p. 769, note 41.

100 100. Ibid., p. 298, 329, 330.

101 101. Mémoires de Nicolas Joseph Foucault, publiés par F. Baudry, Paris, 1862, in-4°, coll. de documents inédits sur l’Histoire de France.

102 102. Cf. Jean-Christian Petitfils, Louis XIV, Paris, Perrin, 1995, 776 p., p. 474-479.

103 Ce Foucault de Magny, sur lequel on reviendra plus loin, succéda en 1706 à son père comme intendant à Caen. Révoqué en 1709, il devint, au début de la Régence, le 8 octobre 1715, introducteur des ambassadeurs. Puis, compromis dans l’affaire Cellamare, il passa au service de l’Espagne.

104 Saint-Simon, t. 2, p. 998.

105 De l’ensemble de ses domaines, Mazarin tirait des revenus oscillant entre 1 700 000 livres et 2 000 000 livres, dont le tiers environ provenait de sa vingtaine d’abbayes (D. Dessert, « Pouvoir et finance au xviie siècle : la fortune du cardinal Mazarin », Rev. d’hist. mod. et contemp., t. 23, avril-juin 1976, p. 176-177).

106 Pour Urbain Aubert de Tourny, voir D. Dessert, Argent…, p. 523, notice biographique.

107 Cf. F. Bluche, Les magistrats du parlement de Paris…, p. 33-34.

108 Pour la famille de Robert Challes, où les financiers sont nombreux, voir Jean Mesnard, « L’identité de Robert Challes », Rev. d’hist. littéraire de la France, nov.-déc. 1979, 79e année (numéro spécial consacré à Robert Challes), p. 915-939.

109 Cf. F. Bluche, Les magistrats…, p. 34.

110 Cf. Gilles Venet, Une dynastie parlementaire : la famille Talon au xviie siècle, mémoire de maîtrise, univ. Lyon III, 1983, 2 vol. dactyl., t. 1, p. 3-4.

111 Depping, Correspondance administrative…, t. 1, p. 366.

112 Le laquais-financier, explique en substance Daniel Dessert, est un être fictif qui ne ressemble en rien, sociologiquement parlant, aux financiers et se situe aux antipodes des véritables bénéficiaires du trafic de l’argent. Il fait office de bouc émissaire, le bon peuple trouvant en lui un responsable de ses souffrances, tandis que les meneurs du jeu financier encouragent la diffusion de cette représentation afin de mieux brouiller les cartes (D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, p. 104).

113 Joseph Fleuriau d’Armenonville, frère consanguin de Marguerite Fleuriau, veuve de Jean de Fourcy, remariée au contrôleur général Claude Le Pelletier, était l’oncle de Marie-Marguerite de Fourcy (fille du premier lit de Marguerite Fleuriau) qui avait épousé le secrétaire d’État Balthazar Phélypeaux de Châteauneuf.

114 Adrien-Maurice, duc de Noailles, né en 1678, avait épousé en 1698 Françoise-Charlotte d’Aubigné, âgée de 14 ans, nièce de Mme de Maintenon.

115 Pour la carrière de Boutet de Guignonville, voir D. Dessert, Argent…, p. 546-547, notice biographique.

116 Les offices de « lieutenants des maréchaux de France » furent créés sur l’initiative de Pontchartrain, par l’édit de mars 1693, dans chacun des sièges ressortissant aux Parlements, pour connaître des différends entre gentilshommes. Les appels étaient portés devant le tribunal des maréchaux de France.

117 Cf. F. Bluche, Les magistrats…, p. 47.

118 Lettre citée par Antoine Adam dans son édition des Historiettes de Tallemant des Réaux, Pléiade, t. 2, p. 971-972.

119 Dans son Mémoire concernant la Province de Bretagne, dressé par ordre du Roi en 1698, Louis de Béchameil de Nointel (intendant de Bretagne de 1692 à 1705) précise que le marquis de Guébriand, gouverneur du château de Thoreau, « est obligé d’y entretenir une compagnie à ses frais, au moyen des droits d’impôts et billots de la ville de Morlaix dont il jouit, le Château défendant l’entrée de la rivière de Morlaix » (cf. J. Bérenger, J. Meyer et coll., La Bretagne à la fin du xviie siècle d’après le mémoire de Béchameil de Nointel, Paris, Klincksieck, 1976, 220 p., p. 98).

120 Dans le Grand Dictionnaire Historique de Louis Moreri, le Parlement de Bretagne est comparé, sur ce point, au Sénat de Venise : « Si l’on excepte le Sénat de Venise et quelques autres républiques, il n’est point de corps de magistrats plus illustres. L’usage de n’admettre au nombre de ses membres que des personnes de naissance le rend fameux dans toute l’Europe. ».

121 Cf. J. Bérenger, J. Meyer et coll., op. cit., p. 157.

122 Louis Ier Béchameil de Nointel (1630-1703), père de Louis II, l’intendant de Bretagne, avait épousé Marie Colbert, cousine de Jean-Baptiste Colbert. Gros maltôtier dans les années 1650, puis en 1660 secrétaire ordinaire du Conseil d’État et direction des Finances, il deviendra en 1685 surintendant de la Maison de Monsieur.

123 Le rapport de Béchameil fait partie d’une série de Mémoires dressés par tous les intendants du Royaume en réponse à un questionnaire fourni par les bureaux parisiens, et destinés à l’instruction de Mgr le duc de Bourgogne. Leur ensemble constitue la première description complète du Royaume.

124 La carrière ultérieure de Béchameil témoigne d’un homme bien en Cour. Conseiller d’État semestre dès 1700, avant même de quitter l’intendance de Bretagne, il entre au Conseil de Commerce en 1708 et termine conseiller d’État ordinaire en 1712.

125 Le père de Nicolas, Jean Desmarets (1608-1682), receveur général des Finances à Soissons (1634), puis conseiller d’État (1652) et intendant de Soissons (1665), avait épousé en 1646 Marie Colbert, sœur de Jean-Baptiste Colbert.

126 En 1674, fut décidé le monnayage de pièces d’argent à 2, 3 et 4 sols, Desmarets, en tant que chef du département de la Monnaie, étant chargé de surveiller l’opération. À cette occasion, il aurait reçu de grosses sommes pour fermer les yeux sur des fraudes de fabrication et des détournements de métal précieux. L’information judiciaire s’ouvrit au mois d’octobre 1683. Au cours du procès, le principal accusé François Bellinzani, ancien commis de Colbert, chargea lourdement Desmarets pour se disculper, ce qui ne l’empêcha pas d’être embastillé et de mourir en prison. Desmarets ne figura pas parmi les inculpés, mais, dès le 23 décembre 1683, il recevait l’ordre de se défaire de ses charges et de se retirer sur ses terres, avec interdiction d’aller à Paris.

127 Saint-Simon, Pléiade, t. 2, p. 965.

128 Cf. René Dumas, La politique financière de Nicolas Desmarets, contrôleur général des Finances (1708-1715), Paris, 1927 (thèse de droit), 124 p., p. 15-22 (pour le rétablissement progressif de Desmarets après sa disgrâce de 1683).

129 Saint-Simon, t. 2, p. 965.

130 Saint-Simon, t. 2, p. 972.

131 Mémoire de M. Desmarets sur l’administration des finances depuis le 20 février 1708 jusqu’au 1er septembre 1715, s. l. n. d., in-12, 52 p. (BM d’Angers, H 1861). Il s’agit d’un mémoire auto-justificatif adressé par Desmarets au Régent, et qui fut imprimé en 1716.

132 Dans le langage de l’époque, l’expression « gens d’affaires » désigne « les financiers, les traitants et les partisans, qui prennent les fermes du Roi, ou le soin du recouvrement des impositions…, ou qui ont droit de vendre certaines charges dont ils ont traitées avec le Roi… » (Dictionnaire universel d’Antoine Furetière).

133 « Personne n’était plus instruit que lui [Desmarets] des manèges des financiers, du gain qu’ils avaient fait de son temps [sous Colbert], et, par ces connaissances, de celui qu’ils pouvaient avoir fait depuis » (Saint-Simon, t. 1, p. 738).

134 Cette banqueroute partielle s’opéra sous la forme d’un report à l’année 1709 des assignations arrivant à échéance en 1708, avec, comme prétexte invoqué, la nécessité d’assainir les procédés de régie financière. Les porteurs d’assignations se laissèrent convaincre, Desmarets les menaçant d’un paiement en monnaie faible. Ce report d’assignations permit au Contrôleur Général de libérer 50 000 000 livres et de dégager ainsi, dans l’immédiat, le Trésor royal.

135 Mémoires de M. Desmarets…, op. cit.

136 Saint-Simon, t. 1, p. 737.

137 137. Saint-Simon, t. 2, p. 971.

138 138. Saint-Simon, t. 2, p. 971-972.

139 139. Pour les prêts de Pontchartrain à Villemaré et à Thévenin, voir D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, p. 360 et 769.

140 Mémoires de Robert Challes…, p. 213-241.

141 Voir D. Dessert, Argent…, p. 769, note 41.

142 AN, Minutier central, XCVI, liasse 231. La mort de la chancelière fut l’occasion d’une querelle successorale opposant Jérôme à son père et qui trouva son dénouement dans une convention de délaissement passée, le 5 décembre 1714, devant maître Louis Durant, notaire de la famille (AN, Min. cen., XCVI, liasse 235).

143 Voir note 35. Se trouvant ainsi au courant d’une infinité de choses importantes, Toussaint Rose, qui était « extrêmement fidèle et secret », comptait parmi les rares intimes de Louis XIV.

144 Le dossier relatif à la vente et au rachat de la rente Portail (5 pièces, 7 pages in-f°) a figuré dans la collection de manuscrits de la maison Charavay, de Paris (catalogue Charavay, année 1977, n° 371 41).

145 Selon Saint-Simon, la petite-fille de Toussaint Rose, « qui se sentait riche parti, méprisait son mari, et disait qu’au lieu d’entrer en quelque bonne maison, elle était demeurée au portail » (t. 1, p. 825).

146 Jean Buvat, Journal de la Régence (1715-1723), publié par E. Campredon, Paris, 1865, 2 vol. in-8°, t. 1, p. 145. Le contrat de mariage de Jérôme de Pontchartrain avec Hélène de l’Aubespine de Verderonne fut signé à Versailles le 12 juillet suivant (AN, Min. cen., CXII, liasse 449 A).

147 Cf. Claude-Frédéric Lévy, Capitalistes et pouvoir au siècle des Lumières, t.2 : La révolution libérale, 1715-1717, La Haye, Mouton, 1979, 380 p., p. 94.

148 On trouvera d’amples développements sur Bourvalais dans Jacques Saint-Germain, Les financiers sous Louis XIV, Paris, Plon, 1950, ouvrage en grande partie consacré à ce gros traitant de la fin du règne.

149 Cf. D. Dessert, Argent, pouvoir et société…, p. 80-81, tableau n° 4.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable