Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Deuxième partie. Le territoire décrit : lexicographie du territoire

Du pagus aux finages castraux, les mots des territoires dans l’espace oriental de l’ancienne Septimanie (ixe-xiie siècle)

Laurent Schneider

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Dans le corpus des textes du bas-Languedoc, ou de l’ancienne Septimanie, les repères spatiaux occupent une place considérable dès l’époque carolingienne. Une grille très hiérarchisée se révèle au gré des documents. On fait référence aux grands cadres institutionnels, ceux des vieilles cités, avant d’évoquer des subdivisions territoriales secondaires, de rang et de statut divers : ressorts politiques et/ou simples finages. Cette contribution propose d’aborder l’étude de ces « territoires » en suivant les nomenclatures adoptées dans les scriptoria monastiques de Saint-Sauveur d’Aniane et de Saint-Sauveur de Gellone, dans des établissements qui ont été fondés entre la fin du viiie siècle et le début du ixe siècle, au cœur même de la Gothie, sur les marges des anciennes cités de Béziers, Lodève et Nîmes. L’emboîtement des espaces évoqué par la documentation écrite nous conduit de la « ville » vers le monde rural, du cadre idéal et affectif de la cité épiscopale à l’horizon local de l’habitat et des finages que les contemporains ont eu plus de difficulté à conceptualiser.

Du pagus à l’episcopatus : les circonscriptions englobantes

Évolution générale

2Du cartulaire d’Aniane à celui de Gellone, les formules utilisées ne sont pas toujours identiques, mais tout au long de la période carolingienne, elles ont en commun le souci d’introduire la localisation d’un alleu par une référence constante au territoire de la cité dans lequel il est inclus. Pagus, territorium, comitatus et episcopatus sont les quatre termes les plus utilisés pour désigner ce territoire. Leur usage dans le temps n’est pourtant pas aléatoire et il ne s’agit pas de synonymes exacts.

  • 1 L. Schneider, « Territoires savants, territoires vécus dans l’ancienne Gothie. De la villa tardo-a (...)

3Jusqu’aux années 1060-1080, les scribes adoptent une procédure de localisation plus ou moins normative, héritée en grande partie du haut Moyen Age, mais le flottement sémantique des termes utilisés aux xe-xie siècles sous l’effet des transformations du paysage bâti en obscurcit la compréhension. Généralement une terre est attachée non pas à un territorium comme dans la France du Nord mais à un terminium ou à une villa ; au terminium d’une villa ou d’un castrum lorsque les choses deviennent plus claires. Cellule territoriale de base, cette première maille est parfois située à son tour dans une vicaria ou un municipium puis dans la circonscription d’une cité. À partir du dernier tiers du xie siècle, cette grille est modifiée. La référence au cadre spatial de la vieille civitas devient progressivement désuète tandis que la paroisse quadrille les campagnes et que les noms de vieux terroirs sont désormais attachés à des sites d’habitat devenus les principaux repères de toute localisation1. Le vocabulaire se simplifie, on est désormais in villa de Pabeirano ou in ejus terminio, apud Caxanegues ou encore ad Giniacum.

  • 2 L. Cassan et E. Meynal, Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscr (...)
  • 3 C. An., n° 234, p. 362-363.
  • 4 C. An., n° 247, p. 373-374.

4En 972, le vicomte de Lodève Ilduin cède à Aniane tout ce qu’il possède dans la villa de Carcares dont une église dédiée à saint Martin. L’ensemble est localisé in pago Biterrense, in vicaria popianense, in villa Carcarese2. Moins d’un siècle plus tard, entre 1036-1059, un couple vend son alleu de la villa colombarios3 située cette fois-ci in comitatu Biterrense, in parrochia Sancti Martini Carcariense. Tandis que comitatus est substitué à pagus, le ressort vicarial s’est effacé et l’organisation paroissiale se met en place. Enfin, entre 1094 et 1107, la paroisse est devenue le seul élément de localisation. On situe désormais une terre simplement in parrochia Sancti Martini de Carcares4 sans faire référence au comitatus. Les cartulaires d’Aniane et de Gellone aident à mesurer la chronologie de cette mutation. Entre 950 et 1000, 97 % des chartes localisant un bien font référence à l’aire d’influence d’une cité, qu’il s’agisse d’un pagus ou d’un comitatus. Dans la première moitié du xie siècle, ce repère concerne 72 % des chartes, puis on passe brutalement à 36 % entre 1050 et 1100, 29 % entre 1100 et 1150 et seulement 3 % dans la seconde moitié du xiie siècle Une étude sémantique aide à affiner les traits majeurs de cette évolution.

Pagus et territorium

  • 5 L. Schneider, « Les agglomérations de tradition antique dans les sources médiévales languedocienne (...)

5Dès la fin du viiie siècle, les diplômes royaux et impériaux du cartulaire d’Aniane puis les scribes d’Aniane et Gellone n’utilisent qu’un seul terme, pagus, terme dominant jusqu’aux années 950. Jamais totalement éclipsé, pagus est encore utilisé entre 1100 et 1150, même si la courbe décroît fortement ensuite. C’est encore ce terme qu’on utilise dans la seconde moitié du xiie siècle, alors que toute référence aux grandes circonscriptions devient exceptionnelle. Son acception recouvre l’ensemble du territoire dominé par une cité épiscopale, aux contours assez rigides et jointifs en zone littorale5.

  • 6 Schneider, Ibid., p. 33-34. Et L. Schneider, « Dans l’ombre de Montpellier. Espace, pouvoirs et te (...)

6Il est pourtant un autre terme, ignoré de la chancellerie impériale ou royale, qui reste employé dans la longue durée de manière concomitante avec pagus. Dès la première moitié du ixe siècle, territorium est d’un usage courant. L’expression appartient à un style savant qui introduit une procédure de localisation généralement plus complexe, par exemple dans le cas de Maguelone, « pays » bicéphale où cité épiscopale et chef-lieu comtal correspondent à des sites bien distincts. Ces procédés ont été approfondis ailleurs6.

Comitatus et episcopatus

  • 7 P. Alaus, L. Cassan et E. Meynal, Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après l (...)
  • 8 C. Gel., n° 36, p. 37.
  • 9 C. An., n° 316, p. 434. Mais déjà en 918, J. Rouquette, Cartulaire de Béziers (Livre Noir), Paris- (...)
  • 10 C. Gel., n° 111, p. 97.
  • 11 C. Gel., n° 280, p. 232.
  • 12 1002, C. Gel., n° 319, p. 263.

7Si les agglomérations de Béziers, Maguelone, Agde ou Nîmes comportaient chacune un siège comtal au ixe siècle, l’introduction d’une localisation par le comitatus demeure exceptionnelle avant la seconde moitié du xe siècle On ne compte que deux mentions, l’une pour Nîmes entre 877 et 8797, l’autre pour Lodève en 9308. Dans le dernier tiers du xe siècle, l’appellation se généralise puis supplante partout la vieille référence au pagus entre 1000 et 1050. Même Lodève, qui apparemment n’a eu qu’une charge vicomtale, est devenu un comitatus avant même que ne soit connu le nom du premier vicomte. Dans les deux cartulaires monastiques, celui de Béziers apparaît en 9599, Uzès entre 954 et 98610, Agde en 97211 et le plus tardif, celui de Substantion au début du xie siècle12.

8Au xie siècle, lorsque le terme est largement utilisé, son sens est peu ou prou équivalent à celui de pagus. La rareté des chartes antérieures à 950 ne permet guère de préciser s’il désignait à l’origine la partie d’un domaine public attribué à l’entretien d’un comte. Ainsi, des missi s’étaient emparés de deux villae, données autrefois par le comte Arnaud à Saint-Sauveur d’Aniane. L’empereur ordonne en 822 de restituer ces villae placées in pago Biterrense et non pas in comitatu bien qu’elles appartiennent selon toute vraisemblance au domaine public. La charte émane certes de la chancellerie carolingienne qui utilisait exclusivement le terme pagus pour localiser un bien. Le seul autre test n’est possible que plus tard. Dans la viguerie de Popian en Biterrois, divers biens sont indifféremment placés in territorio, in pago ou in comitatu Biterrense entre 959 et 990. La villa Sancta Eulalia est in comitatu Biterrense en 959 mais in pago Biterrense en 990. Inversement la villa Carcares est in pago Biterrense en 972 puis in comitatu Biterrense entre 1025 et 1036. Enfin l’église Saint-Amans est in territorio Biterrense en 978, mais la même année, la tour de Teulet distante d’à peine 500 m est située in comitatu Biterrense alors que les biens appartiennent au même lignage. Depuis la seconde moitié du xe siècle au moins, comitatus est une acception territoriale qui ne semble pas préjuger du statut des terres. L’appellation manifeste plus volontiers l’apparition de dominations régionales dont l’autorité de base est calquée sur la géographie des pagi, aussi petits soient-ils, tels Agde et Lodève.

  • 13 D. Barthelemy, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris, Fayard, 1993 (...)

9Que les patrimoines comtaux soient dispersés sur plusieurs comtés importe peu, les limites d’un comitatus se superposent à celles du pagus. C’est une impression de stabilité qui domine. Plusieurs comtés ont pu être associés sous une même autorité comme Agde et Béziers, comme un temps Lodève avec le Rouergue et le Gévaudan, mais l’on continue de dissocier chaque comitatus qui s’impose toujours comme une unité politique stable que respectent les partages successoraux. C’est là une spécificité méridionale qu’on doit opposer à la France du Nord. En Vendômois, les contours du pagus ont été plus plastiques, notamment par l’action des appropriations comtales sur le saltus. Comitatus y est aussi un terme peu usité jusqu’à la fin du xiiie siècle13.

  • 14 C. Gel., n° 34, p. 35.
  • 15 P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc ( (...)
  • 16 P. Tissiet, L’abbaye de Gellone au diocèse de Lodève. Des origines au xiiie siècle. Montpellier, 1 (...)

10Jusqu’au seuil du xiie siècle, comitatus reste en Languedoc le terme dominant des localisations de biens. Cependant, la formule in episcopatu X, in parrochia Y apparue autour des années 10314 fournit progressivement une grille concurrente. Dans la seconde moitié du xiie siècle, sa courbe d’utilisation est supérieure à celle du comitatus, puis toute référence à une grande circonscription territoriale disparaît. Toutefois, les deux cartulaires qui évoluaient de façon sensiblement parallèle deviennent discordants. Un seul acte d’Aniane adopte cette nouvelle formule tandis qu’elle est couramment utilisée à Gellone depuis le milieu du xie siècle La spécificité gellonienne s’aiguise encore si l’on procède à l’examen d’autres cartulaires régionaux. Celui de l’église de Béziers ne compte pas de mention de ce type et celui de Nîmes une seule, mais il s’agit d’une bulle pontificale. Ce qui surprend avant toute chose, c’est la précocité avec laquelle Gellone a adopté ce nouveau style. On peut suspecter l’authenticité des chartes antérieures aux années 1060. Un incendie avait alors détruit les archives du monastère puisque le chartrier fut reconstruit15. Dans le même temps, les moines ont sans cesse sollicité le siège romain pour se faire garantir la propriété du domaine. Par une bulle de 1066, le pontife prend Gellone sub tutela et protectione, protection régulièrement renouvelée jusqu’au milieu du xiie siècle16. C’est encore pendant cette période que Gellone parvient à se désengager de l’influence d’Aniane qui prétendait le soumettre. La recherche constante du « protectorat pontifical » entre 1066 et 1162 a sans doute concouru à faire adopter cette nouvelle formule de localisation, comportement zélé des scribes monastiques, qui reste spécifique à Gellone.

Entre passé et rénovation : la question des circonscriptions intermédiaires

11Un examen global des sources de la moitié orientale de la Septimanie, élargies à celles du Rouergue méridional, permet de dresser un catalogue des circonscriptions administratives sous-jacentes au pagus ou au comté, principalement aux ixe et xe siècles. Au-delà de la diversité du vocabulaire utilisé, un premier constat s’impose : cet inventaire révèle le caractère irrégulier de ces subdivisions. La vicaria, comme le ministerium ou le suburbium castri ne semblent pas correspondre à une division systématique du vieux pagus. La déficience des sources y est sans doute pour beaucoup, mais elle ne doit pas masquer l’existence de contrastes micro-régionaux liés à une diffusion et à une dénaturation diversifiées des institutions carolingiennes, ainsi qu’à l’histoire singulière de places dont les genèses s’enracinent parfois dans les derniers siècles de l’Antiquité.

Premiers accrocs au pagus : le suburbium des castra du ixe siècle

  • 17 L. Schneider, « Entre Antiquité et haut Moyen Age : traditions et renouveau de l’habitat de hauteu (...)
  • 18 Le suburbium du castrum de Substantion apparaît pour la première fois en 877 (C. An., n° 254, p. 3 (...)
  • 19 M. Gramain, « Castrum, structures féodales et peuplement en Biterrois au xie siècle », dans Struct (...)

12Les plus anciennes subdivisions repérables s’identifient au suburbium d’un castrum. En 877, la villa Warciago située à proximité du monastère d’Aniane est localisée in pago Magdalonensis, suburbio substancionensis cas-tri. Il ne peut s’agir ici du ressort immédiat du château, d’un faubourg, puisque la villa de Gassac en est distante de 30 km. La formule in suburbio castri n’est donc pas équivalente au sub castro des chartes du xie siècle, qui introduisent une notion de proximité topographique. Elle se réfère bien à une circonscription administrative, celle de l’aire de domination d’un castrum issu du haut Moyen Âge, sinon de la fin de l’Antiquité17. Comme le castrum de Substantion est associé à un siège comtal18, M. Bourin a pensé que le terme suburbium pouvait être utilisé pour désigner le ressort d’une place forte administrée par un comte ou l’un de ses fonctionnaires19. De fait, l’hypothèse peut être appuyée par d’autres exemples.

  • 20 C. An., n° 117, p. 259… in territorio Neumasense suburbio castro Andusiacence, sive infra ipsum pa (...)
  • 21 E. Germer-Durand, Cartulaire de l’église cathédrale Notre-Dame de Nîmes, Nîmes, Catélan, 1874 ; dé (...)
  • 22 C. Nîmes, n° 1, p. 3.
  • 23 L. Schneider, « Cité, castrum et “pays” : espace et territoires en Gaule méditerranéenne durant le (...)

13Dans l’arrière-pays nîmois, le castrum d’Anduze comportait lui aussi dès avant 821 un suburbium20. En 928, un certain Fredolon y est dit auctor vel defensor castro Andusia puis misso Raimundo comite21. Le castrum apparaît donc clairement comme un point d’attache précoce du comte de Rouergue dans l’arrière-pays montagnard du pagus nîmois. Du coup, le nouveau vicomte qui avait succédé avant 87622 au comte primitif de la cité semble avoir une charge réduite à une fonction urbaine23. On a peut-être là une illustration des moyens dont a pu disposer la maison de Toulouse pour s’assurer une reprise en main efficace du comté de Nîmes dans sa lutte avec les marquis de Septimanie.

  • 24 F. Journot, Archéologie des châteaux médiévaux de la montagne héraultaise. Haut bassin de l’Orb et (...)
  • 25 C. Gel., n° 96, p. 84.
  • 26 Schneider, « Les agglomérations de tradition, op. cit. », p. 35.
  • 27 Cl. Devic et J. Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, Paya, 1840-1846, réed. Nîmes, (...)

14Sur la marche occidentale du pagus biterrois, dans la haute vallée de l’Orb à la limite du Lodévois, l’exemple du castrum de Lunas doté d’un suburbium en 909 peut aussi aller dans le sens d’une attribution comtale, même si le témoignage est plus tardif. S’il est tenu tout au long du xiie siècle par les vicomtes de Béziers, la maison de Toulouse ne manque pas de réaffirmer ses droits sur lui dans la seconde moitié du siècle24. Au sud-ouest de l’Auvergne, le castrum de Carlad, siège d’une vicomté, comporte encore un suburbium dans le second tiers du xie siècle25. Au nord de Narbonne, la région du Minervois, dans la première moitié du ixe siècle, est identifiée à un pagus qui reste associé au suburbium de Narbonne, entendons le ressort comtal de Narbonne26. Dans le dernier tiers du siècle, un plaid est tenu ante castro Menerba, désormais doté de son propre suburbium27. Tout comme Carlad, le castrum est devenu le chef-lieu d’une vicomté au xie siècle. L’emploi de suburbium semble bien réservé en Septimanie au ressort des plus vieilles forteresses publiques, contrôlées par des agents de l’administration comtale, vicomtes, viguiers ou vassaux.

15Ces nouvelles structures qui participent au premier découpage du pagus ont aussi atténué, sinon modéré, les pouvoirs vicomtaux traditionnels, demeurés fixés dans les vieilles cités épiscopales. Ces quelques mentions rompent l’apparente stabilité des pagi de l’ancien marquisat de Septimanie et obligent à penser cet espace en termes de ruptures, d’enclaves et de contrastes.

  • 28 H. G. L. (1840-1846), t. II, n° 145, c. 697 (899)…in comitatu Nemosense atque in suburbio castro S (...)
  • 29 Arch. départ. Gard, H 106 f°13r… in pago Magadolense, in suburbio de castro Mormellico.
  • 30 C. Mag. n° 4, p. 6… et est predicta ecclesia… in comitatu Sustencionensi, in suburbio castri Magal (...)

16Une géographie des premières forteresses se dégage. En Septimanie centrale, ces premiers castra sont attachés avant tout à l’arrière-pays montagnard. La partie occidentale de l’ancien pagus de Nîmes est organisée par trois castra principaux, tous apparus dans les textes au ixe siècle. Sauve28 et Anduze contrôlent le piémont et les premières vallées cévenoles, tandis que le ressort d’Issunas se confond avec la vicaria Ariensis aux confins du Lodévois, du Rouergue et du Gévaudan. Si le castrum de Substantion n’est pas un site d’arrière-pays, son suburbium s’étend principalement dans la partie montagnarde de l’ancien pagus de Maguelone désormais fractionné. Dans le pays de Maguelone se trouve encore le castrum de Mormellicum/Saint-Bauzille-de-Montmel. Mentionné pour la première fois en 816, il est implanté dans l’arrière-pays dans la zone des garrigues29. Bien qu’attesté plus tardivement signalons, cette fois-ci sur le littoral, le castrum de Maguelone doté lui aussi d’un suburbium en 101030. Sur la rive droite de l’Hérault, en Lodévois, le suburbium du castrum des Deux Vierges s’étend en partie dans le bassin moyen du fleuve et contrôle plusieurs petites vallées. Enfin, dans la zone montagnarde du Biterrois, Lunas tient l’accès du Lodévois par la haute vallée de l’Orb, tandis que Cabrières plus au sud, est établi dans le piémont de la Montagne Noire en retrait semble-t-il des principales voies de communication.

  • 31 Deux exceptions cependant pour des castra implantés en bord de mer. Maguelone apparemment est un c (...)
  • 32 C. Lauranson-Rosaz, L’Auvergne et ses marges (Velay-Gevaudan) du viiie s. au xie s. La fin du mond (...)
  • 33 Schneider, « Entre Antiquité et haut Moyen âge », op. cit.

17En résumé, sept castra de haute époque, tous dotés d’un suburbium auquel il faut probablement associer le castrum plus tardif des Deux Vierges ; ils sont les instruments de nouvelles dominations comtales ou vicomtales dans les zones montagnardes de la Septimanie centrale. On a là une situation d’opposition très nette avec les zones de plaine, aux terroirs de vieille mise en valeur où les castra font défaut31. L’habitat y paraît aussi beaucoup plus dense, et ces territoires restent surtout dominés par le réseau urbain des vieilles civitates. Cependant, ces « châteaux » dotés de suburbia, ne sont pas les seuls à apparaître dans la documentation du ixe siècle. Voilà des mentions sèches de castra : forteresses habitées ou simples sites-refuges, antiques oppida intégrés au fisc et au domaine public mais sans doute abandonnés32 ? Seraient ainsi repérés les castra de Verdus en Lodévois, de Mèze et Montcalmès dans le pagus de Maguelone. La documentation écrite ne fait émerger qu’une part réduite de ces places. De récentes enquêtes archéologiques commencent à nous révéler que leurs origines sont non seulement antérieures au ixe siècle et donc à l’intégration de ces terres au monde franc, mais aussi que le semis de ces établissements fortifiés très divers était déjà dense au ve siècle33.

Sur les marges septentrionales de la Gothie : un vocabulaire différent

  • 34 E. Fournial, Cartulaire de l’abbaye de Vabres au diocèse de Rodez, essai de reconstitution d’un ma (...)
  • 35 F.-L. Ganshof, « Charlemagne et les institutions de la monarchie franque », dans Karl der Grosse. (...)
  • 36 C. Vabres, n° 2, p. 30-31 (863) Igitur notum sit omnibus aepiscopis, abbatibus, comitibus, vicecom (...)

18La situation du Rouergue méridional frontalier fait mieux ressortir la spécificité du suburbium castri. Non seulement celui-ci n’existe pas, mais il faut attendre la seconde moitié du ixe siècle pour qu’émergent les premiers ressorts administratifs inférieurs au pagus. Dès lors, à l’exception du terme vicaria, la variété du vocabulaire contraste avec les régions septimaniennes où la centena demeure inconnue et le ministerium très rarement employé tout comme aicis. Du reste, le terme le plus rare, centena, n’est utilisé que dans une seule charte du cartulaire de Vabres qui ne permet guère d’en préciser le sens exact34. Ce terme plutôt en usage dans les régions germaniques évoque aussi un peuplement militaire dans le nord de la Gaule mais reste inconnu en Septimanie et en Auvergne35. Vouloir chercher une différence subtile avec la vicaria ou le ministerium reste bien dérisoire. Tout au plus peut-on signaler une charte royale en faveur de Vabres où les centeniers sont évoqués après les viguiers, en quelque sorte comme les vicomtes le sont après les comtes, mais cette argumentation est bien maigre pour faire de la centena un découpage de la vicaria36.

  • 37 Lauranson-Rosaz, L’Auvergne et ses marges, op. cit., p. 342.
  • 38 C. Vabres, n° 41, p. 132-133 (885)… in pago Ruthenico in ministerio Curiense seu et Dodonisca vill (...)
  • 39 Un seul exemple, celui du Causse du Larzac. L’église de Saint-Étienne est localisée en 1087 direct (...)

19Aicis n’est pas plus éloquent. Fréquent en Auvergne entre 800 et 870, le terme supplante nettement celui de vicaria ou de ministerium dont il semble constituer un synonyme, puis il disparaît progressivement37. En Rouergue méridional, on ne le rencontre que dans une seule charte de 885 où son emploi n’est à priori qu’un effet de rhétorique38. Guère plus fréquent dans l’arrière-pays septimanien, aicis semble vidé de tout sens administratif. Il ne paraît désigner qu’un vague territoire géographique, dont on saisit mal les contours et qui n’est pas nécessairement rattaché au ressort d’un château. Si dans l’arrière-pays nîmois, entre Rouergue et Gévaudan, aicis est proche des expressions in vicaria Ariensi ou in ariensiense jusqu’au premier tiers du xie siècle, le terme ne semble plus avoir de contenu institutionnel mais reste commode à utiliser pour la localisation d’un bien dans des unités géographiques fort individualisées qui se superposent ou non à d’anciennes circonscriptions juridiques. À cet égard in aice n’est guère éloigné des expressions in valle X, ou encore in territorio X39.

  • 40 C. Vabres, n° 41, p. 133 (885) in pago Ruthenico… et in ministerio Tauronico, in vigaria de sancto (...)
  • 41 C. Vabres, n° 47, p. 152 (942) in pago Ruthenico… in valle Sorga, in ministerio Firmiaco in vicari (...)
  • 42 Vicaria Sancti Georgii (C. Vabres, n° 47, p. 151). Pour la viguerie de Couriac (par ex : 862, n° 3 (...)

20Ministerium et vicaria demeurent finalement les termes les plus communs en Rouergue méridional et la première expression reste spécifique au pays ruthène et à ses marges (Carladès). Ressort dans lequel s’exerce l’activité d’un délégué du comte ou du vicomte, son ministerium, on parvient difficilement à déterminer une notion de hiérarchie avec la vicaria si tant est qu’il y en eût une. Une première hypothèse ferait du ministerium une circonscription supérieure à la vicaria. La centena Tauronicense de 870, devenue un ministerium en 885, englobe en effet la vicaria de Saint-Georges40 et l’évolution est identique pour la centena Firmiacense. Qualifiée de ministerium en 942, elle recouvre la nouvelle vicaria de Saint-Affrique41. Pourtant, l’hypothèse tient difficilement au regard d’autres chartes. Ainsi l’église Sainte-Marie du castello Gosone est placée in vicaria Sancti-Georgii in ministerio Sancti Stephani et la plus ancienne viguerie du Rouergue méridional, Couriac est désignée alternativement comme un ministerium ou une vicaria à la fin du ixe siècle et au xe siècle42. Il faudrait dès lors opter pour un sens commun aux deux termes.

  • 43 Les ministeria de Sancti Stephani (C. Vab., n° 47 -942-), Sancti Ilari et Sancti Aniani (C. Vabres (...)
  • 44 J. Avril, « La “paroisse” dans la France de l’an Mil », dans Le roi de France et son royaume autou (...)

21On doit pouvoir néanmoins envisager une autre perspective d’interprétation. La fréquence des ministeria associés à un hagiotoponyme43 incite à établir une corrélation de l’institution avec une partie du réseau ecclésial. Du reste, ministerium désigne au même titre que parrochia une part de diocèse dans le capitulaire d’Hincmar et au xie siècle des diocèses du nord de la Gaule comme Orléans ou Autun étaient découpés en ministeria dans lesquels s’exerçait l’autorité d’un auxiliaire de l’évêque44. Faire du ministerium rouergat de la fin du ixe et du xe siècle un ancêtre de l’archiprêtré serait sans doute trop simplifier le problème, mais l’on reste tenté de distinguer deux types de circonscriptions différentes superposées ou non. Le ministerium qui s’accompagne aussi d’une mission de contrôle sur les desservants des sanctuaires se distinguerait du strict ressort de justice pour évoquer avant la lettre un lien de dépendance entre lieu de culte (public) et territoire mieux établi au xie siècle par l’ecclesia parrochialis.

Du suburbium des castra du ixe siècle aux vicariae du xe siècle

  • 45 Raimond, vicarii Salvensis signe le testament d’Almérade d’Anduze en 1052 (H.G.L. (1840-1846), t. (...)
  • 46 Sauve (C. Gel., n° 386, p. 322) ; Anduze (C. An., n° 115, p. 257) ; Lunas (E. Martin, Cartulaire d (...)

22Terme de loin le plus fréquent dans la documentation régionale, la vicaria entendue comme un ressort de justice ne participe pas à une division systématique de l’espace septimanien et n’est pas toujours clairement associée à un site castral. Une approche globale du phénomène menée à partir de données chiffrées gommerait ces disparités, aussi faut-il accorder une attention particulière aux cas les mieux documentés. Un premier groupe de vigueries parmi les plus anciennes se rattache directement aux castra du ixe siècle possédant un suburbium. Sauve est explicitement mentionné comme vicaria entre 996 et 103145, Anduze entre 1032 et 1060, Lunas en 988 et Cabrières en 97146. Autrement dit, ce type de viguerie se confond dès son origine avec le ressort des premières forteresses publiques.

  • 47 Schneider, « Les agglomérations de tradition antique, op. cit. », p. 37.
  • 48 C. Nîmes n° 66 p. 96 et n° 80 p. 130.
  • 49 C. Nîmes, n° 57, p. 97 (959)…in territorio civitatis Nemausensis, in castro Salavense, in terminiu (...)
  • 50 P. Bonnassie, La Catalogne au tournant de l’an mil, Paris, Albin Michel, 1990, p. 80.

23Ainsi, le castrum d’Anduze rayonne sur un vaste territoire diversement appelé47. De nouvelles vigueries organisent ou agrandissent ce ressort dans la seconde moitié du xe siècle : elles demeurent étroitement associées à la domination du castrum d’Anduze. Les vigueries nouvelles de la Salendrenque en 959 et d’Entre-deux-Gardons en 989 sont toutes deux placées in castro Andusiense48. Dans la région cévenole, le castrum carolingien s’identifie à une vaste circonscription territoriale qui se confond (ou se fractionne) parfois avec une simple vicaria au seuil du xie siècle, lorsque le terme devient de plus en plus désuet. Au sud d’Anduze, Sauve en fournit un autre exemple. En 959, près d’un siècle avant que n’apparaisse sa vicaria, des biens situés à plus de 10 km de la forteresse sont placés in castrum Salavense49. Ces châtellenies-vigueries rappellent sans équivoque les situations catalanes où le terme castrum sert à désigner non seulement la forteresse, mais encore les droits et les pouvoirs qui lui sont attachés et l’ensemble des territoires qu’elle domine50.

  • 51 J. Berthelé, « Les vigueries du pagus Magalonensis et le suburbium castri substantionensis au xe s (...)
  • 52 Schneider, id., p. 106.

24Sur la marche méridionale du Salavès, l’évolution du suburbium du castrum de Substantion traduit un mouvement différent du fait de l’accaparement précoce du domaine public par la montée de potentats locaux. L’épisode de la translation du siège comtal de Maguelone à Substantion ne joue ici qu’un rôle secondaire dans un processus plus global qui touche également des pagi limitrophes comme Béziers ou Lodève. En revanche, la dislocation du suburbium de Substantion est une métamorphose plus singulière. Le cas du castrum d’Agonès/Brissac, dossier déjà commenté en partie, rend compte de cette première disjonction qui annonce une organisation de type féodal51. Par ailleurs, la partie subsistante du suburbium de Substantion, soit un rayon d’une vingtaine de kilomètres au nord du castrum, s’étend en fait sur deux autres vigueries. Mentionnées pour la première fois dans le dernier tiers du xe siècle, les vicariae de Mormelicum (Saint-Bauzille-de-Montmel) et de Terrevias (Saint-Mathieu-de-Tréviers) disparaissent dans le courant du xie siècle52. Elles appartiennent en fait à un second groupe de vigueries qui s’identifient à d’anciens centres de sociabilité et non pas à des châtellenies comme Agonès/Brissac, Sauve ou Anduze. Au-delà des continuités physiques de l’habitat, il faut percevoir l’existence d’un ressort coutumier où se tenaient encore les assemblées d’hommes libres, justices paysannes que vont progressivement s’efforcer de régenter ou d’étouffer les potentats locaux. Ce qui est finalement révélateur ici, c’est que Tréviers et Montmels ne sont pas devenus des sièges de châtellenie aux xie-xiie siècles.

  • 53 Montferrand : première mention en 1132 (castrum de Monte Ferrando, dans A. Germain, C. Chabanneau, (...)

25Les sources textuelles et archéologiques sont trop faibles pour bien saisir cette mutation, mais il paraît clair que la mise en place des premières seigneuries banales reste liée dans cette partie du Substantion à la prise de contrôle des ressorts traditionnels où s’exerçait une justice coutumière. Trois castra parmi les plus puissants du comitatus s’établissent finalement en périphérie des anciennes vigueries de Tréviers et Montmel. Le castrum de Montferrand mentionné pour la première fois en 1132 domine la plaine de Tréviers tandis que les castra de Sommières et Castries émergent dans le courant du xie siècle sur les marges de l’ancien ressort vicarial de Montmel53.

  • 54 J.-B. Elzière, « Arisitum/Hierle : la fin d’une énigme ? Le siège épiscopal mérovingien d’Arisitum (...)
  • 55 C. Nîmes, n° 3, p. 6. Sur Nages : A. Parodi, C. Raynaud et J.-M. Roger, « La Vaunage du iiie siècl (...)

26Il convient donc de distinguer deux types de vigueries, celles qui s’identifient distinctement au ressort d’une forteresse comme Agonès, Sauve ou Anduze et d’autres généralement issues d’un habitat groupé ancien comme Montmel dans le pays de Maguelone, Millau en Rouergue ou Nages en Nîmois. Dans le dernier tiers du xe siècle en Substantion, l’association castrum-viguerie n’est pas encore systématiquement établie. On tient là un trait d’opposition avec le comté de Nîmes. Non seulement les nouvelles vigueries sont intégrées au ressort d’une forteresse dominante comme à Anduze, mais les vieux centres de sociabilité ne résistent pas aux attaques précoces de l’aristocratie qui en détourne les sièges. Ainsi en est-il du ressort vicarial de l’ancien vicus d’Arisitum progressivement assimilé à l’aire de domination du castrum d’Issunas54. Ailleurs dans le pagus nîmois, d’autres vigueries liées à des habitats groupés d’origine gallo-romaine disparaissent tout simplement. La vicaria Valle Anagia, mentionnée en 87955, s’efface dès la fin du siècle.

Du territoire administratif au finage : fragmentation castrale (fin xe-milieu xiie siècle)

L’émergence de nouveaux territoires

  • 56 La viguerie d’Agonès disparaît après 1070 (dernière mention C. Gel., n° 69, p. 62), le castrum de (...)

27L’une des difficultés posées par le développement des seigneuries banales tient au fait qu’il ne suit pas le mouvement d’apparition des vigueries, celles-ci demeurant en définitive peu nombreuses. Or à partir de la fin du xe siècle, le nombre des points fortifiés puis des castra augmente un peu partout et l’on n’éprouve plus la nécessité de les associer à une vicaria. Le schéma le plus simple ferait apparaître les nouveaux castra dans le ressort ou sur les marges des vicariae du xe siècle : soit que les maîtres des premières châtellenies délèguent à leur tour une partie de leur pouvoir à des auxiliaires, soit que l’aristocratie s’implante dans de vieux ressorts coutumiers. Ce canevas pourrait s’appliquer à quelques cas de l’arrière-pays montagnard. On a vu par exemple que les castra de Sommières, Montferrand et Castries émergent au xie siècle sur les marges des vicariae de Montmel et Tréviers au moment où celles-ci disparaissent tandis que Brissac semble prendre le relais de la viguerie d’Agonès dans la haute vallée de l’Hérault56.

  • 57 Schneider, « Dans l’ombre de Montpellier », op. cit., p. 107-109.
  • 58 Rappelons l’existence du fisc de Juvignac qui s’étendait en 799 jusqu’en bordure de mer, et celui (...)
  • 59 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale (879-1166). Contribution à l’étude des structures di (...)
  • 60 C. Nîmes, n° 118, p. 186… in comitatu Gavallitano, in vicaria de Valle Dedas propre ipsa aqua que (...)
  • 61 C. Nîmes, n° 161, p. 261 (1092)…in comitatu Nemausense, in vicaria de Valle Dedas in terminio cast (...)

28Il est rare cependant de pouvoir réunir un dossier de textes susceptible d’éclairer un tel scénario. Aussi faut-il se contenter de témoignages plus indirects comme ceux de Mauguio et de Dèzes. Le nouveau castrum de Mauguio est apparu dans le ressort d’une vicaria préexistante57. Castrum comtal, son ressort s’identifie avec un mandement, peut-être taillé sur une terre fiscale58 ou sur une terre d’Eglise selon le processus qu’a illustré J.-P. Poly pour le cas provençal59. La vicaria de Dèzes apparaît en 101960. Elle s’étend dans la partie supérieure du Gardon d’Alais et est intégrée au comitatus Gavallitano. À la fin du xie siècle, Dèzes est passé au comitatus de Nîmes et possède un nouveau castrum dans son ressort61. Le trait révélateur dans cette dernière mention est la terminologie utilisée pour désigner le ressort de ce nouveau château. Un glissement s’est opéré. Effet de dichotomie, on distingue désormais clairement le castrum ou le castellum, point fortifié, du territoire où s’exerce l’action de ses troupes. Cette assise encore en expansion n’est plus celle des vieilles circonscriptions publiques mais déjà celle d’un finage ou d’un terroir comme il en est depuis le ixe siècle de la villa et de son terminium. Signe majeur de cette évolution, une plus grande intimité du castrum avec les cellules rurales de base se fait jour, tandis que s’effacent les vieilles circonscriptions publiques.

  • 62 C. Gel., n° 141, p. 121 (1013)…in comitatu Biterrense in terminium de castro Popianense in ejus te (...)

29Dans l’appendice nord-oriental du Biterrois, la cohésion de la viguerie de Popian qui couvrait environ 70 km2 dans la seconde moitié du xe siècle est atteinte au siècle suivant par la construction de trois nouveaux territoires castraux (fig. 1). Si l’on continue épisodiquement jusqu’à la fin du xie siècle de faire référence au vieux ressort public pour localiser un bien, on ne manque pas dès 1013 de distinguer l’assise propre du castrum de Popian désormais contractée à un simple terminium62.

L’impact sur l’espace rural

  • 63 Les cas sont nombreux dans les régions de plaine. Parmi les premières mentions : 990 : castrum que (...)

30Les nouveaux castra interviennent sur l’organisation de l’espace rural : le fractionnement de vastes territoires de dominations politiques à l’échelle d’un ou de plusieurs terroirs correspond au passage d’un territoire administratif à un finage. Dans les zones de colonisation, la construction de ces nouveaux territoires se fait avant tout aux dépens du saltus. Dans les zones basses, celles des bassins de contact et des vallées fluviatiles, pays de mise en valeur ancienne, elle dût composer avec les réseaux d’habitats préexistants. Ici et là, le terminium employé au pluriel signale la fluidité de la situation territoriale, le castrum absorbant progressivement des terroirs dans un jeu de concurrence difficile à déterminer. Ailleurs, l’évocation d’une villa associée à la forteresse63 laisse supposer que des pôles d’habitat mieux enracinés ont pu freiner ce mouvement lorsque le château est installé à trop forte distance.

  • 64 C. Béz., n° 62, p. 71 : 65.
  • 65 H. G. L. (1840-1846), t. III, n° 155, p. 517.
  • 66 C. An., n° 92 p. 230 (1182) et n° 82, p. 220 (1183) : elle s’étend infra municiones et extra… infr (...)

31La greffe castrale entraîne de considérables métamorphoses dans le maillage des finages préexistants et va de pair avec la mise en place d’un nouveau système de prélèvement qui ajoute aux charges domaniales classiques la force de la contrainte sur tous ceux qui vivent dans ce que le seigneur châtelain estime être désormais sa seigneurie, in meo domino in castro et in villa de Lignano et in totis terminiis ejus déclare celui de Lignan en 103064. Au-delà d’un ressort fixe, susceptible d’être agrandi, le pouvoir des châtelains s’exerce dans l’environnement et le voisinage de la forteresse : in castro Andusiae et in succidemtum ejus en 105265. Ce territoire devient une « dominicature66 ».

  • 67 de Nebodionense (H.G.L., t. III, n° 58, p. 444 -966-) ; in Cappariense (C. Béz., n° 46, p. 48 -990 (...)

32Enfin, entre 950 et 1030, dans la période qui précède le grand déploiement des structures castrales, ce ressort est évoqué plus globalement comme un « pays » par l’ajout du suffixe « ense » réservé semble-t-il à des forteresses magistrales qui étaient pourvues d’un siège vicarial. Seraient ainsi repérés le Nébouzon, le Ladarez, le Cabraires, le Nébianais67.

Esquisse d’une typologie des nouveaux territoires castraux (xie-xiiie siècle)

  • 68 Gramain, « Castrum, structures féodales », op. cit., ; M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Ba (...)

33À partir du xie siècle quel est le niveau d’impact des nouveaux pôles castraux sur l’espace rural ? On connaît mieux aujourd’hui les rythmes et les densités du développement des mailles castrales du bas-Languedoc, mouvements qui accompagnent après 1080 le passage d’un habitat rural ouvert à un village fortifié68. Au-delà de la question épineuse de la morphologie castrale, cette mutation pose également le problème des densités de l’implantation du castrum en Languedoc.

34Malgré le déséquilibre de la documentation qui privilégie volontiers les zones basses et intermédiaires au détriment de l’arrière-pays montagnard, les densités castrales languedociennes reflètent des disparités micro-régionales qui ne sont pas toutes imputables à l’état des sources. Du Biterrois au pagus de Maguelone, au sud d’une ligne qui relierait Vieussan, Faugères, Cabrières, Aumelas, Lavérune et Villeneuve-les-Maguelone, le castrum est omniprésent. Depuis le xiiie siècle au moins, le territoire d’un castrum touche au territoire d’un autre castrum. Dans cette zone, la multiplication des castra après 1080 traduit avant toute chose, la modification de la morphologie des sites d’habitat les plus dynamiques. En Biterrois pays de l’enchâtellement languedocien par excellence, la maille se resserre à un tel point que des sites villageois d’origine castrale comme Lignan, Espondeilhan, Margon ou Fouzillon ont actuellement des assises territoriales réduites en dessous de 600 hectares.

Figure 1 : La viguerie de Popian en Biterrois

Figure 1 : La viguerie de Popian en Biterrois
  • 69 Abeilhan compte 780 ha, Coulobres 300 ha, Bassan 679 et Boujan 701 ha.
  • 70 Sur « Les Servian » C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne ; parenté et patrim (...)

35À une dizaine de kilomètres de Béziers, le cas du castrum de Servian peut fournir une image de l’impact des seigneuries châtelaines les plus dynamiques dans l’organisation de l’espace rural. Au xiiie siècle, il a étendu sa domination sur un vaste territoire : les vieux centres d’habitat du haut Moyen Âge ont périclité et des sites nouveaux, apparus aux xe-xiie siècles, à distance du castrum ont perdu tout dynamisme. La primauté du castrum se marque encore par l’existence d’une couronne de villages eux aussi d’origine castrale mais réduits ici à des aires de domination beaucoup plus étroites. Si l’assise communale de Servian couvre aujourd’hui 4 000 hectares, les villages périphériques atteignent à peine 800 hectares69. L’exemple de Servian montre aussi la différence d’échelle et de statut que masque le seul terme castrum. Servian est un exemple remarquable de la réussite d’un lignage dynamique70, mais d’autres cas révèlent des situations moins hiérarchisées où des concurrences seigneuriales trop fortes ont conditionné un équilibre relatif et limité des processus de regroupement (castra de Magalas et Puissalicon).

  • 71 C. Mag., n° 94, p. 187 : villam de Exindrio, villam de Amancione, villam de Maurino et villam de C (...)
  • 72 Parodi, La plaine du Languedoc oriental, op. cit., p. 646-647.

36D’autres micro-régions languedociennes connaissent des densités castrales beaucoup plus faibles. Deux secteurs principaux se dégagent : le Lodévois et le bassin moyen de l’Hérault en Languedoc central ; la région orientale et septentrionale du pays de Maguelone et la zone sud-ouest du Nîmois. Ici, la présence du castrum répercute un impact beaucoup plus contrasté. La grande distance séparant chaque castrum dans les zones basses (6 km entre Mauguio et Castries, 12 km entre Castries et Lunel, ou Lunel et Sommières) a favorisé le maintien et/ou l’émergence d’un réseau d’habitats satellites plus ou moins subordonnés. Un texte de 1156 en rend compte pour le cas du castrum de Villeneuve-les-Maguelone. À cette date le castrum ne réunit pas de simples terminia comme dans les plaines du Biterrois et de l’Agadès mais compose avec des sites de villae bien vivaces dont certains sont actuellement des chefs-lieux de commune71. Le château qui devient aussi un centre de peuplement dominant à la fin du xie siècle draine les populations des habitats périphériques dans un rayon de 2 km. À l’extérieur de cette zone, à moins de 4 km, un autre réseau de sites subsiste sous la forme d’écarts (chefs-lieux de paroisse ou sièges de petites communautés). Enfin, au-delà de 4,5 km, des villages ouverts se maintiennent ou se développent sans jamais atteindre cependant l’importance prise par le castrum72. Cette ceinture de petits villages à distance du castrum comporte des habitats ouverts qui s’intercalent aux confins des aires de domination de plusieurs castra. Dans la zone orientale du pays de Maguelone, le ter-minium d’un castrum ne confronte pas toujours celui d’un autre castrum.

  • 73 O. Ginouvez, L. Schneider, « Un castrum des environs de l’An Mil en Languedoc central : le Rocher (...)
  • 74 Durand, « Regroupement des hommes », op. cit., et Durand, Les paysages médiévaux, op. cit., p. 109
  • 75 Gibret, Deux-Vierges, Nébian, Les Salses, Malaviel, Montpeyroux, Verdus, Lauzières, L’Héras.
  • 76 Parlatge, Aubaigue et Le Bosc.
  • 77 Mourèze, Clermont, Fozières et Soubes.

37En Lodévois ou dans le bassin moyen de l’Hérault, pays où la densité castrale est elle aussi atténuée, la situation est encore plus originale. Sur le flanc méridional du Massif Central, les castra, à l’image du site des Deux Vierges ou de Montpeyroux, ont été nichés sur des hauteurs, dominant l’habitat ancien enraciné dans la plaine. Occupant des sites de lisière, le castrum des Deux-Vierges étend au xie siècle sa domination sur des sites pionniers (villare) établis dans les vallées rayonnant à ses abords. Dans le cadre de l’emprise globale de la châtellenie, il coiffe aussi les paroisses des vieux terroirs de la plaine, mais ne s’impose pas comme un foyer de peuplement73. Le regroupement de l’habitat s’est effectué en contrebas, autour de centres paroissiaux (Saint-Jean-de-la-Blaquière et Saint-Saturnin), de part et d’autre du plot rocheux où était perché le château. Habitat aristocratique et militaire, le castrum des Deux Vierges demeure un siège de pouvoir et de commandement jusqu’à son abandon. Comme dans la garrigue nord-montpelliéraine, la transformation des sites castraux primitifs en bourgs de peuplement ne s’effectue pas ou s’effectue mal74. Sur seize castra connus par une mention explicite ou signalés par un anthroponyme avant 1150, neuf ont été abandonnés à la fin du Moyen Âge75, trois subsistent comme simples hameaux76 et quatre seulement ont généré un village fortifié aujourd’hui chef-lieu de commune77. On peut donc parler d’un échec de l’enchâtellement lodévois.

  • 78 L. Schneider, « Habitat et genèse villageoise du haut Moyen Age. L’exemple d’un terroir du biterro (...)

38Si l’on quitte les contreforts du Massif Central pour observer quelques implantations basses sur la rive gauche du bassin moyen de l’Hérault, le modèle braudélien d’organisation de l’espace avec centre, périphérie et marge, n’est plus aussi explicite. Suivons le cas du castrum du Pouget. À partir des années 1030, un habitat aristocratique et militaire est implanté au sein d’un secteur fortement peuplé. Un siècle plus tard, le site s’impose comme un centre de peuplement dynamique78. Jusqu’ici le schéma n’est guère différent du cas de Mauguio ou des situations biterroises. C’est en fait le troisième cercle, celui des marges, qui l’en distingue. Cette ceinture ne correspond pas exclusivement à des castra périphériques comme en Biterrois ou à des habitats ouverts sans fonction polarisatrice comme aux abords de Mauguio. Au contraire, cette couronne de villages continue d’exercer une attraction sur les voies de communication et semble jouir d’une relative autonomie entre les territoires castraux. Certains connaissent un tel dynamisme qu’ils atténuent la prédominance des noyaux de peuplement castraux.

39On tient là un point nouveau susceptible d’expliquer la faiblesse et parfois même l’absence du réseau castral dans ce secteur périphérique aux grandes abbayes de Gellone et d’Aniane mais aussi plus globalement le rôle modeste qu’ont joué la plupart des sites castraux. À l’opposé du système latial où des établissements monastiques comme Farfa ont joué un rôle actif dans le processus d’incastellamento, des monastères languedociens comme Aniane et Gellone dans le bassin moyen de l’Hérault ou Psalmodi aux confins des pays de Maguelone et de Nîmes ont contrarié les initiatives laïques. Comme en Mâconnais, la carte des châtellenies s’interrompt à l’approche des territoires soumis au ban monastique. Dans le quart ouest du pays lodévois et dans toute la partie orientale du pagus de Maguelone s’ouvre une vaste zone où les castra sont absents parce que ces secteurs sont tenus par la crosse abbatiale. Au-delà d’un déterminisme géographique qui impute après 1070 une partition de l’espace languedocien entre zone de relief et zone de plaine où les castra continuent de s’accroître, il faut encore envisager l’hétérogénéité des densités castrales dans une perspective qui tienne compte d’une histoire comparée des patrimoines de l’Église et des laïcs.

Conclusion

40De pagus à episcopatus, les termes semblent prolonger un sens stable, celui qui depuis l’Antiquité s’assimile à l’aire de domination légale d’une cité sur ses campagnes. Mais pour peu que l’on effectue des pauses dans cette longue chronologie et que l’on tente un regard croisé avec la documentation archéologique, émergent alors des temporalités différentes. La stabilité apparente du pagus, terme dont l’emploi se généralise au ixe siècle dans la documentation locale ne masque plus la phase de « déterritorialisation » qui a précédé et qui a profondément modifié ce qu’était la cité de l’Empire. Jamais les scribes d’Aniane, de Gellone, de Nîmes ou de Béziers n’ont localisé un bien in civitatis X. Si les ixe et xe siècles renouent ensuite avec une idée plus forte de la territorialité civile ou sacrée des vieilles et des nouvelles cités, la documentation écrite locale laisse néanmoins percevoir au gré de l’évocation des circonscriptions intermédiaires la survie, la transformation ou la disparition de conglomérats territoriaux complexes et hétérogènes que les contemporains ont eu des difficultés à identifier et à nommer. La diffusion des institutions carolingiennes – dont il faudrait d’ailleurs mieux mesurer la réalité sur ces terres exotiques – et la reconstruction d’une territorialité savante composent alors avec des repères géographiques de commodité comme la vallée mais aussi avec d’anciens pôles locaux du peuplement issus le plus souvent de la phase dès les ive-viiie siècles, tandis que la territorialisation graduelle des pouvoirs aristocratiques dessine une nouvelle géographie de l’espace du pagus. Cette complexité est bien plus qu’une simple superposition de strates territoriales car les interactions existent entre chacune d’elles.

41Dans cette longue évolution, la disparition rapide au seuil du xiie siècle, d’une référence au cadre territorial de la civitas dont le pagus, le comitatus et pour finir l’episcopatus ont été des relais, apparaît comme une étape décisive parce qu’elle laisse place à un nouveau paysage, celui des seigneuries châtelaines, des paroisses, des villages et des hameaux qui ressortent d’une nouvelle pratique de l’espace et des pouvoirs. À un niveau intermédiaire, celui des réseaux locaux du système de peuplement, l’évolution du castrum témoigne lui aussi de cette évolution. Agglomération ou modeste réduit fortifié bien souvent issu des derniers siècles de l’Antiquité, il est réactivé au cours des ixe et xe siècles par des initiatives comtales et vicomtales, devient alors une place publique, un chef-lieu territorial puis un château privé, centre dynamique d’un territoire bien plus modeste mais désormais polarisé.

42Les mots du territoire paraissent être d’abord ceux des projections spatiales des pouvoirs, et les temporalités différentes que l’on a tenté d’évoquer répondent surtout aux changements de nature de ces pouvoirs.

Notes

1 L. Schneider, « Territoires savants, territoires vécus dans l’ancienne Gothie. De la villa tardo-antique à la villa du haut Moyen Age et à la paroisse », dans Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne, Hommage à Guy Barruol, Revue Archéologique de Narbonnaise, supplément 35, Montpellier, 2003, p. 355-366.

2 L. Cassan et E. Meynal, Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscrits originaux : cartulaire d’Aniane, Montpellier, Société Archéologique de Montpellier, 1898 ; désormais C. An., n° 253, p. 378-379.

3 C. An., n° 234, p. 362-363.

4 C. An., n° 247, p. 373-374.

5 L. Schneider, « Les agglomérations de tradition antique dans les sources médiévales languedociennes : le cas des chefs-lieux territoriaux », dans J.-L. Fiches (dir.), Monographies d’archéologie méditerranéenne, t. 13 et 14, Lattes, 2002, (p. 33-38), p. 33.

6 Schneider, Ibid., p. 33-34. Et L. Schneider, « Dans l’ombre de Montpellier. Espace, pouvoirs et territoires dans le pagus de Maguelone durant le haut Moyen Âge », dans J. Vial, Le Montpelliérais (hérault 34-3), Carte Archéologique de la Gaule 34,3, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris, 2003, p. 98-112.

7 P. Alaus, L. Cassan et E. Meynal, Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscrits originaux : cartulaire de Gellone, Montpellier, Société Archéologique de Montpellier, 1900, désormais C. Gel., n° 113, p. 99.

8 C. Gel., n° 36, p. 37.

9 C. An., n° 316, p. 434. Mais déjà en 918, J. Rouquette, Cartulaire de Béziers (Livre Noir), Paris-Montpellier, Picard-Valat, 1918 ; désormais C. Béziers, n° 17, p. 12… in regno Septimanie in comitatu et territorio Biterrense in villa Aureliago.

10 C. Gel., n° 111, p. 97.

11 C. Gel., n° 280, p. 232.

12 1002, C. Gel., n° 319, p. 263.

13 D. Barthelemy, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xive siècle, Paris, Fayard, 1993, p. 131-132.

14 C. Gel., n° 34, p. 35.

15 P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc ( xie-xiiie siècle), CTHS, Paris, 2001.

16 P. Tissiet, L’abbaye de Gellone au diocèse de Lodève. Des origines au xiiie siècle. Montpellier, 1933, rééd. du Beffroi, 1992, p. 151-160.

17 L. Schneider, « Entre Antiquité et haut Moyen Age : traditions et renouveau de l’habitat de hauteur dans la Gaule du sud-est », dans M. Fixot (dir.), Paul-Albert Février de l’Antiquité au Moyen Age, Actes du colloque de Fréjus, 7 et 8 avril 2001, PUP, 2004, p. 173-200.

18 Le suburbium du castrum de Substantion apparaît pour la première fois en 877 (C. An., n° 254, p. 379 ; A. Durand, « Propositions de datation pour quelques documents du cartulaire d’Aniane », Études sur l’Hérault, N. S., 2-3, 1986-1987, p. 36 pour la datation du document).

19 M. Gramain, « Castrum, structures féodales et peuplement en Biterrois au xie siècle », dans Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (xe-xiiie s.), Rome, 1980, (p. 119-133), p. 124.

20 C. An., n° 117, p. 259… in territorio Neumasense suburbio castro Andusiacence, sive infra ipsum pagum villam cui vocabulum est Berthomates.

21 E. Germer-Durand, Cartulaire de l’église cathédrale Notre-Dame de Nîmes, Nîmes, Catélan, 1874 ; désormais C. Nîmes, n° 32 et 33, p. 56-59.

22 C. Nîmes, n° 1, p. 3.

23 L. Schneider, « Cité, castrum et “pays” : espace et territoires en Gaule méditerranéenne durant le haut Moyen Age. L’exemple de la cité de Nîmes et du pagus de Maguelone (ve-xie s.) », dans P. Cressier (éd.), El Castillo y La Ciudad. Espacios y Redes (ss. VI-XIII), Actes du colloque Castrum 8, Baeza, Espagne, 25-28 sept., 2002, Madrid, Casa de Velazquez, (sous-presse).

24 F. Journot, Archéologie des châteaux médiévaux de la montagne héraultaise. Haut bassin de l’Orb et bassin de la Lergue xe-xive siècle, thèse, 3 vol., Rennes II, juin 1990, dactyl, p. 107.

25 C. Gel., n° 96, p. 84.

26 Schneider, « Les agglomérations de tradition, op. cit. », p. 35.

27 Cl. Devic et J. Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, Paya, 1840-1846, réed. Nîmes, Lacour, 1993-1994 ; désormais H. G. L. (1840-1846) ; t. II, n° 98, c. 660-61… in pago vel territorio Narbonense, suburbio Minerbense.

28 H. G. L. (1840-1846), t. II, n° 145, c. 697 (899)…in comitatu Nemosense atque in suburbio castro Salavense, in valle Ocilianense ecclesiam sancti-Saturnini cum villa torta.

29 Arch. départ. Gard, H 106 f°13r… in pago Magadolense, in suburbio de castro Mormellico.

30 C. Mag. n° 4, p. 6… et est predicta ecclesia… in comitatu Sustencionensi, in suburbio castri Magalonensis, juxta castrum Melgorii, in loco qui vocatur Rodairolas.

31 Deux exceptions cependant pour des castra implantés en bord de mer. Maguelone apparemment est un castrum post-carolingien et Mèze, ancienne agglomération antique, ne semble pas doté d’un suburbium.

32 C. Lauranson-Rosaz, L’Auvergne et ses marges (Velay-Gevaudan) du viiie s. au xie s. La fin du monde antique, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, 1987, p. 369.

33 Schneider, « Entre Antiquité et haut Moyen âge », op. cit.

34 E. Fournial, Cartulaire de l’abbaye de Vabres au diocèse de Rodez, essai de reconstitution d’un manuscrit disparu, Rodez-Saint-Etienne, Archives Historiques du Rouergue, XXI, 1989 ; désormais C. Vabres, n° 37, p. 117 (870)… in pago Rutenico, in duabus centinis unum Firmiacense et alium Tauronicense ipsum locum vocabulum ipsius Sanci Vincentii.

35 F.-L. Ganshof, « Charlemagne et les institutions de la monarchie franque », dans Karl der Grosse. Band I, Persönlichkeit und Geschiste, 1965, Düsseldorf, (p. 349-394), p. 377 ; Lauranson-Rosaz, L’Auvergne et ses marges, op. cit., p. 342.

36 C. Vabres, n° 2, p. 30-31 (863) Igitur notum sit omnibus aepiscopis, abbatibus, comitibus, vicecomitibus, vicariis centenariis, judicibus.

37 Lauranson-Rosaz, L’Auvergne et ses marges, op. cit., p. 342.

38 C. Vabres, n° 41, p. 132-133 (885)… in pago Ruthenico in ministerio Curiense seu et Dodonisca villa cujus vocabulum est Boscho… et in ipso aice alia villa… et in ipso aice alios mansos… in ipso aice similer alios mansos… similer in ipso aice alios mansos… in ipso ministerio alio manso.

39 Un seul exemple, celui du Causse du Larzac. L’église de Saint-Étienne est localisée en 1087 directement in territorio Larzacgus (Gel., n° 450, p. 267), ou encore in terra que vocatur Larzacgus entre 1077 et 1099 (C. Gel., n° 451 et 452 p. 368-369). La moitié méridionale, celle du comitatus de Lodève, est désignée entre 1031-1060 in yaice Alagone (C. Gel., n° 139, p. 119). Sur la relation vicaria-valle, voir Schneider, « Les agglomérations de tradition antique, op. cit. », p. 36.

40 C. Vabres, n° 41, p. 133 (885) in pago Ruthenico… et in ministerio Tauronico, in vigaria de sancto Georgio.

41 C. Vabres, n° 47, p. 152 (942) in pago Ruthenico… in valle Sorga, in ministerio Firmiaco in vicaria Sancti Affricani in villa Mauriaco.

42 Vicaria Sancti Georgii (C. Vabres, n° 47, p. 151). Pour la viguerie de Couriac (par ex : 862, n° 3), pour le ministerium (par ex : 942, n° 47 et 1105-1108, n° 12).

43 Les ministeria de Sancti Stephani (C. Vab., n° 47 -942-), Sancti Ilari et Sancti Aniani (C. Vabres., n° 9 -945) ne sont jamais désignés comme vigueries.

44 J. Avril, « La “paroisse” dans la France de l’an Mil », dans Le roi de France et son royaume autour de l’an mil, Paris, Picard, 1992, (p. 203-218), p. 206, 216.

45 Raimond, vicarii Salvensis signe le testament d’Almérade d’Anduze en 1052 (H.G.L. (1840-1846), t. III, n° 154, p. 517).

46 Sauve (C. Gel., n° 386, p. 322) ; Anduze (C. An., n° 115, p. 257) ; Lunas (E. Martin, Cartulaire de la ville de Lodève dressé d’après des documents inédits, Montpellier, 1900, n° 11, p. 11-19) ; Cabrières (C. Béz., n° 34, p. 31).

47 Schneider, « Les agglomérations de tradition antique, op. cit. », p. 37.

48 C. Nîmes n° 66 p. 96 et n° 80 p. 130.

49 C. Nîmes, n° 57, p. 97 (959)…in territorio civitatis Nemausensis, in castro Salavense, in terminium de Ezatis et in terminium de Bragancianicus.

50 P. Bonnassie, La Catalogne au tournant de l’an mil, Paris, Albin Michel, 1990, p. 80.

51 J. Berthelé, « Les vigueries du pagus Magalonensis et le suburbium castri substantionensis au xe s. », Archives de la ville de Montpellier, n° 3, 1901, (p. 482-501), p. 485-490 ; A. Parodi, La plaine du Languedoc oriental au haut Moyen Age (du ive à la fin du xie siècle) : textes et archéologie de l’espacerural, thèse de doctorat, Paris I, 1992, dactyl., p. 560-562 ; L. Schneider, « Dans l’ombre de Montpellier. Espace, pouvoirs et territoires dans le pagus de Maguelone durant le haut Moyen Âge », dans J. Vial, Le Montpelliérais (Hérault 34-3), Carte Archéologique de la Gaule 34-3, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Paris 2003, (p. 98-112), p. 105-106.

52 Schneider, id., p. 106.

53 Montferrand : première mention en 1132 (castrum de Monte Ferrando, dans A. Germain, C. Chabanneau, Liber instrumentorum memorialium. Cartulaire des Guilhems de Montpellier publié d’après le manuscrit original, Montpellier, Société Archéologique de Montpellier, 1884-1888, n° 71, p. 129) ; Sommières : en 1029 (C. Gel., n° 6, p. 8) ; Castries : en 1095 (lo castel de Castria, dans Liber instrumentorum, op. cit., n° 383, p. 564) mais un homme porte le surnom toponymique dès 1010 (Dalmacium de Castriis, dans J. Rouquette, A. Villemagne, Cartulaire de Maguelone, t.1 (819-1202), Montpellier, Vallat, 1912 ; désormais C. Mag, n° 4, p. 7).

54 J.-B. Elzière, « Arisitum/Hierle : la fin d’une énigme ? Le siège épiscopal mérovingien d’Arisitum certainement au Vigan », Liens des Chercheurs Cévenols, n° 54, 1983, p. 77-79 ; A. Soutou, « Localisation du “castrum Exunatis”, chef-lieu de la viguerie d’Arisitum du ixe au xiie siècles » Annales du Midi, t. 96, n° 166, 1984, p. 199-209 ; Schneider, « Les agglomérations de tradition antique », op. cit., p. 35.

55 C. Nîmes, n° 3, p. 6. Sur Nages : A. Parodi, C. Raynaud et J.-M. Roger, « La Vaunage du iiie siècle au milieu du xiie siècle. Habitat et occupation des sols », Archéologie du Midi Médiéval, t. 5, 1987, (p. 3-60), p. 49-50.

56 La viguerie d’Agonès disparaît après 1070 (dernière mention C. Gel., n° 69, p. 62), le castrum de Brissac est mentionné pour la première fois en 1122 (C. Gel., n° 364, p. 297), mais des hommes portent le surnom toponymique depuis la fin du xie s. (Bertrand de Breisahc, 1097, C. Gel., n° 157, p. 150), Schneider, « Dans l’ombre de Montpellier », op. cit., p. 105-106.

57 Schneider, « Dans l’ombre de Montpellier », op. cit., p. 107-109.

58 Rappelons l’existence du fisc de Juvignac qui s’étendait en 799 jusqu’en bordure de mer, et celui de Corneilhan vers Psalmodi.

59 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale (879-1166). Contribution à l’étude des structures dites féodales dans le Midi, Paris, Bordas, 1976, p. 115.

60 C. Nîmes, n° 118, p. 186… in comitatu Gavallitano, in vicaria de Valle Dedas propre ipsa aqua que vocant Mimelta in terminium de Sancto Andrea que vocant Ad Incisa.

61 C. Nîmes, n° 161, p. 261 (1092)…in comitatu Nemausense, in vicaria de Valle Dedas in terminio castelli Calberte in valle Flandonenca, Autre exemple d’un castrum intégré dans le ressort d’une vicaria ; 1031-1060, C. Gel., n° 105, p. 91.

62 C. Gel., n° 141, p. 121 (1013)…in comitatu Biterrense in terminium de castro Popianense in ejus terminium dono manso uno. La dernière mention de la viguerie est entre 1060 et 1108 (C. An., n° 283, p. 408).

63 Les cas sont nombreux dans les régions de plaine. Parmi les premières mentions : 990 : castrum que vocant Paulianum… et in eadem villa (C. Béz., n° 46, p. 49) ; 1030 : castro et villa de Lignano (C. Béz., n° 62, p. 71).

64 C. Béz., n° 62, p. 71 : 65.

65 H. G. L. (1840-1846), t. III, n° 155, p. 517.

66 C. An., n° 92 p. 230 (1182) et n° 82, p. 220 (1183) : elle s’étend infra municiones et extra… infra terminios castri de Popiano et in confiniis et vicina ejus, videlicet in parrochia Sancti Baudilii et Sancti Amancii.

67 de Nebodionense (H.G.L., t. III, n° 58, p. 444 -966-) ; in Cappariense (C. Béz., n° 46, p. 48 -990) ; castellum Nibianense (C. An., n° 241, p. 368 -1038).

68 Gramain, « Castrum, structures féodales », op. cit., ; M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (xe-xive siècle), Paris, L’Harmattan, 1987, 2 tomes ; M. Bourin, « Le paysage bâti dans les campagnes bas-languedociennes : le temps de nos incertitudes », dans X. Barral et I. Altet (dir.), Le paysage monumental de la France autour de l’an mil, Paris, Picard, 1987, p. 409-414, 1990 ; A. Durand, « Regroupement des hommes et création du maillage paroissial dans la garrigue nord-montpelliéraine aux xe-xiie s. d’après le cartulaire d’Aniane », Actes du 110e Congrès national des Sociétés Savantes, Montpellier, 1985, p. 271-286 ; A. Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc (xe-xiie s.), Toulouse, PUM, 1998, rééd. 2004, p. 103-130.

69 Abeilhan compte 780 ha, Coulobres 300 ha, Bassan 679 et Boujan 701 ha.

70 Sur « Les Servian » C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne ; parenté et patrimoine dans les vicomtés de Béziers et d’Agde (900-1170), thèse manuscrite, 1994, t. II, 1, p. 105-108.

71 C. Mag., n° 94, p. 187 : villam de Exindrio, villam de Amancione, villam de Maurino et villam de Cocone […] sicud sunt de terminio castri de Villanova.

72 Parodi, La plaine du Languedoc oriental, op. cit., p. 646-647.

73 O. Ginouvez, L. Schneider, « Un castrum des environs de l’An Mil en Languedoc central : le Rocher des Vierges à Saint-Saturnin », Archéologie du Midi Médiéval, 6, 1988, p. 101-122.

74 Durand, « Regroupement des hommes », op. cit., et Durand, Les paysages médiévaux, op. cit., p. 109.

75 Gibret, Deux-Vierges, Nébian, Les Salses, Malaviel, Montpeyroux, Verdus, Lauzières, L’Héras.

76 Parlatge, Aubaigue et Le Bosc.

77 Mourèze, Clermont, Fozières et Soubes.

78 L. Schneider, « Habitat et genèse villageoise du haut Moyen Age. L’exemple d’un terroir du biterrois nord-oriental », Archéologie du Midi Médiéval.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La viguerie de Popian en Biterrois
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/8186/img-1.png
Fichier image/png, 71k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable