Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du médiéviste

 | 
Benoît Cursente
, 
Mireille Mousnier

Première partie. L'historiographie du territoire, à travers l'historiographie française

Une nouvelle lecture de l’espace rural : A. Déléage, La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du xie siècle (1941)

Jean-Loup Abbé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

André Déléage, La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du xie siècle, Mâcon, 1941, 3 vol., 1 474 p. (textes et appendices) + XXXI cartes.

  • 1 M. WINOCK, « Esprit ». Des intellectuels dans la cité (1930-1950), Paris, Le Seuil, coll. « Points (...)

1A. Déléage (1903-1944) a été l’étudiant de Marc Bloch à Strasbourg. Bibliothécaire à Toulouse puis à Paris pendant les années 1930, il prend une part importante dans la fondation de la revue Esprit1 tout en menant ses recherches scientifiques sur la Bourgogne médiévale sous la direction de M. Bloch. Il obtient une chaire d’histoire ancienne à la faculté des Lettres de Nancy après la soutenance de sa thèse en 1941 sur La vie économique et sociale de la Bourgogne dans le haut Moyen Âge. Entré dans la Résistance en 1942, il s’engage dans les Forces Françaises Libres et meurt au combat près de Luxembourg.

  • 2 « Les cadastres antiques jusqu’à Dioclétien », Études de papyrologie, II, Le Caire, 1934, p. 73-22 (...)

2Spécialiste de l’histoire agraire médiévale, il s’intéressa aussi aux cadastres romains et à la fiscalité2. Sa thèse, publiée sous le titre de La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du xie siècle, est essentielle : elle met en œuvre les propositions de M. Bloch sur l’étude des paysages ruraux et plus largement sur l’occupation du sol. Son apport à l’histoire du paysage et des parcellaires est de premier plan et tout à fait novateur. Il ouvre des voies que les historiens français n’ont réempruntées que beaucoup plus tard.

Établissement du corpus du vocabulaire spatial

3Le texte n’a pas été traité intégralement, sa longueur (698 p.) et l’étendue du champ lexical sollicité ne le permettant pas dans le cadre de ce travail. L’enquête a été conduite à trois niveaux :

  • notation des définitions essentielles dans l’ensemble du texte ;
  • prise en compte de la totalité du vocabulaire spatial dans les trois premiers chapitres, où il est particulièrement présent : « Le pays », « La végétation » et « Le défrichement » (p. 1 à 90) ;
  • sélection de passages significatifs. Seules les occurrences paraissant révélatrices ont été retenues :
    • ch. iv, « L’habitat », p. 95-103 (« L’habitat vers 1000 » et « L’habitat vers 750 ») et 112-113 (« Essai d’explication »),
    • ch. V, « Les terroirs », p. 129-143 (« Les terroirs du haut Moyen Âge »),
    • ch. vi, « La technique et les échanges », p. 149-156 (« L’agriculture », « La vigne »),
    • ch. vii, « La répartition de la terre », p. 226-251 (« Terre paysanne et terre seigneuriale : les données en Bourgogne »),
    • ch. viii, « L’exploitation paysanne », p. 253-261 (« Types de structures en Europe ») et 340-357 (« Sa contenance : le meix, les meix bourguignons, l’origine de l’exploitation paysanne »),
    • ch. ix, « La communauté de village », p. 368-384 (« La “terre commune” en Bourgogne »),
    • ch. x, « La seigneurie », p. 431-492 (« La contenance de la seigneurie : grande et petite seigneuries », « La topographie de la seigneurie »).

4256/698 p. (37 %) ont été ainsi prises en compte (les trois premiers chapitres et les sélections), aboutissant à un corpus de 287 occurrences. Le traitement des données a été réalisé sous un tableur Excel. Le mode d’établissement du corpus fait qu’un traitement statistique aurait eu peu de valeur. L’attention s’est donc concentrée sur le sens des mots.

5Les termes retenus, au nombre de 51, figurent sur la liste alphabétique ci-dessous. La distinction entre l’emploi au singulier ou au pluriel a été faite lorsqu’elle a paru pertinente. Le nombre entre parenthèses est celui des occurrences, les caractères sont en gras lorsqu’il est égal ou supérieur à 10 :

6Appendices (1), assolement (6), borne (1), bourg (1), champ (2), chemin (7), chevelu (1), colonge (1), concentration (1), concentré (1), curtil (1), damier (1), défrichement (10), dispersion (3), écart (1), écheveau (1), espacé (1), essart (7), essarts (3), étoile (1), exploitation (15), finage (1), frontière (1), groupement (1), habitat (5), habitation (1), hameau (3), îlot (1), intercalaire (1), lâche (1), limite (4), limites (1), mas (1), meix (11), microparcellaire (1), parcellaire (6), parcelle (6), pays (22), paysage (8), propriété (1), puzzle (1), quartier (5), rapproché (1), région (26), réseau (6), réserve (7), saison (1), sole (1), terrain (10), terre (28), terres (4), territorialité (1), terroir (10), terroirs (14), village (30).

Espace rural et recherche des origines

7Le propos d’A. Déléage est de comprendre l’organisation du monde rural bourguignon du haut Moyen Âge, en particulier sa structuration spatiale. Il conçoit cette étude comme une quête des origines qui l’amène à raisonner en termes de « civilisation » et à remonter aux plus hautes époques (la Préhistoire).

  • 3 Pour l’influence des écoles historiques allemande et anglaise sur M. Bloch, lire la préface de P. (...)

8Pour ce faire, il mobilise des sources d’investigation alors nouvelles en France et dont il a puisé la validité chez les historiens et archéologues allemands et anglais et plus directement chez son maître M. Bloch3. Il s’agit des sources planimétriques (« Le premier document de l’histoire agraire est la carte topographique », p. 1) : les photographies aériennes et surtout les plans parcellaires. Il fait aussi un très large usage de la toponymie, mais avec une conception aujourd’hui récusée, à savoir que la strate linguistique du toponyme renseigne directement sur la date d’apparition du lieu-dit. Une partie de ses propositions sur la genèse de l’occupation du sol est par là même invalidée. Les sciences de l’environnement ne sont pas oubliées : la botanique est mise à l’ouvrage et Déléage rend hommage, parmi ses maîtres, aux « phytogéographes » (p. VI). Enfin, le traitement quantitatif des documents est tout à fait impressionnant, même s’il est discutable sur plusieurs points de méthode (métrologie, « contrats » agraires…).

9L’espace de référence est la Bourgogne définie dans un premier chapitre (p. 21-37) comme un « pays ». La notion n’est pas explicitée : elle semble aller de soi. En fait, elle recouvre un « ensemble… de régions… géographiques » (p. 21 et 23) et correspond donc à un milieu physique, à une série de « paysages » (p. 37). Le paysage est reçu avec une perception héritée du romantisme comme harmonieux et homogène : « La ligne d’horizon de la falaise tonnerroise donne à ce paysage son harmonie et sa netteté » (p. 26).

10Les frontières de la Bourgogne sont celles d’ « aujourd’hui », c’est-à-dire les limites administratives englobant trois départements (Côte-d’Or, Saône-et-Loire, Yonne) car la réalité historique est trop mouvante (Déléage travaille sur une très longue durée, de la préhistoire au Moyen Âge). Or, cette Bourgogne géographique est « hétérogène » (p. 21), c’est une zone de « contact » (p. 689). Cette notion géographique de « contact » est essentielle : elle sous-tend la réflexion de l’auteur, sans qu’elle implique un quelconque déterminisme. Au contraire, il affirme par exemple que « la géographie n’explique pas l’habitat » (p. 92). Les contacts forgés dans l’histoire ont d’autres ressorts.

11Par conséquent, les limites historiques de la Bourgogne sont largement évacuées, en particulier les limites politiques antiques et médiévales telles qu’elles sont connues. Les cartes les ignorent : l’auteur les considère en fait comme inopérantes pour expliquer la répartition du peuplement qu’il fait remonter à la « préhistoire », autrement dit au néolithique. Son travail se caractérise donc par une absence de réflexion sur la « frontière » au profit d’un débat sur les « contacts » de « civilisations », maître mot de son vocabulaire.

Mots du terroir et lignes du paysage

12La compréhension historique de l’espace bourguignon est menée par une série d’études thématiques qui forment les chapitres de l’ouvrage (698 p. de texte) :

  • la végétation (ch. II, p. 39-65),
  • les défrichements (ch. III, p. 67-90),
  • l’habitat (ch. IV, p. 91-113),
  • les terroirs (ch. V, p. 115-148),
  • la technique et les échanges (ch. VI, p. 149-189),
  • la répartition de la terre (ch. VII, p. 190-251),
  • l’exploitation paysanne (ch. VIII, p. 253-360),
  • la communauté de village (ch. IX, p. 361-405),
  • la seigneurie (ch. X, p. 407-688).

13Globalement, la méthode est la même pour traiter l’occupation du sol (ch. ii à v) : à partir de la situation actuelle, il s’agit de retrouver l’état qui prévalait à une époque antérieure (l’an mil, l’Antiquité…) par régression. Ainsi, la répartition actuelle de l’habitat est décomposée, puis les stades antérieurs, pour trouver en définitive la phase historique qui correspond à la structuration fondamentale des formes de l’habitat. Élaboration d’une genèse, donc, plus que tableau du haut Moyen Âge qui occupe par contre les derniers chapitres (vi à x) consacrés à l’économie et à la société.

14Le concept de « civilisation » est essentiel. C’est la répartition de différentes aires culturelles qui fait la géographie de l’occupation du sol : « La structure agraire de la Bourgogne dans le haut Moyen Âge paraît s’expliquer en partie par la rencontre de deux civilisations. » (p. 695.) Qu’est-ce qu’une civilisation ? Le terme n’est pas défini, mais dans la conclusion de l’ouvrage est dressée la liste de ses composantes. Elles associent l’habitat, le terroir, l’exploitation rurale, l’organisation sociale et les techniques d’exploitation. Autrement dit, il s’agit d’un mode de vie agraire spécifique. Par la méthode régressive, Déléage remonte au néolithique : la Bourgogne se trouve sur une ligne de contact de deux aires culturelles essentielles qui partagent la France et même l’Europe occidentale : la civilisation des tumulus (indo-européenne, germanique) et celle des dolmens (méditerranéenne orientale : Égypte, Syrie…).

15L’auteur prend soin de souligner que « notre histoire agraire fait ressortir de lointaines ascendances, ce mot n’impliquant d’ailleurs aucune théorie ethnique et anthropologique » (p. 698). Cette remarque se comprend si l’on se rappelle que la thèse d’A. Déléage est soutenue et publiée en 1941 : il veut écarter toute équivoque idéologique. Le contexte est évidemment essentiel dans la sémantique de tout historien.

16La Bourgogne est d’abord étudiée à travers l’espace physique. La présence récurrente de la « terre » fait de ce terme un des mots les plus fréquents du vocabulaire de Déléage. Son usage est en fait double. Il correspond d’abord aux biens-fonds détenus par un exploitant ou un seigneur (terre d’Église, terre paysanne, etc.). Et, par ailleurs, il sert à décrire les sols qui font la particularité de telle ou telle région : terre à pisé, terre arable, bonnes terres… La reconstitution du paysage passé est primordiale, à travers l’examen de la végétation et des défrichements : le « paysage » est une notion (jamais définie) toujours associée au milieu naturel. C’est un décor, mais qui n’est pas figé, puisque les étapes de l’évolution de la couverture végétale sont recherchées afin de comprendre les modalités du peuplement. Le défrichement est l’interface principale des relations homme-paysage. L’étude en est par ailleurs assez sommaire (24 p.), ce qui n’est pas étonnant pour une analyse qui ne va pas au-delà du xie siècle et se fonde sur la toponymie. Il s’agit surtout de dégager les temps forts des défrichements, qualifiés de « gaulois » ou de « médiévaux » (p. 69-71). Les essarts, terme qualifiant les défrichements localisés, correspondent à un moment fort de la répartition de l’habitat à travers la fondation de villages : « Les derniers villages actuels… sont des défrichements médiévaux. » (p. 69.)

17L’habitat occupe une place essentielle : c’est un des critères de différentiation régionale. Il est défini de facto par sa typologie : le « bourg », utilisé comme synonyme de village, le « hameau », l’ « écart », ce dernier étant l’équivalent de l’habitat dispersé (p. 93). Déléage oppose fondamentalement les régions d’habitat concentré, avec les villages, et celles qui sont dominées par les hameaux et les écarts. Cette dialectique concentration/dispersion est centrale dans son analyse car elle renvoie à des processus de « civilisation » opposés (concentration = peuplement germanique en tribus ; dispersion = prégnance méditerranéenne des familles).

18Pour aborder les terroirs, A. Déléage se livre – c’est l’une des rares fois – à une série de définitions :

« Le terroir est l’ensemble de la surface cultivée d’une agglomération ou d’un groupe d’agglomérations. Il se divise d’abord en îlots ou parties de terroir bordées dans leur totalité ou leur presque totalité par des chemins. Les îlots se subdivisent souvent en quartiers de forme généralement régulière desservis généralement (sic) par des dessertes, chemins sans issue, ou par des servitudes de passage. Enfin les quartiers ou, directement, les îlots se divisent en parcelles ou espaces de terrain continu appartenant à un même possesseur. Le dessin des îlots d’une part, celui des quartiers et des parcelles d’autre part, sont des aspects différents de la configuration des terroirs qu’il est bon d’étudier séparément avant d’en étudier la synthèse. La carte des îlots n’est autre que celle des chemins ruraux. » (p. 115)

19La volonté de préciser les notions s’explique par la nouveauté des travaux sur les plans parcellaires en France dans les années 1930-1940. Cet effort de clarification est toujours d’actualité, sur cette question, d’ailleurs ! Ces définitions délimitent un espace emboîté (terroir/îlot/quartier/parcelle) dont la référence est l’ » agglomération », village ou hameau. Une place importante est accordée au « réseau » des voies qui enserrent les îlots. Là encore, l’opposition est marquée :

  • « réseau en étoile » : « Le terroir qui entoure chaque agglomération est divisé en secteurs ayant leur sommet au village et leur base au contact des terroirs voisins. » (p. 116),
  • « dessin en damier… déterminé par les grandes routes actuelles ou anciennes auxquelles les chemins communaux sont ou parallèles ou perpendiculaires. » (p. 117)

20L’espace rural est par conséquent structuré par le réseau viaire selon des configurations aujourd’hui relativement familières (réseau étoilé ou quadrillé), mais qui dénotent alors une analyse fine des traits dominants du paysage rural.

21La même importance est accordée aux parcelles : « Le problème essentiel est d’expliquer le système parcellaire » (p. 146), ce système étant conçu – mais pas défini – comme l’agencement des parcelles dans les quartiers de culture tel qu’il caractérise une région. Déléage distingue les parcelles irrégulières « en puzzle » et celles associées « en écheveau » (appelées aujourd’hui laniérées). Selon lui, « l’histoire même de chaque seigneurie est l’histoire du rassemblement des parcelles, des exploitations qui la composent, ou celle de leur éparpillement » (p. 492). Il faut insister sur la nouveauté en France de l’analyse des anciens parcellaires à travers les plans cadastraux : c’est une nouvelle lecture de l’espace rural au travers de nouvelles sources (les plans) et de nouveaux objets (les parcellaires).

La dimension spatiale des exploitations et de la seigneurie

22La description et l’analyse de l’économie et de la société pendant le haut Moyen Âge se manifestent par le croisement des données spatiales avec des sources écrites plus classiques. De l’économie agraire, il faut retenir une équivoque qui est loin d’être levée, celle qui porte sur le mot d’ « assolement » et sa confusion avec celui de « rotation ». Si le terme d’assolement n’est pas défini, la nature de l’ambiguïté est claire. L’assolement désigne à la fois :

  • un « changement de cultures » (p. 150), c’est-à-dire l’alternance blés d’hiver et de printemps, ce qui est en fait la rotation,
  • quant à l’ « assolement triennal » (p. 151), il est associé à la pratique « communautaire » des soles qui divisent le terroir (p. 255), ce qui est effectivement l’assolement, en tant que pratique agraire collective, distincte de la rotation.

23En abordant la question de l’ « exploitation paysanne », A. Déléage revisite ce qu’il entend par terroir et se livre une nouvelle fois à une série de définitions qui prennent la forme d’une réflexion sur le sens de termes latins qui sont toujours traduits et jamais conservés à la place d’une fuyante équivalence en français. C’est le cas avec ager et finis qui désignent soit un ensemble de finages constituant une viguerie, soit, plus rarement, une fraction de finage (p. 272). Le finage, correspondant au vocable villa dans les textes du ixe siècle, est alors défini comme « l’ensemble du terroir d’un village » (p. 297). Ce terme de villa, par exemple, n’est pas laissé tel quel, comme c’est souvent le cas aujourd’hui, même si sa polysémie n’est pas ignorée :

« L’habitation (en Mâconnais) est située en général dans un village ; c’est du moins ce que l’on peut admettre chaque fois qu’elle est désignée comme se trouvant in villa N sans autre précision, bien qu’à vrai dire villa signifie indifféremment village ou finage et ne préjuge par conséquent en rien de la situation de la maison. » (p. 275)

24L’exploitation rurale est définie par rapport « à la répartition géographique (groupée, disséminée) des parcelles cultivées et par rapport à leur nature (champ, vigne, pré…) » (p. 261) et à sa contenance. Son centre économique est la « maison » et « les bâtiments d’exploitation » (p. 281). Encore une fois, la prise en compte de la dimension spatiale est première : l’exploitation n’est pas seulement une unité fiscale, sociale, économique, mais traduit aussi une occupation du sol dont les variations sont confrontées. Pour cerner l’exploitation rurale, A. Déléage a encore recours à une présentation dichotomique de l’espace qui cherche à dégager des contrastes.

« La couture mâconnaise, c’est l’ancien terroir du village, ce sont les terres fertiles et légères auprès desquelles le groupe agricole s’est fixé, et où chacun possède une ou plusieurs parcelles. Ce n’est pas tout le finage qui comprend aussi des bois et des landes, ce n’est même pas tout le terroir arable, qui s’est peu à peu agrandi par défrichements individuels ou collectifs de lambeaux discontinus de terres d’usage. C’est la partie cohérente, la plus ancienne, le premier noyau du terroir arable. » (p. 301.)

25« Cohérence » et « discontinuité » sont les deux termes antagonistes d’une analyse de l’espace qui est orientée par le processus de genèse de l’occupation du sol : « fixation » près des bonnes terres/défrichements ultérieurs.

  • 4 L’auteur emploie le terme de « meix », en usage dans le nord-est de la France et en Bourgogne, à l (...)

26La seigneurie représente le plus long développement (40 % des 698 p.). Sa dimension spatiale est prise en compte, avec le même souci de comprendre les structures pour dégager des différences. La seigneurie du haut Moyen Âge est définie classiquement comme l’association d’une réserve et de manses4 (p. 431). L’étude des réserves est entreprise à partir du toponyme « condamine ». C’est l’occasion pour A. Déléage de relever les faiblesses de la méthode toponymique pourtant centrale chez lui. Le terme peut en effet cacher de multiples confusions d’époques, de lieux, de seigneuries, dit-il. Les « reconstitutions » opérées « ne relèvent pas d’une méthode historique rigoureuse » (p. 476). Quant à la structuration des manses, elle répond à des logiques spatiales qui contribuent à la typologie des seigneuries bourguignonnes : « La petite seigneurie comprend trois types principaux [de manses], le type ramassé, le type groupé et le type dispersé » (p. 479).

27L’« unité géographique » (p. 479) de la seigneurie est à chercher dans la répartition des terres et de villages. En fait, le « morcellement de ses possessions foncières » s’oppose à « son influence sur un ensemble géographique cohérent » à travers le château (p. 622). L’unité de la seigneurie est donc dans le ressort du pouvoir public du seigneur, de ses droits de châtelain, de ses droits de ban, et non dans ses possessions foncières. Deux structures d’encadrement territorial sont mises en parallèle : le cadre économique et le cadre politico-administratif, perçu comme spatialement cohérent. Une cohérence dont l’épicentre est le château. L’auteur cherche l’origine de ces territoires dans les vigueries carolingiennes (p. 624). Il relève la « coïncidence » des chefs-lieux et l’explique par le souci de trouver un lieu qui sert de refuge : refuge judiciaire (présence du juge) avec la viguerie, refuge militaro-judiciaire avec le seigneur et son château. Cette permanence n’est traitée, cependant, qu’à travers les listes de lieu et non les territoires contrôlés.

28La réflexion de Déléage, dans le domaine spatial, est principalement marquée par le souci de redécouvrir des correspondances. À la division de l’habitat : dispersion/gros villages, correspond celle des terroirs : quartiers laniérés/parcelles irrégulières en puzzle et réseaux viaires étoilés/quadrillés. La volonté de différencier les « civilisations », de faire de la Bourgogne une frontière culturelle, une zone de contact depuis le néolithique, l’amène à définir un espace doublement compris :

  • comme le révélateur de permanences se perdant dans la nuit des temps, une très longue durée, avec le risque de réduire à des épiphénomènes les mutations de l’occupation de sol et des structures sociales et économiques,
  • comme le lieu de fractures, de points de contact, et non comme une étendue homogène. C’est vrai pour le peuplement, l’empreinte agraire, mais aussi pour l’emprise spatiale des exploitations paysannes et des seigneuries foncières.

29Ce deuxième point apparaît aujourd’hui comme l’acquis le plus intéressant de cette recherche. L’espace rural est pris comme un révélateur du fonctionnement de la société, de ses changements. Cet espace n’est par conséquent pas inerte, mais vivant. C’est un apport décisif qu’A. Déléage a pu dégager à travers l’exploitation des sources planimétriques.

En complément : Petite histoire de la paysannerie française (1942)

  • 5 Paris, PUF, coll. « Bibliothèque du Peuple », 1942, 64 p.

30Dans une Petite histoire de la paysannerie française5, ouvrage à vocation éducative pour le grand public paru en 1942, l’année suivant sa thèse, A. Déléage est amené à définir l’espace rural à partir d’une définition de la seigneurie. Elle est présentée comme un groupement de terroirs voisins, mais où la discontinuité est opérée par l’enchevêtrement des seigneuries (p. 21). La continuité est rétablie à travers une hiérarchisation qui fait de la seigneurie un agrégat d’exploitations, les « meix » des tenanciers (22). Il s’agit là d’une description de la seigneurie foncière du haut Moyen Âge : la notion de terroir s’enrichit de celle de « territoire » à partir du xe siècle. En effet, le passage à la société féodale conduit à la mise en place d’une « seigneurie territoriale » (26). Le territoire est pris dans une acception juridique, administrative, alors que le terroir caractérise l’entité foncière.

31La « terre » est un terme-clé qui renvoie tout autant à l’espace agraire, à la forêt (p. 33) du saltus et à la globalité de l’espace rural : « la masse de la terre de France » (p. 34). Terre et paysan forment en effet un binôme emblématique du monde rural dans un texte qui se veut une synthèse accessible. Cet espace terrien n’est pourtant pas figé, mais en expansion continuelle. Les défrichements contribuent à dilater les terroirs des exploitations – le terme d’ « essart » revient fréquemment – aussi bien pendant le haut Moyen Âge qu’à l’époque centrale des xie-xiiie siècles, dans une activité qui semble continue et résultant de l’impulsion des monastères. Ils entament des zones non-agricoles, les forêts et les marécages, présentés comme un milieu compact et cloisonné, séparé des terroirs peuplés. Les conquêtes agraires se font « en pleine forêt, en plein marécage » (p. 28) et aboutissent à une nouvelle forme de peuplement, des « centres habités » (p. 28) qui se résument aux villeneuves et aux bastides.

Notes

1 M. WINOCK, « Esprit ». Des intellectuels dans la cité (1930-1950), Paris, Le Seuil, coll. « Points-Histoire », 1996.

2 « Les cadastres antiques jusqu’à Dioclétien », Études de papyrologie, II, Le Caire, 1934, p. 73-228 ; La capitation du Bas-Empire, Mâcon, 1945.

3 Pour l’influence des écoles historiques allemande et anglaise sur M. Bloch, lire la préface de P. Toubert à l’édition de 1988 des Caractères originaux de l’Histoire rurale française (A. Colin, Paris, p. 1541).

4 L’auteur emploie le terme de « meix », en usage dans le nord-est de la France et en Bourgogne, à la place de manse.

5 Paris, PUF, coll. « Bibliothèque du Peuple », 1942, 64 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable