Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Catholiques en Bretagne au xxe siècle

 | 
Yvon Tranvouez

Deuxième partie. Identités

Chapitre VI. Boquen et Landévennec : deux destins*

Texte intégral

  • * Landévennec et la Bretagne religieuse du xxe siècle, Landévennec, abbaye Saint-Guénolé, 20 (...)
  • 1 Voir par exemple Les Religieux aujourd’hui et demain, Paris, Cerf, 1964.

1Il peut sembler étrange, voire quelque peu paradoxal, de rapprocher ainsi, dans leur période contemporaine, deux lieux et deux aventures que tout oppose a priori. Il serait plus naturel de montrer l’originalité de Landévennec en regard de Timadeuc ou de Kergonan. On aurait vite fait de repérer des différences qui tiennent aux traditions particulières des diverses familles monastiques dont ces trois abbayes relèvent, les bénédictins de Subiaco pour la première, les cisterciens de la stricte observance (la Trappe) pour la seconde, les bénédictins de Solesmes pour la troisième. On remarquerait sans doute aussi que chacune a conduit à sa manière, plus ou moins résolue, plus ou moins audacieuse, les inévitables adaptations de la vie religieuse suscitées par le courant de l’histoire et le vent du concile Vatican II1. À continuer ainsi, on s’engagerait dans une réflexion instructive, assurément, mais somme toute étroitement monastique.

  • 2 Lucien Febvre, Martin Luther, un destin, Paris, PUF, 1988 (1re édition : 1928), p. VII
  • 3 J’adopterai systématiquement ici ces dénominations consacrées par l’usage. À l’inverse (...)

2Il en va tout autrement si, pour comprendre Landévennec, on regarde vers Boquen. Il apparaît alors que ces deux abbayes sont plus qu’elles-mêmes. On chercherait en vain à borner leur histoire aux limites de la clôture monastique : elle les déborde de toutes parts. Qu’ils l’aient voulu ou qu’ils l’aient subi, les moines de Boquen et de Landévennec se sont trouvés pris dans un réseau d’attentes et de projections – sociales et ecclésiales – qui ont fortement pesé sur eux. Avec des conséquences bien différentes sans doute : commencée en 1936, l’aventure moderne de Boquen s’est achevée brutalement quarante ans plus tard, alors que celle de Landévennec, qui remonte à 1950, continue aujourd’hui, et que rien ne permet de penser qu’elle ne se poursuivra pas. Par ailleurs, il s’est trouvé de part et d’autre de fortes personnalités dont on ne saurait sous-estimer l’influence. Le « problème des rapports de l’individu et de la collectivité, de l’initiative personnelle et de la nécessité sociale […] est, peut-être, le problème capital de l’histoire », écrivait en 1928 Lucien Febvre, dans l’avant-propos de son Luther2. À qui se penche sur l’itinéraire de Dom Alexis (1883-1965) ou de Dom Colliot (1906-1991), de Bernard Besret (né en 1935) ou du Père Jean de la Croix (né en 1934)3, ces lignes parlent forcément. Ce sont elles qui m’ont suggéré les quelques remarques exploratoires qui suivent.

Au-delà des ruines

  • 4 Voir pour Boquen, Le Message des moines à notre temps. Mélanges offerts à Dom Alex (...)

3Boquen, 1936, Landévennec, 1950 : sur le retour des moines dans les deux sites abandonnés, les photographies conservées témoignent des mêmes choses4. On ne voit que ruines à moitié enfouies sous la végétation sauvage. De part et d’autre, sur fond de stigmatisation de la décadence de l’Ancien Régime et des ravages de la Révolution, ce sont les mêmes descriptions désolées qu’on ne cessera de rappeler.

  • 5 Daniel-Rops, Trois images de grandeur, Paris, La Colombe, 1944, p. 62.

Quand, à l’automne de 1936, un homme pénétra, tout seul, dans le vallon abandonné de Boquen, écrit Daniel-Rops, il y avait deux siècles que l’abbaye vénérable n’était plus qu’une vaste carrière où tout le voisinage venait quérir, à bon compte, de la pierre bien taillée. Cernée par la forêt, à demi reconquise par elle, l’eau de ses bassins remplacée par la boue et le sédiment, le chemin d’accès lui-même perdu parmi les fondrières, Boquen n’était qu’un antre, une tanière à décourager un saint5.

  • 6 « Le renouveau… », op. cit., p. 84.

4De fait, Dom Alexis a dû quérir l’hospitalité d’un presbytère voisin avant d’emménager, vaille que vaille, dans les bâtiments de l’ancienne ferme, dont l’écurie servira de chapelle provisoire. Landévennec est à peine en meilleur état en 1950, lorsque l’abbaye de Kerbénéat fait l’acquisition de ce qui reste de l’ancien domaine monastique. Les quelques moines qui s’y installent en octobre vivront eux aussi « dans le dénuement des bâtiments de ferme transformés en couvent de fortune6 ».

5Transportons-nous maintenant à l’été 1965, qui voit à la fois la consécration, en juillet, de l’église du nouveau monastère de Landévennec, et celle, en août, de l’abbatiale restaurée de Boquen. À première vue, les choix sont radicalement opposés. À Landévennec, le retour des moines s’est fait sur une propriété somme toute assez vaste, dont les ruines de l’ancienne abbaye ne constituaient qu’un élément au bord de la rivière. La communauté, en pleine expansion, se trouvait à l’étroit à Kerbénéat. Pour le développement qu’elle espérait encore, il lui fallait un espace plus large, et c’est donc un nouveau monastère, résolument moderne, qui a été construit sur la hauteur. Les ruines sont restées telles quelles, à peine dégagées des friches qui les envahissaient, comme les traces d’un long passé, régulièrement visitées pour les grandes occasions. Elles seront bientôt confiées à l’attention des archéologues, puis livrées à la curiosité du public. Elles ne sont plus qu’un lieu de mémoire, en marge de la vraie vie monastique qui se déroule quelques centaines de mètres plus haut.

  • 7 Voir Xavier Henry de Villeneuve, Boquen. Dom Alexis Presse, Saint-Brieuc, Presses Bretonne (...)

6À Boquen, au contraire, les ruines ont été relevées, lentement et difficilement faute de moyens humains et matériels. La fidélité à l’art roman tient sans doute, pour une part, à la volonté de symboliser le retour aux sources de l’esprit cistercien, qui est au cœur de la démarche de Dom Alexis. Mais elle tient aussi, de manière plus contraignante, à la décision de l’administration des Beaux-Arts qui, en classant le site dès 1938, a imposé ses normes et son contrôle pour les travaux de restauration. Sur tel ou tel bâtiment où le Père Benoît Niogret, le maître d’œuvre de la petite communauté, se serait accommodé d’une toiture en fibrociment, plus économique, il a fallu adopter les ardoises du bon goût7. Le patrimoine y a gagné sans doute, mais non l’authenticité monastique, qui était d’un autre ordre.

  • 8 Louis Bouyer, « Retour aux sources et archéologisme », dans Le Message…, op. cit., (...)

7« Il est peu de sujets, écrivait en 1958 le Père Louis Bouyer, sur lesquels la considération historique des renaissances monastiques puisse faire réfléchir plus fructueusement que l’immense différence qu’il y a entre un retour aux sources et quelque archéologisme. Le premier est le moteur de toutes les vraies renaissances ; le second menace toujours d’être leur tombeau8. » Pas plus à Boquen qu’à Landévennec on n’a cédé à l’archéologisme : les pierres y ont fait signe, elles n’y ont pas fait loi. D’un côté comme de l’autre, le lieu médiéval a donc moins compté que l’innovation moderne. Il s’agissait d’être moine au xxe siècle, sans rapport fétichiste aux vestiges du passé. On n’a pas restauré, mais refondé.

Le piège breton

  • 9 Feiz ha Breiz, juin 1928.
  • 10 Voir Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. (...)

8En fait, ces vestiges n’étaient pas seulement médiévaux. Ils étaient aussi, et sans doute plus encore, bretons. Le retour des moines à Landévennec a été voulu, préparé et appuyé par le mouvement catholique breton en général, et par l’abbé Perrot en particulier. C’est lui qui y insiste une première fois au congrès du Bleun Brug, à Lesneven, en 1928, en des termes peu amènes pour les abbayes existantes : « Des moines, nous en avons eu, mais nous n’en avons plus. […] Quand donc viendra-t-il des moines pour élever en Basse-Bretagne un monastère qui sera un vrai monastère breton et non une maison française en Bretagne9 ? » L’ordre des mots est significatif lorsqu’il plaide pour redonner à Landévennec « une âme bretonne et chrétienne », alors que Mgr Duparc, en marge de la crise de l’Action française, vient de mettre ses diocésains en garde contre les dérives du nationalisme10.

  • 11 Cité par Marc Simon, « Landévennec, 1920-1940. Les approches d’une restauration », Chroniq (...)

9Sept ans plus tard, en 1935, le congrès de Pleyben se déplace une journée à Landévennec pour célébrer le millénaire présumé du retour des moines exilés un temps à Montreuil-sur-Mer. En magnifiant alors le souvenir de l’Abbé Jean de Landévennec, héros supposé de la résistance bretonne à l’invasion normande, on lie plus que jamais présence monastique et lutte nationale. Dans cette perspective, Landévennec, « terre sainte bretonne », selon le mot redoutable de l’abbé Perrot, appartient à la Bretagne et aux Bretons plus qu’aux moines qui pourraient y revenir un jour. On le voit encore lors du congrès de Plougastel-Daoulas, en 1937, qui fête le millénaire de la libération de la Bretagne en organisant le retour des reliques de saint Guénolé, fondateur de l’abbaye. « Nous apprenons que l’on reconstruit le monastère de Boquen, écrit peu après l’abbé Perrot. Ce serait une grande joie, pour la Bretagne entière, si l’on pouvait aussi se mettre, comme il y a mille ans, à reconstruire l’abbaye de Landévennec, la plus ancienne de Bretagne11. »

  • 12 « La vision de Pâques de Youenn Furic », O Lo Lê, n° 100, 18 avril 1943, cité par (...)

10La désignation d’un jeune prieur du cru, Dom Colliot, à la tête du monastère de Kerbénéat, en novembre 1937, lui laisse espérer une concrétisation de ses espoirs, mais la communauté hésite à se lancer dans une aventure coûteuse, aléatoire et surtout piégée par ces accents nationalistes. La guerre remet l’hypothèse à plus tard, mais l’idée qui la porte se maintient, voire se radicalise : « Mes amis, nous ressusciterons Landévennec, où a battu le cœur de la Bretagne, le berceau millénaire de la Tradition celtique », s’exclame un héros mis en scène par le périodique O Lo Lê, qui s’adresse, comme on l’a vu, à la jeunesse bretonne12. Sans doute, pour les frères Caouissin comme pour l’abbé Perrot, celtique rime avec catholique. Mais pour d’autres, au sein du mouvement breton, le catholicisme romain fait partie des fossoyeurs de l’héritage des Celtes. Du christianisme celtique à la tradition celtique préchrétienne, le chemin est facile, qui mène au néo-paganisme, comme cela s’est vu ailleurs, à la différence près que le regard se reporte ici sur le folklore druidique et non sur la mythologie germanique.

  • 13 Cité par Marc Simon, L’Abbaye de Landévennec, de saint Guénolé à nos jours, Rennes, Éditio (...)

11À la lumière de cette préhistoire, le retour des moines à Landévennec doit se lire, me semble-t-il, moins comme un triomphe du mouvement catholique breton que comme un désamorçage de ses connotations nationalistes. C’est l’afflux inattendu de vocations à Kerbénéat qui amène à relancer le projet parce que cette fois il correspond à un besoin proprement monastique : trouver une solution à l’exiguïté des locaux. Les tractations sont proprement bénédictines, même si, une fois la décision prise, en 1950, c’est au cours des fêtes du Bleun Brug à Saint-Pol-de-Léon que Dom Colliot en fait l’annonce publique, dans un discours soigneusement pesé, qui déconnecte les références nationalistes, rendues suspectes par les dérives de la guerre, et renverse l’ordre des valeurs du breton au catholique : « Landévennec, lieu témoin de la vie et des vertus de saint Guénolé, Landévennec, berceau du monachisme, et, pour une part, berceau de notre foi, Landévennec allait-il être morcelé définitivement ? Pouvions-nous, nous moines bretons, nous chrétiens de Bretagne, laisser pareille chose s’accomplir sous nos yeux13 ?… »

12Le lien entre Boquen et la cause bretonne est en quelque sorte inverse. Dom Alexis n’est pas arrivé porteur d’un projet breton mais d’un projet proprement monastique. Pourtant, assez vite, il lui a donné une couleur locale, et Boquen s’est fait peu à peu la réputation d’un foyer de spiritualité celtique. Les lieux s’y prêtaient peut-être : les voyageurs venus de Paris visiter Dom Alexis ont pu éprouver le même sentiment d’exotisme que ceux qui, un siècle plus tôt, allaient voir Lamennais à La Chesnaie. Là encore, Daniel-Rops est un bon témoin du glissement des références lorsque, après avoir évoqué l’abbaye « enracinée, solide dans la terre de Bretagne, faite du même granite où s’enfoncent ses bases, née de la même foi aussi qui fit ce qu’il est le peuple de ce pays », il décrit les derniers kilomètres de l’itinéraire qui y conduit :

  • 14 Daniel-Rops, « Dom Alexis et le message de Boquen », dans Le Message…, op. cit., p. 17.

Le val est écarté des grandes voies, d’abord secret et peu facile. Il a fallu quitter la route de Rennes à Lamballe, laisser même au croisement de Plénée-Jugon, la départementale, et suivre longuement des chemins contournés qui s’enroulent aux collines et passent et repassent inlassablement les ruisseaux. En avançant, on a senti qu’on s’enfonçait dans le mystère. Les biches viennent parfois paître dans la cour du couvent, et la nuit, les renards y crient. Brocéliande n’est pas loin, ni l’enchanteur Merlin14.

  • 15 Francis Le Squer, op. cit., p. 28.
  • 16 Cité par Ronan Caerleon (pseudonyme de Ronan Caouissin), Le Rêve fou des soldats d (...)

13Mais dans quelle mesure et comment passe-t-on de Merlin à Noménoé, de l’enchantement romantique à l’engagement nationaliste ? Ce point, on l’a vu, reste obscur. Dom Alexis ne figure pas dans la liste des « paladins » de l’Emsav Katolik dressée par Francis Le Squer, ni même dans celle de ceux qu’il situe en second rideau15. Il est sûr, pourtant, que pendant la guerre les liens se sont faits plus étroits. Le témoignage d’un ancien du Bezen Perrot sur les événements de 1944 est extrêmement net : « À la demande de Peresse [le chef de cette unité de combat, officiellement Bretonische Waffenverband der SS, engagée dans la lutte contre les maquis en 1944], Dom Alexis Presse avait accepté d’être le conseiller spirituel des jeunes volontaires chrétiens. En le quittant, Dom Alexis lui donna sa bénédiction. […] L’abbaye de Boquen abrita des armes pour le compte du Bezen16. » On a vu que Dom Alexis n’a vraisemblablement échappé à l’épuration que sur l’intervention du président du Comité Départemental de Libération des Côtes-du-Nord, Henri Avril, lequel savait sans doute par son frère dominicain, lui-même proche du Père Maydieu, les liens que l’Abbé de Boquen entretenait aussi – sans y voir apparemment de contradiction – avec les milieux de la Résistance catholique.

  • 17 Voir Jean-Jacques Gauthé, « Scoutisme et identité bretonne : les scouts Bleimor, d’O Lo Lê (...)

14A-t-on voulu effacer discrètement ce qui n’aurait été que l’égarement d’un printemps et d’un été ? Mais alors il faudrait expliquer par quelle entremise la cape que portait l’abbé Perrot au moment de son assassinat s’est retrouvée et conservée à Boquen : dans les années cinquante, il n’est pas rare que des troupes des scouts Bleimor se rendent à l’abbaye pour y faire bénir leur fanion et la lui faire toucher17. On sait aussi que Dom Alexis a organisé, en 1953, le retour à Boquen de reliques de saints bretons longtemps conservées à Paris, et qu’il a été, de 1938 à sa mort, chapelain des druides, bardes et ovates de Bretagne, accueillant même dans son monastère le Gorsed Kuz de 1953.

15Curieux chassé-croisé : l’abbé Perrot avait rêvé que Landévennec revivrait un jour, symbole évident de la cause bretonne, et c’est Boquen qui a recueilli son héritage pour les seuls initiés, dans des temps où s’afficher breton n’était plus de mise. Les lieux ne sont jamais, en définitive, que ce que les hommes en font.

Le pouvoir et le charisme

  • 18 Voir Bernard Besret, De commencement en commencement. Itinéraire d’une déviance, Paris, Se (...)
  • 19 Voir « Le Père Abbé Louis-Félix Colliot (1906-1991) », Chronique de Landévennec, n (...)

16Les hommes, ici, ce sont les moines, bien sûr, et surtout les supérieurs des deux communautés. À première vue, il semble que Boquen et Landévennec aient connu une évolution similaire. Avec Dom Alexis et Dom Colliot, voici d’abord le temps des pionniers, qui attribuent volontiers à la Providence, selon les convenances pieuses, le succès d’une entreprise pour laquelle ils n’ont pourtant ménagé ni leur peine, ni leur habileté à mobiliser la bourse ou les bras de leurs sympathisants. L’un et l’autre sont volontiers décrits par les témoins comme des personnalités au rayonnement contagieux : c’est ainsi que Dom Alexis a fasciné le jeune Jean-Claude Besret et déterminé son choix18, tout comme Dom Colliot a recruté, sans y songer, dans les différents oflags où la guerre l’a conduit19. Mais ils ont chacun bénéficié de relais efficaces. Celui de Daniel-Rops, le patron d’Ecclesia, assurément l’un des fabricants de l’opinion catholique, a largement contribué à la popularité de Dom Alexis. Dom Colliot a su utiliser au mieux celui du Bleun Brug sans s’y inféoder. C’est ce mélange de mystique et de réalisme qui leur a permis de mener à bien des travaux importants et d’assurer la vie matérielle de leur communauté, sans qu’on puisse faire exactement la part des choses, faute d’une histoire économique et financière des deux monastères.

  • 20 Sur l’influence des médias dans l’expérience de la Communion de Boquen, voir notam (...)
  • 21 Voir la « Chronique du monastère », Chronique de Landévennec, n° 23, juillet 1980, (...)

17Leurs successeurs ne se sont pas contentés de gérer l’héritage. Jeunes, animés l’un et l’autre du zèle des convertis, ils ont même fait, d’une certaine manière, tout autre chose. Tous deux, aussi, se sont fait une réputation au-delà de leur abbaye. Leur influence a été beaucoup plus liée que celle de leurs devanciers à leurs prises de parole et à leur médiatisation. Le fait est patent pour Bernard Besret, par ses conférences à Boquen, puis, après sa destitution en 1969, par ses multiples interviews et interventions en France ou à l’étranger20. Mais comment oublier, entre autres manifestations, l’audience des prédications télévisées du Père Jean de la Croix à l’occasion du carême de 198021 ? De part et d’autre s’impose le sentiment d’un charisme personnel très fort qui dépasse d’emblée le lieu d’où il émane.

  • 22 Bernard Besret, De commencement…, op. cit., p. 40.
  • 23 Bernard Besret, Confiteor. De la contestation à la sérénité, Paris, Albin Michel, 1991, p (...)
  • 24 Voir en particulier, de Bernard Besret : Boquen en crise, Paris, Éditions de l’Épi, 1970 ; (...)

18Dom Alexis avait choisi Bernard Besret pour poursuivre son œuvre, mais les années romaines, le souffle conciliaire, l’écart d’âge – un demi-siècle les séparait – et la différence des préoccupations eurent un effet radical. Dès 1965, le nouveau prieur avait conscience de jouer « une autre partie » que celle que son père spirituel eût souhaitée22. Ensuite tout est allé très vite : en cinq ans, l’abbaye de Boquen est passée de l’utopie médiévale aux questions postmodernes. « Le Boquen de Dom Alexis avait été une sorte d’enclave d’un autre temps dans le monde contemporain, a écrit plus tard Bernard Besret. Sous mon impulsion, le Boquen de la fin des années soixante continuait à être une enclave, mais cette fois par anticipation23. » Dom Alexis avait voulu, en effet, par-delà la surcharge des règles et des dévotions tridentines, retrouver l’idéal de la réforme cistercienne primitive et l’adapter au monde moderne. Bernard Besret s’est interrogé sur le sens profond de l’idéal monastique, ce qui l’a mené, avec d’autres, à une double contestation, du monde moderne et de l’Église établie, et à la recherche d’un christianisme critique, lyrique et politique, dégagé des pesanteurs institutionnelles et des frontières confessionnelles24.

  • 25 Voir Jean de la Croix Robert, La Falaise et l’horizon, Paris, Desclée de Brouwer, (...)
  • 26 Frère Louis, prieur, « Pour dire merci », Chronique de Landévennec, n° 66, avril 1991, p. (...)
  • 27 Guy Luzsenszky, op. cit., p. 201.

19À Landévennec, Dom Colliot n’a pas trouvé de dauphin. Lorsque, en 1970, fatigué, préoccupé par les tiraillements internes de sa communauté, il a renoncé à sa charge, c’est de l’abbaye de la Pierre-qui-Vire qu’est venu un jeune prieur, bientôt élu Abbé. Il sortait lui aussi d’une expérience romaine et conciliaire qui l’avait fortement marqué25. Sans aller jusqu’aux extrémités qui se sont vues à Boquen, le Père Jean de la Croix a, en vingt ans, profondément transformé la vie monastique à Landévennec. Réforme liturgique, avec en particulier le choix délibéré du français, œcuménisme, fondation en Haïti, développement de l’accueil au monastère : le Père Louis Cochou, qui lui a succédé en 1990, a sans doute raison de souligner que l’essentiel de son action a été de « faire entrer dans la vie concrète de la communauté l’esprit et les directives du Concile Vatican II26 ». Faut-il ajouter, sous bénéfice d’inventaire, que l’esprit l’a parfois emporté sur les directives, au risque de déstabiliser la tradition locale et d’ébranler quelque peu la clôture monastique ? Toutes proportions gardées, il se peut qu’il y ait une analogie entre le « coup de force souriant » des sœurs de Bethléem en 1976, liquidation objective de l’expérience de Boquen27, et le tranquille recentrage opéré par le Père Louis à Landévennec à partir de 1991.

  • 28 Voir Philippe Boitel, Lieux d’Église. L’Arbresle, Les Fontaines, Boquen, La Sainte-Baume, (...)
  • 29 Sur les mutations du Bleun Brug, voir Marc Simon, Bleun Brug : expression d’un idéal breto (...)

20Il est clair, en tout cas, qu’au cours de cette seconde période de la vie des deux monastères, le lien avec la cause bretonne a évolué de la même manière, par réduction. Tout en restant ouvert à ses dimensions culturelles, en particulier à travers la bibliothèque bretonne mise en place par le Père Grégoire Ollivier, développée par le Père Marc Simon et enrichie par les dons du docteur Lebreton, Landévennec s’est inscrit, sous l’abbatiat du Père Jean de la Croix, dans une perspective assez étrangère aux attentes du mouvement breton. Il est significatif que l’espoir de Job an Irien d’y promouvoir une liturgie bretonne ait été déçu et que cela ait contribué à l’amener à créer en 1984 le centre spirituel breton de Minihi Levenez. De même, à Boquen, Bernard Besret s’est montré assez indifférent aux références bretonnes. Si celles-ci sont réapparues au début des années soixante-dix, sous la forme des « journées celtiques » dans le cadre des rencontres de la Communion de Boquen, c’est au hasard du redéploiement à gauche de la question nationale, le combat breton n’étant plus dès lors – selon le langage de l’époque – qu’une variante de la lutte des peuples opprimés par le capitalisme mondial28. Les fidèles de Dom Alexis ne s’y sont pas plus retrouvés que les disciples de l’abbé Perrot dans l’évolution du Bleun Brug à partir de 197129. Les militants qui se sentaient bretons d’abord ont eu le sentiment d’un abandon ou d’une trahison de leur cause par les deux abbayes.

Réforme ou révolution ?

21Les points de rencontre ne manquent donc pas entre ces deux aventures. Mais à trop insister sur le parallélisme qui peut être établi entre Boquen et Landévennec, on finirait par oublier leurs différences irréductibles, ce qui fait qu’ils représentent précisément deux destins singuliers. Celui de Landévennec s’inscrit assurément dans la continuité d’une tradition. Bien insérée dans l’Ordre bénédictin en général, et dans la Congrégation de Subiaco en particulier, la communauté est stable, longtemps forte d’une quarantaine de moines alliant les compétences les plus diverses, du polytechnicien à l’ouvrier agricole, pour mener à bien l’implantation sur le nouveau site et l’aggiornamento de la vie monastique. Son histoire est au fond celle d’une accommodation réfléchie, progressive et réussie à la modernité. Un tel processus n’exclut pas les difficultés, voire les conflits, dont témoigne – même si c’est de manière feutrée – la démission de Dom Colliot et son remplacement par un administrateur extérieur à l’abbaye. Mais précisément, si crise il y a eu, elle s’est résolue dans le cadre de l’institution, sans être portée sur la place publique.

  • 30 Cité par Jean Gautier, « Une visite à l’abbaye de Boquen », dans Le Message…, op. (...)

22Boquen se place au contraire sous le signe de la rupture, récurrente et souvent tapageuse. Dom Alexis s’y est installé, tout seul, après avoir été démis de son abbatiat à Tamié par le chapitre général des trappistes, en raison d’initiatives jugées intempestives. Ceux qui le rejoignent peu à peu ne seront jamais très nombreux : souvent réduite à trois ou quatre, la communauté, très instable, ne dépassera jamais la dizaine de moines. Est-ce bien d’ailleurs un communauté ? Ne s’agit-il pas plutôt d’une sorte d’agrégation de religieux vivant en marge des abbayes établies et cherchant à repenser radicalement l’expérience monastique ? Canoniquement, d’ailleurs, il s’agit au départ d’une simple association diocésaine placée sous la juridiction de l’évêque de Saint-Brieuc. Ce n’est qu’en 1950 que Boquen est admis dans l’Ordre cistercien de la commune observance, réputé plus libéral que la Trappe, la stricte observance. Dom Alexis n’a cessé d’insister sur la « plasticité » de la règle de saint Benoît30, et Bernard Besret a poussé jus-qu’au bout cette logique, en introduisant à Boquen un mode de fonctionnement qui relevait du happening monastique permanent, au point de décourager quelques-uns des plus anciens compagnons de son prédécesseur et d’indisposer définitivement l’Abbé général de son Ordre. Landévennec est réformiste, Boquen est révolutionnaire.

  • 31 Voir Marc Simon, « Les Amis de Landévennec hier, aujourd’hui et demain… », Chronique de (...)

23Une deuxième différence fondamentale tient au rapport que les deux abbayes entretiennent avec l’extérieur. Landévennec est largement la conséquence d’une poussée du mouvement breton, mais jamais les moines ne se sont laissés gouverner par leurs supporters, qui auraient pu se révéler encombrants. Entre les moines et l’association des Amis de Landévennec, il y a une liaison purement instrumentale. Les laïcs mobilisent les fonds nécessaires à la construction du nouveau monastère, mais ils n’interfèrent jamais dans le fonctionnement interne de la communauté : ils sont des contributeurs, non des décideurs31.

  • 32 MgrCoupel, dans « Témoignages », dans Le Message…, op. cit., p. 14.
  • 33 Daniel-Rops, « Dom Alexis et le message de Boquen », dans Le Message…, op. cit., p 26.
  • 34 Guy Luzsenszky, op. cit., p. 238.
  • 35 André Legrand, Boquen. Les chemins de l’automne, Saint-Brieuc, SOFEC, 1976.

24Entre les moines de Boquen et leurs visiteurs, en revanche, il y a une sorte de dialectique qui fait que le visage de l’abbaye est autant conçu de l’extérieur que façonné de l’intérieur. Dom Alexis « a beau vouloir s’enfermer dans son Clairvaux breton, on vient l’en arracher souvent, et il ne peut se refuser aux appels qui lui sont faits », note en 1958 l’évêque de Saint-Brieuc, Mgr Coupel32. Le « prestige de Boquen33 » a été d’un bout à l’autre à double effet : tout un parisianisme religieux a projeté sur l’abbaye bretonne son image de la vie monastique idéale. Déjà sensible au temps de Dom Alexis, cette logique singulière explique qu’après la destitution de Bernard Besret la Communion de Boquen ait pris plus d’importance que la communauté monastique qui y subsistait tant bien que mal sous la responsabilité de Guy Luzsenszky. Elle explique aussi qu’en définitive la Communion ait pu imaginer – non sans illusion – de survivre sans les lieux où elle s’était fondée : à partir de 1976, « Boquen n’est plus dans Boquen34 », mais, loin d’être un nouveau printemps, ce sont bien les « chemins de l’automne » décrits par André Legrand35.

  • 36 « Un nom bien expressif », remarquait Mgr Coupel (dans « Témoignages », dans Le Message…, (...)
  • 37 Yvon Tranvouez : « L’abbaye de Boquen : d’une expérience de réforme monastique à un haut l (...)
  • 38 Comme l’a suggéré très tôt le Père Yves Congar, dans son livre Église catholique et France (...)

25Voilà donc, en toute imprudence et en possible impertinence, les quelques réflexions qui me viennent alors que Landévennec a pu célébrer allègrement son cinquantenaire, tandis que le Boquen de Dom Alexis et de Bernard Besret n’est plus qu’un souvenir. Je ne dissimule pas tout ce que ce rapprochement peut avoir de partiel et de contestable. Landévennec a été un signe de ralliement, et on sait tout, ou presque, sur son histoire. Mais sur celle de Boquen, qui s’est placée sous la protection de Notre-Dame du Risque 36 et qui n’a cessé d’être un signe de contradiction, au point que rares sont ceux qui acceptent de la penser sans opposer a priori Dom Alexis et Bernard Besret, il reste bien des zones d’ombre. J’ai proposé ailleurs quelques hypothèses générales et étudié en détail une affaire très révélatrice, l’échec du projet de refondation de Clairvaux par Boquen entre 1959 et 196237. Mais il faudra se pencher sur la période à la fois la plus féconde et la plus dramatique de l’histoire de Boquen, ces années 1965-1976 pendant lesquelles l’abbaye bretonne a évolué de telle sorte qu’elle constitue pour l’historien un remarquable analyseur de l’implosion du catholicisme français au lendemain du concile Vatican II38.

Notes

1 Voir par exemple Les Religieux aujourd’hui et demain, Paris, Cerf, 1964.

2 Lucien Febvre, Martin Luther, un destin, Paris, PUF, 1988 (1re édition : 1928), p. VII.

3 J’adopterai systématiquement ici ces dénominations consacrées par l’usage. À l’inverse de la Congrégation de Solesmes, qui désigne les Abbés par leur nom de famille, la Congrégation de Subiaco, la Trappe et les cisterciens de la commune observance (dont relève Boquen) utilisent leur prénom de religion, mais, curieusement, c’est l’inverse qui s’est imposé pour Dom Colliot. « Dom » était en usage avant le concile Vatican II, « Père » s’est répandu ensuite, mais le prieur de Boquen s’est très vite trouvé appelé simplement par son prénom de religion (Bernard) suivi de son nom de famille (Besret).

4 Voir pour Boquen, Le Message des moines à notre temps. Mélanges offerts à Dom Alexis, Abbé de Boquen, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1958, hors-texte (p. 16) ; pour Landévennec, « Le renouveau, 1922-1950 », Chronique de Landévennec, n° 14, avril 1978, hors-texte (p. 82).

5 Daniel-Rops, Trois images de grandeur, Paris, La Colombe, 1944, p. 62.

6 « Le renouveau… », op. cit., p. 84.

7 Voir Xavier Henry de Villeneuve, Boquen. Dom Alexis Presse, Saint-Brieuc, Presses Bretonnes, 1996, p. 128.

8 Louis Bouyer, « Retour aux sources et archéologisme », dans Le Message…, op. cit., p. 169.

9 Feiz ha Breiz, juin 1928.

10 Voir Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. 287-288.

11 Cité par Marc Simon, « Landévennec, 1920-1940. Les approches d’une restauration », Chronique de Landévennec, n° 15, juillet 1978, p. 121.

12 « La vision de Pâques de Youenn Furic », O Lo Lê, n° 100, 18 avril 1943, cité par Francis Le Squer, Les Espoirs, les efforts et les épreuves du mouvement breton catholique de 1891 à 1945, Lille, Septentrion, 1999, p. 305.

13 Cité par Marc Simon, L’Abbaye de Landévennec, de saint Guénolé à nos jours, Rennes, Éditions Ouest-France, 1985, p. 167.

14 Daniel-Rops, « Dom Alexis et le message de Boquen », dans Le Message…, op. cit., p. 17.

15 Francis Le Squer, op. cit., p. 28.

16 Cité par Ronan Caerleon (pseudonyme de Ronan Caouissin), Le Rêve fou des soldats de Breiz Atao, Quimper, Éditions Nature et Bretagne, 1974, p. 138. Voir aussi Kristian Hamon, Le Bezen Perrot. 1944 : des nationalistes bretons sous l’uniforme allemand, Fouesnant, Yoran Embanner, 2004.

17 Voir Jean-Jacques Gauthé, « Scoutisme et identité bretonne : les scouts Bleimor, d’O Lo Lê à Sturier », Kreiz, n° 7, 1997, p. 100.

18 Voir Bernard Besret, De commencement en commencement. Itinéraire d’une déviance, Paris, Seuil, 1976, p. 23-26.

19 Voir « Le Père Abbé Louis-Félix Colliot (1906-1991) », Chronique de Landévennec, n° 69, janvier 1992, p. 21-29. Jean de la Chapelle (Père Benoît, o.s.b.), « Quelques souvenirs sur le scoutisme de captivité (1940-1945) », Kreiz, n° 7, 1997, p. 143-148.

20 Sur l’influence des médias dans l’expérience de la Communion de Boquen, voir notamment les réflexions de Guy Luzsenszky, Boquen : chronique d’un espoir, Paris, Stock, 1977, p. 32-33.

21 Voir la « Chronique du monastère », Chronique de Landévennec, n° 23, juillet 1980, p. 113-114.

22 Bernard Besret, De commencement…, op. cit., p. 40.

23 Bernard Besret, Confiteor. De la contestation à la sérénité, Paris, Albin Michel, 1991, p 159.

24 Voir en particulier, de Bernard Besret : Boquen en crise, Paris, Éditions de l’Épi, 1970 ; Libération de l’homme, Paris, Desclée de Brouwer, 1970 ; Clefs pour une nouvelle Église, Paris, Seghers, 1971. Voir aussi Michel de Certeau, « Les structures de communion à Boquen », Études, janvier 1970, p. 128-136.

25 Voir Jean de la Croix Robert, La Falaise et l’horizon, Paris, Desclée de Brouwer, 1998, p. 15.

26 Frère Louis, prieur, « Pour dire merci », Chronique de Landévennec, n° 66, avril 1991, p. 42. Voir aussi « 1970-1990 : vingt années d’abbatiat », idem, p. 43-52.

27 Guy Luzsenszky, op. cit., p. 201.

28 Voir Philippe Boitel, Lieux d’Église. L’Arbresle, Les Fontaines, Boquen, La Sainte-Baume, Lourdes, Saint-Michel de Cuxa, Taizé, Paris, Seuil, 1975, p. 71.

29 Sur les mutations du Bleun Brug, voir Marc Simon, Bleun Brug : expression d’un idéal breton. Pages d’histoire, Landévennec, Musée de l’ancienne abbaye, 1998.

30 Cité par Jean Gautier, « Une visite à l’abbaye de Boquen », dans Le Message…, op. cit., p. 77.

31 Voir Marc Simon, « Les Amis de Landévennec hier, aujourd’hui et demain… », Chronique de Landévennec, n° 11, juillet 1977, p. 103-107.

32 Mgr Coupel, dans « Témoignages », dans Le Message…, op. cit., p. 14.

33 Daniel-Rops, « Dom Alexis et le message de Boquen », dans Le Message…, op. cit., p 26.

34 Guy Luzsenszky, op. cit., p. 238.

35 André Legrand, Boquen. Les chemins de l’automne, Saint-Brieuc, SOFEC, 1976.

36 « Un nom bien expressif », remarquait Mgr Coupel (dans « Témoignages », dans Le Message…, op. cit., p 14).

37 Yvon Tranvouez : « L’abbaye de Boquen : d’une expérience de réforme monastique à un haut lieu de l’esprit de Mai 68 », dans Alain Gérard (dir.), Des curés aux entrepreneurs. La Vendée au xxe siècle, La Roche-sur-Yon, Centre vendéen de Recherches historiques, 2004, p. 499-512 ; « Boquen-Clairvaux et retour. Un projet avorté de refondation monastique (1959-1962) », Revue d’Histoire de l’Église de France, n° 228, janvier-juin 2006, p. 193-220.

38 Comme l’a suggéré très tôt le Père Yves Congar, dans son livre Église catholique et France moderne, Paris, Hachette, 1978, p. 62. Premiers défrichements par Béatrice Lebel-Goascoz, Classement et inventaire du fonds Abbaye de Boquen-Bernard Besret, 1936-1976, Master 1 d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale, 2005.

Notes de fin

* Landévennec et la Bretagne religieuse du xxe siècle, Landévennec, abbaye Saint-Guénolé, 2001, p. 10-34.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable