Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ille-et-Vilaine, 1918-1958

 | 
Jacqueline Sainclivier

2e partie. 1939-1958. Vers le renouveau

Chapitre 7. Une nouvelle donne politique ? (1946-1958)

Texte intégral

  • 1 Rémond (R.), Notre siècle, op. cit., p. 379.
  • 2 Seules les Côtes-du-Nord s’en rapprochent avec pour le PCF, la SFIO et le MRP, respectivement 27,2 (...)

1L’immédiat après-guerre en France provoque une nouvelle répartition des forces politiques conduisant à une rupture politique telle que pour René Rémond « les élections d’octobre 1945 sont aussi importantes que celles de mai 1849 »1. La conjoncture unanimiste permet la mise en place du tripartisme associant au pouvoir deux partis se réclamant du marxisme (le PCF et la SFIO) et un parti (le MRP) qui tout en se défendant d’être confessionnel a une clientèle de catholiques sociaux ; l’on assiste également à la révélation de deux forces politiques importantes (le PCF et le MRP). Deux années sont nécessaires pour mettre en place une nouvelle constitution dans des conditions économiques, politiques (intérieure, extérieure et coloniale) particulièrement difficiles. Si les premières élections de 1945 et du premier semestre 1946 donnent l’impression d’une nouvelle donne politique au niveau national, dans la région et le département, la situation est un peu plus confuse. Le PCF y réalise également une percée, mais l’on est loin d’être dans une situation de tripartisme2.

2À l’automne 1946, la France se dote d’une nouvelle constitution et procède aux élections permettant l’installation de la IVe République. Dès lors, et jusqu’à la chute de la IVe République, se produit un reclassement des forces politiques et des hommes tandis que le pays est secoué par la guerre froide et les guerres coloniales tout en menant à bien la reconstruction économique.

3Dans ce cadre, le département subit les contrecoups de la politique française, et continue d’accorder la prééminence au MRP. On peut se demander sur quelles bases se déroule la vie politique du département, s’il existe un renouveau en profondeur ou un retour à d’anciennes pratiques et à d’anciens modes de pensée. Dans les programmes, les professions de foi des candidats, les thèmes des campagnes électorales, la Seconde Guerre mondiale est-elle une référence habituelle ? exceptionnelle ? ou est-elle occultée?

4Avant d’analyser le rapport de forces et les permanences géopolitiques d’après les résultats aux diverses élections, il est nécessaire de connaître le poids des structures partisanes (partis, presse...), le rôle des hommes et des programmes.

Les partis et leur presse

  • 3 Les élections de 1958 ne sont utilisées qu’à titre de comparaison et sans en faire d’analyse détai (...)

5Tout au long de la période allant de 1945 à 19583, quelques grandes forces politiques sont présentes et actives ; en revanche, d’autres n’ont qu’une existence éphémère et conjoncturelle. Restent structurés et bien organisés pendant ces treize années : le MRP, la SFIO et le PCF. La droite, elle, s’exprime à travers plusieurs partis ou mouvements plus ou moins éphémères ; il en est de même lorsqu’un mécontentement de type populiste connaît une traduction politique.

Des organisations politiques à forte structure

6Un seul de ces partis est un nouveau venu sur la scène politique : le MRP ; les deux autres d’obédience marxiste sont loin d’avoir la même aura et ne peuvent être assimilés l’un à l’autre. Ces trois partis, au niveau national, constituent le tripartisme au lendemain de la guerre. Ils bénéficient en 1945 du préjugé le plus favorable auprès des électeurs, mais très inégalement.

7— La SFIO

  • 4 Comme Honoré Commeurec mort en déportation; cf. chapitre 6, note 59 p. 278.
  • 5 Excepté l’accusation inexacte portée par les responsables communistes de la CGT contre Fournier, p (...)
  • 6 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG du 26 janvier 1945.

8Au lendemain de la guerre, la SFIO ne sort pas toute armée de la clandestinité, même si de nombreux militants se sont retrouvés à Libération-Nord. En effet, pendant la guerre, il n’existe pas en Ille-et-Vilaine d’antenne du Comité d’action socialiste de Daniel Mayer. Les socialistes, au sortir de la Résistance, sont dispersés et doivent reconstituer le parti. En outre, certains militants ont disparu dans la tourmente4 ; il ne semble pas qu’il y ait eu de responsable compromis avec le régime de Vichy ce que confirme l’absence de toute épuration5. Malgré ces handicaps par rapport au PCF, la SFIO se reconstitue assez vite puisque dès janvier 1945, la fédération SFIO d’Ille- et-Vilaine aurait eu 20 sections dispersées surtout au nord du département et elle regrouperait 1 200 à 1 500 adhérents6. Comme toujours, il est difficile d’établir avec certitude le nombre d’adhérents d’un parti, on ne dispose que des chiffres donnés dans les rapports des congrès annuels.

9La courbe (graphique n°5) montre que l’évolution de la fédération SFIO d’Ille-et-Vilaine est proche de la courbe nationale. Partout la grande rupture intervient entre 1948 et 1949 et une reprise entre 1955 et 1956. La chute de 1949 est le contrecoup de la rupture du tripartisme, des débuts de la guerre froide et également de la déception apportée par la troisième force pour des militants socialistes laïques qui se voient associés à des partis favorables à l’enseignement confessionnel. La remontée de 1956 est totalement due au succès national du Front républicain en janvier 1956 bien que les premières mesures prises par Guy Mollet, en particulier à propos de la guerre d’Algérie, ne soient guère conformes à ses promesses électorales d’où une retombée dès 1957 avec une progression beaucoup plus faible que l’année précédente.

10Par rapport à l’avant-guerre, les lendemains de la Libération sont bien des « lendemains qui chantent » pour la fédération socialiste d’Ille-et-Vilaine puisqu’elle a 787 adhérents en 1938 et triple son effectif dès la fin de 1945. Cette euphorie dure quatre ans ; en 1954, elle descend même à un chiffre à peine supérieur à celui de 1923 (250 adhérents).

  • 7 ADIV - 43 W 139 : rapports des RG du 26 janvier et du 29 mars 1945. Entretien avec Charles Foulon.
  • 8 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG du 17 juillet 1945. Plusieurs communes de Bretagne sont dans ce c (...)

11Au lendemain de la guerre, les principaux dirigeants de la SFIO en Ille- et-Vilaine sont tous issus du milieu enseignant (faculté des lettres, lycée), ou de celui des cheminots. Deux sont particulièrement actifs : Charles Foulon, professeur de lycée et secrétaire du CDL, et, Quessot, secrétaire de la fédération, retraité SNCF. Le congrès de la fédération en janvier 1945 confirme Quessot comme secrétaire de la fédération tandis que Charles Foulon devient secrétaire à la propagande7. En 1945, de nouvelles sections sont créées dans le monde rural mais toujours dans les zones les plus traditionnellement à gauche. Les principales questions qui animent le congrès départemental et les discussions au sein de la SFIO portent sur les problèmes du ravitaillement, la laïcité et les relations avec le PCF. Dans le domaine de la laïcité, l’une de leurs préoccupations est le vote des congrégations religieuses ; ils demandent à ce que celui-ci ait lieu non pas dans la localité de la communauté mais dans la commune d’origine de chaque religieux, afin d’éviter que dans certaines communes rurales, ce soit leur vote qui soit déterminant8. En dehors du problème du ravitaillement qui est l’obsession de tous, les socialistes sont très attentifs à leur relation avec le PCF au niveau local comme national. Pendant les années de l’immédiat après-guerre, la SFIO se retrouve de nouveau devant le choix des alliances : avec le PCF ? avec le centre, donc le MRP? En 1945, la SFIO tourne plutôt ses regards vers le PCF et vice versa. Les relations avec le PCF se conçoivent de deux façons : soit la fusion organique, soit l’unité d’action.

Graphique n°5. Adhérents à la SFIO en Ille-et-Vilaine et en France1945-1958

Graphique n°5. Adhérents à la SFIO en Ille-et-Vilaine et en France1945-1958

(Source : les rapports des congrès annuels de la SFIO)

  • 9 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG du 16 août 1945 et 43 W 213 : rapport des RG du 4 août 1945. 45 v (...)
  • 10 Sadoun (Marc), op. cit., p. 216 et suivantes.
  • 11 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG du 28 janvier 1946.
  • 12 L’Espoir socialiste paraît du 18 mars 1950 au 3 novembre 1951. ADIV - 320 W: élections législative (...)

12Parmi les adhérents de la SFIO en 1945 et dans le droit fil des États généraux de la Renaissance française, certains prônent la fusion entre les deux partis. Cette attitude est le résultat d’une période de combat commun et les uns et les autres aspirent à une société nouvelle. En Ille-et-Vilaine, ce courant de gauche favorable à une unité organique avec le PCF est assez bien représenté par Charles Foulon. L’autre courant préfère l’unité d’action. À l’intérieur de la fédération, le partage se fait en parts presque égales entre les deux tendances. En effet, le congrès fédéral du 5 août 1945 se prononce en faveur de cette fusion organique mais, après les élections à l’Assemblée constituante, autrement dit quand le rapport de force dans le pays sera connu9. Une alliance entre la SFIO et les mouvements de résistance conduisant à un parti travailliste à la française est un moment envisagée, mais cette idée échoue assez rapidement, provoquant des tensions à l’intérieur de la fédération entre partisans et adversaires de ce type de fusion10. La SFIO est alors soutenue par une presse régionale puisqu’en octobre 1944 est créée L’Aurore socialiste, hebdomadaire régional qui remplace pour le département l’ancien Aurore d’Ille-et-Vilaine. Moins de deux ans plus tard, ce journal tire de 4 000 à 5 000 exemplaires surtout par abonnement. À Rennes, sur 1 600 mis en dépôt, 939 sont invendus. De plus, à l’automne 1945, est fondé avec les radicaux (mais la majorité revenant aux socialistes) un quotidien, La République sociale dont la situation financière est catastrophique dès janvier 1946. Il tire à 32 000 exemplaires mais 22 000 sont invendus11. Dans l’ensemble, contrairement à l’entre-deux-guerres, la presse socialiste départementale ou régionale a des difficultés à vivre dans les années cinquante puisque dès janvier 1950, L’Aurore disparaît; une tentative de reparution se fait sous le titre L’Espoir socialiste à partir de mars 1950, mais il cesse toute parution en novembre et ne reparaît qu’épisodiquement pour la campagne électorale de juin 1951 comme hebdomadaire de la fédération SFIO d’Ille-et-Vilaine12.

13Ces difficultés de la presse socialiste reflètent la baisse brutale du nombre d’adhérents entre 1948 et 1949, le vieillissement et le manque de dynamisme dus à des causes internes et externes. Les causes externes sont dues à la politique nationale de la SFIO. Quant aux causes internes ou plutôt locales, elles sont multiples. Le député socialiste A. Aubry est âgé et malade. Sa dernière année de mandat, il n’est guère actif ; certes, il est soutenu par Alexis Le Strat qui lui succède à la tête de la fédération mais cela reste insuffisant. Surtout, le thème principal développé par la SFIO en Ille-et- Vilaine est celui de la laïcité qui connaît un regain de vigueur lors des lois Barangé et Marie par exemple, mais cela ne peut constituer une politique. Tout ceci ne renforce guère l’image de la SFIO qui apparaît comme un parti fermé sur lui-même, vieillissant.

14— Le PCF

  • 13 Si l’on croit le rapport des RG du 26 janvier 1945 (ADIV - 43 W 139).
  • 14 ADIV - 43 W 140: rapport des RG du 17 juillet 1945 qui reprend la teneur de la première conférence (...)

15Au contraire de la SFIO, le PCF apparaît comme un parti jeune et porteur d’espoir. Très faible avant la guerre, il joue un rôle-clé dans la Résistance en particulier par l’intermédiaire du FN et des FTPF. De ce fait, comme dans le reste du pays, il acquiert son brevet de patriotisme. Paraissant idéologiquement rénové, mais en conservant à sa tête les mêmes dirigeants qu’avant 1939, il voit l’afflux massif de nouveaux militants, jeunes, aguerris dans la Résistance. Dès janvier 1945, le PCF rassemble en Ille-et- Vilaine environ 3 500 adhérents13 dont 900 environ pour Paramé, Saint- Malo, Saint-Servan et Dinard. À l’été 1945, le PCF d’Ille-et-Vilaine est organisé en 23 sections comprenant 400 cellules soit 5 805 adhérents selon les dirigeants. Sur les 400 cellules, une centaine sont des cellules de villages isolés groupant environ 1 050 adhérents14 ; pour l’ensemble de la fédération, il n’existe que 46 cellules d’entreprises à cause de la faible industrialisation du département. D’après la conférence fédérale de 1946, la fédération a 5 117 adhérents répartis en 284 cellules. 29 % des adhérents sont à Rennes, suivi par Fougères (3,6 %), Saint-Malo et Dinard.

  • 15 Bougeard (C.), op. cit., vol. 5 : p. 1665-1666.

16Par rapport à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le PCF a multiplié par sept ses effectifs en 1945. Cette poussée considérable connaît un tassement et même une régression en 1946, en définitive assez normale après une période d’enthousiasme et d’euphorie due à la Libération. Il est remarquable cependant que le PCF en Ille-et-Vilaine reste urbain et ne s’implante nullement dans les campagnes contrairement aux Côtes-du- Nord15 même si quelques chefs-lieux de canton ont à cette date un nombre d’adhérents non négligeable comme Guichen (77 adhérents en 1946) et surtout Combourg (90 adhérents), si bien que le rapport entre le nombre d’adhérents et le nombre d’électeurs est étroit comme le montre le résultat des élections de juin 1946 où à Combourg un tiers des électeurs adhèrent au PCF, un cinquième à Cancale mais seulement 9 à 10 % à Rennes. Devant cet afflux de militants et pour pallier le manque de cadres, le PCF organise en 1945, trois écoles fédérales avec des cours de durée variable (deux semaines le plus souvent) et réunissant de 15 à 25 militants: une majorité d’hommes, mais aussi quelques femmes. Des conférences éducatives sont aussi organisées en 1945 et au début de 1946 en particulier à Dinard, Fougères et Saint-Malo. Si les femmes sont présentes au PCF, depuis les origines, les dirigeants estiment cependant leur nombre insuffisant (5 à 10 % des militants). Le PCF est en 1946, un parti puissant, probablement celui qui dispose du plus grand nombre d’adhérents mais cette puissance en adhérents et militants, relayée par un hebdomadaire Le Réveil paraissant officiellement depuis octobre 1944, ne se traduit pas terme à terme dans le domaine électoral. Le PCF est le parti qui a le taux de corrélation le plus fort entre le nombre d’adhérents et le nombre d’électeurs. On retrouve aussi la dichotomie ville/campagne et l’héritage de la Résistance. Pendant l’Occupation, le FN et les FTPF sont nés dans les centres urbains et dans les bourgs, ce n’est que poussés par la répression et l’évolution générale de la guerre qu’ils s’implantent quelque peu dans les zones rurales mais sans y recruter massivement accentuant l’image d’une résistance urbaine. Par ailleurs, la dichotomie ville/campagne très forte avant la guerre, accentuée pendant l’Occupation, s’affiche clairement lors des élections où le poids des électeurs ruraux par rapport à ceux de la ville est élevé, ce qui désavantage le PCF.

  • 16 Kriegel (Annie), Les Communistes Français (1920-1970), Seuil (col. « L’Univers historique »), nouv (...)
  • 17 Henri Denis est un neveu de l’abbé Bridel, secrétaire de la JEC, fondateur de la première École no (...)
  • 18 Cf. chapitre 9, p. 406-407.

17Dans la période qui suit, le PCF subit le contrecoup de son éloignement du gouvernement moins sur le plan électoral que sur celui du militantisme. Isolé à l’Assemblée nationale vis-à-vis de tous les autres partis politiques qu’il considère comme fascistes, le PCF réorganise sa force militante comprenant certes ce qu’Annie Kriegel appelle la « communauté des adhérents », mais aussi une « double couronne » extérieure : celle des électeurs et celle des lecteurs de la presse communiste16. Deux milieux sont prospectés : les socialistes anciennement favorables à la fusion organique et les chrétiens de gauche en l’occurrence les chrétiens progressistes. En Ille-et-Vilaine, cela se traduit par un rapprochement avec Charles Foulon qui participe au PSU (parti socialiste unifié) et avec les chrétiens progressistes représentés ici par Henri Denis, professeur de Droit17. Ce dernier est chargé, à partir de 1949, du nouveau quotidien communiste régional Ouest-Matin18. Par cette tactique, le PCF espère rassurer et attirer à lui une frange des catholiques de gauche de la région. L’autre cadre est celui du Mouvement de la Paix qui entretient un certain rayonnement du PCF après 1947 en Ille-et-Vilaine.

  • 19 ADIV - 320 W: note d’information pour le cabinet du préfet du 21 octobre 1955.

18Si nous ne connaissons pas le nombre d’adhérents après 1946, en revanche l’évolution du pourcentage des voix montre que ce n’est qu’entre 1951 et 1956 qu’une baisse se produit, baisse qui se poursuit avec la première élection législative de la Ve République puisqu’au cours de ces trois élections, le PCF recueille successivement 15 %, 11 % et 7 %. Ce déclin s’accompagne, semble-t-il, d’une régression du nombre d’adhérents. Ainsi l’arrondissement de Saint-Malo comprend encore en 1950, 6 sections (Saint-Malo, Saint-Servan, Paramé, Dol-de-Bretagne, Combourg, Cancale) mais en 1955, seules deux subsistent : à Saint-Malo et à Dol-de-Bretagne. La première aurait recueilli en septembre 1955 90 timbres de cotisations et celle de Dol-de-Bretagne, 33 ; neuf cellules fonctionnent encore19. En fait, pendant ces années de guerre froide, le PCF ne peut progresser ou se maintenir seul, il doit, comme au niveau national, compter sur un cercle plus large de « compagnons de route ». À la faculté des lettres et à la faculté de droit, il existe un petit noyau d’intellectuels comme Henri Denis, Robert Merle, professeur d’anglais et écrivain, Charles Foulon qui jouent un rôle important dans la diffusion d’une idéologie pacifiste, souhaitant le désarmement. Leur audience est importante auprès des jeunes de moins de vingt ans. Cependant, même si la conjoncture favorise le débat et les prises de position sur des problèmes-clés comme la décolonisation ou le désarmement, le potentiel électoral du PCF ne cesse de s’effriter.

19La grande nouveauté de cette période pour le PCF et qui montre ses progrès dans l’opinion par rapport à l’avant-guerre, est, d’une part, qu’il dispose d’un quotidien et, d’autre part, qu’il a désormais des élus dans le département. Certes, le député, Emmanuel d’Astier de la Vigerie, est un compagnon de route et non un adhérent, mais le PCF a quelques conseillers municipaux à Dinard, à Rennes ce qui était impensable ou presque avant 1939. Quel que soit le déclin relatif du PCF dans les années cinquante, il conserve ces acquis, maintenant une certaine influence.

20L’érosion électorale, mais aussi celle des militants qui existe pour des raisons différentes au PCF comme à la SFIO, révèle plus largement une érosion de la gauche dans le département. En ascension depuis les années trente, elle s’effondre au début des années cinquante et ne tire pas un profit durable de la période de la Libération ; ni les uns ni les autres ne réussissent à élargir leur clientèle habituelle (ouvriers pour le PCF, milieu enseignant et fonctionnaires pour la SFIO).

21— Le MRP

  • 20 Cf. chapitre 6, p. 296-299.
  • 21 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de fin janvier 1945.
  • 22 Ce qui est une faible proportion. ADIV - idem et 43 W 140: rapport des RG du 28 janvier 1946.

22Le MRP, né en novembre 1944, peut puiser dans le vivier de l’Action catholique, des résistants catholiques qui très vite se reconnaissent en lui, dans sa volonté de réforme sociale et de justice sociale20. Dès le début de l’année 1945, il a environ 1 500 adhérents et compte parmi ses premiers militants départementaux : Victor Janton, délégué régional à la radio, Henri Fréville, délégué régional à l’Information, Coudray, pharmacien à Paramé, Jean Noury à Saint-Malo, etc.21 La fédération MRP d’IIle-et-Vilaine se structure en mars 1945 avec comme secrétaire fédéral Robert Remé, ancien professeur de lettres à l’institution Saint-Martin de Rennes. Il bénéficie dès 1944 d’un journal le Rassemblement du MRP (23 décembre 1944 -19 août 1945) remplacé à partir du 2 septembre 1945 par Rassemblement d’Ille-et-Vilaine, hebdomadaire. Le Rassemblement du MRP tire à 15 000 exemplaires pour la région Bretagne en janvier 1945 et le Rassemblement d’Ille-et-Vilaine tire en janvier 1946 à 30 000 exemplaires avec 7 à 8 % d’invendus22.

  • 23 ADIV - 43 W 139 : rapports des RG de janvier à octobre 1945. Des archives du MRP sont conservées a (...)

Tableau n°47: Adhérents du MRP en Ille-et-Vilaine selon les sources23.

Tableau n°47: Adhérents du MRP en Ille-et-Vilaine selon les sources23.
  • 24 Cela semble être le cas général quels que soient les partis ou les syndicats sauf lorsqu’ils s’app (...)
  • 25 Ou elles sont mal conservées. Ainsi alors qu’en 1951, il existe 107 adhérents à Fougères, il n’y e (...)
  • 26 AN - 350 AP 4 et 117.

23Le nombre d’adhérents du MRP est contradictoire selon les sources. Les chiffres des RG sont totalement gonflés24 puisque le décalage avec le nombre de cotisants dénombrés par le MRP lui-même va du simple au double. Les talons de cartes d’adhérents conservés au siège de l’ancienne fédération MRP d’Ille-et-Vilaine donnent des résultats encore plus faibles car certaines sections négligent de transmettre à la fédération leur situation25. Ceci dit, l’apogée du mouvement en nombre d’adhérents se situe en 1945/1946 avec une coupure qui intervient entre 1948 et 1956 sans que les archives permettent de préciser quand exactement se produit la coupure. En 1945 et en 1948, le département est le premier département breton par le nombre d’adhérents MRP26 et les ventes de la presse nationale du MRP, L’Aube, se situent à un assez bon niveau : 1 589 ventes par jour en décembre 1945 soit le 14e département français mais ces ventes sont à peine supérieures à celles du nombre d’adhérents.

  • 27 AN - 350 AP 4 : situation du mouvement en septembre 1962.
  • 28 Fin 1945 et en 1951: 115 sections, mais en 1948/1949, une soixantaine.
  • 29 Théoriquement, une section comprend au moins 10 adhérents. AN - 350 AP 4.
  • 30 Guilleux (Georges), La Fédération MRP d’Ille-et- Vilaine (1944-1958), Rennes 2, mémoire de maîtris (...)
  • 31 Letamendia (Pierre), op. cit., p. 196.

24Quelles que soient les variations d’adhérents, le MRP d’Ille-et-Vilaine a une fédération bien structurée et dont le fonctionnement est considéré comme satisfaisant même aux heures les plus sombres du début des années soixante27. Le nombre et la répartition géographique des sections permettent de s’en faire une idée. Malgré des incertitudes, les sources du MRP lui- même, à Paris et à Rennes, donnent (à défaut d’un chiffre exact) un ordre de grandeur sur le nombre de sections et sur son évolution28. Celle-ci ne correspond pas à celle des adhérents, à la suite probablement d’une réorganisation interne de la fédération. Plus intéressante encore est la répartition territoriale de ces sections et des adhérents du MRP même si l’on est loin de connaître le nombre exact d’adhérents par section29. En 1945 comme en 195130, le MRP est certes très puissant dans les villes, mais aussi, et cela le distingue des autres partis, dans les communes rurales avec, en 1945, une assez forte densité par exemple dans l’arrondissement de Fougères où le MRP est présent dans presque toutes les communes. En 1945 comme en 1951, les zones de fort militantisme laissent dans l’ombre la région de Vitré. Globalement le nord du département apparaît plus militant que le Sud, phénomène que l’on constate pour la SFIO comme pour le PCF. On peut évidemment s’interroger sur cette implantation. Celle-ci ne correspond pas tout à fait à celle des élections. Si l’arrondissement de Fougères est effectivement un arrondissement qui vote MRP, il en est de même pour celui de Vitré où le nombre de militants est très faible de même dans l’arrondissement de Montfort. Cette non correspondance automatique entre les zones de militantisme du MRP et les résultats électoraux laisse supposer qu’il existe d’autres relais que le parti lui-même pouvant favoriser ces bons résultats électoraux. L’influence démocrate-chrétienne d’avant-guerre n’y est pas étrangère31 ; la présence de la CFTC, la FDSEA, l’Action catholique expliquent cette diffusion du MRP.

25L’implantation de la CFTC en 1946 (carte n°23 p. 315) montre le rôle de relais joué parfois par la CFTC. Ainsi dans l’arrondissement de Vitré où le MRP est relativement peu présent, il existe plusieurs sections locales de la CFTC, voire des sections d’ouvriers agricoles, en particulier dans les cantons d’Argentré-du-Plessis, de Chateaubourg, de Plélan. En zone rurale, en dehors de la CFTC, l’autre relais informel est la JAC, présente partout.

26Si l’implantation des adhérents MRP ne correspond pas à sa géographie électorale, celle-ci s’explique alors par l’existence de tout un réseau de sympathisants (syndicats, Action catholique, clergé) ; il est symptomatique qu’il soit le premier parti à avoir des militants agriculteurs. Pour la première fois dans le département, ceux-ci se retrouvent vraiment au sein d’un parti politique d’envergure nationale pour y militer, et non dans des ligues ou des syndicats. Cette percée des agriculteurs se retrouve aussi dans la répartition socio-professionnelle des adhérents au MRP en 1947.

Carte n° 23. L’implantation de la CFTC en 1946

Carte n° 23. L’implantation de la CFTC en 1946
  • 32 Guilleux (G.), op. cit., p. 123.

Tableau n°48 : CSP des adhérents de la fédération MRP d’Ille-et-Vilaine en 194732.

Tableau n°48 : CSP des adhérents de la fédération MRP d’Ille-et-Vilaine en 194732.
  • 33 Aucune distinction n’est faite entre les agriculteurs (fermiers, propriétaires), la définition des (...)

27Quelles que soient les réserves que l’on peut faire ici sur la définition des catégories socio-professionnelles33, il est frappant de constater que près d’un cinquième des adhérents sont des agriculteurs, véritable originalité du MRP. Quant aux autres catégories socio-professionnelles, certaines sont surreprésentées : les commerçants et artisans sont trois fois plus nombreux proportionnellement que dans la population active, les professions libérales deux fois plus nombreuses ; ouvriers, employés, enseignants ont un poids équivalent. Le MRP, par cette composition socio-professionnelle et compte tenu de son implantation géographique, est un miroir de la société départementale. Cependant, cela n’empêche nullement un déclin assez rapide du nombre d’adhérents après 1948. Cette baisse du militantisme est parallèle à celle subie par le PCF et la SFIO.

  • 34 Cf. ci-dessus p. 336-340.
  • 35 Entretien avec Victor Janton qui conforte cette analyse.
  • 36 Teitgen (Pierre-Henri), « Faites entrer le témoin suivant» : 1940-1958, de la Résistance à la V Ré (...)
  • 37 Qui désirent conserver l’anonymat.
  • 38 Dorso (A.), op. cit., p. 198-199 et ci-dessous chapitre 8, p. 359.
  • 39 Comme le montre, après la chute du gouvernement Pleven, le dialogue Guy Mollet-Pierre-Henri Teitge (...)

28On peut s’interroger sur les causes de la désaffection vis-à-vis du MRP. À côté des causes générales qui affectent tous les partis, après l’euphorie de la Libération où il apparaît possible de construire une France nouvelle, sur des bases politiques neuves, le désenchantement domine devant l’ampleur des difficultés, la lenteur de certaines réformes, l’image d’un système politique très proche dans son fonctionnement de celui de la IIIe République. Chaque parti politique acquiert une image différente de celle qui était la sienne lorsque la masse des militants a adhéré. Le MRP a en 1945 et 1946 une image de centre-gauche ; sur le plan social, il n’est pas éloigné de celle de la SFIO voire du PCF. De ce fait, des électeurs qui n’étaient pas uniquement de droite votent pour lui34. Par la suite, son image se brouille aux yeux de l’opinion. Toujours au gouvernement après la rupture du tripartisme, il est amené à prendre des positions contraires aux schémas traditionnels ; favorable à l’enseignement confessionnel, il ne peut que voter des lois en sa faveur mais sans toujours mener une campagne très active en raison de ses alliances gouvernementales ; à l’inverse, il prône une politique libérale aux colonies. Pour ceux qui ont adhéré, pensant qu’il remplacerait avantageusement les anciens partis de droite, c’est la déception. L’hémorragie d’adhérents de la fin des années quarante est due aussi à la concurrence du RPF dont les idéaux peuvent séduire une partie des militants MRP désireux de rester dans un parti marqué par la Résistance35. Dans les années cinquante, les dirigeants nationaux du MRP se divisent sur certains problèmes, en particulier sur l’Union française ; P.-H. Teitgen, député d’Ille-et- Vilaine, président du MRP de 1952 à 1958, et Georges Bidault par exemple sont en total désaccord sur ce point, si bien que le MRP semble ne plus avoir de politique claire, décourageant aussi bien les militants les plus à droite que les plus progressistes36. Malheureusement, il est difficile au niveau local de savoir qui part et pourquoi. Des témoignages concordants37 considèrent que dans le département le MRP présente un visage moins centre-gauche et plus centre-droit à partir de 1953/1954 sous l’influence d’Henri Fréville. C’est aussi en 1953/1954 qu’un tournant est pris dans les relations entre la CFTC et le MRP, les liens jusqu’ici assez étroits se distendent après une entrevue avec le maire de Rennes, Henri Fréville, entrevue qui s’achève sur un constat de désaccord38. D’autre part, l’alliance MRP- SFIO à la mairie de Rennes entraîne depuis 1953 un pacte sur le plan social et la question scolaire. Il reste au MRP un noyau de militants toujours proches de l’idéal de réforme refusant l’assimilation à la droite, mais ne pouvant avoir de lien avec les partis de gauche comme la SFIO car trop « laïques » : les uns et les autres n’ont pas encore effectué d’aggiornamento en profondeur. Le MRP perd des voix et des adhérents suivant une courbe voisine de celles de la SFIO et du PCF, mais à la baisse générale du militantisme dans toutes les formations politiques s’ajoutent des causes propres au MRP pris entre la droite et une gauche socialiste qui le rejette39.

29Les trois partis les plus structurés et les plus durables de la IVe République connaissent une désaffection réelle dont les causes idéologiques sont certes différentes mais dont les effets sont identiques. À côté de ces trois partis, il existe d’autres courants d’idées qui, soit expriment ponctuellement un mécontentement, soit prennent des formes d’expression multiples.

Une droite classique à étiquette variable

30Cette droite classique, héritière de l’URD d’avant-guerre, proche de l’idéologie de la Révolution nationale, est peu encline à la moindre évolution, attachée à la famille, à la religion (comme facteur d’ordre entre autres), à la grandeur de la France c’est-à-dire à la France comme puissance coloniale mais aussi comme État souverain c’est-à-dire ici hostile à l’Europe que le MRP souhaite construire. Elle existe sous de multiples vocables après la Libération ; le terme de « droite » n’apparaît jamais dans l’intitulé des listes présentées aux différentes élections nationales ou locales. Aux élections municipales de 1945, les listes de droite se présentent comme des listes d’« intérêts communaux», «...servannais », etc. Lors des élections nationales de 1945, la liste de droite s’intitule liste «d’Entente républicaine », reprenant partiellement l’intitulé de 1919. Toutefois, en 1946, un début d’organisation se fait jour avec le PRL, puis en 1951 la liste des « républicains d’action » menée par Guy La Chambre est patronnée par le CNI tout comme en 1956. Quel que soit l’intitulé et les candidats, les mêmes thèmes et la même idéologie dominent.

  • 40 Fondée en 1929, proche de l’Action française, elle entend garder à l’Ouest « la mentalité français (...)
  • 41 Celle-ci avait été interdite par les Allemands le 17 juillet 1940.

31À défaut de présenter un parti rigoureusement organisé, la première organisation de droite de l’après-guerre est l’ancienne Alliance nationale de l’Ouest40 qui se reconstitue en 1945, mais ne présente pas de liste. Certains candidats de l’Entente républicaine sont proches d’elle, de même que quelques membres de la liste de l’ancien maire de Rennes, François Chateau. Elle dispose depuis le 12 octobre 1944 d’un bimensuel, La Province41 ; très liée aux milieux cléricaux, elle réclame une autorité gouvernementale solide (un roi ou un président de la République) et critique violemment les CDL. En fait, cette première tentative échoue, rappelant trop l’avant-guerre (titre du mouvement, du journal, rédacteur en chef, etc.).

  • 42 Cf. ci-dessus chapitre 6, p. 300.

32Il faut attendre 1946 pour que la droite d’Ille-et-Vilaine puisse se retrouver dans un parti national : le PRL. Fondé à l’échelle nationale en décembre 1945, le comité fédéral d’Ille-et-Vilaine se constitue au début de 1946 ; il a à sa tête Marcel Rupied, conseiller général de Vitré et à cette date seul député élu en 1945 de la liste de l’Entente républicaine. Ce comité directeur comprend plusieurs conseillers généraux réélus en 1945 et URD avant la guerre. Sur 16 membres, quatre sont des nobles exerçant ou non une profession, sept exercent une profession libérale (avocat, notaire,...), un seul est agriculteur. Les réunions électorales pour le référendum et plus encore pour les élections à la seconde Assemblée constituante sont extrêmement houleuses, y compris dans de petites communes qui jusque-là ne connaissaient guère ce type « d’animation ». Systématiquement les candidats des autres listes viennent leur apporter la contradiction. Ce systématisme témoigne du rejet de la droite classique, mais aussi de tous ceux qui apparaissent à tort ou à raison comme des vichyssois. Les listes présentées en 1946 en juin comme en novembre subissent un échec même lorsqu’elles ont à leur tête un résistant comme Pierre Chaplet en juin 194642.

  • 43 Guy La Chambre se prononce contre les partis, mais en même temps par la composition de sa liste, l (...)
  • 44 Une circulaire officielle précise que le CNI, puis le CNIP à partir de 1951 « est composé d’élus l (...)
  • 45 Ouest-Matin, 30 mai 1951.

33Le retour des modérés du centre-droit, voire de la droite sur le plan gouvernemental favorise l’émergence d’une liste des « républicains d’action » conduite par Guy La Chambre et patronnée par le CNI43. Ses principaux thèmes portent sur la liberté de l’enseignement, le libéralisme économique avec le refus de l’intervention de l’État, le maintien sans concession de l’Empire. Ce nouvel avatar de la droite réédite les vieilles formules de l’entre-deux-guerres : une tête de liste connue (Guy La Chambre), des notables ou personnalités bien installées dans leur arrondissement ou dans le département et qui représentent les différentes nuances de la droite44. Depuis un noble proche de l’Action française à l’ancien lieutenant de Dorgères avant-guerre, en passant par un indépendant comme François Chateau. Quant à Guy La Chambre, son parcours politique lui vaut de continuer à être la cible de ses adversaires sur le mode ironico-grinçant : « M. La Chambre politicien... et danseur de cordes »45. À la droite, il apporte son savoir-faire politique certes, mais aussi ses ressources financières grâce auxquelles la droite publie le temps de la campagne électorale un journal L’Éveil, reprenant les mêmes modalités qu’avant-guerre. La nouveauté d’après-guerre est que la droite ne dispose pas de l’équivalent du Nouvelliste de Bretagne ; certes, il existe bien Les Nouvelles de Bretagne et du Maine mais qui végètent face à Ouest-France lequel est loin de soutenir cette droite classique. En 1956, cette dernière continue d’être une « organisation » de notables peu enclins à se doter des structures d’un parti politique. C’est pourquoi, une fois de plus c’est le réseau de notables qui est mis à contribution par G. La Chambre, toujours sous le patronage du CNI pour avoir une caution nationale.

  • 46 L’impossibilité pour Le Nouvelliste de Bretagne de reparaître à la Libération favorise Ouest-Franc (...)

34Comme pendant l’entre-deux-guerres, la droite classique ne se structure pas vraiment et persiste à utiliser son réseau de notables ; pour elle, rien n’a changé. Mais, à la différence de 1919-1939, elle n’a plus de presse régionale ayant une forte audience, ce qui témoigne d’une transformation dans le rapport de forces à l’intérieur de l’opinion départementale46. Si la droite s’organise avec peine, elle représente cependant un courant d’idées permanent dans l’opinion. Celle-ci exprime parfois plus ponctuellement son mécontentement.

Mécontentement et structures politiques éphémères

35Le mécontentement de la population, l’exaltation de son anticommunisme se manifestent sous la forme de deux mouvements bien différents quant à leurs chefs ou quant aux conditions de leurs fondations, mais ils savent à un moment donné organiser ce courant bonapartiste que René Rémond a distingué dans les droites françaises.

36— Le RPF

  • 47 AMR - 1D1/102 : délibérations du conseil municipal de Rennes le 11 juillet 1947.

37Le RPF créé et présidé par le général de Gaulle en 1947 a d’emblée dans le département un retentissement particulier. En effet, le général de Gaulle souhaite venir à Rennes en juillet 1947. Le conseil municipal élu en 1945 a pour maire Yves Milon, président de la délégation spéciale en 1945 et il comprend des modérés, des radicaux, des socialistes et des communistes. Or, l’annonce de la venue du général de Gaulle, président du RPF, pose deux problèmes : la mairie le recevrait-elle et doit-on lui accorder la principale place publique du centre de Rennes à savoir le Champ de Mars. Sa venue annoncée pour le 27 juillet 1947 donne lieu à une séance houleuse du conseil municipal le 11 juillet 194747. Si le refus de recevoir le général de Gaulle à la mairie ne soulève pas de problème majeur, il n’en est pas de même pour le lieu de sa réunion. Le maire Yves Milon est favorable à l’octroi du Champ de Mars (« C’est faire preuve de sectarisme que de le refuser à un parti quelconque »), mais le PCF fait voter une motion contre cette proposition :

« Le Conseil Municipal de Rennes, réuni en séance publique à l’Hôtel de ville le 11 juillet 1947,
Ayant pris communication de M. le Maire qu’un meeting du RPF était organisé le 27 juillet 1947, à Rennes, avec le Général de Gaulle ;
Ayant constaté que la propagande, l’agitation et les écrits du RPF ont pour but d’abattre les institutions républicaines que le peuple s’est données librement, créant ainsi une effervescence à l’intérieur du pays :
Constatant que ce rassemblement a un caractère factieux, auquel la majorité des résistants refuse de participer ;
Le Conseil Municipal s’élève contre la façon d’agir du RPF, qui se sert de la résistance pour couvrir une situation anti-républicaine ;
En conséquence, le Conseil Municipal de Rennes ne peut s’associer à cette provocation et refuse de recevoir le Président du RPF, et ne peut autoriser que la place du Champ de Mars serve à cet effet. »

  • 48 AMR - 1 Dl/102 : délibération du conseil municipal de Rennes le 16 septembre 1947.

38Ce qui gêne nombre de conseillers municipaux, est que, en dehors du caractère propre du RPF, le choix du Champ de Mars et non de la place des Lices (lieu couvert) n’est pas anodin, le premier est plus grand et surtout le lieu habituel des revues militaires. La motion proposée par les communistes est votée par 18 voix pour et 7 voix contre. Yves Milon propose alors sa démission à compter du 15 juillet. Tous les conseillers municipaux sauf les communistes le pressent de rester ; les radicaux promettent même de le suivre dans sa démission. Malgré les souhaits de la préfecture, Yves Milon maintient sa démission et celle-ci est suivie par dix conseillers municipaux. Eugène Quessot, socialiste, assure l’intérim, les prochaines élections municipales ayant lieu en octobre 194748.

  • 49 Propriétaire à Laillé au sud de Rennes, catholique, patriote, elle fut membre du mouvement Libérat (...)

39Ce conflit à l’intérieur de la municipalité rennaise est le premier conflit grave depuis la Libération et est dû au RPF dont la présidente départementale est Andrée Récipon49. Cette situation peut paraître paradoxale alors que le RPF se veut un mouvement, et non un parti, rassemblant tous les Français sauf les collaborateurs. Au moment de ce débat, l’anathème n’est pas encore jeté contre les communistes ; ce conflit préfigure en fait la lutte ouverte entre le RPF et le PCF dont les éléments sont donnés dans le discours prononcé à Rennes par le général de Gaulle. Celui-ci vient à Rennes le 27 juillet 1947 et prononce son discours dans une prairie mise à sa disposition par son propriétaire à la lisière de la ville. Or, ce discours est le premier discours où le général de Gaulle dénonce comme adversaires les « séparatistes » c’est-à-dire les communistes.

  • 50 Par ailleurs, l’institut Charles-de-Gaulle ne m’a pas donné accès à ses fichiers, que ce soit pour (...)
  • 51 Mais un délégué représente combien de compagnons?
  • 52 Le Rassemblement, 27 juin et 11 juillet 1952.

40Dès la fondation par de Gaulle du RPF, celui-ci se crée en Ille-et-Vilaine et le 26 avril 1947 naît L’Étincelle, bulletin interne, hebdomadaire du RPF, puis le 21 février 1948 lui succède Le Rassemblement (ce qui peut entraîner quelques confusions avec l’organe du MRP), en 1951 paraît L’Avenir de l’Ille-et-Vilaine, organe départemental du RPF. La presse gaulliste ne connaît pas une grande régularité ; elle ne donne aucune indication sur les adhérents50. Faute de sources, l’évaluation du nombre d’adhérents est impossible. Seule indication: les Assises départementales de juillet 1952 ont réuni 300 délégués, ce qui semble un chiffre assez élevé51. Toutefois, dès l’été 1952, des flottements apparaissent avec des démissions au groupe RPF de l’Assemblée nationale, en particulier celle de Samson qui une semaine plus tôt affirmait « son entier et indéfectible attachement à de Gaulle »52. La dissolution du RPF par le général de Gaulle accentue ce déclin qui se concrétise lors des élections municipales de 1953. L’ancien RPF perd la mairie de Rennes.

  • 53 Entretien avec Jacques Bruneau, responsable régional du RPF en Bretagne.
  • 54 Le Rassemblement, 19 mars 1949.
  • 55 Cf. ci-dessous p. 328.

41Le RPF était présent dans toutes les villes du département ; lors des élections municipales d’octobre 1947, Rennes, Redon et Dinard deviennent des municipalités dirigées par un maire RPF : Yves Milon à Rennes est réélu comme maire RPF, le général Le Brigant à Redon, Lecoffre à Dinard. Fougères, Saint-Malo et Vitré échappent à cette vague RPF. Quels élus rejoignent le RPF ? Si certains sont d’authentiques résistants n’ayant jamais appartenu au moindre parti politique, adhérant au RPF parce qu’il est dirigé par le général de Gaulle. C’est loin d’être le cas le plus fréquent en Ille-et-Vilaine53. Les élections sénatoriales de 1948 et cantonales de 1949 sont très révélatrices. Parmi les conseillers généraux présentés comme candidats RPF par le RPF lui-même54, on trouve entre autres les conseillers généraux de Bain (Hubert), du Grand-Fougeray (Chupin), de Vitré-Ouest (Rupied) qui les uns et les autres ne sont guère représentatifs du gaullisme historique et sont peu ou prou compromis avec le régime de Vichy. Ils représentent en réalité la droite conservatrice du département. De même, les conseillers nationaux RPF originaires d’Ille-et-Vilaine sont en 1952: Andrée Récipon, Yves Estève, sénateur et Jean Bohuon. Si Andrée Récipon est une authentique résistante, Jean Bohuon est un ancien compagnon de Dorgères, président de la FDSEA depuis 1945, il est candidat sur la liste de Guy La Chambre en 195155. Par conséquent, le RPF en Ille-et-Vilaine rassemble quelques anciens résistants mais minoritaires à l’intérieur du mouvement, les représentants de la droite traditionnelle y sont, semble-t-il, majoritaires.

42Le RPF par ses thèmes de propagande séduit, outre les gaullistes, une partie de la droite traditionnelle, en particulier à travers les thèmes portant sur l’enseignement confessionnel, un pouvoir exécutif fort et le maintien de l’Union française ; il semble que dans le département les thèmes sociaux soient occultés. Dans tous les partis ou mouvements existant en Ille-et- Vilaine pendant ces dix ans, la défense de l’enseignement confessionnel n’est pas une originalité, c’est une attitude partagée par les indépendants et le MRP mais l’alliance de ce dernier avec la SFIO est parfois compromettante tant au niveau national que local (à la mairie de Rennes, par exemple en 1953). En revanche, la revendication d’un pouvoir exécutif plus fort, un anticommunisme virulent sont des thèmes propres au RPF qui peuvent séduire la droite autoritaire de type bonapartiste ; or, ce sont ces mêmes thèmes qui dans un contexte bien différent l’ont rapprochée de Vichy entre 1940 et 1942. Enfin, le maintien de l’Union française est la revendication la mieux partagée de toute la droite voire du centre-droit. L’hostilité à l’Europe, en particulier à la CED est un thème localement peu repris.

  • 56 Entretien avec Jacques Bruneau ancien délégué régional du RPF dans l’Ouest.

43L’apogée du RPF semble avoir été entre 1947 et 1951/195256, mais il a ici échoué à véritablement dépasser les clivages politiques, particulièrement au niveau des élus ; peut-être est-ce différent parmi ses militants ou parmi son électorat.

44— L’UDCA et le mouvement de Dorgères

45Ces deux mouvements expriment un mécontentement qui n’est pas de même nature que celui du RPF. Ce dernier est certes dirigé contre la IV République, contre le « système » mais il s’appuie ou veut s’appuyer sur l’ensemble de la population. L’UDCA comme le mouvement de Dorgères sont essentiellement des mouvements catégoriels et ils s’opposent à tel ou tel aspect de la IVe République ou bien ils font reposer sur l’ensemble du système leurs difficultés.

  • 57 ADIV - 327 W 96 : rapports journaliers des RG (seconde quinzaine de février 1955).

46L’UDCA s’organise dans le département en janvier/février 1955, date à partir de laquelle des réunions de propagande commencent à être signalées57. Un premier bilan des adhésions peut être fait en avril 1955.

  • 58 ADIV - 327 W 95: rapport des RG du 12 avril 1955.

Tableau n°49 : Nombre d’adhérents à l’UDCA en avril 195558.

Tableau n°49 : Nombre d’adhérents à l’UDCA en avril 195558.
  • 59 Ce chiffre n’est pas celui donné par l’UDCA d’Ille-et-Vilaine qui parlait de 8000 adhérents depuis (...)
  • 60 Contrairement à ce qu’affirment les RG.
  • 61 Les rapports ne donnent pas de chiffres pour la fin de l’année 1955 ni pour 1956. ADIV - 327 W 95  (...)

47Ces 1110 adhérents, commerçants et artisans, constituent 2,6 % de cette catégorie socio-professionnelle dans le département59. Au printemps de 1955, le mouvement est fortement présent dans les villes mais aussi dans certains cantons ruraux, sans que le lien exode rural/déclin du petit commerce/adhésion à l’UDCA soit patent. Compte tenu de la faible mobilisation et du taux d’adhésion politique ou syndical particulièrement faible en cette année 1955, le chiffre de 1 110 est relativement élevé60, surtout si l’on songe que l’UDCA s’adresse à une catégorie socio-professionnelle particulière et jusque-là peu encline à se manifester sous une forme syndicale ou autre. Certes, ces adhésions se sont faites sur un temps très court et peuvent signifier qu’il s’agit d’un mouvement d’humeur et d’une brève flambée, mais il indique la profondeur du malaise. C’est un mouvement en pleine ascension qui aborde les élections du 2 janvier 1956. Son succès au début de 1956 explique que le nombre d’adhérents se maintient ou augmente encore pour être de 3 471 en 1957 et 2 868 en 195861.

  • 62 ADIV - 327 95 : rapport des RG du 24 juin 1959.
  • 63 Par exemple lors des barrages de routes par les paysans en mai 1956, si les dirigeants veulent sou (...)

48En même temps que les poujadistes obtiennent un résultat impressionnant aux élections législatives, ils siègent aussi dans divers organismes mais ils y sont minoritaires. À la Chambre de commerce de Rennes comme à celle de Saint-Malo, ils ont un cinquième des sièges mais un dixième seulement aux tribunaux de commerce des mêmes villes et un sixième des sièges à la Chambre des métiers62. La poussée poujadiste est réelle, mais limitée, car, s’ils approuvent l’analyse de l’UDCA, les commerçants et artisans d’Ille-et- Vilaine en contestent les méthodes d’action, ce qui limite son développement63.

  • 64 Cf. ci-dessus ch.3, p. 92-93
  • 65 Le Monde, 18-19 décembre 1955.
  • 66 Cf. ci-dessous chapitre 8 p. 372 et suivantes et mon ouvrage La Bretagne de 1939 à nos jours, Renn (...)

49L’autre grand mouvement de mécontentement est celui des agriculteurs mené par Dorgères. Le retour de Dorgères en Ille-et-Vilaine est important. Il y avait lancé les comités de Défense paysanne en 1929 et durant les années trente64. Sur ce retour de Dorgères, le journal Le Monde ironise en titrant : « En Ille-et-Vilaine, 20 ans après...ou le retour à la terre de M. Dorgères »65. Ce retour sur le terrain politique se fait dans la plus grande confusion. Si le mécontentement des agriculteurs est réel66, il s’exprime par le biais de la FDSEA, voire du CDJA, mais Dorgères, politiquement tente de le récupérer. Il effectue également des démarches auprès de l’UDCA en novembre 1955, mais la majorité du comité départemental de l’UDCA est plutôt hostile à toute action politique et ne s’y résout que tardivement et sans s’allier à Dorgères.

50Ce dernier apparaît comme un rival du MRP, principalement parce que celui-ci avec son député A. Méhaignerie a un leader paysan, solide, bien implanté au sein de la FDSEA. La venue de Dorgères, la présence d’un mouvement très virulent, inquiète les partis établis car tous les ruraux sont d’accord pour dénoncer l’absence de véritable politique agricole, d’organisation des marchés et des débouchés. Sa liste peut empiéter aussi bien sur l’électorat de l’UDCA que sur celui de Guy La Chambre, voire du MRP ce que montrent les résultats de 1956.

51L’UDCA et le mouvement de Dorgères ont l’un et l’autre une origine corporatiste et ne se présentent pas d’emblée comme des mouvements politiques, pour exploiter plus facilement le mécontentement des catégories sociales auxquelles ils s’adressent. Si le RPF est lui un mouvement politique de rassemblement, il cristallise des mécontentements dus à l’insatisfaction, à un malaise général concernant aussi bien la politique extérieure qu’intérieure. Ces trois mouvements ont en commun leur caractère éphémère mais aussi un mode d’organisation qui s’appuie sur les masses et tente de se structurer solidement (en particulier le RPF). S’ils échouent, c’est moins pour des raisons structurelles qu’idéologiques et conjoncturelles, raisons qui ne sont pas particulières à l’Ille-et-Vilaine.

52De 1945 à 1958, les divers partis politiques ou mouvements ont une vie qui reflète assez bien l’évolution de l’opinion départementale, voire nationale. Quelle que soit leur force, leur mode d’organisation, tous les partis perdent assez rapidement des adhérents et des militants même si le MRP et le PCF conservent dans des proportions assez difficiles à évaluer des organisations sympathisantes sur lesquelles ils peuvent compter lors d’actions militantes ponctuelles.

53Le nombre de journaux, leur audience suit l’évolution nationale qui tend à une disparition de nombreux titres, en particulier dans la presse d’opinion et c’est là une différence fondamentale par rapport à l’avant- guerre. C’est ainsi qu’à l’exception de la presse communiste (en l’occurrence Ouest-Matin) qui est un assez bon critère de mesure de son cercle de sympathisants, les autres journaux locaux d’opinion sont de moins en moins nombreux. Les socialistes n’ont plus d’hebdomadaire à la fin des années cinquante. Au MRP, le Rassemblement, même dans ses heures de gloire, n’est pas toujours lu par les adhérents. Ouest-France certes est proche du MRP, voire le soutient, mais son audience dépasse de loin celle du MRP. Quant aux autres mouvements ou partis, ils n’ont pas toujours une presse locale, et, quand elle existe, sa durée de vie est brève.

54La presse comme les partis ont la même évolution globale que dans l’ensemble de la France. Toutefois, dans le département, cette évolution ne se fait pas sur le même rythme ni avec la même ampleur, conservant à celui- ci son originalité.

Hommes et programmes

  • 67 Les élections de juin 1951 devaient se dérouler en octobre, mais elles sont anticipées, principale (...)

55Les élections législatives de la IVe République sont au nombre de trois et en mettant à part celles de novembre 1946, aucune ne se tient à la date prévue sans d’ailleurs que le décalage soit important67. Cette situation fait que si les hommes et les thèmes généraux sont importants, le poids de la conjoncture est essentiel dans la détermination du vote des électeurs.

Des hommes nouveaux dans des structures anciennes ?

56Après la Seconde Guerre mondiale, des hommes neufs émergent en transformant de l’intérieur des structures anciennes ou en agissant dans le sens d’un renouvellement au sein de partis neufs. La composition des listes, la qualité des hommes (profession, mandats politiques,...) permettent de percevoir les changements.

57— La composition des listes

  • 68 Loi du 7 mai 1951.
  • 69 Le RPF et le général de Gaulle ont dénoncé violemment le système des apparentements. Mais dans dou (...)

58Pour les trois élections de 1946, 1951 et 1956, le nombre de listes change. Aux élections de novembre 1946 et de juin 1951 cinq listes s’affrontent, mais 1956 connaît un record avec huit listes. En 1946, chaque liste fait campagne de manière totalement indépendante malgré l’existence du tripartisme au gouvernement ; en 1951 et 1956, le mode de scrutin change et complique quelque peu la campagne électorale. Le système des apparentements68 entraîne des alliances de fait, mais non totales ; chaque liste apparentée développe sa propre argumentation, mais en évitant de lancer des flèches contre la ou les autres listes avec lesquelles elle est apparentée. En 1951, le département se singularise avec un apparentement entre la liste des républicains d’action (Guy La Chambre) et celle du RPF !69. En 1956, l’expérience est reconduite entre ces mêmes listes, et un autre apparentement se réalise entre la SFIO et les radicaux-socialistes.

  • 70 En dehors de la mort d’Aubry en 1951, les nombreux changements de 1951 et 1956 sont dus à un parti (...)

59Les candidats présentés changent peu lorsqu’il s’agit des listes de partis bien implantés comme le MRP, la SFIO et le PCF. En revanche, les « petites listes » sont presque totalement remaniées à chaque élection. Les têtes de listes du MRP, de la SFIO et du PCF sont les mêmes entre 1946 et 1951, et en 1956, le changement à la SFIO est uniquement dû au décès d’Albert Aubry. Le MRP est le seul dont le tandem de tête est immuable pour chacune des trois élections et même depuis octobre 1945. De ces trois partis, la SFIO est celui qui a le plus fort taux de renouvellement70, signe d’un essoufflement et de difficultés internes au parti. Les modifications de candidatures dans les différentes listes de ces partis gouvernementaux révèlent aussi des changements de ligne.

  • 71 En novembre 1946, liste d’Union républicaine et résistante; en 1951, liste d’Union républicaine ré (...)

60La dénomination des listes soutenant le PCF implique constamment la notion d’union de 1946 à 195671. Celle de 1946 est encore marquée par l’héritage direct de la guerre, de la volonté de listes d’union avec des candidatures représentant des sensibilités résistantes et peu suspectes de militantisme communiste ; c’est ainsi que les lre, 4e et 5e places sont occupées par des non-communistes, représentant le monde rural et la résistance. Si en 1951, le terme de résistance est toujours présent, il est associé à antifasciste et disparaît totalement en 1956. En outre, en 1951 comme en 1956, seuls deux non-communistes sont encore sur sa liste ; ce ne sont pas les mêmes et l’un était un ancien socialiste (Charles Foulon), l’autre un chrétien progressiste Henri Denis, professeur de Droit. Tous deux symbolisent deux sensibilités très présentes chez les compagnons de route du PCF au niveau national. Leurs candidatures comme la dénomination des listes sont classiques en cette période de guerre froide.

  • 72 Dont la carrière politique est pour le moins sinueuse. Le comité PRL d’Ille-et-Vilaine ne l’aurait (...)

61Au MRP, la situation se présente différemment. Sa liste de novembre 1946 est identique à celle de juin 1946 mais, en 1951, le MRP décide d’intégrer quelques candidats de droite issus du PRL probablement pour mieux lutter contre le RPF. Refusant tout apparentement, le MRP préfère contrôler directement l’électorat de droite et s’efforcer ainsi de limiter tout glissement vers le RPF mais au prix d’une compromission avec la droite classique, compromission qu’il avait su éviter jusque-là. La conséquence de cette alliance tactique est l’élimination de la seule femme député du département, Renée Prévert, la troisième place est offerte à l’ancienne tête de liste du PRL Xavier Bouvier72, tandis que sur les trois autres nouveaux candidats, deux sont MRP et un indépendant. En revanche en 1956, le MRP revient à une liste pure et dure entièrement composée de membres du MRP, parmi eux, l’ancien président de l’UD-CFTC, Léon Grimault.

62En dehors de ces trois partis, d’autres courants de pensée sont inégalement représentés entre novembre 1946 et janvier 1956: les radicaux en 1946 et 1956, la droite à chaque fois sous des dénominations différentes, les gaullistes en 1951 et 1956 et enfin les poujadistes et les dorgéristes uniquement en 1956.

63Les radicaux-socialistes après leur échec de 1945, ne se reconstituent que progressivement. En juin et novembre 1946, nouveaux échecs dus au manque de personnalité du radicalisme (pris entre la SFIO et le centre - droit) et au manque de dirigeants locaux, ce qui conduit à l’absence de liste radicale en 1951. Entre ces élections et celles de 1956, sous l’impulsion de Pierre Mendès France, le parti radical-socialiste se rénove au moins partiellement et une liste est constituée en 1956.

  • 73 Présenté ainsi sur la profession de foi : « conseiller juridique, docteur en droit, chevalier de l (...)
  • 74 Déçu, X. Bouvier est accueilli sur la liste MRP de 1951 et est effectivement élu député.
  • 75 Il est élu maire de Saint-Malo en 1947 et se présente comme le maire de la reconstruction de Saint (...)

64La droite modifie peu à peu ses étiquettes et sa stratégie ce qui influence la composition de ses listes. En 1946, sous l’étiquette PRL, la liste de droite est conduite par Xavier Bouvier73 et les autres membres sont pour la plupart des inconnus, sans fonction élective : volonté de renouvellement ou incapacité à « trouver mieux » ?74. Après l’échec de 1946 se constitue en 1951 une liste intitulée « liste indépendante des républicains d’action » investie par le CNI sous la conduite de Guy La Chambre dont c’est le retour pour des élections nationales75 ; cette liste s’appuie sur des personnalités de droite du monde agricole ou industriel. Enfin, en 1956, sous l’étiquette du CNIP, on retrouve Guy La Chambre ; la liste est composée selon le même principe.

  • 76 ADIV - 320 W : rapport des RG du 21 octobre 1946. Le général Allard a été pendant l’Occupation com (...)

65Quant aux gaullistes, ils ne sont pas représentés en tant que tels en 1946, mais une tentative de « liste gaulliste » est faite par le général Allard qui échoue faute de candidats76. Disposant en 1951 d’un mouvement organisé et présidé par le général de Gaulle, le RPF présente une liste menée par le général Pierre Guillain de Bénouville, étranger à la région, mais qui a pour lui son passé de résistant (il est Compagnon de la Libération) et il est membre du comité directeur du RPF. Les autres candidats sont tous d’Ille-et-Vilaine avec en septième position une femme Andrée Récipon. La dissolution du RPF en 1953 n’empêche pas la présentation d’une liste de « républicains sociaux » toujours conduite par le général de Bénouville, deux candidats nouveaux apparaissent dont Xavier Bouvier, transfuge de la liste MRP de 1951 et de la liste PRL de novembre 1946...

66De toutes les listes, ce sont celles des droites qui subissent le plus de remaniement, signe de leurs difficultés à trouver leur place dans le nouvel échiquier politique.

67— Des hommes nouveaux

68Certains candidats glissent d’une liste à l’autre. Le maintien ou non d’hommes neufs pendant la durée de la IVe République, leur origine sociale, politique précisent les permanences ou les ruptures de 1945 à 1958 et, leur éventuel renouvellement par rapport à l’avant-guerre.

  • 77 Sept élus à chaque scrutin, mais 28 candidats non élus en 1946 et 1951, 49 en 1956.

Tableau n°50 : Mandats électifs et fonctions gouvernementales de; députés et candidats aux législatives de novembre 1946 à janvier 195677.

Tableau n°50 : Mandats électifs et fonctions gouvernementales de; députés et candidats aux législatives de novembre 1946 à janvier 195677.
  • 78 Pour ceux-ci, je m’appuie sur les décorations reçues, tout en sachant qu’un ou deux candidats sont (...)

69Parmi les candidats élus, tous n’ont pas d’autre mandat électif surtout en 1946. Parmi les candidats élus ou non élus aux législatives, les conseillers municipaux ou généraux sont plus nombreux par la suite. La possession d’un mandat électif est un élément non négligeable pour être élu mais il n’est pas suffisant ni toujours nécessaire. Dans le cas de P.-H. Teitgen par exemple, il « suffit » d’être ministre et membre d’une formation dont l’idéologie est très proche de l’électorat. Si le mandat électif peut être un élément discriminant, en est-il de même pour l’origine sociale et les faits de guerre78 ?

Tableau n°51 : Professions des élus et des candidats non élus.

Tableau n°51 : Professions des élus et des candidats non élus.

70Quelles que soient les élections, pour être élu, il vaut mieux avoir fait des études supérieures plutôt que des études primaires et être membre de professions libérales ou cadres supérieurs dans le secteur public qu’ouvriers ou employés. Mais dans ce département rural être agriculteur n’est pas un handicap. Parmi les non élus, dominent incontestablement les cadres et tous ceux qui ont reçu une formation secondaire ou supérieure ; en pleine ascension, la présence de ces catégories annonce les transformations à venir sous la Ve République. Le nombre relativement élevé de commerçants et artisans ne doit pas faire illusion, il est dû uniquement aux élections de 1956 et à la liste de l’UFF-UDCA menée par Nerzic qui ne comprend que des commerçants. Parmi les élus, la période 1946-1956 ne provoque pas de modification en profondeur de l’origine socio-professionnelle par rapport à l’avant-guerre, mais une tendance nouvelle s’affirme parmi les non élus.

Tableau n°52 : Candidats aux législatives décorés pour faits de guerre.

Tableau n°52 : Candidats aux législatives décorés pour faits de guerre.
  • 79 Les deux élus décorés pour faits d’armes en 1914-1918 sont A. Aubry et G. La Chambre.
  • 80 Cf. la dernière partie du chapitre 9.

71Si l’on compare les décorés élus ou non élus, il semblerait que l’attitude des candidats pendant la guerre n’a pas de grande influence sur le comportement des électeurs. Cependant toutes les têtes de liste élues en 1946 ont des états de service militaire soit pour 1914/1918 (A. Aubry), soit pour 1939/1945 (d’Astier de la Vigerie, Teitgen), c’est encore vrai en 195179, mais cela ne l’est plus en 1956 soit à peine plus de dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale. La recrudescence de candidats décorés pour faits de guerre en 1951 est principalement due à la présence de la liste du RPF. Il est probable qu’aux yeux de l’électeur en 1946 et encore en 1951, il est important que la tête de liste n’ait pas démérité pendant la guerre. L’évolution visible en 1956 montre que l’on entre vraiment dans l’après « après- guerre », que d’autres préoccupations naissent, en attendant la réactivation de la mémoire lors de telle ou telle « affaire ». Cette évolution laisse transparaître un début de cassure dans la mémoire collective des électeurs80.

72Dernier aspect à envisager, la durée de la carrière de ces députés.

Tableau n°53 : Nombre d’élections et de réélections des députés d’Ille-et- Vilaine d’octobre 1945 à octobre 1958.

Tableau n°53 : Nombre d’élections et de réélections des députés d’Ille-et- Vilaine d’octobre 1945 à octobre 1958.
  • 81 Cf. ci-dessus chapitre 1, p. 29.
  • 82 Étant donné la durée parfois très courte des mandats entre 1945 et 1946, pour pouvoir comparer ave (...)
  • 83 Rejoignant l’héritage paternel ; son père fut lui-même un député conservateur.

73En reprenant la classification entre députés éphémères et députés professionnels81, pendant le GPRF et la IVe République, le partage se fait presque à parts égales entre députés « éphémères » (8 élus) et députés « professionnels » (6 élus)82. Les députés éphémères le sont pour des raisons différentes. Un seul ne s’est présenté qu’à une seule élection, Rupied en octobre 1945. Les élus éphémères de 1951 sont ceux du RPF, non réélus en 1956 subissant le sort de leur parti et enfin ceux de 1956 comme Nerzic et Dorgères qui ne devaient leur élection qu’à un mouvement de mécontentement. Les députés éphémères le sont soit en raison de la conjoncture particulière de l’après-guerre, soit à la durée de vie de leur parti. Quant aux six députés « professionnels », trois sont des MRP, deux sont à la SFIO et au PCF ; ils appartiennent de fait aux forces les plus représentatives du département. En outre, trois sont députés sans interruption d’octobre 1945 à novembre 1958 en raison de leur opinion certes mais aussi de leur prestige personnel et national et de leur passé de résistant (d’Astier de la Vigerie et Teitgen) ou de leur prestige départemental s’appuyant sur la catégorie sociale la plus représentative de ce département, les agriculteurs, et, sur le réseau catholique (A. Méhaignerie). La Chambre, quant à lui, bénéficie de son action comme maire « reconstructeur » de Saint-Malo et de ses capacités tactiques puisque élu radical-indépendant avant la guerre, il est devenu en 1951 un élu de droite83. Les premières élections de la Ve République avec un scrutin uninominal majoritaire à deux tours font tomber la plupart des « professionnels » sauf ceux solidement ancrés localement comme Coudray et Méhaignerie.

74À la différence de l’avant-guerre, la distinction entre députés éphémères et députés professionnels est moins due à l’origine sociale ou à la fortune qu’aux aléas des formations politiques, mais le mode de scrutin n’est pas le même et implique après 1945 de s’appuyer en principe sur un parti structuré.

Programmes84

  • 84 D’après les professions de foi.

75Deux thèmes sont constants : l’anticommunisme et la querelle scolaire. Certes, l’ampleur de la place qui leur est réservée, varie suivant les élections et les partis, mais ces thèmes sont permanents s’inscrivant dans la continuité de l’avant guerre, même si en 1945 et en juin 1946, ces deux thèmes sont quasi inexistants.

  • 85 C’est à Rennes que le 27 juillet 1947, le général de Gaulle prononce son discours sur les « sépara (...)
  • 86 « La victoire des communistes à l’intérieur, comme la victoire des soviets à l’extérieur, ce serai (...)

76L’anticommunisme en 1946 est surtout l’apanage du PRL et secondairement du MRP. Mais en 1951 comme en 1956, il est repris par les gaullistes85 ; la profession de foi des républicains sociaux est la seule à commencer sa déclaration par une profession d’anticommunisme86. Cet anticommunisme est alimenté par la guerre froide à l’intérieur comme à l’extérieur avec les débuts de la guerre de Corée, puis le développement des luttes coloniales en Afrique du Nord. La querelle scolaire n’a jamais vraiment disparu et le plan Langevin-Wallon, puis le décret Poinso-Chapuis et les lois Marie et Barangé ravivent ce chapitre sensible particulièrement en 1951 où seules deux listes s’opposent à la présence des deux écoles : le PCF et la SFIO et en 1956, s’y ajoute la liste radicale. Si les autres listes sont favorables au maintien de l’enseignement confessionnel, elles ne s’allient pas pour autant, se disputant au contraire la clientèle catholique. Cette situation se complique en effet d’une attaque en règle contre le MRP accusé sur ce point précis de ne pas avoir agi avec suffisamment de fermeté.

77En dehors de ces thèmes permanents, il existe des thèmes conjoncturels. L’un d’eux, présent nettement ou en filigrane dans toutes les professions de foi —sauf celle du MRP bien sûr-, est la volonté de faire tomber le MRP. Plusieurs raisons à cela : sa présence au gouvernement, le fait d’avoir comme tête de liste P.-H.Teitgen accusé contradictoirement de tous les méfaits comme ministre de l’Information puis de la Justice, volonté aussi de faire disparaître l’hégémonie du MRP dans le département, de diminuer l’influence d’un parti catholique social qui gêne aussi bien la droite que la gauche laïque, si bien qu’en 1946, mais plus encore en 1951 et 1956, le MRP doit non seulement mener une campagne électorale traditionnelle mais aussi répondre aux multiples attaques dont il est l’objet, venant de sa droite comme de sa gauche.

78En 1946, la situation est telle que le PCF a encore une attitude unitaire par rapport à la SFIO, il cherche à réaliser une fusion ou du moins une unité organique avec la SFIO. En 1951, la plupart des professions de foi sont encore tournées vers la politique intérieure. Le PCF analyse alors le mouvement gaulliste comme un mouvement de type fasciste et assimile de Gaulle à Pétain et « aux milliardaires américains » ; en outre, dans le cadre de la guerre froide, de la rupture du tripartisme et de la mise en place de la troisième force, il n’est plus question de ménager la SFIO qui subit une attaque en règle. La politique intérieure prévaut également dans les professions de foi du CNIP et du RPF qui s’accordent sur l’échec de la constitution mais seul le RPF fait des propositions concrètes. Le CNIP insiste sur la « faillite économique », l’échec des nationalisations tandis que le RPF ne dénonce évidemment pas les nationalisations puisque le général de Gaulle était à la tête du GPRF lorsqu’elles eurent lieu, mais il souhaite favoriser la modernisation de l’agriculture et l’association capital-travail : thèmes favoris du mouvement gaulliste qui veut dépasser les clivages traditionnels droite- gauche en particulier dans le domaine social. Le RPF est le seul avec le MRP à évoquer la situation extérieure ; tandis que le RPF insiste sur la nécessité de renforcer l’Union française, le MRP met en avant la menace soviétique en Asie et en Europe et la nécessité de construire l’Europe à l’Ouest.

  • 87 Pendant le gouvernement de Pierre Mendès France.

79Le ton se durcit encore un peu plus en 1956, que ce soit en politique intérieure ou extérieure. Le PCF se singularise toujours en s’affirmant clairement contre toute opération militaire en Afrique du Nord et contre toutes les autres listes. La situation en Afrique du Nord est devenue le thème principal des élections législatives de 1956. En 1955, la Tunisie et le Maroc sont le théâtre et l’objet de plusieurs attentats, de négociations qui nécessitent une prise de position rapide de la France et alors que le conflit en Algérie s’envenime. La SFIO qui a soutenu Pierre Mendès France au gouvernement, est favorable à « la pacification en Tunisie » ainsi qu’à la fin de la guerre d’Algérie. En revanche, la liste du CNIP menée par Guy La Chambre, celle des républicains sociaux, de Dorgères et de l’UFF-UDCA sont pour le maintien de la France dans ces pays mais avec quelques nuances. Les plus clairs sont les républicains sociaux favorables au maintien de la France en Afrique du Nord. La liste de Guy La Chambre qui est ministre des États associés87 a les prises de position les plus subtiles ou les moins claires comme l’on voudra ; pour cette liste, la perte de l’Indochine est l’aboutissement de « 7 ans d’erreurs », il faut négocier en Tunisie et au Maroc mais l’Algérie, c’est la France, il faut demander leur avis aux populations locales par le biais d’élections générales libres. Ce savant équilibre est destiné à ménager l’opinion publique en même temps qu’il s’agit d’une attitude relativement libérale par rapport à celle des républicains sociaux.

  • 88 L’exode rural fausse peut-être la perception des agriculteurs qui n’ont pas encore les moyens de s (...)
  • 89 Ce qui le distingue du vocabulaire largement évocateur de cette période qui parcourait les discour (...)

80Si les guerres coloniales ou plutôt la « situation de l’Union française » sont un des thèmes majeurs de la campagne électorale, les problèmes de politique intérieure ne sont pas absents, ne serait-ce que parce que les problèmes coloniaux rejaillissent sur la politique intérieure. Dans ce domaine, les plus virulents sont le PCF, les républicains sociaux, l’UFF et les dorgéristes. Les républicains sociaux reprennent les accusations et les propositions du RPF que ce soit l’association capital-travail, la refonte de la constitution ou l’opposition à l’Europe unie ou plutôt supranationale. L’UFF comme le dorgérisme considère que la Patrie est en danger. Mais la liste menée par Dorgères est la seule à vouloir « protéger le travail français » (à une époque où l’on manque de main-d’œuvre)88. C’est aussi la seule profession de foi où il est fait explicitement référence à la Seconde Guerre mondiale... pour justifier l’attitude de Dorgères pendant la guerre, accusé de collaboration. Excepté le rappel des décorations des uns et des autres, il est symptomatique qu’il ne soit pas fait allusion à la Résistance à partir des élections de novembre 1946. Il semblerait qu’il existât une volonté publique d’oubli, du moins dans ce département lors des élections89. Dans le discours des hommes politiques, la guerre est gommée, oubliée. Ce silence, ce non-dit est comme toujours éloquent. Parler de la guerre nécessiterait de prendre position et pourrait heurter ceux qui n’ont pas agi de la même manière. Même si le discours sous-entendu est l’unanimité des Français dans la Résistance, il est préférable manifestement de ne pas rappeler les vieilles divisions, même de manière sous-jacente, d’où ce silence, ce non- dit. De ce fait, échappent à l’historien les réactions, les réflexions par devers soi de l’électeur sur l’attitude d’un tel pendant la guerre, mais c’est ce que laisse transparaître la profession de foi de la liste Dorgères : les « bruits » devaient l’être par trop et expliquent cette réaction.

81La lecture de ces professions de foi témoignent de trois niveaux de discours : a) le discours permanent, celui qui fait rejouer les anciens clivages telle la querelle scolaire ; b) le discours conjoncturel fortement lié à la guerre froide, aux guerres coloniales et à l’instabilité gouvernementale de la IV République ; c) le non-dit pour tout ce qui concerne la Seconde Guerre mondiale, la Résistance. Il faudra chercher d’autres éléments pour savoir jusqu’à quel point la guerre engendre une rupture dans la mentalité collective. La permanence de certains comportements est visible même si les élus se sont renouvelés en 1945/1946 comme dans les élections suivantes, mais elle est bâtie en partie sur le non-dit ou l’unanimisme de façade vis-à-vis de la guerre. Les résultats d’ensemble de ces élections confortent-ils cette hypothèse d’une permanence ?

Les élections législatives : permanence/rupture ?

82Les élections législatives permettent de saisir l’évolution globale du rapport des forces sous la IVe République mais auparavant, il est important de déterminer comment fut accueillie dans le département la nouvelle République.

Le référendum d’octobre 194690

  • 90 ADIV - 320 W : référendum du 13 octobre 1946 (procès-verbaux et rapports de préfet).
  • 91 ADIV - 320 W: rapport du préfet du 8 octobre 1946.
  • 92 ADIV - 320 W : rapport des RG du 4 octobre 1946 et rapport du préfet du 8 octobre.

83Ce référendum appelle les Français à accepter ou à refuser la constitution élaborée par la seconde Assemblée constituante ; en un an, ils vont aux urnes pour la quatrième fois. La campagne électorale est ambiguë tout comme le texte adopté par l’Assemblée est un texte de compromis ; la seconde Assemblée constituante doit tenir compte du rejet de la IIP République par les Français, du refus d’un régime d’assemblée et du refus de toute forme de pouvoir exécutif trop fort après le régime de Vichy : sa marge de manœuvre est pour le moins étroite. Le général de Gaulle rejette le texte proposé avant même son adoption par l’Assemblée ; cela pèse sur les prises de position des partis. Le PCF et la SFIO défendent ce texte par antigaullisme ; quant au MRP, il le soutient sans ardeur. Les trois partis au pouvoir invitent les Français à voter ce texte pour des raisons plus négatives que positives. Ce manque d’enthousiasme des partis au pouvoir, l’appel à voter non du général de Gaulle influent sur la participation et sur les résultats, mais aussi une certaine lassitude et la volonté d’en finir avec le régime provisoire. Dans le département comme ailleurs, un certain malaise se fait sentir de la part du corps électoral en raison de la prise de position en faveur du oui du PCF comme du MRP. En effet, « leur accord même momentané sur des points importants de la vie institutionnelle de la France engendre un malaise certain dans l’esprit de beaucoup d’électeurs »91. Le PCF et la SFIO mènent une campagne assez molle et n’animent que très peu de réunions (moins de dix chacun) probablement pour rester libres vis-à-vis du MRP lors des élections générales à venir. En revanche, le MRP organise une soixantaine de réunions, mais elles sont peu suivies. Le PRL appelle à voter non par voie d’affiches. L’électorat catholique, si important ici, ne peut que se diviser en raison de l’attitude du MRP, du PRL mais aussi du général de Gaulle ; cette division conduit le cardinal Roques à rester silencieux en public comme en privé, de même que le clergé. Enfin, la fédération radicale-socialiste d’Ille-et-Vilaine qui a déjà eu une attitude originale lors du référendum d’octobre 1945, récidive ou en tout cas est assez hésitante. En effet, début octobre 1946, elle préconise de voter oui contrairement aux directives du comité directeur de son parti ; mais quelques jours plus tard non sans tiraillements, elle décide de se conformer aux directives nationales, a priori ces hésitations au sein de la fédération radicale rejaillissent sur son électorat92.

  • 93 De tous les départements bretons, l’Ille-et-Vilaine a le plus fort taux d’abstentions et la Loire- (...)
  • 94 cf. chapitre 6 p. 294-297 et encore l’Ille-et-Vilaine est un des départements où les consignes du (...)

84Lors du référendum du 13 octobre 1946, le département se montre plus abstentionniste (35,67 %) que la Bretagne (33,75 %) ou la France (32,37 %)93. Ce fort abstentionnisme est dû au dilemme provoqué par l’attitude du MRP, du général de Gaulle et de la droite classique ; bon nombre d’électeurs sont déchirés entre le vote MRP et une certaine fidélité au général de Gaulle, à ce qu’il représente. C’est dans les villes que le « oui » dépasse 40 % des inscrits sauf à Redon dont le comportement reste toujours peu « citadin ». Rares sont les cantons où le oui l’emporte, il ne domine en fait que dans des cantons urbains et encore si la ville y est majoritaire. Quant au non, il est prédominant dans la région de la « droite incompressible » (l’Est) et dans le canton du Grand-Fougeray. La force de l’abstention montre l’ampleur du désarroi qui règne dans le corps électoral, de même que la présence du oui en seconde position dans le choix des électeurs montre aussi qu’il s’agit d’un refus de s’aligner sur le PRL qui réagit sur des bases globalement hostiles à toute forme de renouveau tandis que le oui est acquis du « bout des lèvres » dans un corps électoral déchiré entre la volonté d’aboutir à une situation politiquement stable et une certaine fidélité au général de Gaulle. Ces résultats sont assez éclairants a contrario et a posteriori sur la signification du vote de juin 1946 en faveur du MRP (souvent plus de 60 % des suffrages exprimés). Lors du référendum, le PRL donne une consigne de vote clair ; or, le poids du MRP dans la région de Vitré à travers la personne d’Alexis Méhaignerie ne joue plus puisque le MRP n’est pas un ardent défenseur du oui et Ouest-France ne soutient pas le MRP avec la même fermeté en grande partie à cause de la position du général de Gaulle. Pour ces raisons, les succès du MRP de juin 1946 sont dans cette région nettement dus à la faiblesse du PRL et non à un ralliement aux idées du MRP94.

  • 95 Malheureusement, le rapport -et nos sources en général- ne dit pas l’importance de l’abstentionnis (...)

85Dans le département, plusieurs facteurs se sont conjugués pour aboutir à un taux d’abstention élevé : des raisons nationales et locales. En effet, l’attitude de stricte neutralité du clergé est souvent perçue comme une indication en faveur de l’abstention alors qu’il est probable que le cardinal- archevêque Roques et derrière lui son clergé veulent surtout ménager les diverses sensibilités politiques qui désormais coexistent chez les catholiques. D’autre part, l’APEL d’Ille-et-Vilaine (Association des parents d’élèves des écoles libres) appelle à voter « non » ce qui ici ou là a pu renforcer la tendance au non ou à l’abstention. Il est possible aussi que l’alliance apparente avec le PCF (puisque le MRP comme le PCF appelle à voter oui) ait joué contre un vote fidèle au MRP. Parmi les abstentionnistes se trouve une proportion non négligeable de femmes d’après le rapport du préfet. À Rennes et à Redon, les femmes représenteraient les deux tiers des abstentionnistes et à Saint-Malo les trois cinquième95. En définitive, les résultats de ce référendum éclairent le vote MRP et font apparaître le maintien d’une droite classique prête à se réactiver dès que les circonstances et les hommes le permettent. La décennie suivante va le prouver à travers des élections législatives qui permettent de mieux apprécier l’ampleur des changements politiques réels par rapport à l’avant-guerre.

Des abstentions en déclin

  • 96 Voir mon La Bretagne, op. cit., p. 219-227.

86Après les taux d’abstention élevés d’octobre 1946, le taux d’abstention revient à des taux moyens plus habituels malgré quelques variations. Deux facteurs jouent en faveur de la participation : d’une part, la tradition antérieure à la guerre et d’autre part, le vote des femmes ; celles-ci sont plus pratiquantes que les hommes et écoutent plus volontiers les conseils du clergé, celui-ci insiste sur l’obligation morale pour tout catholique d’accomplir son devoir civique. Cette incitation à voter est très forte et on peut imaginer la pression morale et sociale qui s’exerce en faveur du vote sur les électeurs et les électrices dans les petites communes. La conjoncture est aussi un facteur important. L’élection de 1951 se situe dans un contexte de désenchantement relatif et de vigoureuse opposition menée contre la IV République par le PCF et le RPF, mais aussi l’un contre l’autre. Le pays est plongé dans la guerre d’Indochine et à ce titre est au cœur de la guerre froide ravivée par la guerre de Corée. La reconstruction n’est pas achevée et l’on est loin de la société de consommation de masse ; c’est encore plus vrai pour la Bretagne en général et l’Ille-et-Vilaine en particulier96. L’inflation persiste et l’instabilité gouvernementale contribue à donner une mauvaise image de marque de la IVe République. A priori, cette conjoncture peut mobiliser l’électorat soit pour rejeter la IVe République, soit au contraire la soutenir. L’élévation du taux d’abstention (22,7 % en France et 21,07 % dans le département) révèle l’existence d’une troisième catégorie de citoyens : ceux qui ne veulent pas d’une nouvelle « aventure », ni de la troisième force, des citoyens déçus et amers, troublés par l’alliance gouvernementale de la droite et du MRP avec la SFIO, parti laïque.

  • 97 du moins pour la Bretagne et a fortiori pour l’Ille-et-Vilaine ; Fourastié (Jean), Les Trente Glor (...)

87Cinq ans plus tard inversement, on relève le taux d’abstention le plus faible de la décennie en France (20,4 %) et plus encore en Ille-et-Vilaine (15,79 %). En cinq ans, le mécontentement en politique intérieure s’est accru ; les débuts de la modernisation et l’accélération de l’exode rural commencent à avoir des répercussions sur les petits commerçants et artisans des bourgs ruraux, et dans une certaine mesure sur les petits agriculteurs. Au début des « vingt » et non des « trente glorieuses »97, les uns et les autres ont le sentiment d’être les laissés-pour-compte de la modernisation. En matière de politique coloniale, la perte de l’Indochine et les débuts de la guerre d’Algérie ainsi que les difficultés en Tunisie et au Maroc ravivent le nationalisme français et la querelle idéologique sur le colonialisme et sur l’impérialisme. Enfin, en politique extérieure, la question européenne (et par contre-coup l’attitude de la France par rapport à l’Allemagne) ne cesse de prendre de l’ampleur avec la CED et la perspective d’une Europe unie chère aux démocrates-chrétiens d’Europe occidentale. Toutes ces questions sont autant de sujets de division, de sources de conflit et ne peuvent faciliter les alliances, chacun souhaitant pouvoir s’exprimer pleinement ; toutefois, à gauche, dans les trois semaines précédant les élections, un Front républicain se crée rassemblant la SFIO, les radicaux mendésistes et certains républicains-sociaux derrière Jacques Chaban-Delmas. Cette situation conflictuelle, la multiplicité des listes en Ille-et-Vilaine (huit) expliquent la mobilisation de l’électorat qui peut plus facilement se reconnaître dans telle ou telle liste, et cela malgré un scrutin placé un 2 janvier.

88L’abstentionnisme est assez fluctuant dans le temps plus que dans l’espace et il ne suit pas toujours la courbe française. Le département a un comportement qui est plutôt dans la lignée de son attitude pendant les années trente et rompt définitivement avec l’image d’un département abstentionniste, image qui était la sienne au xixe siècle et jusqu’aux années trente.

Élections législatives : résultats d’ensemble

89Les résultats des élections de la IVe République montrent la même ambivalence que pour les abstentions à savoir une permanence de comportement, mais aussi une certaine sensibilité à la conjoncture.

90L’ensemble de ce tableau (n°54) montre qu’il est rare que l’Ille-et-Vi- laine s’aligne sur le comportement français, en particulier le premier parti en suffrages exprimés est régulièrement le MRP pour le département et le PCF pour la France. En revanche, l’Ille-et-Vilaine a un comportement très proche de celui de la Bretagne sauf en 1951 où le RPF l’emporte de peu dans la région devant le MRP ; le département marque ainsi nettement sa prédilection pour la démocratie-chrétienne.

Tableau n°54 : Résultats globaux de novembre 1946, juin 1951 et janvier 1956 ( % des suffrages exprimés).

Tableau n°54 : Résultats globaux de novembre 1946, juin 1951 et janvier 1956 ( % des suffrages exprimés).
  • 98 cf. chapitre 6, p. 298-303.
  • 99 Sa campagne électorale est peu dynamique ; A. Aubry, tête de liste, était malade et devait mourir (...)
  • 100 Le gaullisme par ses électeurs appartient à la droite, de même que l’essentiel de son programme, m (...)

91Pendant ces dix ans la gauche laïque, marxiste ou non (PCF, SFIO et radicaux-socialistes) connaît de très fortes variations en Ille-et-Vilaine. Elle réunit en novembre 1946 41 % des voix environ, mais en 1951 à peine 28 % et 26 % en 1956, au détriment du PCF et de la SFIO. En novembre 1946, la gauche est encore dans le prolongement de l’immédiat après-guerre et du léger glissement à gauche que l’on a pu constater98, de même l’équilibre des forces de gauche par rapport à la droite et au centre est encore dans le prolongement de l’entre-deux-guerres. Or, en 1951, cette gauche perd 13 % des voix : certes, il y a les 7 % des radicaux dont une partie a pu être abstentionniste (mais cela n’explique que 4 % des voix), 6 % sont dus à des pertes venant principalement de la SFIO99. Ces voix glissent partiellement vers le MRP (mais la laïcité est un handicap quoi qu’ils soient alliés au gouvernement) et plus probablement vers le RPF jouant sa fonction de mouvement de rassemblement. En 1956, la gauche subit un léger tassement, les pertes de la SFIO sont compensées par le pourcentage de voix obtenues par les radicaux. Ces pertes en 1951 et 1956 renforcent plus le camp de la droite et des gaullistes que celui du MRP et modifient l’équilibre des forces annonçant un renversement de tendance durable. L’Ille-et- Vilaine qui dans les années trente se réoriente lentement vers la gauche et vers le centre, les voit s’éroder au profit de la droite et du gaullisme pendant les années cinquante100 ; une nouvelle rupture s’amorce qui s’épanouit sous la Ve République pendant les présidences de De Gaulle et de Pompidou.

  • 101 cf. chapitre 1, p. 39-40.

92Pendant toute la période, l’Ille-et-Vilaine est toujours plus hostile aux partis marxistes SFIO et PCF que dans le reste du pays qu’ils soient ou non au pouvoir. L’écart n’est pas identique selon ces partis et selon les élections. L’écart le plus important et le plus constant concerne le PCF, il ne descend jamais en-dessous de 11 % et atteint même plus de 14 % en 1956. Le PCF ne peut pénétrer à l’est du département mais il obtient des pourcentages non négligeables dans quelques cantons urbains ou appartenant à la « dorsale républicaine » tout en réunissant plus de 10 % des voix en moyenne dans 29 cantons sur 43. C’est un progrès considérable par rapport à l’avant- guerre où il dépassa rarement les 5 % de voix101.

93L’implantation de la SFIO est plus homogène mais plus faible : elle dépasse les 10 % de voix dans 28 cantons sur 43. La SFIO en 1946 atteint presque le même résultat qu’en France mais ensuite l’écart ne cesse de se creuser (-10 % en dix ans) et elle rejoint en 1956 les radicaux. Ces derniers toujours inférieurs à la moyenne nationale ne réussissent pas à percer. Si l’évolution des résultats de la gauche ne surprend pas, en revanche celle du MRP, de la droite voire de l’extrême-droite est plus inattendue.

  • 102 Letamendia (P.), op. cit., p. 93.
  • 103 Avec, tout de même, 20 à 30 % des voix !

94En novembre 1946, le MRP obtient encore un meilleur résultat qu’en juin et atteint presque la moitié des suffrages exprimés, dépassant ses résultats nationaux de plus de 22 %. À cette date, l’Ille-et-Vilaine est un fief du MRP. Il n’est concurrencé sur sa droite que par un PRL sans grande envergure qui trouve même le moyen de faire moins que dans le reste de la France. Mais 1946 est l’apogée, après il ne cesse de voir sa part diminuer perdant 22 % en 1951 et encore4 %en 1956. En 1951, les pertes du MRP correspondent presque exactement aux voix obtenues par le RPF. Cependant, il est probable que cette nouvelle répartition des suffrages exprimés ne s’est pas faite mécaniquement. Si le MRP perd 22 % des voix, la gauche elle en perd 13 %. Il est probable que le MRP gagne peu de voix venant de la gauche mais qu’en revanche il en donne surtout au RPF et quelque peu au CNI. Dans cette nouvelle répartition des anciennes voix du MRP, plusieurs causes sont possibles. Il retrouve ceux qui souhaitent des réformes sociales mais sans révolution, qui veulent le maintien de l’enseignement privé confessionnel mais sans le retour à une droite classique libérale, voire traditionaliste qui ne tiendrait aucun compte des transformations des mentalités et de la société. En revanche, il perd les voix de la droite traditionnelle qui n’avait pas de liste sérieuse à lui opposer (particulièrement en 1946) et celles de ceux qui voyaient en lui un parti résistant et gaulliste et qui peuvent en 1951 se tourner vers le RPF102. En 1956, alors que la gauche continue de perdre des voix (-2 % des suffrages exprimés), il en est de même pour le MRP, parallèlement d’ailleurs à son évolution nationale. L’implantation géographique du MRP pendant toute la IV République révèle son ambiguïté si l’on se réfère à la droite et à la gauche républicaine de l’entre-deux-guerres : il est fortement implanté dans les bordures orientale, méridionale et occidentale (à droite avant 1939) mais aussi quoique plus faiblement103 dans la « dorsale républicaine », prenant sa clientèle aussi bien à droite qu’à gauche, mais le vote des femmes modifie les termes de la comparaison ; dans cette « dorsale républicaine », ce sont elles, probablement, qui votent MRP.

  • 104 De la tendance qui n’a pas voulu suivre J. Chaban-Delmas dans le Front républicain.
  • 105 ADIV - 320 W : note d’information du 5 janvier 1956: les résultats sont « une énorme SURPRISE ».
  • 106 ADIV - 320 W : élections législatives de 1956, profession de foi.
  • 107 Sur le lien entre les petits commerçants et les agriculteurs, voir l’article de Royer (Jean-Michel (...)
  • 108 Il serait intéressant de connaître la part d’agriculteurs à voter MRP dans la perspective d’une ré (...)

95À l’élection de 1956, on assiste, à la droite du MRP, à un véritable éclatement du corps électoral qui se répartit entre trois listes principales et secondairement vers celle des républicains sociaux ex-RPF104. La surprise105 provient du vote de près de 30 % des électeurs pour deux listes nouvelles de type corporatiste et faisant appel également à certains thèmes de l’extrême- droite. Surprise car les électeurs de l’Ille-et-Vilaine ont plutôt habitué à des prises de position modérées pendant tout le xxe siècle. Or, ils semblent se précipiter avec délice vers le nouveau et l’extrême. Pourquoi ? La plupart sont des transfuges du CNI et du RPF et des abstentionnistes de 1951. La liste de l’UFF, branche politique de l’UDCA, ne comprend que des commerçants et a pour seul « programme » le rejet du monde politique c’est-à- dire d’une IVe République instable, paraissant incapable de résoudre les problèmes du moment106. La liste conduite par Dorgères s’appuie principalement sur les agriculteurs. Or, elle n’a pratiquement de voix que dans le monde rural, de même que la liste de l’UFF remporte ses meilleurs succès dans les chefs-lieux des cantons ruraux c’est-à-dire là où la densité de commerçants et d’agriculteurs est la plus forte107. Il s’agit, plus que de conviction, d’une vague de mécontentement s’appuyant sur les difficultés économiques et financières plus que sur les problèmes de politique extérieure ou coloniale. Le département est une région agricole où il existe un tissu serré de petits bourgs ruraux ayant leurs commerces propres. Le développement de l’automobile, mais plus encore l’exode rural hors du département et vers Rennes (très secondairement à cette date) entraînent rapidement la faillite des petits commerces. Il ne s’agit pas dans ces zones rurales de la concurrence des grands magasins, mais bien de la conséquence de la léthargie économique du département et tout particulièrement de sa sous-industrialisation comme celle de la plus grande partie de la région. L’Ille-et-Vilaine est incapable de retenir sa population jeune et active, de lui fournir du travail si bien que ses campagnes se vident sans que vraiment la préfecture en profite. Cet exode rural n’est pas encore à ce moment le signe annonciateur d’une modernisation de l’agriculture, même s’il en constitue une des conditions, celle-ci n’est pas suffisante. Le vote en faveur de l’UFF est le vote de désespoir d’une population des bourgs ruraux qui sent que la vie (économique et sociale) lui échappe parce que ses jeunes s’en vont. De même, le vote en faveur de la liste de Dorgères est à la fois un vote de confiance envers l’homme qui créa dans ce même département en 1929 les comités de Défense paysanne et leur paraît fidèle à ses idées en continuant ce combat et aussi un vote d’agriculteurs de petites exploitations familiales qui ne peuvent faire face à la concurrence du Bassin parisien, ni à la concurrence étrangère à venir, agriculteurs qui ne peuvent se moderniser faute de moyens financiers et techniques. Ils s’orientent encore vers un vote de type traditionnel, les jeunes agriculteurs ne pèsent pas suffisamment au niveau de ce vote108.

L’affirmation de la droite dans les élections locales

96Sans chercher à analyser l’ensemble de ces élections, parfois faute de sources, quelques aspects de ces élections montrent le décalage entre les principes annoncés, claironnés et la réalité. Ils montrent aussi que le poids des notables persiste et se coule dans les nouvelles organisations politiques ; tout se passe comme si peu à peu ils se les appropriaient.

Les élections municipales109

  • 109 ADIV - 55 w 30 à 36 et 49 à 55 : élections municipales de 1947 et 1953. Les procès-verbaux n’indiq (...)
  • 110 Cf. ci-dessous chapitre 8 p. 345 et suivantes.

97Comme pour les élections municipales antérieures, la plupart des communes rurales élisent leur maire en fonction de considérations étroitement locales plus que de politique générale ; il n’en est évidemment pas de même dans les villes. Or, si les élections municipales de 1945 sont encore profondément marquées par la guerre et par la volonté d’éviter toute mise en cause de la Résistance, les élections de 1947 interviennent dans un contexte bien différent : le tripartisme est rompu, la guerre froide commence. En France, elle prend une signification particulière en raison de la force du parti communiste et de la CGT à dominante communiste. Les grèves se sont multipliées depuis le printemps ; après une accalmie pendant l’été, elles reprennent de plus belle à l’automne110. C’est dans cette atmosphère tendue que se déroulent les élections municipales.

98Dans les villes, elles marquent l’affrontement entre le RPF et le PCF, tandis que les partis de la troisième force se ménagent même s’ils vont à la bataille électorale séparément comme le leur permet le mode de scrutin.

  • 111 Démissionnaire depuis juillet 1947, cf. ci-dessus p. 320.

99À Rennes, quatre listes s’opposent représentant les quatre partis politiques dominant en France : SFIO, PCF, RPF et MRP. La liste socialiste est menée par Eugène Quessot, celle du PCF par Marcel Cadieu, secrétaire départemental du PCF, la liste RPF par Yves Milon111 et la liste MRP par le docteur Le Gall de La Salle. Sur les 37 sièges, le RPF en obtient seize, le PCF huit, la SFIO six et le MRP sept. Cette élection confirme la désagrégation de l’ancienne municipalité avec l’entrée du MRP dans le conseil municipal de Rennes ; parmi les nouveaux élus MRP se trouvent deux hommes qui vont y jouer un rôle important : Henri Fréville et Léon Grimault, alors président de l’UD-CFTC.

  • 112 Entre 1946 et 1954, la population de la ville ne s’accroît que de 9 % alors que de 1954 à 1962, el (...)
  • 113 AMR - 1D1/104 : 4 mars 1949 : débat sur une subvention aux enfants pauvres des écoles privées (sub (...)
  • 114 AMR - 1D1/103 : registre des délibérations du 23 juillet 1948. Dans son hebdomadaire Le Réveil, le (...)
  • 115 ADIV - 327 W 70 : procès-verbal du conseil municipal.

100Cette municipalité affronte des problèmes classiques mais aucun grand projet n’apparaît dans une ville confrontée aux difficultés de l’après-guerre (logements insalubres, reconstruction des immeubles détruits) et à un début d’exode rural vers la fin du mandat municipal112. Les classiques débats d’idées se déroulent soit lors de motions du PCF sur la paix et le désarmement, soit sur la question scolaire113. Des tensions politiques plus graves affleurent lorsqu’à l’été 1948 la permanence du député communiste est l’objet d’un attentat d’où le vote à l’unanimité d’une motion condamnant tout acte de violence114. Le conseil municipal réagit de la même façon lorsque la permanence du PCF subit de nouveau un attentat en mars 1950115.

  • 116 1er et 2d tour : Chateau : 13 voix, Fréville (MRP) : 10 voix, Cadieu (PCF) : 8 voix, Le Strat (SFI (...)
  • 117 La moitié des enfants environ va à l’école privée.
  • 118 Le lendemain, une polémique commence dans les journaux entre Ouest-France (qui soutient ouvertemen (...)

101Lorsque le mandat de ce conseil s’achève la situation de la ville est critique avec une forte proportion de logements insuffisants ou trop petits. L’élection de 1953 oppose de nouveau quatre listes : trois liées à un parti (MRP, SFIO, PCF) et une liste menée par François Chateau, maire de Rennes avant la guerre et jusqu’en juin 1944 ; cette liste rassemble des radicaux, des républicains nationaux et des membres de l’ancien RPF. Cette dernière liste recueille le plus grand nombre de sièges et F. Chateau rassemble le plus grand nombre de suffrages sur son nom (3 600 voix de plus que le second élu). Lors de l’installation du conseil municipal le 7 mai 1953, il apparaît évident aux yeux du public que la fonction de maire ne peut échapper à F. Chateau, mais aucune liste n’a la majorité à elle seule. Or, au premier et au second tour, chaque tête de liste se présente et obtient le nombre de voix correspondant à son nombre de sièges. Au troisième tour, Le Strat (SFIO) se retire et H. Fréville est élu maire à une voix de majorité116. Entre le second et le troisième tour, un accord est passé entre le MRP et la SFIO c’est-à-dire entre deux partis qui ont certes en commun une politique sociale mais sont totalement opposés sur le problème de l’école privée ce qui à Rennes n’est pas anodin117. Cet accord est vivement critiqué et l’élection d’Henri Fréville est fortement contestée118.

  • 119 ADIV-327 W 70.

102Au lendemain de son élection, sa longévité à ce poste n’est guère vraisemblable et ce, d’autant plus, que la plus grande partie des électeurs est favorable à son principal adversaire comme le montrent le résultat des élections et les réactions du public lors des deux premiers conseils municipaux ; enfin sa majorité est fragile. Il lui faut rapidement faire ses preuves de gestionnaire et de préférence sur des points sensibles pour la population. Il commence par une politique de construction de logements sociaux, dans une ville où le taux de surpopulation critique atteint 22 % avec un équipement et un confort inférieurs à la moyenne des villes françaises. Le nouveau maire dont l’action est largement développée par Ouest-France, (lu par 90 % de la population rennaise)119, obtient le vote du budget extraordinaire à l’unanimité moins une voix ainsi que l’autorisation d’émettre un emprunt pour construire des HLM dans le secteur nord de Rennes (Maurepas), ceci moins de trois mois après son élection houleuse.

103Si l’on s’est quelque peu étendu sur les problèmes rennais, c’est évidemment parce qu’ils concrétisent jusqu’à l’exaspération, l’opposition des forces politiques lors des élections mais aussi dans la gestion quotidienne.

  • 120 Il le reste jusqu’en 1968 où il est battu pour avoir pris position contre de Gaulle; en 1971, il d (...)

104À travers l’exemple de Rennes, mais il n’est pas le seul, on note le poids de la mairie pour la conquête d’une notoriété plus grande ou pour reconquérir sa place. Ainsi, à Rennes, cette élection difficile d’Henri Fréville en 1953 inaugure un « règne » de 24 ans qui permet à la ville de s’étoffer et, peu à peu Henri Fréville devient conseiller général, puis député en 1958120 jouant un rôle important pour la ville et le département. La mairie de Saint- Malo est, quant à elle, le marchepied nécessaire à Guy La Chambre pour revenir à la vie politique. C’est en 1947 qu’il se fait élire maire. Ce poste peut à cette date être la fin d’une carrière politique étant donné tous les problèmes posés par la reconstruction ou au contraire relancer celle-ci, ce qui se produit pour Guy La Chambre. Son nom reste attaché à celui de la reconstruction « à l’identique » de la ville de Saint-Malo intra-muros ; il peut la mener à bien grâce à ses nombreuses relations dans les ministères lui permettant de faire avancer les dossiers. Cette conquête de la municipalité de Saint-Malo le fait revenir sur la scène politique locale plus que nationale. En effet, il redevient député en 1951 et la même année il est élu conseiller général du canton de Dinard celui-là même dont il avait déjà été l’élu avant-guerre à partir de 1930.

105Après les remaniements de la Libération, les communes rurales ne semblent pas avoir subi d’importants changements, tandis que dans les villes se reproduisent les affrontements politiques nationaux.

Les élections cantonales

106Elles se déroulent en 1949, 1951, 1955 et 1958 par alternance pour la moitié des cantons. Pendant l’entre-deux-guerres, les étiquettes politiques étaient assez floues sauf pour les candidats de gauche. Aux élections de 1949, rares sont les candidats qui n’affichent pas une étiquette politique et parmi les élus seuls six se déclarent indépendants, les autres présentent tous une étiquette politique nette. Toutefois, il ne faudrait pas en déduire que l’on assiste à une politisation des élections au Conseil général au sens d’une prise en main par des partis bien structurés car beaucoup d’ex-indépendants ont pris l’étiquette RPF et aux élections suivantes, ils reprennent celle d’indépendants.

  • 121 ADIV - 55 W 128 à 147 : élections cantonales de 1945 à 1958.

Tableau n°55 : Élections cantonales de 1945 à avril 1958.(1 320 W - cabinet du préfet : rapport sur ces élections et Ouest-France de mars 1949, octobre 1951, avril 1955 et avril 1958).121

Tableau n°55 : Élections cantonales de 1945 à avril 1958.(1 320 W - cabinet du préfet : rapport sur ces élections et Ouest-France de mars 1949, octobre 1951, avril 1955 et avril 1958).121

107À partir de 1951, on assiste à la disparition de tout conseiller général socialiste confirmant le déclin de la SFIO. De même les résultats des radicaux-socialistes confirment le regain de vigueur, peut-être lié au mendésisme, mais aussi probablement à l’incapacité de la SFIO d’Ille-et-Vilaine à s’adapter à ce type d’élections. Le MRP concurrencé par le RPF (des « sympathisants » de 1945 ayant glissé vers le RPF en 1947) retrouve sa situation de 1945, sans les sympathisants, en 1958. Enfin, la droite qui n’a jamais vraiment décliné au Conseil général, se gonfle considérablement à la fin de la période où les indépendants après un détour par le RPF abandonnent cette étiquette, pour celle plus commode d’indépendant. Cette dernière a après la guerre la même fonction que celle de conservateur ou URD avant la guerre. L’évolution du Conseil général après 1945 montre une orientation de plus en plus droitière par rapport à l’avant-guerre où la droite et les républicains se partageaient presque également les sièges du Conseil général, ce qui n’est plus du tout le cas en 1955 et en 1958 avec 28 et 26 sièges. Le MRP n’arrive pas à faire contrepoids dans ce type d’élections.

108Une grande stabilité caractérise l’implantation des divers courants. Les seuls changements significatifs concernent Rennes et le canton d’Argentré- du-Plessis. En effet, à Rennes après le décès d’Eugène Quessot, conseiller général SFIO de Rennes Sud-Est depuis 1919, les électeurs désignent successivement un candidat RPF et en 1958 Léon Grimault, MRP et ancien responsable CFTC c’est-à-dire que désormais la ville de Rennes n’a plus de représentant de la gauche laïque au Conseil général ; les Rennais n’élisent en effet que des conseillers généraux de droite jusqu’en 1958 date à laquelle la ville a deux conseillers généraux MRP : Grimault et Fréville. Argentré- du-Plessis est un canton au comportement « fossilisé » ; les électeurs votent toujours anticommuniste (le PCF y fait ses plus faibles scores). Mais ce conservatoire de la droite vote MRP aux législatives et surtout aux élections cantonales de 1958 il vote non pas pour le candidat de droite sortant mais pour celui du MRP, ce qui fait de ce vote le premier vote de « contestation » dans le cadre des cantonales par rapport aux traditions du lieu.

  • 122 Entretien avec Pierre-Henri Teitgen.

109Le mode de scrutin des cantonales donne l’avantage à la droite, à ses notables avec un déclin de l’emprise de la gauche non communiste parce qu’elle est remplacée, soit par le MRP comme à Antrain122, à Saint-Malo, à Rennes Sud-Est, soit par un candidat de droite. Le Conseil général après la guerre reste un lieu où les partis de gauche et le MRP ne peuvent s’implanter que difficilement ; en fait, ils sont phagocytés par les notables et non l’inverse. La culture politique locale apparaît comme un roc contre lequel butte ou avec lequel doit composer toute force politique, quelle que soit son assise idéologique, culturelle ou sociale.

110À la différence des élections législatives, les élections cantonales ne connaissent pas de véritable renouvellement du personnel politique ; elles accentuent l’évolution vers la droite, sensible lors des élections de 1937 mais sans aller jusqu’à l’extrémisme.

111Ces élections locales avec leur antenne nationale qu’est le Conseil de la République révèlent des permanences dans les zones rurales plus que dans les villes, ce qu’expriment les résultats aux élections municipales par exemple. Mais en même temps, elles permettent à la droite de s’affirmer ou de se réaffirmer accentuant une tendance perceptible pendant les années trente pour ce type d’élections.

112Peut-on dire que l’Ille-et-Vilaine a véritablement connu sous la IVe République une nouvelle donne politique ? En fait, permanences et ruptures se superposent. Les permanences les plus visibles concernent les élections locales et certains éléments de la géographie politique départementale, voire du rapport de force départemental. En revanche, des éléments nouveaux apparaissent lors des élections législatives non sans conflits et parfois ambiguïtés.

  • 123 Goallou (Henri), « op. cit. ».

113La géopolitique du département conserve certains traits caractéristiques que Siegfried avait déjà relevés telle la bordure orientale, voire méridionale toujours aussi à droite ; en contrepartie, la « dorsale républicaine » pour les législatives se partage entre la démocratie-chrétienne et les communistes, avec une préférence cependant pour la première ce qui sur le long terme conduit cette région à renouer avec son caractère de département républicain catholique123.

114Des éléments nouveaux se font jour sans que l’on puisse pour autant parler de rupture. Aux législatives, la guerre favorise incontestablement un renouvellement des hommes politiques (à deux exceptions près). Le poids du MRP est aussi un facteur nouveau parce que c’est la première fois qu’un parti du centre occupe une telle place, mais le MRP en lui-même est aussi un héritier dans un département marqué avant 1939 par l’action des abbés- démocrates.

  • 124 Où le PCF s’implante en force et durablement dans les cantons ruraux; Bougeard (C.), op. cit., vol (...)

115En définitive, le domaine politique en Ille-et-Vilaine est marqué sous la IVe République par une forme de changement dans la continuité ; en ce sens, il reste fidèle à son image de département modéré peu porté à des ruptures brutales à la différence, par exemple, des Côtes-du-Nord124, à la différence aussi de l’ensemble de la France où le rapport des forces politiques est assez neuf par rapport à 1936.

Notes

1 Rémond (R.), Notre siècle, op. cit., p. 379.

2 Seules les Côtes-du-Nord s’en rapprochent avec pour le PCF, la SFIO et le MRP, respectivement 27,2 % des voix, 21,4 % et 33,19 %.

3 Les élections de 1958 ne sont utilisées qu’à titre de comparaison et sans en faire d’analyse détaillée, le contexte politique étant particulier.

4 Comme Honoré Commeurec mort en déportation; cf. chapitre 6, note 59 p. 278.

5 Excepté l’accusation inexacte portée par les responsables communistes de la CGT contre Fournier, principalement pour des raisons politiques ; cf. chapitre 6 p. 282.

6 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG du 26 janvier 1945.

7 ADIV - 43 W 139 : rapports des RG du 26 janvier et du 29 mars 1945. Entretien avec Charles Foulon.

8 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG du 17 juillet 1945. Plusieurs communes de Bretagne sont dans ce cas.

9 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG du 16 août 1945 et 43 W 213 : rapport des RG du 4 août 1945. 45 voix sont pour la fusion organique et 36 y sont opposées.

10 Sadoun (Marc), op. cit., p. 216 et suivantes.

11 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG du 28 janvier 1946.

12 L’Espoir socialiste paraît du 18 mars 1950 au 3 novembre 1951. ADIV - 320 W: élections législatives de 1951, note d’information du 22 mai 1951.

13 Si l’on croit le rapport des RG du 26 janvier 1945 (ADIV - 43 W 139).

14 ADIV - 43 W 140: rapport des RG du 17 juillet 1945 qui reprend la teneur de la première conférence fédérale du PCP. Ces chiffres sont également repris dans le rapport à l’organisation de la seconde conférence fédérale qui m’a été aimablement communiqué par Philippe Buton.

15 Bougeard (C.), op. cit., vol. 5 : p. 1665-1666.

16 Kriegel (Annie), Les Communistes Français (1920-1970), Seuil (col. « L’Univers historique »), nouvelle éd.1985, p. 21. Elle exclut les compagnons de route, « groupe pittoresque » et privilégie les électeurs et les lecteurs qui assurent la transition avec d’autres ensembles.

17 Henri Denis est un neveu de l’abbé Bridel, secrétaire de la JEC, fondateur de la première École normale ouvrière de la CFTC ; il fonde avec André Mandouze en 1946 l’Union des chrétiens progressistes. Il est également le président départemental du Mouvement de la Paix. Cf. Ouest-Matin, 6 juin 1951 et ADIV - 320 W : biographie des candidats aux élections de 1956.

18 Cf. chapitre 9, p. 406-407.

19 ADIV - 320 W: note d’information pour le cabinet du préfet du 21 octobre 1955.

20 Cf. chapitre 6, p. 296-299.

21 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de fin janvier 1945.

22 Ce qui est une faible proportion. ADIV - idem et 43 W 140: rapport des RG du 28 janvier 1946.

23 ADIV - 43 W 139 : rapports des RG de janvier à octobre 1945. Des archives du MRP sont conservées aux AN - 350 AP 1 à 94 : les chiffres sont tirés des bilans de situation préparés avant les congrès mais tous n’existent pas aux archives.

24 Cela semble être le cas général quels que soient les partis ou les syndicats sauf lorsqu’ils s’appuient directement sur les chiffres de cotisants donnés par les partis eux-mêmes comme c’est le cas pour le PCF en janvier 1945 ; en supposant que ces partis ne gonflent pas trop leurs chiffres...

25 Ou elles sont mal conservées. Ainsi alors qu’en 1951, il existe 107 adhérents à Fougères, il n’y en a aucun en 1952 si l’on se fie aux talons des cartes d’adhérents.

26 AN - 350 AP 4 et 117.

27 AN - 350 AP 4 : situation du mouvement en septembre 1962.

28 Fin 1945 et en 1951: 115 sections, mais en 1948/1949, une soixantaine.

29 Théoriquement, une section comprend au moins 10 adhérents. AN - 350 AP 4.

30 Guilleux (Georges), La Fédération MRP d’Ille-et- Vilaine (1944-1958), Rennes 2, mémoire de maîtrise, 1973, p. 131-133.

31 Letamendia (Pierre), op. cit., p. 196.

32 Guilleux (G.), op. cit., p. 123.

33 Aucune distinction n’est faite entre les agriculteurs (fermiers, propriétaires), la définition des artisans par rapport aux ouvriers travaillant chez un artisan n’est pas toujours très nette. Enfin, le groupe des sans profession et des indéterminés rassemble ceux ou celles réellement sans profession mais aussi des hommes ou des femmes qui n’indiquent rien, mais avaient peut-être une profession.

34 Cf. ci-dessus p. 336-340.

35 Entretien avec Victor Janton qui conforte cette analyse.

36 Teitgen (Pierre-Henri), « Faites entrer le témoin suivant» : 1940-1958, de la Résistance à la V République, Rennes, éd. Ouest-France, 1988, p. 441-442.

37 Qui désirent conserver l’anonymat.

38 Dorso (A.), op. cit., p. 198-199 et ci-dessous chapitre 8, p. 359.

39 Comme le montre, après la chute du gouvernement Pleven, le dialogue Guy Mollet-Pierre-Henri Teitgen rapporté par celui-ci dans ses Mémoires, op. cit., p. 427-428.

40 Fondée en 1929, proche de l’Action française, elle entend garder à l’Ouest « la mentalité française et chrétienne qui fut toujours sa fierté et son honneur ». ADIV - 43 W 149 : rapport des RG de janvier 1945.

41 Celle-ci avait été interdite par les Allemands le 17 juillet 1940.

42 Cf. ci-dessus chapitre 6, p. 300.

43 Guy La Chambre se prononce contre les partis, mais en même temps par la composition de sa liste, le soutien du CNI et son programme, il se situe nettement à droite. ADIV - 320 W: cabinet du préfet, note d’information du 15 mai 1951.

44 Une circulaire officielle précise que le CNI, puis le CNIP à partir de 1951 « est composé d’élus locaux et de personnalités » d’après Williams (Philip), La vie politique sous la IV République, A.Colin, 1971, p. 245.

45 Ouest-Matin, 30 mai 1951.

46 L’impossibilité pour Le Nouvelliste de Bretagne de reparaître à la Libération favorise Ouest-France qui peut installer son quasi monopole en toute quiétude. La Voix de l’Ouest devenue Les Nouvelles de Bretagne et du Maine ne peut véritablement le concurrencer.

47 AMR - 1D1/102 : délibérations du conseil municipal de Rennes le 11 juillet 1947.

48 AMR - 1 Dl/102 : délibération du conseil municipal de Rennes le 16 septembre 1947.

49 Propriétaire à Laillé au sud de Rennes, catholique, patriote, elle fut membre du mouvement Libération-Nord et du réseau d’évasion d’aviateurs Bordeaux-Loupiac et elle aida des réfractaires au STO.

50 Par ailleurs, l’institut Charles-de-Gaulle ne m’a pas donné accès à ses fichiers, que ce soit pour connaître le nombre d’adhérents ou les catégories socio-professionnelles. Lettre à l’auteur du 27 novembre 1985. En 1995, il commence à ouvrir ses archives.

51 Mais un délégué représente combien de compagnons?

52 Le Rassemblement, 27 juin et 11 juillet 1952.

53 Entretien avec Jacques Bruneau, responsable régional du RPF en Bretagne.

54 Le Rassemblement, 19 mars 1949.

55 Cf. ci-dessous p. 328.

56 Entretien avec Jacques Bruneau ancien délégué régional du RPF dans l’Ouest.

57 ADIV - 327 W 96 : rapports journaliers des RG (seconde quinzaine de février 1955).

58 ADIV - 327 W 95: rapport des RG du 12 avril 1955.

59 Ce chiffre n’est pas celui donné par l’UDCA d’Ille-et-Vilaine qui parlait de 8000 adhérents depuis janvier 1955 !...

60 Contrairement à ce qu’affirment les RG.

61 Les rapports ne donnent pas de chiffres pour la fin de l’année 1955 ni pour 1956. ADIV - 327 W 95 : rapport des RG du 24 juin 1959.

62 ADIV - 327 95 : rapport des RG du 24 juin 1959.

63 Par exemple lors des barrages de routes par les paysans en mai 1956, si les dirigeants veulent soutenir les agriculteurs, beaucoup d’adhérents sont très réservés. ADIV - 327 W 96: rapport des RG du 25 mai 1956.

64 Cf. ci-dessus ch.3, p. 92-93

65 Le Monde, 18-19 décembre 1955.

66 Cf. ci-dessous chapitre 8 p. 372 et suivantes et mon ouvrage La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, éd. Ouest-France, 1989, p. 260 et suivantes.

67 Les élections de juin 1951 devaient se dérouler en octobre, mais elles sont anticipées, principalement pour éviter aux partis de la troisième force d’avoir à voter des impôts nouveaux. Les élections du 2 janvier 1956 sont également anticipées de cinq mois, première dissolution de l’Assemblée nationale depuis mai 1877, H. Faute ayant fait jouer l’article 51 de la Constitution (deux gouvernements renversés à la majorité absolue en moins de 18 mois).

68 Loi du 7 mai 1951.

69 Le RPF et le général de Gaulle ont dénoncé violemment le système des apparentements. Mais dans douze départements dont un seul en Bretagne, la liste RPF s’apparente.

70 En dehors de la mort d’Aubry en 1951, les nombreux changements de 1951 et 1956 sont dus à un parti en crise. Dès lors, il devient difficile de trouver des candidats soit en raison du départ de certains comme Charles Foulon, soit en raison de cet affaiblissement.

71 En novembre 1946, liste d’Union républicaine et résistante; en 1951, liste d’Union républicaine résistante et antifasciste, soutenue par le PCF et l’Union progressiste; en 1956, liste d’Union républicaine et progressiste.

72 Dont la carrière politique est pour le moins sinueuse. Le comité PRL d’Ille-et-Vilaine ne l’aurait jamais mandaté pour faire liste commune avec le MRP (Ouest-Journal, 10 juin 1951). Dans ce cas, la présence de Bouvier sur la liste MRP serait une action purement individuelle.

73 Présenté ainsi sur la profession de foi : « conseiller juridique, docteur en droit, chevalier de la Légion d’honneur, Croix de Guerre (trois citations), volontaire 39-40 et 44-45, Ancien Combattant et ancien prisonnier de guerre ». Il habite Rennes mais ne semble guère connu dans le département.

74 Déçu, X. Bouvier est accueilli sur la liste MRP de 1951 et est effectivement élu député.

75 Il est élu maire de Saint-Malo en 1947 et se présente comme le maire de la reconstruction de Saint- Malo.

76 ADIV - 320 W : rapport des RG du 21 octobre 1946. Le général Allard a été pendant l’Occupation commandant de l’AS pour la région M2 (Bretagne) sous les ordres du général Audibert, responsable de la région M.

77 Sept élus à chaque scrutin, mais 28 candidats non élus en 1946 et 1951, 49 en 1956.

78 Pour ceux-ci, je m’appuie sur les décorations reçues, tout en sachant qu’un ou deux candidats sont en réalité des Résistants qui n’ont pas reçu de décoration à cette date.

79 Les deux élus décorés pour faits d’armes en 1914-1918 sont A. Aubry et G. La Chambre.

80 Cf. la dernière partie du chapitre 9.

81 Cf. ci-dessus chapitre 1, p. 29.

82 Étant donné la durée parfois très courte des mandats entre 1945 et 1946, pour pouvoir comparer avec la période antérieure, le calcul a été réalisé en fonction du nombre d’années où une personne a été député. Un député est considéré comme éphémère quand il a accompli quatre ans et un député est « professionnel » après plus de six ans de mandat.

83 Rejoignant l’héritage paternel ; son père fut lui-même un député conservateur.

84 D’après les professions de foi.

85 C’est à Rennes que le 27 juillet 1947, le général de Gaulle prononce son discours sur les « séparatistes ».

86 « La victoire des communistes à l’intérieur, comme la victoire des soviets à l’extérieur, ce serait La fin de la France ».

87 Pendant le gouvernement de Pierre Mendès France.

88 L’exode rural fausse peut-être la perception des agriculteurs qui n’ont pas encore les moyens de se mécaniser pour pallier le manque de main-d’œuvre dû à cet exode.

89 Ce qui le distingue du vocabulaire largement évocateur de cette période qui parcourait les discours politiques lors des grands débats nationaux; Rousso (H.), op. cit., p. 71.

90 ADIV - 320 W : référendum du 13 octobre 1946 (procès-verbaux et rapports de préfet).

91 ADIV - 320 W: rapport du préfet du 8 octobre 1946.

92 ADIV - 320 W : rapport des RG du 4 octobre 1946 et rapport du préfet du 8 octobre.

93 De tous les départements bretons, l’Ille-et-Vilaine a le plus fort taux d’abstentions et la Loire- Inférieure le plus faible avec 30,15 % des inscrits.

94 cf. chapitre 6 p. 294-297 et encore l’Ille-et-Vilaine est un des départements où les consignes du MRP sont les moins mal suivies ; Goguel (F.), op. cit., p. 69.

95 Malheureusement, le rapport -et nos sources en général- ne dit pas l’importance de l’abstentionnisme féminin lors des scrutins précédents. ADIV - 320 W: référendum d’octobre 1946, rapport du préfet non daté sur les résultats de ce référendum.

96 Voir mon La Bretagne, op. cit., p. 219-227.

97 du moins pour la Bretagne et a fortiori pour l’Ille-et-Vilaine ; Fourastié (Jean), Les Trente Glorieuses ou la révolution invisible de 1946 à 1975, éd. Fayard, (col. « Pluriel »), 1979, 288 p.

98 cf. chapitre 6, p. 298-303.

99 Sa campagne électorale est peu dynamique ; A. Aubry, tête de liste, était malade et devait mourir pendant l’été 1951.

100 Le gaullisme par ses électeurs appartient à la droite, de même que l’essentiel de son programme, même s’il tente de dépasser ce clivage par le concept « d’association capital-travail », sans beaucoup de succès ; Charlot (Jean), Le gaullisme d’opposition, 1946-1958, Fayard, 1983, p. 188-189.

101 cf. chapitre 1, p. 39-40.

102 Letamendia (P.), op. cit., p. 93.

103 Avec, tout de même, 20 à 30 % des voix !

104 De la tendance qui n’a pas voulu suivre J. Chaban-Delmas dans le Front républicain.

105 ADIV - 320 W : note d’information du 5 janvier 1956: les résultats sont « une énorme SURPRISE ».

106 ADIV - 320 W : élections législatives de 1956, profession de foi.

107 Sur le lien entre les petits commerçants et les agriculteurs, voir l’article de Royer (Jean-Michel), « De Dorgères à Poujade », dans Les Paysans et la politique dans la France contemporaine (sous la direction de J. Fauvet et H. Mendras), A.Colin, (« cahiers de la FNSP » n* 94), 1958, p. 149-206.

108 Il serait intéressant de connaître la part d’agriculteurs à voter MRP dans la perspective d’une rénovation de l’agriculture et dans la lignée de la JAC.

109 ADIV - 55 w 30 à 36 et 49 à 55 : élections municipales de 1947 et 1953. Les procès-verbaux n’indiquent pas l’appartenance politique. Il est donc pratiquement impossible de définir celle des communes rurales, même sommairement. AMR - 1D1/102 à 108: registres des délibérations du conseil municipal et ADIV - 327 W 70 : fiches des RG sur les élections municipales à Rennes.

110 Cf. ci-dessous chapitre 8 p. 345 et suivantes.

111 Démissionnaire depuis juillet 1947, cf. ci-dessus p. 320.

112 Entre 1946 et 1954, la population de la ville ne s’accroît que de 9 % alors que de 1954 à 1962, elle augmente de 22,4 % ; la population départementale augmente respectivement de +1,48 % et de +4,67 %.

113 AMR - 1D1/104 : 4 mars 1949 : débat sur une subvention aux enfants pauvres des écoles privées (subvention qui existe pour ceux des écoles publiques). Le débat oppose deux professeurs d’Université, tous deux en histoire moderne (!) : A. Rébillon, socialiste et H. Fréville. La subvention est votée.

114 AMR - 1D1/103 : registre des délibérations du 23 juillet 1948. Dans son hebdomadaire Le Réveil, le PCF dénonce le 18 juillet 1948 les « groupes armés fascistes », en titrant « Ce n’est pas Français » et affirme le 25 juillet : « le voeu des Français unanimes : dissolution des groupes armés du RPF ».

115 ADIV - 327 W 70 : procès-verbal du conseil municipal.

116 1er et 2d tour : Chateau : 13 voix, Fréville (MRP) : 10 voix, Cadieu (PCF) : 8 voix, Le Strat (SFIO) : 6 voix. 3e tour : Fréville : 15 voix, Chateau : 14 voix, Cadieu : 8 voix.

117 La moitié des enfants environ va à l’école privée.

118 Le lendemain, une polémique commence dans les journaux entre Ouest-France (qui soutient ouvertement le MRP à cette date) et les Nouvelles de Bretagne et du Maine (favorable à F. Chateau). Cette polémique provoque au conseil municipal suivant (22 mai 1953) la présentation d’une motion par F. Chateau et ses colistiers où ils déclarent en substance « qu’il est impossible, dans ces conditions, d’accorder sa confiance à M. Henri Fréville » (AMR - registre des délibérations du 22 mai 1953). Cette « motion de censure » selon le mot du maire fut rejetée par 17 voix contre, 12 pour et 8 abstentions (les communistes) ; Henri Fréville reste maire de Rennes et est réélu en 1959, 1965 et 1971; il ne se représente pas en 1977.

119 ADIV-327 W 70.

120 Il le reste jusqu’en 1968 où il est battu pour avoir pris position contre de Gaulle; en 1971, il devient sénateur et le reste jusqu’en 1980. Il meurt en juin 1987.

121 ADIV - 55 W 128 à 147 : élections cantonales de 1945 à 1958.

122 Entretien avec Pierre-Henri Teitgen.

123 Goallou (Henri), « op. cit. ».

124 Où le PCF s’implante en force et durablement dans les cantons ruraux; Bougeard (C.), op. cit., vol. 5 : p. 1780-1781.

Table des illustrations

Titre Graphique n°5. Adhérents à la SFIO en Ille-et-Vilaine et en France1945-1958
Légende (Source : les rapports des congrès annuels de la SFIO)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9033/img-1.png
Fichier image/png, 368k
Titre Tableau n°47: Adhérents du MRP en Ille-et-Vilaine selon les sources23.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9033/img-2.png
Fichier image/png, 236k
Titre Carte n° 23. L’implantation de la CFTC en 1946
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9033/img-3.png
Fichier image/png, 944k
Titre Tableau n°48 : CSP des adhérents de la fédération MRP d’Ille-et-Vilaine en 194732.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9033/img-4.png
Fichier image/png, 346k
Titre Tableau n°49 : Nombre d’adhérents à l’UDCA en avril 195558.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9033/img-5.png
Fichier image/png, 364k
Titre Tableau n°50 : Mandats électifs et fonctions gouvernementales de; députés et candidats aux législatives de novembre 1946 à janvier 195677.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9033/img-6.png
Fichier image/png, 175k
Titre Tableau n°51 : Professions des élus et des candidats non élus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9033/img-7.png
Fichier image/png, 354k
Titre Tableau n°52 : Candidats aux législatives décorés pour faits de guerre.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9033/img-8.png
Fichier image/png, 174k
Titre Tableau n°53 : Nombre d’élections et de réélections des députés d’Ille-et- Vilaine d’octobre 1945 à octobre 1958.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9033/img-9.png
Fichier image/png, 261k
Titre Tableau n°54 : Résultats globaux de novembre 1946, juin 1951 et janvier 1956 ( % des suffrages exprimés).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9033/img-10.png
Fichier image/png, 321k
Titre Tableau n°55 : Élections cantonales de 1945 à avril 1958.(1 320 W - cabinet du préfet : rapport sur ces élections et Ouest-France de mars 1949, octobre 1951, avril 1955 et avril 1958).121
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9033/img-11.png
Fichier image/png, 192k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable